Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Karine-45 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Insurgés, Tome 1 : Conquête Les Insurgés, Tome 1 : Conquête
Elle Kennedy   
Quelle arnaque ! C’est rare que j’écrive un avis négatif sur un livre, car d’habitude, je préfère passer au silence mes déceptions livresques en considération du travail fourni par les auteurs, mais là, vu le matraquage médiatique à propos de ce bouquin (il a bien fait le tour des book hauls sur youtube, notamment….), je me sens obligée d’intervenir si vous partagez les mêmes goûts que moi en matière de littérature ! Alors ok, j’ai abandonné ma lecture assez rapidement pour juger en tout impartialité mais dès le début, le côté sexuel et malsain ne m’a pas plu et je ne me voyais vraiment pas me forcer à aller jusqu’à la fin du livre (y’a pas mieux pour se provoquer une panne livresque en faisant ça ! Et vu le nombre de bouquins qui existent, je ne vois pas pourquoi je perdrais mon temps avec un livre qui ne me plait pas dès le début !)….J’ai définitivement arrêté de laisser une chance à l’auteure américaine Elle Kennedy à partir du moment où elle met en scène son héroïne dans une baignoire et qu’elle précise qu’elle a le sexe totalement épilé….WTF !!!!! Nous nous trouvons dans un monde post-apocalyptique, il n’y a plus de règles, plus de lois, les gens s’entretuent pour survivre, et mademoiselle a le temps d’aller chez l’esthéticienne pour se faire épiler le sexe ?!!!!! Elle l’a trouvée où sa p*tain d’esthéticienne ? Et si elle s’épile au rasoir, elle a fait comment pour être lisse ? Car pour couronner le tout, il est précisé que cela fait une semaine qu’elle ne s’est pas lavée, depuis sa fuite, son errance à travers les routes…..Mais non, elle a le sexe bien épilé et rien ne repousse…..OK ok ok…..Là, je me suis vraiment dit que l’auteure se foutait de ma gueule ! On a l’impression d’être dans un porno et que tous les moyens sont bons pour mettre en scène les personnages dans des situations lubriques et salaces ! (je ne vous parle pas du passage où notre belle Hudson -au sexe épilé- retire héroïquement son t-shirt (ou débardeur échancré ?) et se retrouve en soutif devant un groupe de mâles virils - avec les yeux qui leur sortent de la tête -et le zizi qui pointe à la braguette - (car en plus, Mademoiselle a une poitrine impressionnante, bien entendu) et tout ça pour quoi ? Pour se servir de son vêtement pour stopper le sang qui coule de la blessure de l’un de ces mecs qu’elle vient de rencontrer…..Purée !!!!!!!!! Même les films érotiques du dimanche soir sur M6 n’auraient pas osé nous mettre ce genre de cliché !!! Purée, je suis vraiment énervée !!!!!!!! Et pourtant, l’idée de départ était plutôt bonne avec ce monde de chaos et notre héroïne qui est la sœur du chef des Souverains (le souverain des souverains, finalement, non ?....) et qui fuit le « royaume » pour éviter un mariage forcé et se retrouve dans le groupe adverse des Insurgés et tombe « sous le charme » du chef, Connor, qui ignore qu’elle est la sœur de son adversaire…..Les opposés s’attirent, des drames et des trahisons à venir, oui, tout était mis en œuvre pour que j’adhère à cette lecture mais voilà, les personnages masculins sont vraiment trop vulgaires (dans leurs paroles et dans leurs actes) et comme les Insurgés vivent au jour le jour, c’est partouze à tout va pour profiter de la vie comme s’ils allaient mourir demain….Pitié !!!.....Même un groupe de bonobos en chaleur serait choqué par leur attitude ! Connor, le personnage masculin principal, était beaucoup moins porté sur le sexe que ses compagnons d’arme (au moment où je me suis arrêtée dans ma lecture, je précise...), mais voilà, sa façon d’agir avec Hudson, l’héroïne, ne m’a vraiment pas plu…..Oui, je me suis arrêtée à la scène de la baignoire (quand il rentre d’un coup, et la mâte sans vergogne, sale cochon !)….Oui, je me suis arrêtée là car j’ai tout de suite pressenti que cela n’allait aller qu’en empirant…..Et j’ai eu raison car dans d’autres avis que j’ai lus par la suite, notamment ici sur Booknode, apparemment, il va aussi y avoir des scènes de masturbation en public, des plans à trois etc….Bref, que du romantisme et de la distinction dans ce bouquin !......Je n’ai lu qu’un seul livre de l’auteure Elle Kennedy, c’est The deal et je compte continuer cette saga New adult mais pour ce qui est des Insurgés, non merci, je passe mon tour ! Trop vulgos pour moi ! Mrs Kennedy, vous m’avez déçue sur ce coup-là !

par viedefun
Delirium, Tome 2 : Pandemonium Delirium, Tome 2 : Pandemonium
Lauren Oliver   
http://wandering-world.skyrock.com/3074076381-Delirium-Tome-2-Pandemonium.html

Je viens juste de finir Pandemonium... Et ouaw. J'en suis encore tout retourné. Complètement chamboulé. J'ai attendu ce roman une année et un mois. Et ça y est. Le voyage est terminé. J'en veux plus. Encore et toujours plus. Plus, plus, plus. La suite de Delirium est tout aussi captivante que le premier opus. Plus. Plus. Plus. Je suis déjà en manque des mots de Lauren Oliver. De ses magnifiques expressions. De ses phrases qui m'ont brûlé les veines et ont fait frissonner ma peau. Je sors d'un brouillard épais et merveilleux. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.
Je sens que je vais vraiment avoir du mal à écrire mon avis. Pandemonium nous offre tellement d'émotions, tellement de sentiments, qu'on en ressort complètement abasourdis. Une nouvelle fois, l'auteure parvient à nous embarquer avec Lena dans un monde dystopique aussi horrible et atroce que passionnant et déchirant. On a les jambes qui flageolent, la respiration coupée, les yeux qui piquent. Les sensations de bonheur infini et de détresse intense jouent à nous faire souffrir à tour de rôle. On a l'impression que tout va bien, alors qu'on sait pertinemment que quelque chose cloche. On se blesse. On ouvre notre âme au monde poignant de Pandemonium. On souffre. Et on en redemande. Plus. Plus. Plus.
Le roman est divisé en plusieurs parties qui nous ramènent alternativement dans l'"avant" et "maintenant". Ainsi, nous découvrons comment Lena a évolué après la fin terrible de Delirium. Nous vivons avec elle ce qu'elle qualifie comme sa "renaissance". Nous découvrons un tout nouveau personnage. La Lena naïve et innocente du premier opus a complètement disparu. Un peu à la façon d'Hunger Games, Pandemonium n'hésite pas à refléter les failles et les cicatrices du protagoniste principal. La douleur et la peine sont définitivement ancrées dans le coeur de Lena. A tout jamais. Mais elle doit avancer. Continuer. Encore. Toujours.
Nous traversons dans les deux époques des moments très, très forts. Très durs psychologiquement, aussi bien pour nous que pour notre chère Lena. En pénétrant dans la Nature, elle va devoir affronter sa décision de quitter le monde des "Invulnérables". Mais, désormais, elle est forte. Déterminée. Forgée par son passé. Alors elle va réussir à s'en sortir. Enfin, elle va également recevoir l'aide importante d'une constellation de nouveaux personnages : Raven, Sarah, Tack, Blue, et j'en passe. Chaque nouvelle personne a un rôle bien précis dans cet opus : nous faire rire, nous émouvoir, nous faire pleurer, nous faire vibrer. Bref, on passe par une foultitude d'émotions tout au long de notre lecture. Mais c'est essentiellement dans l'"avant" que nous apprenons à les connaître, à s'attacher à eux, puis à éprouver de la tristesse.
