Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de JessicaF : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Caraval Caraval
Stephanie Garber   
Caraval est un livre qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et son résumé très mystérieux m'a tout de suite attiré, j'ai donc été vraiment heureuse de pouvoir le recevoir grâce à Booknode que je remercie. La magie n'a pourtant pas opéré sur moi et je trouve que le bruit qu'on a fait pour ce roman n'est pas vraiment justifié.

Scarlett espère assister au spectacle de Caraval avec sa soeur depuis des années. Mais alors qu'elle perdait espoir et qu'un avenir plus radieux s'offrait à elle grâce à un mariage arrangé qui pourrait les mettre à l'abri de leur père violent, Scarlett reçoit enfin une réponse du maître du jeu de Caraval. Ils sont invités, sa soeur, son fiancé et elle, à assister au prochain spectacle. Alors que Scarlett se décide à refuser l'invitation -son mariage étant devenu plus important pour elle-, la jeune femme se retrouve malgré elle sur l'île des Songes où va se dérouler le prochain Caraval. Sa sœur a disparu et elle est obligée de jouer au jeu pour la retrouver. Car Caraval n'est pas vraiment un spectacle : complots, doutes, appât du gain, Scarlett va vivre une aventure loin d'être magique.

J'ai eu beaucoup de mal avec le début du livre. Entre Scarlett qui est un peu niaise et plutôt peureuse, sa soeur qui elle est dévergondée et égoïste, et Julian, un jeune marin qui n'y est pas pour rien à leur arrivée sur l'île, qui est un vrai pervers, je sentais que ma lecture allait être éprouvante. Et même si les personnages finissent par évoluer et devenir moins agaçants (quoi que, Julian m'a vraiment exaspéré jusqu'au bout à tout le temps se tromper sur le nom de l'héroïne), c'est ensuite l'histoire et l'univers qui m'ont posé problème.

J'ai vraiment été déçue par le spectacle. La magie n'est pas beaucoup présente, d'autant plus que, comme Scarlett, on se met beaucoup à douter de l'authenticité de ce qui nous est présenté. J'ai bien aimé l'inspiration vénitienne de son univers, mais j'aurais aimé que l'auteure s'attache plus à nous décrire Caraval et s'attarde moins sur les pensées et les questions de Scarlett. Je n'ai pas été immergée.

Le style de l'auteure, en général, m'a lui aussi posé problème. Je l'ai trouvé froid et il n'a pas réussi à m'émouvoir. Des personnages importants meurent et je n'ai absolument rien ressenti. J'ai pourtant beaucoup aimé les nombreuses comparaisons, l'auteure associe très souvent les émotions à une couleur, un aspect vraiment original et unique de son style.

L'histoire va elle aussi un peu dans tous les sens et j'ai trouvé que certaines scènes manquaient de cohérence. [spoiler]La potion qui a l'odeur de son père par exemple, son effet est complètement ridicule, surtout qu'elle la lance sur son fiancé...[/spoiler] L'histoire d'amour m'a fait ni chaud ni froid car tout est beaucoup trop confus. L'auteure essaye aussi de jouer sur l'aspect psychologique et angoissant du jeu, mais j'ai trouvé qu'elle n'allait pas jusqu'au bout. La fin lève le voile sur beaucoup de mystères, mais je l'ai trouvée un peu facile avec tous ces personnages qui ressuscitent...

Ainsi, j'ai malheureusement trouvé que Caraval était un livre vraiment trop brouillon. Son histoire est floue, ses personnages agaçants et son univers empreint de magie n'est pas assez bien décrit pour vraiment transporter le lecteur. Je ne pense pas lire la suite.
http://bookshowl.blogspot.fr/2017/02/caraval-tome-1-stephanie-garber.html
Half Bad, Tome 3 : Quête Noire Half Bad, Tome 3 : Quête Noire
Sally Green   
J'ai vraiment beaucoup apprécié cette trilogie et le dernier tome est à la hauteur. Je pense que c'est quand même un peu trop noir, un peu trop violent pour des lecteurs de 13 ans (comme indiqué par l'éditeur). Le tome 3 en particulier contient moins d'ellipses que les précédents, les moments de violence sont racontés, même si c'est bref. Attention donc.
Au niveau de l'intrigue : la guerre est déséquilibrée, l'Alliance a perdu Marcus et beaucoup d'hommes, les chasseurs attaquent les camps et tuent beaucoup de nouvelles recrues. Nathan est leur seul recours ce qui fait qu'il doit tuer de plus en plus. Il accède à des pouvoirs meurtriers hérités de son père.
Gabriel tente de le dissuader et de lui montrer qu'il pourrait laisser tomber la guerre, mais ses arguments ne le convainquent pas, surtout parce qu'il tient à retrouver Annalise et la tuer pour venger son père.
Cependant, peu à peu, la modération de Gabriel (et son amour inconditionnel quelles que soient les réactions agressives de Nathan) finissent par le faire évoluer. On trouve à la fin un Nathan plus mûr, capable de pardonner par exemple à Célia, qui s'intéresse à autre chose qu'à tuer. Malheureusement, [spoiler] il a fallu pour ça le choc de la mort de Gabriel [/spoiler]
D'autres personnages apparaissent ou deviennent plus importants, comme Arran, le frère de Nathan et son amie Adele ; le / la très étrange Ledger... Et de nouveaux sorts ou potions mystérieuses : une amulette qui rend invulnérable, une potion bleue, une carte magique... Tout ça rend l'intrigue très dynamique, il y a de l'action et des surprises à chaque chapitre. C'était vraiment un bon livre, une bonne trilogie, mais je répète : ne pas s'attendre à une gentille histoire avec un happy end bien rose !

par IsaR
Le Singe de Hartlepool Le Singe de Hartlepool
Wilfrid Lupano    Jérémie Moreau   
Le thème du racisme parfaitement bien abordé au travers de cette légende du 19ième siècle. La simplicité d'esprit et le racisme des habitants de ce petit village a conduit à des actes incompréhensibles. Cette histoire n'est pas du tout désuète et fait écho à des mentalités malheureusement toujours existantes à notre époque. Les illustrations sont belles et les personnages sont tous très intéressants et apportent différents ingrédients à l'histoire : c'est très réussi.
La Passe-Miroir, Livre 3 : La mémoire de babel La Passe-Miroir, Livre 3 : La mémoire de babel
Christelle Dabos   
Que d’émotions en refermant ce troisième tome.

Quand je claironne que La Passe-Miroir est mon nouveau Harry Potter, je n’exagère pas. C’est une histoire doudou, dans laquelle je me plongerai au même titre que dans HP en cas de coup de blues.

Le principal défaut de ce tome ? Le même que les autres : PAS ASSEZ ! Comment fait Christelle Dabos pour pondre des pavés de 500 pages trépidantes d’action dont on sort avec une impression de trop peu ?!
Ici, c’est particulièrement accentué par le fait qu’Ophélie est loin d’autres personnages importants : [spoiler]Bérénilde, Victoire, Archibald, Renard, Gaëlle et bien entendu la superbe Victoire qui m’a totalement charmée. Personnages qu’on ne voit que le temps de quelques chapitres beaucoup trop courts à mon goût…[/spoiler] De ce côté-là, c’est une petite déception.
Le personnage de Victoire est très prometteur ! C’était intéressant de voir le monde par ses yeux, j’ai hâte de la revoir !
Ca aurait pu être sympa également que le grand-oncle joue un rôle plus large, un peu comme Roseline.

Concernant l’intrigue, j’ai été ravie de constater quelques précisions bienvenues, accompagnées d’éclaircissements qui épaississent encore un peu plus le mystère comme Madame Dabos sait si bien les distiller. [spoiler]Un monde bien réel imaginé par une romancière, Eulalie Dilleux… une jolie mise en abîme ![/spoiler]
J’ai été un peu déçue de la méthode employée par Ophélie pour en savoir plus : adopter une nouvelle identité (procédé déjà utilisé avec Mime) et attendre de gravir les échelons. Pour un troisième tome, je trouve ça dommage de devoir recourir à de tels artifices.
Les nouveaux personnages rencontrés sur Babel ne m’ont pas plus charmée que cela, excepté Ambroise, Blasius et le Sans-Peur. Au passage, bravo à Christelle d’avoir intégré à l’histoire une personne handicapée et une personne homosexuelle, c’est assez rare (notamment en littérature jeunesse !) pour le souligner.

On pourrait croire que je trouve plus de défauts que de qualités à ce tome. Ce n’est pas le cas ! C’est simplement plus facile de mettre le doigt sur quelques défauts objectifs que sur les raisons qui font de ce roman un véritable page-turner avec une intrigue qui gagne en profondeur de tome en tome.

Le couple Ophélie/Thorn fonctionne sur les mêmes rouages qui en font un duo hors clichés ; ils évoluent peu à peu au plus grand plaisir de la fleur bleue qui sommeille au fond du lecteur. Une question demeure : quel est le problème de Thorn dans ce tome avec le désinfectant ?? Je suis tout ouïe si quelqu’un a compris ^^’

C’est une saga intelligente qui n’a de cesse de surprendre son lecteur et de lui faire se poser des questions à chaque nouvel indice, chaque révélation.

Dans ce tome précisément, Christelle Dabos dépeint sans équivoque une société dystopique où la censure et le contrôle de soi pour la cité est la règle. Pour une fois, on voit clairement comment une telle société se met en place et on sait que nos héros vont tout faire pour empêcher que ce modèle s’étende à d’autres arches. C’est un aspect que j’apprécie énormément dans cette série.

Maintenant il n’y a plus qu’à attendre le dernier tome. Je l’attendrai patiemment, mais avec de grandes expectatives !!
Hope Hope
Loulou Robert   
Hope est le deuxième roman de la charmante Loulou Robert, jeune fille aux multiples talents ! Son écriture est à l'image de sa beauté : sauvage, brut, posée, authentique et douce.
J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver Bianca, ce personnage haut en couleur, j'ai adoré avoir de ses nouvelles, dans cette suite, elle a grandi et évolué, je l'ai trouvée en meilleure forme, dans un autre état d'esprit, mais aussi avec d'autres préoccupations et tourments. Bianca a un an de plus et pourtant, j'ai eu l'impression que de nombreuses années étaient passées entre la fin du premier tome et le début du second. C'est une fille particulièrement mature pour son âge, elle a déjà un lourd passé derrière elle et vous verrez que ce qui l'attend dans ce second tome n'est pas ce qu'on peut imaginer et souhaiter pour une jeune fille de 17 ans.
L’intégralité de ma chronique est disponible ici : http://www.leslecturesdelily.com/2017/06/hope-ecrit-par-loulou-robert-editions.html#more
Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe
Chimamanda Ngozi Adichie   
https://commeparenchantements.wordpress.com/2017/07/13/dear-ijeawele-or-a-feminist-manifesto-in-fifteen-suggestions-chimamanda-ngozi-adichie-2017/

Après ma lecture en début d’année du livre de Maya Angelou, j’ai tout de suite voulu lire ce livre à sa sortie. Un texte féministe fort ! C’est un texte qui explique le féminisme de manière simple et belle. Les conseils de l’auteure sont très bons, et décrivent bien notre société actuelle. C’est un livre certes très court, mais extrêmement percutant ! C’est depuis le début de l’année que je lis ce genre de livre, et ça me plait de plus en plus. Si vous avez des conseils d’ailleurs, n’hésitez surtout pas !

C’est un essai qui n’a pour but de plonger tout le monde dans ce courant, mais il explique très bien ce qu’est le féminisme. Je pense que c’est tout de même à lire. Certains conseils que donne l’auteure sont le reflet de ce que beaucoup de femmes vivent aujourd’hui. C’est un essai engagé, que je conseille de lire évidemment. Surtout qu’il se lit très vite. Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que Chimamanda Ngozi Adichie met les hommes et les femmes sur un même pied d’égalité, et ne va pas forcément chercher à mettre la femme au-dessus. De plus, tous ses conseils sont basés sur des expériences de sa propre vie. C’est une source d’inspiration. Bonne lecture !

par Biiscotte
Bianca Bianca
Loulou Robert   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/10/16/bianca-loulou-robert/

Bianca a seize ans, presque dix-sept. Parce qu’elle voulait que ça s’arrête, que tout s’arrête, le bruit, la vie, le vide le monde, elle s’est ouvert les veines. Et s’est retrouvée dans une unité psychiatrique pour adolescents, Les Primevères. Pour apprendre à nouveau à manger et à vivre.

Bianca est le premier roman de Loulou Robert, jeune mannequin d’une vingtaine d’années, fille du journaliste Denis Robert.

Le sujet de la dépression et de l’anorexie, de l’hôpital psychiatrique et de ses jeunes fragilisés ne m’attirait pas plus que cela. Mais c’était avant de faire connaissance avec la plume de l’auteure et avec Bianca.

Bianca est un roman très bien écrit, plein de vie, d’insolence et où la langue est très jolie. On pourrait penser que cela va être triste et déprimant. On pourrait le penser, mais on se tromperait. En grande partie.

Oui, certains jeunes que Bianca côtoie aux Primevères ont vécu l’enfer et ne s’en remettront pas. Mais il y a là-bas une profonde envie de vivre comme les autres, de faire des conneries, de tomber amoureux, de faire l’amour. Et Bianca représente un peu tout cela. C’est un personnage de son âge et en même temps très mur qui porte un regard lucide sur le monde. Distancié. Étonnamment fort et plein de vie. Un personnage que l’on aime, forcément. Et qu’on est triste de quitter.

Le sujet est abordé tout en subtilité, les maladies ne sont pas nommées ou presque, les gens se prennent tels qu’ils sont aux Primevères, mais en même temps, c’est assez frontal et sans langue de bois. Ça fait du bien. Ça fait aussi un peu mal. C’est comme ça les écorchures, ça pique et ça laisse des traces.

Forcément, on se demande s’il y a un peu de Loulou Robert dans Bianca. Forcément. Bianca est belle, Bianca est maigre. Loulou aussi. Et l’on sait que l’anorexie touche beaucoup de modèles. Et si Bianca a cette maturité, elle l’a doit sans doute à Loulou qui a une écriture qui nous fait tout de suite oublier son âge et le premier roman.

Je pense que ce roman aurait pu être publié aussi en jeunesse, tant il peut parler aux lycéens, tant il m’aurait parlé à seize ans. Mais il touchera aussi les grands sensibles.
Absences Absences
Lauren Oliver   
http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/08/absences-de-lauren-oliver.html

(...)
Tant de questions que l'on se pose au début du récit... avec, pour seule réponse, un vaste brouillard, inquiétant et troublant, si intense et déstabilisant (car on se doute dès le départ que quelque chose n'est pas net, mais quoi ?) que s'en est flippant.
Dans quoi est mêlée Dara ? Quel est le rapport entre tous les éléments que nous distille l'auteure ?
C'est tellement intrigant, qu'il est impossible de lâcher ce roman. Je l'ai lu d'une traite, sans une seule pause... satisfaite qu'une fois terminé. Et là encore, ce n'est pas réellement le mot juste car le dénouement m'a tellement choquée que je n'ai su que penser.
Je n'ai RIEN vu venir. Du coup, je suis perplexe, limite contrariée d'avoir été menée par le bout du nez. J'ai refait cent fois le scénario dans ma tête et rien ne laissait présager cette issue... Je suis bluffée comme rarement je l'ai été et je n'ai qu'une envie : relire le roman maintenant que je connais la trame finale voir si je suis capable de déceler des indices de cette incroyable révélation.

De plus, la plume de l'auteur est entraînante et ne nous laisse aucun temps mort. Lauren Oliver a fait le choix d'une narration à deux voix dans ce récit (celle de Dara et Nick). Un choix judicieux, qui a toute son importance pour comprendre les multiples facettes de nos personnages.

En bref ? Impressionnant. Ce livre est impressionnant et va en choquer plus d'un par ce dénouement inimaginable. Un roman incroyablement bien ficelé, passionnant et intriguant, que je ne peux que recommander !


par toutoun
Ma raison de vivre, tome 2 : Ma raison d'espérer Ma raison de vivre, tome 2 : Ma raison d'espérer
Rebecca Donovan   
Oh la la mais quelle histoire. Honnêtement je ne pensais pas que ce tome serait mieux que le premier. J'étais très réservée au début mais au fur et à mesure que l'histoire ce déroule on retombe à fond dedans et on lâche plus le livre parce qu'on sait TRES BIEN que quelque chose d'horrible va se produire, on ne sait pas quand comment ni pourquoi mais dès le debut il y a une sorte de malaise qui ne nous quitte pas et qui est plus ou moins latent selon les passages...

De nouveaux personnages font leur apparition et c'est rafraîchissant tout en étant HYPER FRUSTRANT.

J'en dirais pas plus mais ce tome 2 est à la hauteur de toute mes attentes.
La Passe-Miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune La Passe-Miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune
Christelle Dabos   
Les livres de Christelle Dabos méritent plus que le Diamant.
Que dire de ce livre à part que je regrette de l'avoir refermer aussi vite, que j'attend la suite avec impatience et que je vais très certainement me relire ces deux tomes de nombreuses fois d'ici la sortit du prochain, comment ne pas parcourir cet univers incroyable encore et encore et dire qu'on va avoir le droit à deux autres perles de ce genre (peut être plus).
Il se passe tellement de chose pour notre chère Ophélie dans ce tome, impossible d'en faire un résumé ou de dire ce que j'ai préféré (en même temps j'ai tout aimé donc...).
Gros coup de cœur pour Thorn.

Le troisième est en cours de rédaction et même si je suis impatiente, Christelle peut et doit prendre son temps, mais son imagination est tellement magique qu'on ne risque pas d'être déçu.