Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jill : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
The Night Train at Deoli and Other Stories The Night Train at Deoli and Other Stories
Ruskin Bond   
One story in the book is about a blind man, who is on a train to Dehradun. A girl enters his coupe and starts talking to him. He pretends that he is not blind and can see everything. He starts enjoying her company. He realizes that soon her stop would come and she will have to leave. He feels lost as he will never be able to know what she looked like, her hairstyle or the shade of color in her eyes. Or will he? Another story is about a gardener named Dukhi has been ordered by his Major Saab to cover a well. The well, however, holds very tender memories for Dukhi. He reminisces the times when his old master still used to be alive. When Major Saab returns, he notices that the well had not been covered up yet. The stories are mostly set in the hills and mountains of North India. This book is a splendid anthology of stories about the lives of everyday people. Ruskin Bond has a certain charm in his writing that makes readers love his stories. All the stories in the book depict a kind-hearted portrayal of loss, love, pain, accomplishment and struggle.

par Jill
L'art de l'effacement L'art de l'effacement
Anita Desai   
Parfois un chevrier ou un villageois qui cherchait du bois dans la forêt, un fagot sur la tête et une badine à la main, le rencontrait sur un sentier qui descendait vers la vallée. Ils murmuraient quelque salutation tout en pressant le pas derrière leurs chèvres, n'obtenant qu'un grognement pour réponse. Mais au-delà, on cessait de le voir : on arrivait à une grand rocher arrondi qui aurait pu être un colossal magicien noir attendant qu'il arrive, puis jetant son ombre sur lui comme une cape. Et Ravi disparaissait. Ravi n'a aimé ni son enfance ni sa jeunesse. À la mort de ses parents, il choisit de retourner vivre dans la maison où il passait ses vacances, au pied des contreforts de l'Himalaya, souvent noyés dans la brume. C'est là qu'il va peu à peu se couper du quotidien, s'isoler, s'effacer. Mais peut-on complètement échapper au monde dit «civilisé» ? Dans les deux autres longues nouvelles qui composent ce recueil, Anita Desai revient sur le thème de l'oubli, de la disparition, des souvenirs devenus incertains. Au soir de sa vie, un haut fonctionnaire se demande s'il n'a pas en fait imaginé sa découverte d'un extraordinaire petit musée à l'abandon, autrefois, dans un village indien isolé. Une traductrice va peu à peu réinventer le texte sur lequel elle travaille, au point de s'y perdre. Là encore, où est la frontière entre la réalité, le fantasme et les vrais-faux souvenirs ?

par bridget