Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
723 300
Membres
1 048 402

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Elerinna2 2018-01-15T19:14:16+01:00

J'ai parlé à trois ans et bavarder n'a jamais été mon fort. Si un étranger m'adressait la parole, je répondais oui, non, je ne sais pas. Et s'il insistait, je répondais ce qu'il voulait entendre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elerinna2 2018-01-15T19:13:56+01:00

- Arrête avec ces monstres, Michele. Les monstres existent pas. Les fantômes, les Loups-garous, les sorcières, rien que des conneries pour faire peur aux grands benêts comme toi. C'est des hommes que tu dois avoir peur, pas des monstres

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elerinna2 2018-01-15T19:13:29+01:00

"Papa ! Papa..." j'ai poussé la porte et me suis précipité à l'intérieur. "Papa ! Je dois te dire..." Le reste s'est éteint sur mes lèvres.

Il était dans son fauteuil, le journal entre les mains et il me regardait avec des yeux de crapaud. Les pires yeux de crapaud qu'il m'était donné de voir depuis le jour où j'avais bu l'eau de Lourdes en pensant que c'était de l'eau qui pique. Il a écrasé son mégot dans la tasse à café.

Maman s'est assise sur le divan en train de coudre, elle a levé le tête et l'a rebaissée.

Papa a pris de l'air par le nez et a dit : "- Où t'étais passé toute la journée?" Il m'a examiné de la tête aux pieds. "Mais tu t'es vu? Dans quoi tu t'es roulé, bordel?" Il a fait une grimace. "Dans la merde? Tu pues comme un porc! En plus, t'as bousillé tes sandales !" Il a regardé sa montre. "Tu sais l'heure qu'il est?"

Je suis resté silencieux.

-Je vais te le dire, moi. Il est trois heures vingt. On ne t'a pas vu pour manger à midi. Personne ne savait où tu étais. Je suis allé te cherché jusqu'à Lucignano. Hier, tu t'en es bien sorti, aujourd'hui non.

Quand il était fou de rage, papa ne hurlait pas, il parlait à voix basse. Ça me terrorisait. Aujourd'hui encore, je ne supporte pas les gens qui n'expulsent pas leur colère.

Il m'a indiqué la porte. "- si tu veux faire ce qui te plaît, vaut mieux que tu dégages. Je ne veux plus de toi. Va-t-en.

- Attends, je dois te dire un truc.

- Tu dois rien me dire, tu dois sortir par cette porte.

J'ai imploré. - Papa, c'est un truc important...

- Si tu t'en vas pas d'ici trois secondes, je me lève de ce fauteuil et je te botte le train jusqu'au panneau d'Acqua Traverse." Et soudain il a haussé le ton. "Fou-moi le camp!"

J'ai fait oui de la tête. J'avais envie de pleurer. Mes yeux se sont remplis de larmes. J'ai ouvert la porte et j'ai descendu les escaliers. Je suis remonté sur le Clou et j'ai pédalé jusqu'au torrent."

Afficher en entier