Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ivy-Read : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Le Trône de fer - L'intégrale, tome 1 Le Trône de fer - L'intégrale, tome 1
George R. R. Martin   
Que dire ? Difficile de mettre des mots sur ce que j'ai ressenti à la lecture de ce premier tome... impossible presque.

A Game of Thrones est peut-être l'un des livres qui m'a le plus marquée, dans ses personnages si tangibles, ses situations si retorses, ses paysages si rudes... C'est une de ces lectures dont on ne sort pas indemne, et je sais que désormais A Song of Ice and Fire ne me quittera plus.

Je n'ai qu'un seul regret : ne pas l'avoir commencé en hiver... Winter is coming.

par Funambule
La Trace La Trace
Christine Féret-Fleury   
Un triller fascinant ...
Sans temps mort ...
Avec son lots de mystère et quelle fin ....
Je ne m'attendais vraiment pas à cette personne.....
Le suspens nous tient en haleine jusqu'au dénouement..
Excellent livre.
Marquise66
Un parfum de jitterburg Un parfum de jitterburg
Tom Robbins   
Une serveuse de tacos qui joue les apprenties chimistes, une parfumeuse déchue qui prépare son come-back et un excentrique “nez” des hautes sphères de l’industrie s’interrogent : qui donc leur envoie des betteraves sans le moindre message ? La clé du mystère se trouve peut-être au coeur de l’épopée d’Alobar, un roi du VIIIe siècle qui, fuyant la mort, se retrouvera en Bohême où il découvrira le secret de l’immortalité en compagnie d’une jeune Indienne fascinée par les essences.

Un parfum de jitterbug est un roman délirant et explosif dans lequel Tom Robbins célèbre les joies de l’existence et agite au shaker toutes les croyances de ce monde pour nous livrer les secrets d’un parfum perdu.

par x-Key
La Voix de l'Empereur, Tome 1 : Le Corbeau et la Torche La Voix de l'Empereur, Tome 1 : Le Corbeau et la Torche
Nabil Ouali   
Une compagnie d'une cinquantaine de vétérans commandée par un certain Lorgeam est en marche vers la Cité de Pierre, bastion des Seigneurs de Fervadora. Ils accompagnent deux diplomates, Aymeric et Tirsand... Frimas fige dans la glace une bande de brigands de grands chemins... Le paladin Ravel sauve son frère, un nourrisson, et part le confier aux bons soins des clercs qui devront se charger de son éducation... Victime d'un empoisonnement lent, Brisard, l'empereur de Ferva n'en finit pas de mourir. Son fils, le prince Elin, soutenu par Gweleth, le grand chancelier chargé de son éducation, s'apprête à prendre la succession de son père alors que toutes sortes de conspirateurs s'agitent dans l'ombre.
« La voix de l'empereur » se présente comme le premier tome d'une saga de fantaisie que l'éditeur, qui ne doute de rien, nous annonce comme proche de Robin Hobb mais que le lecteur hésitera à classer entre « dark » et « heroïc » tant son esprit n'en est que pseudo moyennâgeux, pseudo poétique et pseudo raffiné. En dehors de quelques combats, de quelques dialogues souvent inutiles, de longues descriptions quelquefois bien ennuyeuses (quatre pages pour un simple crochetage de serrure par exemple!), il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome. Ouali se contente de présenter toute une galerie de personnages sans grande consistance et plutôt antipathiques. Dans de courts chapitres maniérés, il saute de l'un à l'autre sans trop se préoccuper de les relier les uns aux autres. Le résultat donne une intrigue atomisée, mal construite, une histoire où le lecteur peine à se retrouver. Un fouillis qui oblige très souvent à repartir en arrière pour essayer de comprendre qui est qui, qui fait quoi et où tout cela mène. A ce handicap majeur, s'ajoute celui d'un style que d'aucuns au premier abord, pourraient trouver raffiné voire sophistiqué ne serait-ce que par l'emploi de mots recherchés ou par l'utilisation systématique du subjonctif passé. Si on l'analyse plus finement, on notera quelques pléonasmes, pas mal de coquilles, de nombreuses approximations lexicales et autres erreurs de syntaxe qui ne peuvent en aucun cas passer pour des licences poétiques. L'inclusion de poèmes plus ou moins longs, plus ou moins abscons et plus ou moins travaillés dans un texte en prose vendu comme roman d'aventures n'est pas non plus du meilleur effet. En raison d'un manque de rythme permanent et sans doute voulu, d'une absence d'originalité, de fantastique et de merveilleux (ennuyeux pour de la fantaisie!), ce premier tome tombe vite des mains et ne donne pas envie de continuer avec cette saga. Et pourtant, l'éditeur a le culot de noter en quatrième de couverture cette publicité mensongère : « Un roman rare, une histoire flamboyante comme un voyage à travers des lieux merveilleux où règne une atmosphère d'éternité. » Péniblement parvenu à l'ultime page cette oeuvrette, le lecteur averti comprendra mieux quand il découvrira cette mention : « Ouvrage publié avec le soutien de la région Rhône-Alpes ». Astuce qui permet à l'éditeur, qui semble s'être fait une spécialité de la chasse aux subventions, de publier n'importe quoi au frais du contribuable. Chaque fois que le lecteur est tombé sur une mention de ce genre, l'ouvrage était mauvais. Etrange, n'est-ce pas ? Nos régions feraient sans doute mieux de ne plus s'occuper de littérature...
La Malédiction d'Enyamrê La Malédiction d'Enyamrê
Bérénice Herbé   
Alors même que l’équilibre interne de l’Empire de Roswera est bouleversé par le complot que fomente la noblesse contre l’Empereur, le Royaume de Sakhmet s’apprête à déclarer la guerre à Roswera car leurs accords de commerce sont menacés. En effet, les navires marchands rosweriens disparaissent mystérieusement au cours de leurs voyages et le Royaume commence à manquer de denrées. Mais le véritable combat n’est-il pas ailleurs ? Certains disent que l’ancestrale malédiction de la déesse Enyamrê est prête à s’accomplir et à amener le règne des nouveaux Seigneurs de la Terre : les Hommes, les Homobestia ou les Sanguiventus. Dans ces temps de troubles, le Sanguiventus Elias d’Angardie et l’Homobestia Rudmure Malglaîve, s’affrontent : l’un a jeté son dévolu sur la charmante Artila que l’autre semble vouloir protéger. L’un d'eux serait-il l’homme providentiel capable de mettre un terme à la malédiction ?

par Lady_H
Emmanuelle, Livre I : La leçon d'homme Emmanuelle, Livre I : La leçon d'homme
Emmanuelle Arsan   
LE CHEF D'OEUVRE EROTIQUE INCONTOURNABLE DU 20EME SIECLE.
L'initiation d'Emmanuelle à Bangkok à la vie et à l'amour. On la suit à travers ses pensées et ce n'est pas le moindre intérêt du livre écrit d'ailleurs par une femme. L'amour et ses plaisirs est découvert par étapes dans un style très raffiné. Un peu bavard par moment, l'inspiration philosophique est présente surtout dans le tome 2. De nombreuses réfléxions sont faites à partir de citations philosophiques souvent inspirées par le bouddhisme et le christianisme. Une quête du bonheur physique mais aussi spirituel avec l'humour en plus.
L'action se situe bien sûr dans un milieu aisé mais sans ostentation.
L'histoire d'Emmanuelle ne se lit pas seulement, elle se fait, elle se vit, les sens et l'esprit grands ouverts à toutes les formes de la connaissance.
Venus erotica Venus erotica
Anaïs Nin   
Une des premières femmes réalisant des ouvrages érotiques, choquants à l'époque, parce qu'elle parle aussi de bisexualité. C'était une femme très intelligente et curieuse, cela se sent dans ses écrits...

par Moumouste