Livres
549 503
Membres
589 237

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Jonathan Strange & Mr Norrell



Description ajoutée par lolitaspace 2010-09-19T13:04:36+02:00

Résumé

Il y a des siècles de cela, du temps où la magie existait encore en Angleterre, le plus grand magicien de tous était le roi Corbeau. Enfant d’homme élevé par des fées, le roi Corbeau mêla sagesse féerique et humaine raison pour fonder la magie anglaise. En 1806, année où commence le roman, il n’est plus guère qu’une légende. L’Angleterre est gouvernée par un roi fou, Lord Byron bouleverse les mœurs autant qu’il révolutionne la poésie, les guerres napoléoniennes ravagent le pays… et plus personne ne croit à la pratique de la magie. Or voici que Mr Norrell, le reclus de l’abbaye de Hurtfew, lance un défi aux magiciens théoriciens qui pullulent dans le pays : il prouvera qu’il est le seul véritable magicien du pays. Dans une scène éblouissante, il prête parole et mouvement aux statues de la cathédrale d’York. La nouvelle du retour de la magie en Angleterre se répand jusque dans les frivoles salons londoniens. Pédant, prétentieux, Mr Norrell devient pourtant la coqueluche de la noblesse londonienne. Mais lui veut davantage : aider le gouvernement dans sa guerre contre Napoléon. Il bloque les Français en rade de Brest grâce à une immense flotte anglaise composée de navires nés de la pluie, et dote les côtes britanniques de charmes protecteurs.

Aider le royaume d’Angleterre n’est pas l’unique obsession de Mr Norrell. Car il veut aussi, et surtout, éliminer tout rival possible. C’est compter sans la prophétie : Deux magiciens paraîtront en Angleterre. Le premier me craindra ; le second de me voir brûlera. Et bientôt il croise sur son chemin un brillant jeune magicien, Jonathan Strange. Ce dernier est charmant, riche, un brin arrogant, mais imaginatif et courageux. Mr Norrell, séduit, le prend pour élève. Ensemble, ils éblouissent le pays de leurs exploits. Mais leur association tourne vite à la rivalité…

Plus de deux millions d’exemplaires vendus à ce jour, prix Hugo, prix Locus du premier roman, BookSense du roman de l’année, roman de l’année du Time Magazine, traduit dans dix-sept pays, bientôt adapté au cinéma par les studios NewLine, Jonathan Strange & Mr Norrell, publié sous deux couvertures différentes (soit noire, soit blanche) est un phénomène.

Afficher en entier

Classement en biblio - 217 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Lady-Stardust 2017-07-05T12:09:31+02:00

— Elle présuppose que les magiciens ont plus ou moins le devoir d’appliquer la magie, ce qui est évidemment absurde. Vous ne voulez pas insinuer, je présume, que les botanistes ont pour tâche de concevoir de nouvelles fleurs ? Ou que les astronomes devraient peiner afin de réarranger les étoiles ? Les magiciens, monsieur Segundus, étudient la magie qui a été réalisée par le passé. Pourquoi devrait-on en attendre davantage ?

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

Probablement indigeste et plat pour bon nombre de lecteurs habitués à ce qu'on leur serve la saveur d'un roman sur un plateau, Jonathan Strange & Mr Norrell est l'un des meilleurs livres qu'il m'ait été donné de lire.

L'auteur, historienne de métier, revisite l'Angleterre pendant les guerres Napoléoniennes, et y ajoute un peu (beaucoup?) de magie. Pas une magie enfantine, qui aime à placer la pureté du coeur et des sentiments à la source d'une puissance pleine de bonté, mais un art au service de celui qui s'en empare.

L'aspect le plus intéressant sera sûrement les notions de bien et de mal qui tantôt se mêlent tantôt se distinguent. Et à ce titre, on ne s'attache pas forcément aux personnages attendus.

Je le recommande, c'est une lecture de qualité et absolument pas ennuyeuse pour qui aime qu'un livre lui résiste un peu.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par _Cendre_ 2021-03-19T15:04:31+01:00
Diamant

Well, well, well…j'ai bien envie de dire qu'il mérite une place dans mon top 10 !

A tous ceux qui sont encore hésitants à se lancer dans la lecture de ce pavé de plus de 1000 pages, voici ma recommandation : lisez-le, les pages se tournent à une vitesse folle. le style recherché et so british est un vrai plaisir et on ne sent pas une seule fois de moments de creux. L'intrigue est menée de main de maitre. 10 ans à bosser dessus et ça se ressent !

A tous ceux qui hésitent car ça parle de magie et les histoires de fantasy avec des magiciens, depuis l'ère Harry Potter, on en a marre : lisez-le. La magie est bien sûr au centre de cette histoire mais est bien plus subtile que dans de nombreux autres livres fantastiques, et j'ose le dire, plus réelle et palpable. On y croirait presque.

A tous ceux qui aiment Jane Austen, Oscar Wilde et Lord Byron : lisez-le. le style est un concentré des deux premiers, mixés avec ingéniosité. On y retrouve même leur humour subtil. Quant au dernier, le cher poète anglais fait une apparition hilarante, tout comme Lord Wellington et George III d'Angleterre.

L'histoire se déroule en Angleterre à l'époque Georgienne, c'est-à-dire au temps de Jane Austen et Lord Byron (ce qui explique certaines particularités du livre énoncées plus tôt…). La magie a désertée l'Angleterre depuis plus de 200 ans. le livre conte les aventures des 2 derniers magiciens anglais : Mr Norrell et Jonathan Strange, vous vous en doutez. Ils oeuvrent pour redonner à la magie anglaise toute sa grandeur d'autrefois. Alors que le vieux et ennuyeux Mr. Norrell est plutôt un homme d'étude frileux, le jeune et affable Jonathan Strange, son élève, est beaucoup plus aventureux. Peut-être même un peu trop. Et malgré les mises en garde de Mr Norrell, il s'aventurera sur un chemin où le lien entre magie blanche et noire est bien mince. Ce qu'il ne sait pas c'est que ce chemin, son maitre, l'a déjà emprunté par le passé ce qui aura beaucoup plus d'impact qu'aucun des deux ne le soupçonnent…

Si ce petit résumé ne vous émeut pas plus que ça et n'éveille aucune curiosité, je n'ai pas donné mon dernier mot.

Loin d'être un roman de fantasy classique, relatant les aventures de magiciens talentueux et leur lutte contre un esprit malveillant, JS&MN dépeint un monde on ne peut plus british. Lords, gentleman, bals mondains, pot de vin et guerres napoléoniennes sont monnaie courante et peuplent l'univers de JSMN. Les apparitions de personnages réels et d'événements connus de tous (la bataille de Waterloo par exemple) font que le monde dépeint par Susanna Clarke crie de vérité. Les personnages, magiciens ou non, sont faillibles, loin des d'être des surhommes, dont les désirs, les peurs et les contraintes sont les mêmes que n'importe quelle personne de cette époque. Et le style d'écriture, se rapprochant des auteurs de l'époque ne fait que renforcer cette impression. Un vrai plaisir à lire.

Les dernières 200 pages sont justes grandioses ! Mes préférés, à n'en pas douter. Car arrive dans ces pages tout ce qu'on a espéré tout au long du roman.

Si vous n'aimez pas la fantasy, ce livre pourrait vous la faire aimer pour la simple et bonne raison qu'on n'a pas l'impression de lire de la fantasy. En un mot comme en cent : si vous aimez la bonne littérature (anglaise), plongez-vous dans cet univers.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Edo 2020-05-09T21:41:16+02:00
Diamant

Plongez dans l'Angleterre des guerres napoléoniennes, immergez vous dans la magie des fées (personnages peu recommandables s'il en est)... Mêlant merveilleux et fantastique, digne d'un roman de Jane Austen, ce livre est un régal littéraire, avec des personnages ciselés et un style admirable.

Afficher en entier
Pas apprécié

Vous avez dit littérature anglaise, magie et fantasy? le tout réuni forcément c'était une évidence que je lise ce livre.

Que de critiques élogieuses du côté des américains j'ai donc regardé sur babelio ce que les membres pensaient de celui-ci et sur la page d’accueil du livre que de bonnes notes j'ai donc décidé de l'acheter.

Et bien malheureusement au bout d'une centaine de pages de ce gros pavé j'abandonne la lecture.

Je ne comprend pas tout le succès autour de ce livre il ne se passe rien. L'histoire est longue à se mettre en place beaucoup de blabla qui rendent parfois la compréhension difficile et je ne vois pas du tout le côté fantastique.

Quel dommage j'étais tellement impatiente de le lire pourtant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-10-26T16:14:42+02:00
Pas apprécié

J’ai eu envie de lire ce livre parce qu’il a obtenu le prix Hugo, une référence dans les littératures de l’imaginaire. Et en fin de compte… « j’ai vu, j’ai lu, j’ai vaincu ! »… J’ai eu tant de mal à le finir !

Le roman débute en 1806, dans une Angleterre où la magie aurait disparu plusieurs siècles auparavant… Mais non, car le pays découvre peu à peu l’existence de Mr Norrell, un magicien âgé talentueux, mais ennuyeux et désireux de garder les secrets de son art. Malgré tout, Mr Novell réussit à convaincre le ministre des Affaires Étrangères de l’impliquer dans les guerres napoléoniennes, en lui prouvant ses capacités : il ressuscite la jeune fiancée du ministre. Le lecteur devine que ce type de magie ne sera pas sans conséquence.

Peu de temps après, Mr Norrell constate à son grand désarroi qu’il existe un autre brillant magicien, jeune et souhaitant en savoir davantage : Jonathan Strange. Ce dernier apprendra beaucoup de Mr Norrell, avant de s’éloigner de cet homme qui aspire à garder secrets bien des aspects de la magie.

L’auteur a repris le style de Jane Austen pour dessiner les caractères des divers personnages de son roman, avec une plume ironique. Mais n’est pas Jane Austen qui veut : au bout de quelques centaines de pages cette imitation devient lassante, parce que ce roman est un pavé de plus de 1 100 pages !

En plus, l’auteur a décrit dans le détail son univers et le passé de la magie en Angleterre, principalement par le biais de longues notes de bas de page. On finit par avoir un roman de Fantasy magique imbriqué dans un simili-Silmarillion artificiel, parce que beaucoup trop appuyé et se perdant dans des détails insignifiants. C’est dommage, car « trop c’est trop ». À plusieurs moments, j’ai dû me forcer pour reprendre la lecture et continuer. Il faut souffrir maints digressions ou événements sans conséquence pour avancer dans le récit.

Il n’empêche que l’histoire est distrayante, que la multitude de personnages est amusante à suivre, et que certains thèmes abordés sont bien vus, comme l’importance des livres pour la transmission du savoir. L’évolution des protagonistes est pertinente, mais elle n’a pas suffi à maintenir mon intérêt.

J’aurais aimé plus aimer ce livre, mais l’auteur n’a pas trouvé l’art de poser le cadre de son univers simplement. Quand on écrit un pavé, il faut pouvoir tenir le lecteur en haleine, et non pas être dans un système si répétitif et s’enliser dans son histoire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fred-35 2019-04-29T18:49:10+02:00
Diamant

Un summum de la Fantasy.

Dans une Angleterre uchronique où la magie, longtemps familière des humains, avait peu à peu disparue, Jonathan Strange et Mr Norrel s'affrontent en un savant duel où les charmes sont moins importants que les égos malmenés, où la réflexion l'emporte sur l'action.

Attention, cet ouvrage est dense (plus de 700 pages) mais vous serez transporté dans un autre lieu, un autre temps où la bataille entre le bien et le mal côtoie le combat entre la raison et la folie !

Je vous recommande vivement cet ouvrage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2019-03-31T18:58:02+02:00
Or

Il faut aimer flâner pour apprécier ce livre, dont l'intrigue n'est qu'un gros prétexte pour nous emmener en promenade dans le jardin des merveilles de la magie anglaise. Mais franchement, une fois les brodequins enfilés, et avec un bon bâton de mage à la main, la ballade vaut largement le détour. Les personnages ne sont pas toujours sympathiques, mais ils sont diablement attachants. Et Susanna Clarke met à contribution tous ses talents d'enchanteresse pour nous exposer les dessous de la magie anglaise. Si on parvient jusqu'au bout de l'excursion, on en revient avec des scintillements dans les yeux, un gros sac de nostalgie, et un bon paquet de frissons en réalisant rétrospectivement les dangers qu'il y a à parcourir les sentes du monde des fées...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par paulette42 2019-02-07T10:20:25+01:00
Pas apprécié

je n'ai pas aimé, pas aimé l'écriture, je ne l'ai fini

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elundriel 2018-04-17T11:28:11+02:00
Or

Un livre excellent, tout en contemplation et en émerveillement, on ne peut que s'incliner devant le travail de l'auteur, et devant le génie de l'œuvre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par michelinel 2018-01-01T13:56:50+01:00
Pas apprécié

Décidément peut-être que je n’aime pas le genre Fantasy. Je n’ai pas été capable de me rendre jusqu’au bout, chaque foid que j’essayais de continuer cette lecture, c’était un vrai supplice. En plus du sujet qui ne m’intéresse pas, je n’aime pas l’écriture et le traitement. J’abandonne. Je ne vois pas de raison valable de m’acharner

Afficher en entier
Diamant

Précisons d'abord que c'est le premier roman de Susanna Clarke, et qu'elle mit près de 10 ans à l'écrire... Mais lorsque vous connaîtrez le pedigree de l'animal, vous comprendrez pourquoi ^_^

Voyez un peu :

En 2005, Prix Locus du meilleur premier roman, Prix Hugo du meilleur roman, Prix World Fantasy du meilleur roman, roman de l’année par le Time Magazine, Prix des Lecteurs du Livre de Poche, il a même été proposé pour le Man Booker Prize de 2004.

Et ce n'est certainement pas moi qui vous dirais que ce palmarès n'est pas amplement mérité, tant j'ai adoré cette histoire, et la plume qui nous la raconte !

C'est le style qui m'a séduite en premier. Distingué sans être pompeux, il m'a immédiatement donné l'impression d'entrer dans l'un de ces grands classiques de la littérature anglaise du XIXème que j'affectionne tant. Il n'est pas étonnant que certains critiques aient fait le rapprochement avec du Jane Austen, auteure préférée de Susanna Clarke d'ailleurs.

L'Angleterre y est glorifiée dans tout ce qu'elle détient de légendes ancestrales, nous imprégnant totalement de la croyance que le berceau de la magie est bien originaire de ses terres.

Pour le prouver, l'auteure créé le personnage fictif de John Uskglass, dit Le Roi Corbeau, disparu depuis des siècles, il fût le souverain grâce auquel la magie se déversât sur le monde entier, créant des routes entres les mondes féeriques et celui des humains.

Les annotations relatives à la légende de ce Roi Corbeau sont prodigieusement considérables ! Répertoriées en fin d'ouvrage, elles donnent une envergure impressionnante de précision à cet héritage mystique créé de toutes pièces par S. Clarke. Chapeau bas !!!

La relation entre les deux magiciens est une source d'intérêt grandissant à mesure que l'un influence l'autre, et vice-versa. Jusqu'à la fin, on se demande comment elle va évoluer. Les jalousies vont-elles assombrir l'aube de leur amitié ? Mesquinerie, rivalité, et même perfidie, sèment la discorde et nous absorbent dans des conjectures étonnantes !

La féerie est ici représentée par un garçon-fée particulièrement cruel ! "Le gentleman aux cheveux comme du duvet de chardon" est un personnage vraiment très réussi, qui s'est introduit dans le monde des humains à cause de Norell, et qui va tout au long du roman instiller une atmosphère malfaisante.

Maître du manoir des Illusions-perdues, les victimes de ses enchantements sombrent dans l'aliénation sans parvenir à se faire aider.

La frontière entre raison et folie est un thème important du récit. Strange lui-même se prête à des expériences afin de découvrir si la lisière entre les deux ne mérite pas d'être franchie afin d'accroître ses pouvoirs magiques, donnant lieu à des pages absolument captivantes !

Je vais m'arrêter là, mais vous imaginez bien qu'avec ses 1144 pages (en format poche), je pourrais encore continuer longtemps ;-)

C'est un roman qui se déguste posément. Ne venez pas y chercher des scènes d'action retentissantes sous peine d'être déçu(e)s ^^ Ici nous sommes dans la lenteur maîtrisée, dans le souci du détail, le temps nécessaire à une immersion british travaillée et appuyée.

Les personnages sont nombreux mais jamais on ne s'y perd tant le savoir-faire est éprouvé, à l'image d'un ballet, les chorégraphies sont si subtilement exécutées que tout paraît fluide et étourdissant à la fois.

Qualifié de chef-d'œuvre par certains critiques, je ne peux que me ranger de leur côté tant mon appréciation sera définitivement scellée par l'éblouissement que me laisse cette lecture !

En 2015, la BBC produit Jonathan Strange & Mr Norrell en mini-série de 7 épisodes. Je vais laisser s'écouler un peu de temps avant de la regarder, histoire de faire perdurer la magie du roman ❤

Afficher en entier

Prix littéraire

  • Gagnant Prix Hugo 2005 Gagnant
    Prix Hugo 2005
    Meilleur roman

Date de sortie

Jonathan Strange & Mr Norrell

  • France : 2006-08-01 - Poche (Français)

Activité récente

tang101 l'ajoute dans sa biblio or
2021-01-25T09:03:16+01:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 217
Commentaires 33
extraits 8
Evaluations 60
Note globale 7.22 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode