Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Kanon : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Calices : La conjuration des spectres Calices : La conjuration des spectres
Victoriane Vadi   
Que dire sur ce livre ? Je l'ai attendu avec beaucoup d'impatience et j'ai sauté dessus dès que j'ai pu. Et ensuite ? Je l'ai tout simplement bouffé ! C'est le premier roman de Victoriane Vadi que je lis et j'avoue ne pas avoir été déçu. J'avais déjà eu envie de lire ses deux autres oeuvres mais l'occasion ne s'était pas présentée. Avec Calices, j'ai enfin pu découvrir l'univers et la plume de l'auteure, sans parler du fait que Calices a été un véritable coup de foudre pour moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que je fais partie de ces personnes qui fondent devant un threesome ou dit aussi MMM. J'adore ça ! J'adore en écrire, j'adore en lire, j'adore les imaginer, et j'aime les adorer. Beaucoup le critiqueront mais les goûts et les couleurs ne se discutent pas.

Pour en revenir au livre j'ai été agréablement surprise. Il me semble bien que cette auteure est amie avec une autre (Faith Kean) dont j'ai déjà lu certains de ses romans. Niveau plume, je n'ai strictement rien à redire chez ces deux auteures que j'aime beaucoup. Elles écrivent magnifiquement bien, sans que ce ne soit trop compliqué ni d'une simplicité enfantine. C'est un juste milieu qui est très agréable. Mais plus encore, avec Calices, j'ai cru retrouver de cet univers fantasy que j'ai pu trouver chez Faith. Attention, je ne parle en aucun cas de plagia ou autre !! Pas du tout ! Simplement que j'ai eu le sentiment que oui, elles aimaient les mêmes choses et que cela se voyait dans leurs oeuvres. Néanmoins, elles sont toutes deux singulières et exploitent leurs univers de façon différente. Et c'est ça que j'ai aimé. Parce qu'elles aiment les mêmes choses, qu'elles ont peut-être commencé à écrire ensemble, à parler de leurs idées d'histoires, à s'aider mutuellement, je ne sais pas, tout et n'importe quoi je ne fais que poser des hypothèses, elles ont cette façon de se ressembler tout en étant différentes et j'admire ça. Les histoires de Faith Kean restent celles de Faith. Et celles de Victoriane Vadi reste celles de Victoriane. Voilà tout. C'était une simple impression que je voulais partager car elle m'a fait sourire dès les premières pages de Calices.

Pour en revenir (encore une fois) plus concrètement à ce livre, j'ai était surprise (encore oui je sais) par son contenu et surtout l'approche de l'auteure. Je vais, sans vouloir offenser qui que ce soit, comparer un peu Calices à un roman de Faith (Les Chroniques de Ren) car il s'agit aussi d'une histoire avec des vampires. Je ne vais en aucun cas les comparer de manière qualitative ou je ne sais quoi, mais plutôt appuyer sur les aspects qui m'ont justement surpris dans Calices en m'aidant comme support des Chroniques de Ren car je pense que c'est un bon exemple. En général, quand on parle de vampires et d'humains, on appuie énormément sur la supériorité des vampires, leur grande force, leurs pouvoirs, leurs crocs, et tout le tralala qui va avec. Mais quand en plus on parle d'un monde dominé par les vampires, là on appuie d'autant plus sur le fait que les humains sont des esclaves. Evidemment, ce n'est pas une exacte vérité. Il doit bien exister des oeuvres qui contredisent ce que j'avance ici. Soit, je parle au moins du domaine de la romance et de mes quelques lectures (qui ne se limitent pas à ces deux auteures) qui m'ont permis de me faire ma propre idée de tout ça. Dans ce genre de contexte, on a tendance à aimer voir le vampire sadique et dominant, s'amusant à faire ployer les humains sous son joug. Et en même temps, l'humain se rebiffe et tente par tous les moyens de s'en soustraire ou de se montrer fort. C'est l'exemple des Chroniques de Ren (attention, j'adore cette histoire donc il n'y a rien de péjoratif à ce que je viens de dire). En revanche, Calices n'a rien à voir et c'est exactement ce qui m'a étonner. Ici, le vampire en question, du nom d'Alastair (très joli nom par ailleurs) semble froid et austère. Oui un peu. Mais c'est bien plus que ça. Mais la réelle surprise vient d'Alcuin, l'humain esclave, le Calice. Il est soumis. Et pas juste soumis dans un sens négatif ! Il est soumis volontairement tout en gardant sa volonté et sa propre force. C'est difficile à expliquer. Ça se lit, j'ai plus envie de dire.

Alcuin est un personnage très attachant. Et ce n'est pas parce qu'il est soumis qu'il est faible et fragile. Face à un vampire, oui évidement. Mais face à d'autres humains, je ne pense pas, loin de là. La soumission que nous présente l'auteure m'a été agréable à lire. Il n'y avait rien de honteux, pas d'abus à proprement parlé. La soumission n'était pas exploiter pour simplement montrer un humain faible devant un vampire. C'est plus que ça et c'est ce plus que j'ai adoré. J'ai vraiment aimé le message fort que Victoriane à fait passer au travers de son personnage principal. J'ai réellement trouvé Alcuin touchant et surtout humain. Pour moi, il était très vivant et même attendrissant par moment. Alors oui, c'est un esclave humain au service d'un vampire très vieux et très beau, mais s'il n'y avait pas eu ce plus, je pense que je n'aurais pas aimé l'histoire.

Pour en rester aux personnages, je voudrais revenir sur Alastair. Ce vampire m'a étonné. Moins qu'Alcuin, mais un peu tout de même. Il m'a étonné par l'ambitieux mélange entre dureté de vampire et humanité d'un ancien homme mortel. Étonnement, ce n'est pas incompatible et je trouve que l'auteure à merveilleusement bien trouvé l'équilibre parfait. Ni trop d'un côté, ni trop peu de l'autre. Alastair est un personnage bien dosé et même s'il n'est pas celui que je préfère, je ne vais pas plus le critiquer.

Un personnage qui, par contre, m'a énormément plu, c'est Hrold. Je l'ai adoré dès le début. Et même à la fin ! Il a ce petit côté facétieux qui m'a fait sourire. Comme Alastair, je l'ai trouvé aussi bien équilibré. Peut-être un peu moins vampirique... quoi que ! Je ne sais pas trop comment le dire, mais ce personnage m'a beaucoup touché. Je le trouve aussi bien construit que les deux autres principaux et j'étais toujours très heureuse de le voir apparaître.

Pour ce qui concerne l'histoire, je dirais que ce n'est pas réellement ça. Comment dire ? J'ai adoré le livre, là n'est pas la question. En fait, quand je parle d'histoire, je parle de l'action et de ce qui se déroule. Ce bouquin est pour public avertit. Bien sûr, le contenu très explicite de sexe en est la cause, je ne le remets pas en doute même s'il me plait à penser qu'un certain passage un peu hard et gore a pu aussi aider (j'ai adoré ce passage soit dit en passant). Alors oui, il y a beaucoup, beaucoup, (beaucoooooup !) de sexe. C'est même omniprésent. Mais la façon dont c'est tourné, la façon dont l'auteure écrit à fait que j'ai aimé. Alors que je me satisfais très bien d'une seule scène dans 400 pages. Ici il y en a 209. Je dirais même que le sexe, dans ce roman, est beau. Il n'y a rien d'humiliant, de sale, ou de réellement obscène. Oui pour certain ça l'est. Mais à mes yeux, c'était plus... comme une oeuvre. Quelque chose de beau à voir, à lire, à imaginer parce que Victoriane Vadi l'a écrit de façon artistique. Une mise en scène brillante, mise en valeur, à l'honneur, comme un peintre s'appliquerait à faire une belle toile. Selon moi, c'est ça. Je n'ai jamais été choqué par ce que j'ai lu. J'ai été surprise. Mais surtout agréablement étonné de la beauté qu'elle a pu faire transparaître par delà des mots pour une chose que beaucoup pour mal voir, ou juger ça de façon plus cru. Ce n'est pas mon avis. Mais c'est un avis personnel.
Ce qui m'a plus "déçu" si je puis dire, c'est tout ce qui concerne les spectres. C'est léger, en second plan. Très en arrière de tout le reste. Peut-être est-ce l'application pour les scènes sexuelles qui a caché ça ? Je ne pense pas. Je pense sincèrement qu'il y a un manque dans le développement de ces spectres qui sont plus là pour dire qu'il y a des méchants, un peu d'action, un peu de drame et voilà tout. C'est peut-être dur dit comme ça, mais j'avoue aimer ce qui est développé. Donc je le dis franchement. Les scènes de sexe oui, elles sont resplendissantes, mais la menace derrière l'alliance, non, c'est juste décoratif. Ce n'est que moyennement développé, la menace n'est pas si oppressante et elle est rapidement mise hors d'état de nuire. C'est le point qui m'a déçu, je l'avoue.

