Livres
478 191
Membres
459 667

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires

K-Love



Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Hisoka94 2019-09-30T15:08:42+02:00
Pas apprécié

Enorme déception. J'attendais beaucoup de ce livre. Le style est ultra brouillon (RIP la concordance des temps). L'alternance des points de vue est pénible, d'autant plus que l'un d'eux est à la première personne, et les autres à la troisième. C'est pas fromage et dessert !

Deuxième point: Je comprends qu'il s'agisse d'une sorte d'hommage à un style de manga, mais je m'attendais à un peu moins de clichés. Je me suis dit "Cool, enfin un roman qui ne se passe pas à New York", mais en fin de compte, l'environnement est très peu décrit. Avec le résumé (qui est bien écrit à part le "Han ressurgit"), je m'attendais à des personnages mieux travaillés.

Bref, une fanfiction sur le yaoi, mais qui n'abuse pas sur le sexe

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marionvln 2019-07-14T10:27:16+02:00
Or

Une histoire intéressante qui traite de la drogue,des amours destructeurs, de maltraitance. J'ai trouvé tokki touchant dans sa manière d'appréhender le monde, tout est triste et terne pour lui et pourtant il trouve des personnes lumineuses que le surprennent, et lui font voir le monde différemment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kymmy38 2018-07-30T09:33:14+02:00
Lu aussi

Ce livre m'a laissé indifférente. Le style est un peu fouillis. L'histoire de Tokki qui d'un coté se drogue, bois et se prostitue et de l'autre ou c'est tout rose, me parait un peu tiré par les cheveux. Je ne crois pas que lorsque l'on est accro, on puisse passer d'un état à l'autre sans conséquences du manque. Bref pour moi c'est un peut tiré par les cheveux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Odlag 2018-03-10T17:14:37+01:00
Pas apprécié

Je n'irai pas par quatre chemins : j'ai été vraiment déçue par ce roman.

L'histoire me semblait pourtant intéressante : Tokki, lycéen battu par son père, ignoré par son frère et déçu par sa mère, finit par fuir sa famille. Il atterrit alors dans les quartiers mal famés de la ville, où il rencontre Kat, une prostituée qui loge dans le même hôtel que lui, et Min, un dealer avec lequel il va nouer une relation ambiguë. Tokki, perdu dans cet univers et influencé par Min, se met à se droguer et à dealer. Un jour, une vente se déroule mal, et Tokki est aidé par Han, un homme respectable qui deviendra son meilleur ami et n'aura de cesse d'essayer de l'aider.

C'est mon résumé personnel, car je trouve que celui de la 4e de couverture contient quelques erreurs : l'amitié qui tourne à la passion... je reviendrai là-dessus plus tard, mais pour moi la passion est au niveau zéro dans ce roman ; et ce n'est pas Han qui resurgit, mais plutôt Tokki qui retourne dans les jupons de Min après s'être disputé avec Han.

Bref, passons à la critique...

Cette histoire est censée se dérouler à Séoul, en Corée du Sud, et faire hommage au yaoi (pour ceux qui ne savent pas ce dont il s'agit, voici la définition wikipedia : "désigne dans la culture populaire japonaise un genre d'œuvres de fiction centré sur les relations sentimentales et/ou sexuelles entre personnages de sexe masculin"), l'auteur étant apparemment fan de mangas. Je me suis dit que ça allait être sympa et changer un peu des romances américaines et françaises si nombreuses. Alors premièrement, l'histoire pourrait se dérouler en France ou aux Etats-Unis, cela ne changerait rien. Nous ne trouvons aucune information qui nous situe vraiment (à part le nom de la ville et les prénoms des personnages) : pas de références aux coutumes du pays (alors oui la famille de Tokki est très à cheval sur les apparences, mais cela ne s'attache pas uniquement à la société coréenne) ; pas de descriptions des lieux, qui auraient pourtant pu nous faire un minimum voyager... Rien. Donc quand la couverture vous présente le livre comme une "chronique sociale", vous avez le droit de rire.

