Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Kanon : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Les Loups de Riverdance, Tome 3 : Logan Les Loups de Riverdance, Tome 3 : Logan
H. V. Gavriel   
Comment dire... J'ai A.D.O.R.E ce tome !!! Evidemment, le tome 1 sur Lucas reste au plus haut du podium, mais Logan ! Bon dieu Logan est à tomber ! J'adore ce loup, j'adore ce tome ! Déjà dans le tome 2, c'était un personnage que j'appréciais beaucoup, et j'ai été fière de sous-entendre une relation entre lui et Dimitri, parce que lui aussi, qu'est-ce qu'il est géant comme personnage !! J'ai très longtemps attendu ce tome, et même en l'ayant eu en avant première, il m'a été offert qu'à Noël, une attente infâme mais qui en vaut tellement le coup !! J'avais beaucoup, beaucoup, d'attentes pour ce tome, et je n'ai absolument pas été déçu. Mon avis sur ce livre ne sera pas du tout objectif (comme à chaque fois que j'ai un coup de coeur, ce qui est le cas pour ce volume).

Je l'ai littéralement dévoré. J'ai eu le sourire aux lèvres de nombreuses fois, j'ai aussi beaucoup pleuré, et je pense que je l'aurais fait davantage si je n'avais pas lu dans des lieux publics ou la fac (pleurer devant un livre dans le hall d'entrée, ce n'est pas génial pour rester discrète comme Logan a tant essayé de le faire). J'ai été entraîné dans le monde, l'univers, la tête et le coeur de Logan du début à la fin. J'ai tressailli, eu la boule au ventre, un suspens parfois horrible que j'entretenais encore plus en me coupant durant des scènes où il ne faut pas s'arrêter car trop de tension, trop de non-dits, trop d'avenir par la suite, trop d'événements pouvant découler de cette scène. La frustration a aussi du bon.

Je ne suis pas sûre de parvenir à faire une critique construite et organisée, je vais faire un petit effort. L'histoire en elle-même est géniale ! Je ne suis pas une très grande fan de triller ou autres registre de ce style ; flics, enquêtes, espionnage, meurtres. Ce n'est pas mon dada et pourtant, ça fait déjà deux fois que H.V. Gavriel arrive à me plonger dans ce monde que je rebute un peu, très certainement grâce à son écriture à la première personne, mais aussi par l'état surnaturel de ses personnages. L'écriture à "je" est si bien maîtrisée, si intelligemment utilisée. Je pense sans me tromper que c'est cela qui m'a le plus permis de rentrer au coeur profond de l'histoire, d'avoir un point de vue interne très poussé, et surtout de ressentir les émotions si vives de Logan. Je ne doute pas que des histoires écris à la troisième personne du singulier puissent autant me transporter, mais ici, c'est tout de même formidable et un peu "magique". De plus, le fait que les personnages soient des créatures surnaturelles m'a d'autant facilité cet attachement que je fais à l'histoire et aux personnages. Je suis d'ordinaire plus accro aux héroïc-fantasy et aux fantastiques qu'aux triller. Attention, je ne dis pas qu'ici s'en est, mais au vu des meurtres et de l'enquête mise en place, ça peut en prendre l'aspect (je n'affirme rien vu que je ne suis pas une spécialiste de ce registre). Je dois bien avouer que j'ai découvert le bit-lit grâce aux Loups de Riverdance, et même si je n'ai pour l'instant pas de comparatif, j'adhère sans sourciller !

Bien, pour ceux qui n'ont pas encore lu, je risque peut-être de spoiler les courageux qui ont lu mon avis jusqu'ici sans avoir lu ce tome. La romance ici tourne autour d'un lycan et d'un vampire. De Logan et de Dimitri entre autre. Jusque là, tout va bien. Problème premier pour l'auteure (je suppose), faire en sorte que les deux protagonistes restent suffisamment longtemps ensemble pour établir quelque chose et satisfaire tous les lecteurs avides de romances à poils et pleines de sang, de mystère, de secrets, de troubles, et de passions brûlantes. Effectivement, Logan réside à Blue Lake et Dimitri à Seatle. Problème en effet ! La première "rencontre" passe comme du beurre, et même si j'ai adoré ce tome, je trouve que les brèves rencontres qui suivent sont un peu poussé à coup de pied, quelque chose comme : "il faut qu'ils se voient, alors tous les prétextes sont bons". Mouais... J'avoue qu'à un moment j'ai été un petit peu sceptique parce que je l'ai senti comme ça. Tient ! Il y a ça ! Bah Dim-chéri sera forcément là lui aussi. Tient ! Et ça ! Vampire russe en action ! Des choses un peu de ce genre. Mais par la suite, lorsque l'on entre entièrement dans l'intrigue, lorsque le suspens commence à monter, avec les interrogations et la suspicion qui vont bien, là j'ai été plus convaincu. Là c'était crédible. Et là j'ai épousé la relation si évolutive de ces deux beaux guerriers.
Il y a d'autres petits problèmes évidemment. Dès le début, je me suis demandé à quoi ressemblerait la fin, parce que bon, Dimitri est un vampire de plusieurs siècles déjà, et Logan n'est un chiot à côté. Voyez le problème de longévité dans le futur ? J'ai eu plus ou moins ma réponse à la fin en effet, même si elle ne m'a qu'à moitié convaincu. Mais comme j'ai adoré le reste, je laisse couler... même si je suis un peu dubitative.
Autre problème, c'est évidemment le fait que la meute de Riverdance a l'air de rassembler tous les lycans gays qui existent en Amérique ; Marcus, Léo, puis Logan. Ok, Logan était un solitaire avant, et puis sans gay, il n'y a pas de romance homosexuelle. Je suis d'accord, mais dans le fond, ça donne un peu ce qu'un des amis de Léo déballe à un moment (je ne sais plus si c'est dans le tome 2 ou 3, peut-être les deux) : "à qui le tour de devenir gay ?" ou encore quelque chose comme "l'homosexualité doit être contagieux". Dis comme ça on se dit ce n'est pas méchant, et en effet, selon moi ça ne l'est pas, mais niveau crédibilité, c'est un peu bancale non ? Moi je trouve, mais au final, ça passe en dernier plan car j'adore cette série, et comme je l'ai déjà dit, sans homosexuel, il n'y a plus de romance gay, surtout avec un titre comme Les Loups de Riverdance. Donc ok, j'accepte et je passe.

Je vais essayer de parler un peu des personnages, même si le nombre de caractère limité m'empêche de dire toute ma pensée. Logan est un put*** de mec/loup bandant qui est tout simplement génial !!! Il a du caractère, de la poigne, du mordant. Oui, il a du chien ! Je veux dire, il sort un peu du lot. Il est brut, c'est un loup des montagnes, avec une histoire hors norme qui lui va comme un gant, avec des réactions plus sauvages et réelles que n'importe quel lycan de la meute. Il n'est pas comme Léo. Il n'y a pas lui et son loup. Il y a eux, il y a juste lui, car lui humain, et son loup, c'est égale à lui tant ils sont en symbiose, en union, limite entrecroisé à s'en confondre. Cet aspect sauvage, physiquement comme dans ses réactions. Cet instinct primaire auquel il porte attention, c'est Logan, le solitaire qui désormais se plis à une meute, pour son bien, pour son futur. Il est unique, avec une façon de penser très décalée par rapport à Léo et ses bonnes manières, sa clairvoyance, sa belle éducation, son boulot d'avocat, d'homme respectable. Là encore, l'écriture y joue beaucoup ! Logan, on ne l'ennuie pas, on lui casse les couilles ! Et il ne couche pas avec son amant, il baise son pote vampire ! Voyez la différence qui m'a fait sourire et aimer d'autant plus Logan qu'il est super naturel et crédible.
Dimitri n'est pas en reste. Il tient parfaitement son rôle de vieillard de plusieurs siècles qui ne va pas au cinéma, mais voir une cinématographie. De même, en tout bon russe un peu snobinard, il ne boit pas de la bière immonde, mais une boisson de vrai homme ! De la vodka ! Il ne mange pas des hamburgers ou des donuts bien gras, mais des plats français au nom imprononçables (comme le qualifie si bien Logan). C'est une authenticité qui m'a vraiment fait chaud au cœur, et encore plus le contraste entre ces deux opposés. Pas que loup et vampire, mais aussi jeune bouseux des montagnes et vieille homme raffiné de Russie, ayant parcouru une partie de l'Europe. Mais surtout, deux guerriers. Et ça, c'est le plus important. Des frères d'armes, puis de cœur, de "sang" même, avant de finir amants, puis compagnons. Un si beau mélange ! Peut-être encore plus beau que celui de Marcus et Lucas. Oh oui, très certainement plus beau que ces deux là malgré le fait que Lucas est un véritable ange à mes yeux, mon personnage préféré, talonné par Logan. Ce mélange de rouge et de bleu, de vert forêt et de nuit profonde, de puissance et de sensibilité, de peine et de souffrance. C'est ce que m'inspire Logan et Dimitri. Ils s'opposent et s'unissent en même temps en une spirale de choses improbables et si complémentaires à la fois, c'est hallucinant !!

Je suis littéralement sous le charme de ce couple, de ces personnages vraiment attachants et émouvants, durs et sincères.
Vu qu'il me reste peu de caractères, je voulais aussi saluer l'auteur de la couverture qui est tout simplement splendide ! Comme toutes celles d'avant, j'admire le travail qui est d'un rendu exceptionnel !

Je voulais aussi parler d'autre chose. Il est possible de finir cette série en trilogie, soit sur ce tome. Je serais en joie d'apprendre que c'est le dernier tome et que je pourrais relire la série encore et encore. Mais s'il y a un quatrième volume, alors là, je serais très exigeante et folle de joie aussi ! Il est tout à fait possible de faire un autre tome. Après tout, il y a un élément qui peut enchaîner sur une suite ; [spoiler] le fait que l'assassin ne soit pas arrêter dans ce volume[/spoiler] mais ce même élément peu rester en suspend, ce n'est pas non plus indispensable et ça rajoute une petite touche amer qui s'accorde à merveille avec le goût déjà délicieux de la série. Cependant, c'est un prétexte pour moi pour demander si le tome 4 (s'il y en avait un) ne pourrait par porter sur l'adorable Elijah, l'Omega de la meute. Il y a déjà eu les points de vue suivants au cœur de la meute : un extérieur (Lucas, un démon), un Alpha naturel, et un solitaire de classe Beta. Faire une suite avec un Omega me semble si prometteur et si intéressant à développer, car c'est une toute autre mentalité.

Bref, j'ai adoré ce tome et j'espère que ma suggestion pourra être entendue.

par Kanon
Les Loups de Riverdance, Tome 1 : Lucas Les Loups de Riverdance, Tome 1 : Lucas
H. V. Gavriel   
Je suis tout simplement amoureuse de ce livre comme Lucas est raide dingue de Marcus. Je n'ai pas de mot pour décrire à quel point j'aime ce livre. C'est plus que ça. Je pourrais me balader partout avec tant je l'adore, je l'aime, je l'admire, j'en suis folle.

Tout d'abord, la plume de l'auteur est juste à tombée. H.V Gavriel écrit si bien, à croire que son vocabulaire n'a pas de limite, que ses phrases sont toutes pesées consciencieusement, que rien n'est laissé au hasard. Au début, j'étais un peu sceptique quant à sa façon d'écrire simple parce que l'histoire est à la première personne et surtout au présent. Mais franchement, c'est ce qui fait la force de ce texte. Lire ce livre, c'est comme être Lucas. C'est rentrer dans son monde, et bien malgré moi, j'y ai sauté les deux pieds joint, prête à me perdre dans les méandres de ses blasphèmes, de sa douleur, de ses souffrances qui sont beaucoup plus douloureuses que n'importe quelle blessure physique. Il n'y a pas de mots pour décrire la détresse et l'injustice de ce personnage. Peut-être paraîtrait-il martyr, mais je trouve que non. Son mal est expliqué, son mal est le Mal, contre lui. L'a-t-il voulu ? Evidemment que non, et combien de fois dans le livre se retrouve-t-il rattrapé par son sang qu'il n'a pas choisi ? Trop de fois, et c'est ce qui m'a prise aux tripes, ce qui a fait naître en moi cette passion que je ne voulais plus lâcher tant je l'affectionne. Toute la douleur, les malheurs qui ne sont pas le fruit du hasard, loin de là, toutes ses plaintes d'agonies, de souffrance, d'incompréhension, d'injustice, je les voulais toutes, je voulais les prendre, le soulager, le comprendre, lui retirer un peu du poids de son fardeau atroce et qu'il n'a pas voulu. Qui, un jour, a-t-il voulu naître ? Personne, car on ne choisi pas. Et Lucas n'a pas choisi comme j'ai choisi de l'aimer pour la laideur de son âme et de sa conscience instable. Tantôt haine, tantôt amour. Tantôt conscient, tantôt perdu. Tantôt sûr, tantôt hésitant. Tantôt arrogant, tantôt peureux. Tantôt haïs, tantôt aimé. Voilà ce qu'est la vie de Lucas ; une balance infernale qui ne semble ne jamais s'arrêter. Sur quel pied danser ? Lucas ne fait que tanguer dangereusement sur le fil de sa vie. Entre passé et présent, l'un rattrape l'autre, essaie de le soumettre, de le détruire, de l'anéantir. Le mot seul d'avenir n'est pas envisageable pour Lucas. Il n'y a pas d'avenir pour quelqu'un qui n'a pas choisi de naître ainsi. Non seulement on lui a imposé la vie, mais en plus on la lui reproche. Il y a de quoi être perdu, et l'auteur m'a tant fait capter ce fait que j'en avais le coeur gonflé d'affection et d'amour pour ce personnage si... ange démoniaque.

Le résumé est en soit un bon résumé, mais il cache tant de choses qui m'ont ravi, pris au ventre, fait tanguer mon coeur. D'ailleurs, un mot dans ce résumé est vrai. Il n'est en rien abusif, il n'est pas pris à la légère, il a été pesé et soupesé. Pire que ça, il est si réel que j'en ais eu des frissons en le découvrant ; « Brisé ». Ce mot est le plus parlant de tout le résumé, celui qui résume littéralement tout le livre, même un petit peu la fin. Ce mot... ce simple mot, je crois bien ne jamais l'avoir vu si vivant, si réel, si bien utilisé. Ce livre pourrait être la définition propre de ce mot tant l'auteur l'a utilisé avec tout son sens, tous ses sens, toutes ses valeurs et vérités. Cruelles et irrémédiables.

L'histoire tournant autour de mon amour de Lucas est une entité à part entière. Je ne sais quoi dire de plus si ce n'est chanter davantage les louanges de ce livre et des qualités de l'auteur. Les personnages secondaires sont tout aussi attrayants que mon adoré Lucas. Léo est une pureté inimaginable. Comme Lucas, j'ai été saisit violemment par son innocent qui n'est pas malsaine ou abusive. Elle est d'une pureté inimaginable qui fait toute l'intégrité du personnage. Le tome deux des Loups de Riverdance est sur Léo. J'ai un peu de mal à m'imaginer voir cette histoire sous l'oeil d'un autre protagoniste que Lucas, cet amour torturé depuis ses gènes, dans son âme entière. Mais je suis tout de même confiante après cette démonstration magistrale de l'auteur. Quant au personnage de Marcus... que dire si ce n'est que c'est un Alpha dans toute sa splendeur et qu'à la fin, lui-même m'a arracher des larmes. Ce personnage sain physiquement et psychologiquement, fort aussi, intègre, entier, avec toute sa tête et son âme. Ce personnage, j'ai su, j'ai appris à l'aimer comme Lucas l'aimait - même si Lucas reste mon petit ange torturé et malsain. En ce qui concerne les autres personnages secondaires, sans faire de spoile car franchement, se spoiler c'est tuer le livre, sont tout aussi intéressants. Sans trop en dire, certaines des fréquentations de Lucas sont attachantes, du moins... d'une certaine façon - pour un notamment. La famille de Lucas, que j'ai détesté comme lui au début, je l'ai aimé au final, à l'exception de sa mère. Mais de son côté paternel, j'ai cru à des moments, sentir cet amour instable et étonnant les entourer, et j'avais moi-même envie de les voir s'enlacer, tragiquement, s'avouer l'inavouable, s'aimer maladroitement car en fait, c'est ça. Le côté paternel de Lucas a son propre amour. Certes, très différent, mais de l'amour quand même. Entre haine, jalousie, fierté, arrogance, orgueil, et mort, ce n'est que de l'amour qui en résulte. Peut-être que d'autres ne l'ont pas vu de cette façon, mais moi, personnellement, j'ai vu cette forme tordu d'amour qui m'a serré le ventre et fait frémir l'échine.

