Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jenta3 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Vongozero Vongozero
Yana Vagner   
Vongozero est le premier livre d'un auteur russe que je lis et j'ai vraiment adoré. Ce roman est un road-movie où on suit Anna et un petit groupe de personnes qui fuient l'épidémie qui a frappé les grandes villes. L'objectif est d'atteindre un lac perdu au fin fond de la Russie, un lac où il n'y a rien. On ne sait rien de la maladie, juste qu'il faut fuir car il n'y a aucun vaccin.

Ce roman m'a fait penser à La Route de Cormac Mccarthy car le but est le même fuir, survivre et trouver des vivres. J'ai préféré Vongozero à La Route car il est moins pessimiste, il leur reste l'espoir, l'espoir d'atteindre ce lac qui les protégera.

J'ai aimé suivre les pensées d'Anna, car je me suis souvent demandée comment je réagirais dans le même cas. Quels sont les objets, les souvenirs que j’emmènerais, sachant que tout ce qui est laissé finira par être couvert de poussière et perdu.

C'est vraiment un bon roman qui mérite d'être plus connu, j'ai directement acheté la suite qui j'espère sera dans la même veine.

par M-a_n_o-n
Les Nuits de Reykjavik Les Nuits de Reykjavik
Arnaldur Indridason   
La première enquête d’Erlendur paraît en traduction française après plusieurs autres ouvrages, mais elle donnera l’occasion à ceux qui n’ont pas encore eu le plaisir de suivre le taciturne islandais, de prendre dans l’ordre ses enquêtes. Jeune policier, il entame sa carrière à Reykjavik avec la patrouille de nuit, obligé de s’adapter à un rythme différent, mais surtout à une ambiance bien plus criminogène. « Il pensait aux nuits de Reykjavik, si étrangement limpides, si étrangement claires, si étrangement sombres et glaciales. Nuit près nuit, ils sillonnaient la ville à bord d’une voiture de police et voyaient ce qui était caché aux autres : ils voyaient ceux que la nuit agitait et attirait, ceux qu’elle blessait et terrifiait. »
Cambriolages, femmes battues, trafic de drogue, tapage nocturne ou encore clochards ivres à emmener en cellule de dégrisement forment son lot quotidien. C’est ainsi qu’il croise un jour la route d’Hannibal, un clochard luttant contre le froid avec des petites bouteilles d’alcool à 70°C. Si leurs premiers échanges sont tout sauf aimables, Erlendur sera très marqué quand on il identifiera le cadavre découvert par des garçons dans un marécage situé sur une ancienne tourbière en banlieue de la capitale. « Pourquoi était-il hanté par ce vagabond qu’il avait en fin de compte rarement croisé ? Était-ce parce qu’il l’avait repêché, et que cette image l’avait si fortement marqué ? Il avait eu un choc en reconnaissant le visage du noyé. Pourtant, il aurait dû s’attendre à le retrouver mort quelque part en ville. »
La forte dose d’alcool et l’absence de marques du lutte font conclure à un suicide. Mais Erlendur ne l’entend pas de cette oreille, il veut essayer sinon d’élucider le mystère, du moins tenter de comprendre comment Hannibal a fini là.
De fil en aiguille, il va rassembler les témoignages des clochards qui lui connaissaient, de ceux qui habitaient à côté de l’endroit où il trouvait refuge. Il parviendra même à retrouver Rebekka, la sœur d’Hannibal. Ce qu’elle lui révélera lui fera comprendre pourquoi il a toujours refusé qu’on l’aide. La voiture qu’il conduisait et qui transportait Rebekka ainsi que sa fiancée Helena a fini dans les eaux du port et, malgré ses efforts, il n’aura pu sauver que sa sœur. Un drame dont Erlendur saisit d’emblée la gravité, car lui aussi a sa part d’ombre. Son frère a disparu alors qu’ils faisaient une randonnée dans les montagnes des fjords de l’Est et qu’une tempête de neige les avait surpris. Les deux frères s’étaient sont perdus et seul Erlendur avait été retrouvé.
C’est sans doute aussi ce qui l’a poussé à quitter son village pour s’installer à Reykjavik et à s’intéresser aux chroniques islandaises évoquant les mystères de la nature et le destin de personnages errants sur l’île ou sur mer. « Il les avait dévorées et s’était ensuite mis à collectionner d’autres textes : naufrages, avalanches ou récits de gens égarés sur les vieux chemins qui sillonnaient l’Islande ( …) Certains disparus n’étaient retrouvés que des mois, des années voire des décennies plus tard, d’autres ne l’étaient jamais. »
Il finira par reconstituer le scénario qui a conduit à la mort du clochard, mais aussi d’une autre disparue. Un premier succès qui le conduira à se spécialiser dans ce type d’enquêtes. Quant à savoir si sa liaison avec Halldora, qui lui annonce qu’elle est enceinte et qu’elle veut emménager chez lui, sera durable, seules les prochaines enquêtes nous l’apprendront. Car Indridason réussira, soyez en sûrs, à vous entrainer dans les pas d’Erlendur.
http://urlz.fr/2V5d

par hcdahlem
La Méthode Schopenhauer La Méthode Schopenhauer
Irvin Yalom   
Un roman que je n'oublierai pas de si tôt. Je le classe dans mes coups de cœur de cette année 2017. Ce livre m'a parlé, m'a posé question, m'a interpellée. J'éprouve des difficultés à expliquer ce qui m'a transportée dans cette histoire, mais les interrogations des protagonistes, les réponses qu'ils se donnent, les explications qu'ils proposent m'ont aidée à voir et à entrevoir des solutions et des explications à certaines choses en moi qui me titillaient.

par Jenta3
C'est moi qui éteins les lumières C'est moi qui éteins les lumières
Zoyâ Pirzâd   
Ce roman est un roman que j'ai vraiment beaucoup aimé. Au début j'étais un peu dubitative, car c'est juste l'histoire au fil des jours et des mois d'une femme et sa famille. Les enfants vont à l'école, le papa va au bureau, et elle, la maman fait son ménage, son jardin, écoute sa maman, sa sœur, invite les voisins.... Ca aurait pu être très vite lassant... Mais... L'auteur a réussi grâce à son écriture très très agréable à faire de ce livre une belle balade livresque. Pas de rebondissements colossaux, pas de retournements de situations explosifs, car il n'y a que dans les films que les héros vivent ce genre de choses. Notre vie quotidienne à nous monsieur et madame tout le monde est faite d'habitudes, de traditions, de rencontres mais tout cela se fait en douceur, et c'est en douceur que cette histoire familiale est racontée. Un peu d'humour, un peu de réflexion et beaucoup de simplicité, une recette que j'ai savourée tout au long de ma lecture.

par Jenta3
Le dernier parrain Le dernier parrain
Mario Puzo   
Les livres contant des histoires sur la mafia se ressemblent beaucoup. Celui-ci ne fait pas défaut à la règle mais il est fort bien écrit. De plus, outre les faits récurrents découlant des règlements de comptes entre mafiosi, les vengeances, les lois du sang, ce roman fait la part belle à une sorte de renouveau : la "famille" doit tout faire pour que les générations suivantes vivent dans la légalité. Plus facile à dire qu'à faire, mais pas banal dans le contexte de la mafia. Cette façon de traiter l'histoire avec ce fil rouge en toile de fond m'a plu. L'écriture est à l'avenant, pas de sensiblerie, mais pas non plus d'hémoglobine à profusion et de tortures pour le plaisir. Un vrai régal pour mes yeux, qui sont assez friands de ce genre d'histoire.

par Jenta3
La mort, simplement La mort, simplement
Andrea H. Japp   
Magistral ! Ce fût tout bonnement une excellente série ! J'ai adoré TOUT, l'écriture, les intrigues, les personnages. Rien ne m'a lassée ou manqué d'intérêt. Ce troisième opus fait honneur aux deux précédents. Diane, se dévoile un tout petit peu et c'est super bien amené par le biais de son enquête sur les enfants disparus, de la mort de son unique ami et l'arrivée d'un chien (un bouledogue français, excellent choix de la part de l'auteur, qui apparemment connaît bien la race car les descriptions sont impeccables de réalisme).
J'ai inscrit Andrea H. Japp dans mon petit carnet d'or d'auteurs préférés, et vu sa fertilité en romans je ne suis pas prête de tomber en panne de bonnes lectures.

par Jenta3
Quand souffle le vent du nord Quand souffle le vent du nord
Daniel Glattauer   
Wow ! Un livre que j'ai lu sans me rendre compte que j'en tournais les pages. C'est drôle, émouvant, énervant, réel... Une histoire toute bête, des "lettres" toutes bêtes mais tellement belles et tellement annonciatrices de plein de choses. Je suis tombée amoureuse de Leo et Emmi, je suis tombée amoureuse de ce livre dès le premier chapitre. Il y a une suite à ce roman, je me demande comment l'auteur à réussi le tour de force de la faire, car la fin est convaincante pour ne pas écrire magistrale !
Mon premier grand coup de coeur de l'année !

par Jenta3
La Grand-mère de Jade La Grand-mère de Jade
Frédérique Deghelt   
Un roman magnifique ! Je l'ai dévoré, j'ai tout aimé dans cette histoire. La relation entre Jade et Mamoune est faite de douceur, de communication, de conversations. Leur vie est décrite et écrite avec une belle plume. Les livres et l'écriture ont une place prépondérante et sont superbement mis en valeur. Et la fin est déroutante...
Je vous le conseille vivement si vous aimez les histoires douces comme les contes pour enfants et vraies comme peuvent l'être les histoires de vie.

par Jenta3
Mémé dans les orties Mémé dans les orties
Aurélie Valognes   
Un très grand coup de cœur pour ce roman. C'est un livre doudou comme je les aime : humour, espiègleries, sentiments bons et mauvais, douceur, tendresse. Une très jolie découverte d'une auteure qui non seulement a écrit une belle histoire mais elle l'a fait avec une plume simple et très agréable à lire.

par Jenta3
  • aller en page :
  • 1
  • 2