Livres
511 687
Membres
522 617

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il y avait de nombreux avantages à être la seule et unique petite amie de l’Ipsissimus. Tous les sorciers, quel que soit leur niveau ou leur place dans la hiérarchie de l’Ordre, avaient envie de m’aider et j’avais réussi à faire effectuer des petits services réguliers à un certain nombre d’entre eux. C’était pour le bien commun, me disais-je. J’étais heureuse parce que je ne m’épuisais pas à courir partout ; Winter était heureux parce que j’avais plus de temps et d’énergie à lui consacrer ; les sorciers étaient heureux parce que Winter était heureux. C’était gagnant-gagnant-gagnant. Bien sûr, ça voulait dire que je devais passer énormément de temps dans ma journée à être polie avec des gens et à les saluer.

Afficher en entier

Au lieu d'ouvrir le premier marqué à la lettre A, toutefois, Iqbal partit en ligne droite vers les G.

- Tu es sûr ? demandais je.

- Oui, repondit-il avec aisance. Le système de classement de la Société est, heu, inhabituel. Il faut un peu de temps pour s'y habituer.

J'étrécis les yeux.

- Alors, pourquoi G ?

- Tu cherches des informations sur un objet qui appartient à l'Ordre. Tous les fichiers en rapport avec l'Ordre sont dans les G.

- G pour....

- Gourdillots, répondit Iqbal sans me regarder.

- Eh, protestai-je. Ce n'est pas juste.

Afficher en entier

« — Je suis la femme de César. Je dois être vierge de tout blâme.

— Vierge de tout blâme ? s’enquit Maidmont. Et le mois dernier, alors, quand tu t’es tapé ma réserve secrète de sherry et que tu as enchanté la vieille statue du premier Ipsissimus pour qu’elle te fasse une petite danse ?

— Personne n’est infaillible.

— Si tu le dis. Et la semaine dernière, quand tu as chargé un groupe de Néophytes de te trouver des mini plumeaux à attacher aux pattes de Brutus pour qu’il nettoie le sol en marchant ? Et quand tu as ensuite dit au secrétaire d’État à l’Intérieur venu pour une visite que c’était des cache-oreilles qui avaient été faits sur mesure pour lui ?

Je haussai les épaules.

— C’était juste une fois. Ce n’est pas ma faute si Brutus n’en a pas voulu. Et il faut avouer que le secrétaire d’État a de drôles d’oreilles, même pour un politicien.

Il avait une mine impassible.

— Très bien. Hier alors, quand tu…

Je l’interrompis.

— D’accord, d’accord.»

Afficher en entier

« — Tu as l’air en colère, remarqua Winter.

— Je suis en colère ! Mais ne t’inquiète pas, je vais retrouver cet Ange et arrêter la malédiction, quelle qu’elle soit. Et je m’assurerai que personne, sorcier ou autre, ne s’avise de gâcher mon premier Noël avec toi. Je veux me retrouver seule sur le canapé avec toi pour regarder La vie est belle, et manger de la dinde et du chocolat. Pas forcément ensemble, la dinde et le chocolat, mais on peut y réfléchir. Les deux sont bons.

Je ne m’arrêtai même pas sur ma lancée pour reprendre ma respiration.

— Il y aura du gui. Il y aura des câlins. Il n’y aura pas de sorcier mal intentionné qui provoque des mésaventures et des malédictions, et qui interrompt nos fêtes.

Je lui jetai un regard noir pour souligner mes paroles.

— C’est compris ? demandai-je.

Winter leva les mains et fit un pas en arrière.

— Tu es flippante, Ivy Wilde.

Je haussai un sourcil.

— Flippante ?

Je plissai le nez et répondis d’une voix moqueuse :

— Tu n’as encore rien vu. »

Afficher en entier

“Thank fuck,’ Brutus said. ‘We need to depart this hellhole tout suite.”

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode