Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de jarnetmelanie : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Hérauts de Valdemar, Tome 1 : Les Flèches de la Reine Les Hérauts de Valdemar, Tome 1 : Les Flèches de la Reine
Mercedes Lackey   
J'ai bien apprécié ce premier tome que je viens d'achever avec toutefois plusieurs gros "mais" :

- J'ai été assez choquée de voir que dans l'édition que j'ai (2008, j'espère qu'ils ont corrigé depuis !) de très nombreuses coquilles. Je ne compte plus les points absents en fin de phrases ou au contraire en double exemplaire, les tirets de dialogue manquants ou au contraire en trop, deux majuscules injustifiées en plein milieu de phrases, "de un" au lieu "d'un", "pas" au lieu de "par". Franchement, gros coup de gueule contre l'éditeur !!

- J'ai trouvée dommage que les différentes intrigues ne soit pas mélangée, même si elles restent toutes liées entre elles. A l'arrivée de Talia, la reine lui annonce ce qui l'attends et les évènements surviennent les uns après les autres : d'abord le harcellement des Bleus et la tentative d'assacinat, puis la reine, puis l'héritière... J'aurai trouvé plus crédible et plus palpitant si ces intrigues avaient été mélangées.

- J'ai trouvé qu'il y avait trop de "passif" (d'actions résumées) dans l'histoire. Talia fait ci, il se passe ça... C'est sur que le livre aurait fait quatre fois son volume s'il avait fallu tout développer, mais bon, sur la fin, j'ai commencé à trouver ça pompeux et lassant, à force.

- Enfin, j'ai été déçue de constater à la fin que Talia n'a pas encore ses habits de Héraut. C'était son voeux le plus cher depuis le tout début, et j'aurai vraiment souhaité assister à ça !

Bref, à part ça, ça reste quand même un roman agréable et facile à lire pour se détendre. J'ai bien aimé le clin d'oeil au Seigneur des Anneaux à travers le lac Evendim. Au moins l'auteur a de bonnes références :p

par AgatheK
Véronika décide de mourir Véronika décide de mourir
Paulo Coelho   
Offert par ma cousine qui a été conquise, je l'ai été aussi!
C'est le premier livre de Coelho que je lis, et je m'attendais à une écriture complexe, et c'est tout le contraire. On se laisse très facilement emporter par l'histoire, qui est un peu le reflet de nos vies à tous: soyons stoïciens, pourquoi donc continuer à vivre une vie qui ne nous plait pas? Alors sans aller jusqu'au suicide, remettons nous en cause, et soyons plus ouvert, peut être fous pour être en fin de compte plus sains.
Et la fin est absolument inattendue, mais fort heureusement!

par Amelie116
La Meute du Phénix, Tome 3 : Nick Axton La Meute du Phénix, Tome 3 : Nick Axton
Suzanne Wright   
Je dois dire que j'ai été très surprise par ce tome...les 2 tomes précédents bien qu'excellents avec une histoire et un couple différents restaient similaires au niveau de la construction du récit! Pour ce tome 3, ce n'est pas le cas et on trouve plusieurs petites différences par rapport aux autres tomes : le couple Shaya/Nick a été mise en place depuis le tome 1 puis on en entend beaucoup parler dans le tome 2 surtout du point de vue de Shaya. De plus, contrairement aux autres couples (Trey/Taryn et Dante/Jaime), ils savent depuis le début qu'ils sont des âmes soeurs et l'histoire relate les difficultés qu'ils rencontrent quant au développement de leur relation : Nick ne l'ayant pas revendiqué dès le début à cause de sa condition physique [spoiler]Le loup de Nick a émergé à l'âge de 5 ans donc métamorphose prématuré dans un esprit jeune entrainant des dégénérescences cognitives dont maux de têtes violents et perte de mémoire...[/spoiler] et Shaya a du mal à faire confiance et donc à lui accorder une deuxième chance à cause de son passé [spoiler]Mason, son premier mec l'a fait croire qu'il était son âme soeur et l'a baratiné avec tellement de paroles creuses juste pour avoir sa virginité : résultat elle n'arrive plus à accorder sa confiance et les mots ne veulent rien dire pour elle à moins qu'ils soient backés par des actions concrètes....De plus, le fait que son véritable âme soeur ne l'ait pas revendiqué alors qu'elle pensait que ce serait la seule personne à qui elle pourrait faire confiance...renforce sa colère envers Nick[/spoiler] Ces circonstances induisent le départ de Shaya de la meute du phénix à la fin du tome 2 pour aller vivre dans le monde humain [spoiler]en tant que half-shifter avec un père humain, il est assez facile pour elle de se fondre à la masse. Elle travaille dans un salon de coiffure avec comme boss, un half-shiter aussi qui est son ami de fac! De plus, bien que louve soumise, elle sait parfaitement se défendre et a un don pour les lancers de couteau : j'adore particulièrement la scène où elle cloue au mur Amber, la guérisseuse de la meute de Nick et accessoirement qui tente par tous les moyens de se rapprocher de Nick de façon tout à fait surnoise![/spoiler] Ceci a pour conséquence de faire bouger Nick qui décide d'aller après elle et de la revendiquer [spoiler]il abdique de la position d'alpha de la meute Ryland (poste qu'il ne voulait pas à la base mais qu'il a endossé après sa sortie d'une prison juvénile humaine, étant donné que le précédent alpha était une ordure...). Il passe 6 mois à arpenter les rues dans son mobilhome pour retrouver Shaya et bien déterminé à la reconquérir![/spoiler] La moitié du livre est consacré à justement montrer les efforts que fait Nick pour gagner la confiance de Shaya et il y parvient [spoiler]il est là pour elle, il lui fait à manger, il règle ses problèmes avec son voisin, il l'emmène à son boulot, il ne lui impose rien mais la laisse aller à son allure, il connait ce qu'elle aime...Nick est vraiment adorable et j'ai vraiment beaucoup aimé tout ce qu'il fait pour Shaya, cela rien que pour elle et personne d'autre![/spoiler] J'ai été surprise par le personnage de Nick car je ne l'imaginais pas comme ça d'après ce que l'auteur nous en a montré dans les tomes 1 et 2 mais j'ai vraiment beaucoup aimé ce Nick. Bien qu'il soit asocial et ne recherche la compagnie de personne à part celle de Shaya (toujours focalisé sur elle!), il est en fait très puissant, charismatique et attire beaucoup de monde à ses côtés, inspirant naturellement confiance, loyauté, force et protection : on a un réseau de métamorphes qui se forment avec des liens plus ou moins complexes entre la meute du phénix (Trey, Taryn, Dominic, Marcus, Greta, Tao, Dante, Jaime etc) et les proches de Nick à savoir Deren (son garde du corps), la mère de Nick, sa soeur Roni...C'est assez fascinant de suivre l'évolution des relations entre les différents personnages, bien que la plupart soit secondaire, ils n'en restent pas moins intéressants et donnent plus de profondeur à cet univers et au récit! Contrairement aux autres tomes, les scènes de sexe sont beaucoup moins présentes (en fait, il n'y en a pas pendant la première partie du bouquin!) et on a développement plus profond de l'univers dans lequel évolue les personnages : en plus de la relation Nick/Shaya, l'intrigue se fait autour d'un groupe d'humains extrémistes [spoiler]dont les leaders sont un humain et un métamorphe. L'humain, Logan est responsable de beaucoup de viols de métamorphes quand il était garde dans la prison juvénile et c'est là qu'il a rencontré Nick, ce dernier l'ayant frappé pour protéger Deren! Quant au métamorphe, il s'agit de la personne qui faisait régner un climat de terreur dans la prison et Nick s'en est occupé et a cru pendant des années qu'il l'avait tué et l'a toujours regretté![/spoiler] qui essaye de faire voter une loi par le gouvernement contre les métamorphes pour leur mettre des puces de détection et les limiter à certains territoires! Cependant, leur projet n'a pas pu arriver à terme [spoiler]surtout après le dévoilement des sévices que les humains extrémistes ont fait subir à des métamorphes de tout âge, même les plus jeunes...le game preserve où les humains chassent des métamorphes en leur injectant une solution les empêchant de se métamorphoser![/spoiler] Pour ce qui est des autres personnages, on rencontre la famille de Nick qui est assez intéressante : j'aime particulièrement Roni, la soeur de Nick et Kathy (sa mère) a un caractère unique. Deren est lui aussi vraiment intéressant et connait vraiment bien Nick, il est très présent dans ce tome et j'aimerais en apprendre encore plus sur lui car c'est un personnage très prometteur! J'espère que l'on aura droit à d'autres tomes avec Deren en personnage principal ou encore Dominic qui m'a assez intrigué dans ce tome, bien qu'il fasse toujours le pitre! Il serait tout aussi intéressant d'avoir un tome consacré à Roni, qui se révèle prometteur d'après ce que l'on apprend sur elle dans ce tome! Par ailleurs, on a le personnage féminin détestable par excellence qui essaye de s'immiscer dans la relation de couple des personnages principaux (constante dans chaque tome): Selma dans le tome 1, Glory/Laurie dans le tome 2 et Amber dans le tome 3 : et dans chaque tome, il est impossible d'en apprécier une car elles ont vraiment recourts à des moyens exécrables bien que Selma était un ange comparée aux autres [spoiler]le duo Glory/Laurie tente de tuer Jaime...Quant à Amber, elle guérit partiellement Nick pour qu'il revienne à chaque fois vers elle pour des soins. Là où les autres attaquaient de front et montraient ouvertement leur intention, Amber est une hypocrite et mesquine, en essayant de faire amie-amie avec Roni, Shaya, etc tout en essayant de mettre le grappin sur Nick. Encore plus détestable est la scène de fin où elle marchande avec les extrémistes et ne veut pas sauver Shaya...[/spoiler] Malgré toutes ces difficultés, Shaya et Nick finissent ensemble et leur couple est vraiment magnifique bien qu'ils mettent du temps à se revendiquer principalement à cause des insécurités de Shaya et de la condition de Nick qui se détériore [spoiler]Cependant, Taryn arrive à le soigner et Shaya le revendique (ce qui techniquement ne se fait pas dans un couple dominant /soumise mais Shaya est une salient submissive ce qui veut dire que personne ne peut pas la plier par dominance) avant qu'il puisse s'enfuir...Scène magnifique au passage et d'ailleurs, tout au long du bouquin, on a droit à de superbes répliques de Nick! [/spoiler] En somme, un excellent tome, différent des deux tomes précédents mais la psychologie des personnages reste bien développée et les relations de couples bien construites avec en prime un enrichissement du "background surnaturel" et la création à la fin du tome d'une nouvelle meute [spoiler]Nick et Shaya étant le couple alpha, Deren, le beta. Se joignent à eux, Roni et Eli, le frère de Nick ainsi que sa mère, Kent (l'ex-boss de Shaya) et des membres rebelles (appartenant avant à la meute du Nazi) qui vont être les futurs lieutenant de la meute Mercure! [/spoiler]

par Elfe
Rock Chick, Tome 1 : À la Diable Rock Chick, Tome 1 : À la Diable
Kristen Ashley   
Je crois que ce qui résumé bien mon avis sur ce livre c’est What The Fuck ! (WTF pour les intimes). Vous allez comprendre.

Pour commencer, l’intrigue ne m’a pas laissé un souvenir impérissable mais je crois que c’était pas si mal mais il y tellement d’autres points qui m’ont mises hors de moi que ça ne m’a pas marquée.

Déjà , l’immaturité de l’héroïne. On apprend à la page 100 son excuse pour ça, mais ça vient trop tard, on la déteste déjà (elle a 30 ans et on croirait qu’elle en a 18, et encore je crois que c’est une insulte pour les lycéennes). Et puis les euphémismes pour le sexe… On se croirait au collège, franchement ! A d’autres moment, c’est même plus de l’insouciance, comme on veut nous le faire croire mais de la bêtise, elle met délibérément les autres en danger.

Et puis la relation de couple ! Franchement, quand on lit des trucs comme ça, on comprend pourquoi #Balance ton porc à encore de beaux jours devant lui, malheureusement ! Bon déjà, la mise en couple et leur relation, on y croit pas trop. Bref, ils finissent par se mettent ensemble, ok. Mais alors ensuite c’est WTF tout du long !

– rien qu’au début, le consentement, on y repassera !

– une nuit de sexe, paf ! On emménage ensemble ! WFT !

– le mec qui se prend pour le maître, t’es ma copine donc maintenant, je te donne des ordres. WTF !

