Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de jean01 : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
De Roses et de Sang De Roses et de Sang
Michel Hody   
Aux abords de la ville, la route devint plus encombrée. Colporteurs et marchands étrangers sortaient de l’enceinte, chargés de sacs et de ballots. Un moine, à l’habit poussiéreux, chevauchait une haridelle encore plus fatiguée que lui. En les dépassant, il les salua avec aménité. Un estropié, claudiquant, poussait une brouette où il avait entreposé un tas de détritus de toutes sortes. Ils s’approchaient de la porte principale et croisèrent, dans ses parages, une horde de mendiants, fin soûls, qui après une journée de quémandages, braillaient des chansons paillardes où curés et putains étaient étroitement associés. Ils se frayèrent un passage parmi les carrioles de paysans qui regagnaient leurs campagnes après avoir vendu leurs produits aux citadins, pressèrent leurs montures dans un endroit un peu plus dégagé et s’engouffrèrent sous la grande herse, aux crocs acérés, de la porte principale de Laon. Sans tarder, ils se dirigèrent d’instinct vers la première auberge venue, blottie contre les remparts de la ville. Son aspect peu engageant ne les découragea pas et quelques instants plus tard, ils avaient devant eux deux bols fumants d’une grosse soupe aux poireaux et deux mazers de bière brune. Les compères s’abandonnèrent aussitôt aux délices du repas et ce n’est qu’après un rot sonore de contentement et de délivrance que Guy Hardouin reprit la parole, en incorrigible bavard qu’il était.

par ilovelire
La Drogue dans mes veines Mes enfants dans la peau La Drogue dans mes veines Mes enfants dans la peau
Samanta Borzi   
Le témoignage de Samantha Borzi est celui d'une renaissance et d'une fabuleuse évolution. Petite fille mal aimée, terrorisée par une belle-mère qui lui fait croire que le diable et l'enfer sont partout. Samantha grandit dans un univers peuple de cauchemars minée par une image désastreuse qu'elle a d'elle-même. A l'adolescence elle plonge, prostitution, alcool et pour finir la drogue. Elle sombre dans l'addiction à l'héroïne. Et le drame éclate. Samantha enceinte perd son bébé in utero, elle s'endort apres avoir pris une dose. Inconsolable, dévorée par un sentiment terrible de culpabilité elle se réfugie encore plus dans la drogue. Enceinte pour la deuxième fois et toujours accro à la drogue, Samantha met au monde un deuxième enfant. Son fils naît drogué et en manque. Incapable de subvenir à son bien–être, la jeune femme débarque un soir dans un hôpital et le cœur anéanti dépose son fils en suppliant qu'on le prenne en charge , car elle se sait incapable de le faire... Jusqu'au jour ou enceinte de son troisième enfant, elle décide de tout arrêter. Elle arrête sa consommation, la prostitution et commence une nouvelle vie. La petite Lola sauve sa mère.

par Skipere
Nos mères Nos mères
Antoine Wauters   
Complètement ennuyant. Bien écrit, beau style mais ennuyant....

par jean01
La Prophétie d'Alysiane, tome 2 : Les Quatre Peuples La Prophétie d'Alysiane, tome 2 : Les Quatre Peuples
Justine Patérour   
http://leden-des-reves.blogspot.fr/2013/11/la-prophetie-dalysiane-justine-paterour.html

Bon, allez, Charlène, on se lance.
J’ai eu l’immense privilège de lire le tome 2 de la Prophétie d’Alysiane en avant-première, tout comme le tome 1. J’en remercie infiniment l’auteure qui est aussi mon amie, Justine.

Nous retrouvons dans ce deuxième opus Alicia, Stephan, Sarah, Hakim et les autres en plein périple pour rallier les peuples contre Azalée. Abattre ce tyran devient leur priorité à tous, mais seuls, ils savent qu’ils n’y arriveront pas. Et comme ils ont raison ! Alors qu’ils partent pour accomplir ce rassemblement des races à leur cause, ils ignorent tout à fait tout ce qu’ils devront affronter, ce qu’ils découvriront, autant en bien qu’en mal. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises ! Arriveront-ils à détruire Azalée ?

Par quoi commencer ?
Lorsque j’ai eu parcouru les premières pages de ce deuxième tome, je me suis rendu compte de quelque chose d’important : les personnages de Justine Patérour m’avaient réellement manqué ! Je n’avais pas réalisé que je m’étais attachée à eux ainsi. L’auteure a vraiment su créer des héros entiers, avec des caractères qui ne s’oublient pas, et qui même s’ils ne sont pas faciles à vivre (je ne citerai personne maaaais… on les reconnaîtra), restent gravés en nos mémoires. On leur porte une vraie affection !

La première partie du livre m’a permis de me remettre tout doucement dans l’histoire, parce que même si le style de l’auteur a évolué, je ne le sentais pas encore tellement, c’est vrai. Néanmoins, je me suis fait prendre au piège. Parce que ce livre, voyez-vous, c’est un livre qui se commence doucement, vous retrouvez tout le monde, l’intrigue, vous commencez à voyager avec eux… et vous ne vous rendez pas compte qu’en fait, plus ça va, plus la tension, inexorablement, monte en vous. Bien sûr, les actions s’enchaînent et ce n’est un long fleuve tranquille ! Sauf que vous, vous vous retrouvez plongés dans l’histoire et qu’au fur et à mesure, plus les évènements avancent, plus ils vous touchent et que réellement, vous avez l’impression de vivre l’histoire avec eux !
Moi, là, je dis chapeau.
Bon, il faut aussi dire que j’ai eu droit à un certain conditionnement, dont je reparlerai un peu plus bas…

Bref, au niveau de l’intrigue et de l’action, rien à redire. Nickel !
Au niveau de l’univers, (re)découvrir Alysiane a été vraiment plaisant. Les différentes races m’ont surprise, m’ont plu, et les observer au travers de la focale de l’auteur était plus qu’intéressant. Il y avait de belles descriptions, juste de quoi me permettre de me représenter tout ça de manière juste et là encore, rencontrer les représentants des différentes races a été assez enrichissant et amusant, je trouve. À croire que notre chère Justine aime à créer des caractères entiers et marquants ! Chacun a sa propre personnalité, c’est franchement agréable, parce que rares sont les personnages que vous risquez de trouver insipides ! Entre un univers qui ne demande qu’à être exploré, avec différentes créatures qui sauront vous surprendre, et des personnages loin de manquer de saveur, La Prophétie d’Alysiane 2, je le gage, saura en charmer plus d’un !

Vous savez ce qui risque de vous charmer, aussi ? Un autre point fort au niveau des personnages : les relations qui se tissent entre eux. Si j’ai autant apprécié les retrouver, c’est aussi et pour beaucoup grâce aux liens qui les unissent et qui sont si forts. Aucun d’entre eux n’est parfait, loin de là, mais l’amitié qui se tisse entre eux et qui évolue au fil du temps est juste incroyable à suivre. Elle vous fait chaud au cœur !
Même quand vous apprenez des révélations du genre deeply chocking, si vous voulez mon avis ! (oui, j’ai été scotchée au fond de mon lit, si vous voulez savoir ! Je les attendais, ces révélations, mais huh, vache ! Quand même !) Leurs liens sont trop forts pour s’effriter ainsi avec le passé.
Non, c’est pas le pays des Bisounours, mais c’est quelque chose de magique, de beau, et qui vous transporte aussi, d’une autre façon !

Je pourrais écrire encore des tonnes de trucs ! J’ai même envie de parler d’un truc hyper important qu’on voit arriver dans le tome 1 mais qui se concrétise dans le 2 (non, vous ne saurez pas ce que c’est), mais je ne le ferai pas. Pourtant c’était trop bien, et j’étais bien contente de le voir, moi ! En même temps, je me dis qu’il y a plein de choses qui arrivent dans le 1 et qui se réalisent dans le 2. Et que ces choses, j’ai aussi été contente de les observer se concrétiser. Bref ! Je déraille.

J’aimerais clore un peu cette chronique par la fin du livre. Oui, comme vous l’aurez peut-être remarqué, j’essaie sincèrement d’être plus succincte que pour la chronique du tome 1, j’avais réellement écrit un pavé, au point que Booknode me dise qu’il y avait trop de signes pour mettre ma chro’ en commentaire. Bref, peu importe.
La fin du tome 2. Si jamais, c’est une saga en deux tomes, hein. Donc là fin, là… c’est genre LA fin. The one !
Je ne vous raconte pas le conditionnement que Justine Patérour a bien voulu m’en faire. J’étais prévenue, je devinais certaines choses… enfin, je croyais. Du coup, j’ai été survoltée pendant les 100 dernières pages, parce que non seulement elle avait réussi à me prendre dans ses filets avec ses actions et ses personnages que j’aime énormément, mais en plus, parce que je me demandais bien ce qu’elle avait pu nous réserver pour la fin !
Et puis j’y suis arrivée. J’peux pas vous dire c’que c’est, ni de quelle nature c’est, mais… ça marque. Et c’est bien écrit. Mais attendez-vous quand même à quelque chose, quoi ! (Comment ça, ça se sent horriblement que je trépigne de vous dire ce que c’est mais que je ne dis rien pour ne rien spoiler ? Ouais, j’avoue. Mais hhhhh ! quoi !)

Bref, un second tome qui clôt parfaitement bien la saga, avec des surprises à la pelle, une histoire qui vous embarquera sans que vous vous en rendiez compte, chose que vous réaliserez avec plaisir plus tard. La Prophétie d’Alysiane 2 saura vous charmer, d’autant plus par ses personnages et les liens qui les attachent entre eux que par tout ce qui compose cet univers et auquel vous ne pouvez manquer de vous attacher à votre tour. J’aurais encore tellement de choses à vous dire ! Je me restreins, mais si je tourne la dernière page de ce bouquin, dans mon cœur, pas mal de choses sont gravées et je salue Justine Patérour pour son ouvrage qui m’aura clairement fait voyager. Merci beaucoup, ma belle, et vivement un prochain bouquin de ta plume !

Ce sera un 19/20 pour moi !
La prophétie d'Alysiane, tome 1: Les Elus La prophétie d'Alysiane, tome 1: Les Elus
Justine Patérour   
Ça faisait un petit bout de temps que les livres des éditions Valentina me faisaient de l'oeil et La prophétie d'Alysiane en faisait partie. Je me suis donc laissée tenter.
J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture. Je suis un peu mitigée entre deux sentiments et je n'aime pas bien ça. J'ai mit énormément de temps avant de le finir. Une dizaine de jours, ce qui n'est vraiment pas dans mes habitudes.

Je n'ai pas tellement réussit à adhérer au style d'écriture de l'auteure. Je ne sais pas ce qui m'a déplut, peut-être le fait trop simpliste sur quelques points. J'ai trouvé que le tout mettait un temps fou à se déclencher et je m'ennuyais un petit peu vers le début. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, qui pourtant est une idée géniale. En revanche, le gros point positif de l'écriture, c'est le fait d'avoir les points de vues de nos trois héros lorsqu'ils ne sont pas ensemble. On n'est pas uniquement concentré sur Alicia qui reste l'héroïne principale et ça, c'est vraiment chouette !

Concernant les personnages, je n'ai pas réellement accroché à l'un d'entre eux. Je les ais trouvé un peu trop "adolescent" à mon goût surtout au niveau des dialogues et parfois même des caractères/réactions.
Alicia, je n'arrive pas à l'apprécier... Elle a son petit caractère, ce qui n'est pas si dérangeant que ça, mais il est assez contradictoire. Elle essaie de se montrer téméraire, grande fille, mais elle manque cruellement de maturité, pleure souvent pour pas grand chose et n'est pas très fute-fute. Je lui trouve un petit côté Mary-Sue.
Sarah, pas grand chose à dire sur elle, c'est peut-être le personnage que j'apprécie le plus malgré sa grande susceptibilité. Je trouve qu'Alicia lui fait même un peu de l'ombre et c'est bien dommage. J'aimerais bien que son personnage soit plus "creusé".
Quant à Stephan, le parfait stéréotype du "bad boy au cœur de guimauve". Je n'ai généralement rien contre ce genre de personnage, mais je dois avouer que pour le coup, je n'ai pas plus réussit à m'attacher à lui. Il est un peu lourd avec son humour, en revanche, j'ai énormément aimé son sens de la répartie.
Comme je ne vais pas passer au peigne fin tous les personnages, je vais faire un gros. Je n'ai pas ressenti d'émotions venant de leur part, ils étaient un peu plat à mon goût.

Pour l'intrigue, je l'ai adoré. La prophétie et compagnie, c'est assez courant dans ce genre de bouquin, mais ça ne m'a pas plus gêné que ça. C'est assez classique, mais on adhère ou on adhère pas et pour le coup, j'ai adhéré. Certains rebondissement étaient prévisibles, d'autre non. Par contre, contrairement à certain, la relation Alicia/Tonerre, je n'en vois pas tellement l'utilité et j'ai un peu moins aimé. Peut-être que ça change avec le deuxième tome, mais pour le moment, je ne suis pas tellement fan de ce lien qui les unis.

Pour finir, la fin me donne envie de me sauter sur la suite, donc je la commanderais d'ici peu !
Pour un premier roman, je souhaite quand même tirer mon chapeau à l'auteure. Bon courage à elle pour la suite !

par Philla
L'Ange déchu, tome 1, L'Hunter L'Ange déchu, tome 1, L'Hunter
Marion Obry   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2013/12/lange-dechu-tome-1-lhunter-marion-obry.html

Quand j'ai commencé ma lecture de l'ange déchu, je pensais le lire d'un seul coup, vu l'épaisseur du livre. Malheureusement, j'ai eu quelques imprévus qui m'ont empêchée de le dévorer. Parce que oui, on ne s'en rend pas compte comme ça, mais c'est un petit roman qui se dévore et qui se lit très vie, même si on savoure chaque page. Ce n'est pas un coup de cœur, mais une très bonne lecture et bonne découverte. Par contre, je tiens à préciser, pour lire ce livre, il ne vaut mieux pas être sensible, et l'auteure le confirmera : elle n'y va pas dans la dentelle, mais bien cash. Ce que j'ai vraiment, vraiment aimé, pour ma part ! Donc, âmes sensibles s'abstenir ! (ce qui est vraiment dommage, soit dit en passant!)


Dans ce premier tome, nous faisons la rencontre de deux Hunters : Cal et Sebastian. Leur métier consiste à détruire toutes les races impures : vampires, démons et tout ce qui y ressemble. Ce sont deux amis, qui pourtant ont deux caractères bien opposés. Dès les premières pages, je me suis de suite attachée à eux. À Cal par sa gentillesse, son écoute, sa diplomatie constantes. À Sebastian, pour son tempérament fort, son franc-parlé, son envie d'en donner encore plus, et le mystère qui fait de lui quelqu'un d'atypique.


Ils font partie d'une caste qui se trouve à Rome, et qui l'une des plus grandes, voire la plus grande. Là-bas, ils vouent leur temps à traquer chaque démon, afin de les renvoyer d'où ils viennent. Ils n'ont pas peur du sang, de se battre et de tuer. Ils sont nés pour ça et avec ce « don ». Mais lorsque Lucifer décide de revenir semer la peur, la crainte et le sang, tout bascule dans l'horreur. Les deux amis vont se retrouver un petit temps, pour être de nouveau séparés et mener chacun leur guerre de leur côté. D'ailleurs, j'étais un peu déçue qu'au bout de quelques pages Sebastian soit aussi effacé, car j'aimais beaucoup ce personnage, j'espère le revoir dans la suite !


Comme si ça ne suffisait pas, Cal se prend à faire des rêves... Apparaît dans ceux-ci, Lucifer. Pour quoi ? Pour qui ? À cause de quoi ? Il n'en sait rien, et nous non plus ! L'auteure réussit parfaitement à nous mener en bateau, qu'on n'en vient même pas à se demander pourquoi ça lui arrive, ce qu'il a de spécial. Tellement pris dans le récit, on lit, sans se poser de questions. Bien sûr, on en a quelques unes, mais pas de grandes importances.


Concernant l'action, je dois dire que waaah ! Il y en a, et pas qu'un peu ! Du début à la fin on est dans un état de transe, tellement l'action est présente. L'auteure ne lésine pas sur les moyens de descriptions et au fil du temps nous croisons des détails des plus macabres. Dans ce premier tome, j'ai trouvé que Marion Obry allait vraiment au bout des choses, qu'elle n'hésitait pas à décrire des passages qui nous soulèvent le cœur. Et je crois bien que ce sont ces passages que j'ai le plus aimer. (quoi ? Moi, je suis sadique ? Mais non!) Oui, parce que pour moi il ne suffit pas de décrire des passages horribles, il faut qu'ils aient un sens, une histoire, et c'est ce que j'ai ressenti à chaque fois.


La fin arrive toutefois trop vite, dans le sens où 100 pages de plus ne m'aurait pas dérangée, bien au contraire ! On sent que la plume de Marion Obry s'affine avec le temps, que certaines de ses phrases sont empreintes de poésie, malgré les moments noirs du récit. On sent aussi qu'elle a fait des recherches, que le thème des anges et démons qu'elle aborde n'est pas anodin, qu'elle en est même fan. Ça se ressent. Mais j'ai appris que le tome 2 serait plus gros, alors je suis ravie ! Ce que j'ai d'autant apprécié, c'est que la fin laisse une grande marque et donne envie d'avoir la suite sous la main ! Car oui, Marion Obry lâche une sacré bombe ! Même si mon nez de détective avait découvert la vérité à 30 pages de la fin ^^ mais ça n'a en aucun cas gâché cette révélation, bien au contraire !


En résumé, un premier tome bourré d'action, des personnages atypiques, très attachants et bornés pour certains. Une histoire d'anges et démons qui reste sur le même thème que la guerre entre ces deux races, mais qui change de par l'apparition des Hunters, tueurs de démons et autres races démoniaques. Un premier opus où l'auteure va dans le fond des choses, où elle prend le temps de poser les bases, où n'hésite pas à montrer que cette saga n'a rien d'une saga « bisounours ». Des passages parfois sanglants, mais que j'ai adoré. Des détails glauques, mais qui passent pourtant très bien, qui sont dans l'ordre des choses, je dirais ! Bref, pressée de pouvoir lire le second tome, l'attente va être longue !!


Justine P.


« — Vos cheveux blonds, ces yeux verts perçants et doux, vos manières gentilles et attentionnées, vous ne faites pas... enfin !
— Et comment imaginais-tu un « Chasseur de monstres » ?
[…]
— Plus vieux, personnage sombre avec un air patibulaire, une cigarette à la bouche, de la barbe, un air bougon et... ah oui, avec des kilos en trop, solitaire, froid... Une sorte d'ours, en gros. »

par just2iine
Lilith Lilith
Richelle Mead    Kristin Cast    Alyson Noël    Kelley Armstrong    Francesca Lia Block   
UN SOLEIL INTERDIT :

Ha, quel plaisir de retrouver le style de Richelle Mead pour cette première histoire ! En plus, on ne fait pas que retrouver sa manière d'écrire. Nous sommes aussi plongés dans l'univers de Vampire Academy ! Et oui, ici on suit Eric Dragomir, un Moroï haut placé. Dragomir, ce nom ne vous dit-il rien ? Pour les lecteurs de Vampire Academy, vous aurez compris que ce personnage n'est autre que le père de Lissa. Grâce à l'histoire "Un Soleil Interdit", on remonte le temps jusqu'à l'époque où Eric était adolescent.
Dans cette nouvelle, Eric est accompagné d'Emma, sa petite-amie actuelle, qui ne le restera pas très longtemps car il entasse les conquêtes. Tous deux, ainsi que de nombreux Moroï, se rendent à une fête via à un yacht censé les conduire sur une île où les festivités auront lieu. Sur ce bateau de luxe, Eric va rencontrer une jeune fille, Rhea, et tomber amoureux d'elle presque instantanément. Pour les fans de Vampire Academy, vous aurez compris que Rhea n'est autre que la mère de Lissa. Mais alors comment vont-ils s'aimer ? Comment a commencé leur histoire ? C'est tout ce que je vous souhaite de découvrir ! En tous cas, l'action et le mystère ne sont jamais très loin.
Dès le début une attaque de Strigoï va semer la zizanie. Ensuite, tout n'est que pur délice ! Le cadre est superbe, l'atmosphère est à la fois prenante et oppressante... C'est toujours très sympa de lire des petites nouvelle comme ça, et "Un Soleil Interdit" ne déroge pas à la règle ! Merci Richelle pour cet intriguant petit récit qui nous plonge dans l'univers toujours aussi passionnant de Vampire Academy !

BRING ME TO LIFE :

Je dois dire que là franchement, Alyson Noël m'a très agréablement surpris ! Cette nouvelle s'inscrit dans la lignée de celles que j'adore ! Mystère, suspense à très haute tension et huit clos sont au programme, et le mélange de ces trois éléments est explosif !
On suit Danika, une jeune étudiante de dix-sept ans qui est très douée dans l'art de peindre. Elle vient juste de recevoir une lettre l'informant qu'elle a remporté un concours de peinture. Parmi des milliers de candidats, cinq personnes, dont elle, vont pouvoir se rendre dans un merveilleux manoir doté de professeurs et de salles de classe exceptionnels pour devenir des experts dans leur discipline. Mais voilà le seul hic, c'est que ce manoir est à des kilomètres de toutes civilisations et surtout que Danika va y arriver oui, mais seule...
En effet, les quatre autres étudiants ne pourront pas venir à cause du climat... Une épaisse brume semble s'être installée tout autour de la propriété... A partir de là, j'ai été scotché ! Dani ( son surnom ) va se mettre à faire de très étranges rêves, toujours en rapport avec l'épais brouillard qui s'infiltre dans sa chambre... Mais pourquoi cet étrange fumée lui donne-t-elle l'envie de peindre avec autant de désir et de ferveur ? Et qui sont les deux serviteurs qui paraissent errer dans le manoir ? Rien que de repenser aux réponses, je ressens ce sentiment d'oppression et de panique qui m'a envoûté pendant ma lecture !
Je pense qu'Alyson Noël en surprendra plus d'un(e) dans ce court récit beaucoup mieux écrit qu'Éternels ( saga que j'ai abandonné ), et, surtout, qu'elle fera prendre à vos rêves une teinte étrangement... Vivante.

LES AUTRES :

Hum... Là, je ne sais pas trop quoi dire... Cette histoire est plutôt étrange, mais étrange dans le sens "je n'ai pas tout compris". Kristin Cast nous entraîne dans un monde vraiment... Bizarre, et un peu déconcertant. Je n'ai pas eu peur, je n'ai pas stressé, je n'ai pas souri. En fait, je n'ai rien ressenti.
Tout ce dont je suis sûr, c'est que l'on suit une jeune femme vivant En-Bas, sous terre, nommée Rheena et un homme, venant d'En-Haut, qui s'appelle Sol. Après, on part dans quelque chose qui n'a pas vraiment de fil conducteur. On a le droit à différents points de vue qui sont mal coupés. Il y a eu des moments où je ne savais pas à travers qui je lisais !
La fin de l'histoire est aussi confuse que le début. Je suis un peu déçu, avec un titre comme "Les Autres" et une aussi bonne auteure, je m'attendais à beaucoup mieux. C'est le moins bon récit du livre à mes yeux pour le moment.


TRAQUÉE :

Dans "Traquée", Kelley Amstrong nous entraîne, comme Richelle Mead, dans l'univers de sa saga. Auteure de la trilogie Pouvoirs Obscurs, Kelley sait magner les mots pour nous faire ressentir de la peur, de l'angoisse et de l'inquiétude. Ce don se retrouve dans cette nouvelle très intéressante et très fluide. Je l'ai bien aimé. La fin m'a semblé un peu facile, mais bon, c'est une petite histoire, donc ça passe.
On suit ici une jeune vampire, Katiana, qui est recherchée activement par... Le groupe Edison ! Pour les lecteurs des romans de Kelley, vous aurez compris que l'on parle de cette association soit disant faite pour les êtres surnaturels mais qui en fait les torture. Notre héroïne va d'ailleurs se faire avoir par ce groupe, qui va l'enfermer. En prison, elle va rencontrer Chad et Neil. Deux adolescents qui sont en train de se transformer en vampires. Mais très vite, ils comprennent que l'un d'eux est une taupe. C'est là que l'histoire devient intéressante et prenante, car on ne sait plus qui croire.
Le cadre de l'histoire est plutôt oppressant, car en réussissant à s'échapper de la prison ( je viens de me rendre compte que je ne l'avais pas précisé ), les trois personnages vont se perdre dans une forêt. Un lieu qui peut se révéler confiné ou immense... Ca, j'ai adoré ! "Traquée" est donc une petite histoire sans prise de tête. On plonge à nouveau dans l'univers alarmant de Kelley Amstrong, et je dois dire que ça fait du bien !

LILITH :

Haaaa enfin, je sais qui est cette fameuse Lilith ! Oui oui, ça me tourmentait depuis que j'ai commencé le livre ! De plus, on ne fait pas que découvrir cet étrange personnage, mais également une nouvelle auteure : Francesca Lia Block !
Dans son histoire ( très courte ), on suit un jeune homme, Paul Michael, qui n'a aucun ami. La solitude est la seule chose qu'il possède depuis des années. On se moque de lui, on le critique, on l'humilie... Mais au fond de lui, il sait que tout ça n'a pas d'importance tant qu'il peut s'évader dans son monde imaginaire. D'ailleurs, son imagination et ses rêves commencent à être peuplés par le visage d'une personne... Lilith. Depuis qu'il l'a croisé dans les couloirs du lycée, il n'arrive plus à l'oublier. Mais qui est-elle vraiment ? Elle s'habille toujours en noir, préfère être seule qu'entourée d'ami(e)s et jouer de la guitare sur un banc, isolée de tous. C'est grâce à tout cela que Paul Michael va être irrémédiablement attiré par Lilith. Mais lorsqu'il apprendra la vérité sur elle...
Ce récit est sympa. Comme il est court, l'intrigue n'est pas extraordinaire, mais elle est pas mal. J'ai beaucoup aimé le fait que la personnalité de Lilith soit dévoilée lentement. D'ailleurs, on apprend une chose sur elle dans les dernières lignes qui va laisser Paul Michael pantois... Tout comme nous ! C'est aussi une nouvelle très sombre. En plus, il y a des passages assez gores et sanglants, qui avaient lieu dans des circonstances assez glauques. En effet, dans les dernières pages, j'ai eu l'impression d'être en train de regarder la série True Blood ! Le sexe, même s'il n'est pas vraiment présent, n'est pas loin, et on le sent.
Cette nouvelle est donc prenante. Tout est assez étrange et l'univers de l'auteure est captivant. Je pense que c'est une de mes préférées du livre.

http://wandering-world.skyrock.com/3019097633-Lilith-Recueil-De-5-Nouvelles.html

par Jordan
Murmurer à l'oreille des femmes Murmurer à l'oreille des femmes
Douglas Kennedy   
Un peu déçu par rapport aux romans. Ces nouvelles sont sympas, mais très courtes et peu profondes.

par jean01
Dark Elite, Tome 1 : Magie de Feu Dark Elite, Tome 1 : Magie de Feu
Chloe Neill   
Chloe Neill n'est pas une inconnue chez nous puisqu'on lui doit la série des Vampires de Chicago chez Milady. Cette dernière, bien que ciblant un public adulte, reste assez soft dans son domaine et c'est donc sans trop de surprise que l'auteure nous revient dans Dark Elite avec une série qui cible les adolescents.
Sans trop (aucune?) surprise, le récit est à la première personne et nous met dans la peau de Lily Parker, une lycéenne qui arrive dans une école privée qui cible la haute société dont elle ne fait pas partie. Et comme de coutume, elle va s'attacher à la marginale de service et vite devenir l'ennemie des filles tendances du lycée. La suite ne détonne pas du tableau avec pouvoir magique, bataille souterraine et histoire de cœur tandis que l'héroïne va se voir révéler un potentiel hors norme.
Lily, bien que héroïne sympathique, ne ressort absolument pas du lot et si l'auteure a quelques bonnes trouvailles concernant la magie (l'âge limite par exemple), le tout demeure cousus de fils blancs avec des personnages qui ne sont pas assez approfondis. Le truc, c'est que le récit est assez court et avec à peine plus de 300 pages, l'auteure à tendance à aller un peu trop à l'essentiel. A vrai dire, ce qui a le plus ressorti de ce livre à mes yeux, c'est l'attachement de Chloe Neill pour la ville de Chicago (si son autre série qui s'intitule les Vampires de Chicago nous laissaient encore le moindre doute).
Je laisse toutefois le bénéfice du doute quand à la suite des aventures de Lili Parker. Après tout, l'auteure parvient à semer pas mal de petits cailloux pour l'intrigues des prochains tomes en espérant par la même que la romance, trop évidente, réserve quelques surprises (le personnage de Sébastien à par exemple beaucoup éveillé ma curiosité sur la fin malgré les maigres lignes qui lui sont allouées).
Ce n'est pas forcément un mauvais roman mais l'histoire reste un peu trop cliché à mon gout et le manque de profondeur de se dernier ne lui est pas favorable. Du coup, il finit dans la pile des "vite lu, vite oublié". Je pense toutefois prendre la suite puisqu'il me semble qu'il s'agit d'une simple trilogie, que je souhaite connaitre le fin mot de l'histoire et petite cerise sur le gâteau, la couverture de Castelmore me plait beaucoup.

par Caly
Captive de son regard / Le parfum du souvenir Captive de son regard / Le parfum du souvenir
Dani Wade    Lilian Darcy   
Deux histoires qui se lisent bien et vite, deux styles fluides, légers, faciles à lire et qui vous embarquent tout de même dans leur univers, leur histoire, leur atmosphère. Sloan/Ziara ou Joe/Mary Jane, je ne suis pas sûre de pouvoir en choisir un plutôt que l'autre, les deux m'ont touché, pour des raisons différentes.

par Arendelle
  • aller en page :
  • 1
  • 2