Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jadeia_maroon : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Le Trône de fer, Intégrale 1 Le Trône de fer, Intégrale 1
George R. R. Martin   
Que dire ? Difficile de mettre des mots sur ce que j'ai ressenti à la lecture de ce premier tome... impossible presque.

A Game of Thrones est peut-être l'un des livres qui m'a le plus marquée, dans ses personnages si tangibles, ses situations si retorses, ses paysages si rudes... C'est une de ces lectures dont on ne sort pas indemne, et je sais que désormais A Song of Ice and Fire ne me quittera plus.

Je n'ai qu'un seul regret : ne pas l'avoir commencé en hiver... Winter is coming.

par Funambule
Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas
Tahereh Mafi   
Oui, bah non, j'ai pas tenu le coup, je l'ai lu, voilà, j'ai craqué. Et ça me fait ressentir des choses paradoxales, je suis heureuse, très heureuse, euphorique même. Mais je suis triste, triste de devoir attendre un an avant la sortie du prochain tome. Ce roman est ... je n'ai pas suffisamment de mots pour décrire combien j'ai attendu de lire quelque chose comme ça, combien j'ai espéré qu'un auteur m'offre cet extase, une fois dans ma vie (et j'en veux plus, plus, plus). Je ne reviendrais pas sur la plume irrévocablement et indéniablement sublissime de Tahereh Mafi, ceux qui ont lu le premier tome savent déjà à quel point c'est une auteure talentueuse.
Des livres excellents, j'en ai lu, et j'en lirai. Celui-ci est différent, pas le meilleur, un des meilleurs, oui. Mais il est différent. Si différent. On n'a pas tellement l'impression de lire un roman, on a juste l'impression qu'on est quelqu'un d'autre, on a juste l'impression de penser, inlassablement, sans réel fil rouge, sans transition, sans mensonges. Parce que les sentiments sont si authentiques, ils sont si véridiques que ça ne nous touche même pas, ça ne nous fait même pas ressentir de l'empathie, c'est plus fort que ça, plus puissant, plus poignant. Waw. Oh mon Dieu, Oh mon Dieu, Oh mon Dieu. C'est haletant, presque fatiguant. Je ne sais pas quoi dire, ni quoi penser, j'en reviens pas.
Les personnages sont...la raison principale qui me fait tant aimer ce livre, et je suis déçue de ne pas pouvoir leur attribuer un 100, un 1000 sur 10. Ils sont incroyablement attachants, incroyablement vrais. Juliette a évolué, oui, et on sent cette évolution. Si je l'aimais au tome un, j'en suis venue à l'adorer, j'ai ressenti tout ce qu'elle a ressenti, agonie, frustration, tiraillement. Warner a évolué, Warner est changé, Warner est...juste Warner. Il n'en faut pas plus pour l'aimer, aimer son imprévisibilité, la contrariété qu'il éveille parfois en nous, mais l'indubitable affection qu'on ne peut s'empêcher d'éprouver à son égard. Adam est toujours aussi magique, mais lui aussi est changé, lui aussi est différent. Kenji est la petite fraîcheur au milieu de ce monde chaotique, celui qui m'a fait sourire et rigoler, même dans les situations les plus dramatiques, ce personnage est vraiment indispensable au roman, vraiment.
Je ne vais pas plus m'étaler (même si je pense l'avoir déjà assez fait), mais Unravel me a définitivement quelque chose de plus que les autres romans YA. Définitivement.


par Dreamer
Journal d'un vampire, Tome 9 : Le Cauchemar Journal d'un vampire, Tome 9 : Le Cauchemar
L.J. Smith   
Quand j’ai commencé cette série, j’ai tout de suite accroché et je l’ai vraiment trouvé géniale… Mais là je commence vraiment à trouver que ça traîne en longueur. Faire un tome pour faire un tome n’a pas grand intérêt mais bon. C’est quand même un livre qui se lit très vite et qui est agréable et divertissent. On retrouve avec plaisir les personnages, cette fois-ci plusieurs années après, et on apprend ce qu’ils sont devenus. C’est intéressant et ça reste une bonne histoire avec du surnaturel. Le personnage d’Elena m’énerve toujours autant… Trop « parfaite » à mon goût. Elle incarne la fille que tout le monde aime et qui se croit super forte… Pour moi ça reste un personnage franchement antipathique.
Mais sinon mis à part ça, l’histoire est originale, et il y a toujours une pointe d’humour, que ce soit du cynisme ou de l’ironie, et y a du suspense. Je déplore cependant le fait que l’auteur veuille à tout pris mettre des tonnes de rebondissements… L'écriture et le style sont cependant fluide et c'est une lecture qui fut rapide mais captivante.

