Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jenta3 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Il était une fois la Vie : Les dents Il était une fois la Vie : Les dents
Albert Barillé   
Les dents sont très importantes pour moi. Depuis toujours j'en prends soin. Ce petit livre m'a confortée dans ma préoccupation d'avoir de bonnes dents en pleine santé. Il montre bien leur importance et la difficulté de les garder saines. Ce livre est à mettre dans toutes les mains.

par Jenta3
Ces messieurs de Saint-Malo Ces messieurs de Saint-Malo
Philippe Simiot   
Seul de tous les petits commerçants de Saint-Malo, Mathieu Carbec, dont les grands-parents vendaient naguère de la chandelle, a eu l'audace d'acheter trois actions de la Compagnie des Indes orientales que vient de fonder Colbert. Ce sera le point de départ d'une grande saga familiale au moment où la bourgeoisie maritime se rue à la conquête des piastres, des charges et des titres nobiliaires. Négociants, armateurs, corsaires ou négriers, les Carbec, parmi tant d'autres, se lanceront sur toutes les mers du globe, sans se soucier de savoir si leurs écus ou leurs fleurons sentent trop les épices ou la traite, la ruse ou la fraude... Le rebondissement de multiples situations, le foisonnement de personnages où se détachent d'admirables portraits de femmes, la présence permanente de l'histoire, font de Ces messieurs de Saint-Malo un grand roman d'aventures et d'amours qui est aussi un grand roman de société.

source: amazon.fr
La vie commence vendredi La vie commence vendredi
Ioana Pârvulescu   
Depuis l’année précédente, où il avait commencé à aller en classe, ce ton de maître d’école lui collait à la langue et il n’arrivait pas à s’en débarrasser. Du plus loin qu’il se souvînt, il avait pris l’habitude de parler tout seul, car, à son grand chagrin, il n’avait pas de frère, comme les autres enfants. Il se serait même contenté d’une sœur, à la rigueur. Il frotta sa veste pour en enlever la neige, regarda rageusement la plaque de verglas sur laquelle il avait glissé et arriva en trottinant sous l’horloge au soldat, qui surmontait le portail du journal L’Indépendance roumaine. À midi pile, le carillon se mettait à résonner, et Nicu faisait en sorte d’être au rendez-vous avec le soldat. Ce n’était pas facile, car il ne s’orientait que d’après le soleil et l’ombre. Cette fois-ci pourtant, l’attention du garçon fut attirée par autre chose. Par terre, juste devant lui, il y avait un glaçon splendide, long de deux coudées environ, parfait pour une épée. Il le ramassa vivement, caressa sa surface un peu ridée sans se soucier du froid, le porta à deux mains à hauteur de hanche, puis le leva, toujours des deux mains, en faisant un mouvement de spadassin avec un rugissement féroce en direction d’un ennemi invisible. Malheureusement, le glaçon, habitué sans doute à plus de calme au bord du toit où il s’était formé, se trompa de cible et menaça un individu en uniforme militaire avec une canne au pommeau d’argent, un monsieur de taille moyenne qui passait justement sous le portail à l’horloge. C’était le bras droit du préfet de police, le chef de la Sécurité publique, Costache Boerescu, toujours pressé : de ses jambes courtes il fendait l’air à toute vitesse. Depuis que monsieur Lahovary, le directeur du journal des Français, avait été tué en duel par « cette forte tête de Filipescu », le directeur d’Epoca, il passait deux ou trois fois par jour audit journal. Si bien qu’il n’avait vraiment pas envie de croiser le fer, irrité par l’enquête qui piétinait et par les voix de la presse qui le harcelaient à l’envi. Il en était arrivé à ne plus pouvoir supporter les journalistes : quand il faisait bien, nul n’y prêtait attention, mais dès qu’il tardait à résoudre une affaire ils lui tombaient dessus et le vilipendaient en se servant de ses propres mots tronqués et retournés. Devant des hommes il ne ratait pas une occasion de se soulager en traitant la presse de « putain fardée ». Par ailleurs, il vivait seul, et la maison La Croix de pierre lui faisait des tarifs préférentiels, quand il le voulait – le policier comme l’homme connaissait bien l’établissement. Avant qu’il ait pu attraper ce diable de gamin par les oreilles, celui-ci avait pris la poudre d’escampette et se faufilait de façon suicidaire entre les fiacres et les traîneaux, vers la rue Sărindar, injurié d’abord par les quelques cochers qui montaient à la file en direction de Capșa, puis par ceux du côté opposé, qui allaient vers la rivière Dâmbovița et avaient dû tirer sur les rênes les uns après les autres pour éviter les carambolages. Nicu regarda derrière lui. Le policier l’honora de sa canne levée en signe de menace, mais il le laissa filer, pour se rendre à la préfecture, à quelques minutes de là.


par ilovelire
Il était une fois la Vie : Le cerveau Il était une fois la Vie : Le cerveau
Albert Barillé   
Un tome surprenant de simplicité pour un sujet plus que complexe. Instructif et clair, ce tome est très bien fait pour comprendre le B-A ba de l'organe le plus difficile à cerner et extraordinaire du corps humain.

par Jenta3
L'art et le chat L'art et le chat
Philippe Geluck   
Un album de découvertes pas mal fait du tout. J'ai vu des peintures et des œuvres que je connaissais par contre j'en ai découvert d'autres très jolies et/ou intéressantes. J'ai aussi découvert des "choses" appelées œuvres d'art avec lesquelles j'ai beaucoup de mal à percevoir ce qualificatif (les tableaux monochromes par exemple...). Une double page est consacrée à chaque artiste avec une petite biographie, une petite sélections de photos de ses œuvres et l'avis en dessin et en texte de Philippe Geluck par le truchement de monsieur le Chat.
Un album de photos et de dessins sympa pour une initiation à l'art sans prise de tête et avec humour.

par Jenta3
Les Schtroumpfs, Tome 35 : Les Schtroumpfs et les haricots mauves Les Schtroumpfs, Tome 35 : Les Schtroumpfs et les haricots mauves
Peyo    Thierry Culliford   
Cet album est vraiment très chouette. C'est une belle façon de mettre en garde les petits (comme les grands) contre la malbouffe. Cette "malédiction" qui nous touche de plus en plus est bien amenée et les inconvénients qui en découlent aussi. Les biens faits de diversifier son alimentation sont eux aussi mis en avant. Bref, j'ai trouvé cet album divertissant et instructif et ce mariage donne une histoire intéressante et agréable.

par Jenta3
Calendar Girl, Tome 9 : Septembre Calendar Girl, Tome 9 : Septembre
Audrey Carlan   
Lien de mon avis ici : http://wp.me/p5AuT9-35A

Une suite qu'il me tardait de lire. Savoir si mes inquiétudes étaient justifiées ou pas. Eh bien, je ne m'étais pas trompée...

Une lecture sous haute tension

S'il y a bien une chose que j'ai retenu chez Audrey Carlan, c'est qu'on ne sait jamais à quoi s'attendre avec elle. Pourquoi ? On est au neuvième mois et en à peine cent cinquante pages, elle a arrive encore à faire passer ses lecteur par une palette d'émotions fortes. Une fois n'est pas coutume, je ne m'étais pas préparée à la tournure des évènements. Surtout avec l'apparition de cet être horripilante. En même pas une heure j'ai ressentis de l'inquiétude, du stress, du dégoût, de la haine, de l'espoir et de la joie. C'est tout de même incroyable.
Après ces derniers malencontreux évènements et ces surprenantes révélations ces derniers mois, ce mois de "Septembre" marque le début d'une nouvelle étape dans la vie de Mia. Elle assume pleinement ses sentiments et est enfin prête pour avoir son paradis. Mais entre temps, elle va devoir une nouvelle fois faire preuve de courage pour trouver une solution au plus vite tout en faisant le bon choix face à cet inévitable "sursis". De plus, elle va devoir prendre sur elle et garder espoir face à ces certitudes concernant les dernières révélations... Fort heureusement pour elle, elle pourra compter sur le soutien inconditionnel de sa famille qui s'est agrandie ces neuf derniers mois...

En bref

Une suite à la hauteur de mes espérances ! Je ressors de ma lecture littéralement conquise. Bien que je sois soulagée que les choses commencent à rentrer dans l'ordre, de nouvelles zones d'ombres font leur apparition et restent en suspens. Et je suis sûre qu'Audrey Carlan a plus d'un tour dans son sac et nous réserve quelques surprises auxquelles on ne s'y attend pas... Alors rendez-vous en au mois "Octobre" pour en avoir le cœur net !
Calendar Girl, Tome 8 : Août Calendar Girl, Tome 8 : Août
Audrey Carlan   
Enfin un tome qui a une vraie histoire, une histoire avec de la consistance ! Cette histoire est bien ficelée (même si Mia est très lente à la détente, et que cette lenteur provoque des répétitions, mais cela semble un style d'écriture privilégié par l'auteure). La fin permet de se projeter dans le tome suivant et donne aussi l'envie de savoir ce qu'il va se passer. Ce tome est, pour moi, le meilleur de la série jusqu'à présent.

par Jenta3
Merlin l'enchanteur Merlin l'enchanteur
Walt Disney   
Les dessins sont ceux du célèbre dessin animé de Walt Disney. L'histoire est contée simplement. J'avoue que j'avais complètement oublié l'histoire de Merlin et Moustique, ça a fait du bien de se la remémorer et de faire un petit tour en arrière et revenir vers mon enfance.

par Jenta3
La Belle et le Clochard La Belle et le Clochard
Walt Disney   
Une histoire qui ne prend pas une ride. Un plaisir de se la remettre en mémoire. Il est difficile de retranscrire un film de plus d'une heure en 90 pages en faisant la part belle aux dessins. Mais le challenge est réussi. A lire en tenant son petiot dans ses bras, moment câlin assuré.

par Jenta3