Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Jenna95

Extraits de livres par Jenna95

Commentaires de livres appréciés par Jenna95

Extraits de livres appréciés par Jenna95

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 11:45
Un thème dur, mais avec une exploitation qui ne l'est pas.
Alors d'accord, c'est un livre pour ado, mais le côté harcèlement, il reste assez survolé, je trouve. Et on ne va pas très loin. Parce que bon, des petits graffitis très gentils, et des gens qui ricanent derrière notre dos, ça reste léger quand même. Evidemment que ça doit être dur à vivre, mais de là à pousser deux personnes au suicide ? J'ai des doutes. Il manque des éléments, et un harcèlement peut-être plus violent encore (ouais, j'suis peut-être sadique, m'enfin le message serait peut-être plus efficace si on ne restait pas dans le monde des bisounours).

Ensuite le bourreau qui devient la persécutée, c'était sympa comme concept, mais encore une fois, le récit est bien trop édulcoré. Même si dans le principe, le harcèlement d'une fille hypocrite pourrait semblait extrême dans la mesure où la moitié du bahut (si ce n'est plus) se conduit exactement de la même façon que Reagan, et que normalement, ce n'est un secret pour personne. Mais c'est surtout le changement du personnage qui ne me convainc pas.
La fille qui est la reine des garces au début du livre, qui devient une sorte de super héroïne de la rédemption... Eh bien, j'ai du mal à y croire. C'est trop brusque, et l'évolution du personnage se fait trop abruptement. Comme si la fille se disait "Alala, je suis persécutée et si j'arrêtais d'être une grosse connasse ?". Pas une prise de conscience suffisamment développée (ou alors elle a eu lieu, mais est passée à la trappe). Alors oui, on veut nous faire croire que c'est parce qu'à la base c'est une bonne fille, et qu'elle a juste trop de pression à cause de sa mère (caricaturale à l'extrême, soit dit en passant). C'est un peu facile, comme justification. Mais visiblement ça suffit, puisqu'on passe au stade de la rédemption et des excuses publiques.

Et c'est dommage, parce que très vite le thème du harcèlement passe au second plan pour se concentrer sur un "projet" utopiste et niais et une histoire d'amour encore plus niaise. La souffrance est complètement balayée, pour peu qu'elle n'ait été traitée un peu avant (et encore une fois, on reste dans la surface). On passe vite à autre chose, beaucoup trop vite. Si c'était aussi facile de stopper les persécutions faites sur les élèves, ça se saurait !

En plus, cette histoire d'amour qui a l'air d'arriver comme un cheveu sur la soupe, et qui est à l'image même de l'évolution du personnage. Trop brusque. Les deux pouvaient pas se saquer et quelques pages plus tard, ils sont fous l'un de l'autre ? Sérieusement ? C'est bien joli de dire que les gens peuvent changer, mais niveau réalisme, on est pas au top, là...

Pour finir quelques petits retournements de situation ultra prévisibles. Trop d'indices pour nous préparer, ça devient lourd. Alors que Reagan ne comprenne pas toute seule, c'est juste... lassant.

Bref, une très mauvaise exploitation d'un thème pourtant intéressant, c'est une grosse déception pour ma part, mais en même temps, ça se laisse lire. Pas trop de longueurs, et une écriture fluide. Il faut juste apprécier les clichés adolescents et la vision trop manichéenne, sans nuance et surtout très superficielle des choses.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-06
Excellente lecture pour ma part.

Pourtant, on partait avec une base loin d'être originale. Deux soeurs qui disparaissent dans la nuit. Et un jour, une des deux qui réapparaît. Avec la fameuse question : Que s'est-il passé ?

Mais finalement, même si l'histoire de l'île semblait abracadabrante au début, l'auteur s'en tire plutôt bien avec une bonne dose de psychologie, pas mal de manipulation, et des thématiques assez sombres ! Que demander de plus ?

On nous dépeint donc une famille avec ses problèmes, et ses personnages torturés - et dérangés. Avec au passage une mère narcissique absolument ignoble, et un demi-frère presque pire, une soeur disparue pas aussi formidable qu'on aimerait nous la dépeindre et une protagoniste abîmée, cette famille a de lourds secrets qu'il a été très intéressants de découvrir. Suspense plutôt bien maintenu avec pourtant comme narratrice la sœur disparue, qui ne nous livre finalement que son passé familial, plutôt que sa captivité de trois ans. Et qui sait comment arriver à ses fins, malgré ce qu'elle a subi.

L'auteur nous balade et nous offre une frontière habilement tissée avec la perception du réel. Que croire ? Et QUI croire ? Des questions, on s'en pose tout le long. Beaucoup même. Difficile de s'arrêter en pleine lecture sans avoir le fin mot de l'histoire.

Les retournements de situations sont efficaces avec un final bluffant, et malgré quelques temps morts, le récit ne souffre que peu de longueurs vraiment indésirables car l'atmosphère est plutôt pas mal bien qu'elle soit souvent malsaine.

Malgré tout, cette histoire de l'île aurait mérité d'être un peu plus approfondie, même si l'accent était mis sur la sœur disparue. Parce qu'il reste quand même quelques zones d'ombre sur ce qui s'est vraiment passé.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-06
Disons que pour un thriller pour ados, ça passe, mais sinon rien de transcendant non plus.

Commençons avec les points positifs, tout de même, car il y en a.
Tout d'abord, l'atmosphère un peu lugubre est plutôt pas mal. Bien que le sujet soit loin d'être nouveau en matière de thriller/polar (parce qu'avouons que la disparition d'une gamine et une survivante prétendument amnésique, eh bien rien de neuf sous le soleil !), ça reste un sujet intéressant à exploiter. Et là, niveau déroulement de l'affaire, ambiance et tout ça, d'accord, ça marche. Malgré le manque d'originalité, c'est efficace !
Un thriller qui flirte parfois avec le fantastique, mais malgré quelques doutes (parce que ça semblait parfois un peu gros et sorti de nulle part ces histoires de monstres), pas de trop grosses déception malgré une résolution trop peu approfondie à mon goût (et notamment sur les raisons du coupable, qui sont à peine évoquées).

Quelques problèmes, cependant... On peut relever quelques petites longueurs. Le début, tout d'abord. Lent à se mettre en place, pour nous offrir ce quotidien pour ados qu'on trouve dans pratiquement tous les livres pour ados. Personnellement, j'aurais pu m'en passer. Surtout que même lorsqu'on se trouve au coeur de l'histoire... eh bien l'affaire n'avance que très peu. Le fait est qu'on se retrouve dans une affaire où le temps a passé, et trouver des pistes, c'est compliqué. Quelques longueurs à la fin aussi : on a le fin mot de l'histoire (ou presque) et pourtant, ça continue, et ce n'était - selon moi - pas essentiel. Malgré tout, le livre se laisse lire plutôt bien. Je ne dirais pas que c'est le livre que j'ai trouvé le plus addictif de toute ma vie, mais ça passe.

Parlons des personnages, maintenant... Eh bien, pour moi, c'est un flop. L'archétype des personnages de romans pour ados : stéréotypés, ou superficiels, inutiles ou peu intéressants. En tant qu'adapte de thriller psychologiques, ces personnages ne pouvaient tout simplement pas me convaincre. Le flic...Insupportable tant il est incapable de prendre le moindre recul sur ce qu'il pense savoir. Stella a une personnalité trop insipide et superficielle, Zoé est trop caricaturale, et Sam est trop gentil-trop chiant-trop niais pour que je le trouve attachant
Spoiler(cliquez pour révéler)
j'ai pourtant eu un petit espoir pour lui. Il aurait fait un magnifique méchant.
Quant à Daniel, parlons-en... Aucune crédibilité, c'est juste le psychopathe de base, qui est juste là pour être haineux et méchant. Dommage, l'auteur avait bien essayé de proposer quelques pistes de mobiles... Mais clairement, ce n'est pas suffisant.[/spoiler]

Un livre avec une bonne dose de mystères, mais bizarrement assez peu de suspense (dommage pour un thriller !). Les débuts fastidieux font qu'il est difficile de soupçonner vraiment quelqu'un. Et lorsque l'intrigue bouge enfin un peu et que [spoiler]le père de la victime est arrêté et est passé aux aveux, on sent la suite à des kilomètres. Non, vraiment il s'est sacrifié pour son fils ? Quelle surprise ! Ce qui est surprenant en fait, c'est que personne ne l'ait compris plus tôt. L'implication de Caleb est un poil plus inattendue mais cela n'apporte pas grand-chose au récit : il fait partie de ces personnages présents dans l'histoire pour être présents. Il ne sert pas à grand-chose, on va pas se mentir...


De manière générale, c'était une lecture plutôt agréable, mais pas extraordinaire, avec pas mal de défauts.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-06
Je suis juste déçue en fait...
Je m'attendais à un livre sur le harcèlement, et c'est juste une suite évitable à un livre qui existait déjà.

J'avais lu Hate List, que j'avais vraiment apprécié, mais Say something ressemble vraiment à du fan service.
Pourtant le thème était intéressant : la culpabilité par le silence. Et le sujet a été plutôt bien exploité. En fait, je pense que je suis surtout déçue parce que ce livre aurait pu être génial et que finalement, il ne l'est pas tant que ça.

Mais malheureusement, il est trop dépendant de son prédécesseur. Sans la lecture de Hate List, il perd vraiment de quelque chose. On reste dans la surface, puisque l'approfondissement est déjà fait... dans un autre livre. Du coup, le récit est court, vraiment court. Et il n'y a pas grand-chose de nouveau à se mettre sous la dent.Et pour ceux qui n'auraient pas lu Hate List, ça fait juste une histoire superficielle sans développement. Un livre qui évoque le harcèlement mais qui ne le montre que très peu, et sans aucune nuance. Juste un bourreau complètement stupide qui continue à brutaliser des gens gratuitement alors que son meilleur ami s'est fait fusiller.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-06
Plutôt satisfaite de cette lecture. Un récit totalement addictif, et bien mené, mais qui dépasse le simple thriller. Parce qu'en plus d'être un thriller psychologique, ça parle de sujets assez durs et/ou actuels : harcèlement scolaire, recherche de soi (et de son identité sexuelle) et suicide. Comment une mère peut elle résister à la mort de sa fille...

Comme dans beaucoup de thriller, on alterne une fois de plus les points de vue, mais de façon assez légère : entre Amélia, au passé, et sa mère au présent, avec quelques éléments en plus par-ci par-là.
J'étais par contre assez sceptique par rapport aux extraits de conversation sms et le blog.
Le première parce que, même si ça apporte quelque chose au récit, le langage sms, ça pique les yeux. Je veux bien qu'on n'écrive pas forcément parfaitement par sms, mais quand même...
Quant aux articles de blog aux tendances Gossip Girl, ça n'apporte strictement rien en plus d'être vulgaire et inintéressant.
Spoiler(cliquez pour révéler)
(ou alors il aurait fallu approfondir sur l'auteur en question, et pourquoi elle a fait ça, parce que répondre à cette zone d'ombre en deux lignes à tout casser, bah ça fait clairement remplissage.[/spoiler]

Autrement, l'histoire est plutôt bien menée, même si certains retournements de situation sont assez prévisibles [spoiler]pour le petit secret de Ben, par exemple.


Malheureusement, et malgré les plus de 500 pages, il reste beaucoup trop de zones d'ombre, et de points qui auraient mérité des éclaircissements.
Si on se met facilement dans la tête de Kate, ou d'Amélia (qui est un personnage à qui on peut facilement s'identifier, mais sans qu'elle ne soit complètement fade, c'est vraiment pas mal), les autres personnages gardent tous leurs secrets et ne sont pas plus développés. Et c'est bien dommage. J'aurais bien voulu en savoir plus sur Dylan (qui promettait d'être un personnage passionnant, mais dont on ne sait finalement pas grand-chose, et dont l'auteur nous fait miroiter les secrets depuis le début... Secrets qu'on ne connaîtra jamais), ou même sur Zadie, un personnage extrême mais sans qu'on ne comprenne vraiment pourquoi, et qui méritait mieux qu'une simple étiquette "d'adolescente perturbée".

Et pourquoi, c'est la question qui revient beaucoup. On finit ce livre, et il nous reste encore beaucoup de pourquoi. C'est horriblement frustrant. J'aurais voulu plus de détails, c'est sûr. Mais au fond, ça donne un petit côté réaliste. Parce que dans la vraie vie, on ne sait pas tout, et avec ce livre, on a la version de Kate, et celle d'Amélia. Comment pourrait-on savoir ce que les deux ignorent ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-04
Ce livre se laisse lire, mais malgré quelques thématiques plutôt intéressantes comme la pollution et la surpopulation, ça reste dans l'ensemble une lecture plutôt décevante.

Tout d'abord, tout se passe très vite. La ligne scénaristique est des plus simplistes : il ne se passe pas grand-chose, le seul "retournement de situation" n'en est même pas un tellement il est prévisible.
Mais le pire dans tout ça, c'est un rendu qui semble très superficiel : rien n'est développé, et l'intrigue en elle-même est tellement courte qu'elle nous laisse un peu sur notre faim. Quant à l'univers, il n'y avait peut-être pas matière à nous en donner davantage, mais du coup, je me demande bien à quoi on est censé se rattacher.

Les personnages ne sont pas franchement mieux. Pareil : superficiels, manque de consistance, et tout est tellement rapide, même dans les relations entre les personnages. L'histoire amoureuse (parce que, malheureusement, il en faut toujours une) s'instaure bien trop vite, et pas de la manière la plus plausible qu'il soit. C'est ennuyeux.
Aucun suspense, et une fin des plus attendues.
Tout est bouclé très facilement, et on a fait le tour.

L'originalité ne sauvera pas le tout, parce que malheureusement, il reprend tous les codes de la dystopie YA. Rien pour vraiment le démarquer du lot. Et vu la flopée de dystopies pour ados qu'on peut trouver, c'est bien dommage.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-04
Je suis tellement déçue !
Lisa Gardner est une auteur que j'apprécie beaucoup. A partir du plus simple, elle nous tisse toujours des histoires très complexes avec des personnages à la psychologie très élaborée, avec des sujets parfois très durs. Mais apparemment, ça ne prend pas toujours. Et cette fois-ci, c'est un flop.

Peut-être un problème de sujet. Les séquestrations de jeune fille innocentes... Mwarf, c'est assez compliqué d'innover le truc et de faire autre chose qu'une simple séquestration. Mais j'y croyais. Parce que c'est Lisa Gardner, et que des choses plutôt cool avaient déjà été faites avec ce sujet (je me souviens notamment d'Alex de Pierre Lemaître).

Alors on a quand même un peu de suspense, mais loin des révélations renversantes qu'on pourrait espérer. Et malheureusement, niveau histoire, c'est très très lent.
Déjà parce qu'on a un carnet de bord sur la première séquestration. Donc forcément, il ne se passe rien d'autre, et même si la tension est là, et que le sujet est particulièrement malsain, ce côté malsain je l'ai moins ressenti que dans d'autres livres du genre.
Spoiler(cliquez pour révéler)
On dit merci au Syndrome de Stockholm qui vient adoucir le portrait et qui rend la victime presque aussi tarée que son bourreau [/spoiler]

Et si ce n'était pas assez, on se retrouve avec une deuxième, puis une troisième séquestration de la même fille. Et là, ça fait un peu beaucoup. D'accord, on a des explications. Mais quand même, une fille qui passe son temps à se faire enlever et séquestrer, c'est pas forcément la chose la plus passionnante du monde.
Surtout que niveau explications, je ne suis pas convaincue plus que ça. Le problème, c'est pas vraiment le contenu mais plutôt la forme ; [spoiler]On se retrouve encore avec le monologue de la méchante hollywoodienne qui nous explique tout. C'est une technique que je trouve vraiment mauvaise et peu plausible. Et c'est quelque chose qu'on ne retrouve pas souvent chez Lisa Gardner, qui habituellement nous fait comprendre l'affaire au compte-goutte. Double déception, donc.


Même les personnages sont décevants. Ils sont bien trop extrêmes pour être crédibles, et malgré le passé torturé de Flora, elle est tout sauf attachante.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une histoire simple mais efficace et touchante.
Le choix du narrateur est étonnant, mais ça donne un petit quelque chose en plus : c'est assez rare que ce soit un corbeau qui nous raconte l'histoire d'humaine(s). Je n'aurais pas été contre un peu d'approfondissement des personnages, et notamment celui de Cornelia, qui est plutôt mystérieux, et qu'on perd de vue pendant un moment du récit peut-être un peu trop long, mais sans oublier qu'il s'agit d'un album jeunesse et non d'un roman psychologique.
La fin est trop facile et attendue à mon goût, j'aurais bien aimé un petit retournement de situation, ou quelque chose de plus marquant. Mais finalement, on s'en contente.

Les illustrations sont très belles, très détaillées, avec des couleurs qui nous mènent vraiment dans un monde à part. Ces dessins donnent une atmosphère qui colle vraiment avec l'histoire, et le rendu est tout simplement super.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 31-03
Je ne suis pas franchement fan du conte de Cendrillon, qui n'a pas d'autre intérêt que de montrer une princesse soumise attendre son prince charmant. Même s'il s'agit ici d'une réécriture, l'histoire est la même. Un peu modernisée, d'accord (le carrosse qui devient une voiture) mais reste très semblable, et peut-être même trop. C'était intéressant de laisser des extraits du journal intime de Cendrillon, cela permet de la trouver peut-être un peu moins antipathique, mais ça reste léger, très léger.
Seulement, c'est l'histoire de Cendrillon. C'est un choix de vouloir rester proche du conte qui a bercé notre enfance, même si ça aurait pu être l'occasion de redorer l'image de ce conte.
Mais bon, passons sur l'histoire.

Les illustrations, elles, je ne vais pas pouvoir m'en plaindre. Elles sont absolument magnifiques, avec un coup de crayon vraiment intéressant avec un jeu sur les couleurs. C'est très coloré avec des couleurs très douces, et ça nous emmène vraiment dans un lieu magique des contes de fées. Si l'histoire déjà bien connue de Cendrillon ne me convainc pas, je serai curieuse de retrouver le travail de cette illustratrice dans d'autres livres.
Avez vous apprécié ce commentaire ? -1
date : 18-03
Pas très intéressant comme bouquin, et il n'y a pas grand-chose à sauver, malheureusement.

Tout d'abord, au niveau du scénario, ce livre est peut-être un précurseur du genre, mais maintenant, il n'a plus rien d'innovant.
C'est un classique de la Littérature, mais il est également très classique dans son scénario.
L'histoire d'une gouvernante qui va s'occuper de deux mioches dans une grosse maison isolée à la campagne, une habitation à l'ambiance assez sinistre où il va se passer des choses étranges... Eh bien, c'est la base de beaucoup de livres ou de films. Beaucoup de récits de fantômes fonctionnent ainsi, avec l'éternel doute "Est-ce vrai où le personnage est fou ?" Mais autant cette question m'intéresse beaucoup habituellement, autant là, je n'ai pas du tout été emballée.

Surtout que l'histoire en elle-même n'avance pas. C'est lent, répétitif, et peu crédible. La gouvernante part tout de suite dans des délires paranoïaques. Elle a seulement vu un fantôme quelques secondes, et tout de suite c'est une catastrophe imminente, c'est un danger avéré et ils vont s'en prendre aux enfants. Aux merveilleux enfants tellement adorables. Comment elle le sait ? Eh bien, elle le sait, c'est tout. Et c'est finalement agaçant : elle dramatise tout, alors qu'il ne se passe rien.
On nous propose des pseudos mystères qui n'ont de mystérieux que le nom. Beaucoup de questions sans réponse ceci-dit, mais surtout une impression de superficialité. Au fond, les fantômes auraient pu avoir une histoire intéressante, mais elle n'a pas été approfondie.

Et les personnages... Ils sont tellement fades... Entre la gouvernante qui en fait des tonnes pour tout, et les autres personnages tellement en retrait qu'ils sont tous inutiles, on n'a pas grand-chose à quoi se raccrocher. On ne cesse de nous répéter à quel point les deux enfants sont charmants, sont des anges adorables et blabla, mais même eux restent en retrait.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pas plus emballée que ça par cette lecture, mais j'aurais un peu de mal à dire pourquoi. L'histoire est pas mal, pourtant. Plutôt bien fichue avec un suspense correctement tenu. Peut-être trop, d'ailleurs. Parce que c'est assez compliqué au début, avec les retours en arrière incessants et une chronologie des plus chaotique, savoir quand se passe quoi, c'est pas simple ! On comprend peu à peu de quoi il s'agit, mais il faut s'accrocher, et c'est dommage.

Les personnages quant à eux ne sont pas géniaux. Léna est trop extrême à mon goût, et même si le côté psychologique est développé, je trouve que ça ne justifie pas. Au fond, je trouve l'histoire, comme Léna, trop extrême et peu plausible.
Il aurait pu être intéressant d'approfondir le passé, ce que certains personnages ont pu vivre, parce que sous forme de révélations comme ça a été fait, ça donne des personnages assez caricaturaux (et peu crédibles, encore une fois)

Mais autrement, le récit est bien rythmé, l'histoire est sombre, avec un personnage complexe (mais exploité de manière trop simple) au passé torturé, on avait de bons ingrédients pour avoir quelque chose de vraiment bon.
Mais j'ai malheureusement eu une impression d'inachevé, comme s'il manquait quelque chose, et finalement, je pense que ce sera une lecture qu'il ne me faudra pas beaucoup de temps pour oublier.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je ne suis pas franchement convaincue par ce livre.

Alors - parce qu'il faut bien trouver du positif, j'ai beaucoup apprécié le décor de la maison de poupée et l'ambiance assez mystérieuse autour. C'est original, et c'est vraiment un monde où la logique est effacée, un tout nouvel univers, un peu angoissant.
Et puis il y a pas mal de retournements de situation qui nous font petit à petit comprendre où nous sommes tombés (parce qu'il faut bien le dire qu'on tombe en plein coeur de l'action, et qu'on est un peu dans l'incompréhension)

Mais ça n'a pas pris pour moi. J'ai trouvé que l'histoire mettait beaucoup trop de temps à se mettre en place. C'est lent. Peut-être trop descriptif, aussi afin de vraiment mettre en place ce décor atypique. Peut-être qu'un One shot plutôt qu'une série aurait été plus efficace, parce que pour moi, c'était trop mou pour être accrocheur.

D'autant qu'on ne peut pas compter sur l'aspect psychologique pour palier l'absence d'action, vu que ce côté reste bien trop superficiel. Les personnages ne sont d'ailleurs pas intéressants, et lorsque les révélations se font à la fin (enfin !) elles sont assez survolées et peu développées. Et contrairement au décor, peu originales, du peu qu'on en voit.

Un tome purement introducteur, j'ai l'impression, mais qui ne me donne pas envie de lire la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-03
Bonne découverte, dans l'ensemble.

J'ai particulièrement apprécié l'ambiance et le décor de ce livre. Une diseuse de bonne aventures qui intègre une bande de forains, disons que ce n'est pas banal comme sujet. Un décor plutôt enchanteur et atypique, et franchement il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour être ravie.

L'histoire est assez longue à se mettre en place. On a vraiment une description du quotidien, dans ce cirque. Avec une alternance des points de vue, pour suivre l'ascension et descente aux enfers d'une cantatrice de l'opéra. C'est assez perturbant, car il faudra attendre la fin pour comprendre le lien entre les deux.
Et pendant ce temps, il ne faut pas compter sur beaucoup d'action.
Mais j'ai particulièrement été emballée par l'atmosphère, et cela ne m'a pas gênée plus que ça. J'ai beaucoup aimé découvrir ce milieu, et les différents personnages ainsi que leurs spécificités.

Très vite, tout s'accélère. Peut-être trop vite, d'ailleurs, et on saisit mieux la référence au titre. Cela se finit de manière tragique. Mais la raison de cette tragédie est - à mon sens - assez (ou trop) survolée, et c'est bien dommage. Il y avait matière à approfondir et à rendre l'histoire plus intéressante encore.

De la même façon, les personnages sont assez décevants. Ils ont du potentiel, mais malheureusement on ne sait finalement pas grand-chose sur eux, ni sur leur passé. La diseuse de bonne aventure, malgré ses nombreuses références à son aïeule, on ne sait pas trop d'où elle sort, ni ce qu'elle a vécu. Et avouons-le, elle est plutôt nulle comme voyante.
Pour les autres personnages, c'est un peu pareil. A l'exception de l'Homme sans visage, dont on nous raconte l'histoire, les autres semblent avoir une histoire complexe, et un passé torturé, mais tout ou presque est passé sous silence. Et Ophelia, la pure figure de la tragédie aurait pu être bien plus tragique si elle avait été davantage développée.
Sans parler du ventriloque, si intriguant, qui reste (sans doute à tort) un personnage trop secondaire alors qu'il aurait pu apporter beaucoup de choses.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-03
Des sujets toujours glaçants et abominables, et l'auteur s'en sort avec brillance.
Après "Je me suis tue", c'est le thème de l'inceste qui est abordé.

Un récit très réaliste, qu'il en devient d'autant plus poignant. La noirceur humaine n'a vraiment aucune limite. Et le système judiciaire français totalement absurde. Un récit aux allures de témoignage, qui est un écho à des situations qui ont dû se produire plus d'une fois, et c'est d'autant plus triste. La réaction des personnages semble tellement vrai : entre la mère qui passe par plusieurs étapes : le déni, le doute, la colère... Et le mari, pervers narcissique et manipulateur de génie qui arrive à prendre la situation en contre-pied pour la tirer à son avantage, c'est absolument angoissant.


Ce livre fait réagir, et fait réfléchir. Il nous prend aux tripes, nous met mal à l'aise. Tout commence bien : une famille heureuse, un mari parfait, une femme épanouie. Et puis soudain, les doutes, et une descente aux enfers qui nous fait nous sentir mal. Avec ce sentiment d'oppression qui ne nous lâche qu'à la fin de la lecture. On s'identifie facilement à Daphné, et on est indigné avec elle de ce qui lui arrive.

Quant à la fin, bien qu'attendue
Spoiler(cliquez pour révéler)
en même temps, ça serait tellement sinistre une histoire de ce genre qui se finit mal
, reste appropriée malgré un dernier twist prévisible.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-03
Un thriller sombre et glauque à souhait.

L'ambiance est juste... angoissante et dérangeante. Alors oui, il faut apprécier l'occultisme dans ses plus noires représentations. Et c'est vrai que le scénario a tout l'air d'un slasher tout ce qu'il y a de plus classique : un meurtre qui abouti à une vengeance et des personnages qui meurent les uns après les autres. Avec un certain talent pour maintenir le suspense, et un sentiment d'oppression.

C'est malsain, dans les thèmes, et l'exploitations de ces thèmes. mais...très réussi. On est très vite embarqué dans ce décor cauchemardesque à mi-chemin entre le fantastique et le polar.
Assez peu de temps morts, mais peut-être des petites difficultés avec les personnages, et surtout Perrine, qui est absolument détestable. Tellement égocentrique, que lorsqu'elle ne se lamente pas, elle ne sait faire qu'insulter les autres. Elle est absolument imbuvable, et devoir la supporter tout le récit... c'est long, vraiment très long.
Les autres personnages ne sont pas franchement mieux, et très caricaturaux (entre le "bad boy", le gosse de riche, le hippie camé, et la "nymphomane" qui s'en prend plein la gueule entre insultes et propos sexistes, on est servis.) Chaque personnage est représenté par une seule caractéristique, jusqu'à en devenir ridicule (ce qui rappelle les films d'horreur du genre, d'ailleurs où les personnages sont tous des stéréotypes sur pattes). La narratrice ne relèvera certainement pas le niveau, parce que si elle reste en retrait, elle n'a pas l'air bien plus sympathique, ni même intéressante, malgré ce qu'elle a vécu.
C'est vraiment très décevant du point de vue des personnages.

L'intrigue en elle-même reste à la fois simple, mais bien maîtrisée, et c'est finalement tout ce qu'on demande. On retrouvera quelques twists efficaces pour relever le niveau. A la fin, tout s'accélère, et l'histoire prend une toute autre tournure.
Le twist final est d'ailleurs renversant, c'est le genre de fin que j'adore, et qui remet tout en question. Vraiment brillant !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-03
Plutôt moyen, je trouve.
Alors d'accord, c'est un thème assez sensible qui touchera plus certaines personnes que d'autres... Mais je ne fais pas partie des personnes touchées. Pour moi, ça reste une histoire basique et horriblement prévisible.

Déjà la base de l'histoire, ça reste un thème assez classique des films d'horreur. Bon, on n'est pas dans un film d'horreur, mais presque. Et un auto-stop qui tourne mal et le psychopathe qui n'est pas vraiment celui qu'on croit.... C'est la base de beaucoup de films. Alors oui : il y a quelque chose de plus derrière, mais comme je l'ai dit, ce n'est pas une thématique qui me touche particulièrement.

Alors la première partie est très lente. De grosses longueurs, une intrigue qui s'éternise et ne semble pas avancer. Un peu trop d'ailleurs, et ça retire le côté angoissant qu'aurait pu (ou dû) avoir ce huis clos.
Puis un twist super prévisible.
Tout ce qui s'est passé par la suite était une évidence :
Spoiler(cliquez pour révéler)
on devine très vite que "Florian" est à l'origine du drame de la narratrice. Le fait même qu'elle le garde pour elle nous prouve que ça aura de l'importance dans la suite du bouquin. Et si, en tant que narratrice, elle le cache bien dans la première partie, il est évident que leur rencontre n'est pas due au hasard. Alors oui, petit retournement avec l'arrivée du compagnon qu'on croyait tous mort et la "révélation" sur le bébé mais en soi, ça ne relève pas vraiment le niveau


Les explications ensuite : encore une fois, rien de neuf sous le soleil. C'était assez attendu. D'un côté, c'est vrai que ça mise plus sur le réalisme qu'une histoire super glauque et tordue. Peut-être plus facile de s'identifier à ce couple qui a tout perdu. On mise plus sur le côté du pathos, et c'est peut-être finalement ça qui m'a gênée.

La fin est un peu mieux réussie, et conclut plutôt bien les choses, mais sans m'en laisser pour autant un souvenir impérissable.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 05-03
Je suis carrément déçue. Je pensais lire la suite d'Ewa, mais à part un personnage en commun (et à plus de soixante-dix ans d'écart), il n'y a absolument rien en commun, que ce soit dans l'ambiance ou l'histoire.
Peut-être que l'histoire de la malédiction du miroir avait suffisamment été exploité.

Mais quoi qu'il en soit, je ne suis pas du tout convaincue par celle-ci.
On a une atmosphère assez malsaine et oppressante, et un style d'écriture tout à fait adapté. Plutôt réussi sur ce coup, je dois l'admettre (même si le côté vulgaire et sursexualisé gratuitement, c'est pas mon trip) Mais pour le reste, je n'adhère pas.

Niveau scénario, dans un premier temps. Je ne l'ai pas trouvé intéressant. Thriller psychologique, peut-être, mais il ne se passe vraiment pas grand-chose, c'est juste l'histoire d'une grand-mère qui perd la boule, mais dont en fait l'histoire est plus complexe que ça.
Ou plus simple, selon notre façon de voir les choses.

Le problème, c'est qu'il n'y a rien pour faire décoller l'histoire. L'auteur raconte le quotidien de Pauline qui devient de plus en plus trash, et bizarre au fur et à mesure que les propos incohérents de la grand-mère deviennent réalité. Mais ça ne va pas plus loin, et avouons-le, la vie de Pauline n'est pas forcément trépidante. Avec une succession d'indices qui rendront la fin absolument prévisible et décevante. D'autant plus décevante que les mobiles sont au choix pas bien définis, ou alors complètement extrêmes et clichés, jusqu'à en devenir ridicules. Et ça pour un soit disant thriller psychologique, c'est bien dommage !

Quant aux personnages, eh bien ils sont tous détestables autant qu'ils sont, à part peut-être la grand-mère qui est juste désaxée.
Pauline, moralisatrice et casse-pied en chef, ses beaux-parents ont autant de prestance qu'un cadavre de chien (parlons-en d'ailleurs des chiens, pourquoi dans les thrillers/polars, ce sont toujours eux qui trinquent ?) et le pire de tout, le mari...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-03
Gros coup de coeur pour ce livre. Cela faisait un moment qu'il me faisait de l'oeil, et je ne suis pas du tout déçue.

Alors d'accord, il n'est pas parfait. On pourra notamment reprocher une succession de revirements de situation pour dynamiser le récit qui sont peut-être un peu inutiles.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Et surtout les "révélations"
concernant Maciej avec les revirements "il est gentil, mais en fait, il est méchant, mais en fait il est pas méchant, mais en fait si, et finalement non".
.

On est peut-être parfois dans la surenchère, avec des retournements de situations pour les retournements de situation sans qu'ils n'apportent grand-chose. Mais comme je l'ai dit, ils apportent un certain rythme, et facilitent peut-être l'immersion du lecteur.

Ensuite, c'est peut-être un peu décevant dans la mesure où certains éléments sont à peine abordés. Il est difficile de vraiment comprendre les méchants, parce qu'on ne sait finalement pas grand-chose sur eux. Et c'est bien dommage vu que le thème même du livre permettait d'avoir une vision totale et globale sur les faits. Vouloir ne présenter ça qu'à la fin donne peut-être une sensation d'inachevée.

Mais c'est, en plus du thème original et bien traité, l'atmosphère qui rend ce livre si poignant. On est dans un cadre très sombre, cruel et bizarrement fascinant. J'ai été totalement captivée, et n'ai pas réussi à lâcher cette lecture. Un univers qui est vraiment réussi, dans les moindres détails (même si forcément, les âmes sensibles auront sans doute du mal avec). C'est violent et glacial, mais correctement dosé. L'auteur a su maîtriser son scénario avec brillance, sans temps mort.

Une écriture fluide, qui colle avec l'atmosphère et l'histoire.
Le personnage d'Ewa est vraiment intéressant, torturée par sa malédiction, et tout ce qu'elle a dû subir en pension. L'auteur arrive à très retranscrire son mal-être et l'horreur qu'elle est en train de vivre, ainsi que ses espoirs. Dommage qu'il n'en ait pas fait de même pour d'autres personnages qui auraient mérité d'être approfondis.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-03
Un polar pour l'été, mais pas vraiment plus : c'est un livre qui se laisse lire mais qui aura bien du mal à se démarquer de la multitude de thrillers ou polars qui paraissent tous les ans.

Parce que tout reste assez quelconque.
Le narration ? Quelconque. Une intrigue typique qui passe par une narration à plusieurs voies (et le lien entre les différents narrateurs est clairement défini dès le début, on ne se pose pas la question "c'est qui lui, et qu'est-ce qu'il vient faire dans cette histoire ?). Les mystères sont peu à peu révélés, au compte-goutte. Mais aucune révélation qui nous remue complètement. A chaque fois, on devine les faits un peu avant qu'ils ne soient expliqués. Et c'est bien dommage.

Niveau scénario, rien de bien transcendant non plus. Si on excepte le décor assez fascinant de la "rivière au suicide", tout le reste c'est du réchauffé : une femme (de plus) retrouvée morte, apparemment suicidée mais dont la mort reste mystérieuse ? D'accord; mais ça a déjà été beaucoup exploité. Et cette fois-ci, ce n'est pas exploité de façon à innover le genre. Toutes les révélations étaient, pas forcément toutes prévisibles, mais toujours assez décevantes, avec un final plus que moyen. Oui, clairement, je n'aurais pas été contre quelque chose de plus spectaculaire... ou inattendu. Là, ça m'a semblé bien trop simple, et les quelques fausses pistes où nous mène l'auteur sont bidons.

D'autant que l'histoire met beaucoup de temps à se mettre en place. C'est mou, ça patine, et il ne se passe malheureusement pas grand-chose.

Point positif pour les personnages, cependant. Ils sont tous névrosés, dérangés ou détestables (voire les trois à la fois). On reconnaît ce talent à faire naître des émotions - pas forcément positives mais quand même - à travers des personnages à qui on aimerait collé quelques baffes. Ces personnages sont parfaitement exploités...et même cohérents. On ne pourra donc pas reprocher des personnages insipides, ou superficiels, c'est tout le contraire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-03
Ce livre se laisse lire mais je ne suis pas franchement convaincue...

Malgré la grosse originalité
Spoiler(cliquez pour révéler)
de la thérapie virtuelle[/spoiler], ça reste un thriller somme toute très classique, avec des indices très peu subtils.
[spoiler]On devinera très vite (trop vite ?) l'implication du psychiatre dans la disparition d'Anna. Et ensuite, l'identité du tueur est très prévisible.
[/spoiler]
Mais dans l'ensemble, j'ai trouvé l'enquête tirée par les cheveux, mais qui avait en plus tendance à traîner en longueur. Et un peu superficielle. Pas du tout embarquée par l'idée principale, et encore moins par des personnages sans relief et très peu crédibles. Et au vu du thème, on peut dire que le côté psychologique est franchement raté.
Malgré son traumatisme, Anna n'est pas intéressante.[spoiler] C'est juste une phobique qui guérit bien trop vite. La gamine a passé toute son enfance et adolescence à flipper et il suffit d'une thérapie (aussi originale soit-elle) pour guérir d'un claquement de doigt ? Sérieusement ?
Elle est d'ailleurs censée être au centre de l'intrigue, mais reste beaucoup en retrait. Mais si c'était pour laisser la place à un personnage plus intéressant... Sauf qu'ils sont tous aussi insipides les uns que les autres. Et l'enquêteur ne vaut pas mieux.

Quant à la vérité sur le père, on ne peut pas dire que les révélations soient plus étonnantes que le reste, en plus de manquer d'ambition. (c'est peut-être l'amatrice de thriller en moi qui parle, mais j'ai tellement lu d'histoires tordues que là, les raisons sont complètement bateaux et décevantes) Mais s'il n'y avait que ça... Je n'ai pas du tout apprécié les "séquences explications". Bien trop longues, en forme de monologues, ça fait bien trop théâtralisé (surtout quand on explique au meurtrier en long, en large et en travers ce qu'il a fait, hum, je pense qu'il était au courant, non ?)

J'imagine que le gros plus qui différencie ce livre d'un autre thriller pour ados, c'est le côté anticipation-science-fiction. Malheureusement, ce n'est franchement pas le genre de sujet qui me broche, et m'attendant à un polar/thriller (classique, pour le coup) je ne pouvais qu'être déçue.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-03
Ce livre est touchant...mais en même temps, terriblement frustrant !

Un récit très court, peut-être trop, mais addictif.

Le cadre est peu banal : on a l'histoire un jeune garçon de dix-huit ans incarcéré pour le meurtre du père de sa petite-amie, mais en même temps ce n'est pas vraiment son quotidien en prison (ou très peu) mais l'accent est mis sur le parloir. D'où le titre, oui, mais c'est un parti pris assez atypique, qui nous permet d'introduire les autres personnages de l'affaire. Des personnages qui peuvent paraître superficiels ou incohérents, vu qu'on les voit assez peu.

En revanche, le personnage principal est bien retranscrit. On sent son mal-être, son renfermement sur lui-même. Il est "perdu". Et les propos de ses camarades de prison (notamment le Doc) sont d'ailleurs très pertinents. Contrairement à ce qu'on aurait pu attendre, les prisonniers qui l'entourent ne sont pas des psychopathes (enfin, il y en a, faut pas se leurrer, mais tellement secondaires) et on s'attache très vite à eux.

Malgré tout, ce récit se révèle volontairement (et terriblement frustrant) et notamment par sa fin. On se dit "Tout ça pour ça". Et c'est difficilement compréhensible parce que
Spoiler(cliquez pour révéler)
Que la fille soit la meurtrière, c'était quand même sacrément prévisible. Et qu'elle ait perdu la raison à cause de son geste, cela peut se comprendre.
Mais son acharnement sur Yan, un peu moins. Des explications supplémentaires et un développement plus élaboré n'aurait pas été de trop.


Même si dans un sens, le twist final a bien atteint ses objectifs : il est percutant, et c'est finalement peut-être le côté lacunaire et inachevé de ce récit qui en fait sa force. Parce que dans la vie réelle aussi, on n'est pas au courant de tout, jusque dans les moindres détails.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-03
Le Sanatorium de Waverly Hills est une énorme source d'inspiration. Après les films, c'est au tour des livres.
Et franchement, au vu du décor et même du sujet abordé, je m'attendais à quelque chose de particulièrement glauque et malsain, comme le pire de ce qu'on peut trouver dans les films d'horreur, mais en livre.

Et finalement, j'ai été agréablement surprise. Parce que le sujet reste assez dur et reflète toute la noirceur de l'âme humaine. Mais à aucun moment, on n'est dans le gore pour le gore. Bien au contraire, on est dans un thriller psychologique et brillamment maîtrisé.

L'idée est géniale, horrible et extrêmement bien maîtrisée.
On se retrouve dans un lieu horrifique avec des personnages tous plus tarés les uns que les autres. Et c'est là qu'on s'approche du génie, parce qu'on a affaire à de vrais psychopathes. Mais pas des psychopathes en carton utilisés à tort et à travers dans les fictions parce qu'il en faut. Ceux-là sont carrément réalistes. Ils sont abjectes, mais en même temps, on connaît leur vie, et on peut avoir des pistes pour essayer de les comprendre. Malgré tout, cela ne justifie pas leurs actes et leur comportement, mais ils en ont totalement conscience : et c'est ça qui est génial. Ils sont complètement dérangés, mais ils s'assument, et sont prêts à tout pour survivre. Ils sont crédibles. Voilà tout.
Même si certains ont été éliminés du jeu trop vite pour qu'on n'apprenne vraiment à les connaître, ils ont tous quelque chose. On apprend à les détester et parfois même à avoir pitié d'eux.
Mention spéciale à notre tueur principal dont le point de vue parviendrait presque à le rendre sympathique malgré son mauvais caractère (après tout, les psychiatres charismatiques tueurs en série ont déjà prouvé qu'ils étaient classes !)

Au niveau de l'ambiance, sur ce point aussi, c'est super bien foutu. On manque peut-être de quelques descriptions pour s'immerger davantage dans ce décor cauchemardesque, mais l'auteur a réussi à créer une ambiance. Pas trop malsaine (mais forcément un peu quand même), légèrement oppressante, mais surtout qui nous tient en haleine jusqu'à la fin.
Et pour les passionnés de lieux hantés et légendes urbaines mais qui ne connaîtraient pas l'histoire du Sanatorium (après c'est quand même un lieu particulièrement connu...), avouons-le que ce livre est plutôt instructif.

Venons-en au scénario. Excellent aussi, même s'il n'y a pas de grosses surprises au niveau de la narration. Se succèdent des retours en arrière de notre tueur John afin de mieux le cerner, et un compte rendu plutôt linéaire du jeu avec une successions de twists plus ou moins surprenants qui s'enchaînent. Ces twists sont parfois (même souvent, on va pas se mentir) prévisibles
Spoiler(cliquez pour révéler)
cf le côté abject très mal dissimulé de "Zames"
qui oublie parfois de zozoter et dont le comportement d'enfant n'aurait jamais dû pouvoir tromper quelqu'un comme John (qui d'ailleurs s'est également fait tromper par un autre personnage.
Pour un tueur supposément intelligent, notre John se révèle peut-être trop naïf et pas assez jemenfoutiste pour être crédible) mais surtout l'identité du candidat vainqueur n'est pas franchement surprenant : il était évident qu'aucun psychopathe ne s'en tirerait et on misait tous sur un personnage infiltré et innocent.

Mais malgré le côté prévisible de certaines révélations, elles restent dans l'ensemble très efficaces et donne du rythme au récit. Sauf peut-être le twist final qui, pour le coup, est assez discutable/exagéré (rayez la mention inutile) en plus d'être (encore une fois assez prévisible).

Quelques petits points faibles, mais dans l'ensemble c'est une très bonne lecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-02
Assez curieux de trouver ce type de sujet dans un livre pour ados. Surtout que même si on nous épargne les détails trop trash, l'ambiance reste particulièrement malsaine et oppressante, c'est vraiment réussi de ce point de vue.

Et de façon globale, c'est un livre vraiment pas mal, malgré sa dureté.
Au niveau de la narration, l'auteur a trouvé le moyen d'éviter une narration trop linéaire. On alterne les points de vue (même si j'ai trouvé dommage qu'on n'ait pas le point de vue des autres filles) et il y a aussi beaucoup de retours en arrière pour avoir une meilleure compréhension des personnages et de ce qui s'est passé jusqu'alors. Même s'il est parfois un peu difficile de ne pas se perdre, et de savoir qui est qui, vu que peu importe les filles, les noms sont les mêmes. Le scénario reste dans l'ensemble bien maîtrisé, et nous tient en haleine. Même l'enquête pour retrouver Summer nous immerge totalement dans l'histoire, alors qu'on connaît déjà la vérité.

Un décor très sombre, dramatique, et même réaliste, ce qui rend ce livre d'autant plus poignant.

Quelques points négatifs pourtant.
Sans parler du style d'écriture qui détonnait trop dans sa façon de parler "jeune" (peut-être à cause de la traduction), j'ai été à la fois déçue par le ravisseur et la fin.

Le ravisseur parce qu'il fait un psychopathe de base. Alors oui, l'auteur a bien essayé de nous dresser un portrait psychologique, son traumatisme d'enfance, sa relation fusionnelle avec sa mère, mais à part ça... Il est juste un misogyne horripilant, maniaque et moralisateur à l'extrême. D'accord, il est fou, mais ça semble une folie trop simple, trop superficielle. Digne d'un roman pour ados, en fait.