Un point que j'ai particulièrement aimé, c'est le fait que tout n'est pas une histoire de loup. Les loups ? Oui ils sont là, mais pas que. Il n'y a pas qu'eux. Il y a tant de vrais, tant de légendes dites sans être des légendes. Je crois que j'ai commencé à aimer ce livre au-delà d'un amour autorisé pour des pages reliées avec une couverture souple lorsque j'ai compris que la vision des choses de H.V. Gavriel était quasiment la même que la mienne. Oui, il y a des choses que j'avais en tête, que beaucoup me contredisaient, mais dont j'étais persuadée, qui sont dites comme moi je les vois dans ce bouquin. Alors, j'aime cet auteur ! Je l'aime, je l'adore ! Je ne vais pas dire de quoi il en résulte car je spoilerais, et je m'y refuse par amour du mystère tremblant et terrifiant de cette oeuvre. Car selon moi, ce livre est une véritable oeuvre comme les livres d'Henoch (je m'égard un peu).

Autre chose que j'ai tant aimé, que j'ai toujours affectionné, avant même ce bouquin, ce sont les citations en début de chapitre. Des citations si vraies, qui parfois résument le chapitre ! Je trouve ça impressionnant ! Je m'imagine les recherches interminables de l'auteur. Des recherches dans des ouvrages difficiles à trouver, difficiles à comprendre, difficiles à déchiffrer, difficiles à interpréter. Je ne peux qu'être admirative devant tant de savoir car certaines citations m'ont transporté, interloquer, piqué ma curiosité, convertit à une religion qui n'existe que dans le monde de H.V. Gavriel. Je voudrais tant mettre la main sur les principaux ouvrages qu'a utilisés l'auteur pour ses citations. Je voudrais les lire, les découvrir, les déchiffrer comme il l'a fait avant. Les faire mien, me faire ma version des faits, et essayer de comprendre l'interprétation de l'auteur, bien que je sois persuadée avoir une vision proche de celle de l'auteur, sans certitude évidemment.

Aussi, la taille des chapitres me semble vraiment bien. Entre 10 et 20 pages à chaque fois. C'est une taille qui me semble très correcte car ainsi, j'ai pu me stopper dans ma lecture souvent au niveau des chapitres et non en plein milieu comme ça aurait pu être si les chapitres avaient fait le double. Le nombre de pages, soit 592 précisément, a été pour moi 592 pages que j'ai aimés et chéri, pleuré et adoré, torturé et admiré. Certes, les 100 premières pages peuvent paraître un peu longues, mais de mon avis, elles tiennent un suspens insoutenable, étouffant qui m'a fait criser plusieurs fois. J'étais devant mon livre, ne sachant de quel personnage secondaire il en résultait, et je n'en pouvais pu, j'étais prête à crier ma déception à chaque fois, et j'ai failli hurler de joie quand enfin ! Enfin c'est tombé ! Quand le vif du sujet est arrivé. Et j'ai pleuré. Tant pleuré. Presque autant que Lucas. Je pleurais quand il ne pouvait pas pleurer, et j'ai cru crier quand lui pleurais. Il hurlait, j'hurlais de l'intérieur. Il agonisait, mon coeur était écrasé dans un étau infernal. Il se brisait, mon intérieur se brisait tout autant. Je ne sais combien de larmes j'ai versé, et parfois, je ne pouvais même plus lire, je ne voyais rien, brouillé de larmes que je versais pour Lucas, ce petit être fragile et fort à la fois. Cet être maltraité, malsain par moment, à qui son innocence avait été arraché comme l'auteur aurait pu récolter mes larmes d'amour, de tristesse, de tendresse, de désespoir, de peur, de colère, d'injustice. Beaucoup d'injustice !

Je ne parlerais pas de la fin qui a eu mon coeur aux bords de mes lèvres. Je crois que j'aurais pu être malade de ce livre tant mes tripes y était. D'accord, cet avis n'est pas très constructif et encore moins objectif. Mais comment pourrais-je l'être quand un tel ouvrage traite d'une vision que j'ai, d'un sujet qui me donne des papillons le ventre, d'une façon d'être, de décrire, de retranscrire, d'apparaître que j'aime plus que tout. Donc non, je ne suis pas objective car ce livre, je l'aime plus que tout, comme une idiote qui vie dans son monde. Ce roman qui n'est pas qu'une romance, mais une romance sanglante, faite de trahison, d'injustice qui touche directement le divin, de blessures atroces, de psychologies, de croyances, parfois malsaines, de famille. Une romance qui n'est pas rose, ni noir, ni blanche.

Je dirais que ce livre est une romance grise, argenté, comme les yeux de Lucas, si beaux, purs. Un vrai bijou fragile et si rare. Rare ! Trop rare.

par Kanon
Chroniques des temps obscurs, tome 5 : Le Serment Chroniques des temps obscurs, tome 5 : Le Serment
Michelle Paver   
J'ai adorée cette chronique,vraiment intéressante.Dommage qu'elle ne soit pas plus connue.
Chroniques des Temps Obscurs, tome 4 : Le banni Chroniques des Temps Obscurs, tome 4 : Le banni
Michelle Paver   
Une suite beaucoup plus sombre à mes yeux, mais tout aussi entrainante. J'aime toujours autant.

par x-Key
Chroniques des Temps Obscurs, tome 3 : Les mangeurs d'âmes Chroniques des Temps Obscurs, tome 3 : Les mangeurs d'âmes
Michelle Paver   
J'ai un jour fini par me lancer dans cette suite et n'ai pas été déçue. C'est un trés bon livre, toujours aussi prenant, avec une histoire qui ne s'essoufle pas.

par x-Key
Chroniques des Temps Obscurs, tome 2 : Fils de l'eau Chroniques des Temps Obscurs, tome 2 : Fils de l'eau
Michelle Paver   
Le deuxième tome est aussi génial que le premier. Malgré le fait que cela fasse longtemps que je les ai lus, il m'en reste un excellent souvenir !

par Kato
Chroniques des Temps Obscurs, tome 1 : Frère de Loup Chroniques des Temps Obscurs, tome 1 : Frère de Loup
Michelle Paver   
Ce livre est intéressant, les personnages sont bien, il est captivant et toute l'intrigue n'est pas décrit directement au départ mais au fur et à mesure du livre, donc j'ai bien aimer ce livre et je le conseille, je suis déjà plonger dans le deuxième pour savoir la suite de l'histoire de Torak !


par pourteau
Fablehaven, Tome 5 : La Prison des démons Fablehaven, Tome 5 : La Prison des démons
Brandon Mull   
Seth est toujours aussi impétueux même si dans ce tome et au regard de tout ce qu'il a accompli auparavant, ses grands parents lui laissent plus de libertés pour prendre des décisions et écoutent son avis. Par contre Kendra est plus timorée, même si elle a toujours eu du mal avec l'action, on la retrouve quasiment sans ressource face à tout ce qui lui arrive. Mais leur duo fonctionne toujours aussi bien, ils arrivent à se sortir de fâcheuses situations avec par moment l'aide d'alliés inattendus. On a appris à les connaitre et à les aimer, on a souvent eu peur pour eux mais cela n'était rien dans les tomes précédents par rapport à celui-ci. On prend beaucoup de plaisir à retrouver tous les autres personnages et à connaitre Bracken, jeune homme un peu spécial qui était enfermé dans la prison du Sphinx. j'aimerai un tome 6 pour approfondir l'histoire de Bracken et kendra et pourquoi pas une adaptation cinematrographique

par mely-melo
Fablehaven, Tome 4 : Le Temple des dragons Fablehaven, Tome 4 : Le Temple des dragons
Brandon Mull   
4è Tome de cette saga que j’adore de plus en plus. Ce volume était encore meilleur que le précédent et plus j’avance dans cette série, plus « l’addictivité » se fait ressentir.
Il se passe des rebondissements énormes dans ce tome qui ne laissent aucune place à l’ennuie et la fin du volume laisse présager autant de péripéties incontrôlables et rendra à nouveau la vie dure aux personnages.
Ici nous retrouvons toujours Seth et Kendra de retour chez eux, reprenant leurs activités entre l’école et la routine qui fait leur quotidien. Ils sont sous bonne garde parce que la menace de la société de l’étoile du soir est toujours présente et attend dans l’ombre le bon moment où ils pourront intervenir afin de capturer Kendra, qui est devenue féérique et qui a la capacité de recharger tous les artefacts qu’elle tient en mains. Evidemment ils finissent par retourner à FABLEHAVEN rejoindre leurs grands-parents.
Il se passe tellement de chose dans ce livre que si je commence à en parler en détails, j’ai bien peur de spoiler les lecteurs et ça serait dommage mais surtout ça casserait tout de l’ambiance qui règne sur ce tome.
Je peux juste vous dire que ce livre est rempli d’ingéniosité, farfelu à souhait et qu’il vous surprendra par des vérités qu’on apprend sur certains personnages qui vous laisseront désœuvrés…
Sinon moi qui adore les dragons, je peux vous certifier que dans ce volume, il y en a de toutes tailles et pour tous les gouts et que les batailles sont majestueuses avec un côté aventurier qui me fait toujours penser à « Indiana Jones ». Nous les retrouvons dans une autre réserve au nom de Wyrmroost, c’est là que se trouve le repaire et Temple des dragons avec leurs innombrables trésors.
Malgré que les personnages soient malmenés de plus en plus et que malheureusement on compte des pertes parmi eux, il persiste toujours un petit côté humoristique dans les répliques avec Seth ou encore Warren qui allège l’atmosphère et qui font bien rire.
Et comme à chaque tome on rencontre de nouveaux personnages et objets magiques complètements loufoques mais tellement ingénieux !
Parmi les nouveaux persos, petit coup de cœur pour Bubda, qui fait partie des plus petits trolls qui existent et qui vit caché dans un sac à dos qui donne sur une pièce extra-dimensionnelle. Il adore jouer au Yahtzee (jeu de dés, plus connu sous le nom du Yams), c’est son passe-temps favori et il joue contre Seth qui encore une fois n’a pas écouté ses grands-parents, et s’est planqué dans le sac à dos pour partir avec les chevaliers de l’Aube en quête d’un nouvel artefact qui est dissimulé à Wyrmroost. Bubda me fait un peu penser à Dobby dans Harry Potter ^^.
Ensuite nous faisons la connaissance d’un dragon, Raxtus qui est exilé à cause de sa petite taille. Il sera un allié pour nos chevaliers, très beau et attachant. Il est le fils du Roi des dragons mais n’est pas assez digne aux yeux de son père à cause de ses faiblesses. J’espère le retrouver dans le dernier Tome.
Et sinon j’apprécie de plus en plus Hugo, le Golem fait de terre. Il commence à penser par lui-même et il est très attaché à Seth. C’est un perso hyper attachant et tellement loyal qu’on ne peut que l’adorer.
[spoiler]Gavin…. Aïe Aïe Aïe … Pauvre petite Kendra qui en était tombée amoureuse… Alors qu’on apprend à la fin du Tome, qu’il n’est pas du tout ce qu’on croyait mais qu’il est en vérité Navarog, le démon qui a été délivré par le Sphinx. Gavin est en réalité un puissant Dragon noir, un Prince Démon, qui usait d’un bégaiement pour tromper son monde en lui donnant un côté vulnérable, chose que moi aussi je n’ai pas vu venir alors je dois avouer que c’était là une véritable révélation mais aussi un cataclysme sans nom !
J’aimais beaucoup ce perso alors je suis un peu déçue mais à la fois, je tire mon chapeau à l’auteur car c’était vraiment un retournement de situation et une traitrise parfaite dont je n’ai aucunement soupçonné. Evidemment on imagine bien ce que peut ressentir Kendra surtout que celui-ci a dévoré devant ses yeux son ami Trask, blessé Mara et piégé dans le sac Warren qui était très mal en point depuis sa confrontation avec un péritio.
La mort de Mendigo m’a attristé, je l’aimais bien ce pantin de bois qui les servait depuis quelques temps déjà. Seth et Kendra ont pu récupérer les crochets qui attachaient les planches entre elles alors j’espère qu’avec un peu de magie, on pourra lui redonner vie dans le dernier tome.
Et qu’on trouvera une issue pour libérer Warren qui est coincé à l’intérieur du sac à dos avec pour seul compagnie le troll Bubda.[/spoiler]

par Amnesia-x
Fablehaven, Tome 3 : Le Fléau de l'ombre Fablehaven, Tome 3 : Le Fléau de l'ombre
Brandon Mull   
j'adore ce livre,il est rempli d'action et de surprise du début a la fin des personnages qui s'intègre a l'aventure et qui perde la vie ,fablehaven périt de plus en plus mais grâce a la naïade Lenna et au sacrifice de perde le dernier sanctuaire de fée fablehaven s'en sort et l'aventure se finit bien.

par xx26x