Livres
451 616
Membres
397 152

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Je m'appelle Requiem et je t'...



Description ajoutée par LIBRIO64 2016-07-29T16:23:59+02:00

Résumé

Moi, vous ne me connaissez pas encore, mais ça ne va pas tarder. Je m'appelle Estéban Lehydeux, mais je suis plus connu sous le nom de Requiem. Je suis curé, ça vous en bouche un coin ?

Oubliez tout ce que vous savez sur les prêtres classiques, je n'ai rien à voir avec eux, d'autant que j'ai un truc en plus : je suis exorciste. Je chasse les démons.

Bon pas tous, parce que je dois d'abord gérer les miens, surtout quand ils font du 95 D, qu'ils dandinent du prose et qu'ils ont des yeux de biche.

Chasser le diable et ses comparses n'est pas de tout repos, je ne vous raconte pas. Enfin si, dans ce livre. Ah, un dernier détail : Dieu pardonne, moi pas.

Afficher en entier

Classement en biblio - 15 lecteurs

Extrait

"Excité comme un acarien au salon de la moquette. "

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Le commissaire San-Antonio a un fils ! Et je parle pas du rejeton qui écrit ses aventures à la place de son père, non, je parle d'un vrai fils !

« Trash Cancan » ne le sait pas encore, mais ce fils, San-Antonio l'a eu avec Don Camillo, Audiard, le Père Gilbert et Soeur Marie-Thérèse des Batignolles ! Partouze totale.

Tout ces gènes – que dis-je ? la crème de ces gènes – ont été enfournés dans la matrice de Stanislas Petrosky pour donner naissance à Esteban Lehydeux, dit Requiem, prêtre de son état.

Non, je n'ai rien fumé la moquette, je sais toujours comment on fait des enfants et comment on peut ne pas en avoir. Ici, je parle d'une naissance littéraire, bien entendu, pas une véritable. L'enfant aurait eu une vie de dingue avec ses 4 pères et cette mère !

Ami(e) lecteur(trice), toi qui prend la peine de lire cette bafouille, toi qui perd du temps de vie à lire mes conneries, va plutôt te procurer le dernier roman de Petrosky, il est bien plus drôle que moi, plus doué, et plus politiquement incorrect que moi.

Si tu es dans une période de blues profond et que tu n'es pas une grenouille (ou un crapaud) de bénitier, ce roman déjanté (dont l'auteur a trempé sa plume dans le même encrier que San-Antonio et à été biberonné aux Tontons Flingueurs) est fait pour toi !

Certes, le personnage principal – un prêtre !! – est non conventionnel, a la bite en chaleur, la fourre dans quelques chattes (parfois dans des culs) boit du Jack's à la communion, des bières aux repas (des bières belges !), fait quelques exorcismes de temps en temps, roule en Mustang, manie l'argot et a un langage de charretier, mais, ma foi, il me plait bien ce cureton !

Bordel de Dieu, il en faudrait plus des comme ça parce que lui, quand il fourre son crucifix dans une foufoune (ou dans l'entré des artistes de la dame), elle a plus de 18 ans d'âge et est consentante, nom de Dieu. Et puisqu'il te le raconte si bien, on ne peut que lui donner son pardon. Pas vrai, Dieu ?? Oups, il est en colère sur son curé non conventionnel, Dieu.

Une enquête assez hard, dégueu, où les estomacs devront s'accrocher, des cascades sans filets, des extrêmes onctions adressés en paquet économique à des salopards de raclure de bidets, de la baise, de l'alcool, des gros mots, de la baise, quelques énervements et voilà notre prêtre agissant en Sherlock déguisé en Bruce Willis.

Je me suis fendue la poire durant toute ma lecture, avec les réflexions de Esteban – Requiem – adressées à son lecteur ou à ses ouailles.

Purée, l'auteur avait vraiment bouffé du San-Antonio, mais pas de trop, puisqu'il y a quand même de la profondeur dans son roman et je ne parle pas que de celle durant les scènes de sexe débridé.

Par contre, deux fautes, Stanislas (tu me permets ?) : dans ton roman, ton personnage ne s'adresse qu'à un potentiel lecteur mâle… Comment oses-tu mettre ainsi de côté la moitié de la planète Terre en oubliant une potentielle lectrice ?? Là, tu mériterais que je prenne un cierge pascal pour te le foutre, avec de l'élan, dans… ta tête ! What did you expect ?

Deuxième faute dans la crucifixion, très cher : on ne plantait pas les clous dans les paumes des mains, mais dans le poignet, entre le cubitus et le radius (mais je te pardonne, parce que même si tu as visité 1.000 églises, tu les as tous vu plantés dans la paumes des mains – fatale erreur dans les églises, mais tu me diras que s'il n'y avait que ça…).

Vous savez quoi, chers lecteurs et chères lectrices ? Ce roman, je ne vais pas le ranger dans ma biblio, non, je vais le garder à portée de main et au moindre coup de blues, je me lirai un chapitre des aventures de Requiem et je serai repartie sur le bon chemin, celui du rire et de la bonne humeur.

On peut postuler pour devenir la bonne du curé ?? Parce qu'avec un prêtre comme Esteban, moi, je retourne à messe !

Afficher en entier
Pas apprécié

Après une dizaine de jour passé sur cette lecture et n'ayant réussi à lire que 5 chapitres, j'ai décidé d'abandonné.

J'ai eu beaucoup de mal avec le vocabulaire employé par l'auteur et c'est sûrement pour cette raison que je n'ai pas pu apprécier le personnage d'Estéban ainsi que l'intrigue.

Pour moi, niveau jargon, plus c'est simple mieux c'est et là ce n'était pas le cas et c'est pour ça que j'ai préféré laisser tomber.

Afficher en entier
Diamant

Esteban Lehydeux n'est pas un prêtre comme les autres. Exorciste et bon vivant, il traque et débusque les travers humains avec la gouaille et l'esprit qui le caractérise. Ce drôle de personnage nous emmène dans une sale histoire, si le cœur vous en dit ?

Si vous vous vous faisiez une idée de la prêtrise avant de débuter ce roman, laissez tomber, vous êtes sûrement à côté de la plaque. Parce qu'Esteban, croyez-moi, il "déménage" carrément !

Il n'a pas froid aux yeux, ni sa langue dans sa poche et sa vision du christ peut en dérouter plus d'un. Dans un contexte d'infiltration, Esteban se met en danger et se retrouve dans des situations ô combien épineuses. C'est cocasse et irrévérencieusement drôle. On aime le choix de narration et la proximité créés avec le lecteur.

L'écriture est amusante, vertueuse, fantasque. L'auteur prend un plaisir allègre à choquer autant qu'à divertir. L'enquête nous entraîne dans des crimes glauques et barbares. On est de tout cœur au côté d'Esteban et comme lui, on veut que les coupables paient. L'intrigue est rythmée, cela passe très vite et on se prend complètement d'affection pour ce prêtre irrésistible et décadent.

Un vrai régal, une insoupçonnable révélation, un énormissime coup de cœur. On ne demande qu'une chose, il y aura-t-il d'autres aventures d'Esteban ? Un conseil, accrochez-vous et laissez le charme agir...

Vous n'allez quand même pas vous dégonfler !!!

Afficher en entier
Or

Chez l'Atelier Mosésu, ils ont leur embaumeur. Un personnage bien trempé, qui résout des intrigues ( oui, rappelle-toi je t'en ai déjà parlé..Non sérieux tu t'en souviens pas. Allez je sais être gentille ( hé, je vois ton sourcil se lever là ) je te mets liens ici, là et encore un ( t’es content tu as de quoi lire gratos). Donc je disais Mosésu a son embaumeur,les Editions Lajouanie ont leur curé. Et pour une fois, c'est un curé que j'aime. Car de toi à moi, les bondieuseries ce n'est pas mon truc. Mais là tu as curé qui aime picoler et la luxure, enfin qui l'assume quoi . Il adapte les préceptes catholiques à sa sauce. Il joue du chapelet si tu vois ce que je veux dire ! Bref, il n'est pas un simple curé comme tu l'auras compris. Il est exorciste. Mais comme il le dit si bien, il ne rencontre pas souvent ce genre de cas :

Donc, il poursuit d'autres démons..Certains hommes.

Alors quand Martine rentre dans sa paroisse. Qu'elle lui demande son aide. Et quand plus c'est une actrice porno avec qui il peut se détendre. Il n'hésite pas longtemps

Si tu n’as pas d'humour, passe ton chemin ! Voilà c'est dit, ce roman c'est une lecture au deuxième voir troisième degré. Tu as une intrigue , une histoire vraiment gore, mais avec une écriture légère. En plus, tu as pleins de jeux de mots (plus ou moins fins d'ailleurs !).

Je n'ai plus l'habit de prêtre, mais la bite prête.

T’as compris c'est un roman pour se détendre ! Le curé s'adresse à son lecteur régulièrement, limite en se foutant de sa gueule d'ailleurs . J'espère pour toi que tu n'as pas un égo démesuré sur tes prestations sexuelles, car tu en prends pour ton grade Bref, quelques descriptions qui du coup te permettront de titiller ta libido ! il se rattrape bien l'auteur sur ce coup !

Tiens en parlant d'auteur, tu as lu le nom sur le titre ?? Oui c'est un nom qui t'est familier...Et pas qu'un peu si tu es un fidèle du blog ! Stanislas Petrosky est un auteur que je suis avec fidélité ! Pourquoi ? Parce que j'aime sa plume (bah oui c'est facile ça !), mais qu'en plus il m'étonne à chaque fois ! j'explique ! Le premier roman lu de l'auteur Ravensbruck mon amour est un roman sur la Seconde Guerre mondiale , le second L'amante d'Etretat est une histoire noire sur le deuil, la dépression et maintenant cette histoire de curé. Cet auteur se met en danger ! Il ne reste pas cantonné dans un univers littéraire et rien que pour ça, je reste admirative !

En tout cas, vous l'aurez compris, j'ai pris un grand "plaisir" à lire ce bouquin ! Offrez-vous cette détente

Afficher en entier
Diamant

Dans ce livre on fait la connaissance de Estéban Lehydeux (Requiem pour les intimes ;) ) , un prêtre exorciste qui est loin du cliché du curé traditionnel bien sous tous rapport.

Lui n'est pas du genre à tendre la joue gauche quand on lui frappe la joue droite, il est plutôt du genre à mettre un bon bourre pif à son agresseur.

Il n'est pas non plus du genre à résister aux charmes de la genre féminine, qui le lui rends plutôt bien d'ailleurs.

Requiem vient en aide à une jeune femme qui s'est vu proposé de tourner un film à caractère pédophile. Il va mener une enquête pour découvrir qui est derrière cette proposition abjecte .

De par le sujet qu'il aborde c'est un livre profond qui nous amène à réfléchir mais tout en nous faisant régulièrement rire .

Requiem n'est pas politiquement correct et ça fait du bien un personnage comme lui, avec un humour noir et féroce qui est diablement efficace.

On ne peut pas résister à ce livre dans lequel on est tout de suite pris à parti par Requiem qui nous prends à témoin de son histoire qu'il nous raconte avec une redoutable efficacité.

Ce livre est un énorme coup de coeur!!!

J'attends avec une grande impatience le prochain livre de Stanislas Petrosky dont la gouaille et le style ne me déçoivent jamais.

Afficher en entier

Date de sortie

Je m'appelle Requiem et je t'...

  • France : 2016-07-08 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 15
Commentaires 5
Extraits 1
Evaluations 3
Note globale 6 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode