Livres
443 757
Membres
379 751

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Didie6 2014-10-10T21:11:10+02:00

Ouvrez n'importe quel livre de votre bibliothèque, prenez une seule phrase qui vous plaît et mettez-la telle quelle dans votre livre. Cette opération s'appelle : "Faites payer les riches".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-10-10T21:10:51+02:00

Observez un chat dans la maison par une journée pluvieuse. Ne le perdez pas de vue. Vous pouvez l'imiter si cela vous chante. Cette façon qu'il a de frôler les chaises ou vos jambes. Ces yeux mi-clos qui vous poussent à vous demander à quoi il peut bien penser en ce moment. Il se tient droit, en rapprochant ses quatre pattes vers un seul point, comme s'il était en train de garder un tombeau de pharaon. Puis, sans se presser, il passe d'une pièce à l'autre, pour revenir plus tard à son point de départ. Cette mouche verte a semblé l'intéresser un bref moment, mais il change d'avis et cherche plutôt à attraper son ombre. Une idée chez lui ne fait pas long feu. Ce chat est un caprice ambulant. Ainsi il nous divertit. Il se déplace sans bruit avant de bondir vers la nappe qu'il tire à lui de toutes ses forces. Il reste un moment suspendu, la tête vers le bas. Un silence. Il vous jette un regard implorant, mais refuse la main que vous lui tendez. Finalement il saute par terre en faisant, avec une grâce incroyable, ce numéro très compliqué que lui aurait envié un gymnaste olympique. Il sort de scène tranquillement, se retourne près de la porte pour vous jeter ce coup d'oeil méprisant. Il semble scandalisé par le fait que vous ne parlez pas chat. Il me fait penser à ce jeune Américain qui me disait son étonnement, durant ses voyages à l'étranger, de tomber sur des gens qui ne parlaient pas anglais. Ce n'était pas là un point de vue colonialiste. Il ne croyait pas que l'anglais lui appartenait en propre. Il pensait l'avoir appris comme tout le monde, car ce qui est bon est à tout le monde. Pour lui c'était la langue du genre humain - les autres langues étaient des langues maternelles. Vous ne parlez pas chat ? Vous avez tort car cela aurait fait de vous un meilleur écrivain.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fanfan50 2014-10-09T19:02:36+02:00

Cette lectrice (80 % du lectorat sont des femmes) raconte qu'elle est en train de dévorer le dernier roman d'un écrivain à la mode. Un bon livre ne se laisse pas dévorer, il s'infiltre à l'intérieur du lecteur pour le brûler à petit feu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fanfan50 2014-10-09T19:00:52+02:00

Les premiers essais étant souvent mielleux, faites-en une version fielleuse que vous publierez quand vous aurez l'âge de dire ce que vous pensez (à lire : Mes poisons de Sainte-Beuve).

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-02-01T23:19:34+01:00

Pour avoir tout son sens, le mot a besoin de trois qualités : le son, la couleur, la saveur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-02-01T23:19:15+01:00

Comment écrire le silence ? On doit travailler pour y arriver. Mais d'abord, prendre conscience que c'est un langage.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-02-01T23:18:41+01:00

Je changeais un mot dans une phrase terne qui se mettait immédiatement à lancer des confetti.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-07T12:15:21+01:00

"La mère d’un écrivain est si souvent mise à contribution qu’elle devrait exiger un contrat particulier avec l’éditeur, car c’est devenu un métier".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-07T12:15:05+01:00

"On lit en écrivain chaque fois qu'on sort de l'histoire pour se demander comment l'auteur fait pour que je m'essuie une telle tempête depuis trois heures. L'eau envahit la cale. Le capitaine avoir sur le pont. J'entends tout. Je vois tout. Je vis tout. Comment fait-il? Cette petite question a determiné ma vocation. Je suis devenu écrivain en lisant un livre".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-07T12:14:50+01:00

"L’ennui expose, de manière obscène, ce temps vide situé entre deux moments intenses. Cet ennui permet la contemplation. C’est un luxe que peut s’offrir la littérature, et pas le journalisme. C’est un temps aristocratique, un temps qu’on ne cherche pas à combler. C’est cela que je vois dans Tolstoï et qui n’existe pas dans la littérature d’aujourd’hui. De toute façon, le lecteur, pressé de vivre, n’en veut pas. C’est sa plus grande influence sur l’écriture".

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode