Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de jerinn : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les Tribulations du camarade Lepiaf Les Tribulations du camarade Lepiaf
Arthur Koestler   
Dans ce roman inédit écrit en 1934, Arthur Koestler met en scène des enfants allemands placés dans un foyer français, L’Avenir. Leurs parents, déjà emprisonnés dans les camps de concentration ou eux-mêmes exilés, ont dû se séparer d’eux, ne pouvant plus subvenir à leurs besoins. Ces petits héros – Dédé le Voleur, Ullrich l’Opposition, Mathile aux Polypes – ont des jeux bien étranges : ils s’amusent à reproduire les débats qu’ils ont connus dans leurs familles. Ils élisent leurs représentants, organisent des réunions hebdomadaires, émettent des revendications, et créent un tribunal pour statuer sur le cas d’un voleur de chocolat…

Dans ce récit teinté de surréalisme, l’auteur parvient à rendre avec facuité l’ambiance intellectuelle de l’époque, à la fois sarcastique, canaille et tragique. Il écrit ici l’un des premiers textes consacrés aux exactions de la SA en Allemagne, aux premiers départs pour les camps de concentration, aux angoisses des exilés. Cette dimension historique en fait un roman splendide et bouleversant.

(Source : Calmann-Lévy)

par x-Key
Guerre aux invisibles Guerre aux invisibles
Eric Frank Russell   
Une étrange épidémie décime les chercheurs scientifiques du monde entier.
Ces derniers meurent les uns après les autres, victimes de crise cardiaque.
Le professeur Mayo fait exception : il se jette du douzième étage.
Intrigué par ce suicide, l'inspecteur du ministère des Finances Bill Graham cherche à joindre les savants ayant pris connaissance des travaux du professeur Mayo. Il arrive chaque fois trop tard...
Et si, comme certains le murmurent, la Terre était envahie par des êtres invisibles, affamés, aux intentions belliqueuses, qui en s'attaquant à nos savants empêchent toute forme de résistance ? Pour Bill Graham commence alors la plus dangereuse des enquêtes.

par x-Key
Le cabinet Le cabinet
Françoise Degois   
Lui : Robert d'Arnaud. Président de la république essoufflé, esseulé. Heureux et amoureux. Malade. Après 40 ans de combat politique, il veut mettre un terme à sa carrière avant la fin de son mandat.
Eux : Sarah, Thibaut, Sylvia, Gaétan. Son cabinet, sa garde de fer, qui poursuit le combat, malgré lui, contre lui et son désir de rompre ses amarres.
Lui : Raphaël Laurentin, premier Ministre. Consumé d'ambition, cynique et tactique. À une marche du trône.
Eux : Marielle, Medhi, Rolland et Julia. Son cabinet prêt à toutes les conquêtes.

Voici l'histoire croisée des coulisses du pouvoir où va se jouer une partie invisible aux yeux de l'opinion publique. D'un côté, un président affaibli mais que son équipe ne peut se résoudre à voir jeter l'éponge. De l'autre un premier Ministre qui va tout tenter pour imposer un véritable putsch démocratique et prendre le pouvoir. Parviendra-t-il à ses fins ?Le cabinet dévoile la vie quotidienne dans ces couloirs, derrière ces portes closes et ces tentures cramoisies ou se croisent les communicants véreux, les conseillers obséquieux, les grands commis de l'Etat et les aventuriers en quête de sensations fortes. Car la politique ne suit jamais le scénario préétabli. Il suffit parfois d'un grain de sable, d'une intuition de génie, d'un coup du sort ou de la fortune pour que l'histoire emprunte un cours nouveau.Toute ressemblance avec des personnages existants ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être évidemment fortuite.

par x-Key
Les soeurs Brontë à 20 ans Les soeurs Brontë à 20 ans
Stéphane Labbe   
C'est un très bon livre,bien écrit,et qui, je pense,a dû demander un immense travail à son auteur.C'est un livre riche en détails.
En le lisant on a l'impression de voir et de connaitre les Brontë.

par HermioneG
Le Garçon dans l'ombre Le Garçon dans l'ombre
Neil Bartlett   
Un jeune homme difforme exploité par un prestidigitateur cynique s’abîme dans le monde de l’illusion et de la solitude jusqu’à l’arrivée salvatrice d’une nouvelle assistante avec laquelle il noue peu à peu une amitié subversive. Illusions, disparitions, jeux de miroirs, fantasmes et désirs démultipliés, à la scène comme à la ville : dans l’univers de la magie en parfait théâtre de la cruauté, un fascinant roman sur les avatars du corps souffrant, désirant — et éminemment mortel — dans l’Angleterre révolue des années 50.

(Source : Actes Sud)

par x-Key
Est-ce que tu m'entends ? Est-ce que tu m'entends ?
Hugues Royer   
Un roman facile à lire avec une écriture fluide. C'est simple je l'ai fini en deux jours. Les liens entre William et sa fille Eden sont attendrissants.

par Lena10
La fille qui n'aimait pas les fins La fille qui n'aimait pas les fins
Matt7ieu Radenac    Yaël Hassan   
Une jeune fille qui aime les romans c’est commun, et une jeune fille inscrite de force à la bibliothèque ce l’est également. Mais ne serait-pas là la chance de rencontrer des personnes ? Maya découvrira elle-même ce nouveau lieu qui lui promet bien des aventures.

Un roman que j’ai beaucoup apprécié pour sa facilité de lecture. Il est léger, rapide à lire, rien de mieux que pour se changer les idées. J’ai beaucoup aimé les personnages qui sont des personnes de tous les jours, sans super pouvoirs, sans une famille parfaitement heureuse, juste normal. J’ai juste eut un peu de mal avec le personnage principal (Maya) je le trouvais un peu bête et ignorante à certain moment. L’histoire reste malgré tout passionnante !

Ma note : 16/20 Une histoire qui peux être lu dès 10 ans et qui d’un côté le fait sentir, mais elle reste tout de même intéressante, et très bien si vous voulez vous changer les idées avec une histoire qui ne prend pas la tête
#Frimousse

par Isabelle1
Buzz ! Buzz !
Anne-Gaëlle Huon   
La plume de l'auteur est très agréable.
Les tournures de phrases sont mélodieuses et empreintes de délicatesse.

Nous découvrons l’histoire de quelques personnes de la vie de tous les jours. Autour d'un jeu télévisé.
Il y a trop de personnages à mon goût. (Je me perds vite s'il y en a plus de 6 !)
Le fait que les chapitres alternent une vision de chaque personne donne du rythme mais est parfois un peu perturbant.

C'est un livre léger, qui se lit très vite.
Je le qualifierai de roman de gare (ou de plage).

Pour résumer disons qu’il ne casse pas des briques. Il se laisse lire mais n'a rien d’envoutant ni de particulier.
Une histoire assez quelconque pour des personnages banals.

par Ninie-1
La Colline aux esclaves La Colline aux esclaves
Kathleen Grissom   
Superbe roman. Une histoire suivit sur vingt-ans par les yeux d'une petite fille qui devient une femme, ainsi que par sa mère de cœur.
Une famille pas comme les autres à l'époque de l'esclavage.
Zoo City Zoo City
Lauren Beukes   
En m’aventurant dans ce roman, je m’attendais à passer à un très bon moment fantaisiste entouré d’animaux symbiotiques et attachants. Malheureusement, le contenu ne me semble pas à la hauteur de la couverture, ni de la quatrième de couverture. Effectivement, il y a un petit peu de fantasy avec ces animaux qui viennent se greffer à leurs humains, mais l’essentiel de l’intrigue vogue plutôt sur la vague du polars. Ce qui est décevant, parce qu’on ne s’attend pas à une telle ambiance. Le résumé laisse à penser à une œuvre digne d’un Philip Pullman alors qu’il n’en est rien. 
Côté personnage, il est difficile de s’attacher à l’héroïne, Zinzi. C’est une femme très égoïste et très intéressée. Si bien qu’elle vit d’arnaques à la pauvreté africaine sans jamais se soucier des gens qu’elle arnaque. Seule sa petite personne compte ! Et, elle le prouve encore lorsqu’elle continue à se soûler et à se droguer alors qu’elle sait pertinemment que Paresseux en ressent les effets. Au-delà de ça, j’ai été incapable de m’imaginer cette femme comme étant une adulte. Du début à la fin, elle a été à mes yeux, une adolescente. Pourquoi ? Peut-être parce que ses prises de paroles et ses réactions semblaient plutôt enfantines. Elle agissait souvent comme ces adolescents qui atteignent « l’âge bête ». De plus, c’est un personnage incohérent. Elle est une femme très égoïste, qui ne se soucie de personne … Pourquoi s’intéresse-t-elle tant au sort de ces jumeaux stars, dans ce cas ? Ça ne colle pas ! Benoît, quant à lui, est trop gentil. Il est lisse et donc sans grand intérêt. 
Les personnalités des « méchants » n’ont malheureusement pas été assez développées, ce qui nous fait passer complètement à côté. Ni on les aime, ni on les déteste … Ils sont là, donc on les prend comme ça. C’est un dessin qui semble inachevé. 
Autre reproche, également, concernant les mots inconnus au dictionnaire français. Ça a souvent été compliqué car le roman est relativement chargé de termes africains qui nous sont inconnus. Du coup, on coupe notre lecture pour aller chercher la signification de ces mots. Et, n’étant le roman le plus haletant qu’il existe, il est relativement difficile de s’y remettre d’autant plus qu’il n’existe pas de réelles connexions entre les insertions d’annexes et l’histoire elle-même. On a l’impression, parfois, de lire une succession d’idées juxtaposées. L’œuvre en ressort un peu élitiste en excluants les lecteurs occidentaux qui ne pratiquent par cette langue. 
Malgré une écriture un peu lourde, l’intrigue se lit. À la fin, ça devient intéressant et ça attise notre intérêt. Dommage, que ce ne soit le cas qu’à la fin. On oublie un peu le côté vulgaire de cette œuvre, qui s’explique par le fait que Zinzi vit dans Zoo city : une sorte de banlieue où se rassemblent les zoos. On remercie l’auteur pour ne pas nous avoir noyé dans une romance à deux francs six sous entre Zinzi et Benoît. Leur relation restait légère et ne prenait pas beaucoup de place dans le cours de l’histoire, ce qui est très bien. Pour résumer, si vous cherchez une œuvre de la poigne de Philip Pullman, passez votre chemin. Mais si vous voulez lire un petit polar « gentillé » avec une pointe de fantasy, lancez-vous. Mais restez accroché et gardez près de vous un accès Internet afin de faire des recherches à chaque phrase.