A l'inverse, dans le monde de "maintenant", nous nous concentrons sur Lena. Le monde dystopique de la trilogie nous est, cette fois, exposé en profondeur. La révolte est complètement en place, et ça se sent. L'action est beaucoup plus présente dans ce second tome. Le chaos règne, l'adrénaline et le suspense vont crescendo. On s'agrippe aux pages du roman, les mains moites, pour parvenir à tenir le coup. Comme Lena, on se cramponne à quelques lueurs d'espoir, à nos rêves les plus fous.
Mais ce n'est pas tout. Car Pandemonium, bien que l'on aurait pu penser le contraire, regorge également de passion et d'amour. Oui, un nouveau personnage masculin va faire son entrée dans la vie de Lena. Et ce personnage, c'est Julian. Le fils du créateur de l'APASD, une association qui vise à supprimer le plus rapidement possible le deliria, la maladie de l'amour. Comment, pourquoi, à cause de qui ? Je vous laisse le découvrir. Mais comme je le disais, l'action est omniprésente. Préparez-vous donc à vivre les montagnes russes côté sentiments grâce à Julian.
Ce nouveau héros n'est pas comparable à Alex, mais je dois bien reconnaître que je l'apprécie grandement. Il représente parfaitement ce que la société de l'univers dystopique de Delirium veut nous faire comprendre : il gobe bêtement tout ce qu'on lui raconte, a peur d'approcher Lena, d'être contaminé par l'amour. Autant de choses qui m'ont rappelé mon addiction pour le premier opus de cette trilogie inoubliable, et qui m'ont permis de tomber amoureux de Pandemonium.
Rien que de repenser à tout ce qu'on traverse dans le roman, j'ai des palpitations. Tout est, une nouvelle fois, parfait. Lauren Oliver arrive à toucher l'endroit le plus profond de nos être. Nous émouvoir au plus haut point, c'est définitivement son truc. Elle sait nous renvoyer la dure difficulté qu'est celle de se battre pour ses rêves à la figure par le biais de mots et d'expressions saisissantes. Mais elle nous transmet sans cesse le même message : par amour, rien ne peut nous arrêter. Et c'est cela que je retiendrais du roman. Aussi bien grâce à la détermination de Lena que grâce aux instants palpitants, prenants, exaltés et profonds qu'elle va vivre avec Julian.
Nous sommes donc plongés dans un univers envoûtant, qui ne cesse de nous hanter et nous fasciner à la fois. L'aventure que vivent nos deux héros nous coupe le souffle et nous consume de l'intérieur. Jusqu'à la fin. Jusqu'à la dernière page, qui, elle, m'a laissé... Haletant. Écoutez-moi bien : ne lisez surtout pas la dernière ligne du roman si vous ne voulez pas vous faire spoiler. Car... Ouaw. Nous apprenons, enfin, ce qui est arrivé à Alex. Et, je vous préviens, c'est du très, très, très lourd. Je veux la suite. Sur-le-champ. Je ne sais réellement pas comment je vais faire pour attendre Requiem. Cette impatience, je vais la vivre comme une vraie torture.
En définitif, et je pense que vous l'aurez compris, Pandemonium est un roman brutal et extraordinaire, qui nous envoie autant d'espérances et de certitudes que de peines et de souffrances. On termine ce magnifique ouvrage les larmes aux yeux, avec un désir familier : une fois le livre refermé, on en redemande. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.

par Jordan
Delirium, Tome 1 : Delirium Delirium, Tome 1 : Delirium
Lauren Oliver   
Wahou, Wahou et re-Wahou!
Que dire? Un livre magique? Magnifique?
Au début il faut s'accrocher car il y a plein de choses à comprendre: la Procédure, leur mode de vie (au moindre écart de conduite: coups de matraque), la famille de Lena...
Les personnages sont attachants mais je regrette un peu que Grace ne soit pas plus présente... Alex est encore un de ces garcon trop beau et trop parfait =)
Pendant qu'on lis le livre on ne se rends pas compte à quel point on aime et quand on le pose on se dit "Mince, je l'ai déjà fini !!"
