Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de KatyMiny : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
L'Épouvanteur, Tome 12 : Alice et l'Épouvanteur L'Épouvanteur, Tome 12 : Alice et l'Épouvanteur
Joseph Delaney   
Décidément attendre 1 an pour avoir son Epouvanteur c'est très long. J'ai toujours un peu de mal à me resituer l'action et le contexte ou j'ai laissé les personnages. Donc je me suis jeté sur ce tome. Ce que je peux dire c'est que la magie opère toujours.

J'ai toujours peur d'être déçu par un livre de cette saga. Il y en a tellement que il y a de quoi avoir peur. Même si il y a toujours quelques petites choses qui ne vont pas, l'auteur fait en sorte que l'on soit captivé, que l'on passe un bon moment de lecture. Ce tome 12 ne fait pas exception à la règle. Comme pour Grimalkin précédemment, on retrouve dans ce tome la jeune Alice qui doit faire face à l'obscur. Ici on oscille entre le passé et le présent et ce choix narratif faire certes moins avancée l'histoire, mais on en apprend plus sur Alice et c'est un très bon point. L'action est présente, les personnages toujours aussi attachants... L'écriture de l'auteur est toujours aussi saisissante. C'est un page turner irréprochable. Je pense néanmoins que l'auteur doit vraiment se resituer car on ressent qu'il tire un peu sur la corde.

Je ne veux pas trop en dire sur ce qui se passe dans ce tome mais on sent le dénouement assez proche. Pleins de choses sont mises en place et il faut vraiment être attentif à tout les détails distillés dans les différents tomes pour voir l'ampleur de l'oeuvre. Cela fait quand même plusieurs fois que ce n'est plus Tom le héros, on sent vraiment que Joseph Delaney prépare quelque chose.

Bref cela va être très dur d'attendre l'année prochaine pour le prochain tome.

par alesie292
L'Épouvanteur, Tome 11 : Le Pacte de Sliter L'Épouvanteur, Tome 11 : Le Pacte de Sliter
Joseph Delaney   
C'est toujours un plaisir de retrouver les romans de Monsieur Delaney ! On ne retrouve pas Tom ou l'epouvanteur mais un nouveau personnage nommé Sliter.
L'histoire se situe loin de la comté, et comme d'habitude le roman se lit tres bien ! Je n'ai pour le moment encore jamais été decue des romans de l'épouvanteur. Et malgré qu'il s'agisse du 11 ème tome, je ne m'en lasse pas. Vivement la suite.

par emi_h1
L'Épouvanteur, Tome 13 : La Revanche de l'Épouvanteur L'Épouvanteur, Tome 13 : La Revanche de l'Épouvanteur
Joseph Delaney   
Pour ceux qui se tâtent encore, ce dernier tome n’est franchement pas difficile à lire dans sa version originale, à l’exception de quelques passages qui, certes, peuvent demander d’aller consulter un dictionnaire un peu plus fréquemment. Même sans avoir un excellent niveau d’anglais, j’ai mis à peine plus de temps à le terminer qu’un Epouvanteur en français, donc, si vous avez la possibilité de le lire en anglais, n’hésitez pas^^ (en plus, attendre un an, ça fait beaucoup…)

A présent, que dire de plus ? Eh bien, pas mal de choses, à commencer par le fait que ce tome est largement à la hauteur des douze autres volumes qui l’ont précédés (je ne compte pas les hors-série), ce qui est assez incroyable pour une série aussi longue. Mieux encore, Joseph Delaney a réussi l’exploit de me surprendre encore… et quand je dis surprendre, je veux dire que ce tome est très original sur plusieurs points.

Ainsi, la lutte contre le Diable (maintenant je n’ai plus que son nom anglais en tête, je ne me rappelle plus de celui exact en français…) n’apparaît finalement pas aussi simple qu’on pourrait le croire au premier abord, puisqu’une question apparaît rapidement : Faut-il vraiment détruire le Diable une bonne fois pour toute ? Je vous laisse y réfléchir, mais quoi qu’il en soit, ça change un peu des autres romans jeunesse où, dans la majorité d’entre eux, le but ultime que se donne le protagoniste -qui est aussi de tuer le méchant- est forcément le bon.

Et vous l’aurez aussi compris, ce treizième tome met un point final à cette lutte contre le Diable et est rempli de rebondissements et d’action, je ne crois donc pas qu’il soit réellement possible de s’ennuyer –j’ai particulièrement aimé [spoiler]la bataille finale[/spoiler], qui heureusement ne durait pas cinquante pages comme on peut légitimement le craindre, j’ai trouvé que Joseph Delaney l’a décrite de façon précise et efficace.

J’ai aussi apprécié les quelques pistes que l’auteur a semées dans son roman (particulièrement lors du chapitre « The Tower of Time », qui m’a d’ailleurs un peu fait penser à [spoiler]l’Hôtel des Nonmourants du Trône de Fer, et je parle bien du livre, pas de la série[/spoiler] ; puisqu’il y est fait allusion à [spoiler]Jenny, future apprentie de Tom, mais aussi à la menace bien réelle des Kobalos[/spoiler]), qui laissent présager une suite aussi intéressante que ce premier cycle, du moins je l’espère.

Sans aucun rapport, on retrouve aussi quelques éléments présents dans les tomes précédents (l’un constitue aussi une piste non négligeable pour le prochain cycle [spoiler]–je parle des Kobalos, d’où l’intérêt du onzième tome-[/spoiler]), et je n’en citerai qu’un seul, qui ne constitue pas vraiment un spoil puisqu’on en entend parler depuis parler depuis le premier tome : la fameuse pierre des Ward dont l’inscription ouvrait chacun des livres trouve enfin son utilité dans ce dernier volume.

En revanche, d’autres choses sont prévisibles, concernant notamment les personnages. Deux épées de Damoclès en particulier étaient suspendues au-dessus de nos têtes depuis bien longtemps, l’une cependant un peu plus surprenante –et encore plus incroyable- que l’autre. [spoiler]La mort de l’Epouvanteur, bien sûr, et même si l’auteur ne s’est pas trop attardé sur la douleur ressentie par Tom, je ne m’en reste pas moins attristée ; mais plus encore… Alice. Mais bon sang, pourquoi ? Le précédent tome lui était entièrement consacré, avec ses doutes, ses peurs, qui concernaient même Tom ! Et à présent, elle a tellement changé, Joseph Delaney a vraiment été brutal pour le coup. Mais au moins, j’applaudis son originalité : personne n’est épargné, c’est une bonne chose en un certain sens. Par contre, le point noir de ce revirement : sa relation avec le mage Lukrasta… Là, je trouve cela un peu bâclé parce que trop rapide : elle connaît Tom depuis des années et finit même par l’embrasser, et peu de temps après, sa vie semble complètement dépendre du mage ? Je vieux bien comprendre qu’elle soit devenue une Pernicieuse, mais tout de même, ça reste un coup dur. En plus je trouve ça un peu trop embrouillé, je n’arrive pas à comprendre si Alice est amoureuse de lui ou si elle est sous son entière domination…[/spoiler]

Je crois avoir fait à peu près le tour de ce que j’avais à dire. Pour résumer, sachez que l’Epouvanteur n’a pas fini de vous surprendre, et si vous croyiez avoir tout vu… eh bien, non, vous n’avez encore rien vu. Mais ne placez pas non plus la barre trop haute en imaginant des trucs trop improbables, sinon vous seriez inévitablement déçu. ;)

Pour conclure, je crois que c’est la première fois que j’ai vraiment envie de commencer un second cycle, certainement à cause de la fin un peu brutale, mais qui en même temps conclue bien ce dernier tome –la fin d’une ère, le début d’une autre. Donc, dès que je l’aurai en main, nul doute que je le commencerai rapidement, en espérant que Joseph Delaney trouvera encore de très bonnes idées à nous proposer. :)


par Isallya
L'Épouvanteur, Tome 14 : Thomas Ward l'épouvanteur L'Épouvanteur, Tome 14 : Thomas Ward l'épouvanteur
Joseph Delaney   
J'ai adoré ce nouveau tome ! On retrouve Tom avec ses nouvelles responsabilités en tant qu'épouvanteur même si je dois avouer que l'absence de son maître me manque tout de même. L'arrivée de Jenny me semble être une bonne idée et j'ai hâte de lire sa future rencontre avec Alice (oui oui ça arrivera). Grimalkin est assez étrange et je suis aussi un peu déçue de son comportement qui a finalement mis Tom dans la pire des situations. Hâte de lire la suite ...
L'Épouvanteur, Tome 15 : La résurrection de l'Épouvanteur L'Épouvanteur, Tome 15 : La résurrection de l'Épouvanteur
Joseph Delaney   
La Résurrection de l'épouvanteur, Bayard jeunesse, 2018. À paraître le 24 octobre 2018.

par rabdel
L'Épouvanteur, HS : Le Bestiaire de l'Épouvanteur L'Épouvanteur, HS : Le Bestiaire de l'Épouvanteur
Joseph Delaney   
Ce livre est vraiment très instructif. Ce bestiaire qui est la véritable réplique du livre dans la saga est très intéressant et on apprend pas mal de choses sur les créatures, sur l'univers crée par Joseph Delaney. Les dessins sont magnifiques et ils nous permettent de mieux comprendre comment sont les personnages et le danger qu'ils représentent pour le Comté. [spoiler]J'ai adoré les petits passages de la vie de L'épouvanteur car on apprend un peu plus en détails sa rencontre avec le fléau, Mére Malkin, Morgan...[/spoiler] C'est un livre à avoir pour les fans de la saga

par alesie292
L'Épouvanteur, Tome 16 : L'Héritage de l'Epouvanteur L'Épouvanteur, Tome 16 : L'Héritage de l'Epouvanteur
Joseph Delaney   
Pour être honnête, je ne sais pas pour où commencer... J’ai aimé ma lecture, mais j’ai été déçue par le livre. À la fin du livre, je réalise que je suis contente que le livre soit fini. Si j’avais complètement aimé le livre, j’aurais dû être en train de faire un deuil de la série, ce qui n’est pas le cas... De plus, j’ai trouvé que l’auteur faisait trop de descriptions des autres livres. Quand il faisait appel à ce qui s’était passé dans les tomes précédents, il prenait un paragraphe pour rappel le souvenir. C’est beaucoup trop! C’est comme faire une énorme parenthèse dans le récit. Celle-ci est inutile. Une plus petite aurait fait l’affaire puisque nous avons déjà ses autres livres. Aussi, j’ai eu l’impression qu’une personne n’ayant pas lu les autres tomes aurait tout compris. Bref, j’ai été contente de retrouver les personnages de la série dans les aventures finales. J’ai bien apprécié qu’il y ait de brefs clins d’œil aux autres tomes que ce soit par l’intermédiaire de personnages ou de lieux. Par contre, les paragraphes des clins d’œil étaient, de très loin, trop exagérés. Mais en général, c’est une belle conclusion.

par Jo1o
Prisonniers de la Tour infernale Prisonniers de la Tour infernale
Thomas Brezina   
Même genre que le Club des 5 avec du fantastique en plus. Très bien pour des jeunes !

par Aethra
Cinquante nuances plus sombres Cinquante nuances plus sombres
E.L. James   
Quoi de mieux que de finir ou de commencer l'année avec Christian, et pour tout vous dire, même après une nuit de sommeil, j'en suis encore toute retournée !! J'ai attendu d'être en congé pour le lire afin de le savourer, mais c'est impossible à partir du moment ou j'ai ouvert le livre, il fallait que je sache, et je n'ai pas du tout été déçue.
Ce tome est intense, riche en émotion, en revirement de situation et en révélation. Rien à voir avec le 1er. Les personnages ont changé, mûri, ils s'adaptent au moment présent, et doivent faire des choix. Nous avons beaucoup moins de "baise" et beaucoup plus d'amour, ce qui donne une autre dimension à l'histoire !
Christian et Ana se découvre, apprenne à communiquer mais surtout apprenne à gérer les sentiments qui les submergent. Mais M. 50 Nuances a un passé lourd et sombre, qui va venir entacher sa relation avec Ana. Va-t-elle supporter ce qu'il cache ? Vont-ils réussir à vaincre les démons de Christian ? Mais surtout Ana est-elle prête pour ce qui l'attend ? Le futur sera-t-il plus fort que le passé ?
J'ai eu mal au ventre plus d'une fois, leur sentiment sont fort, on souffre pour eux quand ils n'y arrivent pas, on souffre quand Christian est désarmé, perdu ou apeuré, et on rit quand Ana tient tête à Christian, ou quand ils s'échangent leur mail !! Et on a des papillons dans le ventre quand Christian est tendre avec elle. Bref j'ai passé un trèèèès bon moment.
Et " de battre mon coeur s'est arrêté à la fin du chapitre 13" OMG j'ai relu cette page plusieurs fois !!!

par coco69
Les Chasseurs d'Âmes, Tome 1 : Destinés Les Chasseurs d'Âmes, Tome 1 : Destinés
Alyson Noël   
http://wandering-world.skyrock.com/3145396800-Les-Chasseurs-d-Ames-Tome-1-Destines.html

J'attendais, avec la saga Les Chasseurs d'Âmes, de découvrir Alyson Noël sous un nouveau jour. Je comptais énormément sur Destinés pour changer ma vision de son écriture et de ses histoires en général. Malheureusement, aucune de mes attentes ne s'est vue être comblée. Destinés reste dans la même veine que la précédente série de l'auteure, Éternels, de par de nombreux aspects : c'est un récit très moyen, avec énormément de longueurs, un monde qui pourrait être intéressant mais beaucoup trop complexe, des personnages auxquels on ne s'attache pas, et des rebondissements beaucoup trop simplistes.
Un peu à l'image de Ever dans Éternels, j'ai beaucoup aimé le personnage de Daire dans Destinés... Du moins au début. En effet, les premiers chapitres sont, malgré tout, très sympathiques. J'ai bien aimé découvrir l'héroïne principale, sa vie faite de voyages, de rencontres avec des grandes stars du cinéma, et tous les éléments surnaturels auxquels elle doit faire face pratiquement quotidiennement. Ses visions - enfin, ses cauchemars - peuplées de têtes coupées, d'étranges lumières blanches et de corbeaux m'ont, au départ, beaucoup plu. Pour tout vous dire, j'étais même plutôt confiant quant à la suite de l'histoire. Je me disais que si le rythme restait le même, je pourrais bien reconsidérer mon jugement sur Alyson Noël. Daire m'a semblé être très intelligente, humble, sûre d'elle tout en laissant transparaître ses failles, et très amusante à suivre.
Par ailleurs, j'ai également beaucoup apprécié, et ce tout au long du livre, sa relation avec sa mère, Jennika et le lien très puissant avec sa grand-mère, Paloma. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais Daire a su me toucher à chaque dialogue avec Jennika. Il y a beaucoup de non-dits entre elles, et chaque mot est lourd de sens. Même si Daire reste très enquiquinante et lourde par moment, elle et Jennika m'ont touché. Même chose avec Paloma, d'ailleurs. Cette grand-mère m'a fait sourire et m'a ému, et j'adorerais que les miennes me racontent de telles légendes et histoires qui s'avéreraient, en fait, être vraies...
En parlant de l'univers, j'en profite pour vous dire que, lui aussi, il m'a plu dans les premières pages. En effet, les premières révélations sont assez intéressantes pour nous donner envie d'en savoir plus, et d'aller encore plus loin dans notre lecture. Le monde chamanique décrit par Alyson Noël est vraiment intrigant au premier abord, et je me suis dit qu'il était beaucoup plus passionnant que celui des immortels dans Éternels. Bref, au départ, l'histoire avait l'air tout de même assez convaincante. Sauf qu'il y a un gros "mais"...
Voyez-vous, Alyson Noël n'a pas hésité à emprunter un chemin très dangereux, et qui est complétement rébarbatif à mes yeux : celui des longues descriptions. Attention, je ne suis pas du tout en train de dire qu'il me faut des romans qui ne contiennent que des dialogues mais, là, un peu plus d'échanges n'auraient pas été de trop. L'auteure nous offre des pages entières sans aucun tiret ni aucune parole. Pour tout vous dire, je crois qu'il n'y a pas une page pour laquelle je n'ai pas sauté quelques paragraphes. L'intrigue stagne beaucoup, et on tourne rapidement en rond : Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage, Daire qui a peur, Daire qui est sûre d'elle, Daire qui est perdue, Daire qui retrouve force et courage... Bref, très rapidement, on s'ennuie. Pire encore, j'ai totalement perdu l'attachement qui avait vu le jour avec elle. A la fin du livre, je me fichais complètement de ce qui pouvait lui arriver. Ses réactions deviennent de plus en plus enfantines et imprévisibles. Même dans ses démonstrations de courage et d'amour, elle s'est mise à m'agacer.
Et c'est loin d'être tout ! Niveau coups de théâtre, ce livre est une énorme blague ambulante. Les rebondissements sont beaucoup trop simples, et nos questions trouvent leurs réponses bien trop facilement. Devant toutes les facilités que l'auteure s'est accordée, je suis resté complètement sur les fesses. Et vas-y que je fais découvrir toute l'histoire à des personnages secondaires en un claquement de doigt, que Daire et ses prétendants amoureux se connaissent et se parlent comme si tout était normal, et que les révélations coulaient de source. Non non non et non ! Mais qu'est-ce que c'est que ça ? A ce compte-là, l'auteure n'avait qu'à nous écrire chaque mystère sous forme d'une question et à nous écrire la réponse juste après. Tous les bons éléments qui nous sont offerts au départ se voient être réduits à l'état de simples faits divers, comme si tout était normal et allait de soi. Bref, grosse déception de ce côté-là.
C'est sans parler de la romance, qui m'a juste semblé grotesque et illogique. Voyez-vous, Daire rêve sans cesse de deux beaux jeunes hommes, l'un gentil et l'autre méchant. Et elle se demande sans arrêt si elle pourra vraiment faire confiance au gentil lorsqu'elle le rencontrera. Au secours. Ils vont donc tous les trois se rencontrer, comme ça, pouf, et les sentiments de chacun vont s'enflammer... Non mais oh, on va où là ? L'histoire d'amour entre Dace et Daire ne m'a pas touché du tout, et j'ai trouvé que leur relation se mettait en place d'une manière bien trop brusque et rapide pour être cohérente et convaincante. C'est du grand n'importe quoi. Concernant Cade, le frère de Dace, ce n'est guère mieux. Un coup Daire joue avec lui, puis l'autre elle le déteste. Puis il ne m'a pas semblé si effrayant ou méchant que ça... Tsssssst, je me rends-compte en écrivant mon avis que j'ai vraiment détesté ces protagonistes, ainsi que l'horrible romance entre Daire et Dace.
La conclusion de Destinés m'a totalement perdu, et je dois bien avouer que je n'y ai pratiquement rien compris. Tout ça pour ça ? Je pensais que les enjeux étaient quand même beaucoup plus grands... Là, j'ai l'impression que l'auteure a tout fait pour en rajouter un maximum et pour faire passer Daire pour une martyre, alors qu'en fait la fin de l'intrigue est toute bête. Puis les dernières lignes m'ont laissé un goût étrange dans la bouche, comme si je comprenais seulement maintenant que, en fait, l'histoire était réservée à de plus jeunes lecteurs que moi. Je ne saurai pas décrire exactement cette sensation, mais je crois qu'elle s'avère être vraie. Destinés n'était absolument pas fait pour moi.
En résumé, ce premier tome de la saga Les Chasseurs d'Âmes m'a totalement déplu, et je ne pense vraiment pas en lire la suite. Même si, au départ, l'histoire est prenante et pose de bonnes bases pour la suite de l'intrigue, le rythme et l'ambiance prennent rapidement une toute autre tournure, et nous plongeons au cœur d'une histoire bien trop simpliste et bien trop brouillon. Alyson Noël nous livre un univers charmant au premier abord, mais qui devient bien trop complexe et dont toutes les explications ne nous sont pas fournies. Par ailleurs, l'espèce de triangle amoureux entre Daire, Dace et Cade ne m'a pas convaincu du tout. Une lecture qui ne m'aura malheureusement pas permis de revoir mon point de vue sur les écrits de cette auteure qu'il va me falloir, je pense, éviter à partir de maintenant. Je conseillerai ce roman à de plus jeunes lecteurs comme dit précédemment, parce que pour du YA, c'est vraiment très très moyen.

par Jordan