Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jaylie : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Charley Davidson, Tome 13 : Treize tombes de malheur Charley Davidson, Tome 13 : Treize tombes de malheur
Darynda Jones   
C’est toujours difficile de terminer une saga et d’en faire une chronique sans rien spoiler. Mais je vais tenter de réussir l’exercice.

On retrouve Charley là où on l’avait laissée, enfin presque puisqu’elle est sortie de son bannissement. Souvenez-vous, elle avait sauvé la fille de Cookie de la mort et s’est retrouvée bannie de la Terre. Bref, elle est sortie. Ou en tout cas quelqu’un l’a fait sortir (et je parie que vous savez de qui je parle !) Pour résumer, ça ne va pas fort sur Terre et il reste encore quelques détails à Charley pour assurer la protection de Beep.

Ce dernier tome fonctionne comme les précédents, Charley se charge de plusieurs enquêtes à la fois qu’elle arrive à résoudre avec brio et empêche la Terre de sombrer dans le chaos. Ce que j’aime chez Charley c’est à la fois son humour, sa capacité à réfléchir (ou son absence, remarque…), son envie de protéger tout le monde et son couple avec Reyes. Je l’avoue, Reyes est l’un des personnages masculin que j’adore mais avec Charley à ses côtés… c’est genre la bombe atomique ! Ce couple c’est ce que je voudrais devenir quand je serais plus grande.

Comme c’est le dernier tome, j’avais peur d’être déçue de la fin. Peur d’avoir encore plus d’interrogations que de réponses. Mais au final, pas du tout, la boucle est bouclée. La fin est très bien pensée avec son lot de révélation surprise que je n’avais absolument pas vu venir, j’ai eu mal au cœur par moment pour Charley mais je ne peux pas m’empêcher de penser que c’était une très bonne fin.

Comme d’habitude, l’action s’enchaîne assez vite et j’ai accroché dès le début à l’écriture de Darynda Jones. Je suis fière d’avoir lu ces treize tomes et j’ai hâte de lire les aventures de la fille de Reyes et de Charley !

En conclusion, un tome qui se termine en apothéose avec ce qu’il faut d’action, de romance et de scène hot. Ca me fait bizarre de quitter Charley et Reyes alors que je les ai suivis pendant de longues années mais j’ai hâte de pouvoir lire leur héritage AKA leur fille. Et Osh ?

par MissEcho
The Outliers, Tome 3 : The Collide The Outliers, Tome 3 : The Collide
Kimberly McCreight   
https://revesurpapier.blog4ever.com/outliers-tome-3-de-kimberley-mccreigh

A sa sortie du centre de détention pour mineurs, Wylie ne sait pas ce qui l’attend. Tout ce qu’elle a en tête, c’est retrouver la trace de son père, porté disparu. Sans véritables alliés, elle se lance à sa recherche avec son frère Gideon. Si elle veut échapper aux manipulations, Wylie ne peut que faire confiance à ses intuitions, à son sixième sens...



J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce troisième tome. Pourtant, j’étais impatiente de m’y plonger, avec toutes ces questions laissées sans réponses depuis le tout premier tome. Mais ça ne l’a pas fait immédiatement. C’est en partie dû à des petits retours en arrière fréquents qui ralentissent l’action en début de roman. On veut avancer dans l’intrigue et on sent que l’auteure nous freine dans notre élan. J’avoue que cela m’a un peu frustrée, mais ce n’était finalement que passager.



Dans ce troisième tome, j’ai aimé suivre trois personnages séparément. Nous avons droit au point de vue de Wylie, Jasper et Riel et cela nous permet de mieux comprendre la menace qui pèse sur les Anomalies. Le scénario est plus complexe, plus abouti. On retrouve alors un Jasper qui doute de lui, un garçon perdu et vulnérable. Wylie, quant à elle, a choisi de préserver le garçon qu’elle aime parce qu’elle pense avoir fait assez de dégâts. Mais on retrouve surtout une héroïne qui n’a pas perdu son objectif, qui est plus sûre d’elle et c’est agréable.



De son côté, Riel est peut-être le personnage le plus impliqué dans ce long combat et je ne pensais pas qu’elle aurait un aussi grand rôle à jouer dans cette histoire. Agréable surprise. Elle se bat pour les Anomalies et on sent que les choses avancent enfin, même si parfois on a l’impression que c’est un combat qui les dépasse tous. Parce qu’ils sont jeunes. Parce qu’ils sont manipulés. Parce que l’ennemi est haut placé.



Finalement, ce n’est que tardivement que nous obtenons les réponses tant attendues et nous les aurons bien méritées. L’auteure fait d’abord monter la pression, l’étau se resserrant toujours un peu plus autour de nos héros. C’était quand même un peu rapide à mon goût, et différent de ce à quoi je l’attendais, mais tout s’éclaire enfin pour de bon. Dommage qu’on n’en découvre pas davantage sur le futur des Anomalies !



Verdict : Outliers est une trilogie qui mise sur le mystère, le suspense et des adolescents menacés, manipulés parce qu’ils sont différents. On se prend au jeu et on tourne les pages avec facilité, intrigués. La tension s’installe peu à peu et les interrogations se multiplient à chaque tome. On ne peut que se laisser guider par notre héroïne et son talent hors du commun...
Les Dossiers Dresden, Tome 3 : Tombeau Ouvert Les Dossiers Dresden, Tome 3 : Tombeau Ouvert
Jim Butcher   
Ce tome 3 ne m'a guère enthousiasmé pendant sa première moitié. Une sorte de chasse aux fantômes qui ne parvient pas à m'insuffler le coté addictive du second tome. D'autant plus vrai que l'on nous narre certains éléments d'une enquête qui se situe entre le tome 2 et 3 et qui reste donc assez obscure aux lecteurs. Un peu comme si l'auteur se référencé à une Nouvelle qu'il avait écrit pour un recueil (ce qui est peut-être le cas).
Pourtant, passé la première moitié et arrivé à la réception vampirique, le livre prend un nouveau cap pour nous proposer des ramifications plus intéressantes. L'action reprend du poil de la bête quand l'ennemi devient "tangible" tandis que la relation de Susan avec Dresden, qui restait assez sporadique dans son traitement depuis le début de l'oeuvre, va prendre une tournure plus dramatique et va profondément interpeller le lecteur. Il faut dire que Jim butcher n'est pas vraiment du genre à épargner ses personnages et la romance Dreden/Susan va prendre un tournant plutôt inattendu vers à la fin de l'ouvrage.
On en vient même à regretter que la romance n'a jamais été très approfondi car cela aurait surement eu une plus grande impact émotionnelle sur le lecteur. C'est d'ailleurs l'une des tares que j'ai trouvé récurrente à l'oeuvre jusqu'à maintenant. Car bien que les Dossiers Dresden excelle dans son intrigue et ses scènes d'actions, la partie émotionnelle est trop souvent en retrait et manque d'impact.
Cela dit, Jim Butcher réussi assez bien son coup avec un final en apothéose qui laissera le lecteur avec un sentiment doux-amère. Nul doute que les prochains tomes vont gagner en noirceurs...

par Caly
Red Queen, tome 3 : King's Cage Red Queen, tome 3 : King's Cage
Victoria Aveyard   
Put**n. C'est le seul de la série Red Queen que j'ai lu en VO, et c'est celui que j'ai le plus aimé. La traduction VF a-t-elle quelque chose à voir avec ça? Réponse dans 2 mois, je compte bien lire la version française également.
Alooooors. Déjà, sachez que y a trois points de vue différents dans ce bouquin, un gros plus, [spoiler]du moins pour les chapitres d'Evangeline, franchement pour Cameron, que ça soit elle ou un autre, ça n'aurait pas changé grand-chose[/spoiler] cependant Mare est toujours le pdv principal. Et heureusement, parce que les autres c'est pas la joie (enfin encore moins que Mare dépressive). On a donc Mare, prisonnière de Maven.
Et toute cette première partie est géniale. J'ai adoré Maven (oui je sais que je devrais le détester, mais c'est pas possible quoi), en savoir plus sur lui, son obsession sur Mare, ce que sa mère a provoqué etc. Ce "méchant" est l'un des meilleurs au monde, sérieux. Chaque scène où il est présent est super intense.
Mare se reprend vachement par rapport à Glass Sword, où elle était in-su-por-table. Sa psychologie est intéressante et bien développée.
Ensuite, Cal est légèrement moins ennuyeux (mais toujours transparent, franchement, sauf à la fin, mais juste parce que c'est centré totalement sur lui). Ce mec est un bloc de tous les clichés à lui tout seul, ça m'énerve, surtout qu'il n'a vraiment pas de personnalité définie [spoiler]ce qui cause quelques petits problèmes, cf la fin "Cal follows orders, but he can't make choices" biiiim [/spoiler]
Farley est un coup de coeur dans ce tome (et déjà celui d'avant même), tout comme Evangeline [spoiler]et sa relation avec Elane, boooooum[/spoiler]. Oui oui.
Jusqu'aux deux tiers du livre, où y a des scènes absolument géniales, on est bien. Ça retombe un peu façon soufflé au fromage juste après (selon moi), mais après on s'en prend plein la gueule pour un final MAGNIFIQUE. [spoiler]même si tout le monde ne sera pas d'accord, y a des gens qui aiment bien Cal, ce que je ne comprends toujours pas (Maven est tellement plus captivant, sans mauvais jeu de mots) Et oui, c'est vrai que malheureusement, ça ne laisse pas non plus la place à Maven mais l'espoir est toujours là, on sait jamais. Même si ça a l'air parti pour un "c'est tous des connards, j'ai pas besoin de gars pour vivre, laissez moi en paix, libre et vieille fille" [/spoiler]
Et par contre, elle aime bien passé trois heures sur la même scène, Victoria Aveyard, parce que je sais pas si c'est à cause de l'anglais ou quoi, mais ça m'a semblé vachement plus décrit que d'habitude (ce qui est plutôt bien).
Bref, tome trèèèèès cool, qui laisse un suspens de ouf comme d'habitude. J'ai hâte de le relire en français cette fois, et aussi d'avoir la SUITE.

par Y555
La Malédiction du roi La Malédiction du roi
Philippa Gregory   
http://place-to-be.net/index.php/litterature/romances/historique/3704-la-malediction-du-roi-ecrit-par-philippa-gregory

J'ai découvert Philippa Gregory grâce à son précédent livre publié en France, La Princesse Blanche qui précède directement ce tome-ci. Je ne cache pas que j'avais adoré ce mélange entre fiction et réalité. Pour l'amoureuse des Tudors que je suis, c'était un véritable plaisir de me plonger dans cette histoire, tout comme cela le fut pour celle-ci.

Je connaissais un peu mieux le contexte historique grâce à La Princesse Blanche. Pourtant, même sans cela, Philippa Gregory possède une plume accessible à tous. Elle prend le temps d'expliquer la situation et de mettre en place les éléments afin que le lecteur comprenne au mieux les tenants aboutis de l'histoire. De plus, le livre est également enrichi de cartes et d'arbres généalogiques qui éclairent encore mieux ce décor. Bref, avant même de commencer, le lecteur possède déjà toutes les cartes en mains pour mieux appréhender l'histoire.

L'histoire, d'ailleurs, est un mélange d'Histoire et de fiction. Philippa Gregory est la reine de l'ère Tudors, elle maitrise cette époque avec perfection, et cela lui permet de donner vie à des personnages dont on a bien souvent entendu parler dans nos livres et autres manuels. Ces personnages, connus ou non, prennent enfin la parole sous sa plume. Le tout sans la moindre incohérence et avec une précision quasi chirurgicale. L'amoureuse des Tudors que je suis s'est donc pleinement régalée et je me suis retrouvée complètement happée dans ce récit.

Margaret est une femme complètement attachante. Cette noble dame, issue d'une prestigieuse lignée, aura traversé biens des hauts et des bas. Dans une période où la situation du trône d'Angleterre est très incertaine, la noblesse peut être déchue comme réhabilitée en un claquement de doigts, et selon l'humeur et le bon vouloir du Roi. C'est dans cette ambiance que Margaret grandit et vit, jusqu'au mariage du roi Henri VIII avec son amie Catherine d'Aragon. Première dame de compagnie de la Reine, Margaret va ainsi devenir nos yeux, et c'est à travers son regard que nous allons découvrir cette cour intrigante ou rien, jamais rien, n'est définitif...

On plonge complètement, on vit dans ce seizième siècle. Philippa Gregory nous le décrit admirablement, et cette époque reprend littéralement vie sous nos yeux. Margaret est un personnage pour lequel j'ai éprouvé beaucoup d'empathie. Femme remarquable, ses pensées et actions sont toutes très réalistes, justifiées et surtout vibrantes de sincérité et d'émotions. Margaret est une femme entière, elle ne nous cache presque rien et nous confie même les secrets dont elle a eu connaissance comme si nous étions là, assis juste à côté d'elle, et que nous discutions entre amies.

Pour conclure, la promiscuité entre le lecteur et l'héroïne est telle que l'on a l'impression de se retrouver dans le passé à notre tour. J'ai eu, à de nombreuses reprises, beaucoup de mal à me dire que l'histoire n'était que pure fiction. La justesse de la plume de Philippa Gregory est vraiment remarquable de ce côté là, elle m'a vraiment émerveillée. Un livre que je ne peux que conseiller à tous les amoureux de l'Histoire, des Tudors et des grands personnages historiques !

par Kesciana
L’Héritage Boleyn L’Héritage Boleyn
Philippa Gregory   
Un roman agréable à lire, on est très vite plongé dans "l'histoire" (action et Histoire d'ailleurs), du fait de l'écriture à la première personne. On frémit devant le roi Henri VIII, on s'émeut du sort de ses femmes... A compléter par la série TV sortie en DVD "Les Tudors" si vous aimez cette période de l'histoire de l'Angleterre et surtout la personnalité forte et trouble du célèbre Henri VIII.
The Queen's Fool The Queen's Fool
Philippa Gregory   
J'ai beaucoup aimé ce livre, et je crois que ça va être aussi le cas pour les suivants de la saga Tudors. Philippa Gregory a le don de me plonger dans la vie de ses personnages avec brio. Il y a quelques passages à vide, et un début un peu long, mais une fois lancée je n'ai pas pu m'arrêter avant la fin. Pour les puristes, il faut quand même retenir que c'est un roman, donc beaucoup de libertés sont prises. Mais si on accepte ça, on ne peut passer qu'un bon moment ;)

par aude1012
La Princesse blanche La Princesse blanche
Philippa Gregory   
J'ai toujours été passionnée par l'Histoire, et je me suis toujours intéressée en particulier à cette époque-ci. Je l'ai découvert par le biais de la série télévisée The White Queen, que j'ai tout bonnement adoré, qui nous plonge à merveille dans cette période de l'histoire. En arrivant à la fin, j'ai été frustrée de ne pas voir ce qui se passe par la suite. Pour Elizabeth, Henri Tudor, etc. En découvrant ce livre, dans les rayons, il n'était pas étonnant que je saute littéralement dessus. J'étais déjà intriguée par les livres de cette auteur, que j'ai toujours souhaité lire. J'en ai eu l'occasion.

Malheureusement, j'ai été déçue. Ce sentiment n'a rien à voir à son style d'écriture, que j'ai trouvé fluide et simple. Je ne sautais pas les passages pour aller plus vite, au contraire. Seulement, il y a plein d'éléments qui m'ont dérangée. Je mets sous spoiler pour ne froisser personne.

[spoiler]- L'amour d'Elizabeth pour Richard... Richard qui, en plus d'être son oncle, a usurpé le trône du frère d'Elizabeth, malgré les dernières volontés de son père. Le même homme qui est susceptible d'avoir tué ses frères. Rien que ça, pour moi, ça m'a dégoûtée. Je n'imagine pas comment Elizabeth pourrait aimer un homme comme tel. Pour moi c'est trop difficile à imaginer. Qui plus est, devenir "la putain" du roi, en mettant de côté tout ce qu'on lui a inculqué, c'est... gros. Je conçois qu'on peut agir stupidement, en étant amoureux, mais pour moi c'est trop gros. D'autant plus que j'adorais ce personnage, j'étais curieuse de lire un livre parlant d'elle, et ... l'image que l'auteur a donné d'Elizabeth ne m'a pas convaincue une seule seconde, dès le départ. Surtout que ce n'est PAS prouvé.
- Ni qu'un Henri se présente comme un salopard, violant Elizabeth, et j'en passe.
- Le père d'Elizabeth a eu de nombreuses maîtresses, certes. Mais "un nombre incalculable de bâtard"? Ce n'est pas ce que j'ai pu lire.
- Et en parlant de cela, Elizabeth, la reine douairière, qui aimait profondément son mari, va tolérer la présence d'une bâtarde à la cour ? Sans problème ? J'adooore le côté romancé...
- En plus. L'auteur fait toujours en sorte de couper les disputes entre Elizabeth et Henri, et on a jamais l'occasion de voir l'impact des paroles blessantes d'Henri sur Elizabeth. On a l'impression que dès le chapitre suivant, rien ne s'est passé. C'est magique.
- La même Elizabeth qui dit qu'elle aime Henri. Puis, subitement, plus tard, prétend le contraire, qu'elle ne lui fait plus confiance ni rien. On ne ressent aucune tristesse En fait, parfois, j'ai l'impression qu'Elizabeth est un pantin. Je pensais presque avoir à faire avec une coquille vide.
- Peut-être que c'est moi, mais je n'ai jamais entendu parler d'une liaison entre Catherine Huntly et Henri.
- Avec ça... J'ai ris. Jaune. Henri se comporte d'une manière tellement stupide. A cause de son prétendu amour, il gracie son pire ennemi, pour ses beaux yeux. Il est beau le roi, n'est-ce pas? Arg, c'est définitif, je n'aime vraiment pas les portraits que l'auteur a dressé pour ces personnages...
- Il a été certifié qu'Henri respectait énormément son épouse. Oh, vraiment ? Vous vous en êtes rendus compte ? Pas moi. Quand il la viole ? Quand il la rabaisse constamment et l'insulte ? Quand il se montre odieux ? Quand il fait la cour à Catherine Huntly ouvertement, devant elle, lui causant un horrible affront ? C'est du grand respect.[/spoiler]

Bon, je râle peut-être un peu beaucoup, mais c'est parce que je m'attendais à adorer ce livre. Ce même bouquin qui traite une période de l'histoire, qui m'intrigue beaucoup. Et, ce que j'ai lu m'a vraiment déçue. Je m'attendais peut-être à trop -sûrement.

par Eleanara
La Fille du faiseur de rois La Fille du faiseur de rois
Philippa Gregory   
J'ai retrouvé ici ce que j'aime dans les romans de Philippa Gregory: découvrir des personnages souvent méconnus: ici Anne Neville, épouse de Richard III, et sa famille, son père Warwick "le faiseur de rois" et sa sœur la duchesse de Clarence. Elle rend ce personnage et son parcours vivant et accessible, avec juste la pointe romanesque qu'il faut sans trop broder car cette femme a eu un tel parcours que son parcours se suffit à lui même. Un vrai plaisir à lire et un super moyen pour découvrir un aspect passionnant de l'histoire anglaise.

par Armide
The Other Queen The Other Queen
Philippa Gregory   
Two women competing for a man’s heart. Two queens fighting to the death for dominance. The untold story of Mary, Queen of Scots.

Fleeing rebels in Scotland on Queen Elizabeth’s false promise of sanctuary, Mary, Queen of Scots, finds herself imprisoned as the “guest” of George Talbot, Earl of Shrewsbury, and his indomitable wife, Bess of Hardwick. Soon the newly married couple’s home becomes the center of intrigue and rebellion against Elizabeth, and their loyalty to each other and to their sovereign comes into question. If Mary succeeds in seducing the earl into her own web of treason, or if the great spymaster William Cecil links them to the growing conspiracy to free Mary from her illegal imprisonment, they will all face the headsman.

par TuathaDé