Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Iwaa : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Fallen Crest, Tome 1 : High Fallen Crest, Tome 1 : High
Tijan   
http://www.lmedml.fr/2018/01/09/fallen-crest-1-tijan/

Déception quand tu nous tiens !

Comme vous pouvez le constater j’ai décidé de ne pas attribuer de note à ce roman, comment en attribuer une alors que je ressors profondément déçue pendant que d’autres lectrices vont totalement adhérer à l’univers de cette série.

Je vais essayer, dans la mesure du possible, d’être la plus objective possible dans mon avis. Le but n’est jamais de dissuader les lecteurs de découvrir un roman, mais bien de faire part de son ressenti. C’est d’autant plus difficile lorsque l’on ressort complètement mitigée à la fin de la lecture.

Avec [Fallen Crest], je m’attendais à une guerre ouverte entre deux établissements scolaires, je m’attendais à des personnages plein de charisme et a une intrigue punchy sans être pour autant totalement dans le dur… Mais hélas, rien ne me préparait à ce que j’ai découvert dans ce premier opus… La déception est d’autant plus grande car j’avais bien aimé [Toi + Moi + Lui], le précédent roman new adult de Tijan.

En terminant ce livre, j’étais légèrement déconnectée de la réalité me persuadant que ce genre d’histoire n’arrive jamais dans la « vraie » vie, tout au long j’ai essayé de me rappeler qu’il s’agissait là d’une fiction, d’un monde créé de toute pièce par l’auteure… Mais cela n’a pas suffit à me convaincre que je pouvais cautionner ce qui se jouait sous mes yeux. Je suis consciente que cette histoire ravira de nombreuses lectrices, l’univers est particulier et je pense qu’il faut absolument le prendre au second degré… Tromperie, mensonge, trahison et méchanceté au rendez-vous de cette new romance.

Revenons un peu sur l’histoire, du moins sur le commencement de celle-ci ! La vie de Samantha bascule le jour où elle rentre chez elle et trouve sa mère en train de faire ses cartons, en effet Ann-Lise quitte le père de Sam pour s’installer chez son nouveau compagnon, qui n’est autre que James Kade, le père de Logan et Mason Kade. Il n’y a pas plus populaires qu’eux et Samantha va devoir cohabiter dans leur manoir. Dès d’emménagement les incohérences sont survenues à mes yeux… Aucune présentation en bonne et due forme, réactions incompréhensibles de la part de tous les personnages concernés par ce renouveau. Qu’à cela ne tienne, je n’en est fait cas qu’après coup ! Nous voilà donc à suivre Sam dans sa nouvelle vie, une vie bien mouvementée, rythmée par les tromperies, les vacheries et autre joyeusetés.

J’ai commencé par bloquer avec la relation de Sam et sa mère, elles entretiennent des relations toxiques. J’ai halluciné à chaque fois qu’elles s’adressaient la parole. Sam voit son univers s’effondrer, et ne ménage pas son entourage, elle rend coup pour coup avec des joutes verbales assassines et des réactions parfois démesurées motivées par la colère, cet aspect n’était pas dénué d’intérêt.

« -Tu as raison, maman. Tu as tout vu. Les tricheurs savent toujours reconnaître un autre tricheur. Félicitations, tu fais partie de ce club. »

Dès le début, j’ai ressenti une sorte de malaise, vis à vis des personnages mais aussi de ce qui se passait dans l’histoire. Il faut savoir qu’il y a énormément de personnages qui interviennent dans ce premier opus, je ne vais pas faire étalage de mon avis sur chacun d’entre eux, car il est sensiblement le même pour tous, je ne les ai pas aimé. Je vais me contenter de vous parler de Sam dans un premier temps. Notre héroïne avait du potentiel, malgré son manque de charisme, j’ai espéré une rébellion cohérente de sa part, hélas ses choix m’ont paru absurdes, j’ai trouvé qu’elle s’enfonçait toujours un peu plus dans les ennuis… A croire que finalement elle était prédestinée à une vie jonchée de relations malsaines… Que ce soit amicales ou amoureuses. Je n’ai donc pas réussi à m’attacher à elle, ni à ressentir un quelconque intérêt pour son personnage. Je veux dire c’était sensé être une héroïne et à mes yeux elle n’a pas su tenir ce rôle. Logan et Mason Kade… Ils sont tellement populaires qu’à priori ça leur donne tous les droits et étant donné qu’ils n’ont personne pour leur serrer la vis (comme on dit), et bien ils sont no-limites ! L’enchaînement de fêtes, de coucheries et de manipulations a eu un peu raison de moi, à cause de ce qu’il s’y déroulait. Je veux dire faire la fête c’est plutôt classe et j’aime ça mais dans [Fallen Crest] cela n’a pas vraiment le même sens… J’ai néanmoins été intriguée par les deux frères, enfin surtout par Mason qui devient notre héros bien sûr, hélas mon intérêt pour lui a été gâché par sa relation douteuse avec son meilleur ami Nate ! Un personnage que j’ai détesté, rien n’est venu améliorer mon avis sur ces personnages. Ajoutez à cela une multitude de protagonistes tous plus détestables les uns que les autres et vous aurez votre casting parfait pour une télé-novelas tout ce qu’il y a de plus étrange. Comment ne pas douter de tout et de tout le monde, habituellement cela me plaît d’avoir ce genre de contradictions, mais dans ce roman s’est allé trop loin.

L’intrigue aurait pu me plaire car tout au long j’ai attendu que la lumière perce dans cet univers sombre et malveillant, en vain je n’ai jamais trouvé la lumière au bout du tunnel. J’ai trouvé que le récit était gangrené par trop de mauvaises intentions, je veux dire j’adore les histoires où il y a un peu de manipulation, il peut même y avoir de la compétition, de la haine et un coté un peu malsain du moment qu’il y a d’autres choses pour contrebalancer l’aspect négatif des actions des personnages. Ici, plus j’avançais dans le livre et plus mes yeux s’écarquillaient, j’avais du mal à garder le cap car j’ai envie de croire qu’à notre époque ce genre de choses ne devraient plus exister. Les thèmes abordés par Tijan sont intéressants, les relations familiales, amicales et amoureuses. La complexité des sentiments, les problématiques que rencontrent les jeunes adultes, mais dans cet univers où la jeunesse dorée de Fallen Crest est reine et bien il n’y avait plus rien de crédible et plus rien d’acceptable pour moi.

Avec [Fallen Crest] j’ai eu l’impression d’être dans une autre dimension, un monde où le harcèlement ne serait plus considéré comme un fléau de notre société, un monde où l’infidélité serait une vertus et qu’elle serait encouragée dès le plus jeune âge. J’ai essayé de comprendre cette jeunesse dorée avide de débauche, pro du mensonge et de la tromperie… en vain ! Il n’y avait rien à comprendre c’était surréaliste. J’ai aussi eu un regard plus mâture sur ce roman, je suis maman et j’ai été triste d’assister aux interactions entre enfants et parents, alors oui quand on est jeune il y a forcément un petit rapport de force, de l’opposition mais ici on dirait que les adultes ne savaient pas se positionner face à leurs progénitures… Avaient-ils seulement envie d’assumer leur rôle de parents ? J’en doute vraiment…

Le bon côté de ce livre c’est que je n’ai pas eu de mal à le lire, même si le style de Tijan ne correspond en rien à son précédent roman, l’addictivité était tout de même au rendez-vous, malgré une écriture trop simpliste et des dialogues à s’arracher les cheveux. Il règne une tension permanente dans ce roman, ce qui m’a plongé dans un profond malaise, il faut savoir que je suis une femme exclusive en amour, un brin jalouse et possessive (je sais ce n’est pas une qualité mais j’assume^^), alors le fait que les personnages aient le feu aux fesses m’a profondément dérangée, car j’avais envie de découvrir une autre facette d’eux, entrevoir leurs rêves au-delà de leur envie de coucher à droite à gauche. Et si je vous parle des rebondissements… j’ai assistée impuissante à ce qui s’est tramé dans ce premier opus, avec l’espoir infime d’adhérer au dénouement, j’ai été obligée de m’avouer vaincue. Il y a plein de choses que j’aimerais développer dans cet avis, mais il y a trop de risque de spoiler du coup, j’ai préféré rester vague sur les rebondissements qui m’ont dérangées et sur certaines situations que j’ai trouvé vraiment peu convaincantes.

Ce roman est une grosse déception, je suis déçue d’avoir fait ce choix de lecture car le pitch avait tout pour me plaire. Quand bien même je l’aurais voulu, je n’ai pas été capable de faire taire mes émotions, j’étais trop choquée et déroutée par la teneur de ce récit. Alors oui l’écriture n’est pas mauvaise, l’ensemble est moderne mais comment considère-t-on que l’on outrepasse les limites du supportable ? L’aventure Fallen Crest s’arrête là pour moi, j’ai essayé mais cette saga n’était pas faite pour moi, pas avec mon sens moral et mes aspirations de vie.
PhonePlay PhonePlay
Morgane Bicail   
https://aliceneverland.wordpress.com/2016/01/24/phoneplay-morgan-bicail/

PhonePlay est un livre qui m’avait attirée dès son annonce. Son résumé et sa couverture me bottaient, donc c’est sans surprise que je me suis rapidement jetée sur ce livre sitôt paru. Sauf que, voilà… Installez-vous bien, ça va être long, mais je vais essayer d’exprimer au mieux mon ressenti général sur cette lecture…

Je ne vais pas prendre de pincettes : je n’ai pas du tout aimé ce livre. Pourtant, le young adult c’est mon dada, ma came comme on dirait. J’adore ce genre, j’en raffole, et j’ai tendance à être gaga devant les relations sirupeuses à souhait de ces chers adolescents. Mais j’ai eu l’affreuse sensation dès les premières pages que ça n’allait pas le faire du tout ici. Comme si j’étais trop vieille pour apprécier le style de l’histoire. Et se prendre ses vingt-sept années en pleine tête, ce n’est pas vraiment très agréable.

J’ai eu cette impression de m’être faite avoir sur la marchandise. Et je me sens vraiment coupable de ressentir cela. Car il ne faut pas oublier que l’auteur est toute jeune – seulement quinze ans – et je suis admirative de sa volonté d’écrire. Sauf que, pour ma part, cela n’excuse pas tout. Surtout à ce niveau là de l’édition : je m’attends à quelque chose de bon, et pas autant cliché à souhait. Je vais être sévère, et je m’en veux vraiment de ressentir cela pour l’auteur. Mais voilà : pour moi c’était fade, creux, et complètement futile. Et je vais essayer d’être la plus claire possible sur les raisons de ce ressenti.

Déjà, dès le début, je savais que ça n’allait pas le faire avec Alyssa, l’héroïne. Et la suite de l’histoire n’a fait que confirmer ce sentiment. Décrite comme une jeune fille « intelligente, rebelle, intéressante et libre », j’ai pourtant eu envie de la tarter dès le premier paragraphe ; ce n’est qu’une gamine prétentieuse, froide, hautaine et complètement snob dans sa façon d’être. Elle n’est nullement attachante; j’avais l’impression de voir une jeune en pleine crise d’adolescente. Au contraire, elle ne pense qu’à elle et c’est une véritable garce avec sa meilleure amie (je me demande d’ailleurs comment Holly peut rester à ses côtés malgré ce qu’Alyssa lui balance…). Pourtant l’auteur essaie de nous la présenter comme une jeune fille incroyablement mature. Sauf qu’elle m’a paru bien plus gamine qu’autre chose…

L’histoire, quant à elle, souffre de nombreuses platitudes. A un certain moment je sautais carrément des pages entières pour arriver au plus vite vers la fin. Car il faut dire qu’il ne se passe pas grand chose (voire rien du tout en dehors du correspondant mystère des textos). D’ailleurs le niveau des échanges SMS était complètement à côté de la plaque. Comme si on voulait à tout prix faire passer nos deux héros pour des ados super-hyper-méga cool, au summum de la coolitude tant espérée et complètement imagée. Bref, du cliché en veux-tu en voilà à toutes les sauces..

Quant à l’écriture, elle est assez naïve, et très enfantine, et les dialogues restent peu élaborés. Alors oui, Morgan Bicaïl avait quatorze ans quand elle a écrit ce livre, mais voilà, pour moi, cela n’excuse pas tout. Et je ne juge pas un livre par rapport à l’âge de l’auteur. Mais les « Je fume comme un pompier depuis mes quinze ans car mes parents travaillent trop et ne s’occupent pas de moi » et autres « Cool, t’as dix-huit ans, tu peux aller en boîte légalement ! »… J’en avais les yeux ronds comme des soucoupes devant tant de naïveté, et j’avais juste envie de crier un gros « WTF ??? » !

Quant à « Lui », il ne m’a pas immédiatement convaincue. Et moi qui m’attendait à quelqu’un avec beaucoup de charisme pour proposer un tel jeu, je suis un peu tombée de haut. Sincèrement, qui tombe sous le charme d’un Inconnu qui annonce le plus naturellement du monde « Je ne choisis que les plus belles filles pour jouer » et « Il y en a eu dix-huit avant toi » ? Euh LOL. Heureusement que l’auteur a intégré quelques point de vue de son côté à « Lui », car sinon mon désespoir aurait été des plus total… Et cela m’a quand même permis mieux comprendre quelque peu la situation…

Mais je ne cache pas que ma curiosité était quand même titillée dès le départ, malgré mon énervement. Je me suis prise au jeu d’essayer de découvrir qui se cachait derrière « Lui », j’ai élaboré pas mal d’explications bien plus farfelues que la vérité. A ce niveau là, l’auteur a réussi à fournir assez d’indices et d’éléments pour nous donner envie de poursuivre cette lecture. Même si malgré tout cela n’a malheureusement pas permis de sauver le roman pour ma part, et je me suis empressée de le terminer au plus vite.

Pour conclure : j’ai du mal à comprendre les éditeurs qui se jettent aujourd’hui sur les auteurs « Wattpad » dès que ceux-ci commencent à recenser un certain nombre de lecteurs fidèles. Car, malheureusement, pour l’instant je n’ai pas rencontré ces fameuses pépites que l’on nous promet. Certes certains se démarquent et offrent des histoires agréables, mais il ne faut pas oublier que tout n’est pas bon à être édité. Malgré tout, je rappelle que ce n’est que mon ressenti, d’autres ayant bien plus apprécié cette lecture que moi. Et je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre avis. Sans oublier que je souhaite vraiment à Morgan Bicaïl de continuer, car ce n’est pas tout le monde qui peut accomplir son rêve à quinze ans (c’est même merveilleux pour elle, et j’en suis vraiment admirative). Mais, pour ma part, c’est une histoire que je vais m’empresser d’oublier…

par Kesciana
Endgame, Tome 1 : L'Appel Endgame, Tome 1 : L'Appel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Une heure après la fin de ma lecture, je suis toujours aussi bouleversée. Sous le choc. Comment définir Endgame ? Juste époustouflant, incroyable, impitoyable.

J'ai mis exactement deux jours pour lire ce pavé de 538 pages. Tellement c'était bon, tellement c'était addictif. Comme beaucoup, au début, à cause du titre et du descriptif, j'ai eu peur de lire un pâle remake de Hunger Games. Mais ça n'avait vraiment aucun rapport. Aucun. On ne peut même pas les comparer tant ils sont différents. Parce qu'Endgame est cru, Endgame est noir, rempli de cruauté.

Mais j'ai très honnêtement apprécié au possible ce petit bijou. Je peux sans crainte le placer parmi les meilleurs romans qui m'ont été donnés de lire. Et malgré toute l'horreur contenu à l'intérieur de ces pages, James Frey a réussi, plusieurs fois, à me faire sourire. J'ai même ri, à un moment. Après je suis peut-être folle, je ne sais pas, mais il y avait un peu d'humour dans ce roman, pas grand chose, mais juste ce qu'il faut à mon goût pour ne pas sombrer dans un pessimisme total face à la cruauté d'Endgame.

Puis les personnages, mon dieu qu'ils étaient bons ! Ils ont tous, TOUS, quelque chose d'unique. Il n'y en a pas deux qui se ressemblent, ils ont leur propre personnalité, leur propre passé, et leurs propres motivations de gagner. Et je n'ai pu m'empêcher de frissonner devant certains Joueurs qui ne reculaient absolument devant rien. [spoiler]Je pense notamment à Baitsakhan, qui à mon avis est le plus avide de sang du haut de ses 13 ans, encore plus que Maccabee.[/spoiler] Au bout du compte, on éprouve plus d'affection pour certains Joueurs que d'autres, peut-être parce qu'ils sont plus mis en avant dans ce premier tome. Nous verrons bien comment Frey et Johnson vont répartir la narration pour la suite !

Et puis, plusieurs questions me trottinent dans la tête maintenant : normalement, dans les romans dystopiques, il y a toujours une personne qui entraîne la rébellion. Dans Hunger Games, Katniss. Dans Divergente, Tris. Mais dans Endgame, cela reste un mystère total ! Est-ce que des Joueurs vont se dresser contre le Peuple du Ciel ? Si oui, lesquels ? En tout cas, à la fin de ce premier volet, aucun des joueurs [spoiler]à part peut-être Hilal[/spoiler] ne semblent prêts à arrêter de Jouer. Patience donc.

Pour conclure, Endgame est, et je le dis sans aucun doute, un de mes livres préférés. Tout est bien mené, le scénario est bien ficelé, pas prévisible, et les personnages sont très bien travaillés (on a l'occasion d'en apprendre plus sur eux dans Endgame : Mission, cela leur donne plus de profondeur encore). Un final qui m'a choquée et émue aux larmes. Bref, j'attends la suite avec une impatience non cachée !

par MarineL
La saga des enfants des dieux, Tome 1 : Terrible Awena La saga des enfants des dieux, Tome 1 : Terrible Awena
Linda Saint Jalmes   
GENIAL !

Un livre original, un scénario tout à fait addictif, je ne compte plus les fois où j'ai ri de bon coeur.
Le ton employé par l'auteure est juste sublime, certains moments sont intenses, c'est une histoire passionnante, j'ai été...vraiment touchée par ce livre.
Je vais éviter de trop parler de l'histoire pour laisser soin aux lecteurs de découvrir cette aventure et de pouvoir en apprécier chaque aspect et sa saveur comme ce fût mon cas.

Sachez que l'humour est omniprésent, la charge émotionnelle non négligeable, quant à l'attachement aux personnages il est immédiat tant envers les principaux que les secondaires, car tous ont leur importance et leur raison d'être.
Le seul autre livre qui m'avait à ce point paru original était "le Clan du Hameau", ici nous avons droit aux Highlanders, à la magie Celtique, aux voyages dans le temps, aux Druides et Sorcières...
Encore une fois, le ton de ce livre en fait une lecture unique et rafraichissante, comme par exemple les ressemblances cinématographiques que l'héroïne transpose aux personnes qu'elle rencontre !
Ce sont de grands moments... ;-)

MERCI à l'auteure qui a su allier légèreté, fraîcheur, intensité et émotions en un seul ouvrage, c'est sans conteste des livres comme celui-ci qui font que je prends un tel plaisir à lire.
Une série sur 3 tomes " La saga des enfants des Dieux ", le 2 : "Sophie-Elisa" sera dispo mi-octobre et le 3 : " Cameron " en fin 2012.

par ccmars
Wings, Tome 1 : Ailes Wings, Tome 1 : Ailes
Aprilynne Pike   
Avant tout, je dois vous informer que ce n'était pas la première fois que je lisais le roman. En effet, l'année dernière, j'avais pu lire Ailes en version québécoise. J'avais par la suite posté un premier avis sur le blog. Ce n'est qu'en apprenant cette année que Wings allait sortir chez nous que je me suis rendu-compte que j'avais complètement oublié de quoi parlait l'histoire et que mon avis était... Comment dire... Vraiment moyen.
Du coup, quand j'ai vu que Pocket Jeunesse organisait un concours pour gagner le roman, j'ai participé. Au pire, si je ne remportais pas le livre, j'avais toujours ma version chez moi. Mais coup de chance, je l'ai gagné ! Voilà pourquoi je reviens aujourd'hui avec un second avis. Mais pour tout vous dire, c'est exactement comme si j'en publiais un pour la première fois, comme j'avais tout oublié. Enfin, tout cela pour vous dire que oui, je l'ai bien lu une première fois, mais que j'ai totalement laissé m'échapper cette lecture.
Pour en venir à mon avis, je retiendrai de Wings une magnifique petite histoire, très douce et très fluide, qui se dévore. Le roman est un concentré de tendresse, qui nous permet de passer un excellent moment en compagnie de protagonistes touchants et adorables. L'auteure, Aprilynne Pike, a un style d'écriture très léger et très poétique, ce qui rend notre lecture agréable et captivante. J'ai vraiment passé d'excellents moments en lisant cet ouvrage magique.
L'intrigue est en apparence simple, mais elle n'en est pas moins prenante. On découvre Laurel, une adolescente âgée de quinze ans et demi, qui va vivre sa première année au lycée... Et de scolarité. En effet, depuis son enfance, elle n'a connu que les cours à domicile. Lors du jour de la rentrée, elle va faire la rencontre de David, un très charmant jeune homme, ainsi que de Chelsea. Très rapidement, ils vont se lier d'amitié. Tous trois vont d'ailleurs former un groupe que j'adore. Ils sont vraiment tous attendrissants.
Au fur et à mesure que David apprend à connaître Laurel, il nous permet de découvrir toutes les habitudes de vie de celle-ci. Elle semble être une jeune fille normale, mais elle possède certaines manies assez étranges. En effet, elle ne mange et ne boit que des produits à base de légumes, de fruits et d'eau. Pas question pour elle de se nourrir d'aliments salés, de boissons sucrées ou de repas servis à la cafétéria du lycée. Ce n'est pas tout, Laurel a la peau d'une blancheur unique, ses cheveux sont soyeux alors qu'elle ne les shampooine jamais et elle est incapable de se souvenir de la dernière fois qu'elle a saigné.
Mais ce n'est pas le pire, loin de là. Un beau jour, Laurel va s'apercevoir qu'un bouton a poussé dans son dos, entre ses omoplates. A première vue, cela est normal. Bien que Laurel n'est jamais eu de boutons d'acné, elle pense que la puberté l'a enfin touchée. Mais il n'en est rien. Plus les jours passent et plus cette grosseur va s'agrandir et s'étendre. Au bout d'un certain temps, elle disparaît... Remplacée par des pétales. Des pétales, oui. Une énorme fleur s'épanouit dans le dos de Laurel.
Suite à cette découverte, Laurel va rencontrer Tamani. Dès qu'elle va le croiser, Laurel va succomber à son charme, bien qu'il soit sur le point de lui offrir des révélations qui vont la laisser sous le choc. En effet, Tamani lui apprend qu'elle est la plus haute mutation de plante du monde, ce qui revient à dire... Qu'elle est une fée. Cette nouvelle va lui ouvrir les portes à un tout nouveau monde, et à un tas de nouveaux problèmes.
Je m'arrête là en ce qui concerne l'intrigue, mais il faut savoir qu'elle est menée à la perfection. Les rebondissements et les secrets s'entremêlent sans cesse, ce qui nous permet d'être ancrés dans l'histoire et de ne pas réussir à la quitter.
Mais ce n'est pas tout. Bien que les personnages soient innocents et passionnants, ils n'en restent pas moins dotés de sentiments forts et pleins d'affection. On assiste dans ce roman à la naissance d'un véritable triangle amoureux qui plaira à tous les inconditionnels de romance. Laurel, David et Tamani forment un vrai trio qui nous fait vivre des instants fabuleux et enflammés. Qui de Tamani ou David Lauren va-t-elle choisir ? C'est la question que tout le monde se pose, même elle.
Derrière toute cette histoire fantastique, je dois bien avouer que j'ai très souvent souri... Bon d'accord, j'ai ri à des moments où il n'y avait aucune raison de le faire, mais quand même, quand Tamani parle sans cesse de "la fleur" de Laurel, comment se retenir ? Je veux bien avoir l'esprit un peu mal placé, mais j'ai tout de même eu l'impression de lire des allusions étranges aux pétales dans son dos.
Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de lire Wings. J'ai vraiment adoré ce roman. Les personnages sont étonnants, l'histoire est féérique et la conception des fées que nous dévoile Aprilynne Pike est très plaisante. L'écriture, le fil conducteur et les évènements inattendus que renferme cet ouvrage nous permettent de succomber à son histoire, et de vraiment être plongés dans un univers fascinant. En bref, Wings est une très belle lecture, qui procure un réel plaisir à la lire.

http://wandering-world.skyrock.com/3042944443-Wings-Tome-1-Ailes.html

par Jordan
De mon sang, Tome 1 : De mon sang De mon sang, Tome 1 : De mon sang
Amanda Hocking   
J'ai adoooré ce livre. Même si, au début, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de ressemblances avec Twilight, comme les circonstances de la rencontre d'Alice et Jack, qui me rappelait particulièrement un passage de Fascination. Même si l'on sait où l'auteur veut en venir, on reste surpris par les découvertes, et surtout les circonstances de ces découvertes.
Ce tome reste génial, car il mêle beaucoup d'émotions.
J'ai trouvé Jack un peu trop puéril par moments, mais ce personnage est tout de même attachant.
Hâte de connaître la suite !!

par lina69
Éternels, Tome 1 : Evermore Éternels, Tome 1 : Evermore
Alyson Noël   
Je viens de le finir a l'instant & Je suis très agréablement surprise.
L'écriture est assez simple, ce qui en fait un livre agréable à lire, pas compliqué du tout. La narration au présent m'a un peu dérangé au début, mais finalement on s'y fait assez bien & Ca ne dérange plus du tout.
Les personnages sont vraiment hyper attachants. On comprends bien & On partage la peine d'Ever, & Aussi ses "écarts".
Quand à Damen, c'est un personnage ténébreux, mystérieux, très interessant.
Le véritable plus dans ce livre, c'est la différence dans l'histoire. Durant tout le bouquin, je pensais que Damen était un vampire, alors que pas du tout. Ca change un peu du sujet "Vampires" du moment.
Il n'y a pas vraiment de ressemblance avec Twilight, même si en lisant le résumé, je pensais que ce serait qu'une simple "copie" de Twilight, c'est tout l'inverse.
L'histoire tient debout, on se laisse vite emporté.
Parcontre la fin est assez soudaine.
Dans l'ensemble, un livre que j'ai vraiment aimé. Je lirais le tome 2 bientot, comme je l'ai déjà.

par Okapi
Angelfall, Tome 1 : Penryn et la fin du monde Angelfall, Tome 1 : Penryn et la fin du monde
Susan Ee   
Attention, ce livre prendra sans doute une place dans votre coeur aux côtés de vos favoris !
Pour ma part cela faisait bien longtemps que je n'avais été aussi envoûtée à la lecture d'un livre, enchaînant la turbo-lecture et me lamentant de ne pouvoir lire la suite dans la foulée.

Les ingrédients de départ vous rappelleront certainement bon nombre de vos lectures : un monde post-apocalyptique, une jeune fille responsable, une mère "incapable", une petite sœur fragile, handicapée, une rencontre improbable avec un être masculin dangereux...

Et pourtant il n'y a rien de cliché dans le développement de cette histoire. Susan Ee, avec un talent incroyable, a su rendre touchants et crédibles ses personnages, saupoudrant le tout d'une touche d'humour bienvenue dans cette aventure pleine d'action dramatique, et de surprises à la fois horribles et réjouissantes.

Le contexte est classique mais assez étonnant : l'apocalypse est venue, avec son lot de cataclysmes et d'anges vengeurs. Ces derniers terrorisent la population survivante, alors que le monde sombre dans le chaos. Les anges sont beaux mais effrayants et chacun craint de les croiser.

Penryn fera bien entendu connaissance d'un de ces anges pour une aventure mouvementée, teintée de romance très débutante et très émouvante, alors qu'elle part à la recherche de sa petite sœur disparue. Ce moteur classique est ici pleinement justifié par le déroulement de l'histoire, tout comme l'évolution des sentiments des deux personnes.

L'ambiance est très réussie, très évocatrice, avec un traitement sans longueurs et sans stéréotypes (je me répète mais arriver à faire du neuf avec du vieux, c'est admirable !).

J'ai particulièrement apprécié comment était justifié le profil psychologique de l'héroïne, ainsi que ses aptitudes physiques inhabituelles. Sa personnalité a été façonnée par celle de sa mère, une mère aimante mais aussi... dangereuse.
Cet abord intelligent et subtil est rare en littérature young adult, où les clichés sont souvent brassés sans complexes (et à mon âge, hélas, cela m'empêche souvent d'apprécier pleinement ma lecture).

Le déroulement de l'intrigue est très riche, nous permettant de découvrir plusieurs aspects des nouvelles organisations sociales (résistance et collaboration pour simplifier) tandis qu'une sinistre opération mystérieuse se dévoile peu à peu en arrière plan...

Le rythme est très soutenu, laissant pourtant la part belle à la psychologie. Plusieurs registres sont utilisés (fantastique, thriller, romance, road-movie) pour un style mi romantique, mi pragmatique, mâtiné d'horreur. Ce mélange étonnant est très réussi.

L'évolution finale du récit a de quoi surprendre, l'auteur sait mélanger les genres avec brio, n'hésitant pas à travailler sur plusieurs registres.
Ce livre se clôture ainsi sur un point d'orgue, promettant une suite qui s'annonce passionnante.

Ce roman américain est initialement un livre auto-édité, qui a été accueilli avec enthousiaste par les lecteurs, et dont les droits ont été rachetés au cinéma, ce qui peut nous faire espérer une traduction très très vite !


par milabette
Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ? Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ?
Michelle Hodkin   
Ouaw. Juste ouaw. Quel livre... Quelle histoire... Je pense qu'il va me falloir un petit moment pour me remettre de cette lecture. J'en suis encore tout retourné. Ce roman nous ramène aux sources du fantastique, à l'état le plus pur du mystère, de l'étrange et du surnaturel... Comment vous transmettre tout ce que j'ai ressenti ? Je viens juste de le finir et j'en tremble encore. On respire.
Lorsque j'ai commencé The Unbecoming Of Mara Dyer, je ne savais absolument pas dans quelle aventure j'allai être embarqué. Comme vous avez pu le voir, le résumé ne dévoile presque rien... Pourtant, j'ai été irrémédiablement attiré par ce livre. Dès la première page, j'ai été emporté dans l'intrigue... Le prologue est juste génial... Lorsqu'un livre commence par une séance de spiritisme entre amies, à savoir Mara Dyer, Rachel ( sa meilleure amie ) et Claire, qui va très rapidement mal tourner, comment ne pas être séduit ? Surtout quand le jeu indique que Rachel et Claire vont mourir... A cause de Mara. Cette séance a eu lieu il y a six mois.
Six mois plus tard, Rachel, Claire et Jude ( le petit-ami de l'époque de Mara ) meurent pendant l'effondrement de l'immeuble dans lequel ils se trouvaient. Avec Mara. Qui est indemne. Que c'est-il passé ? Mara n'en a aucune idée, car après qu'elle s'en soit sortie, elle se réveille à l'hôpital sans aucun souvenir. Haaa, rien que d'y repenser, j'en ai des frissons ! Franchement, comment pas succomber à cette intrigue en or ?
Mais ce n'est pas tout. Maintenant qu'elle est réveillée, Mara tente de se rappeler de cette nuit où elle a pénétré, avec ses amis, dans le vieil immeuble qui menaçait de s'écrouler depuis des années. Sauf que ses souvenirs ne se manifestent pas. Par contre, d'étranges faits commencent à voir le jour autour d'elle. C'est à partir de là que j'ai commencé à être dépendant du livre, lorsque tout me paraissait à la fois complètement fou et me rendait tellement accro. Car oui, pour moi ce roman était devenu un drogue. J'y pensais partout où j'allai. Mais pourquoi ? Je vais tenter de vous l'expliquer... Mais coucher à l'écrit tout ce que j'ai ressenti va s'avérer très compliqué.
The Unbecoming Of Mara Dyer est un livre noir, très noir. Le mystère et l'étrangeté sont partout, présents à chaque page. Mara est un personnage unique et exceptionnel. C'est la première fois que je rencontre une héroïne de son genre. Elle est touchante, drôle, et on joue tellement avec sa santé mentale que je me suis plusieurs fois demandé si elle n'était pas dingue. C'est d'ailleurs ici l'un des élément clé de l'histoire : Mara est-elle totalement folle ou lui arrive-t-il vraiment d'horribles choses ? Par "horribles" j'entends des visions de ses amis décédés dans des miroirs, des apparitions, des voix. Elle va même s'infliger des douleurs qui auront disparu le lendemain... Mais que se passe-t-il vraiment ? Vit-elle tous ces moments ou les rêve-t-elle ? Je me pose encore la question...
Oui, ici, nous ne sommes jamais certains de la véracité de ce qu'il se passe. A beaucoup de reprises je me suis dis "mais ouaw... Est-ce que c'est moi qui ne comprends rien, Mara qui débloque ou ses souvenirs qui lui jouent des tours ?". J'ai adoré ça... Ce livre m'a donné de gros maux de crâne... Mais dans le bon sens. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas pensé à un livre vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour savoir si telle scène était réelle ou non. Michelle Hodkin pousse le vice très, très loin. Il y a vraiment eu des passages où je pensais que c'était impossible... Tout ce qui arrivé à Mara n'était que dans son imagination.
C'est à ce moment-là qu'apparaît Noah dans l'histoire... Haaaa Noah ! Il va en faire rêver plus d'une, j'en suis sûr. Mara comprise, bien sûr. Noah et elle vont vite se rapprocher, et former un duo ( et pas un couple ! ) vraiment super. Toutes les scènes où ils étaient tous les deux m'ont fait fondre, rire, m'ont touché et m'ont permis de m'attacher un eux. D'ailleurs, je crois que je me suis vraiment trop rapproché d'eux. Les quitter est vraiment dur. Mara et Noah sont deux protagonistes géniaux, qui vous font vivre le livre avec une intensité rare. En plus, Noah va aider Mara dans sa quête vers ses souvenirs. Chose qui va entraîner bien des problèmes... Et des révélations stupéfiantes.
Haaaalala, c'est juste horriblement frustrant de ne pas réussir à vous transmettre mes sentiments ! The Unbecoming Of Mara Dyer est une perle ! Un roman magnifique et doté d'un pouvoir d'addiction immense. L'histoire est inédite, nouvelle sur tous les plans. Comment vous faire comprendre que je suis fan de ce livre ? Que désormais à chaque fois que je passe devant un miroir je pense à Mara et je m'écarte un peu de ce dernier ? Que je me suis demandé si je n'étais pas en train de devenir dingue tellement la psychologie de Mara était remise en cause ? Fiouuu, c'est vraiment un livre marquant.
Cette intensité va crescendo pendant toute notre lecture. L'intrigue m'a souvent donné des frissons ou des vagues d'adrénaline. J'étais juste emporté dans une tempête. Violente et destructrice. Les pages défilaient trop vite, je ne les voyais pas passer entre mes doigts ! L'atmosphère est si prenante que je n'écoutais littéralement plus rien autour de moi. C'était fantastique !
Tout cela a eu lieu jusqu'à la dernière ligne. Du début à la fin, j'ai été ancré au roman. Et la fin... Encore un ouaw. Je l'ai relu quatre fois, pour être sûr que je n'avais pas rêvé. Puis après, j'ai réalisé que j'allai devoir attendre la suite. Là, j'ai été détruit. Comment l'auteure peut nous laisser comme ça ? C'est juste... Arghh ! Je m'en arracherais les cheveux ! Les dernières pages sont explosives, bouleversantes, brûlantes... J'ai dû reprendre mon souffle pendant deux minutes avant de commencer mon avis. D'ailleurs, cette sensation d'être complètement secoué par un livre ne s'est toujours pas dissipée.
Alors, qui est Mara Dyer ? Je ne vous le direz pas, pour la simple est bonne raison que je l'ignore. Enfin, je crois. The Unbecoming Of Mara Dyer est un roman étrange, parsemé de noirceur et de ténèbres. Mais cette étrangeté nous attire, cet aspect surnaturel nous force à lire. A la fois palpitante, dotée d'une romance sexy et à faire fondre les personnes qui détestent le romantisme, inquiétante et sublime, l'histoire de The Unbecoming Of Mara Dyer ne pourra que vous séduire. Mara et Noah sont deux héros formidables, qui me manque déjà et que j'ai hâte de retrouver. Je ne vous conseille pas de lire ce livre, je vous l'ordonne. Mais attention, ne le faites que lorsque la lumière est allumée, que lorsque vous êtes loin d'un miroir, et que vous êtes sûr(e)s que ce que vivez, est bien la réalité.

http://wandering-world.skyrock.com/3036099323-Mara-Dyer-Tome-1-The-Unbecoming-Of-Mara-Dyer.html

par Jordan
Blacklistée Blacklistée
Cole Gibsen   
UN jour j'ai eu envie de lire ce livre. je ne le regrette pas. il est vraiment très prennant, je l'ai lu en deux jour. une histoire qui résumé assez bien le harcelement scolaire même si je trouve que l'auteur n'a pas assez insisté sur les méchancetés de Reagan au début, [spoiler]tout le long du livre elle parle des horreurs qu'elle a dit mais nous ne les voyons pas, ce livre veut montrer que les bouaux ne sont pas si mauvais et que les victimes ne sont pas si inoccente, le livre prends l'axe des regrets, de comment régler ça. je trouve cela domage de ne pas avoir eu de harcèlement en dehors de l'école,l'auteur parle d'un groupe facebook puis plus rien, Regan est exclue et un peut maltraitée par Amber mais au final... rien de bien grave[/spoiler] le récit n'entre pas assez loin dans l'horreur. Nolan est intriguant, un jeune homme assez bizarre mais qui peut surprendre [spoiler]il vient en aide à Regan pour réparer ce qu'il a fait, car oui c'est lui avec son amie Blake qui, pour venger la tentative de suicide de son ex, a placarder les horreurs que Regan et ses amies ont dit sur les gens du lycée. [/spoiler] j'ai bneaucoup aimer Nolan. [spoiler]quand Regan découvre la vérité sa réaction est normale mais ma attristée, j'aurais aimer que leur couple prenne réellement vie, la fin ouverte sur ce point est frustrante. Nolan peut être pardonner car il a su dire stop quand il s'est rendu compte de son erreur et a essayer de réparer son erreur, et elle qui dit que tout cela l'aura quand même fait changer dit qu'elle ne peut pas lui pardonner, dommage [/spoiler]
conclusion un très bon roman qui m'a touché, mais il manque quelque chose. Le harcèlement n'a pas été assez fort, la méchanceté de Regan pas assez exploitée et la fin un peut bizarre. en bref un livre à lire mais qui aurait mérité 100 pages de plus et qui aurait du être beaucoup plus dur, car la réalité de personne harcelée passe par les réseaux sociaux et les sms et appel téléphonique.

par ScarlettD
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3