Livres
470 055
Membres
438 107

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

Que peut encore craindre un homme qui ne craint plus la mort ? Il est libre. Il est serein. Il est vivant. Quelle joie sauvage on doit ressentir alors, à maîtrise la bête, à se détacher de tout, à mépriser ce qui fait marcher le monde !

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

Mais qu'est-ce qu'un rêve, sinon un soupir sur l'eau de nos consciences ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

J'avais tué le voïvode Bela. J'avais survécu à Kaellsbruck. J'avais porté la main sur le Podestat. Ils étaient rares, les hommes qui pouvaient se vanter d'avoir commis des crimes ou des exploits comparables. Après tout, même si je sortais du ruisseau, même si je crevais de trouille, je n'en représentait pas moins une sorte d'aristocrate de la crapule. Il me fallait réagir en tant que tel. Il me fallait réagir ! Et ce fut ainsi, dans la pénombre humide qui sentait la vieille pierre et la moisissure, avec un nœud d'angoisse et de morbidité lové au fond du cœur, que je finis par me forger une détermination nouvelle. Je retrouvai ma lucidité acerbe, mon sens des affaires, ma carapace d'égoïsme. Je retrouvai mon audace calculée, ma moralité biaisée, ma ténacité rageuse. Je retrouvai Benvenuto Gesufal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

Je m'appelle Benvenuto. C'est un prénom qui me va mal. Je suis tueur à gages.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Snowheart 2012-03-05T18:16:07+01:00

Un bref coup d’œil vers la cour suffisait à étourdir, tours et remparts s'amenuisant en lignes convergentes vers un point de fuite enraciné dans le rocher. Mais c'était le panorama qui attirait le regard. Depuis cette aire d'aigle, le chevalier contempla surtout le ciel, démesuré et bas, convulsé de nuées en débandade : une houle indisciplinée, marine et gris sale, que brouillaient çà et là des averses vives comme des embruns. Sous cet océan en marche, le monde s'étirait à l'infini, vers des horizons duveteux et sombres. Les croupes des collines s'étalaient, dans une volupté indifférente, hérissées de forêts drues. Les vallées s'étranglaient entre des coteaux menaçants, bifurquaient au détour d'un relief, sinuaient furtives entre les hauteurs que nivelait la distance. Les bois faisaient le gros dos sous le ciel mauvais, frémissaient en longs frissons grondeurs quand la bourrasque devenait rageuse. L'homme se perdait dans tout cela, une simple tique sous la robe d'un cheval.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Snowheart 2012-03-05T18:11:55+01:00

Les prêtres, les philosophes et les cyniques qui affirment que tous les hommes sont égaux dans la mort sont de fieffés menteurs. Ou de fieffés imbéciles. Il y a mourir et mourir. La mort, c'est comme la vie ; on crève en gueux, en bourgeois ou en aristocrate. [...] Puisqu'il n'y avait plus d'espoir, à quoi bon le désespoir ? Puisqu'il fallait passer, autant le faire avec style. Agir encore, pour combler le néant ; transformer sa mort en projet, puisqu'il n'y avait plus d'autre avenir

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

On dit que le Roi-Dieu, une fois de plus, s'est levé dans la nuit. On dit que le Roi-Dieu, une fois de plus, a cherché dans la nuit. On dit que le Roi-Dieu, une fois de plus, a versé dans la nuit. Cependant, on ne comprend guère le malaise exsudé par le palais. On se contente de chuchoter, pour répandre l'angoisse comme une contagion de l'âme, pour conjurer la peur individuelle par la peur collective. Qui peut comprendre ce qui tourmente un dieu ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

"Je souhaiterais obtenir un entretien avec Sa Seigneurie. Elle me connait : j'ai déjà eu l'honneur de la daguer."

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-06T21:40:12+01:00

La souffrance, l'effort, la pluie froide, et la pénombre hostile de la forêt finirent par se mêler en un long cauchemar. La jambe et le bras gauche du vieillard, qu'il maintenait contre sa poitrine, heurtaient avec une régularité obsessionnelle son ceinturon d'armes et ses hanches. La tête de Dugham roulait contre son cou, rendue poisseuse par la sueur et par le sang qui lui avait coulé le long de la nuque. Le vieillard devenait de plus en plus froid, et grelottait de façon pathétique. Il gémissait parfois au creux du cou de Cecht, et cette détresse chuchotée à l'oreille du grand guerrier lui glaçait les os.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode