Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Juliette90 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La ferme La ferme
Tom Rob Smith   
J'ai apprécié ce livre où un fils, qui avait une image du couple formé par ses parents lisse et idéalisée, se trouve brutalement un jour à prendre parti pour l'un d'eux : soutenir son père qui pense que sa mère est folle, ou soutenir sa mère persuadée d'avoir découvert des crimes en Suède. C'est vrai que le roman peut paraître parfois un peu long car il est constitué pour sa grande part du discours de la mère qui souhaite que son fils écoute sa démonstration des preuves sans que celui ne l'interrompe. Mais c'est un livre émouvant face à ce fils qui essaye de découvrir la vérité sur ses proches. La fin m'a plu et surprise car l'histoire est plus complexe qu'elle n'y parait. Le personnage de la mère est vraiment intéressant de même que toujours le thème de la folie. Ne pas manquer de lire la note de l'auteur à la fin du livre.

par lin105
La Trilogie du mal, Tome 1 : L'Âme du mal La Trilogie du mal, Tome 1 : L'Âme du mal
Maxime Chattam   
C'est mon premier Chattam, et franchement pas déçu. Très bonne connaissance technique, suspense garantie Auteur francais mais les scènes se passent au USA
Je prevois de lire la suite In teneris et malefices car c'est une trilogie

par picpic
Pulsions Pulsions
Gilbert Schlogel   
mon avis sera mitigé sur ce livre, je suis rentrée tout de suite dans l'histoire et il y avait du rythme au début, mais ça s'est vite essouflé, il me paraît incohérent qu'un homme traqué par la police puisse tranquillement se préoccuper d'écrire un livre sur un sujet aussi pointu que la pédophilie pendant que les autres essaient de le disculper, les chapitres d'une trentaine de pages à chaque fois me paraisssent trop longs pour relancer le rythme, malgré les rebondissements dont l'auteur a émaillé son récit. Cette histoire n'est pas désagréable à lire, et plaira sûrement à beaucoup de monde, mais moi il m'a manqué du suspens...
Retour à Redemption Retour à Redemption
Patrick Graham   
Quand tu es à Rédemption (centre de redressement pour mineurs) c'est que tu l'as mérité , en revanche il faut se montrer fort car la moindre faiblesse tu es le bouc émissaire du groupe. Ils étaient quatre à se serrer les coudes et Peter et Wendy arrivent et la chimie fonctionne immédiatement entre les 4 et Peter et Wendy ils vont s'appeler Les Enfants perdus!"
Le roman est construit en alternance de chapitres entre le présent de Peter qui s'effondre, celui de Wendy qui s' enfonce dans la routine de son couple et ses 3 enfants, et le séjour des six à Rédemption vingt ans avant. Quand je dis séjour, il faut comprendre survie. C'est poignant, c'est dure et en même temps plein de tendresse,et de compensions. On s'attache à ces enfants que la vie n'a pas épargnés, et on finit par pardonner (presque) les horreurs qu'ils peuvent commettre aujourd'hui.
Graham est formidable car le récit qui démarre d'entrée de jeu de façon percutant, il démarre avec Peter à San Francisco qui s'inquiète du big one et s'accélère au fil des pages. Ensuite les chapitres qui alternent, sont des paragraphes, et plus on avance et plus ils sont courts! C'est percutent . Lecteurs du soir, (dont je suis) méfiez-vous, car une nuit blanche vous attend.
On sait par le résumé, de la couverture même qu'un des six n'a pas oublié...mais qui? Pourquoi dans le présent ne suit-on que Peter et Wendy, alors que les six ont chacun une sacrée présence dans le passé.
Ils ont oublié quoi les cinq autres? Le pacte, oui, mais quel est-il ce pacte? On attend la révélation d'une page à l'autre... Bravo Mr. Graham vous avez fait un chef d’œuvre.

par goretti
L'Archipel, Tome 1 : Latitude L'Archipel, Tome 1 : Latitude
Bertrand Puard   
https://revesurpapier.blog4ever.com/l-archipel-de-bertrand-puard-tome-1

Yann Rodin a été envoyé en prison à la place d'un autre et il n'en sortira probablement jamais. Arrêté par Interpol sous le nom de Sacha Pavlovitch, un nom qui n'est pas le sien, Yann découvre qu'il est le sosie d'un criminel, fils d'un trafiquant d'armes recherché. Yann est victime d'une terrible machination et il n'a rien vu venir. C'est sur l'Archipel qu'il est envoyé en prison, un lieu isolé et hautement sécurisé, qui renferme les plus dangereux criminels du monde. Pendant que Sacha prend sa place ...



Yann nous raconte son séjour en prison et comment tout est arrivé. Mais surtout, il nous aide à comprendre comment tout a bien pu arriver sans que la moindre manipulation soit soupçonnée. Visiblement, on peut faire bien des choses avec de l'argent. Cette machination tient la route et m'a rendu dingue. L'auteur présente une injustice qui obsède le lecteur tout au long de la lecture. Yann a beau clamer son innocence, son destin est déjà tout tracé. On tourne donc les pages avec avidité avec l'espoir que quelque chose dérape, que quelque chose vienne faire éclater la vérité.



Pendant que Yann tient une sorte de journal dans lequel il souhaite laisser une trace de ce qu'il vit sur l'Archipel, nous suivons dans un même temps la nouvelle vie de Sacha, le jeune criminel. Pendant que Yann vit l'enfer, lui prend goût à sa nouvelle vie. Il y prend goût à tel point qu'il devient Yann. Sacha s'est transformé. Pourtant, il n'est pas sans crainte et a parfois peur de se faire démasquer. Surtout lorsque son vrai visage refait surface, surtout lorsqu'il fait de terribles découvertes...



Si la première partie de ce roman était agréable à lire, je n'ai pas retrouvé le coté addictif que j'aime tant dans les thrillers. Mais tout s'arrange dans la deuxième partie, qui m'a beaucoup plus emballé. D'abord parce qu'il y a un élément qui concerne nos deux héros qui intrigue au plus haut point. Mais surtout parce qu'il y a nettement plus d'action, plus de tensions, plus de violence aussi. C'est beaucoup plus prenant et j'y ai finalement trouvé mon compte.



Nos deux protagonistes doivent faire face à des difficultés inattendues qui bouleversent totalement le rythme de lecture. Tous les deux se lancent dans une aventure périlleuse, dangereuse, et le plan de départ se révèle être bien plus complexe que je ne l'imaginais. Ce qui m'a fait engloutir les chapitres qu'il me restait. Le complot est bien monté et on s'attache inévitablement à nos deux héros qui sont tous les deux des pions. Et je suis ravi de voir que leur aventure n'est pas terminée. A suivre...
Dompteur d'anges Dompteur d'anges
Claire Favan   
J'ai lu ce livre en à peine deux jours, je l'ai dévoré et adoré ! J'ai tout aimé dans ce roman, du début à la fin.
J'ai aimé l'intrigue, prenante, passionnante, qui m'a happée dès les premières pages. Avec les différentes parties du livre, j'ai eu l'impression de lire plusieurs histoires. C'est noir, glauque, violent. On a parfois une petite lueur d'espoir mais on replonge vite dans le côté sombre.
J'ai aimé les personnages aux multiples facettes, tantôt victime, tantôt bourreau, tantôt ange, tantôt démon. On les aime et trois lignes plus bas on les déteste. Ils nous horrifient et malgré tout on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion pour eux.
J'ai aimé l'écriture, fluide et addictive. L'auteur nous accroche dès le départ, pas de longueurs ni de temps mort, impossible de lâcher le livre avant la fin.
J'ai aimé le suspens présent tout au long du roman. On est tenu en haleine et on lit presque en apnée. C'est un régal.
J'ai aimé la fin. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre et j'ai été finalement surprise. Rien de ce que j'avais imaginé. Top!
Vous l'aurez compris, ce livre est un gros coup de coeur pour moi

par Armony22
Buczko Buczko
Loana Hoarau   
Ce roman à l'environnement nihiliste, poisseux et glauque mais totalement fictionnel (et pourtant tellement hyperréaliste) m'a profondément perturbée, troublée et dérangée. Certes le livre m'a déstabilisée mais pas tant par l'histoire qu'il relate que les questions qu'il a soulevé en aval pour moi... Le voyeurisme des foules, le rôle de notre société et enfin ma propre responsabilité quant à la lecture de tels ouvrages... Je sais, "jeté" comme ça, sur le papier, ça peut faire peur... car ça n'est jamais qu'un "thriller"!!!...mais je ME suis fait peur! C'est peut-être un peu "excessif" mais c'est mon premier ressenti.

Alors, j'avais survolé quelques critiques auparavant et je savais donc plutôt à quoi m'attendre...on m'avait bien prévenue: c'était très dur à lire voire insupportable. Mais ça a été bien pire et au-delà de ça!...

En effet, cette plongée en apnée dans les méandres du cerveau déglingué d'un sociopathe aux pires penchants pervers (de deux même, en ajoutant Gabriel) ne se fait pas sans égratignures!!

L'histoire des enlèvements répétés de fillettes de quinze, douze puis huit ans se révèle sordide et macabre surtout à la lueur ce que leurs font subir les deux complices.

Buczko, qui trouve pourtant Gabriel ultra-violent et sans état d'âme ne fait en effet pas dans la dentelle. Au fil des fix et des shoots, des scarifications infligées à lui-même, comme autant de tentatives de purification, on plonge toujours plus profond sans avoir pu avoir pu reprendre sa respiration. [spoiler]La spirale infernale n'aura de cesse qu'à l'anéantissement total et définitif de tout[/spoiler].

Tout de suite, en terminant ma lecture, je suis d'abord restée sans voix, avec un malaise profond et persistant. J'ai refermé le livre sans vraiment savoir quoi en penser exactement sur le coup... j'étais "soufflée"...

A quoi venais-je d'adhérer? qu'est ce que je venais de lire exactement? Sinon, les pires justifications de l'innommable avec pour seule excuse l'envie de vouloir lire un thriller, toujours mieux, toujours plus "hard", toujours pire... et d'avoir été jusqu'au bout!

Car j'ai bel et bien l'impression d'avoir cautionné quelque chose en terminant ce livre! Un sentiment désagréable et étrange. Je n'ai pas réussi à me détacher du "je" employé dans le livre et le fait que le "je" soit coupable d'actes condamnables.

Presque choquée par mon propre comportement, l'identification au tueur étant facilitée et encouragée par l'emploi de la première personne du singulier, je m'interroge sur ma propre démarche éthique: Pourquoi avoir tourné ces pages sans (ou presque) remords jusqu'à la fin. Pourquoi n'ai-je pas stoppé, abandonné ma lecture? Ce côté voyeurisme" des foules m'habiterait-il donc aussi? quelle claque! Je n'ai pourtant ressentie aucune empathie pour cet homme aux fêlures psychologiques qui n'a d'égale que sa propre perversion.

Mais enfin, avouons le, ce thriller-là est terriblement efficace et brillant! il nous permet d'accéder en direct "live" au cerveau de ce détraqué, d'accéder à ses pires turpitudes, ses crimes, ses faits et gestes plus révoltants les uns que les autres mais aussi, ses douleurs, ses faiblesses et ses lacunes, sans l'ombre, cependant, d'une plume compatissante.

Envisageons trois secondes que ce soit un "vrai" tueur qui ait laissé de telles lettres derrière lui, en aurait-on osé la publication? NON, bien sur, non! On hésite déjà à republier le livre d'Hitler... alors pensez!! Y-a-t-il un réel intérêt à savoir ce qu'un psychopathe pédophile peut faire subir à un(e) enfant? Non plus car ce serait alors juste de la curiosité morbide.

Alors quoi?? pourquoi ai-je trouvé l'idée brillante? Car il a atteint à mon sens pleinement son objectif: Écœurer le lecteur jusqu'à la lie, l'emmener jusqu'au bout de l'horreur, jusqu'au bout du supportable (sans verser dans le "pathos" ni dans l'excès de détails non plus mais un juste peu trop quand même!....) et faire qu'on ne s'arrête qu'à la dernière page? qu'on tourne les pages jusqu'à la fin, toujours plus loin, pour savoir enfin comment l'auteure aura imaginé le dénouement.

Pourquoi ce désir malsain de se projeter plus avant dans un tel esprit fracassé? Que peut-il en ressortir de bon? de positif? Nous "aider" à comprendre la psychologie d'un tueur? Comme un jeune enfant démembre sa poupée pour savoir "comment ça marche"? Et pourquoi pas? Voir comment un esprit délirant en arrive là. Comment il succombe à ses propres démons et voulant tellement y échapper... Comment un manque d'amour à la base, peut être ressenti puis vécu et développé?

Mais surtout, il me pose une question existentielle: Quel serait le rôle de notre "Société" sur le développement de tels états d'esprit déviants? pourrait-elle en être la "complice" hypocrite, en partager la responsabilité partagée? Comment percevoir le blanc du noir, la normalité de l 'anormalité, la morale de l'amoral et de l'immoral?

Enfin, pour toucher un mot sur l'auteure, son style d'écriture courte, vive, violente, brute de décoffrage, percutante, sans détours et spontanée me fera sans doute quand même persévérer pour découvrir la suite de ce talent certain et voir sa façon de traiter d'autres sujets.

par Krysaline
Sans nouvelles de toi Sans nouvelles de toi
Joy Fielding   
Caroline et Hunter s'envolent vers le Mexique avec leurs deux enfants (Michelle 5 ans et Samantha 2 ans) afin de fêter dignement leurs dix années de mariage. Une semaine de vacances en famille, le rêve ! Enfin, c'est ce que pensait Caroline, car une surprise de taille l'attend à l'entrée de l'hôtel. Les jours se passent tranquillement entre soirées au restaurant et après-midis au bord de la piscine, quand arrive enfin le dernier jour avant le grand départ. Une soirée dans le restaurant de l’hôtel est organisée afin de marquer l'anniversaire de mariage, mais voilà, à 20 heures, la nounou ne s'est toujours pas présentée, le couple se retrouve pris au dépourvu, sans trop savoir si la meilleure solution est d'annuler leur propre soirée, de la faire dans la chambre ou, comme le soumet Hunter, de laisser les filles seules en mettant en place une surveillance à tour de rôle. Après un long débat, le couple finit par prendre la décision de laisser Michelle et Samantha seules dans la chambre d’hôtel. Une erreur que Caroline va payer très cher !
Quinze ans plus tard, le combat de Caroline est toujours le même : retrouver Samantha, sa fille enlevée 15 ans plus tôt au Mexique.

Le résumé m'a conquise, je savais par avance que cette histoire d'enlèvement ne me laisserait pas indifférente. Je suis tout de suite rentrée dans le récit et j'ai très vite ressenti de la compassion pour Caroline, cette femme et mère de famille complètement perdue, fatiguée, épuisée par les journalistes, par la vie, par les rejets, les efforts et surtout par la perte de sa petite fille Samantha. Elle en a assez des coups de téléphone qui lui redonnent de l'espoir et qui au final lui font plus de mal que de bien. C'est pourquoi lorsqu'elle reçoit l'appel d'une certaine Lili qui lui dit être Samantha, Caroline n'y croit pas une seconde et sa fille Michelle n'est pas plus enthousiasme. Mais comment rester insensible ? Comment peut-elle être sûre de rejeter une inconnue et non pas Samantha ? Le doute s'installe...
Tout ce côté psychologique m'a beaucoup plu, j'ai adoré la façon dont Joy Fielding propose son histoire, j'ai aimé les personnages même si je vous avoue avoir longtemps détesté Michelle, mais j'ai fini par comprendre son amertume et son mal-être. Ce qui m'a en revanche beaucoup gênée, c'est l'acharnement de la presse contre cette mère de famille. La suite de mon avis : http://www.leslecturesdelily.com/2017/04/sans-nouvelles-de-toi-ecrit-par-joy.html#more
Maintenant qu'il est trop tard Maintenant qu'il est trop tard
Jessica Warman   
Bon thriller dans l'ensemble mais pas de coup de cœur car une fin que j'aurais aimée plus approfondi à mon gout car tout le livre tient en haleine donc juste ce petit bémol mais livre très agréable.
Mascarade Mascarade
Ray Celestin   
Un très bon thriller mêlant à merveille l’ambiance des années 20, entre la mafia, le jazz et les différences culturelles.
Les différentes histoires se mêlent et s’entremêlent, nous ferons ainsi la connaissance de Louis Amstrong, nos deux enquêteurs, Ida, jeune femme métisse « entre deux mondes » et de son coéquipier Michael, marié à une femme noire, nous suivrons leurs difficultés pour travailler et assoire leur légitimité de policier à cette époque. Nous croiserons la route d’Al Capone, en récit historique et fiction.
L’écriture est dense et peut être est-ce parce que je n’ai pas lu le premier tome « Carnaval » mais les différentes histoires m’ont souvent égarées dans ma lecture. Le récit est certes très bien documenté et l’histoire prend, à mon gout, parfois un peu trop le pas sur l’histoire.
Pour ma part, le livre à manqué de magie et l’histoire n’a pas prise sur moi.