Autre chose qui m'a manqué, parce que j'adore ce genre de chose, c'est le développement du monde extérieur. Dans ce roman, on reste dans l'enceinte de la demeure d'Alastair, réduit à quelques pièces en particulier. J'aurais tellement aimé en savoir plus sur le Nord. J'aurais adoré lire des descriptions plus poussées des montages enneigées, des forêts blanchies de neige et du ciel noir et glacé. J'aurais aimé en apprendre plus sur le passé, plus sur la vie jadis d'Alastair et Hrold. J'aurais aimé lire des passages où Alcuin apprenait l'histoire de ce monde, découvrait cet extérieur qu'il n'a jamais connu. Il y a eu un début de ça, à la fin du livre, avec le Sud. Ça m'a tellement emporté, intrigué. Il y a tellement de potentiel parce que l'univers que l'auteure a créé est vraiment passionnant. Je le trouve formidable et c'est bien pour cela que je meurs d'envie d'en savoir plus. J'en demande peut-être beaucoup, mais je suis persuadée que Victoriane Vadi a construit quelque chose d'époustouflant à ce niveau là.

Pour en revenir au threesome, je l'ai adoré. Je le trouve très équilibré et véritablement poignant. La construction de la relation autour des trois personnages n'a rien de bancale. Au contraire je la trouve très stable et crédible. Et quand c'est crédible, j'aime encore plus. J'avoue avoir tout de même un peu plus d'affection pour Hrold mais c'est parce qu'il y a Alastair et Alcuin que je l'aime d'autant plus. Ils s'illuminent les uns les autres et c'est ça que je cherche dans un threesome ; cet équilibre qui rend la chose sublime. Et parce que je trouve ça beaucoup plus difficile qu'avec un couple "normal" (avec deux partenaires je précise), j'en suis d'autant plus admirative. Ce n'est déjà pas facile avec deux personnages, alors avec trois, ça l'est d'autant plus.

Dans l'ensemble, j'ai été merveilleusement surprise par ce petit roman que je relirais volontiers et que je conseille vivement sauf pour ceux qui n'aiment pas le sexe. Très bon bouquin !

par Kanon
Savoir être Savoir être
Sara Alva   
Savoir Être est un bouquin que j'ai trouvé totalement au hasard en me perdant sur Amazon. J'ai lu le résumé, regardé vite fait s'il était bien noté puis j'ai décidé d'essayer. Et je crois que j'ai franchement bien fait. Je l'ai bouffé en un week-end ! Sachant que j'ai été très surprise par sa taille et le nombre de pages qui est de 328, mais avec une police assez petite, ce qui en soin laisse beaucoup à lire. Mais la quantité ne fait pas la qualité !