Deuxièmement, l'hommage au yaoi, la romance, la passion, etc. : belle déception. Le yaoi n'est pas mon genre de manga préféré, mais j'ai bien aimé certaines histoires. Dans ce roman, nous retrouvons quelques codes du genre, notamment dans la relation Tokki/Min (le jeune soumis qui suit son aîné comme un toutou / l'homme ténébreux qui passe son temps à le rejeter ou à le considérer de haut, etc.). Et cette relation-là m'a plutôt intéressée, bien qu'elle ait été un peu survolée à mon goût (comme beaucoup de choses dans ce roman, d'ailleurs). Et c'est là où je veux en venir... J'aime les romances, qu'elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles, ce qui m'importe étant qu'elles me fassent m'attacher aux personnages et ressentir ce qu'ils ressentent.

[Deux auteurs qui y parviennent très bien : Colleen Hoover et Lily Haime, qui créent en général des personnages attachants, touchants, dont on partage les émotions, que l'on aime suivre à chaque page et que l'on déteste devoir quitter. Toutes deux ont réussi à me faire pleurer au moins une fois, pourtant ce n'est pas évident.]

Donc les personnages sont très importants pour moi, mais là j'ai vraiment eu du mal à m'y attacher, surtout en ce qui concerne Tokki. D'une part, parce que l'auteur les décrit très peu (je sais bien que dans les mangas on n'a pas besoin de décrire les personnages parce qu'ils sont dessinés, mais justement, lorsque l'on passe au roman, la description est l'une des étapes les plus importantes). J'ai eu beaucoup de mal à les visualiser, et ai donc dû inventer moi-même la majorité de leurs caractéristiques physiques. D'autre part, nous passons au final très peu de temps avec eux : Min et Han (surtout lui, en fait) sont survolés ; nous voyons surtout Tokki (heureusement étant donné qu'il est le personnage principal), et pourtant j'ai l'impression de ne pas avoir appris à le connaître. Il est sans arrêt dans la contradiction, sauf qu'il ne s'agit pas de contradictions intéressantes (par exemple : je pense que se suicider c'est lâche et je blâme les gens qui le font, mais je me sens perdu tout seul et Min ne veut pas me chouchouter alors tient je vais faire une tentative de suicide), ce qui est assez perturbant (mais peut-être est-ce là l'intérêt du personnage, même si pour ma part il ne m'a guère intéressée). La relation entre Han et Tokki est racontée en express : ils se rencontrent, quelques lignes sur le début de leur amitié, puis ils sont amis, et là d'un coup, sorti de nulle part : Han propose une nuit intime ensemble. On ne voit rien venir, tout simplement parce qu'il n'y a pas eu assez d'éléments concernant leur relation, ou tout simplement concernant les pensées des deux personnages.

Ainsi j'arrive à mon troisième point : l'alternance des points de vue. C'était une bonne idée d'alterner entre le point de vue interne de Tokki (on a ainsi accès à ses pensées) et le point de vue externe (on peut ainsi voir ce que les autres personnages ont fait quand Tokki n'est pas là, ou bien savoir ce qu'ils pensent). Pour ne pas s'embrouiller, le point de vue externe est écrit en gras, et les pensées de Tokki non. Malheureusement, même cette si bonne idée est mal exploitée. D'une, parce que parfois quand elle passe du point de vue externe à celui de Tokki, l'auteur raconte exactement la même chose, mais à la première personne et avec une ou deux lignes qui décrivent les sentiments du personnages. Donc ça devient vite redondant, pour au final avoir très peu d'informations sur les sentiments de Tokki. Ensuite parce qu'il y a des erreurs dans la mise en page, où parfois le point de vue de Tokki est en gras, et inversement (bravo à l'éditeur qui ne sait pas relire et corriger ses auteurs). Du coup cela n'aide pas pour la compréhension de l'histoire.

J'embraye sur le dernier point négatif, qui est celui qui m'a le plus attristée et le plus dérangée : le temps. Je n'ai jamais vu un roman utiliser tous les temps de la conjugaison française en si peu de lignes : présent, passé composé, passé simple, imparfait, plus-que-parfait, passé antérieur, futur... La majorité de l'histoire est racontée au plus-que-parfait, ce qui rend déjà la lecture assez lourde. Mais à cela viennent s'ajouter les autres temps cités précédemment, sans aucune logique. J'ai retrouvé dans une même phrase du passé antérieur avec du passé composé ("quand il eut fini son petit manège, je l'ai vu descendre sa main") : est-ce que ça a l'air français ? Tout ce mélange des temps (si au moins ils avaient été utilisés correctement, ça aurait été) a rendu ma lecture particulièrement laborieuse et désagréable.

