Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Karine-82 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel
James Dashner   
Retour dans le monde de James Dashner!
Et oh lalala, je ne crois pas que je vais me remettre de cette trilogie. Ça doit faire un an que je n'ai pas lu ce genre de série qui vous comprime le cœur et vous empêche de dormir. Je doute d'en retrouver encore. Car L'Epreuve est vraiment exceptionnel et c'est se briser le cœur que de fermer Death Cure. Un déchirement. Savoir que plus jamais je ne lirai sur ces blocards me tue, c'est un horreur.
Que dire sur ce tome 3? Déjà, qu'il faut une volonté surhumaine pour ne pas lire la fin (qui, comme tout les tomes, se finit sur un mail du WICKED.). Des le début, ce n'est que panique et angoisse et les doigts qui tremblent sur les pages. C'est affreux de devoir tourner chaque page. Jamais l'action ne s'arrête. Il y a toujours quelque chose qui se passe, l'histoire ne s'essouffle pas et ne parait pas forcée.
Tous sont de retour: Thomas, Minho, Theresa, Brenda, Jorge, Newt... Les fondus, Poêle à frire, le WICKED... Mais que d'émotions, j'en ai encore la gorge nouée, l'estomac de travers et les larmes aux yeux!!
[spoiler]Newt, qui n'est pas immunisé contre la Braise. Sa descente vers la folie, terrible et terrifiante. Il est mon personnage préféré. Savoir ça... L'espoir que j'ai eu jusqu'au bout, jusqu'à la dernière page... Il y a des passages très éprouvants dans Death Cure. Quand Minho et Thomas retournent chercher Newt, dans un Crank Palace -Palais de Fondus- et que celui ci les rejette... Je crois que je n'ai jamais rien lu de plus dur. C'était horrible de voir ce trio disparaitre... Et sa mort... Seigneur!! Des hauts le cœur, une irrépressible envie de hurler et de tout balancer. Je vous jure qu'on pète les plombs à ce moment là. Enfin, un moment très intense et très éprouvant.[/spoiler]
Le livre entier vous fait péter les plombs du début à la fin. Que ce soit parce que vous voulez savoir la fin ou parce que c'est fini, vous avez intérêt à avoir le cœur bien accroché. Je ne peux pas dire plus. Je ne peux pas vraiment retranscrire ce que j'ai ressenti à ma lecture de Death Cure. C'est au delà du descriptible et de l'excellente lecture. C'est un monde qui se ferme et une blessure qui s'ouvre.
Ici, il n'y a plus de labyrinthe ni de désert. L'action se passe dans différents lieux et on en découvre plus sur le monde. Avec une surprise en prime.
Mais ça se passe bien jusqu'à l'épilogue. L'épilogue est une horreur indescriptible.
Je suis absolument détruite en pensant que je ne lirai plus jamais sur Thomas, Minho, Newt et les blocards. C'est affreux.
Alors à vous, chanceux qui ne l'avaient pas encore lu, je vous souhaite bien du courage pour supporter cette dernière épreuve. Mais prévoyez une nuit, parce qu'il est impossible de faire une pause dans cette avalanche d'action, de rebondissements et de sentiments. Ayez le cœur accroché et résistez à l'envie de lire l'épilogue.
Bon courage!
Le Labyrinthe : La Terre Brûlée (Bande dessinée) Le Labyrinthe : La Terre Brûlée (Bande dessinée)
Jackson Lanzing    James Dashner    Colin P. Kelly   
Différents auteurs et illustrateurs nous offrent cinq nouvelles sur des évènements qui se déroulent lors du Labyrinthe et de la Terre brûlée.
James Dashner nous fait le plaisir d'avoir rédigé l'introduction, qui est très sympathique.
J'ai beaucoup aimé les dessins et ces courtes histoires ! Ici, Thomas n'est pas mis en avant, ce sont plutôt ses camarades et d'autres personnages qui sont l'objet de ces scénarios.
J'ai tout de même eu une petite préférence pour "Un véritable labyrinthe" et "Un monde infernal".

par Cleem27
L'Étrange Vie de Nobody Owens L'Étrange Vie de Nobody Owens
Neil Gaiman   
Ce qui m'a incité à lire cet ouvrage, c'est les nombreux éloges que j'en ai entendu. Je ne connaissais pas du tout l'auteur avant de lire ce livre et je dois dire, que j'ai été conquise. Ce livre est un pur régal.

Nobody Owens n'est un bébé lorsque sa famille se fait tuer. Par chance, il est reccuilli et élevé par un couple de fantôme, les Owens. C'est Silas, un personnage étrange et mystérieux, qui s'occupera de sa protection et de son éducation. Devenu habitant à part entière du cimetière, Nobody, dit Bod, grandira entouré de fantômes.

Ce que j'aime dans ce livre, c'est la façon dont il est présenté. En plus d'être parsemé d'illustrations, les chapitres sont peu nombreux et plus ou moins longs. Ainsi, entre chaque chapitre, il se passe plusieurs années. Ce qui donne un livre relativement court, mais au rythme soutenu.
Ces multiples élipses temporaires donnent un livre très découpé, mais pour une fois, je dois dire que ça ne m'a pas dérangé pour autant. Au contraire, c'est ce qui donne son charme au roman.

De plus, chaque chapitre représente une aventure de Nobody, une étape importante de sa vie. Comme par exemple lorsqu'il se fait sa première amie, une véritable humaine qui va le prendre pour son ami imaginaire. Ou encore la fois où il va passer à travers la porte des Goules, et encore pleins d'autres aventures.

Le fil rouge de cette histoire, reste néanmoins présent tout au long du livre, puisqu'il s'agit du Jack, l'homme qui à voulu tuer Nobody. Et si tout au long du livre on en entend pas énormément parler, la fin se précipite car elle présente la rencontre palpitante entre Nobody, Silas et le Jack.

J'ai également beaucoup apprécié l'ambiance sombre et inquiétante, à la limite du gothique qui se dégage de ce livre. Avec des personnages mystérieux et inquiétants pour certains, ainsi que le cadre où se situe la majorité de l'histoire, c'est à dire le cimetière. Avec ses vieilles tombes arrachés, ses statues cassées recouvertes de mousses, elle semblent tout droit sortie du Père Lachaise !

Bref, un cadre sympa, des personnages attachants, même si ma préférence va à Silas, cet être de la nuit, un style d'écriture vraiment agréable. Ce livre est un pur moment de plaisir ! Un livre jeunesse mais qui reste tout de même sombre et pas forcément adapté aux plus jeunes. Un livre qui ravira les adultes !

par Fantasyae
Coraline Coraline
Dave McKean    Neil Gaiman   
Souvenez-vous, je m'étais promis de lire le livre. C'est chose faite. J'ai adoré. Je n'ai pas trop l'habitude de faire des fiches de livres, j'espère donc que j'arriverai à transmettre mon ressenti correctement.

Coraline Jones est une petite fille sage et avisée, rien à voir avec l'ado idiote dans le film. Le livre sait mieux amener l'angoisse. Par ailleurs deux semaines s'écoulent avant que Coraline pénètre dans la tanière du monstre, par ennui, parce qu'elle est toute seule chez elle.
Les personnages de Wybie Lovat et sa grand-mère n'existent pas. En même temps, c'était une grosse incohérence dans le film qui prétendait que le Monstre appâtait sa victime avec une poupée à l'effigie de l'enfant convoité. Or la jumelle de la grand-mère disparue jadis ne ressemble pas à Coraline qui, en plus, a les cheveux bleus dans le film.

On comprend très vite la nature de l'autre mère : une araignée qui n'a aucune pitié pour sa proie. Et Coraline le découvre d'abord à l'instinct. Dès sa première venue dans le monde, l'autre mère veut lui coudre des boutons sur les yeux. Coraline comprend à quel point elle est dangereuse et repart en verrouillant la porte. Deux jours s'écoulent pendant lesquels elle mange des conserves et quémande des biscuits chez Mme Spink et Forcible. Puis elle appelle la police qui, bien sûr, ne la croit pas quand elle leur dit que ses parents ont été kidnappés par le monstre derrière la porte.

