Livres
443 382
Membres
378 819

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il avait peut être un balai coincé dans le cul, mais ça ne voulait pas dire que je ne pouvais pas apprécier l'harmonie visuelle dudit derrière. J'étais en train de me demander si son entraînement lui imposait plusieurs centaines de squats quotidiens quand il se retourna et me surprit en plein reluquage.

Pendant une très brève seconde, je crus voir un éclair d'amusement sur son visage.

- Vous profitez de la vue? grogna-t-il.

Je haussai les épaules; il m'avait attrapé en flagrant délit, pas besoin de nier.

-Ouais. Grave, répondis-je.

-Et qu'est ce que vous diriez si je me permettais de vous porter la même attention?

-Oh je suis pour la parité.

Je fis volte-face pour qu'il puisse m'observer sous le même angle. Je ne reçus en réponse qu'un ricanement moqueur tandis qu'il repartait dans l'autre sens.

Eh bah, fréquenter ce type ne devait pas faire du bien aux complexes.

Afficher en entier

"Spoiler(cliquez pour révéler)" Le problème, lorsqu'on s'accointe avec un partenaire au tempérament si opposé au sien, réside dans l'impossibilité, au petit matin, de savoir si elle est trop extatique pour parvenir à exprimer ses émotions, ou simplement trop horrifiée par la situation"

Afficher en entier

— [...] Et troisièmement, il porte une cravate à rayures jaunes. Ne fait jamais confiance aux gens qui portent du jaune.

— C'est quoi, le problème du jaune ? C'est la couleur du soleil.

— Ça me donne l'air malade et fadasse, donc c'est la couleur du mal.

Afficher en entier

— C'est Price le coupable.

Winter se tourna vers moi.

— Et comment en es-tu venue à cette conclusion ?

— Il était nerveux et fuyant. Et je suis sûre qu'il a eu son job grâce à Diall. En plus, ajoutai-je, il portait des mocassins. Crois-moi, il ne faut jamais faire confiance à un type qui enfile ses chaussures sans avoir besoin de les ouvrir.

Afficher en entier

— Et si vous m'appelez bébé, quel surnom dois-je vous donner ? dit-il d'une voix basse.

Je réfléchis.

— Majesté, ça me va.

— Dans vos rêves.

Afficher en entier

— J'ai écrit deux cents mots aujourd'hui, dit-il avec un brin de fierté.

— Super !

— Mais j'en ai effacé trois-cent-soixante-deux.

— Ah. C'est bien de se corriger. T'en as combien au total ?

— Dix-huit.

— Dix-huit mille ? C'est trop bien.

Un silence.

— Non. Juste dix-huit.

Ah.

— Ça pourrait être pire.

— Ah bon ? dit-il d'un ton monotone. “Impact de la Magie sur la croissance et l'expansion de l'Empire Britannique, par Iqbal L. Sharif”. C'est tout ce que j'ai. Et je compte l'initiale de mon deuxième prénom dans le nombre de mots. En plus, j'envisage de supprimer le mot « expansion ».

Afficher en entier

Winter s'offusqua, littéralement. Je ne savais pas que les gens s'offusquaient encore à notre époque. Sa petite onomatopée de mépris choqué datait du siècle dernier.

Afficher en entier

J’aimais beaucoup que Winter me décrive comme sa partenaire, mais il fallait vraiment que je me trouve un titre aussi classe que le sien. Supinus Merveillus, peut-être. Winter et le réceptionniste me regardèrent bizarrement, et je me rendis compte que j’avais prononcé ma proposition à voix haute. Oups.

Afficher en entier

Il me jeta un coup d’œil et marqua un temps d'arrêt. Comme d'habitude. Apparemment, une femme qui conduit un taxi, c'est surprenant. Je sais pas pourquoi. C'est pas comme si conduire demandait des compétences particulières interdites aux genre féminin. Les boules ballantes ne rendent pas la tâche plus facile, que ce soit pour tenir le volant ou trouver mon chemin dans une petite ville comme Oxford. Non, mes seins ne sont pas un frein à ma conduite. Et, oui, je sais me garer. J'avais déjà entendu toutes le blagues sur le sujet, et elles n'étaient jamais drôles. Les hommes peuvent être sorciers et les femmes conductrices. Première nouvelle, hein?

Afficher en entier

— Allez. Je le dirai à personne.

Je croisai les doigts et les agitai sous son nez pour lui prouver mon honnêteté.

— Promis.

Winter marmonna quelque chose d’inaudible.

— Très bien. Diall était ambitieux.

Il accompagna sa remarque d’un geste d’évidence, comme si elle répondait clairement à ma question.

— Euh… je veux pas te décevoir, mais à peu près tous les membres de l’Ordre sont ambitieux

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode