Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ivy-Read : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La porte La porte
Martine-Marie Muller   
http://plume-ivoire.overblog.com/2014/09/la-porte-martine-marie-muller.html

La Porte est un très bon conte philosophique que j’ai découvert par le bouche à oreilles.
Martine Marie Muller se sert d’un couple de paysans sans le sou mais regorgeant d’amour mutuel pour nous offrir une belle réflexion sur le bonheur et sa recherche incessante.

par Ivy-Read
L'amour comme par hasard L'amour comme par hasard
Eva Rice   
La musicalité du récit est un plus qui nous porte agréablement. Les personnages gravitent tous autour de la musique quelques soient leurs goûts. Il y en a toujours que ce soit pour danser ou simplement en musique de fond. Ils citent facilement des titres de chansons également. On baigne totalement dans l’époque.

Ma chronique : http://plume-ivoire.overblog.com/2013/10/l-amour-comme-par-hasard-eva-rice.html

par Ivy-Read
211 idées pour devenir une fille brillante 211 idées pour devenir une fille brillante
Bunty Cutler   
http://plume-ivoire.overblog.com/211-idees-pour-devenir-une-fille-brillante-bunty-cutler

La présentation est soignée et agréable. Il y a sept « chapitres » à ce livre et chaque séparation est apprêtée d’un cadre, d’une calligraphie et d’une citation. Chaque chapitre se divise en plusieurs « articles » et des illustrations sont disséminées aux endroits appropriés, ce qui en fait un plus visuellement.
Pour les cuisinières, il y a tout un chapitre consacré à quelques recettes de cuisine, mon don de cuistot s’étant perdu à la naissance, j’ai carrément sauté ce chapitre. Néanmoins, le reste est plutôt sympathique. Chaque article se finit par une citation ayant un rapport avec le sujet. Parfois à tendance ludique, j’ai appris quelques trucs intéressants ! Que « La plus vieille pince à épiler que l’on ait retrouvé date du IIIe millénaire avant Jésus Christ » par exemple, pas très utile dans la vie courante, c’est sûr mais, c’est bon à savoir pour la culture G. Et parfois, juste pour faire rire. Dans l’article « Comment péter avec grâce et élégance à une réception chez l’ambassadeur », on trouve la citation : « Alfred Nobel inventa la dynamite en 1867 ».
L’auteur raconte pas mal d’anecdotes, c’est ce qui mène à ces réflexions et ces conseils, on apprend des expressions intéressantes pour peu qu’on ait la curiosité d’en chercher la signification. Personnellement, je suis restée perplexe face à « peigner la girafe ». Quelqu’un connaît ? Eh bien, j’ai appris que cela signifiait ne rien faire de son temps ou effectuer en vain une tâche très longue.

Le second degré est très présent et fait beaucoup sourire. Un extrait :
« Et là, vous êtes brutalement réveillée par un bruit hallucinant, digne du rugissement d’un morse qui joue de la guimbarde dans une baignoire remplie de flan à la vanille. Eh oui, encore une fois, l’homme allongé à vos côtés est en train de ronfler et tout le quartier peut l’entendre. » p.84 (Que faire quand votre homme ronfle).


Donc, ce livre contient des conseils bons à prendre ou un peu démodés mais, la couverture justifie ces derniers. D’autres sont carrément loufoques et prêtent à sourire de bonne grâce. Le ton humoristique est très rafraichissant.

Mes petites idées chouchous :
- Comment descendre de voiture sans montrer sa petite culotte
- Comment recycler un bas résille
- Comment perdre trois kilos en trois heures [« Enlevez votre maquillage. » « Otez tous vos bijoux, même les petites boucles d’oreilles, les piercings et votre alliance » « Epilez-vous »].

