Livres
475 984
Membres
454 625

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par autodidacte 2019-11-17T16:44:04+01:00
Diamant

Qui n'envisage pas de voir pleuvoir des sardines et des maquereaux, de tenir une conversation avec des chats, manquera de prédispositions pour progresser sur le filin tendu au dessus du gouffre de l'irrationnel par Haruki Murakami. Avec la lecture de Kafka sur le rivage, je me suis livré à cet exercice périlleux. Je dois maintenant recouvrer mes esprits.

J'en sors comme on émerge d'une apnée, avec la soudaine avidité du monde extérieur tant cette lecture s'est accaparé de mon libre arbitre. Cet ouvrage est un imaginaire enfermé entre son titre et son point final. Mes yeux lui ont rendu la liberté. Il s'est alors emparé de mon esprit, l'a assujetti, tyrannisé, pour le conduire vers le dénouement dont je me prenais à rêver qu'il me soulagerait de la dépendance dans laquelle il m'entretenait. Peine perdue, aussitôt refermé, j'envisage déjà de le relire.

Du temps qu'il me vole, il se moque. Son temps à lui est une valeur aléatoire. Dans ses battements désordonnés il me dit la vanité des choses. Comme celle des mots d'ailleurs. Avec Haruki Murakami l'important n'est pas dans les mots. Les siens sont simples, son vocabulaire presque rudimentaire. Ses mots n'ont de pouvoir que dans ce qu'ils taisent et vous laisse imaginer. "Le monde est une métaphore."

Chaque être n'est plein que de ce qui gravite autour de lui, le contraint, l'oppresse et nourrit ses fantasmes. La force de cet ouvrage est de s'affranchir du vraisemblable, au point de tutoyer l'absurde. Cette liberté ainsi acquise donne des ailes à son auteur pour l'essentiel : traduire les sentiments avec une force prodigieuse sans jamais les évoquer. Dans cet univers introverti ainsi affranchi de toute règle, les personnages sont mus par des forces extérieures qui guident leurs pas, commandent leurs gestes, et auxquelles ils ne résistent pas. Chaque être est un concept, en quête de sa moitié perdue.

Tel Kafka Tamura, l'adolescent de quinze ans qui se fait ainsi nommer et décide de fuir un père qu'il abhorre, un père qui lui a infligé une prédiction nocive, "telle une étendue d'eau noire". Le jeune homme nommé corbeau, son mentor intérieur, lui commande d'aller puiser sa force ailleurs. Où ? Il ne sait pas encore. Il part en quête de l'apaisement de la tempête intérieure qui le tourmente. Peut-être en quête de celle qui l'a abandonné dans ses premières années. Le manque le ronge. Le pourquoi surtout. C'est intime, c'est incrusté dans ses gènes.

Mademoiselle Saeki quant à elle a vécu un amour démesuré. Un amour qui a dépassé ce que chacun peut imaginer dans ses rêves les plus fous. Mais, transportée par cette prospérité, mademoiselle Saeki n'a pas pris garde à la cruauté de la vie. A tel point qu'à vingt ans elle avait déjà consommé son capital bonheur. Son amour lui a été arraché. Trente ans plus tard, lasse d'une errance sans but, elle est revenue devant ce tableau qui contient toute sa vie. Dans l'attente de celui à qui le transmettre.

Nakata est un vieil homme solitaire dont l'esprit a été vidé de la méchanceté du monde. Nakata a le pouvoir de dialoguer avec les chats. Nakata, qui parle de lui à la troisième personne, sait les ramener, non pas à leur maître, ils n'en ont pas, mais en leur foyer quand leur instinct les en a écartés. Aussi lorsqu'il rencontre celui qui les dépèce vivant, Nakata commet l'irréparable. Il comprendra plus tard que son geste, et la fuite qu'il lui a imposée, auront un sens.

Chacun puise sa force dans l'amour de l'autre. C'est pour cela que les êtres jetés en pâture à la solitude ne pourront quitter ce rivage sans le soulagement de savoir un tendre regard se poser sur leurs pas dans le sable. Avant qu'ils ne s'effacent. Plus que l'amour, c'est son souvenir qu'il faut entretenir. L'union des corps n'est qu'un leurre. Fût-elle la conclusion d'une sensualité exacerbée portée au bord de l'effusion. Fût-elle incestueuse. Celle des esprits est la seule perspective qui prépare à basculer dans le monde intermédiaire, l'âme en paix. C'est pour cela que les chemins de ces trois-là se croiseront. À leur corps défendant.

Cet ouvrage est absolument somptueux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par T'ek 2019-10-12T11:35:22+02:00
Or

Difficile de commenter un livre aussi étonnant. D'une poésie étrange et onirique, Kafka sur le rivage nous emmène dans un voyage en plusieurs dimensions. J'irai volontiers ouvrir d'autres livres de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mirajp 2019-09-15T18:20:32+02:00
Argent

Un magnifique roman que j'ai dévoré du début à la fin. En somme, un roman qui a su combler mes attentes !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Charcastique 2019-08-27T12:50:45+02:00
Lu aussi

L’écriture est fluide, facile d’accès, et l’on rentre facilement dans cette histoire onirique notamment grâce à la simplicité et à la gentillesse des personnages.

C’est d’abord ce que j’ai pensé de Kafka sur le rivage, et j’avais toujours plaisir à le reprendre pour lire quelques chapitres. Seulement, au fur et à mesure, lorsque j’ai dépassé le style agréable et l’histoire assez légère, certains éléments m’ont dérangés.

D’abord, les longueurs. Le livre pourrait être raccourci d’une bonne centaine de pages s’il l’on faisait fi des errances parfois répétitives des personnages et de leurs débordements intellectuels dont ils (ainsi que l’auteur?) aiment s’enorgueillir.

Mais plus important, ce livre m’a posé un problème d’ordre éthique. Peut être que je me trompe complètement et que j’interprète mal l’œuvre, ce qui ne me surprendrait pas car je n’ai pas retrouvé cette critique dans d’autres avis de lecteurs. Il s’agit du rôle, et donc de la vision, des femmes dans le livre. Mon impression est biaisée par la culture et l’époque dans lesquelles j’ai grandi, mais tout de même, les seules femmes présentes (aucune n’a un rôle aussi important que les protagonistes masculins) ne prennent leur importance que via une sexualité très virile qui tourne autour du désir masculin. Certes, l’auteur a essayé de leur donner parfois un peu de profondeur, mais leurs passages dans le livre se résument souvent à un acte sexuel avec (et surtout pour !!) un homme.

Deux scènes Spoiler(cliquez pour révéler)de viol sont décrites avec trop de légèreté pour qu’elles ne ressemblent pas à un fantasme malsain de l’auteur (celui-ci va même jusqu’à dire que la victime prendrait du plaisir… à partir de là j’ai dû survoler les dernières pages).

Bref, ça aurait pu être une lecture agréable mais ma conscience a peut-être trop pris le dessus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ryusuka 2019-08-26T17:38:23+02:00
Diamant

Je viens de finir Kafka sur le rivage et c'est un petit coup de cœur pour moi. J'avais vraiment aucune idée de quoi le livre allait parlé et j'ai été agréablement surprise.

J'ai adoré la plume de l'auteur, j'ai rigolé plusieurs fois. Le papy est très émouvant et j'ai adoré sa relation aux autres personnage. Dans l'ensemble, il y a une galerie de personnage assez vaste et je me suis attachée à chacun d'eux.

Ce livre est assez complexe cependant étant donné que c'est une succession de métaphore. C'est l"un de ces livres où il est intéressant de faire une analyse poussée. Je n'ai pas le temps de faire ça mais je vais de bon cœur aller lire quelque blog sur ce sujet.

Je pense réessayer d'autres livres de cet auteur à un moment ou à un autre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RazKiss 2019-08-18T23:02:22+02:00
Bronze

"Kafka sur le rivage" est un bien étrange roman...

Nous faisons d'abord la connaissance de Kafka, un ado qui vit seul avec son père et décide de faire une fugue. Ce n'est pas un coup de tête, il l'a soigneusement organisée et s'est équipé pour ce voyage. Comme on s'y attend, c'est un roman d'initiation et d'apprentissage mais pas que... Parallèlement, nous suivons également un vieil homme nommé Nakata qui, lui aussi, est poussé à s'aventurer hors de son quartier et de ses habitudes. Nakata est quelqu'un de spécial, c'est un simple d'esprit mais il a pourtant un talent très utile qui n'appartient qu'à lui ! Ces deux personnages aux âges diamétralement opposés sont en réalité animés par une même force, ils ne se connaissent pas mais leurs destins sont liés.

