Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jehanne29 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Un cadeau du ciel Un cadeau du ciel
Suzanne Roy   
Tout est très beau, très doux dans ce roman,il faut juste apprendre à lire moins vite pour que le plaisir d être en immersion dans cette histoire dure beaucoup plus longtemps. C est d une très belle plume que Suzanne Roy nous touche
Le Pouvoir Le Pouvoir
Naomi Alderman   
Ce livre a fait beaucoup de bruit avant sa sortie en français. Je comprend pourquoi aujourd'hui.
Le Pouvoir est un livre de science-fiction dystopique où les jeunes femmes développent un pouvoir, ce qui bouleverse le monde pour plusieurs raisons. Les chercheurs s'acharnent à trouver une raison logique, pour comprendre ce qui se passe. Plusieurs accidents se produisent à travers le monde, ce qui panique le reste de la population. Le roman débute ainsi. Celui-ci se décompose entre plusieurs points de vue, dont trois femmes et un personnage masculin (ce que j'ai trouvé très pertinent comme choix, on a ainsi une vue d'ensemble sur la situation).

Les personnages s'avèrent très diversifiés, approfondis et ainsi, humanisés. Ces personnages pourraient exister dans notre monde actuel. On s'attache à certains plus qu'à d'autres, selon notre feeling personnel. J'ai beaucoup aimé le personnage de Roxy ; qui m'a davantage touchée que les autres personnages par sa personnalité et son histoire. Ses chapitres m'intéressaient donc davantage. En ce qui concerne les autres personnages, ils m'ont plutôt laissée de marbre. En y réfléchissant, ce n'est pas tant les personnages qui m'ont marquée, mais les événements qui se déroulent tout au long de l'ouvrage et des rappels constants à notre monde actuel.

Grâce au personnage de la sénatrice, on peut mieux se rendre compte de l' « arrière plan » du point de vue politique, mais qui englobe les personnes qui ne sont pas concernées par le phénomène et qui en sont effrayées. Certains événements, qu'on apprend au fil de l'histoire, font écho à ce qui s'est déjà produit. Ce qui est intéressant et déconcertant à la fois : c'est vraiment un roman coup de poing, qui nous fait comprendre conscience que si les choses se passaient ainsi, il y aurait de grandes choses pour que la suite soit semblable.

De plus, les personnages vont voyager, ce qui va nous permettre de sortir de notre zone de confort, des pays que l'on connait à travers les romans. On va ainsi voyager aux côtés des personnages et voir tout un tas de choses. Etant donné que ce phénomène concerne uniquement les jeunes femmes (même s'il peut être transmis), on s'intéresse particulièrement à elles, par l'intermédiaire du personnage masculin journaliste. On nous rappelle leur situation dans différents pays du monde. Au-delà de ça, on remarque vite le reflet opposé entre notre monde et celui proposé dans Le Pouvoir : on reconnaît des phrases dites à l'adresse des jeunes filles, comme "Ne sortez pas trop tard le soir", "Ne soyez pas provocante". Dans Le Pouvoir, ces phrases-là visent les hommes. Le parallèle se fait progressivement, tout au long de l'histoire, sur plein de niveaux différents... et c'est passionnant.

Toutefois, on se doute que dans ce genre de contexte, cela peut vite dégénérer. Et cela va se produire à différents degrés. C'est très intéressant à lire. Je n'ai jamais été le genre de lectrice sensible aux détails d'horreur ; mais c'est important de le signaler. Il y a des passages vraiment prenants et qui pourraient être dérangeants pour certains. En ce qui me concerne, j'ai trouvé ce choix pertinent, on a ainsi la pleine mesure de ce dont sont capables les détenteurs de ce pouvoir. On est effarés par l'ampleur de leurs capacités et du phénomène de groupe, qui augmente les risques d' « accident ». L'autrice nous interpelle sur tout un tas de sujet : l'impact du phénomène de groupe, les manipulations politiques, la discrimination, et tellement d'autres choses. Si vous êtes intéressé, ne passez pas à côté.

C'est un livre à lire qui a le mérite de susciter la réflexion. Même après l'avoir terminé, j'ai continué à y penser, à réfléchir sur ce que j'ai lu. C'est ce que j'adore dans mes lectures et Naomi Alderman est parvenue à le faire. Grâce à son écriture simple et fluide, elle parvient à nous embarquer dans son histoire avec une facilité déconcertante, au point de nous en rendre captif jusqu'à la dernière page. Je ne peux que vous encourager à vous procurer cet ouvrage et à le lire.

par Eleanara
Demain, je me lève de bonheur Demain, je me lève de bonheur
Sophie Noël   
C’est drôle, frais, léger. Les pages s’enchaînent les unes après les autres sans aucune difficulté. Un roman feel-good qui nous pousse également à nous interroger sur notre propre existence.
http://www.sariahlit.com/2018/04/demain-je-me-leve-de-bonheur.html

par sariahlit
The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy
Amy Engel   
Mon avis sur…
L’histoire
Autant vous prévenir, cette chronique risque de partir dans toutes les sens, un peu comme mon cœur qui s’est fait bourlinguer à gauche et à droite pendant ma lecture. Ce que je peux vous assurer, c’est que c’est un livre aussi génial que frustrant (et comme là je suis, vraiment, très frustrée, c’est vous dire à quel point il est magique !).
On s’immerge dès les toutes premières pages dans le monde post-apocalyptique créé par Amy Engel. Après une guerre nucléaire. On en apprend plus sur les nouvelles règles mises en place : le conflit entre les deux familles, les mariages forcés… Et qu’est-ce qu’on peut détester, tout comme Ivy, les Latimer, familles ennemies depuis des générations ! Puis, on découvre que tout n’est pas noir ou blanc, mais que cet univers est teinté de nuances, tout comme Ivy va finalement le réaliser.
Ivy est une jeune femme qui, au départ, souhaiterait être aussi forte que sa grande sœur Callie, celle qui, initialement, devait s’occuper des Latimer et en particulier du fils, Bishop. Puis, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux, non seulement sur lui et son père, mais également sur sa propre famille. Je l’ai trouvée courageuse, sensible, timide et prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime. C’était une déchirure que de l’abandonner à la fin de ce livre.
Bon… sinon y a Bishop. Non. Sinon y a BISHOP ! Le Bishop charmant ! Le meilleur Book Boyfriend au monde ! Non, je n’exagère pas ! Damn, il est tellement parfait : beau, sexy, téméraire, humain, honnête, droit… Le genre qui ferait fondre même un bloc de glace en plein pôle Sud (contrairement à ce qu’on croit, c’est là qu’il fait le plus froid). Bref… Vous avez compris : je l’ai adoré. Et pour le coup, l’abandonner fut une réelle torture. Surtout de la sorte ! Amy Engel est une sadique… une vraie, une pure, une dure !
Dans les personnages secondaires, nous avons le père d’Ivy, un homme froid, distant, prêt à tout pour accéder au pouvoir et même à sacrifier sa propre fille. Plus on avance dans le livre et plus on le déteste, à mesure qu’on découvre qui il est réellement.
Puis, il y a Callie. Alors là, je n’aurais qu’une phrase pour elle : Callie, JE TE HAIS !!!
Voilà, c’est dit. Y a pas à dire : on se sent mieux après.
Parlons un peu histoire et action : autant vous le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Et on est tellement pris que la fin arrive bien trop vite ! On suit Ivy dans la découverte de sa nouvelle vie de femme mariée, où elle doit mettre en place le plan établi depuis longtemps par son père. La tension augmente à chaque page du livre, pour finir en apothéose à sa toute fin… et QUELLE FIN ! Le genre qui vous donne envie de traverser les océans pour aller trouver l’auteur et mettre tout en œuvre pour lui soutirer les informations sur le tome 2 ! Sérieusement, c’est presque de la torture ! Surtout quand on apprend que cette suite sort en VO en novembre 2015 ! *PAN ! *
Bref, vous l’aurez compris : « The Book of Ivy » est une lecture totalement addictive, palpitante et haletante. Je l’ai refermé à la limite de pleurer toutes les larmes de mon corps, mais surtout avec la furieuse envie de tout casser chez moi.
C’est un roman que vous ne pourrez tout simplement pas lâcher dès l’instant où vous l’aurez ouvert. Un gros coup de cœur chez Lumen qui réussit là l’exploit que, sur quatre livres lus chez eux en ce début d’année, c’est le troisième Coup de cœur/Coup-de-poing/Coup de foudre !

L’écriture :
La plume d’Amy Engel est fluide tout en étant délicate. Elle parvient à nous toucher en plein cœur et on s’attache si facilement à ses héros au fil du livre, qu’on ne veut plus les abandonner. Elle décrit parfaitement les sentiments qui évoluent au fil des pages, en même temps que la réalité de la société se dévoile. Et des personnages qu’on adore au début, on en vient à la haïr à la fin, et inversement. Sa plume est tout simplement parfaite… et elle vous chamboulera à coup sûr !

Et si vous doutez encore de l’acheter, voici 15 raisons qui vous feront courir jusqu’à vote libraire :
Pourquoi faut-il avoir Ivy dans sa bibliothèque ?
1. Bishop.
2. Il y a un max d’action.
3. Bishop.
4. L’héroïne est vraiment touchante.
5. Bishop.
6. La société créée par Amy Engel est particulièrement saisissante de réalisme.
7. Bishop.
8. Les pages se tournent toutes seules tant on est happé par l’histoire.
9. Bishop.
10. On en ressort totalement chamboulé.
11. Bishop.
12. La couverture est juste sublime.
13. Bishop.

Le ministère de la douleur Le ministère de la douleur
Dubravka Ugresic   
Quelle identité sauvegarder après une guerre qui a pulvérisé la géographie et le lien d'une langue commune? Comment faire qu'Igor, Selim, Meliha, Johanneke, Ana, la classe entière, ne se laissent pas diluer dans la 'yougonostalgie' ni atomiser par la nouvelle appartenance qui leur a été assignée? Ce sont les questions que se posent Tania Lusic, exilée croate et professeur de littérature qui a obtenu en tant que telle un contrat précaire d'enseignante à l'Université d'Amsterdam. Est-ce que les Pays-Bas et en particulier Amsterdam vont estomper la violence inscrite si profondément en eux ou au contraire la dégoupiller?

par sennyo
Comment le faire craquer en 10 leçons Comment le faire craquer en 10 leçons
Joanna Bolouri   
J'ai bien aimé ce livre : il ne faut pas se prendre la tête pour le lire, l'humour est bien dosé et je me suis amusée ... dommage que la charpente se soit vite dévoilée à moi [spoiler]j'ai deviné tout de suite que ce Dylan était le fameux auteur de best seller et qu'il finirait par devenir "l'homme de la vie" de la chroniqueuse[/spoiler] Cela reste néanmoins un livre délassant malgré l'histoire prévisible

par Artemyss
Zombie Thérapie, Tome 2 : Zombie Business Zombie Thérapie, Tome 2 : Zombie Business
Jesse Petersen   
Bien que ce soit une histoire attendue, je l'ai trouvé mieux que le premier. On retrouve avec plaisir l'écriture fine et l'humour du personnage de Sarah (le tout orchestré par Jesse Petersen). Et l'histoire est vraiment intrigante, j'avais peur de tomber un peu dans le répétitif et que ce soit un peu mou mais c'est vraiment une vision un peu inattendue. En tout cas, j'ai beaucoup aimé et puis le couple n'est lui non plus aussi plat.
Zombie Story, Tome 1 : Zombie Island Zombie Story, Tome 1 : Zombie Island
David Wellington   
Je trouve ce premier tome vraiment bon, même si je trouve la fin un peu limite.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce livre, étant donné que je lis très rarement des livres avec des zombies. Cela dit, je ne regrette pas de mettre lancée dans cette série. L'intrigue est beaucoup plus travaillée que ce à quoi je m'attendais et les personnages sont très intéressant.
La particularité du personnage de Gary est l'une des choses que je préfère le plus dans l'intrigue et cela apporte un véritable plus à l'action présente dans ce roman. Je me suis pas mal attachée à chacun des personnages de ce roman, notamment Jack, Marisol et Ayaan. J'aime énormément l'évolution du personnage de Dekalb, qui devient un peu moins pacifiste au fur et à mesure des évènements.
J'ai été surprise par le contenu de ce livre, qui n'est pas forcément mis en valeur par le résumé. En effet, le résumé explique que l'on va suivre un groupe d'adolescent mené par un vétéran, recherchant un remède au virus. Or, ce n'est pas un virus à l’Épidémie qu'il recherche et l'histoire est principalement centrée sur le vétéran. Le seul point qui me dérange dans ce tome, c'est la toute fin. Je la trouve un peu trop prévisible et je pense qu'un chapitre de plus aurait été nécessaire.
En tout cas, je pense qu'il va falloir que je lise un peu plus de livre sur les zombies.
Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël
S.G. Browne   
S.G. Browne et ses délires zombiesques m'avaient captivée dans le tome précédent. Avec cette suite, mon avis est, à ma grande déception, beaucoup plus mitigé.

Pour commencer, le roman est très court. Avec ses deux cents vingt pages, ça sentait un peu le roussi. Mais je ne m'attendais absolument pas à ce que tout soit aussi vite expédié.

Déjà, l'histoire débute un an après les événements de Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour. Moi qui pensais, après la fin très brusque du roman, retomber ici dans le vif du sujet, je me sens un peu bernée et sur ma faim. On a l'impression qu'il y a un gouffre entre les deux histoires et peu de liens entre elles finalement. Ce sentiment est d'ailleurs accentué par le fait qu'on parle très peu des personnages de l'autre tome, qui avaient quand même une sacrée importance à mon sens.

Ensuite, l'auteur n'innove pas, ils se contente de reprendre deux trois éléments qui marchaient dans le tome précédent et de les accommoder ici à la sauce conte de fées de Noël. L'intrigue est très faible, ponctuée d'énormément de facilités qui ne laissent que peu de suspense.

J'ai de plus trouvé que l'histoire avec Annie, était mal exploitée, trop bancale. Ça n'a pas vraiment de rapport avec l'histoire principale et on se demande au final ce que ça vient faire là. Certes, c'est plein de bons sentiments, mais justement, peut-être un peut trop.
Au lieu de se concentrer là-dessus, j'aurais aimé que l'intrigue relative au centre de recherches soit plus poussée. Ça me semblait très important, et ce n'est pourtant que survolé. Le personnage de Shanon aurait également mérité d'être plus utilisé.

Bref, vous l'aurez compris, je ne suis pas convaincue par cette suite que j'avais pourtant hâte d'attaquer. Si le cynisme de l'auteur est toujours plaisant et que j'étais tout de même contente de retrouver Andy, l'histoire m'a semblé creuse et assez vite pliée. J'en attendais beaucoup plus.



par x-Key
Tu me manques Tu me manques
Harlan Coben   
J'aime toujours autant les romans d'Harlan Coben!!!
L'intrigue est bien ficelée, les personnages attachants, le fait que l'histoire soit racontée cette fois-ci du point de vue d'une femme est bien choisi et le thème principal, les sites de rencontres par internet, est vraiment d'actualité.
Le lieutenant Donovan suit de concert, deux affaires qui lui tiennent particulièrement à cœur, sachant qu'elle y est mêlée indirectement.
Et j'ai vraiment adoré les allusions à Win!!!
Vivement le prochain!