[Encore bravo au merveilleux travail de relecture et de correction de l'éditeur, car oui, un auteur peut très bien avoir du mal avec les conjugaisons, et l'éditeur est justement censé être là pour l'aider à créer un travail au minimum correct, du moins sans fautes énormes de ce genre.]

Je crois que c'est ce point-là qui m'a décidée à placer ce roman dans la catégorie "Je n'ai pas apprécié" plutôt que de simplement le classer dans "J'ai lu aussi".

Comme j'ai horreur d'écrire des critiques négatives (désolée pour l'auteur, Sky Muglach), je note quelques petites choses positives, même si j'en ai cité au moins une ou deux (si si, j'en suis sûre) quelque part au-dessus. [Petit rappel pour les sceptiques, j'ai expliqué que les idées étaient bonnes : l'inspiration du yaoi, la base de l'histoire, l'alternance des points de vue, etc.]

J'ai tenu à aller au bout de l'histoire plutôt que de jouer ma lâche et d'abandonner au milieu de ma lecture. Et j'ai bien fait, car j'ai bien aimé la fin. Ce n'est pas la fin que j'espérais, mais c'est justement cela qui m'a plu : ça change de certaines romances où les bad boys, une fois tombés amoureux, deviennent guimauves et changent pour leur copine ; et des copines qui, elles, restent collées à leur mec et font tout pour qu'il devienne quelqu'un de bien. [Petit clin d’œil d'ailleurs à la série "Bad", de Jay Crownover, où les bad boys restent de vrais bad boys, et ça c'est bon.] Dans K-Love, les personnages sont plus réalistes quant à leur situation et les relations qu'ils peuvent avoir les uns avec les autres, selon la vie qu'ils veulent ou peuvent mener, etc. (certains le sont dès le début, d'autres ne le deviennent qu'à la toute fin).

Pour moi, K-Love n'est pas une romance (les relations entre les personnages étant beaucoup trop survolées pour le considérer comme tel), mais plutôt un roman réaliste et initiatique, même s'il manque cruellement de consistance. L'auteur a eu de bonnes idées, hélas j'ai l'impression que son éditeur ne l'a pas du tout aidée à améliorer son roman. Ou alors si, et du coup ça fait peur rien que d'essayer d'imaginer ce que devait être la première version... Dans tout les cas le travail de correction a été bâclé, ce qui est malheureusement de plus en plus le cas (et cela se voit davantage dans certains romans que dans d'autres).

Détestant finir sur une pointe négative, j'ajoute ceci : K-Love étant son premier roman, j'espère que les critiques (positives et négatives) reçues motiveront l'auteur à s'améliorer et écrire encore et encore pour nous offrir des histoires qui, cette fois-ci, parviendront à toucher ceux que ne l'ont pas été par celui-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kyleblue 2017-12-19T23:29:37+01:00
Or

Livre reçu par booknode pour le tester. Et malgré une petite réticence au début je suis devenu addictif en m'intéressant au déroulement de l'histoire et ce qui arrivera au personnage.

Le style d'écriture m'a un peu perturbé du fait des dialogues qui sont écris d'une façon que je n'était pas habitué. Ou les personnages qui ont tendance à bégayer souvent ou s'appeler par leur prénom a chaque phrase.

Le personnage n'est pas trais mature et ce laisse vite entrainer dans la drogue. Il ce laisse un peu trop influencer par Min.

Le livre parle de l'addictivité à la drogue et de la vie de ses gens là avec symptômes et comportements qui va avec.

En lisant ce livre en tout cas cela ne donne pas envie d'être à la place du héros.

Très bonne lecture sinon pour un premier roman.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par brokebackjoker 2017-12-16T15:06:09+01:00
Or

Ici, nous rencontrons Tokki, un jeune adolescent d'une quinzaine d'années, qui se prends souvent, tous les jours des coups, son père étant un homme violent (qu'avec lui). Son frère est le préféré de la famille, celui qui a de bonnes notes, des coupes, qui fait différents sports, qui est vu comme le fils parfait. Et sa mère... Elle ne réagit pas vraiment face à la violence de son mari, il y a peut-être une raison, qu'on apprends au fil du récit, mais quand même. Tokki se retrouve donc seul contre tous, et décide de fuir, de fuguer, mais en les prévenant. Ils n'ont pas leur mot à dire, puisqu'un médecin ne voudrait pas que la ville soit au courant qu'il frappe son enfant, n'est-ce pas ? On suit ensuite Tokki dans ses péripéties, ce dernier tombant dans le cercle vicieux de la drogue, grâce à sa voisine de pallier. On le voit devenir accro, à la drogue, à son dealer. On le voit tomber de plus en plus bas, se relever, retomber encore plus bas. C'est un personnage très fort, qui a un certain caractère, enfin, il se le forge au fur et à mesure des années, de sa vie en tant qu'oiseau libre. Ses rencontres l'aident aussi à avancer, ou plutôt à tomber, mais on le voit grandir. Je l'ai trouvé assez égoïste parfois, à la limite du supportable, mais il reste malgré tout un personnage coup de coeur, grâce à sa force.

Il y a aussi Min, le dealer. C'est un jeune homme à peine plus âgé que Tokki, qui fait le gros dur mais qui prends malgré tout Tokki sous son aile, à sa façon. Au tout début, j'ai détesté ce personnage, puisque je l'ai vu comme un gros cliché sur pattes et que je déteste cela. Mais nous apprenons à le connaître au fil de l'histoire, et j'ai l'impression que plus je tournais les pages et plus je l'appréciais. Il a une histoire compliquée, un passé dur, et on comprends pourquoi il est assez froid et distant avec tout le monde. Il a frôlé lui aussi le coup de coeur, mais Tokki reste le premier dans mon coeur. C'est un personnage loin des clichés, je trouve, même si, bon, le caractère... C'est un peu le caractère de tous les dealers dans les films. Il peut être très mignon aussi, et il a tout mon respect pour... quelque chose dont je ne peux pas parler. Il est incroyable et même s'il ne le montre pas, il est attaché à Tokki, et pas comme un frère.

Et puis, il y a Han. Il est décrit comme l'ange gardien sur la quatrième de couverture, mais je n'ai pas accroché à ce personnage. C'est une bonne personne, qui aide Tokki, qui le sort des embrouilles, de ses pensées malsaines aussi, qui l'aide à avancer, mais j'ai eu l'impression qu'il profitait de lui. Enfin, Tokki est du genre profiteur aussi, et puis, c'est un métier (haha il faut lire le livre pour comprendre) mais... quand on est décrit comme un ange, on se doit d'être irréprochable. Il méritait parfois quelques claques aussi, parce qu'il ne voit pas le mal qui peut faire à Tokki, en se faisant passer pour une victime. Tokki étant déjà bien assez mal dans sa peau, dans sa tête. Il reste quand même un personnage bien travaillé, qui peut être attachant, je suppose.

Il y a bien évidemment d'autres personnages, par exemple les parents de Tokki, son frère, sa voisine de pallier, Lydo, mais je vous laisse les découvrir en lisant ce livre.

C'est une histoire très particulière, à ne pas mettre entre toutes les mains. Il y a de la violence, des pensées suicidaires, de la prostitution aussi, du sang... Mais ça reste très beau, je trouve. Ce n'est clairement pas un livre doudou, c'est plutôt un livre dur, mais il y a quand même un certain sentiment d'espoir qui se dégage lorsqu'on referme ce livre. C'est un hommage au Yaoi, mais... Je n'ai jamais lu de Yaoi aussi intense et je me suis vite éloigné de cette idée du Yaoi du coup. Je suis d'accord pour dire qu'il y a tous les codes, mais c'est tellement bien écrit que je me suis détachée de cette idée. Je ne dis pas que les Yaoi sont mal écrit, loin de là, mais je n'en ai jamais lu d'aussi dur, beau, poétique, intense.

La plume de l'auteure est incroyable. J'en suis tombée amoureuse pour être honnête. C'est très poétique, les émotions sont tellement bien décrites que je les ai ressenti, le triangle amoureux, ce que je déteste le plus dans la littérature habituellement, ne m'a pas insupporté puisque je n'ai même pas compris que c'était un triangle amoureux, les relations sont très ambiguës, grâce à son écriture. J'ai tout simplement adoré et je veux lire d'autres ouvrages de l'auteure !

En bref, c'est un livre incroyable, une histoire très originale, qui fait vivre un tas d'émotions, on s'attache rapidement au personnage principal, on aime le détester parfois, j'ai adoré l'engueuler mentalement. La plume de l'auteure est un plus pour le livre, c'est agréable, addictif, je n'avais pas envie de poser ce bouquin, et en même temps, je souhaitais le savourer. Comme je l'ai dis plus haut, ce n'est pas un livre à mettre dans les mains de jeunes adolescents (12-14 ans) mais je le recommande aux autres. Préparez vous à plonger dans quelque chose d'addictif et qu'on ne voit pas souvent, et préparez vous à tomber en amour pour la plume de l'auteure !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par virgo76 2017-12-03T09:01:30+01:00
Argent

Merci booknode pour m'avoir fait découvrir ce livre mais je ressors de cette lecture avec un avis assez mitigé. Je ne connais pas le yaoi donc aucun comparaison à faire ou de point de repères. Mais je n'ai pas pas réussi à être embarquée dans l'histoire ni a m'attaché aux personnages. Ue plume fluide mais gâché par cette mise en page.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maelis31 2017-11-27T01:02:40+01:00
Lu aussi

Malgré une écriture plaisante, j'ai trouvé que K-love manquait de romance et était plus axé sur les difficultés dans la vie de Tokki. Je ne me suis justement pas attachée à ce dernier, ni trop aux autres personnages même si j'ai trouvé que Min était un personnage profond (jaurais aimé en apprendre plus sur lui)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Midine 2017-11-25T01:49:12+01:00
Argent

Cette lecture fut ma première expérience de roman s'inspirant des codes des mangas yaoi, format que j'apprécie plus ou moins selon les titres à la qualité très variable, et ce fut une lecture plutôt satisfaisante sans être néanmoins dépourvu de faiblesses.

J'ai globalement apprécié l'histoire où les personnages évoluent peu à peu, notamment le héros de notre histoire Tokki, ainsi que les relations qu'il va avoir au cours de son existence. Le contexte de drogue, de rejet familial... m'a fait apprécier la romance même s'il manquait peut-être un peu plus de mise en avant des moments complices qui nous laisse un peu sur notre faim. La fin est un peu trop précipitée à mon goût, c'est dommage, quelques pages de plus n'auraient pas été de refus.

Pour la forme, le changement de typographie ne m'a pas plus dérangé que cela même si au début cela surprend, néanmoins l'alternance entre point de vue interne et externe est parfois maladroite et j'étais obligé de relire pour m'y retrouver. J'ai aussi été un peu surpris de parfois voir le nom de l'interlocuteur entre parenthèse à la fin des phrases de certains dialogues.

Malgré tout, la plume de l'auteur reste agréable à lire et j'ai passé un bon moment pendant ma lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bazinga 2017-11-17T15:38:15+01:00
Lu aussi

Avant toute chose, ne vous fiez pas au résumé (en plus, je crois qu'il contient une erreur de nom, ou alors la phrase est mal tournée... Il n'y a aucune relation passionnelle de tout le roman).

J'attendais cette lecture avec impatience et j'en ressors mitigée. Déjà, je trouve qu'il y a un problème de forme. Pourquoi alterner les points de vue interne et externe ? on s'y perd (surtout que parfois il y a des erreurs au niveau de la mise en page, en plus de problèmes de temps) et ça n'apporte rien au récit, surtout quand on reste du point de vue de Tokki. Pareil pour les dialogues, et le fait de mettre les noms des personnages entre parenthèses.

Ensuite, la Corée. Honnêtement, je ne comprends pas ce choix. Au départ, je m"étais attendue à en apprendre plus sur le pays, la culture etc, mais au final, cette histoire aurait pu se dérouler absolument n'importe où (pour moi, la critique de fond sur la société est applicable à un bon nombre de pays).

Après, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages, j'ai bien aimé Han, et Min mais je n'ai ressenti aucune empathie pour Tokki.

Franchement, pour moi, il n'y a rien de révolutionnaire, il y a des romans LGBT qui méritent bien plus d'être découverts.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode