Livres
516 013
Membres
529 988

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2014-03-04T23:25:17+01:00

De leur pied droit, elles dessinaient lentement un arc de cercle sur le sol, révélant leurs soques de bois hauts de vingt centimètres, tout en fléchissant l'autre jambe, puis elles marquaient un temps d'arrêt avant de faire une nouvelle boucle.

Des compas féminins, traçant des courbes mystérieuses, appliquant des calculs nés d'une féerie inconnue...

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-04T23:20:17+01:00

Comme lui avait dit un jour un de ces pères de substitution, un ouvrier retraité des usines Chausson à Gennevilliers : "Un flic, c'est jamais qu'un voyou qu'a raté sa vocation".

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-04T23:20:04+01:00

-Elle était donc bouleversée ?

-Impossible de savoir. Ayumi est une fille ... indéchiffrable.

Dans la bouche d'un japonais, cela équivalait à un record du monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-04T23:19:11+01:00

La question, ce n’est ni l’âge ni la légitimité de ce code. La question, c’est : pourquoi a-t-il marché à ce point ? Pourquoi le peuple japonais s’est-il jeté sur ces vieilles règles comme les Hébreux sur les Dix Commandements ? Parce que nous avons ça en nous, Olivier-san. Depuis des siècles. Depuis toujours. Nous sommes enfantés par des corps, définis par des gènes, mais plus profondément encore, nous sommes créés par des idées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-04T23:18:58+01:00

Passan admirait ces êtres qui ne craignaient pas la mort. Des hommes pour qui le devoir et l’honneur étaient tout, pour qui la sinistre joie de vivre des « gens heureux » ne comptait pas. Naoko ne supportait pas cette admiration morbide. Pour elle, c’était encore une manière de stigmatiser son peuple. Toujours la même rengaine d’une culture tragique, oscillant entre perversité sexuelle et mort volontaire. Des clichés qui la mettaient hors d’elle.

Olivier avait renoncé à discuter. Il préférait peaufiner sa propre théorie. Pour un Japonais, l’existence est comparable à un fragment de soie. Ce n’est pas sa longueur qui compte mais sa qualité. Peu importe d’en finir à vingt, trente ou soixante-dix ans : il faut que l’existence soit sans tache ni accroc. Quand un Japonais se suicide, il ne regarde pas devant lui (il ne croit pas vraiment à l’au-delà), mais derrière. Il évalue son destin à la lumière d’une cause supérieure – shôgun, empereur, famille, entreprise… Cette soumission, ce sens de l’honneur, c’est la trame du tissu. On ne doit y déceler ni scorie ni souillure.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Gollum 2019-06-18T22:59:24+02:00

« Un pays où les courtisanes ont plus de noblesse que n’importe quelle princesse occidentales, un pays où on désigne le sexe féminin par l’expression « là-bas » et où on évoque une personne bisexuelle en disant qu’il a « deux sabres » est un pays où il fait bon faire l’amour. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-04-10T16:00:03+02:00

Tout lui sourit. Tout, sauf lui-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-04-10T13:07:19+02:00

La femme était pour lui une blessure dont les bords refusaient de se rejoindre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-04-09T21:08:33+02:00

Il aime un fantasme, une idée. Quelque chose qui n'a rien à voir avec moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2017-04-09T18:35:40+02:00

Alors que le cadavre reposait à ses pieds, le flic était tombé amoureux des lieux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode