Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de judith_falguere : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Personal Demons, Tome 1 : Personal Demons Personal Demons, Tome 1 : Personal Demons
Lisa Desrochers   
Alors là, je suis vraiment déçue. Je m'attendais à une histoire beaucoup plus palpitante avec des personnages attachants, mais en fait pas du tout. Après, on ne peut pas tous avoir le même avis et je comprends parfaitement que l'histoire puisse plaire, mais ça n'a pas été le cas pour moi. Ce n’est pas le pire livre que j’ai pu lire dans vie, mais je pense que c’est un peu le livre qui m’a fait craquer. J’en ai marre de ces livres où les histoires d’amour sont complétement niaises, où les triangles amoureux n’ont aucune raison d’exister, si ce n’est pour introduire une tension romantique/sexuelle entre les personnages. J’en ai marre de ces personnages féminins qui ne semblent penser qu’à leur histoire d’amour et à qui il n’arrive que des catastrophes qui n’ont pour but que nous émouvoir. Et pour finir j’en ai marre que ces livres où seulement la fille principale est considérée comme « gentille ». Toutes les autres sont considérées comme des garces. Non mais c’est quoi cette haine irrationnelle entre filles ?
A part ça, j’ai trouvé l’histoire plate et inintéressante. Les dialogues sont très peu recherchés, l'écriture de l'auteure est simpliste, ce qui rend l'histoire d'autant plus ennuyeuse. Et même si je savais dès le début que l'intrigue n'allait pas être très originale, j'en espérais tout de même plus. En fait, elle est bourrée de clichés. Un démon nommé Lucifer et un ange Gabriel (seriously ??), ennemis jurés depuis des siècles, qui par hasard tombent amoureux de la même fille. Cliché. La meilleure amie, jalouse à mort qui se révèle être une vraie garce. Cliché. Frannie qui est une jeune fille discrète et qui ne fait rien pour plaire mais qui se retrouve avec une horde de prétendants. Cliché, cliché, cliché. Et encore j'en passe. Mais ce qui m'a fait détester le livre ce sont les personnages, j'en ai jamais vu d'aussi exaspérants. On pourrait croire qu'un démon vieux de millions d'années serais plutôt quelqu'un de sage ou au moins, avec une personnalité plus profonde, mais non Luc se comporte, parle et pense comme un gamin. Il ne s’exprime que par des phrases toutes faites et il a des expressions plutôt surprenantes pour quelqu’un qui est censé avoir vécu des millions d’années. Pareil pour Gabriel. Quant à Frannie, eh bien, elle est sans doute la plus exaspérante. Elle est irresponsable, et ses réactions ne sont vraiment pas cohérentes. Elle change constamment d'idée et pourtant, quand on lui annonce l'existence des anges et des démons et prends la nouvelle avec un clame déroutant. À bien y réfléchir, je pense que je n'ai jamais autant levé les yeux au ciel en lisant un livre. En fait, quasiment toute l'intrigue du livre est consacrée au triangle amoureux, ce que j'ai trouvé vraiment dommage. Le triangle amoureux... Si on peut appeler ça comme ça. J'avais juste l'impression que Frannie se contentait du garçon le plus proche. Sérieux, ce n’est pas normal.
C’est vraiment dommage, il y a quelques bonnes idées mais elles ont été gâchées par tout ce manque d’imagination. Je n'ai pas du tout aimé ce livre, et j'en suis la première déçue. Mais comme je disais plus haut, c'est mon avis personnel.
Je m'en vais Je m'en vais
Jean Echenoz   
On pourrait se méprendre à penser que Je m'en vais est une palpitante aventure exotique incroyablement intense et solitaire, comme si le héros du roman avait un jour décidé de s'enfuir de sa vie tout à fait monotone comme on peut l'imaginer d'un galeriste d'art qui vient de décider de divorcer ; mais non, hélas pour moi qui ai un p'tit faible pour les destins épiques de gens pas mal.. emmerdants - on peut le dire -, ou tout au plus insastisfaits de leur vie, et qui plongent dans le grand bain de l'inconnu, du risque, eh bien ici que nenni. On peut dire good bye très vite aux esquimaux par ce que, clairement, l'histoire ne se déroulera pas ici. Cet anti-héros, avec sa merveilleuse audace d'aller à la chasse aux trésors, vous promet du rêve qui, malheureusement ne durera pas longtemps : c'est un pauvre type. Type courageux et voleur il retournera quand même à Paris et là... Le roman se prolongera jusqu'à sa fin pour corriger la frustration, le désespoir et l'injustice que ressentira inévitablement le lecteur et puis, si le roman n'est pas moraliste pour autant, la boucle sera bouclée, pour faire plaisir !
Néanmoins de ce livre on retiendra des surprises et une pédagogie qui, ma foi, est plutôt très satisfaisante.
La Fausse Suivante La Fausse Suivante
Pierre De Marivaux   
Chez Marivaux, les personnages ne font rien mais, ils ont tout à perdre. A l'inverse, les valets n'ont rien à perdre.
On peut en effet remarquer que la Comtesse n'a pas de domestiques, elle n'a pas de suivante, elle n'a donc strictement personne à qui se confier.
Les valets de Lélio et du Chevalier ne sont eux pas du tout attachés à leurs maîtres. Au contraire, ils tentent même de leur extorquer de l'argent.

Le travestissement est une quête de vérité, pour soi et pour les autres.
Le Chevalier se découvre être une bonne actrice dans la mesure où elle ne se travestit pas pour le plaisir mais par nécessité.
Peu à peu, le personnage perd son innocence.
Elle découvre en elle une masculinité qui lui était inconnue mais elle reste tout de même une femme, ce qui n'est pas évident à jouer...

D'Alembert avait d'ailleurs dit dans un éloge à Marivaux "Il faut donc, comme le disait très bien Marivaux lui-même, que les acteurs ne paraissent jamais sentir la valeur de ce qu'ils disent et qu'en même temps les spectateurs la sentent et la démêlent à travers l'espèce de nuage dont l'auteur a dû envelopper leur discours"

Pour conclure, l'une de mes pièces de théâtre préférée !

par dadotiste
Le Parfum Le Parfum
Patrick Süskind   
Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

par vagabonde