Et la fin... Trop rapide, trop simple.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Les filles sont séquestrées pendant des mois, voire des années et ça se finit aussi facilement ? Je m'attendais à un dénouement plus spectaculaire. Ou sinistre. Alors d'accord, l'auteur a évité un Happy End complet en tuant deux des personnages sur quatre, mais sérieusement, c'était bien prévisible : entre Violette qui servait de défouloir depuis son arrivée, et Rose qui - on le savait tous - ne pourrait pas survivre sans Trèfle, c'était évident qu'elles ne survivraient pas

Et c'est bien dommage parce que la relation solide entre ces "soeurs d'infortune" et même la difficulté de se reconstruire après un tel drame est vraiment bien retranscrit. Mais clairement, je trouve qu'il manque quelque chose pour avoir une vraie fin appropriée et marquante.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 24-02
Je ressors assez mitigée de cette lecture.
Le résumé avait suscité tout mon intérêt, et à vrai dire, c'est assez surprenant de trouver ce type de sujet dans un roman pour ados.

La construction du récit est par ailleurs très bien fichue. Si on peut regretter les quelques longueurs au début, c'est surtout très intelligent de dévoiler l'affaire passée, celle dont tout le monde est au courant, une affaire sordide racontée dans les journaux des centaines des fois... mais au compte-goutte. On se demande ce qui s'est passé, comment ce drame a pu se dérouler. Et la ligne narrative permet d'avoir une vision d'ensemble, alternant présent et passé du personnage, qui finalement a pas mal évolué.
Ce livre aborde des sujets assez durs, mais finalement de façon simple et sobre. Ce n'est pas aussi noir et glauque que ce qu'on pourrait croire. Et au niveau de l'ambiance notamment, on est quand même loin de l'aspect malsain dont on aurait pu s'attendre au vu des thèmes abordés (après, vu que ça reste un livre pour ados, ça reste logique de ne pas trop développer certaines thématiques du côté de la mère par exemple)
La structure, donc, comme le scénario, sont maîtrisés. On suit les expérience de Jennifer jusqu'à (presque) comprendre comment elle en est arrivée là.

Mais pour moi, il manquait quelque chose. Tout d'abord, d'un point de vue psychologique, c'est ce qui m'intéressait dans ce livre. Comment une gamine peut en être au point de tuer une autre gamine et comment peut-elle se reconstruire et passer à autre chose. Alors si la réinsertion dans la société a bien été traitée, au niveau de la psychologie, c'est une grosse déception.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Le personnage de Jennifer m'a semblé bien insipide et sans relief. Elle a vécu des choses difficiles, mais ça restait assez factuel. Je ne sentais pas vraiment son mal-être, ou de façon trop caricaturale, et ses crises de violence restent assez incompréhensibles... Incompréhensibles dans la façon où les choses étaient traitées. Il aurait fallu appuyer sur ses émotions, et ses ressentis. Mais là, ça semblait gratuit et injustifié. Les traumatismes, par rapport à sa mère et ses fréquentations pas très fréquentables nous l’expliquent, mais ce n'était pas suffisamment explicite à mon sens [/spoiler]
Donc on a finalement un rendu assez superficiel avec un personnage pour lequel on n'a aucune empathie. Même son évolution n'est pas convaincante : [spoiler]elle est guérie (et comment d'ailleurs ? Dommage qu'il n'y ait même pas un flash back de sa période passée en prison), mais n'a aucune personnalité. Les autres personnages ne sont pas plus intéressants qu'elle. En même temps, elle est le seul personnage "torturé" de l'histoire, donc pas besoin de s'intéresser aux autres.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 19-02
Livre atypique, mais pas franchement pour moi...

Le résumé m'avait déjà pas mal intriguée, et j'étais plutôt ravie d'être confrontée à des personnages torturés, sans doute complexe, et intéressants par ce qu'ils avaient vécu. Sauf que là... C'est beaucoup trop. Attention aux âmes sensibles, parce que c'est quand même très trash... La description très détaillée de la scène de viol de Sharon, ainsi que la séquestration et les abus faits à Vénus. Très longs. Très dérangeants. Très malsains. Et complètement gratuits. Et c'est trop dans l'excès, trop pour être réaliste, je trouve. Alors dans la volonté de dénoncer la noirceur de la société, je trouve qu'on passe totalement à côté.
Et pas foncièrement intéressant, qu'on ne suit pas les personnages à essayer de se reconstruire (bon, d'accord, ce serait peine perdue, vu la nature du traumatisme...) mais les personnages tombent dans une folie assez dérangeante et développent une logique assez difficile à suivre. Ils sont d'ailleurs tellement perchés qu'il est finalement assez difficile de s'attacher à eux. Et niveau psychologie, je ne suis pas convaincue par leur développement (j'ai d'ailleurs quelques doutes sur les connaissances de l'auteur sur les troubles psychiatriques qu'il évoque puisqu'on a une fois de plus l'amalgame entre schizophrénie et dédoublement de la personnalité)
Ceci-dit, l'auteur marque un point dans son style d'écriture. Un rythme assez saccadé qui renforce la folie des personnages et le côté assez dérangeant du livre.

Après une première partie sur les descriptions les plus sales et immondes possibles, on poursuit sur une histoire de science-fiction qui part dans tous les sens. Et moi qui pensais lire un polar (sachant qu'en plus, je ne suis pas fan du tout du genre de la science-fiction), l'auteur m'a complètement perdue. J'ai pas compris grand-chose à ces histoires de nouvelles technologies ou de théories du complot, et je n'ai surtout pas compris là où l'auteur voulait nous mener dans son délire.

Difficile à finir pour ma part, mais j'imagine que ce livre a fait le bonheur de bien des lecteurs. Je n'en ressors qu'avec une conclusion : Dantec, c'est pas pour moi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-02
J'ai essayé vraiment... Et des bonnes idées, on en trouve, je ne dis pas le contraire. L'univers en particulier est absolument génial. Onirique, passionnant, tout ce qu'on veut. Pour une fois la quatrième de couverture ne ment pas dans ses comparaisons. Entre Alice au pays des merveilles, ou l'univers de Zafon.
Mais impossible d'accrocher.

Le démarrage est trop lent, beaucoup trop lent. L'intrigue ne semble ne nous mener nulle part (et je ne suis pas forcément à demander beaucoup d'action, privilégiant souvent la psychologie au reste, mais malgré tout je ne suis pas fan des récits initiatiques où il ne se passe rien de concret ou presque)

J'ai eu du mal avec le style d'écriture, ce qui n'a pas arrangé les choses. J'ai eu beaucoup de mal à atteindre la fin. D'ailleurs, j'ai fini par totalement décrocher et j'ai plus survolé le reste que vraiment lu en profondeur, j'ai donc du passé à côté de plein de choses, mais tant pis.

Ce livre est original et trouvera ses lecteurs, c'est sûr. Mais je ne fais pas partie de ceux-là.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0