Des petites infos bonus pour la culture G
« Le premier grille pain électrique a été inventé en 1905 »
« Le sac poubelle a été inventé en 1950 »


Donc, très bonne découverte ! J’espère que la demoiselle à qui il est destiné appréciera autant que moi ! Mais le but recherché en ouvrant ce bouquin est atteint : j’ai bien rit. A découvrir pour décompresser et passer un bon moment.


par Ivy-Read
Uglies, Tome 1 : Uglies Uglies, Tome 1 : Uglies
Scott Westerfeld   
Original, futuriste, interessant, "incroyable",... etc bref j'ai aimé ce livre, l'histoire est super ainsi que son contexte, les personnages attachant, il y a de l'action, on ne s'ennuie pas !!
^^
Pour ceux qui n'arrive pas à lire ce livre et qui bloque, un conseille: Ne vous arretez pas!! Continuez ça en vaut la peine!!
=)
Uglies, Tome 3 : Specials Uglies, Tome 3 : Specials
Scott Westerfeld   
Un livre qui fait réfléchir...On voit où peut mener le progret scientifique si on l'utilise à mauvais escient et la manipulation dont font l'objet tous les habitants de la ville de Tally. Cela montre la facilité de manipuler les gens avec les progrets de la sciences et à quel points les habitants de la ville de Tally sont naïfs.

par butterfly
Uglies, Tome 4 : Extras Uglies, Tome 4 : Extras
Scott Westerfeld   
J'ai eu un peu plus de mal à m'y faire car ce n'est plus Tally le personnage principal. Et j'ai d'ailleurs eu du mal à la reconnaitre lorsqu'elle apparaissait. Mais je pense que ce n'est pas plus mal, car dans les tomes précédents, on connaissait ses pensées, on savait qu'elle agissait bizarrement mais qu'elle le regrettait aussitôt.
Dans ce tome, on ne la voit qu'à travers Aya, la jeune claqueuse qui n'est à la recherche que de la célébrité absolue ! Ca change, et je dis bravo à l'auteur car ça n'a pas du etre évident pour elle non plus de troquer son personnage principal contre un nouveau.

par June
Uglies, Tome 2 : Pretties Uglies, Tome 2 : Pretties
Scott Westerfeld   
Génial ! Même si l'histoire suit à peu près le même schéma que dans le premier tome, la façon dont c'est écrit le rend logique, et donc pas dérangeant ! Plein de suspense et avec un Zane très attachant, j'ai vraiment beaucoup aimé !
[spoiler]La confrontation finale entre Tally, Zane et David est très bien faite. Elle avait oublié David, ce n'est pas sa faute, et je comprends qu'elle choisisse Zane, mais ça doit être horrible de vivre cette situation, dont la difficulté est plutôt bien retranscrite.[/spoiler]
Pour un Tweet avec Toi Pour un Tweet avec Toi
Teresa Medeiros   
http://plume-ivoire.overblog.com/pour-un-tweet-avec-toi---teresa-medeiros


On fait connaissance avec Abby Donovan dès les premières lignes du livre. J’avoue honnêtement que je suis restée perplexe face à ce premier chapitre, ce n’était pas tellement ce à quoi je m’attendais. Abby est donc un écrivain, dont le premier roman a fait un carton mais qui depuis, n’arrive plus à aligner une ligne. Son agent lui ouvre un compte twitter (comme si elle n’avait pas déjà une vie sociale assez catastrophique comme ça…), la demoiselle, curieuse, s’y connecte et va commencer à discuter avec un homme qui l’aidera à comprendre le fonctionnement du site. A partir de là, ils discuteront régulièrement de tout et rien. C’est comme ça qu’on découvrira vraiment les deux personnages principaux, Abby et Mark. Ils sont tous deux agréables à suivre et bourrés d’humour, ce qui contribue grandement au plaisir de la lecture de cet ouvrage.

On a un découpage du roman en deux parties, celle du roman à proprement parlé et celle du dialogue via Tweets. J’ai trouvé cette dernière plutôt sympa et c’est celle qui en fait l’originalité du roman. C’est vraiment par ce dialogue que l’on en apprend plus sur nos deux protagonistes, au fil de leurs conversations on voit une vraie complicité se créer. Il y a énormément de références à des séries télé ou des films (à croire qu’ils passent leur temps scotchés devant leurs écrans…) que, pour ma part, je n’ai jamais vu. Donc la plupart de leurs références sont tombées dans l’oreille d’une sourde. Pas compris. Pas cherché à comprendre non plus. Ça peut surement freiner certains lecteurs mais, honnêtement, ça n’entache en rien la compréhension de l’histoire en elle-même.

L’auteur nous offre un revirement de situation en plein milieu du roman. On s’attend un peu à un truc de ce genre mais pas aussi… énorme ? Difficile d’en parler sans spoiler, donc je ne vais pas en dire plus pour ne pas gâcher un des rares vrais intérêts de ce bouquin. Tout ce que je peux vous dire, c’est que l’auteur a réussi à me toucher un peu.

Ce n’est évidemment pas le roman du siècle, c’est sûr mais, ça reste une lecture agréable. Pour preuve, je l’ai lu assez rapidement et je ne l’ai pas brûlé !


par Ivy-Read
Moi et Becca Moi et Becca
Paige Harbison   
http://plume-ivoire.overblog.com/moi-et-becca-paige-harbison

Le livre se découpe en deux points de vue bien distincts, celui de la narratrice et celui de Becca. On suit donc chacune d’entre elles et l’on découvre alternativement ce qui arrive à l’héroïne et ce qui est arrivé à Becca un an auparavant. Les chapitres ont généralement une parallèle avec ce qui est arrivé à la jeune fille précédente. Les deux premiers, par exemple, montrent leurs arrivées à l’internat. On pourrait croire cela répétitif mais au contraire ! Elles ont un caractère tellement opposé que l’on a pas du tout l’impression d’être au même endroit alors que c’est bien du lycée de Manderley dont il est question pour elles deux.
Quand l’héroïne — qui n’a pas de prénom — arrive et rencontre ses nouveaux camarades, on voit, pour certains, une nette évolution de leur comportement grâce au point de vue de Becca.
Pour parler rapidement du choix de l’auteur de ne pas nommer son héroïne, à vrai dire, je ne m’en suis même pas aperçu, ça ne m’a pas dérangé du tout dans ma lecture. Chacun la nomme la nouvelle, ma grande ou ma belle. Peut-être a-t-elle choisi cela pour que tout le monde puisse s’identifier plus facilement à l’héroïne ?

Le premier chapitre nous présente l’héroïne et les raisons qui l’ont poussée à être interne au lycée de Manderley. Toute petite, fascinée par Harry Potter, elle souhaitait entrer à Manderley pour être en internat comme ses idoles, néanmoins, impossible pour ses parents de lui y obtenir une place. Lubie vite oubliée pour la jeune fille mais, malheureusement pas par ses parents, qui chaque année tentent de l’y inscrire sans succès, jusqu’à son année de terminale. La grande nouvelle arrive : elle y est admise pour la rentrée, sauf qu’elle n’a plus envie d’y aller mais, devant le bonheur que cet évènement représente pour ses parents, elle n’ose rien dire et se retrouve donc à Manderley. Son arrivée fait vite scandale et tous les élèves la regardent de travers et la rejettent en bloc. Son année scolaire promet d’être très agréable…
En parallèle, le premier jour de Becca fut un succès. La demoiselle est devenue amie avec tout le monde en se montrant adorable et a chamboulé toutes les habitudes des lycéens en organisant des fêtes à tire-larigot.

L’année scolaire de l’héroïne est un calvaire, tous les élèves se montrent odieux avec elle car elle a pris la place de Becca, adulée de tous, qui a mystérieusement disparue. Personne ne sait où ni comment et encore moins si elle est encore en vie ou non, les commérages vont donc bon train sur son compte. Néanmoins, même si elle n’est plus là, aucun de ses camarades ne l’a oubliée et tous le font bien sentir à la nouvelle. A quelques exceptions près, Cam et Blake, qui sont surement les rares personnes normales de cet établissement. Et Max, dont l’héroïne ne tardera pas à tomber amoureuse.

J’ai trouvé que la dévotion qu’ils vouaient tous à Becca — la star de Manderley — était trop improbable. Au début ça passe mais, plus ça va, moins on y croit. Personne ne peut me faire croire qu’elle ait pu mettre tout un lycée à ses pieds en claquant des doigts et que personne ne la haïsse. Aucun ne laisse échapper un commérage un tant soit peu hostile à son égard même les sales pestes du genre de Julia et Madison. Cette vénération sans borne et cette confiance aveugle en Becca est trop peu crédible.

Je crois que le personnage qui m’a le plus agacé dans cette histoire est Dana, la « colocataire » de la chambre. Cette fille est insupportable du début à la fin et son comportement est complètement incompréhensible et le reste même en en connaissant la cause. Elle en fait dix fois trop tout le long du livre et j’ai juste eu envie de la noyer ! De tous les élèves c’est bien elle la plus énervante.

J’ai également trouvé les réactions du corps enseignant complètement hallucinantes ! Quand l’héroïne a eu affaire avec la psy du lycée, c’était limite mais, ça passait encore. Mais, elle s’est fait attrapée alors qu’elle sortait du dortoir des garçons — chose strictement interdite dans l’établissement — elle a raconté ses malheurs à la personne concernée en chouinant et s’est vue récolter un « Oh ! Et à votre place, j’éviterai d’aller dans le dortoir des garçons. C’est le moyen le plus sûr de faire jaser sur votre compte. ». Euuuh… ? C’est une réaction adulte ça ? Non mais, j’ai vraiment eu l’impression de faire face à un autre élève ! Elle viole impunément les règles et tout le monde s’en tape. Nor-mal. M’enfin bref.

Dans l’ensemble j’ai trouvé l’histoire un peu creuse, tout est beaucoup trop concentré sur Becca, tout ne tourne qu’autour d’elle et au final, on n’en sait pas assez sur notre héroïne ou sur tout ce qui se passe autour. A-t-elle d’autres tourments que cette fille ? A son âge ce serait normal mais, en fait non, même ses pensées ne tournent qu’autour de Becca et un peu de Max. Bon, ce n’est pas tellement dérangeant à la lecture mais, sur ce coup là, l’auteur aurait quand même pu développer un peu.

La fin est peu surprenante mais, durant tout le livre on ne fait que se poser des questions sur ce qui a bien pu arriver à Becca. Je pense que c’est vraiment cela qui rend ce livre aussi addictif. Je l’ai lu en quelques heures seulement et n’ai pu le lâcher qu’une fois que je l’ai eu terminé. L’auteur arrive habilement à nous faire douter de l’avenir de cette jeune fille et réussi à faire en sorte que l’on veuille vraiment savoir le fin mot de l’histoire.

Dans l’ensemble c’est un bon livre jeunesse et, malgré les quelques point négatifs que j’ai pu relever, il se lit très bien et très facilement, le style est très agréable et fluide. L’auteur manie bien sa plume pour nous entrainer là où elle le veut. Il s’y trouve quelques réflexions sur la vie et la mort, assez simplistes mais, qui ont leurs places dans cette histoire. Très bien pour faire réfléchir les ados et assez légères pour ne pas être plombantes.
J’ai été étonnée de voir ce livre édité chez Harlequin, je ne suis pas franchement au courant de leurs collections mais, ce livre n’est pas tourné essentiellement sur la romance et ne suit pas les clichés schématiques des romans Harlequin en général.
La couverture pleine de pep’s m’a semblée en contraste avec son contenu. On suit quand même une adolescente avec qui les autres ne sont pas tendres, qui s’en prend plein la tête avec une histoire qui aborde des thèmes assez douloureux, tel que la disparition d’un être cher.

Ce livre, même s’il n’est pas extraordinaire, m’a laissé un souvenir agréable et j’ai passé un bon moment en sa compagnie. Il est quand même plutôt tourné jeunesse alors, on lui pardonne ses petits points négatifs.

par Ivy-Read
Mes illusions donnent sur la cour Mes illusions donnent sur la cour
Sacha Sperling   
Belle histoire, beau témoignage, difficile de réaliser à quel point l'identification au personnage principal peut être facile à certains moments... dur psychologiquement. Ecriture fluide et agréable.

par Fleurhana