– Y a une scène où ils se disputent et un peu trop d’agressivité pour une relation saine. Je n’en dirai pas plus…

– [spoiler]Attention : petit spoiler : A un moment, je ne sais plus exactement le contexte, quelqu’un soupçonne la fille d’être peut-être enceinte. Bon, ça, pas de soucis, ça peut arriver à tout le monde. Mais ensuite, il y a une petite phrase : « « elle est enceinte de toi, pas de risque qu’elle aille voir ailleurs ». CA ! Mais ça, ça m’a fait bondir ! Mais quel est le rapport ! Alors parce qu’elle est enceinte, elle n’a plus aucune liberté et aucun libre arbitre, elle appartient au père du gosse ? Avec une mentalité comme ça, on ne se demande plus pourquoi certaines sociétés forcent les femmes violées à se marier avec leur violeur si elles tombent enceinte (ou pas, d’ailleurs).[/spoiler]

J’ai lu ce livre en entier parce que j’espérai toujours une amélioration mais tout ceci fait que ça empirait à chaque chapitre. Heureusement que je ne l’ai acheté que 0.99€ lors d’une OP. J’étais déjà en colère en lisant ce livre, je l’aurai été encore plus si j’avais payé plus cher.

Note : 01/10 (et encore, le point que je donne c’est pour le traducteur et le correcteur qui ont eu à subir cette histoire)

https://laforetdespages.wordpress.com/2018/01/21/a-la-diable-de-kristen-ashley/
Moi, Malala, je lutte pour l'éducation et je résiste aux Talibans Moi, Malala, je lutte pour l'éducation et je résiste aux Talibans
Patricia McCormick    Christina Lamb    Malala Yousafzai   
Ma connaissance du Pakistan se résumait au nom de sa capitale, Islamabad et le terrorisme. Je ne me suis jamais profondément intéressée à ce pays jusqu’au jour où j’ai lu l’histoire de Malala. Son récit n’est pas une fiction. Elle a vécu le terrorisme et la guerre. Mais malgré cela, elle s’est engagée avec son père dans la lutte contre l’ignorance des talibans qui empêchent les jeunes filles et femmes de s’instruire.
En parallèle, Malala nous fait partager son quotidien, son histoire et les traditions de son pays. Cela ajoute un peu de douceur à son récit. Personnellement, j’ai beaucoup appris sur le Pakistan et son peuple, et cela m’a donné envie d’en savoir plus.


par amelocine
L'Espoir en contrebande L'Espoir en contrebande
Didier Daeninckx   
Je n'ai pas apprécié ces nouvelles. Didier Daeninckx nous a habitué à des ouvrages plus intéressants. Je ne suis pas certaine que les membres de l'Académie Goncourt aient fait le meilleur choix cette année.

par bridget
Chroniques de San Francisco, tome 2 : Nouvelles chroniques de San Francisco Chroniques de San Francisco, tome 2 : Nouvelles chroniques de San Francisco
Armistead Maupin   
Au 28, Barbary Lane, Mary Ann, venue de Cleveland, poursuit depuis six mois "son initiation, tantôt glorieuse, tantôt harassante, dans cet univers aventureux qu'était San Francisco". Tous les locataires sont devenus ses amis, en particulier Michael, dit Mouse, qui, comme elle, cherche l'homme de sa vie. Ils entreprennent ensemble une croisière au Mexique qui leur permettra, après bien des tribulations, de réaliser tous les deux leur rêve. Mais ce deuxième épisode du savoureux feuilleton d'Armistead Maupin contient une révélation de taille. Mme Madrigal, l'adorable logeuse, qui s'efforce contre vents et marées, d'assurer le bonheur de son étrange famille recomposée, est en fait le père d'une de ses locataires. Cette histoire de transexualité et une affaire plus obscure de transsubstantiation à laquelle se voue une inquiétante secte religieuse sont les ressorts de ce nouveau volet d'une comédie humaine qui plaide avec humour en faveur de la tolérance et du respect mutuel.

par Bbey
Gravé dans le sable Gravé dans le sable
Michel Bussi   
http://kaecilia.fr/2016/09/11/grave-dans-le-sable-de-michel-bussi/#more-2384

Je me demande souvent comment j’ai pu passer autant d’années sans connaître le talent de Michel Bussi. A chaque fois que je m’autorise à ouvrir l’une de ses oeuvres, c’est un véritable coup de coeur qui prévaut sur le précédent. Gravé dans le sable est, pour le moment du moins, mon Michel Bussi préféré et occupera toujours une place particulière dans mon coeur.

Je crois tout d’abord que ce qui fait la force de ce roman est sa thématique. Les romans qui abordent la seconde guerre mondiale sont nombreux, mais rares sont ceux qui invitent à se mettre à la place des soldats, encore moins des soldats du débarquement de Normandie. Michel Bussi réussi à nous convier dans la peau d’un homme prêt à mourir pour autrui, sans pour autant tomber dans le pathos ou le funeste.

Au contraire, il nous présente un héros à la chance burlesque, amoureux d’une femme certes, mais de la vie d’abord. Le livre dans les mains, j’avais le coeur qui battait à cent à l’heure pour Lucky, pour sa vie, pour ses rêves. Véritable coup de coeur, j’ai repensé à maintes reprises à ce personnage, avec la forte envie de le connaître et de le côtoyer dans mon quotidien.

Avec le recul, je réalise que je me suis attachée à l’intégralité des protagonistes, qui font parfois des apparitions brèves, mais toujours ponctuelles. Chacun détient son histoire, son environnement, ses qualités et ses défauts. Il n’y a aucun stéréotype dans Gravé dans le sable, seulement des personnages qui tentent de se construire avec le traumatisme de la guerre. Je dois reconnaître que j’ai moins appréciée la belle Lison, car sa vie de déchéance m’a fendu le coeur.

J’étais sans cesse intriguée, curieuse de comprendre et de découvrir les voleurs de Lucky. Je n’ai finalement réussi à déjouer les pièges qu’au moment où Michel Bussi nous les révèle. C’est donc un roman policier réussi, dont les nombreux rebondissements perdent judicieusement le lecteur jusqu’à l’annonce finale.

Par ailleurs, la dernière scène n’est pas conventionnelle même si elle est attendue. Le final est symbolique et permet au terme d’une oeuvre captivante, de boucler la boucle.

Comme Lucky, mettez la chance de votre côté en découvrant d’urgence ce roman policier: un coup de coeur à coup sûr!

par Kaecilia
Une si jolie petite fille Une si jolie petite fille
Gitta Sereny   
Alors j'ai reçu ce livre il y a un petit moment maintenant. Je ne voulais pas le lire de suite car j'attendais tout simplement le bon moment. Je savais que cela serait un livre fort en émotion, fort en témoignage de es évènements. Et je suis heureuse d'avoir attendue le bon moment pour le lire car ce fut fort intéressant. Je remercie encore une fois les éditions Plein Jour pour cet envoi. J'ai passé un bon moment en compagnie de cette lecture mais ce ne fut pas un coup de cœur pour ma part.

Résumons un peu. En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par toute la Grande-Bretagne comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée. Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle, dans de longs entretiens, le dossier de ses crimes. Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qui est aussi l'histoire d'une lente reconstruction, d'une sortie progressive de l'horreur – celle dont elle s'est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère l'avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d'elle-même, pourra enfin regarder en face. Peut-on affronter sa propre monstruosité ? Comment pardonner, comment se pardonner ? Qu'est-ce que la nature humaine, qu'apprend-on à son sujet au travers des êtres terribles qui semblent l'avoir un jour trahie ? Gitta Sereny porte à son degré d'incandescence l'obsession de la vérité, et fait d'Une si jolie petite fille un grand livre sur le mal et la rédemption, d'une force et d'une profondeur qui donnent le vertige.

Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à un point de vue interne, c'est-à-dire depuis le personnage principal, celui de Mary Bell. Je pensais que l'on serait dans sa tête à suivre son point de vue. Sauf que ce n'était pas du tout le cas, il s'agit en fait d'un point de vue journalistique. L'auteur fait comme si elle était la journaliste et s'intéresse à Mary Bell et son histoire. On ressent cette histoire comme une retranscription de tout ce qu'a pu ressentir Mary Bell, de ce qu'elle a pu vivre...

Nous n'avons donc pas de discours direct venant de Mary Bell, l'auteur nous rapporte toutes les informations. Ce qui est assez étrange, c'est que je pensais ne pas apprécier ce genre de chose, mais une fois dans l'histoire, j'étais complétement à fond dans l'histoire. Je voulais en savoir plus sur la vie et le passé de Mary Bell.

(suite lien ci-joint: http://tinkerbells-readings.skyrock.com/3281922550-Une-si-jolie-petite-fille-de-Gitta-Sereny-chez-Plein-Jour.html )

par Améliane
Le Dernier des Mohicans Le Dernier des Mohicans
James Fenimore Cooper   
Un beau livre qui nous touche profondément. Je recommande également le film qui arrive, avec des décors et des costumes somptueux, à redonner vie à une époque passée. Une histoire d'amour pas comme les autres, un complot qui se dévoile et une haine qui reffait surface, que vous faut-il de plus pour comprendre que cette histoire est superbe ?

par myra44