Savoir être... un livre tout assez délicat de part son personnage principal, Connor, que j'aime vraiment beaucoup. Personnellement, j'ai retrouvé beaucoup de moi dans ce personnage. Etant réservé de nature, avec quelques difficultés de sociabilisation, ça m'a fait assez bizarre de retrouver des choses communes avec Connor. Je sais que c'est de la fiction, mais j'aime ces personnages auxquels on peut s'identifier sans que ce dernier ne soit une coquille vide sans personnalité, ou alors dans l'abus ou fixe sur un seul trait de caractère. J'aime les personnages un poil torturé et qui évolue. Et Connor est ça. Clairement, dans ce livre, on suit le petit Connor qui ne sait pas du tout comment faire pour bien faire avec ses congénères, et on apprend en même temps que lui. On l'observe essayer, rater, et réussir aussi. Et c'est ce qui m'a sincèrement plu. Connor n'est pas fixe et ce n'est pas non plus un génie. Il lui arrive de rater, de se décourager, de fuir, mais de tenter aussi, ou juste de vouloir essayer, parfois se finalisant par une réussite. Parfois pas du tout. Et ça, c'est franchement cool ! Ça rend le personnage humain. Très humain même. De plus, je me suis tellement senti concerné par ce qu'il traverse quand il arrive à l'université parce qu'il m'est arrivé la même chose. Observé tout ce monde inconnu, ces têtes étrangères, ces groupes se former, apercevoir de rares visages familiers mais pas spécialement amicaux. Pour moi ç'a été ça. Sans l'amour à la fin mais bon, tout n'est pas romantique dans la vie !

Soit, le personnage de Connor est très attachant selon moi. Sa timidité maladive le rend fragile et touchant, à la limite du pathétique parfois, et j'aime beaucoup ça. J'aime quand les personnages ne sont pas tout lisse et ont des défauts. Connor en a. Et c'est parce qu'il en a que ça le rend humain !

L'histoire en elle même est bien. Elle n'est pas extraordinaire, mais elle est bien. Claire et logique. Elle reste cohérente. Simple mais efficace je dirais. Disons que j'ai plus à en dire sur les personnages.

Sachant que j'ai déjà parlé de Connor, je vais attaquer les personnages secondaires. Et autant commencer par la moitié de Connor, Jared. Alors j'ai un peu de mal avec Jared. Déjà c'est un joueur de football et en tant que sportive (tennis en particulier, mais fan de volleyball aussi) j'ai du mal. Du mal avec le foot international et le football américain. Je ne sais pas trop pourquoi. Surement parce que je considère ça comme un sport de brut. Idem pour le rugby même si je sais que c'est plus technique. Attention, je ne dis pas que ces sports sont nuls ou quoi ! Je dis que ce n'est pas ma tasse de thé et déjà, Jared partait avec un handicape envers moi. Soit ! J'ai d'autres arguments pour défendre mes goûts ! L'auteure ne s'est pas simplifiée la tâche en choisissant un Jared hétéro de base. Quoi que... est-il vraiment hétéro de base ? Rien n'est moins sûr car il laisse sous-entendre que ça aurait été plus facile pour lui. Un joueur de football, beau garçon, sociable, populaire, évidemment qu'il devait être hétéro et sortir avec une jolie fille. Mais c'est trop facile. Dans un sens, ce personnage n'est pas inutile, loin de là (voilà, je ne l'aime pas mais je ne le dénigre pas pour autant). C'est en partie grâce à lui que Connor s'ouvre au monde et se dévoile. Même si au début c'est assez laborieux, au final, les rôles s'inverses presque à la fin, et ça, j'aime beaucoup. J'adore cet aspect où ce petit bout d'homme qu'est Connor soit suffisamment fort pour aider le grand gaillard qu'est Jared et qui n'est pas si intouchable. J'aime beaucoup ce retournement de cliché, tout comme à la toute fin, j'aime le geste de Jared. J'aime le fait que l'auteure ne se soit pas arrêté aux clichés. C'est bien un moment, les clichés, mais c'est sympa aussi de les dépoussiérer. J'ai apprécié ça. Sinon, pour en revenir à Jared, il y a des moments, je le trouve insupportable. Je sais que ça fait aussi partie du personnage, mais sincèrement parfois, il en demande tellement à Connor que s'en est presque injuste. Comme toujours, je vais éviter de spoiler mais voilà. De temps en temps, Jared abuse un peu. D'accord, il y a des passages où il est légitime pour lui de paniquer ou de craquer mais sincèrement, il est très chiant dans ce genre de cas. Je l'ai trouvé personnellement très agaçant et heureusement pour lu que Connor est un amour.

Sinon, dans les personnages secondaires, une que j'aime beaucoup est Rebecca, la partenaire de pupitre de Connor. Cette fille est juste géniale ! Elle est authentique, avec ses qualités et ses défauts. Et puis, elle a un look d'enfer qui change je trouve. Comme ses amis d'ailleurs. Et ce que je trouve aussi très sympa c'est que les amis d'un personnage secondaire ont aussi leur petite part d'importance, comme Tate notamment. Pas quelque chose d'extraordinaire mais un peu. Il n'est pas juste un nom cité. On le voit et il parle avec Connor. C'est très crédible je trouve. Pour en revenir à Rebecca, je la trouve très attachante. Elle aide beaucoup Connor à s'ouvrir aux autres, et même si parfois elle le fait de façon un peu maladroite, son geste reste louable. C'est un personnage qui a beaucoup à offrir. D'ailleurs, ça me fait penser à un passage où Connor suggère à Rebecca de se mettre à l'alto car il aime être le seul violon de la fosse. Ça m'a fait beaucoup rire car j'ai deux potes qui ont fait du violon. L'un classique, et l'autre de l'alto. Autant dire que c'est la guerre entre ces deux types de violon, et visiblement, c'est assez universel puisque l'auteure n'est pas française.

Un autre personnage secondaire intéressant est Ray. Dès le début, j'ai sentit qu'il allait être... un élément qui n'allait pas rester à sa place. Et j'ai eu raison. Le seul truc dommage selon moi c'est qu'après quelques excuses de Connor, on n'en entend plus trop parler de Ray alors qu'il aurait été intéressant d'en parler encore un peu, de construire autre chose avec. Je pense sincèrement que ce personnage a du potentiel.

Sinon, il y a Veronica. Que dire sur elle. Au début, on se dit, ou plutôt, je me suis dit "Ok, c'est une chieuse populaire". Sauf qu'en fait... non pas. Il y a des indices que j'ai repéré sans savoir quoi en faire. Des choses qui peuvent passer inaperçu mais que j'ai personnellement trouvé bizarre sans jamais savoir quoi en penser concrètement. Mais au final on a une explication et même si c'est assez rare, même si on se dit que ce genre de choses arrive aux autres et pas à nous, eh bien je ne suis pas d'accord. Parce que les autres peuvent être nous, donc je dis, pourquoi pas ! Et ça rajoute un peu de piment à toute cette histoire !

Pour finir, je veux parler de Ben. Ben le colocataire de Jared. Pas un BG du tout, et si au début je ne l'aimais pas car l'auteur nous le présente d'une façon un peu... maladroite, comme Connor le voit, au final, j'ai revu mon jugement sur la fin. Et je pense que c'est fait exprès. Je n'en dirais pas plus parce que ça vaut la surprise et j'ai personnellement beaucoup apprécié.

Sinon, pour en revenir à l'histoire, la fin est assez mimi. Avec un dénouement heureux bien mérité je trouve. Quant à l'écriture, elle n'est pas des plus complexes mais elle bien construite. Pas extraordinaire mais quelque chose d'appréciable à lire. Je voulais aussi souligner qu'il s'agissait d'une auto édition et je la trouve franchement génial ! Il y a quelques coquilles, surtout sur la mise en forme, mais sérieusement, l'histoire est tellement bien que je ne m'en suis pas réellement formalisé. Quant à la couverture, je tiens à féliciter celui qu'il l'a faite car je la trouve sincèrement jolie et très réussite. De base, je pensais que c'était un livre de l'édition Milady donc j'ai été surprise de voir qu'il s'agissait d'une si jolie auto édition. Et ce bouquin mérite sérieusement d'être éditer selon moi.

En outre, un très bon bouquin qui ne m'a pas du tout déçu, avec de bons personnages construits et qui évolue, une histoire classique mais avec laquelle on ne s'ennuie pas, et pas mal de sentiments. Je le recommande pour ceux qui aiment les histoires sentimentales sans trop tomber dans l'eau de rose !

par Kanon
Les Mémoires de Vanitas, Tome 1 Les Mémoires de Vanitas, Tome 1
Jun Mochizuki   
1 - Quelle magnifique couverture !
2 - Quel plaisir de retrouver cette auteure.
3 - Je veux le tome 2 !

Pour l'instant, il n'est pas facile de se faire une idée de ce que va donner cette nouvelle histoire mais elle semble bien partie. Le personnage de Vanitas est juste totalement détraqué mais j'adore. J'ai vraiment hâte de lire la suite !

par mokota
Buddhist priest & a spider Buddhist priest & a spider
Haji   
Je voulais ce livre depuis un moment. Non seulement parce qu'il y a un prêtre dans cette histoire, mais aussi parce qu'il a une araignée. Et ça ! Ça c'est vraiment génial ! J'adore ce genre de créatures, car ça sort de l'ordinaire. J'ai l'habitude de voir des démons, avec plus ou moins de cornes ou d'ailes, ou alors des métamorphe du style loup-garou, et je ne parle pas des vampires. J'aime toutes ces créatures, surtout en manga, mais une araignée, c'est vraiment super !! Moi j'adore ! Avec ses différents bras, ses multiples yeux, sa capacité à créer des toiles, tout ça, ça sort de l'ordinaire, et transposé sur une créature humanoïde, c'est absolument ce qui fait son charme !

Bref. Autant dire que cette histoire m'a attiré, que j'ai acheté le livre, et franchement, je ne suis pas déçu ! J'ai beaucoup aimé, et j'ai aussi été surprise. Quand je regarde la couverture, l'expression des personnages, je ne m'attends pas à ce qu'il y a l'intérieur car le caractère des protagonistes m'ont pris de court. Je ne les imaginais pas comme ça en observant la couverture, et une fois dans le bouquin, après la surprise, j'étais vraiment contente. Contente parce que je me suis trompée, parce que l'auteur, l'illustrateur même, m'ont trompé, et j'adore ça ! J'aime ne pas avoir raison, ne pas réussir à anticiper, car c'est ce qui fait une bonne histoire selon moi. Pour moi, si le lecteur peut anticiper le livre, c'est qu'il y a un problème. Je ne dis pas que l'histoire serait mauvaise, mais juste plus... gênante. Autant dire que surprendre le lecteur est l'un des buts premiers des auteurs, non ? Pour moi c'est ça, parce que si l'on étonne agréablement ses lecteurs, c'est qu'une partie du pari est tenu. Et dans ce manga, toujours selon moi, c'est largement tenu ! Il y a un nombre de scène non négligeable qui m'ont surpris, je n'ai quasiment jamais pu anticiper, ce qui est agréable ! Que ce soit le début, le milieu, ou la fin, tout m'a étonné, et j'ai aimé, je ne le nie pas.

Il y a beaucoup de scènes que j'ai aimé, mais je retiens surtout (attention, je peux spoiler) quand Jin mue pour la première fois. Je trouve cette scène géniale !! Et Jin devient tellement beau !! Même si sa mentalité n'évolue pas vraiment (pas du tout en fait), il est superbe ! L'image à ce moment là est absolument magnifique, il a une classe impressionnante, je suis amoureuse de ce dessin !
Sinon, le passage avec le pouvoir du renard à neuf queues... j'aime beaucoup, mais âme sensible s'abstenir même je ne trouve pas ça choquant personnellement, mais sait-on jamais. En fait, j'apprécie tout particulièrement le fait que l'auteur sache bien gérer les morphologies différentes des monstres. Entre avoir 8 bras et jambes, ou 4 oreilles et 9 neuf queues, ce n'est pas la même chose, ni les mêmes ressentis ! Je trouve que Haji se débrouille vachement bien à ce niveau, ce qui rend cette scène (et même les autres) très... réaliste ? Réaliste pour des monstres en tout cas ! Ce n'est pas juste une histoire d'avoir des bras et des queues en plus pour faire joli, il y a les sensations avec, et on le sait tous (du moins je crois) que c'est ce que les fans de Yaoi cherchent (quand ils aiment les monstres !). Pareil pour le poulpe à la fin ! Juste génial avec les tentacules parce que ça ne fait pas du style Hantai dégueu' ou super pervers (je ne dis pas que ce n'est pas pervers mais franchement je trouve ça beaucoup plus propre que tout les bruits qu'on entend sur les poulpes et le sexe). Je reparlerais de lui un peu plus loin.
Il y a aussi une scène qui m'a beaucoup touché, au point que j'en ai pleurer. Celle où Sôgen dévoile son passé à Jin. Je trouve ça vraiment émouvant. Le grand et solide Sôgen qui se retrouve désarmé face à son passé, et le petit (tout est relatif, n'est-ce pas) Jin, à la fois touché et heureux. Touché par l'histoire tragique de son maître, et heureux que ce dernier se dévoile enfin à lui. En fait, Jin est troublant, un peu à côté de la plaque parfois, mais sa spontanéité est sincère et touchante justement. Il aime son maître plus que tout, personne ne peut le nier !
Sinon, j'aime beaucoup la scène où Sôgen "espionne" Jin quand ce dernier découvre les sources chaudes. C'est tellement mignon !! Comment ne pas résister à la naïveté d'une petite araignée si mignonne, et la protection du prête qui ne l'avoue pas ?! C'est tout simplement poignant et réellement attendrissant. Sans parler de la scène qui suit. Je ne dirais pas de quoi il s'agit pour ne pas spoiler mais je les trouvé remarquable ! Et elle m'a pris au ventre, j'ai adoré ! Je crois que c'est le contraste des deux protagonistes en plus de la mise en scène de l'auteur qui rend ce passage incroyablement émouvant. Moi, il m'a ému, et franchement, je pourrais le lire et le relire sans me lasser.

Un autre point que j'ai beaucoup aimé, autant pour la culture générale des gens que la corrélation avec l'araignée, c'est la reproduction des fleurs (je suis moi-même étudiante en biologie, donc ça me touche beaucoup !). J'ai bien aimé car les fleurs sont très belles et les araignées peuvent contribuer à la pollinisation, même par hasard. En plus, je trouve que certaines images sont assez... érotique avec le pollen et tout ça. Ce n'est peut-être que mon imagination mal placé, ou alors vraiment un sous-entendu de l'auteur...

À la fin de ce manga, il y a un petit couple secondaire. Quand je l'ai vu, j'ai failli crier, j'étais vraiment contente parce que c'est le genre de couple secondaire que j'adore. Comme pour le moine et l'araignée, ils ont des caractères très spécifiques, très contrastés qui spiralent à merveille ensemble, se mélangent et s'assemblent uniformément. Une balance très équilibré que je trouve très belle, touchante, et poignante ! Je n'en dis pas plus car il faut vraiment le découvrir !