Le chat, qui explique que seuls les hommes ont des noms parce qu'ils ne se connaissent pas eux-mêmes ; aide Coraline de son plein gré. Il lui montre le miroir dans lequel ses parents l'appellent à l'aide. Et là, Coraline raconte sa mésaventure avec son père lorsque les guêpes l'ont attaqué. "Je n'avais pas peur à ce moment-là. Mais c'est en y retournant avec 39 piqûres que là je me suis montré courageux. Parce que je savais ce qui m'attendait." Coraline fait le parallèle avec cette histoire tout en insérant la clé, prête à replonger en Enfer.

Les rats de l'autre monde sont noirs, aux dents jaunes. Miss Spink et Forcible se produisent en spectacle éternellement. Il n'y a pas de fin.
Coraline rogne ses deux pommes et s'en veut de succomber au bacon grillé de sa deuxième mère. Elle lui lance le même défi, cependant, jamais Coraline ne se sépare de son caillou troué qu'elle obtient au début de l'histoire, avant d'entrer dans ce monde. Grâce à l'aide du chat et de cet objet, elle trouve les âmes des enfants. Le livre est plus effrayant dans le sens où ils lui racontent qu'ils ne se souviennent même plus s'ils étaient des filles ou des garçons, ni même de leur nom. Ils ne sont que des coquilles vides. L'autre mère a dévoré leur cœur, leur âme et tout ce qu'ils étaient, ne laissant que cette brume indistincte...

Pour le jeu, l'autre mère jure d'abord sur la tombe de sa propre mère qu'elle a ensevelie. Puis sur sa main droite. Voilà pourquoi, mauvaise perdante, cet appendice franchit le vrai monde pour récupérer la clé noire. Non pas une main mécanique mais des pattes d'araignée terminées par des ongles carmin.

À aucun moment Coraline ne se sépare de sa clé. Sauf à la fin quand elle prépare son piège pour que la main tombe dans le puits qu'elle scelle pour de bon. Le chat n'arrache pas les yeux-boutons noirs de sa mère mais lui lacère le visage d'où un sang noir s'écoule.

L'écriture est fluide. Plus sombre qu'il n'y paraît. Je pense que les jardins dans le film ont remplacé la vraie scène, jugée trop forte sans doute. Car Coraline descend à la cave où son autre père essaie de la dévorer. C'est là qu'elle se prend des débris de ciment dans la main, et non la plante vénéneuse du film... Comme je l'ai dit, Coraline est très sage et obéissante. Au début du livre elle explore pour repérer le puits afin de ne pas s'en approcher. Elle fait preuve de beaucoup de courage. J'ai éprouvé bien plus de sympathie pour elle à travers ce livre.
Et pour information, Neil Gaiman a écrit Stardust, mais oui vous savez bien, ce film exceptionnel dont on a fait une fiche ! Ça me donne aussi envie du coup !

Pour conclure, Coraline se lit tout seul, mais si vous avez peur des araignées, je pense que ça risque de vous rebuter. Rien que la scène des deux actrices soudées ensemble dans cette espèce de cocon gluant, comme une créature malsaine dans son œuf d'araignée... Oui berk, mais j'ai adoré le lire !
L'Épreuve, Tome 1 : Le Labyrinthe L'Épreuve, Tome 1 : Le Labyrinthe
James Dashner   
http://wandering-world.skyrock.com/3126268951-L-epreuve-Tome-1-Le-Labyrinthe.html