Vivement le tome 2 car cette fin nous laisse un peu sur notre faim =)

par Rachel
Le Dernier Jardin, Tome 3 : Rupture Le Dernier Jardin, Tome 3 : Rupture
Lauren DeStefano   
Une fois n'est pas coutume, ce livre m'a laissée sans voix. Je ne sais toujours pas quoi penser de cette fin. [spoiler](mais est-ce une fin, vraiment ? Plutôt un commencement vu le ton des dernières lignes... Vous comprendrez en lisant.)[/spoiler] Tout est si soudain, et pourtant il y a des moments où le temps semble s'arrêter. Des personnages qui nous faisaient parfois horreur paraissent tout à coup tellement humains. [spoiler]J'ai une pensée toute particulière pour Madame qui va, de façon imprévisible et indirecte, libérer tout le monde.[/spoiler] Des instants tant attendus ne se déroulent absolument pas comme on l'aurait imaginé.Vous pleurerez peut-être, ou vous hurlerez ou alors, vous serez, comme moi, tétanisés, incrédules face à des moments d'une tristesse infinie ou d'autres instants pleins d'un espoir autrefois redoutable.
J'annonce la bonne nouvelle : Linden, Cecily et Bowen seront de retour dans ce tome en tant que personnages principaux aux côtés de Rhine. Pour le meilleur ? Pas sûr. Il est évident que Vaughn ne reculera devant rien pour continuer à mener ses obscurs projets tout en s'assurant que son fils reste parfaitement ignorant. Mais Linden n'est plus aussi naïf qu'avant, et cela grâce à Rhine. [spoiler]Je n'aimais pas particulièrement Linden au début, c'était agaçant de se dire que des filles avaient été enlevées, tuées pour lui et qu'il n'en savait rien. Aussi, lorsqu'il s'est réveillé (enfin, c'est plutôt Rhine qui lui a jeté un grand seau d'eau froide à la figure) et qu'il a réalisé le monstre qu'était son père, j'ai commencé à l'apprécier. Pas parce qu'il a accepté ce fait tout de suite (il a accusé Rhine de mentir et l'a rejetée plutôt sèchement, il fallait s'y attendre) mais parce qu'il a eu le courage de regarder la vérité en face puis de comprendre Rhine. Pour un homme qui a vécu dans une illusion toute sa vie et qui se rend compte du truquage, je trouve ça particulièrement courageux.[/spoiler]
Et vous ne reconnaîtrez (presque) pas Cecily. Bien sûr, elle a toujours son sale caractère mais elle a grandi. Elle ne vit plus que pour son mari et son fils, et c'est pour ça qu'elle ne se laissera plus manipuler par Vaughn. C'est pour cette raison qu'elle va se retrouver en danger... [spoiler]Le moment où on a cru qu'elle était morte avec son bébé... Je n'aurais jamais pensé ressentir une telle peine pour la disparition de celle qui apparaissait comme une vraie peste au début de la série. La réflexion de Rhine au sujet de la force qu'il a fallu à Cecily pour ressusciter est magnifique.[/spoiler]
Vous croyez connaître l'étendue de la cruauté de Vaughn ? Mais vous n'avez encore rien vu. Il va commettre un des seuls actes dont on l'aurait cru incapable... [spoiler]Il va tenter d'assassiner Cecily en même temps que son futur petit-fils. Le bébé ne survivra pas mais Vaughn a sous-estimé la volonté de sa belle-fille.[/spoiler]
L'introduction du personnage de Reed, le frère de Vaughn, est intéressante pour l'histoire. Il apporte un nouvel éclairage sur certains faits de famille. Sorte de savant (un peu) fou, bricoleur et pas très loquace au début, il va offrir un soutient inattendu à son neveu et ses épouses. J'ai beaucoup aimé son côté marginal et ses théories conspirationnistes sur les livres d'Histoire. Je pense que certains le détesteront à la fin. [spoiler]Personnellement, je n'ai pas réussi à lui en vouloir pour l'accident avec Linden, en grande partie parce que Linden n'aurait jamais vécu totalement heureux sans Rose, c'était évident vu sa réaction chaque fois qu'on parlait d'elle, et puis aussi parce que Reed ne pouvait pas prévoir sa mort.[/spoiler]
Et maintenant, la question principale du tome : Rhine va-t-elle retrouver son frère ? Oui. Mais ne vous attendez pas à des retrouvailles de conte de fée. Comme le dit Rhine à un moment du livre, on ne peut pas s'attendre à ce qu'une personne soit la même après un an de séparation. [spoiler]Je n'ai pas accroché avec Rowan. Je n'arrivais pas à comprendre comment quelqu'un de si pragmatique et brillant, selon Rhine, avait pu se laisser manipuler par un psychopathe comme Vaughn. Et puis, je ne sais pas... Il n'avait pas ce petit truc qui fait qu'on se met à aimer un personnage; une expression, un tic, une opinion... Il m'a paru peu utile et passif, en bref.[/spoiler]
La fin... La fin est complète (c'est nul comme terme mais je n'ai pas mieux). Orchestrée très rapidement, surprenante mais complète. Encore une fois, pas de conte de fée. Ils ne vivront pas tous heureux. [spoiler]Ils ne vivront pas tous, d'ailleurs.[/spoiler] Quant à savoir qui aura droit à un happy ending... Vous le saurez en lisant Sever sans vous évanouir avant la dernière page.
Le Dernier Jardin, Tome 1 : Éphémère Le Dernier Jardin, Tome 1 : Éphémère
Lauren DeStefano   
Ouaw. Qu'est-ce qui vient de se passer ?! Je viens de clore le roman Wither, et je crois qu'il va me falloir un petit moment avant de quitter son univers... Il est addictif, saisissant... Je ne sais plus trop quoi dire, sauf que faire mon avis sur ce livre va être compliqué je pense !
Wither... Depuis combien de temps je vous en parle ? Que ce soit sur Facebook ou sur le blog, je pense que les personnes qui me suivent n'ont pas pu y échapper. Depuis plusieurs mois déjà, je ne cachais pas mon désir de lire ce livre. Maintenant que c'est chose faite, je regrette de l'avoir terminé si vite. J'aurai dû m'en douter.
Et vous savez pourquoi je suis dans tout mes états là, maintenant ? Parce que Wither est spécial. C'est un roman dystopique, d'accord, mais il ouvre une nouvelle porte à ce genre littéraire. D'habitude, mes lectures ne me mènent pas dans un monde si nouveau, si puissant et si surprenant. Vous voulez sûrement savoir de quel genre d'univers je parle...
L'histoire se passe dans un monde où une maladie tue les femmes à vingt ans, et les hommes à vingt-cinq. Durant cette vie de courte durée, les femmes sont enlevées pour être forcées à des mariages polygames, à la prostitution, ou tout simplement tuée. Ces trois actions n'ont pour objectif que deux choses : permettre à l'humanité de ne pas s'éteindre ( comme les femmes tombent enceintes avec ou sans leur consentement ) et permettre de trouver des corps dans lesquels on tentera d'injecter un antidote pour éviter aux humains de disparaître totalement de la surface de la Terre.
C'est dans cet univers noir et terriblement choquant qu'on suit Rhine, une adolescente de seize qui va être enlevée et conduite dans un manoir magnifique, grand, plein de richesses. Mais comme tout dans le roman, cela n'est qu'une illusion. Rhine va être contrainte à se marier à Linden, un homme qui n'a plus que cinq ans à vivre et dont la première femme est mourante. Elle va découvrir que deux autres filles vont devenir ses "sœurs de mari". Jenna et Cecily. Elles sont respectivement âgées de dix-neuf et de ( seulement ! ) treize ans.
Au fur et à mesure de l'histoire, on va apprendre à connaître ces personnages, et à se lier à Rhine. C'est une héroïne attachante et touchante. On comprend ses sentiments et on n'hésite pas une seconde à se ranger à ses côtés.
Bien sûr, cette dernière va vite se rendre-compte du mensonge qui l'entoure, que tout n'est que tromperie et
imposture. A cause de cette révélation et surtout du fait que Rowan, le frère jumeau de Rhine qui n'est pas au courant que sa sœur a été enlevée, lui manque atrocement, Rhine va tout faire pour s'enfuir. Mais avant qu'elle ne trouve un moyen de s'échapper, elle va apprendre à vivre dans cette nouvelle et immense maison.
Durant des mois, Rhine va profiter des jardins à couper le souffle, des chambres aménagées spécialement pour elles trois, et des serviteurs qui leur sont offerts. D'ailleurs, un des élément clé de l'histoire est caché dans cette catégorie : Gabriel. C'est la personne qui va tout faire basculer. Aussi bien Rhine que nous.
Je ne vais pas vous en dire plus sur l'histoire, car elle est trop belle pour être racontée et spoilée. Elle est belle, fascinante... Je pense qu'on ne ressort pas indemne de cette lecture. Les mots parfaits pour la qualifier serait sûrement qu'elle est... Magnifiquement gênante. Gênante... Ce mot résume tout. Elle a beau être superbement écrite, on a beau comprendre tous les personnages, l'intrigue n'en reste pas moins désagréable, mais au sens difficile à lire tant on a de la peine pour les personnes que l'on suit.
Alors oui, je ne peux que vous conseiller Wither. Les pages que recèle le roman sont aussi splendides que l'image de la couverture. Chaque ligne est à délecter, à apprécier jusqu'au bout tant chaque mot sonne comme une parcelle d'espoir, de lumière dans un océan de noirceur.
Une lecture palpitante et émouvante, qui nous laisse déguster le vrai goût des rêves et de l'existence.

par Jordan
Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes
Kami Garcia    Margaret Stohl   
J'étais impatiente d'enfin lire ce dernier tome !
Première impression en boutique : déception. Je m'attendais à un nouveau bon pavé comme les trois premiers. Et là... Il me paraît vraiment minuscule. Bref, la déception ne dure pas longtemps puisque qu'à peine sortie je me plonge dans le résumer et souris, impatiente de démarrer la lecture.
Après lecture, mon avis est mitigé. D'un côté, j'ai adoré car la boucle est bouclée, c'est-à-dire que toutes les questions qui restaient en suspend dont réglées d'une manière ou d'une autre (surtout, mon coup de cœur a été qu'elles pensent à enfin nous révélait ce que fabriquait Link à 9 ans dans la cave d'Ethan !). Ensuite, nous retrouvons tous nos personnages favoris avec plaisir, entre autres, Rid, Link, Macon, John, Liv, Reece et d'autres (en particulier une), dont je ne dirais rien pour vous laisser la surprise.
Ce que j'ai un peu moins aimé c'est tout se passe très vite. On a peine le temps de réaliser que quelque chose s'est passé que tout est déjà terminé. En fait, il se passe énormément de choses dans ce tome, peut-être trop car finalement, on se retrouve presque noyés sous les informations. Il fallait, certes, tous ces éléments pour conclure la saga, mais dans ce cas il aurait peut-être fallu l'allonger un peu.
Cela dit, j'ai beaucoup aimé le dénouement de toute cette histoire. Bien que le style des auteurs - que j'aime toujours autant - a été un peu plus épuré, elles n'ont rien laissé au hasard et on trouvé la façon de lier tout ça et de nous offrir une excellente fin - certes peut-être trop rose mais, après tout, qui n'aime pas ça ?
Bref, la fin de cette sage fiche tout de même un sacré coup et ça laisse une étrange sensation lorsqu'avec la page de fin nous réalisons qu'il n'y aura plus de nouveau voyage à Gatlin...

par Eoria
Sentiment 26, Tome 3 Sentiment 26, Tome 3
Gemma Malley   
To survive you need people watching you, following your every move. That's the only currency now: being interesting, being liked ...And, of course, you have to update every fifteen minutes. It means everyone knows where you are, what you're doing; it means that there are no secrets...Everybody watches everyone else; nothing is hidden. And for those who fail to 'update' every fifteen minutes, the consequences are deadly. Evie and Raffy may have escaped the City but they still fear for their lives. Now the only person who can help them is Frankie, a total stranger, the most popular girl in the world, watched every second by millions of people. But Frankie has other ideas...And all the time, Lucas is waiting desperately for word from Evie, word that she is coming back to him. The conclusion to Gemma Malley's terrifyingly dark vision of our near future will leave you gasping for air.

par Joany13
Sentiment 26, Tome 2 Sentiment 26, Tome 2
Gemma Malley   
They walked in silence onto the raised path that led to the East Gate. The closer they got, the louder the buzzing was. As they approached the gate it was almost unbearable. There was a stench in the air that made it hard to breathe, a stench that made the hair on the back of Lucas' neck stand up on end. Whatever had brought the flies here wasn't good. It's been a year since Evie and Raffy escaped the controlling regime of the City, leaving Lucas behind to rebuild the ruins of the place they once called home. And Lucas knew that once he said goodbye, Evie would be lost to him forever...But the City soon finds itself plagued by another terrifying threat: the Disappearances: teenagers who have gone missing from within the City walls, apparently vanishing into thin air. With the City at stake, Lucas has no choice but to call on his old friends - even if seeing them together is more than he can bear.

par chica07
Sentiment 26, Tome 1 Sentiment 26, Tome 1
Gemma Malley   
http://wandering-world.skyrock.com/3082023537-Sentiment-26-Tome-1-Sentiment-26.html

Sentiment 26 est mon premier roman lu de Gemma Malley, auteure de la trilogie La Déclaration. Ce qui est formidable avec Mme Malley, c'est qu'on a l'impression de connaître son écriture depuis toujours. Sa façon d'écrire est vraiment magnifique, on plonge corps et âme dans l'univers qu'elle nous offre. Nous découvrons par ailleurs qu'elle maîtrise vraiment le monde qu'elle a créé, et nous sert une bien belle dystopie.
Nous faisons ici la rencontre d'Evie, seize ans. C'est une jeune femme très respectueuse des lois de la Cité, lieu où vivent toutes les personnes dont on a supprimé le Mal en elles, et qui tente à tout prix d'éviter d'être piégée par le Système, car elle possède un secret qui pourrait faire chavirer son existence. En effet, elle est tombée amoureuse de Raffy, dix-sept ans. Sauf qu'Evie est promise au frère de ce dernier, Lucas ( qui a tout de même vingt-huit ans selon mes calculs ), depuis des années. Elle doit l'épouser et vivre toute sa vie avec lui. Mais, évidemment, rien ne va se passer comme prévu.
Mais ce n'est pas tout. Dans l'univers contre-utopique d'Evie, les êtres vivants possèdent tous une étiquette : de A à D. A signifie Admirables, B Bienveillants, C Convenables, et D Déviants. Et puis il y a cette étrange lettre, E, dont personne ne connait la signification. Evie travaille dans le service d'étiquetage de la Cité, ce qui permet une immersion totale dans le récit. D'ailleurs, cette idée d'étiquette ne vous rappelle rien ? Personnellement, il y a une phrase dans le livre qui m'a fait réfléchir : "on colle des étiquettes à tout le monde". Oh god ! J'ai bien l'impression que Gemma Malley a osé pousser à l'extrême cette expression pour nous livrer un monde où nous ne jugerions plus que par des labels imposés. Assez troublant, n'est-ce pas ? Car ceci n'est-il pas ce que la plupart des gens font aujourd'hui ? Haha, ça pousse à la réflexion, moi je vous le dis !
Bref, je m'égare. Comme je viens de vous le démontrer, on croit sans aucun mal aux propos de l'auteure, ce qui rend son récit vraiment palpitant et prenant. De plus, les protagonistes que nous suivons sont très touchants, très bruts de caractère, très humains. Evie et Raffy sont juste adorables. Ils s'aiment, et ça se sent. Les flash-back qui nous racontent leur rencontre et leurs habitudes depuis des années sont attendrissants. On craque sans peine pour leur idylle en apparence impossible. Quand à Lucas, c'est un personne très énigmatique au début du roman. Il est froid, distant, et agit comme une machine à ce que lui ordonne la Cité et son dirigeant, le Guide Suprême.
Très vite, ces trois personnages vont former un trio indissociable, et ils vont devoir affronter main dans la main les horreurs que la Cité a prévu de leur infliger. Car oui, tout est sur le point de changer dans la vie de chaque habitant de la ville. Raffy va être expulsé de la Cité, et Evie va décider de le suivre. Sauf que rien ne les a préparé à ce qui les attend. Et nous non plus, d'ailleurs. Si, au premier abord, on peut s'attendre à ce que l'histoire ait du mal à prendre son envol, très vite l'action prend le dessus.
En effet, même si les rebondissements ne sont pas énormes, il y en a tellement qu'on en a le souffle coupé. Le surprises s'enchaînent et se suivent sans cesse mais ne se ressemblent pas ! Evie, Raffy et Lucas nous en font voir de toutes les couleurs. Dans ce monde où le chaos et le mensonge règnent, la passion, l'espoir et la peur s'allient pour les détruire. Ainsi, Gemma Malley nous offre une histoire saisissante et fascinante, au coeur d'un univers aussi extraordinaire que choquant.
A contrario, même si j'ai vraiment beaucoup aimé Sentiment 26, il m'a manqué un petit quelque chose. Je ne saurais pas vous dire quoi exactement, mais je n'ai pas eu la flamme qui fait que je serais tombé amoureux du livre. En même temps, les premiers tomes des sagas dystopiques finissent par tous plus ou moins se ressembler. Du coup même si l'auteure parvient à innover, je n'ai pas vraiment été happé au maximum. Mais je ne doute pas une seconde que la suite de ce roman me conquerra entièrement vu la fin de ce premier opus !
En effet, la conclusion de Sentiment 26 est juste haletante ! Durant les dernières pages, tout s'accélère : l'action, les trahisons, les rebondissements, notre souffle, notre coeur. On panique, on se ronge les ongles ( j'ai encore mal aux doigts en tapant sur mon clavier ), et on se torture la tête à force de chercher des échappatoires pour nos héros. Bref, on est totalement saisis par la tournure que prennent les choses. Jusqu'à la dernière ligne, je n'avais rien vu arriver. La fin du livre est vraiment parfaite : il reste quelques questions en suspens ( mais pas de grosses interrogations qui nous tuent ), il y a déjà pas mal de choses qui sont mises en place pour le tome 2, et, surtout, l'épilogue, est très touchant.
En résumé, Sentiment 26 est un très bon roman, qui plaira très certainement aux accros du genre dystopique. A plusieurs reprises, il m'a rappelé le fabuleux roman La Forêt Des Damnés ( avec le Mur de la Cité et les Maudits derrière ) et mon coup de coeur Delirium. Donc si vous avez aimé ces deux livres, vous pouvez acheter les yeux fermés le nouveau roman de Gemma Malley. L'histoire est réellement captivante, les protagonistes sont formidables, et, même s'il manque un tout petit truc, on ne peut pas s'empêcher de replonger encore et encore dans l'univers passionnant qu'est celui de Sentiment 26.

par Jordan
Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre
Cornelia Funke   
J'ai encore plus aimé que le premier, je pense ! Le monde d'Encre est plus exotique que le nôtre, on découvre tout un nouveau mode de vie, de nouvelles villes, de nouveaux personnages, tout en gardant nos favoris qui vivent de dangereuses aventures pleines de rebondissements. La fin laisse présager un tome 3 fascinant, et j'ai hâte de le lire !