En soit, j'aime beaucoup les personnages de Haji. Pas un seul n'est vide sens, pas un seul n'est sans intérêt, pas un seul n'est fade, et pourtant, pas un seul ne se ressemble. Je trouve ça formidable de pouvoir suivre l'aventure de personnages de cette qualité ! Ils ont tous des personnalités, des caractères, des valeurs, un physique, un moral très différent, franc, affirmé, très net, les uns par rapport aux autres. L'auteur ne mélange rien, c'est très clair, j'adore ça ! D'accord, de temps en temps j'ai l'impression qu'il manque des passages, des détails, que l'auteur a fait des ellipses un peu trop brusques, mais en soit, je lui pardonne ce petit défaut pour tout le reste (car rien n'est parfait !).

Haji a un coup de crayon que je trouve très joli. C'est une belle signature graphique, avec un équilibre remarquable ! Les proportions sont vraiment biens, surtout pour les monstres mêmes si les quatre bras supplémentaires de Jin me paraissent un poil trop frêles par rapport à ceux qu'il garde en permanence. Il n'y a pas de problèmes sur ce point d'après moi. De même pour tout ce qui est ombre et utilisation de trames. Tout est bien utilisé, sans abus, sans vide. Les détails, les décors sont aussi très présents, toujours quand il le faut, sans excès, sans que cela ne noie la page, ou ne la rende brouillon. C'est fin, net, précis. Très agréable à lire et à regarder en soit !

En outres, j'adore ce manga, je ne suis vraiment pas déçue, au contraire, agréablement surprise ! Je le conseille vivement pour les amateurs de monstres ou de Yaoi qui sort un peu du commun, ou même à ceux qui aiment tout ce qui est touchant et émouvant.
Très bon livre !!

par Kanon
Loveless, Tome 4 Loveless, Tome 4
Yun Kouga   
c'est vrai que les graphisme de ce tome ainsi que les autres sont très beau. Plus je lis ce manga plus je l'adore je le trouve sympathique à lire.

par yukiusui
Loveless, Tome 7 Loveless, Tome 7
Yun Kouga   
j'aime beaucoup qui on des oreilles de chat alors là je suis servis :)

par yukiusui
Loveless, Tome 6 Loveless, Tome 6
Yun Kouga   
Très beau manga , très touchant , de très très jolies graphique à mon gout, une histoire mignonette, un peu d'amour, tout pour me plaire <3

par Myuw
Loveless, Tome 5 Loveless, Tome 5
Yun Kouga   
Très beau manga , très touchant , de très très jolies graphique à mon gout, une histoire mignonette, un peu d'amour, tout pour me plaire <3

par Myuw
Loveless, Tome 3 Loveless, Tome 3
Yun Kouga   
Très beau manga , très touchant , de très très jolies graphique à mon gout, une histoire mignonette, un peu d'amour, tout pour me plaire <3

par Myuw
Loveless, Tome 8 Loveless, Tome 8
Yun Kouga   
Un bon tome avec de l'action. On a l'impression que les choses vont se dénouer, au moins un petit peu, mais pas du tout, bien au contraire. Le personnage de Seimei m'intrigue encore plus qu'avant. Il a l'air puissant, il l'est sans doute, mais il avoue de lui-même qu'il ne l'est pas tant que ça en demandant l'aide de Sôbi. Au final, Seimei est un personnage qui tire sa force de la manipulation et même quand les autres personnages s'en rendent compte, il leur est difficile de passer outre. J'aime beaucoup ce genre de personnage, mais j'aime encore plus la relation presque malsaine qu'il a avec son petit frère, et le dévouement de Ritsuka pour faire entendre raison à son aîné. Quant à Sôbi... disons que je suis mitigée. J'adore les personnages torturés, et le fait qu'il obéisse encore à Seimei, contre Ritsuka, j'ai beaucoup aimé. C'est le après qui est un peu plus pathétique, mais sûrement fait exprès.

En tout cas, j'ai hâte de lire la suite, d'en apprendre plus sur Ritsuka et son frère, sur Sôbi, et tout ce qui touche aux combattants et aux sacrifiés.

par Kanon