Oh god. Ce livre, c'est une bombe ! On a le cœur qui explose, le souffle qui se brise, les mains qui tremblent et le veines gorgées d'adrénaline à chaque chapitre. Purée, quel roman !!! Je ne me suis pas ennuyé une minute ! Mais, genre, vraiment. Pas une seule seconde je n'ai pensé à lâcher L'épreuve. Je peux vous assurez que lire 400 pages en à peine trois jours et en pleine période de cours, c'est vraiment un exploit ! Mais ce fût tellement tellement tellement facile grâce à ce roman... Une fois qu'on commence à lire une page, impossible de s'arrêter. Les lignes défilent pratiquement d'elles-mêmes. On se laisse piéger par le Labyrinthe aussi facilement et docilement que les Blocards, et c'est une expérience tout aussi troublante qu'exaltante.
L'épreuve est définitivement un livre d'action. Seigneur, un nombre incalculable de rebondissements vous attendent ! L'intrigue est juste palpitante ! James Dashner sait réellement comment nous tenir en haleine d'un bout à l'autre de son histoire. C'est tellement impressionnant ! Aucune seconde de répit ne nous est accordée, c'est aussi simple que ça. Chaque chapitre possède son lot de surprises et de retournements de situation. C'en était presque jouissif ! En tournant la page suivante, on sait pertinemment que quelque chose va nous achever, et c'est formidable. On ne se repose pas une seule minute. On reste aux aguets, toujours prêts à affronter la prochaines épreuve... Et BAM, un chose énorme à laquelle on ne s'attendait absolument pas pointe le bout de son nez. Ouaw. Juste ouaw. J'ai été sidéré énormément de fois. L'auteur a doté son récit de milliards coups de théâtre tout en parvenant à mettre en place une intrigue cousue à la perfection. Dans les dernières pages, tout s'imbrique parfaitement. Et c'est un schéma bouleversant auquel nous faisons face ! Ouaw ! Surtout que monsieur Dashner maîtrise aussi l'art de nous donner envie d'avancer dans son récit. En effet, il pose des milliers de questions et n'en distillent les réponses que très lentement ! Un peu plus de temps pour les recevoir, et cela aurait été ennuyant. Mais là, il ne dépasse pas cette limite dangereuse. Il gère tout brillamment. Une plume vive et efficace, qu'il me tarde de retrouver !
Bien évidemment, l'action ne voit pas le jour toute seule... Nous rencontrons, ici, Thomas, un jeune homme envoyé dans un lieu étrange : le Labyrinthe. Dès le départ, j'ai bien senti que l'histoire allait me plaire. Une ambiance oppressante, des créatures étranges, des dizaines d'adolescents déboussolés et des morts à répétition... Une explosion de suspense et de mystère assez rare dans mes lectures. Si l'intrigue m'a énormément plu, je dois bien reconnaître que j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à Thomas, ou à tous les autres protagonistes. En effet, on reste beaucoup trop en surface avec eux, alors que tout le reste est ultra intense. Du coup, le roman ne sera pas un coup de cœur. Il m'a manqué cet attachement si important à mes yeux avec le héros de l'histoire. Si l'auteur a réussi à me renverser avec ses rebondissements, ça n'a pas été le cas avec ses personnages... Dommage.
Heureusement, très rapidement, la situation au sein du Labyrinthe va se compliquer. Une fille va y faire son entrée... et va modifier toutes les convictions des jeunes hommes qui y habitent. Car cette fille, Teresa, est la seule et unique personne de sexe féminin qui a pu accéder au Labyrinthe en deux ans. Et, aux yeux des Blocards ( les personnes vivants dans le Labyrinthe ), c'est un très mauvais présage. Hiiiiiiiiii, je ressens encore toute l'excitation qui m'a traversé en découvrant les nombreuses énigmes qui tournent autour de Teresa mais également de Thomas. On comprend très vite qu'ils sont liés, et qu'un destin inattendu leur est réservé. Démarre alors une folle bataille pour l'espoir, l'amour, l'amitié et la survie.
En parlant d'amour, je me dois de vous avertir que celle contenue dans ce roman est vraiment, vraiment, très légère. Il n'y en a pas vraiment, pour tout vous dire. On pourrait croire que c'est fait très embêtant, mais pas du tout ! Il y a tellement d'autres choses sur lesquelles se focaliser qu'on ne remarque même pas le manque de romance et sentiments amoureux. Et pour que cet aspect ne me manque pas, c'est vraiment que les autres éléments du livre sont décrits merveilleusement bien !
On dévore le roman avec une frénésie difficilement contrôlable. Une fois parvenus aux dernières 100 pages, impossible de refermer le livre avant d'en connaître la fin. La fin... Haaaaa, quelle conclusion explosive !!! Venant de James Dashner, je n'en attendais pas moins. Il répond à toutes nos interrogations et laisse à la fois beaucoup d'énigmes en suspens. Pile assez pour nous donner envie de sauter sur le tome deux, en fait. Les derniers chapitres sont dévastateurs, et ils nous ramènent, comme beaucoup de romans en ce moment, au cœur du genre dystopique. Un peu comme pour Divergent Tome 2 ou The Other Life, on comprend que tout ce qui s'est déroulé ici n'est qu'une infime pièce du puzzle, et j'ai trouvé ça réellement super ! C'est bluffant !
En résumé, L'épreuve Tome 1 est un premier opus vraiment captivant. On plonge dans un univers ensorcelant et effrayant, qui nous prend aux tripes. On se laisse prendre au jeu avec une facilité déconcertante, et il est juste impossible de s'échapper du Labyrinthe avant d'en avoir trouvé la sortie, à savoir le dernier mot du récit. Je suis tellement impatient de lire la suite que je me tâte depuis des jours pour savoir si je ne vais pas la commander en anglais... Pour que j'en arrive à ce point-là, c'est vraiment qu'il s'est passé quelque chose ! Une lecture coup de poing, à la fois haletante et sensationnelle, qu'il ne faut absolument pas louper !

par Jordan
Lombres Lombres
China Miéville   
Lombres, premier livre avec lequel j'ai pu rencontrer l'écriture et le monde de China Miéville et que depuis, je n'ai pas quitté.

Lombres est un livre jeunesse, très ambitieux avec un vocabulaire et des concepts très inventifs. On retrouve ces caractéristiques de China Miéville dans tout ces autres livres, mais elles sont ici simplifiées et adaptées à la jeunesse. Et je pense qu'il s'agit du livre à lire pour s'initier à cet autour ou à la weird fiction en général, parce qu'il est relativement simple.

Lombres est aussi un livre qui se moque des codes de la SFFF et notamment de la littérature jeunesse. Anti-héro, anti-quêtes, anti-épreuves vous seront servis tout au long du scénario, qui prend les règles classiques pour les tordre, les couper, les emmêler à sa convenance! Et c'est bien fait!

Lombres permet également d'affiner son esprit critique et de se rendre compte du modèle des autres livres grâce à l'auteur, qui dit clairement au lecteur : "Regarde tout ce que les autres font au final, et au final pour arriver à quoi? A s'enfermer dans des règles. Et maintenant, regarde ce que j'en fais!". Le publier en jeunesse est alors très intéressant, bien que le livre s'adresse déjà à des plus âgés.

Cependant, la weird fiction reste un genre particulier, couplé à l'écriture de China Miéville, ce livre est fait pour ceux qui connaissent et aiment la SFFF et qui ont des facilités de lecture, et non pas à des lecteurs moins expérimentés et qui maîtrisent moins bien le vocabulaire.

par Nausicaah
Fruits Basket, tome 14 Fruits Basket, tome 14
Natsuki Takaya   
Les personnages sont de mieux en mieux dessinés, surout Kyo (ça doit être parce que je l'aime bien XD) !!!

par mallou78
Fruits Basket, tome 15 Fruits Basket, tome 15
Natsuki Takaya   
J'ai vraiment adoré ce manga, dont la fin ne m'a nullement déçue. Un grand oui !
Fruits Basket, tome 16 Fruits Basket, tome 16
Natsuki Takaya   
Vraiment un superbe tome très émouvant où on en apprend plus sur les relations qui unissent Kyô à la mère de Tohru... Les personnages sont toujours aussi attachants (avec un petit faible pour Kyô et Tohru tout de même...)et petit à petit les mystères commencent à se dévoiler.

par emy27
Fruits Basket, tome 17 Fruits Basket, tome 17
Natsuki Takaya   
Un manga génial, plein de rebondissements et aux personnages très attachants !
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4