Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Karria : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
L’Ours et le Rossignol L’Ours et le Rossignol
Katherine Arden   
[Lu en VO]
Ce roman a des accents de contes de fées.

Il nous plonge dans la Russie du XIVe siècle, tout au nord, dans un village entouré de glace, de forêt et d'esprits. On est témoin de la vie très dure que mènent les paysans de là-bas, du christianisme qui tente de s'imposer dans ce paysage sauvage, et des vieilles traditions qui demeurent. The Bear and the Nightingale parle de croyances, de démons et de ceux qui peuvent les voir, mais aussi et surtout du sort réservé aux femmes à l'époque, mariage ou couvent, et d'une héroïne qui refuse de s'y conformer. On voit Vasya naître et grandir, devenir aussi sauvage que la forêt qu'elle habite, et on la voit glisser comme une anguille entre les mains de ceux qui pensent pouvoir choisir son futur à sa place.

Entre le froid, la peur, le courage, la mort, un chêne tordu, le roi de l'hiver, l'Ours et la multitude d'esprits qui gardent les choses comme elles doivent l'être, Katherine Arden nous entraîne avec elle au cœur des coutumes et des traditions d'une Russie isolée et bercée de magie, avec une héroïne qui aspire à mille fois plus que ce qu'on lui impose.

PS : et la couverture magnifique, on en parle ?
Rois du monde, Tome 4 : Chasse royale III Rois du monde, Tome 4 : Chasse royale III
Jean-Philippe Jaworski   
Et voilà Bellovèse de retour ! Il faut dire que du temps aura passé depuis le tome précédent et que le petit résumé au début du livre n'a pas fait de tort. Et pourtant, au final, une fois dans l'intrigue, tout revient peu à peu : les alliances, les trahisons, etc. C'est dire si les tomes précédents m'ont marqué.

Mais intéressons-nous plutôt à ce tome-ci. En soi, rien de neuf sous le soleil, c'est toujours excellent. L'intensité du siège du Gué d'avara m'aura laissé sans souffle et, malgré quelques retournements de situations proches du Deus Ex Machina (mais avec Bellovèse, on pardonne), la politique des Celtes en temps de guerre est toujours aussi prenante.

Concernant l'écriture de Jaworski, c'est toujours aussi plaisant à lire et d'une fluidité inégalée dans mes autres lectures. Pas de chapitres, on lit tout d'une traite, on se laisse emporter par l'histoire et on arrive à la fin, déçu de devoir refermer le livre.

Bref, un franc succès que je recommande chaudement.

par Thorum
Gagner la guerre Gagner la guerre
Jean-Philippe Jaworski   
Une oeuvre vraiment incroyable .
Une oeuvre déroutante , on est directement propulsés dans une bataille navale, on se demande mais qu'est ce qu'il se passe, on assiste, impuissant , on contemple les agissements d'un Benvenuto qui sera tout aussi paumé que nous par la suite. Un double du lecteur ? Surement et c'est en parti pour cela qu'il devient attachant . Ce qui est, aussi, assez intéressant et confortable , ce sont les nombreuses adresses faites par Benvenuto aux lecteurs, on se sent proche de cet assassin, on est guidé par la main. On en vient à l'aimer cet anti-héros ;)

L'écriture de Jaworski est hypnotisante. Une écriture vraiment fine, rythmique et agréable . Je me suis souvent délectée de certaines tournures en souriant bêtement.

Oh et puis cette façon de briser les codes de la fantasy. Souvent dans la fantasy , pour construire une intrigue, un personnage , on a un passage obligé par les parents. On en apprend des tonnes en général et bien là... que nenni, c'est même envoyé balader par notre cher serviteur en personne.
Bref je vais m'arrêter là mais il y aurait tellement de choses à dire sur cette oeuvre si dense et si particulière. Enfin juste une chose, ce fut une belle rencontre :)

par Sadess
Janua Vera Janua Vera
Jean-Philippe Jaworski   
Un recueil de nouvelles en effet, de fantasy pure, pas certain ?
De la fantasy historique peut-être ou du roman historique saupoudré juste ce qu'il faut d'éléments fantasy, comme intégrée et non sujet principal.

En effet, la première nouvelle rappelle sans nul doute la théocratie de l'Empire Byzantin à son apogée. Mais quelle première nouvelle ! Envoûtante, mystérieuse, psychanalytique même je dirais, ça prend aux tripes, ça fascine, c'est bien mené, bigrement bien écrit, et la chute est foudroyante !

J'ai un attâchement particuliers pour la seconde, avec ce personnage de Gesufal qui est vil et retors comme la mort, fourbe, le rôle d'assassin lui va comme un gant. Là on serait plutôt dans les villes d'Italie du Nord au XIXe-XIIIe siècle avec en primes : intrigues politiques, machination, dissimulation, subterfuges, bref bienvenue dans le monde de Machiavel ! Ajoutons à cela des scènes d'actions enlevées et terriblement haletantes ! Bref, Benvenuto <3 ^^.

Et pour les autres, je vous laisse lire, je pense que je vous ai suffisamment appâté.

par moebus
Rois du monde, Tome 3 : Chasse royale II Rois du monde, Tome 3 : Chasse royale II
Jean-Philippe Jaworski   
J'ai eu plus de mal à rentrer dans les Rois du Monde que dans Gagner la guerre. Le rythme est plus lent (il y a aussi plus de tomes, et une histoire plus longue à raconter), le héros est, de prime abord, moins flamboyant que Benvenuto. Pourtant, maintenant que j'ai fini la 2e partie (le tome 2 du tome 2... Chasse royale), j'ai bien plus d'intérêt. Le héros est plus intéressant, et certains aspects me le rendent + sympathique : sa propension à ne jamais choisir la facilité, et garder sa propre ligne de conduite, sans se faire influencer (ou en le regrettant les fois où ça arrive) ; parfois c'est le bon choix, parfois c'est le mauvais, mais il essaie de rester fidèle à lui-même, quitte à se mettre à dos toute la Celtique, famille comprise. Il ne fait quasiment jamais ce qu'on attend de lui... Petit à petit, on comprend que c'est ce genre d'attitude anti-conformiste, anti-facilité, qui lui permettra à terme de devenir roi (on commence la lecture en le sachant, puisqu'il raconte son histoire à un barde : ça incite à prendre du recul sur ce qu'il raconte, mais aussi à tenter de comprendre comment ça a pu arriver, vu qu'il est parti de loin). Bien sûr, c'est superbement écrit (de mieux en mieux ?). Le rythme est différent de la 1e partie de Chasse royale, où l'action était presque en temps réel, l'histoire se déroulant sur quelques jours (rompant avec le tome 1 où il y a plusieurs temps de narration mélangés, et qui raconte globalement l'enfance du héros, pas forcément chronologiquement). Ici, c'est condensé (cette fois encore seuls quelques jours se passent), mais aussi plus lent : il y a moins d'actions, ce qui pousse Bellovese à faire le point sur lui-même, sur sa vie, et ses possibilités. On en apprend donc beaucoup plus sur son entourage atypique, ses relations avec les autres, et ses choix étonnants mais étrangement cohérents. Ca donne de l'épaisseur au personnage... On comprend aussi que c'est cette période d’errements et d'incertitude qui lui a permis d'avancer et de faire des choix difficiles mais nécessaires plus tard. Il le dit lui-même... en réfléchissant et en faisant le point, il n'est plus un simple guerrier mais gagne une sagesse de roi. Arrivé au palais de Prittuse, les réflexions continuent, encouragées par la magie, qui donne un côté onirique, hors du temps, à toute cette partie. L'attente du jugement et le jugement lui-même nous apprennent encore des choses sur son passé et son caractère. Il semble vraiment à part, et on commence à se dire que c'est peut-être une bonne chose pour lui (jusqu'ici, ses singularités semblaient plus être des fardeaux...). La chance dont il semble bénéficier dès qu'il s'éloigne du chemin tout tracé qu'on attend qu'il prenne donne l'impression qu'il est finalement sur le bon chemin, et qu'il fait ce qu'il doit faire. Même si ce n'est pas évident à voir comme ça : au lieu du chemin facile et confortable, il choisit systématiquement (et au moins une fois littéralement) le chemin de ronces !

par LilyMoon
Rois du monde, Tome 1 : Même pas mort Rois du monde, Tome 1 : Même pas mort
Jean-Philippe Jaworski   
Le voilà, enfin, le VRAI coup de cœur qui pointe son nez dès les premières pages.

Bellovèse est au crépuscule de sa longue vie et dicte ses mémoires à un barde. Laissez-le vous emmener dans son monde et comprendre pourquoi il n'est même pas mort.

Le style de Jaworski (Gagner la guerre et Janua Vera) est unique (excellent, évidemment) si bien qu'il est difficile de reposer ce livre... qui n'est que le premier tome de la trilogie Rois du monde. Les prochains paraîtront en 2014 et 2015, il faut savoir se faire désirer !

Incontournable, inratable, indispensable !


par Moustik
Le Sentiment du fer Le Sentiment du fer
Jean-Philippe Jaworski   
On retrouve, avec plaisir, la plume toujours aussi incroyable de Jaworski pour 5 petites nouvelles qui se déroulent toutes durant la période qui a vu la chute du royaume et l’émancipation de la république.
Elles servent, en plus de nous faire découvrir cette période, à nous en apprendre un peu plus les races annexes : Elfe, Nain et Gnome.
Coup de cœur particulier pour la nouvelle du chiffonnier ainsi que celle des nains qui sont de véritables petits bijoux du genre.

par Aquila
Rois du monde, Tome 2 : Chasse royale I Rois du monde, Tome 2 : Chasse royale I
Jean-Philippe Jaworski   
Ce qu'il y a de bien avec Jaworski, c'est que tu sais que tu peux t'attendre à du très bon. Ne fut-ce que pour le style. Et bien ça se vérifie une nouvelle fois avec la suite de "Même pas mort", qui est un peu différente question structure du récit. Ici, nous avons deux chapitres, à savoir que le premier ne tient que sur 5-6 pages. Autant vous dire que le deuxième ne peut que se lire d'une traite, ce qui n'est pas difficile étant donné la plume magnifique qu'a Jaworski. Si vous ne connaissez pas encore, je conseille fortement !

par Elodia
Ptah Hotep Ptah Hotep
Charles Duits   
Ptah Hotep, prince de Hagaptah, partage sa jeunesse dorée entre l'étude, la recherche spirituelle et la compagnie de la fastueuse courtisane Aset. Mais un cour d'Etat va contraindre l'adolescence à un apprentissage d'un tout autre ordre : celui de la misère et de l'exil. Dans un décor évoquant la fois Les Mille et Une Nuits, l'Inde et la Chine médiévales, l'Egypte la Rome et la Grèce antique d'aventures en histoires d'amour, revêtira l'armure de Soliman pot libérer le monde de la tyrannie.


par Nezus
Sjambak Sjambak
Jack Vance   
Un roman inédit et six nouvelles: l'aventure selon Jack Vance... Mondes lointains, sauvages et inexplorés, extraterrestres étranges, pionniers endurcis, héros roublards et manipulateurs, escrocs en tout genre, pirates et contrebandiers, haines et vengeances... Lire Jack Vance, c'est voyager à bord d'un vaisseau littéraire riche de parfums capiteux et aux millions de couleurs, c'est s'embarquer pour des destinations chamarrées, c'est se laisser porter par un exotisme sans cesse réinventé.

par Aude