Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Joelle-35

Extraits de livres par Joelle-35

Commentaires de livres appréciés par Joelle-35

Extraits de livres appréciés par Joelle-35

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Oui, je devais admettre au bout du compte qu’il était particulièrement séduisant. Bien entendu, je devais avouer qu’il ne me laissait pas indifférent. En vérité, cela n’avait jamais été le cas de toute manière. Mais je me trouvais dans une situation des plus compliquées. De plus, j’étais un prince. Et lui... C’était un général démoniaque. Alors d’accord, le rang n’avait jamais empêché certains rapprochements dans notre monde, mais tout de même... Il avait l’air si sûr de lui, de son bon droit... Et moi... Et ma famille... Par La Vénérable Trinité ! Que devais-je faire ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
‒ Ah ? Alors je t’interdis de me toucher de cette manière ! Je ne suis pas une de ces libertines qui vous plaisent tant à vous, les soldats !
‒ Évidemment que non, acquiesça le guerrier, un sourire railleur apparaissant sur son visage rougi. Tu es le fils de Sa Majesté des Mouches.
Aucun mot ne réussit à sortir de ma bouche sèche. Je serrais mes poings, les griffes entamant la chair tendre de mes paumes. Nous nous observâmes un moment, cherchant nos souffles, testant notre appui, défiant l’autre... Alors qu’il me tourna le dos finalement, pour retourner vers le camp, je me détachais du tronc d’arbre et déployais mes ailes. Il partait sans plus un mot à mon égard.
« Tu es le fils de Sa Majesté des Mouches. »
« Tu es le fils de Sa Majesté des Mouches. »
« Tu es le fils de Sa Majesté des Mouches. »
Je fonçais sur lui, toutes griffes dehors, dans une offensive sournoise.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
De temps en temps, alors que la pénombre nous enveloppait peu à peu, nous pûmes sentir les habitants nocturnes de la forêt s’éveiller. Une petite nuée de dragons émeraude croisa notre route, pour finalement décider que nous étions des personnages très surprenants et qu’ils allaient nous accompagner pendant un court moment. Un minuscule dragon-fée virevolta entre nous, faisant battre ses magnifiques ailes papillon. Je levais les doigts vers lui, ma paume ouverte en signe de paix. Après un instant d’hésitation et parce que les dragons émeraude étaient toujours présents au-dessus de nos têtes, il accepta de bonne grâce de venir se poser dans ma main. Je cueillais une fleur quelconque aux pétales violets à mes pieds, et la lui offris en guise de salutation. Il l’approuva avec grand plaisir et avant de la dévorer, ce minuscule coquin planta ses crocs miniatures, mais acérés dans le mont de la lune comme remerciements.
Par La Vénérable Trinité !
Il avait beau être herbivore et pacifiste, il faisait tout de même mal. Je serrais les dents et intériorisais fortement le pincement de douleur que je ressentis, tandis que mes compagnons se retenaient de ricaner.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je le regardais durant un long moment.
Ses derniers mots lancés d’une voix riante me revinrent en mémoire.
« Un jour, tu viendras vers moi »
Pourquoi devait-il en être aussi sûr ?
« Un jour, tu viendras vers moi »
Je lui avais juré que cela ne se produirait jamais...
« Un jour, tu viendras vers moi »
Je ne voulais pas souffrir...
Jamais...
J’avais envie de l’embrasser.
J’avais envie de l’étreindre dans mes bras.
J’avais envie de me lover contre lui.
J’avais envie de ramper en lui.
J’avais envie de le mordre au sang, comme il l’avait fait avec moi.
J’avais follement envie de l’embrasser.
J’avais également envie de lui faire mordre la poussière, car il était si sûr de lui.
J’avais follement envie de l’embrasser.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
— Au Canada, on dit qu’un pays où il y a des loups est un pays sain. — C’est pas bête. Il y en a un qui était connu par ici, il s’appelait Roméo et avait pris l’habitude de jouer avec les chiens de la ville de Juneau. Si Mak ignore qu’il est gay, celui-ci devait ignorer qu’il était un loup sauvage. Je te le montrerai ce soir sur le Net. C’était une magnifique bête à la fourrure noire. — Est-ce qu’ils l’ont tué ? — Non. Rassure-toi, il est mort de sa belle mort, comme on dit. — Tant mieux. Tim se rendait compte qu’il allait devoir s’endurcir s’il voulait vivre ici. Pour changer de sujet, il demanda. — Je travaillerai avec combien de gars ? — Cinq. La réserve est vaste et en général les patrouilles se font par deux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
Et maintenant que tu as cessé d’arrêter de grandir, on sait enfin que tu rentreras un jour dans un costume de marié acheté sur le Net. Tu fais toujours un mètre quatre-vingt-deux, c’est bien ça ? — Quatre-vingt-trois ! corrigea-t-il. — Comme notre père, soupira-t-elle. Samuel qui avait terminé son assiette la repoussa devant lui et but son verre d’eau tout en regardant sa petite sœur. Que manigançait-elle ? — Et toi, c’est tout le contraire. Tu as les yeux noisette de papa et les cheveux clairs de maman, dit-il en souriant gentiment. Et pour la taille, à vue de nez, tu frôles le mètre douze, c’est bien ça ? — Ha, ha, très drôle ! Ouais, je ne sais pas pourquoi on a mixé tous les deux, dit-elle dans une grimace.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
Sa phrase resta en suspens, lorsqu’un agent en entrant dans les toilettes interrompit leur conversation. Tiago s’aspergea le visage pour en débarrasser la mousse, puis le tamponna avec de l’essuie-tout. Il rangea ensuite le nécessaire de rasage dans un sac qu’il replaça sur une étagère. — C’est le kit de dépannage. Vous devez aussi en avoir un à Green River, non ? demanda-t-il d’un ton désinvolte. — Non. Bon, si tu as fini ta mise en beauté, on pourrait peut-être bouger. On doit se rendre au port pour inspecter un ferry, le prévint-il en lui agitant la feuille de papier sous le nez. Tiago ouvrit la porte et annonça solennellement en lui cédant le passage. — Après vous, Grant !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
Les deux hommes se jaugèrent du regard. — On ne fera qu’un passage, par conséquent ne le foire pas. — Qu’est-ce que vous voulez que ça me foute ? Je les emmerde, moi, ces cons. Lukas écoutait Kevin faire son numéro de méchant flic sans broncher. Lui aussi n’avait aucune envie de voir la foule balancer des projectiles sur eux, lorsqu’il roulerait près d’elle. Si ce Carlos pouvait se tenir à carreau deux minutes, cela lui éviterait d’avoir à taper un long rapport concernant les dégâts occasionnés au véhicule, lorsqu’ils seraient de retour à Green River. Quand ils passèrent devant le poste de police, les injures et les cris de protestation fusèrent. Quelques objets volèrent dans leur direction, cependant aucun bruit de casse ne les alerta. — Tous des enculés ! grogna Carlos.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
Les pièges remplissent cet endroit ! Des trous. Des coins sombres. Tout est absolument lugubre et sinistre. Horreur et damnation. Angoisse. Enfin, c’est surtout moi qui suis terrifié. J’ai toujours eu peur des ombres... Les autres affichent un air calme, attentionné au moindre son douteux. J’ai envie de prendre mes jambes à mon cou, et de m’arracher de là, le plus vite possible. Il n’y a que ça ici, des bruits suspects. Un « ploc, ploc, ploc » incessant, venant de quelque part dans cette crypte, me transperce les tympans. Je dois faire attention... Mon nez me chatouille à cause de tous ces minuscules grains de poussière qui nous entourent et virevoltent.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
La lune rouge. J’avais entendu Azriel en parler vaguement hier. Ils sont dans l’obligation de trouver cet objet. Il symbolise tant pour les uns et les autres. Une sorte de yin et de yang. Avec ce qu’il m’apprend et les mines graves de Zhu et de Doris, je me dis au fond de moi que je préfère mille fois que cette chose ne tombe pas entre les mains de ce Dark Vador de mes fesses. Et une prophétie qui date des premiers hommes complète cette histoire de lune rouge. Voilà, c’est fantastique ! C’est un vrai épisode d’une série Z et dont je suis un des spectateurs et acteurs et victimes en même temps... Leurs dernières trouvailles les ont emmenées jusqu’ici et ils avaient décidé d’en faire leur quartier général à Castillanos quand on s’était rencontré. Ils ne savent pas tout à fait à quoi ça ressemble et ils doivent approfondir les fouilles même
Avez vous apprécié cet extrait ? 0