Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de juliencqn : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Correspondance Correspondance
Guy De Maupassant    Émile Zola   
"Je n'ai pas de secrets, les clefs sont sur les armoires, on peut publier toutes mes lettres un jour : elles ne démentiront ni une de mes amitiés, ni une de mes idées", affirmait Zola. Cette anthologie inédite, qui rassemble une centaine de lettres, témoigne du parcours, des luttes, des rêves et des doutes d'un écrivain illustre. On y découvre un jeune provençal, arrivé à Paris en 1858, aspirant à se faire un nom, mais désespérant d'y parvenir ("Je n'ai pas achevé mes études, je ne sais même pas parler en bon français, j'ignore tout", écrit-il à son ami d'enfance Cézanne). On y suit, pas à pas, ses débuts dans le monde - l'auteur des Rougon-Macquart fut d'abord employé chez Hachette et journaliste -, ses premiers succès, ses combats littéraires, et, plus tard, son engagement dans l'affaire Dreyfus. Tour à tour poignantes, drôles et virulentes, ces missives s'adressent à sa famille et à ses confrères (Haubert, Edmond de Goncourt, Huysmans...), aux critiques qui l'accablent comme aux personnalités qu'il admire. Elles jettent un éclairage unique sur l'existence d'un homme qui fut un polygraphe acharné et un polémiste de talent, mais aussi un ami d'une fidélité sans faille. Et elles nous montrent que ce grand romancier aux convictions inébranlables ne cessa jamais d'être à la recherche de lui-même.

par x-Key
Maigret a peur Maigret a peur
Georges Simenon   
J'ai adoré ce livre, vraiment très bien, ce livre nous tiens en haleine jusqu'au bout.

par Cril87
Les Caves du Majestic Les Caves du Majestic
Georges Simenon   
Suite à la découverte d'un puis de deux morts au Majestic, Maigret va très vite comprendre que Prosper Donge n'est pas le meurtrier. Malheureusement, quelques indices l'accablent.
Calmement, le commissaire Maigret va faire toute la lumière sur cette affaire de chantage….
On retrouve les ingrédients habituels des "Maigret" : le calme, la pipe, les bières, les relations humaines.
Un bon Maigret.

Mickey Bolitar, tome 1 : À découvert Mickey Bolitar, tome 1 : À découvert
Harlan Coben   
Alors que sa mère se trouve en cure de désintoxication et que son père est tout récemment décédé, le jeune Mickey Bolitar se voit contraint de vivre chez son oncle Myron dans le New Jersey, dans la maison même où son père et son oncle ont grandi. Mickey passe en classe de Seconde et alors qu'il se rend au lycée, il fait en chemin une rencontre pour le moins déstabilisante : une femme qui "a l'air d'avoir plus de cent ans" et qu'on appelle "la femme chauve-souris" l'interpelle par son prénom et lui apprend que son père n'est en réalité pas mort... Cette annonce choque le jeune Mickey qui a été le propre témoin de la mort de son père.
Curieux et désireux de savoir s'il y avait un soupçon de vérité dans les paroles de cette "vieille folle", il se rend chez elle, un peu plus tard, dans une maison lugubre, mangée par la forêt... Et là, surprise : Ema une camarade de lycée, au look gothique et mystérieux, se trouve sur les lieux et devient sa complice dans cette visite particulièrement risquée...
Dans le même temps, Mickey s'interroge sur la mystérieuse absence au lycée, d'Ashley Kent, sa nouvelle petite amie disparue sans laisser de traces...

Vous apprécierez sans doute ce tout nouveau roman d'Harlan Coben. Il se lit d'une traite, l'écriture est fluide, agréable, l'intrigue intéressante. Les personnages sont très attachants, tous sont des ados à la forte personnalité. Chacun a son rôle à jouer...
Vous apprécierez tout particulièrement le duo "Mickey-Ema", deux ados littéralement opposés : vous serez les témoins d'une belle amitié et d'une belle complicité. Vous découvrirez un personnage qui apporte réellement quelque chose à l'histoire, celui de "Spoon", fils du concierge du lycée, et qui facilitera bien les choses dans certaines circonstances...
Beaucoup d'humour aussi dans les propos de ces jeunes...
C'est donc ce trio de choc qui devra réunir toutes les qualités requises pour mener à bien une enquête compliquée, mais aussi affronter tous les dangers...

Il fallait donc le culot, la fantaisie, la fougue, la jeunesse, mais aussi une belle part d'insouciance et de chance à tous ces énergumènes pour faire de ce livre... un bon moment de détente.

par SuperNova
Mickey Bolitar, tome 2 : À quelques secondes près Mickey Bolitar, tome 2 : À quelques secondes près
Harlan Coben   
La première chose que j'ai apprécié dans ce livre, c'est que, par des allusions ou au travers de dialogues, il retrace un peu les évènements du tome précédent. Je dois avouer que j'avais eu un peu peur, car je ne me rappelais pas vraiment de ce qu'il s'était passé. J'ai donc pu plonger dans le livre avec tous les éléments nécessaires en tête, et sans avoir l'impression, au cours de la lecture, de passer à côté de quelque chose.

Je vais commencer par les deux points principaux qui m'ont déçu : d'abord, l'écriture. Elle est assez légère, et c'est parfois facile. Je ne saurais vraiment comment l'expliquer, mais à certains moments j'ai grincé des dents. On sent bien que le scénario et les idées sont bien travaillés, pourtant j'ai parfois eu l'impression que l'écriture avait été bâclée... Néanmoins, là où l'écriture marque un point fort, c'est que au moins ça se lit vite, on garde donc plus l'impression de suspense, de récit haletant.

Le deuxième point faible, ce sont les incohérences. D'abord, ça s'enchaîne un peu trop vite. Il se passe énormément de choses dans le livre, mais sur une durée plutôt courte : une semaine grand maximum. Et du coup, ça donne une bizarre impression au lecteur. Un héros qui vient de se prendre une dérouillé, de passer une nuit au poste de police et d'apprendre un truc absolument fou serait-il prêt, dès le lendemain, à se lancer dans une nouvelle aventure ? Et ce, tous les jours ! Sacrément résistant, le Mickey. Et puis le point dérangeant, mais qui est toujours le même pour tous les policiers : la chance. A chaque fois, le héros tombe sur la bonne piste, sur la bonne personne à interroger, sur le bon lieu à visiter.

Le livre marque quand même un bon point par rapport au tome précédent. La remise en question de Mickey est assez intéressante. Il sera amené plusieurs fois à se demander si il doit vraiment embarquer ses amis dans son aventure, si les conséquences pour eux ne seront pas trop graves. Il se sent responsable, mais en même temps il ne peut pas y arriver sans eux. Et puis j'aime beaucoup le personnage. Son humour parfois provocant, en toutes circonstances (même face à des policiers) est très drôle et nous fait un peu nous détendre. Sa passion pour le basket, également. J'ai beaucoup aimé comment il décrit ses sentiments sur le terrain, comment il est absorbé par son match.

Les rebondissements qui jalonnent le récit marquent eux aussi un très bon point. Ils contribuent au suspense et donnent plus de densité ou de mystère à l'histoire. Il n'y a pas de temps morts, ce qui présente des mauvais comme des bons points. En tout cas, si vous cherchez un livre dans lequel vous voulez être plongés, absorbés, lisez A quelques secondes près.

Et la fin, qui laisse présager une suite, m'a faite plaisir ; j'aurais été déçu que les aventures de Mickey Bolitar s'arrêtent là. La prochaine fois, à coup sûr, je les suivrais encore avec plaisir.

par legolas
Mickey Bolitar, tome 3 : À toute épreuve Mickey Bolitar, tome 3 : À toute épreuve
Harlan Coben   
Prochaine fois, ça serait bien de noter sur la couverture que c'est un tome 3, pour dire de ne pas commencer un livre sans avoir lu les 2 autres tomes. En général Harlan Coben reprend ses personnages mais nous ne sommes pas obligé d'avoir lu les précédents pour comprendre les suivants... Ici il me manquait quand même pas mal d'élément de l'histoire... Mais bon j'ai compris l'intrigue qui se faisait dans ce tome, mais j'ai juste eu moins de suspense vu que je n'avais pas les tenants et aboutissants de l'histoire entière. Du coup, pour moi c'est juste un simple roman, je n'ai pas plus apprécier que ça. C'était distrayant.

par mimga
Si c'est un homme Si c'est un homme
Primo Levi   
Un livre bouleversant, qui montre la Shoah de l'intérieur.
Avant de le lire, je pensais que l'on m'avait déjà tout dit, ou presque sur la Shoah, mais j'ai découvert, en le lisant, que je ne savais presque rien, en fait.
Un témoignage à lire, pour ne pas répéter les erreurs du passé.

par Kato
Cesare, tome 2 Cesare, tome 2
Fuyumi Soryo   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/04/cesare-t-2-fuyumi-soryo/

Dans ce second tome de Cesare, on retrouve les personnages à l'endroit exact où on les avait laissés à la fin du premier. Cette fois, l'histoire se concentre moins sur le jeune Angelo, mais beaucoup plus sur les grandes figures de l'époque.

À Rome, on découvre les cardinaux, en particulier Rodrigo Borgia et son ennemi juré, Giuliano Della Rovere. Le ton est donné entre ces deux-là et leur haine, à l'approche de la mort du Saint-Père et du conclave qui s'ensuivra, est plus que palpable, tandis que des alliances s'organisent autour des deux camps.

À Florence, on fait la connaissance du charismatique et amateur d'art Lorenzo de Médicis, ainsi que de l'énigmatique Léonard de Vinci, dont l'intelligence et la finesse d'esprit ne manquent pas de désarçonner Cesare, qui le rencontre en même temps que le lecteur.

Si les personnages principaux du premier tome sont un peu moins présents, ils ne sont pas en reste pour autant. Angelo n'hésite pas à s'opposer à Cesare au cours d'un passionnant débat à la Sapienza, qui revisite L'Enfer de Dante et la sinistre histoire de la Tour de la faim.

La naïveté et la bienveillance du jeune homme sont toujours au rendez-vous, ce qui offre encore quelques situations cocasses, comme lorsqu'il présente ses excuses à un Cesare perplexe, tandis que celui-ci dévoile pour la première fois une certaine part d'ombre.

On en apprend davantage sur son passé, ainsi que sur celui de Miguel, grâce à l'intervention de leur ami Christophe Colomb. Cela met en lumière la relation à la fois fraternelle et complice qu'ils entretiennent tous deux, et lui donne tout son sens.

La culture occupe toujours une place prépondérante dans cette œuvre, avec les nombreuses références historiques et artistiques qu'elle contient. Beaucoup de thèmes d'époque, tels que la Reconquista, sont abordés, et enrichissent le manga autant que le savoir du lecteur.

Les dessins sont encore plus splendides que dans le premier tome et méritent sincèrement que l'on s'attarde sur eux, en particulier la représentation des lieux tels que la Chapelle Sixtine, que l'on n'aurait su imaginer sans la célèbre fresque de Michel-Ange.

On ne peut que ressortir conquis de ce manga. Il est dense, riche, amusant, esthétique... On passe vraiment un très agréable moment à la lecture et, une fois terminée, on n'aspire plus qu'à entamer la suite.

par Cyrlight
Cesare, tome 1 Cesare, tome 1
Fuyumi Soryo   
Un manga d'une rare qualité tant au niveau des graphismes très soignés qu'au niveau de la richesse de la trame narrative. On voit que l'auteur s'est très bien documentée sur la période pour la rendre aussi accessible que possible aux lecteurs. On suit avec passion les destinées des deux personnages antithétiques. Un manga qui mériterait vraiment d'être plus connu. Les Borgias n'ont pas fini de fasciner !

par Rika
Cesare, Tome 4 Cesare, Tome 4
Fuyumi Soryo   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/04/cesare-t-4-fuyumi-soryo/

L’Histoire poursuit sa progression dans ce quatrième tome de Cesare, où l’on fait la connaissance de la délicieuse Lucrezia Borgia. La réconciliation entre les Medicis et Raffaele Riario est en bonne voie et les travaux de la manufacture avancent bien, ce qui n’est pas au goût de tout le monde...

De nouveaux personnages font leur apparition dans ce tome. Lucrezia, bien sûr, mais aussi sa préceptrice Adriana, ainsi que la belle Giulia Farnese, amante de Rodrigo. À leur manière, les deux femmes préparent à son union prochaine la jeune enfant, qui n’a cependant d’yeux que pour son frère aîné.

Ce dernier continue à nous surprendre, mais pas forcément de la meilleure des façons. Les mises en garde de Miguel à propos de Cesare raisonnent tout au long de ce manga et, à l’instar d’Angelo, on en vient à douter, tout en étant incapable de lui résister.

Cesare est un personnage ambigu, l’eau et le vin, le feu et la glace... L’ange et le démon. Il y a des moments où il dévoile son véritable visage, celui d’un être manipulateur, prêt à tout pour parvenir à ses fins, mais qu’il s’agisse d’Angelo aussi bien que du lecteur, on ne peut s’empêcher de retomber sous son charme quelques pages plus loin. La mangaka a parfaitement réussi le pari de transposer à la fois les craintes mais aussi (et surtout) la fascination qu’inspire Cesare Borgia, quoi qu’il fasse.

Même s’il peut paraître condescendant et arrogant, c’est surtout quelqu’un qui accorde du crédit à l’intelligence et au savoir, peu importe d’où ils proviennent. Il est évident qu’il tire toutes les ficelles, en particulier celles de ce pauvre et naïf Angelo, mais il ne semble pas moins avoir une certaine considération pour ses connaissances du peuple et du milieu ouvrier, d’autant que cela sert ses desseins.

Il le prouve également avec Lucrezia. Alors qu’elle est éduquée pour suivre le précepte des femmes de l’époque « Sois belle et tais-toi », il insiste pour qu’elle se cultive, qu’elle apprenne le latin... En plus de ses atouts physiques, il tient aussi à ce qu’elle ait de l’esprit, bien que ce soit le cadet des soucis de son futur mari.

Giovanni est quant à lui davantage mis en avant dans ce tome. Même s’il manque toujours de charisme (ce qui est d’autant plus flagrant quand il se tient face à Cesare), il dévoile aussi un côté touchant et attachant. Son entrevue avec Raffaele est excellemment bien menée.

Pour ce qui est du scénario en lui-même, il est riche en rebondissements dans ce tome. Tantôt dramatiques, avec le complot contre la manufacture, tantôt burlesques, avec Cesare qui tente (plus mal que bien) de se mêler au peuple, on ne s’ennuie pas une seconde.

Le manga continue donc sur sa lancée, voire s’améliore, si tant est que cela soit possible, étant donné qu’il frôlait presque la perfection dès le début. Un chef-d’œuvre à lire absolument, ou à redécouvrir !

par Cyrlight