Ensuite, bon ben on se retrouve avec Elena et Stefan dans leur quête pour annihiler le mal... Un schéma classique mais qui fait toujours son effet, et la situation est tout de même originale.[spoiler]Matt qui se trouve une petite amie qui va le laisser tomber quand elle va savoir qui sont vraiment ses amis, et qui va ensuite se remettre avec lui… je trouve que c’est quand même bien pour lui d’avoir pu trouver l’amour, et quelqu’un qui ne le mène pas en bateau. Ensuite Bonnie…. Le personnage que je préfère dans cette série et qui correspond vraiment au profil d’une vraie amie et d’une bonne héroïne. Elle va donc devenir plus forte, ce qui est vraiment bien pour elle. Au cours de leur lutte contre Solomon, Stefan et Elena devront faire face à de nombreuses difficultés, notamment liées au fait que celui-ci peut contrôler des corps à distance et donc les attaquer tranquillement… Pour y arriver, ils se lieront avec Jack et une bande de chasseurs de vampires… Mais qui aurait pu croire que Jack était fou au point de créer une nouvelle espèce de vampire et de tuer tous les autres vampires ? Et c’est d’ailleurs pour ça que sont morts Stefan et Katherine… Double peine pour Damon que de perdre son amie et son frère… En tout cas, j’ai trouvé la mort de Catherine triste, ainsi que celle de Stefan… Bien que cette dernière fut complètement bâclée en quelques pages seulement… On n’a pas ressenti beaucoup d’émotion de la part des autres personnages, c’était quand même assez dommage qu’elles n’eussent pas été plus approfondies. Ça aurait donné plus de longueur et d’intensité au récit. Bon après on découvre que Jack est en train de transformer Meredith en vampire…. Je me demande bien comment cela va se terminer.[/spoiler]

Voilà, c’est donc un tome sympathique mais qui m’aura laissé sur ma faim. Trop court et pas assez approfondi à mon goût. Certains passages très importants ont seulement été survolés, et c’est vraiment dommage. Un tome où le tragique et le dramatique se mêlent, où tout est surnaturel et où on peut retrouver avec plaisir un univers quand même intrigant et captivant. Il me tarde donc de lire la suite pour voir comment évoluent les évènements et la situation.

par elana55
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Yona - Princesse de l'Aube, tome 1 Yona - Princesse de l'Aube, tome 1
Mizuho Kusanagi   
J'ai Adoré cette série. Les graphismes sont juste superbes, la situation de l'histoire est super intéressante sans parler des personnages et surtout de l'héroine qui sont juste géniaux! [spoiler]C'est vraiment cool de voir Yona gagné en caractère au fil des pages. Enfin une héroïne digne de ce nom![/spoiler]

par Cherry23
Gatsby le magnifique Gatsby le magnifique
Francis Scott Fitzgerald   
Ce livre révèle le talent de l'auteur, je suis tombé sous le charme de de cette écriture fantastique. C'est une pure merveille, qui nous montre la vie des aristocrate du début du siècle dernier, et la décadence d'un personnage extraordinaire.

par myosotis
Sœurs sorcières, Livre 1 Sœurs sorcières, Livre 1
Jessica Spotswood   
Une livre à lire pour trois raisons : l'époque, le thème et les personnages !
L'auteur nous emmène certes dans une Angleterre imaginaire mais pleine des conventions d'atants, avec les longues robes et paroles appliquées. Une ambiance qui dépayse.
Le thème des prophéties et des sorcières est commun, pourtant la vigueur des personnages et le contexte histoire (Fille de Perséphone, les Frères) lui donne un nouveau souffle.
De plus, Cate est un personnage attachant, de part sa dévotion et son amour pour ses sœurs et sa volonté d'être une femme libre. On s'imagine aisément dans cette société où la femme n'est rien, et la révolte de Cate est à la fois subtile et radicale.
Un livre que j'ai adoré !
Yona - Princesse de l'Aube, tome 16 Yona - Princesse de l'Aube, tome 16
Mizuho Kusanagi   
Je trépigne d'impatience à chaque sorte de Yona - Princesse de l'Aube, et celui-ci n'a pas fait exception. Ce seizième tome est tout simplement excellent ! Il y aurait tant de choses à dire à son sujet...

Hak est à l'honneur sur la couverture de ce tome 16, mais pas seulement. Confronté à son ami d'enfance et à présent ennemi, nous assistons à un déferlement de haine inouïe : quand Hak est fou de colère, il ne fait pas semblant. Ce n'est rien d'artificiel, pas une petite crise de nerfs ou une simple tension... Tant de rage et de tristesse contenues en un seul homme, qui plus est si jeune (après tout il n'a que dix-huit ans à peine) m'a profondément ému... Et quelques instants après, il regarde Yona avec la même douceur et la même tendresse que d'habitude, bien qu'un léger voile de tristesse subsiste dans ses yeux. Bref, Hak n'a pas volé son surnom, "La Foudre" ; nous en prenons plus que jamais conscience.

Concernant Lili, elle a bien évolué, à l'instar de Yona. De frêle jeune fille capricieuse à fille de général déterminée à sauver son peuple des effets du Nadai, elle n'hésite pas à se constituer une armée pour affronter le Kai du Sud, quitte à subir les foudres de son père, chef de la tribu de l'eau. Ce dernier l'a bien compris d'ailleurs. La détermination de Lili a été comme un déclencheur pour ce général d'ordinaire si pacifique et posé. Cela est très révélateur : ne dit-on pas qu'il faut se méfier de l'eau qui dort ?

Soo-Won a l'air de souffrir terriblement en son for intérieur. Quoique, peut-on vraiment parler de souffrance ? A le voir regarder ainsi le ciel et ses anciens amis, il semble si... mélancolique. Comme s'il avait perdu une part de lui-même ce fameux jour où tout à basculer pour Yona, Hak et le peuple de Kôka tout entier. Ce désir de réunir les cinq tribus et de renforcer le royaume afin de n'essuyer aucune perte face à l'Empire de Kai est très louable. Si bien que l'on ne peut pas le détester. Il a la prestance d'un roi, c'est indéniable (sauf quand il décide de faire le clown, ahah). Mais Yona a elle aussi la prestance d'une reine, à présent. Elle n'est plus la jeune fille capricieuse, naïve et pleine de vitalité qu'elle était autrefois. Ses blessures physiques comme mentales l'ont grandement fait évoluer. On se demande alors qui de Soo-Won ou Yona est le plus apte à monter sur le trône et diriger le royaume de Kôka. Cela, seuls les prochains tomes nous le diront. Je crains de ne pas avoir de réponse tout de suite mais, honnêtement, tant que je peux continuer à suivre les aventures de ces personnages hauts en couleur, je suis comblée.

S'il y a bien un personnage qui m'intrigue au plus haut point, en dehors de Soo-Won, c'est bien Zeno. A quoi pense-t-il lorsqu'on le trouve avec cette expression lointaine, alors qu'il regarde le ciel ? Impossible de le cerner. Il pourrait aussi bien passer pour un clown funambule déambulant dans les villages et les marchés que pour un sage qui connaît l'histoire de ce monde.

Et c'est reparti pour une attente (presque) interminable : deux mois. J'exagère, c'est vrai, mais franchement, comment ne pas être surexcité face une série pareille ?! Rendez-vous le 19 avril 2017 pour de nouvelles aventures !

par Calypso-x
Lux, Tome 4 : Origine Lux, Tome 4 : Origine
Jennifer L. Armentrout   
Bon, il est temps que je donne mes impressions sur cette merveille que j'ai lu, à sa sortie en plus (Pourquoi est-ce que je l'ai pas fait avant ? xD)

En bref, c'est du Jennifer tout craché. Elle nous fournit avec Origin un quatrième tome à la hauteur des précédents, un livre qui m'a fait rêver, m'a fait pleurer, rire et presque crier. Un livre que j'ai longuement attendu, pré commandé et attendu encore et encore. Et qui a remplie toute mes attentes.

Elle nous offre avec ce livre une possibilité d'être à la fois dans la tête de Kat mais aussi de Daemon et ça, c'est une expérience unique.
Le livre reprend où le tome précedent nous avez laissé [spoiler]c'est à dire avec Kat détenue et un Daemon fou de rage et de chagrin[/spoiler] et, dès le début, on est envahit par les émotions.
Leur séparation ne dure, à mon grand soulagement, pas très longtemps non plus car l'auteure les fait se retrouver relativement rapidement. Mais les scènes des deux points de vue permet d'approfondir leurs sentiments, notamment durant celle ci, et c'est un véritable bonus.
Retrouvé ces personnages, ça a été comme avalé une bouffée d'air après avoir passé trop de temps sous l'eau. Ils m'avaient vraiment manqué et on peut dire qu'il n'ont rien perdu de leur charme, au contraire.

L'intrigue suit son cours et on ne s’ennuie pas un seul instant, toujours à fond dans l'histoire, happé par les événements et choqué par toutes les révélations et réponses aux questions que ce tome nous offre.

On retrouve avec joie les autres personnages comme Dee, Dawson, Beth, Ash, Andrew ou encore Luc...et on passe des rires aux larmes dans ce petit bijou qu'Armentrout nous a offert.

Vraiment, cette série est essentielle et absolument à lire. :)

par Pixma33
Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas
Tahereh Mafi   
Bon, je me prépare au déluge de votes négatifs qui vont accompagner ma review car beaucoup de personnes n'apprécient pas de voir certains d'entre nous avoir un avis différent (personnellement je crois encore à liberté d'expression, désolée), or ce qui est sur c'est que contrairement à l'ensemble des bloggeurs qui semblent avoir été en admiration à la lecture de ce bouquin ça n'a pas du tout été mon cas. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé, cependant il y a beaucoup de choses qui m'ont déplu/interpellée.

Le concept de l'histoire est intéressant. Juliette, 17 ans, possède un don particulier. Lorsqu'elle touche une personne elle se nourrie de son énergie jusqu'à la tuer, et elle ne contrôle pas du tout cette particularité. Enfermée dans une asile depuis plusieurs années, elle est en isolation jusqu'au jour où on lui donne un compagnon de cellule : Adam. Cependant ce que Juliette ignore c'est que ce don, qu'elle considère comme une malédiction, est convoité; principalement par Warner, un chef de ceux qui se nomment The Reestablishment et qui ont peu à peu prit contrôle du monde dans lequel le roman se situe.

Cependant le monde dystopique passe au second plan et elle complètement obscurci par l'enchaînement de métaphores que l'auteur nous balance au fil du récit. Parce que ce qu'il faut comprendre lorsque tous les reviewers disent que Tahereh Mafi a un style d'écriture très différent de ce qu'on a l'habitude de croiser, c'est qu'ils ne mentent pas. Et sincèrement je pense que c'est le genre d'écriture que vous adorez ou détestez, y'a pas vraiment de juste milieu. Pour ma part j'ai trouvé que c'était un gros point faible au bouquin car ce style m'a vraiment tapé sur les nerfs, surtout toute la première partie de ma lecture. La ponctuation est très particulière (voir carrément absente à certains moments), les pensées que Juliette n'ose pas avoir sont balancées au milieu de la narration et raturées, et comme je l'ai dit on va de métaphore en gros imbroglio de mots qui se suivent (avec parfois des suites de cinq ou six fois le même mot ce qui arrange encore moins les choses) et qui finissent par ne plus avoir de sens. En gros, le style d'écriture est très frustrant et j'ai trouvé qu'il gênait énormément le récit à certains moments. Alors oui, je veux bien que ça s'arrange au fil des pages et du rétablissement mental et social de Juliette (faute d'autre terme), mais c'est vraiment dur de passer toute la première moitié du bouquin à cause de ça. Il y a vraiment des moments où ça me démangeait de choper un stylo et de mettre des virgules, des points, et du correcteur sur les répétitions (je vous rassure je ne l'ai pas fait, c'est pas demain que je me mettrais à profaner un de mes livres même si la tentation était grande avec celui-ci).

Toutefois la seconde partie du roman est beaucoup intéressante et beaucoup plus vivante. [spoiler]En fait les choses ont commencés à vraiment capturer mon intérêt lorsque Adam et Juliette s'échappent.[/spoiler] La fin offre de bonnes possibilités pour la suite, maintenant à savoir si l'auteur saura les exploiter. Je réserve mon jugement sur le second tome, je ne sais pas encore si je le lirais. Je crois que j'attendrais d'avoir un résumé et des extraits (histoire de voir si le style se stabilise un peu plus ou si on repart dans un méli-mélo sans sens). C'est vraiment dommage car le thème de l’histoire en lui-même est intéressant et les bases qu'offre cette fin promettent beaucoup.

Pour ceux qui seraient intéressés par la traduction Française, le livre sortira chez Michel Lafon mais il n'y a pas encore de date précise à ce que j'ai pu voir (à l'origine le livre était annoncé pour courant 2012). Sincèrement, sans vouloir être défaitiste, j'ai peur de ce que la traduction va donner... ça risque de rendre la lecture encore plus pénible. J’attendais beaucoup de ce roman, surtout avec l’avalanche de reviews élogieuses, mais je crois pouvoir dire que ça a été finalement une déception pour moi.

par Althea