Livres
472 768
Membres
445 756

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Cstance 2018-10-06T22:42:04+02:00

J’ouvre la porte en retenant mon souffle, plus par peur qu’à cause de l’odeur. Je ne sais pas ce qui m’a pris de faire une chose pareille. C’est l’idée la plus stupide que j’aie eue jusqu’ici, mais il faut que je sauve ma peau.

— C’est juste un vestiaire, chuchoté-je pour moi-même.

Il n’y a rien de bien insurmontable dans une tonne d’affaires de mecs en sueur qui puent et qui sont sans doute pleines de cochonneries.

Oh là là ! Je sens que je vais vomir.

Après avoir vérifié qu’il n’y a bien personne, je m’avance dans la salle à peine éclairée par un hublot blanc au plafond. Les sacs de sports se succèdent sur les bancs, le long des murs et au centre de la pièce. À quoi ressemble le sien ? Je n’arrive pas à m’en souvenir. Bleu, peut-être ? Si je passais plus de temps à l’observer qu’à le haïr, j’en aurais certainement une meilleure idée. Mais peu importe, je vais tous les fouiller un par un s’il le faut. Je n’y vois pas grand-chose, mais je ne peux pas me permettre d’allumer la lumière. Les garçons sont dans la salle voisine, j’entends leurs baskets crisser sur le parquet et les balles rebondir au rythme de leurs déplacements sur le terrain. Le cours vient à peine de commencer, je peux donc chercher tranquillement l’objet du délit. Du moment que le prof de sport ne remarque pas une présence clandestine dans les vestiaires… Sinon, je serais bonne pour la pire humiliation de ma vie en plus de celle que je risque de subir si je ne retrouve pas ce putain de sac.

— T’en es où ?

Je sursaute et me tourne vers la porte restée entrebâillée. Julien, mon meilleur ami, est supposé surveiller l’entrée pendant que j’explore les lieux.

— Retourne à ton poste ! sifflé-je en essayant de ne pas me faire entendre dans l’autre pièce.

— Je te jure que tu me revaudras ça un jour, chuchote-t-il en retour.

Je lui adresse une grimace et il retourne dans l’entrée, d’où il doit me prévenir si quelqu’un arrive.

Légèrement tremblante, j’attrape un premier sac qui pourrait être le bon et écarte doucement l’ouverture pour faire le moins de bruit possible. Ce n’est pas celui que je cherche. Un peu plus loin, une besace similaire est glissée sous le banc. Je la tire doucement et l’ouvre. Au milieu des vêtements que je pousse du bout des doigts, je ne trouve toujours pas ce pour quoi je risque des heures de retenue.

— Je commence à paniquer, Lyly, me lance Julien discrètement depuis la porte.

Je repousse le sac sous le banc et observe les autres à la recherche d’une illumination. Mon meilleur ami me surveille plus que l’entrée. Question espionnage, il craint.

— Ce n’est pas toi qui fouilles dans le vestiaire des garçons, alors calme-toi.

Julien lève les yeux au ciel et se tourne de nouveau vers l’entrée. J’approche de l’autre bout de la pièce et trouve un sac qui me semble être le bon.

— Je crois que quelqu’un approche, grouille !

La panique me submerge à mon tour et je fouille fébrilement parmi le jean, le t-shirt et les Converses d’Aaron. Je les reconnais grâce aux signes chinois qu’il a dessinés dessus.

— Il n’est pas là, gémis-je en remettant les affaires à leur place.

La porte se referme dans un petit claquement derrière moi, faisant arrêter mon cœur une fraction de seconde avant que Julien ne se précipite dans ma direction.

— Mais qu’est-ce que tu fais ?

— Le CPE arrive, m’annonce-t-il, les yeux écarquillés de peur.

Je regarde la porte comme si elle allait nous attaquer et l’avertissement de mon père me revient en mémoire.

« Encore une retenue et je devrai sévir ! » avait-il grondé il y a deux semaines.

J’ai tenu quatorze jours sans le moindre incident, je ne vais pas tout foirer maintenant à cause d’un stupide message. Il faut que je trouve ce téléphone et qu’on s’en aille.

— On doit…

Julien n’a pas le temps de terminer sa phrase que j’ai déjà plaqué ma main sur sa bouche. Mon regard le plus noir lui impose de la boucler avant que le CPE ne nous entende. Avec un peu de chance, il repartira rapidement et je pourrai trouver ce maudit téléphone sans que personne ne le sache.

— Pas un bruit, soufflé-je en voyant une ombre approcher derrière la porte du vestiaire.

La respiration de Julien devient laborieuse derrière ma main tant il panique. Il n’a jamais eu de problème au lycée. Un exploit quand on sait qu’il est toujours avec moi. Il faut avouer que je suis douée pour me mettre dans la merde toute seule, si on ne prend pas en compte le dénominateur commun de tous mes problèmes : Aaron Chevallier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:20:57+02:00

« Parce que oui, c’est clair, elle m’excite, m’enflamme le sang, me rend aussi stupide qu’un chat face à un concombre, autant ne plus se voiler la face. » (Aaron)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:20:37+02:00

« Il a suffi de quelques semaines en sa présence pour me rendre aussi timbré qu’un pervers sexuel. Cette femme incarne mon meilleur fantasme et mon pire cauchemar. »

(Aaron)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:19:28+02:00

« Je suis un missile à tête chercheuse qui a verrouillé son viseur sur ce petit roux prétentieux. » (Lydia)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:19:13+02:00

« Est-il vraiment en train de se moquer de moi ? Mon pied a soudainement très envie de rencontrer ses bijoux de famille. » (Lydia)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:18:56+02:00

« Sentir son corps si près du mien anime des sensations que je ne devrais pas ressentir. » (Lydia)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:18:13+02:00

« Ses yeux sont plissés et ses lèvres pincées, comme si elle se retenait de m’insulter encore une fois. » (Aaron)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:18:00+02:00

« Ce type m’exaspère. Comment peut-on être aussi beau, séduisant, charmeur, amusant et sexy tout en étant aussi con ? Ces choses-là ne devraient pas exister. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:17:45+02:00

« Son petit sourire taquin me donne autant envie de l’embrasser que de lui mettre mon genou entre les jambes. » (Lydia)

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-24T09:17:27+02:00

« Et malheureusement pour moi, son corps m’a fait beaucoup d’effet. Rien qu’avec quelques photos, j’avais envie de la retrouver et de faire ce que je n’ai pas osé faire au lycée, ainsi que d’autres choses, bien plus perverses. » (Aaron)

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode