Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Jordan-Marion : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Le coupeur de roseaux Le coupeur de roseaux
Junichirô Tanizaki   
J'ai trouvé ce livre un peu long à démarrer au vu de sa longueur (près de la moitié du livre !), mais une fois dedans, on est happé par le récit de l'inconnu aux roseaux. Très poétique, parsemés d'Haikus (poèmes japonais), le récit avance doucement au fil des histoires que le narrateur et son coupeur de roseaux se racontent mutuellement autour d'un sake.
J'ai personnellement bien aimé, mais beaucoup de mots gardés en japonais auraient mérités une note du traducteur en bas de page pour expliquer mieux les choses, et certaines références culturelles ne sont pas aisées à comprendre si on ne connait pas un peu le Japon. Ce point peut cependant être dépassé par quelqu'un pour qui faire une petite recherche rapide en même temps que sa lecture ne dérange pas (personnellement, étant dans un train en le lisant, je n'ai pas pu, mais je me suis notés les points à revoir par la suite).

par Spika
Micromégas Micromégas
Voltaire   
Un roman très court de voltaire qui pose la question de la relativité des choses notamment illustrée ici : la taille. Quelque chose peut paraître grand pour l'un et petit pour l'autre, tout n'est que question de point de vue. L'homme qui a tendance à se croire grand et supérieur est montré dans ce livre comme infiniment petit, ne représentant rien à l'échelle de micromegas et cela que ce soit au sens propre ou au sens plus figuré.

par MiniMissV
La Duchesse de Langeais La Duchesse de Langeais
Honoré De Balzac   
Premier Balzac lu, et je peux l'annoncer : ce n'est pas vraiment le genre de style qui me fait kiffer. J'aime bien lorsqu'une narration se pose en neutre et quand l'écrivain se retrouve à manier son histoire de sorte à ce que sa morale, son sens général, s'impose au lecteur de manière subtile, sans que l'auteur n'y intervienne directement. Avec Balzac, c'est tout l'inverse : l'auteur est toujours présent et c'est lui qui dit constamment quoi penser de quoi, il donne son opinion sur tout ce qu'il mentionne, et au final j'avais la désagréable impression que le travail de compréhension des évènements m'était pré-mâché, que l'opinion de Balzac m'était imposé sans la moindre objectivité. Moi qui aime les romanciers invisibles et retords à la Flaubert, me voilà bien déçu ici !
Mais enfin, cette lecture fut quand même plaisante, car le style de Balzac l'est, en quelque sorte qu'il nous mâche tellement la lecture que l'on peut lire parfois en pilote automatique sans perdre une seule subtilité. Le contexte historique était par ailleurs fort réussit et assez intéressant pour me garder attentif malgré l'histoire d'amour d'adolescent dont Balzac nous faisait de grands mots...
En bref, sympathique, mais pas mon style, l'intrigue m'étant finalement assez indifférente au final.
En crachant du haut des buildings En crachant du haut des buildings
Dan Fante   
Le fils de John Fante même s'il n'a pas son talent reste une référence dans un style de littérature proche du mouvement punk des années 70 dans le sens ou il n'y a aucune retenue dans les excès de Bruno Dante.

par kiki_owen
L'Étrange Contrée L'Étrange Contrée
Ernest Hemingway   
Un road trip simple en apparence mais le couple cache de nombreux secrets et non dits.

par Serafima
DIx indiens DIx indiens
Ernest Hemingway   
« ... ils commencèrent à prendre de l'altitude en direction de l'Est, semblait-il ; après quoi, cela s'obscurcit et ils se trouvèrent en pleine tempête, la pluie tellement drue qu'on eût cru voler à travers une cascade, et puis ils en sortirent et Compie tourna la tête et sourit en montrant quelque chose du doigt et là, devant eux, tout ce qu'il pouvait voir, vaste comme le monde, immense, haut et incroyablement blanc dans le soleil, c'était le sommet carré du Kilimandjaro. Et alors il comprit que c'était là qu'il allait. »

par lilas-lys
50 000 dollars 50 000 dollars
Ernest Hemingway   
Je n'accroche définitivement pas avec cet auteur. J'ai du mal avec sa plume et ce qu'il raconte... C'est personnel !

par Amita
Mon chien Stupide Mon chien Stupide
John Fante   
Je vais pas dire que ce livre est stupide... C'est déjà bien assez "stupide" d'avoir appeler un chien ainsi !
Bref, un livre sans grand intérêt... avec un peu trop d'alcool bu, un peu trop de gros mots dit en filigrane d'une famille en plein explosion... Heureusement, un cochon souriant vient sauvé d'un trait d'humour la fin de cette histoire.
Un livre à lire sur la plage, quand on n'a pas envie de réfléchir, ni de se prendre la tête... Sur ça ne ma pas fait faire des bulles au cerveau !

par RMarMat
La Route de Los Angeles La Route de Los Angeles
John Fante   
C'est un peu comme du Kerouac avec de la fantaisie, une meilleure écriture et de l'émotion en plus.
Le thème est le même mais ça n'a effectivement rien à voir avec Kerouac.

par kiki_owen
Hollywood Hollywood
Charles Bukowski   
Un chef d'œuvre, j'ai adoré et je le relirai 100 fois sans me lasser!
  • aller en page :
  • 1
  • 2