C'est un roman qui peut susciter bien des émotions chez son lecteur : rires, horreur, mélancolie, réflexions spirituelles ou métaphysiques,... J'aime son atmosphère onirique, très japonaise, même si cela m'a empêchée d'entrer dans l'histoire. C'était parfois trop éloigné de la réalité pour que je puisse m'immerger dans le livre, je suis passée à côté. C'était un peu trop complexe pour moi : trop d'éléments symboliques et de choses inexpliquées. Mais j'ai apprécié les nombreuses réflexions qui parsèment le roman et je me suis attachée aux personnages. L'auteur joue avec nos sentiments, Spoiler(cliquez pour révéler)je me marrais bien au début avec les dialogues entre Nakata et les chats, puis j'ai eu des frissons d'horreur quand certains chats ont été sauvagement tués devant le pauvre vieillard impuissant... Il nous offre aussi de belles descriptions de lieux, qu'ils soient naturels ou non. Je pense à la bibliothèque, la cabane d'Oshima, la forêt,...

Ce ne sera donc pas un coup de cœur comme pour "La ballade de l'impossible", mais le voyage en valait la peine !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Wonderbooks 2019-08-11T13:36:26+02:00
Bronze

Je viens de finir ma lecture et... que dire ? Je ne sais pas comment me prononcer sur ce livre sans dire de "bêtises" mais ce qui est sûr, c'est que ce roman est un ovni et qu'il n'y en a pas 600 comme lui. A vrai dire, je ne sais pas si je l'ai apprécié ou non. Ce qui est sûr, c'est que je ne sors pas de ma lecture indemne.

C'est mon premier Murakami et je n'ai pas eu beau'coup de mal à accrocher à sa plume mais plus à rentrer dans l'histoire. Les 100 premières pages, ça allait disons ! Mais, le milieu du livre, aie aie aie... J'ai beaucoup de mal avec les rythmes lents et là, j'ai été servie ! Vers la fin du roman, j'ai réussi à me remettre dedans pour mon plus grand bonheur car j'ai bien cru que mon mois d'août se résumerait à cette lecture.

Pour ce qui est de l'histoire, j'avoue ne pas avoir tout compris. Le roman a une grande portée philosophique avec une réflexion sur la vie, le passage de l'adolescence à l'âge adulte ou l'être humain en général. Cet aspect onirique et symbolique contraste avec des scènes très crues (violence, sexe...) que je n'étais pas prête psychologiquement à lire. Peut-être que je n'ai pas lu ce livre au bon âge (sûrement) mais j'ai réussi quand-même à en tirer des choses et je pense que les autres romans de Murakami attendront que je grandisse pour être lu.

Beaucoup ont trouvé la fin frustrante et malgré le fait que je sois la première à ronchonner sur les fins ouvertes, celle-ci est suffisamment complexe pour me plaire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par book-princess 2019-07-05T17:15:14+02:00
Argent

Pour mon premier Murakami, c'est exactement ce à quoi je m'attendais : un roman qui nous plonge dans son monde presque onirique et duquel on ressort perplexe, mais grandi.

L'écriture est très philosophique, avec des questionnements métaphysiques, et s'approche de divers thèmes, entre connaissance de soi et des autres, voyage initiatique, les relation avec le monde extérieur et la place que l'on occupe dans celui-ci et la société. Tout cela a un rendu très poétique, je trouve, on a presque l'impression de lire un conte des temps anciens.

Les personnages évoluent dans notre réalité, mais oscillent aussi au bord du surnaturel. Si au début ces incursions dans le fantastique m'ont dérangé, j'ai fini par apprécier la dimension mystique et au final, je trouve que c'est ce qui fait le charme de l'histoire et permet surtout à Murakami de nous emmener entre ténèbres et lumières (c'est une métaphore, bien sûr, n'est-ce pas, Oshima-san ?).

Certains passages sont émouvants, d'autres carrément glauques (Johnnie Walken et les chats, ça m'a vraiment retournée...), et tous ça se mélange dans le récit qui rebondit entre Kafka, le jeune protagoniste qui se découvre, et Nakata que j'ai trouvé très attachant.

Au final, c'est un roman très beau, et aussi très mystérieux. J'ai encore des questions plein la tête, et je suis ravie d'avoir passer un petit moment avec une œuvre si unique en son genre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Couet13 2019-07-04T21:20:47+02:00
Bronze

Dans un premier, j'ai eu beaucoup de mal a entré dans le livre. Avec de l'insistance, j'ai fini par adhérer aux personnages et à leur côté étrange.

D'une forte portée philosophique, ce livre nous transporte dans les méandres complexes de la pensée humaine, de la place à prendre dans la société (ici la société japonaise). Il nous interroge également sur la vie que l'on mène et son impact sur soi-même et sur le monde, avec ses inquiétudes, ses certitudes et ses prises de décision.

Un livre à lire sans se presser afin d'en comprendre tous les aboutissants.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Do-7 2019-06-12T08:12:06+02:00
Diamant

Un voyage initiatique au bout duquel on se rend compte qu'il reste encore énormément à apprendre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode