Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Kawaitachi-chan : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Bonny et Read, femmes pirates Bonny et Read, femmes pirates
Valérie Ravenne   
C'est un livre sympathique à lire bien que la fin soit loin d'un happy end. Ann et Marry sont deux femmes incroyables et pleines de bravoures qui parcourent les mers en quête de liberté. Elles m'ont beaucoup amusée et leur complicité était belle à voir - enfin à lire - et je trouve qu'elles sont des exemples, des femmes pleines de forces de caractères que rien n'arrête pas même la mort ...

par ChloeRmn
Cook and Love Cook and Love
Katy Cannon   
C'est le livre que j'ai reçu avec la box Mille et un livres. Si le livre est petit, j'ai quand même eu du mal à le finir. Surtout pour le système scolaire présenté (enfin évoqué) dans le livre. Certes, c'est un détail mais ça m'a perturbé de ne pas comprendre.

Lottie a (bientôt) 16 ans. Entourée de ses problèmes avec sa mère (littéralement) et du deuil qu'elle fait de son père, elle se voit obligée de participer à un club de cuisine dans son lycée. Elle s'y ferait des amis et tombera amoureuse petit à petit. Et le club qui lui était imposé est devenu une constante dans sa vie et lui a même donné une perspective d'avenir !

Cook and Love est un petit livre dont l'histoire bien qu'ordinaire (voire clichée) s'est avérée rafraîchissante. En effet, le bad boy et la fille parfaite, c'est du déjà vu par contre le contexte du club de cuisine est mignon et le rapprochement entre les deux personnages sont attendrissant. L'auteure nous propose également a chaque chapitre une recette a faire (ou pas) en même temps que nos héros et j'ai vraiment eu envie d'en tester une ou deux (sauf que la flemme, mais chut.) Le livre a des valeurs fortes, on se soutient quand on aime, les mensonges engendrent des mensonges ou encore le travail d'équipe paye toujours !

Lottie m'a, par contre, agacé par l'envie à tout prix de garder son secret, sa honte, elle aurait dû demander de l'aide au lieu d'en avoir honte.

Je n'ai pas compris le système scolaire dans le livre et, comme je l'ai dit, ça m'a perturbé. Lottie a 15 ans (puis 16) et pourtant, de ce que j'ai compris, elle est déjà en terminale. J'imagine que c'est le système scolaire anglais qui est différent du nôtre mais j'ai trouvé dommage que l'auteure ne l'explique pas un peu. C'est vrai que c'est adressé à un public anglais mais moi j'étais perdue. Ou alors c'est un mauvais choix dans la traduction.

En conclusion, c'est une lecture agréable et sucrée mais ce n'est pas un coup de cœur.

par MissEcho
Les Yeux Les Yeux
Slimane-Baptiste Berhoun   
L'avis d'Esméralda :

Une lecture qui se prête merveilleusement bien en cette période ! L’esprit Halloween es-tu là ?? Vous ne le voyez pas, ne vous inquiétez pas Slimane-Baptiste Berhoun vous l’apporte sur un joli plateau d’argent !!

« Les yeux » est le premier thriller fantastique de Slimane-Baptiste Berhoun et je vous assure il s’en sort très bien ! Imaginez un univers à la Stephen King et un huis clos à la Franck Thilliez et vous rajoutez le génie de l’auteur et ça donne quelque chose de sensationnel !!

Le lieu : le Berry, terre propice à toute sorte de légendes. Un asile hors norme qui vous file les frissons aux premiers regards. S’éloigner de ce lieux est primordial. Des immenses couloirs aux portes n’invitant guère la présence de visiteurs, de longues fenêtres peinant à éclairer ce sinistre et glauque immeuble. Un corps, un enfant déchiqueté. Il n’en fallait pas plus pour donner le ton au roman. Des pièces sombres. Un bloc opératoire suspicieux. Un troisième étage aux lourds secrets. Des souterrains lugubres. Des murs déshumanisés. Une atmosphére pesante et des yeux..des yeux jaunes qui invitent la mort à son passage ! Vous pensez vous enfuir ? Détrompez vous !! Ces murs vous retiendront indéfiniment !

Les personnages : rajoutez à tout cela des personnages aux caractéristiques à la fois énigmatiques et chaleureuses. Dès le départ vous ne savez pas à qui accordez votre confiance. Même Lucie, notre héroïne principale m’a apparu suspecte. Lucie, la vingtaine, se retrouve dans cet asile afin de comprendre la régression partielle d’une patiente atteinte d’une maladie qui porte un nom barbare : la prosopagnosie ( le fait de ne pas pouvoir associer un visage à une personne suite, en autre, à un choc psychologique). Cette quête sera la clé de son passé. Mais plus les réponses se dévoilent plus elles entrainent de nouvelles questions, et plus elle s’enlise dans une situation qui mettra sa vie en péril et également celle des habitants étranges des lieux. Lucie est une femme extraordinaire, hypermnésique, elle donne de sa personne pour détruire les liens qui la retiennent à son passé. Femme surprenante, elle a extrêmement du mal à interpréter le langage des autres. Elle se remet souvent en question. L’auteur associe à l’image d’une locomotive à pleine vapeur lorsqu’elle se met a réfléchir intensément et qu’elle relie tous les éléments en sa possession. L’auteur joue finement avec plein d’autres associations image/émotion. Lucie est très attachante car au fil des page on découvre ce qui la définie. Sa capacité d’adaptation et de raisonnement est hallucinante ! C’est un personnage aux multiples facettes qui n’arrête jamais de vous émouvoir. Gaultier est le personnage benêt du roman. Pharmacien par défaut, il vivote à sa guise au milieu de ces déments. Mais l’arrivée de Lucie va le bouleverser. Découverte des sentiments, amitié, protection, un trop plein d’émotions qui va le déstabiliser. L’amour le sauvera t-il de l’ombre qui hante ces murs ? Le professeur Valmont : haaa le personnage de l’archétype même du psychologue fou furieux. Psychopathe à la recherche ultime du traitement qui les sauvera, il met tous les moyens à sa disposition pour avancer dans ses recherches et c’est pas du tout beau ce qu’il fait ce cher Monsieur. Par ce que dans le sanguinolent, le pic à glace enfoncé dans l’orbite, la « lobotomisation in vivo » et j’en passe, Monsieur ne fait pas du tout dans la dentelle. Le directeur David : homme bien sympathique mais entraver dans une situation où le dû est de rigueur. Dépassé par des situations de plus en plus étranges et sordides, son asile va connaître les pires moments. Le commissaire Durrieux : tient le rôle essentiel et de liaison entre la réalité du dehors et celui déraisonnée de l’asile. Mais il mettra le doigt sur plusieurs preuves loin d’être nettes. « La team fofolle de l’Orme » : composée de Léo, le petit garçon au bras rachitique, l’oiseau Capgras (comprendre un homme qui se prend pour un volatil), Calzac (celui qui se prend pour un résident d’un hôtel de luxe), La Mo (Maurice qui se prend pour sa femme décédée). Cette team est la clef de toute cette intrigue. Ils apportent chacun à leur tour un soutien sans faille à Lucie et vont jusqu’à imaginer un scénario digne de Shuster Island ! Ben évidemment d’autres personnages viennent agrémenter l’histoire. Je dois bien avouer que le panel des personnages et notamment de leurs caractères est vaste et donne une sacré force au récit. A la fois attachants, détestables, troublants, repoussants et suspicieux !

Ce qu’en j’en pense : Et bien j’ai adoré du début à la fin ! Une atmosphére qui se prête à merveille au scénario. Des personnages qui font flipper ! Et une intrigue qui donne du fil à retordre ! Les éléments sont égrenés au fils des pages. L’auteur vous mène par le bout du nez jusqu’au point final. Un final d’ailleurs qui prête à confusion et invite à une suite ! (Que j’espère de tout cœur). C’est sanguinolent, c’est visqueux : des tripes à l’air, des organes broyés, des yeux explosés, des viscères, des corps meurtris et torturés, des phénomènes surnaturels ! Ça fout la pétoche. D’ailleurs la fin m’en empêcher de dormir la nuit dernière. Le tout n’est absolument pas rassurant. L’histoire est magnifiquement orchestrée. Le travail fournit par l’auteur a du être colossal !

Si vous êtes fan du genre, je vous invite à découvrir « LES YEUX » ! Préparez vous à rendre visite aux enfers !

PS : A lire les yeux bien ouverts en présence de votre objet fétiche porte-bonheur afin de repousser ce qui se tapis dans l’ombre ! N’ayez crainte vous survivrez à l’expérience !
What Light What Light
Jay Asher   
Ce commentaire est également disponible surmon blog : https://latueusefictive.blogspot.fr !

[spoiler]Ayant lu Thirteen Reasons Why du même auteur, j'ai été un peu excitée de commencer ma lecture, surtout que j'avais entendu beaucoup de bien au sujet de ce bouquin. Et puis cette couverture magnifique nous donne envie de présager que le contenu sera tout aussi beau. J'ai donc commencée à lire avec beaucoup trop d'espérances, ce qui a été mon erreur puisqu'à la finalité, je m'en suis retrouvée déçue. Ne vous détrompez pas, l'histoire est bonne, mignonne même, mais elle ressemble à n'importe quelle histoire d'amour que l'on peut retrouver dans les films de Noël. La fille qui se retrouve dans une autre ville pour une certaine raison, qui fait une rencontre inattendue avec un garçon, pour lequel elle tombe de suite sous le charme, le garçon en question à un certain problème, elle l'aide, ils tombent inévitablement amoureux l'un de l'autre et ainsi de suite. Alors au bout d'un moment, quand toutes les romances de Noël ressemblent à ça, on se retrouve très vite lassée et on ne peut plus vraiment les apprécier. Cela a été le cas avec What Light.

Mais comme je l'ai dis, le livre reste bon. La plume de Jay Asher est plutôt simple mais appréciable et la romance qu'il a crée entre Sierra et Caleb est sûrement capable de faire rêver les éternelles romantiques (ce que je ne suis malheureusement, ou heureusement, pas), et l'ambiance du tome est telle qu'on se laisse facilement embarquer. Enfin je pense que lire ce livre en été casserait tout le mythe haha. Bref. Si j'ai un point négatif à mentionner par contre, c'est à propos du passé de Caleb. Dans le résumé et dans le livre, il est dit que Caleb a fait une erreur monumentale et qu'il le paie depuis. Hors, à part une rumeur sur son dos et son ancien meilleur ami qui n'a plus le droit de le voir car ses parents ne veulent pas qu'il approche Caleb, je ne vois pas vraiment en quoi il le "paye". Je m'attendais genre à ce qu'il ne puisse pas entrer dans un lieu sans que tout le monde ne le regarde et murmure sur son passage, ou encore que son truck aurait été en permanence tagué et ainsi de suite.

A la finalité, son erreur n'est mentionné que durant certaines scènes mais il n'y a pas de vraie conséquence à ce qu'il a fait. C'est dommage je trouve car cela aurait pu donner un peu plus de profondeur émotionnelle au bouquin et aurait permi à l'auteur de faire de Sierra un véritable support mental pour Caleb, ce qui aurait donc rendu leur relations encore plus profonde et "réelle". Ce que je trouve dommage aussi, c'est que nous n'avons pas eu d'épilogue durant lequel on aurait vu Caleb venir dans l'Oregon pour la danse à laquelle il a été invité par Sierra. Au moins on aurait su que leur relation allait très bien. Mais au lieu de ça, on reste dans le flou. Se revoient-ils après la fin du bouquin ? Est-ce qu'ils se rendent visite durant les vacances ou attendent-ils Noël pour se revoir ? Et est-ce que la famille de Sierra à décider de continuer leur petite entreprise de vente familiale ? On a beaucoup de questionnement et pas beaucoup de réponse. C'est dommage.[/spoiler]

par Amnasya
La Véritable Histoire de Noël La Véritable Histoire de Noël
Marko Leino   
Dès les premières lignes de ce roman, je me suis sentie partie loin de chez moi pour m’installer confortablement sur un plaid au coin du feu pour écouter le grand-père de Tommi et Ossi raconter son histoire.
J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à écouter, oh pardon, à lire cette magnifique histoire. Suivre la vie de Nicolas qui est un petit garçon puis devient qui un homme au grand cœur dont le plus grand bonheur est de rendre heureux les enfants le jour de Noël est une énorme bouffée d’oxygène qu’il faut savourer.
Et pourtant, Nicolas est une personne que le malheur n’a pas épargnée, la perte des êtres qui lui étaient chers le force à s’isoler afin de ne plus souffrir mais son cœur est beaucoup trop grand pour ça.
Cette histoire nous rappelle que l’esprit de Noël s’est surtout le plaisir de partager, d’offrir pour le plaisir de faire plaisir.
La plume de Marko Leino est du pur bonheur. Il nous emmène complètement dans son univers au point ou vous oublierez que vous n’êtes pas vraiment en train d’écouter le grand-père de Tommi et Ossi, que vous n’avez pas fait le voyage jusqu’au village de pour voir évoluer Nicolas au cours de toutes ces années.
J’ai rarement vu un auteur qui était capable me faire plonger aussi profondément dans son univers. C’est à peine si je serai capable de dire si l’écriture est belle, fluide, sincère et pourtant elle est tout cela à la fois, tellement l’auteur m’a amenée à lui.
Quand vous aurez terminé ce livre vous serez étonné de vous retrouver dans votre propre salon.

par Cordelia1
Lucides Lucides
Adrienne Stoltz    Ron Bass   
4,5/5

http://wandering-world.skyrock.com/3177943243-LUCID.html

SOUFFLE COUPÉ. BESOIN DE RÉFLÉCHIR. PAUMÉ ET PULVÉRISÉ. Voilà ce que j'ai éprouvé en refermant le roman. Mon dieu, qu'est-ce que c'est que ce livre ? Avez-vous déjà écouté une chanson que vous trouviez plutôt moyenne au départ puis, d'un seul coup, et sans trop que vous compreniez pourquoi, tout explose, vous l'adorez et vous la passez en boucle jusqu'à l'overdose ? C'est exactement ce que m'a fait ressentir LUCID. Au départ, les choses étaient mal parties. Très mal parties. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux héroïnes, et l'histoire était tout sauf prenante et intéressante. Malgré tout, je sentais qu'une énorme possibilité se cachait derrière tout ça. L'univers était vraiment captivant et l'étrange lien entre Maggie et Sloane m'appelait énormément. Puis PAF. Je suis arrivé à un moment du roman où j'ai été brisé. Les auteurs révèlent enfin tout le potentiel de l'histoire, et c'est carrément TRAUMATISANT. Les 100 dernières pages de LUCID ont tout rattrapé, vraiment. Au départ, je pensais attribuer la note de 3/5 au livre. Puis les 30 derniers pour cent m'ont permis d'élever cette note à 4,5. J'étais prêt à mettre un 5, mais il aurait été en décalage avec mon ressenti du début... Et en même temps cette fin est tellement parfaite... Et... Haaaaaaa !!! Je suis officiellement déchiré !!! LUCID est un livre que je ne suis pas prêt d'oublier, je vous le garantis. L'histoire m'a marqué et m'a complètement renversé.
Mon gros problème, au départ, c'est que je ne me suis pas du tout attaché aux héroïnes. Qu'il s'agisse de Sloane ou de Maggie, je n'arrivais pas à créer un lien avec elles. Surtout qu'au début, les auteurs ne s'embêtent pas trop à nous les présenter. Ni elles, ni les nombreux personnages qu'elles côtoient. Donc en plus de devoir s'adapter à ces deux jeunes femmes, il faut aussi tenter de comprendre les personnes qui les entourent. Ça a été difficile. Vraiment. A de très nombreuses, j'ai dû retourner au début de tel ou tel chapitre pour être sûr que je suivais Sloane ou Maggie. L'alternance de point de vue est vraiment justifiée et hyper intrigante, mais elle nous perd plus qu'autre chose durant les premières pages. Je vous assure que j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à leurs réactions et à leurs pensées. Le truc, c'est qu'elles ne possèdent aucune profondeur. J'avais juste l'impression de lire, et non pas de ressentir. Sauf qu'une lecture qui ne me fait pas éprouver mentalement ou physiquement quelque chose, ce n'est pas vraiment pour moi.
Cette sensation de distance et d'incompréhension face aux héroïnes m'a accompagné pendant une grosse partie du roman. Il ne se passe absolument rien pour nous faciliter la tâche. En effet, les rebondissements ne se bousculent pas. On ne fait que suivre Sloane et Maggie. Leurs vies ne sont pas spécialement mouvementées, il n'y a pas de grands retournements de situation. Je vous assure qu'au bout de 200 pages, j'avais quelques doutes quant au potentiel de l'histoire. Mais j'ai continué, et il y a un premier élément qui a commencé à tout changer.
Les romances. Les deux histoires d'amour que nous découvrons dans ce récit m'ont énormément plu. Elles sont hyper naturelles et hyper touchantes. Je sais que ce n'est pas vraiment un des points-clés de l'intrigue, mais les idylles parallèles que nous suivons sont vraiment beaux. Sloane et James m'ont ému, Maggie et Andrew m'ont ému. Une fois que j'ai réussi à trouver un élément plaisant à l'intrigue, j'ai pu avancer plus facilement dans le roman. Et je suis tellement, tellement, tellement heureux de l'avoir fait. Parce qu'à partir de la page 250, tout, absolument TOUT, devient parfait.
Comme vous le savez, l'histoire traite de deux héroïnes qui rêvent qu'elles échangent leurs vies durant leur sommeil. Rien que l'idée est géniale, n'est-ce pas ? De plus, comme je l'ai dit un peu plus haut, on sent bien qu'elle reste très présente dans la première partie du récit. Du coup, une part de nous ne peut pas s'empêcher de se demander "est-ce un songe ? Est-ce vrai ? Quel monde est réel et quel monde ne l'est pas ? Y a-t-il un monde réel ?". Surtout que, petit à petit, Sloane et Maggie introduisent des doutes et des phrases coup de point qui viennent renverser nos convictions. C'est d'ailleurs à partir de là que j'ai commencé à m'attacher à elles : quand on se rend-compte qu'elles sont aussi paumées et décontenancées que nous.
Voilà pourquoi j'ai adoré LUCID, en dépit de ses défauts dans les 200 premières pages : parce que j'ai perdu absolument TOUS mes repères. Mais, genre, vraiment. J'ai été obligé de lire jusqu'à deux heures du matin pour connaître le fin mot de l'intrigue tant tout devenait obsédant et dérangeant. J'ai été obligé d'aller parler à mon demi frère à deux heures et demi pour partager mes sensations, toutes plus entremêlées et dévastées les unes que les autres. En lisant les 100 dernières pages, je hurlais à chaque ligne que je lisais. Je hurlais et je jetais mon livre à l'autre bout de mon lit. C'était plus fort que moi. QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE LIVRE ? En plus d'être complètement désorienté, j'étais à la fois terrifié et HYPER excité. Parce qu'on ne comprend vraiment plus rien. Les derniers chapitres, et rien que d'en reparler j'ai l'estomac qui se sert, sont juste ultra forts et ultra perturbants. J'ai été ébloui devant autant de génie et de perfection. En découvrant la conclusion de LUCID, j'ai trouvé l'idée des auteurs brillante. Brillante et extraordinaire. Car, putain, que LUCID est magnifique. Je pourrai vous le répéter pendant des heures : l'ultime centaine de pages m'a dévasté. J'avais envie de pleurer parce que la folie guettait Sloane et Maggie, de crier parce que j'étais perdu, de taper contre les murs parce que je devenais dingue. LUCID m'a rendu dingue.
Il faut que vous compreniez un truc : les dernières pages de LUCID, et là je parle de 3 dernières pages, sont tellement intenses et troublantes que j'ai dû les relire quatre ou cinq fois avant de les saisir entièrement. J'ai eu le souffle coupé, les larmes aux yeux, les mains tremblantes et l'esprit complètement fragmenté. C'était juste... Spectaculaire. Le final de LUCID est spectaculaire, de toute manière. Ce roman ressemble un peu à un feu d'artifice : ça commence lentement, ça ne provoque rien, puis tout explose, et on a le corps qui vibre et le cœur qui implose. Je n'avais pas été autant dévasté par un livre depuis UNDONE de Cat Clarke. Alors, non, LUCID ne dépasse pas UNDONE, mais il n'est pas très loin d'autant me marquer dans la durée. Je me suis déjà endormi et réveillé en pensant à la conclusion époustouflante de LUCID, et je crois que l'état de choc dans lequel je suis plongé ne va pas me quitter de sitôt.
Ma chronique n'est vraiment pas top, et pourtant j'ai mis trois fois de plus de temps à l'écrire qu'habituellement. Je ne parviens pas à retranscrire tout ce que j'ai ressenti. La conclusion de LUCID reste pas mal ouverte et nous laisse quelques questions sans réponse, et, pourtant, je n'en ai strictement rien à faire. Pour qu'une fin ouverte de me gêne pas (et me plaise, même !), c'est vraiment qu'il y a quelque chose de formidable et d'indescriptible au cœur de cette intrigue. En terminant LUCID, je n'en pouvais plus. J'étais vidé. Je voulais gémir. Je voulais parler avec quelqu'un. Parce que, vraiment, ce roman nous soustrait tous nos points de repère. Toutes nos convictions. On est paumés. On est pulvérisés. On est détruits. On est choqués. Merde, quelle fin !!! Il y a même un paragraphe que j'ai trouvé tellement poétique et tellement troublant et tellement enivrant et tellement ravageur et tellement brûlant et tellement parfait que je l'ai relu une bonne dizaine de fois ♥
En résumé, LUCID est un véritable coup de cœur, sans vraiment en être un. Dans le fond, je crois que je ne m'autorise pas à le classer comme tel à cause des 200 premières pages qui sont un peu molles et pas vraiment saisissantes. Sloane et Maggie ne sont pas attachantes, et leurs vies ne sont pas plaisantes à suivre. Puis, comme je vous l'ai déjà bien expliqué je pense, tout explose et tout nous coupe le souffle. Une fois les 200 pages passées, on fond, on hurle, on pleure, et on est dévastés. LUCID est un récit qui a volé mon cœur et mon esprit. Mes convictions et mes émotions. Il y a un moment dans l'histoire où ne sait plus qui est fou, qu'est-ce qui est réel, ou encore qu'est-ce qui est imaginaire. Même moi j'ai eu l'impression de caresser la folie du doigt. LUCID confirme bien ma tendance à adorer les personnages complètement malades : comme pour Jem avec UNDONE, Sloane et Maggie vont devenir des êtres faits de pure folie, et j'ai complètement craqué. Je crois que je vais devoir prendre rendez-vous chez un psychologue, non ? C'est malsain. LUCID est malsain. Malsain, imparfait durant 200 pages, mais tellement parfait dans la suite. Je n'ai pas envie de terminer cette chronique. Parce que j'ai envie de vous donner envie de lire LUCID. D'en parler, encore et encore, parce que ce roman ne va pas me quitter avant un long, long moment. LUCID est une chanson dont les ultimes notes sont envoûtantes et hypnotiques, exaltantes et mystérieuses, déchirantes et irrésistibles. C'est un feu d'artifice duquel on ne peut pas détourner les yeux. LUCID est comme la gravité, on ne peut pas y résister. Cette fin quoi. Cette fin ♥

par Jordan
Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison
Sarah Pinborough   
J'ai bien aimé cette réécriture originale du conte de fées.
J'ai particulièrement apprécié les personnages. Blanche-Neige, libre et intrépide, qui s'oppose à Lilith, sa belle-mère. Cette dernière n'est pas la marâtre que l'on connaît, elle est plus complexe : elle n'est pas tant jalouse de la beauté de Blanche-Neige que de sa capacité naturelle à se faire aimer et respecter.
La fin m'a cependant un peu laissée sur... ma faim, justement. J'ai trouvé que l'histoire se finissait trop vite et j'ai été un peu déçue par la tournure des événements.
Mais ce roman reste une très bonne découverte, notamment pour tous les amateurs de réécriture de contes.

par Artemisya
Il était un rêve Il était un rêve
Liz Braswell   
C'est une jolie revisite à laquelle je n'ai pas vraiment adhéré.
Le personnage de la princesse Aurore est trop terne et naïf pour moi dans la première partie du roman, mais j'ai bien apprécié son évolution et ce qu'elle est devenue à la fin du roman. Son caractère un peu plus trempé lui correspond mieux.
Le fait que cela se déroule dans un rêve est un peu perturbant au début mais cela rend les choses un peu plus intéressantes et permet de conserver le scénario du dessin animé.

par Lola5405
Histoire éternelle Histoire éternelle
Liz Braswell   
J’ai adoré ce livre, tout simplement.
A la base, je l’ai acheté parce que je suis une grande fan de tout ce qui est Disney et contes. J’ai toujours aimé l’histoire de la Belle et la Bête et du coup, mon esprit d’enfant m’a carrément contrôlé pour cet achat. Et pourtant, j’avais tout de même une petite appréhension.

En effet, je me disais que ça allait être encore une réécriture sans vraiment d’originalité et pourtant, quelle erreur de jugement de ma part.

J’ai adoré du début à la fin. Je l’ai lu en deux jours et je n’ai pas su m’arrêter de lire.

Tout d’abord les personnages sont tels qu’on les connait et ça fait plaisir, car c’est ça aussi que j’aime dans la Belle et la Bête. Le fait d’avoir une héroïne indépendante, rêveuse mais qui a en même temps les pieds sur terre, qui ne se laisse pas faire et qui n’est pas au service de son prince. Et puis la Bête qui, sous son aspect terrifiant et son caractère bourru, a une bonté de cœur énorme. Il a juste énormément de difficultés à la faire sortir, mais grâce à Belle, il va y arriver. Ce duo est tellement touchant et inspirant.

Ensuite, l’histoire est juste parfaite. Déjà, je n’ai rien à dire sur l’histoire originelle. Parlons plutôt de ce qui a été rajouté. Je trouve que tous les nouveaux éléments s’accordent vachement bien ensemble, à croire que c’est ça l’histoire de base. Comme si, dans le premier jet, on avait juste omis de nous expliquer ce côté là de l’histoire : les magus et leur discrimination, la mère de Belle qui est enchanteresse et qui maudit la Bête …

Tout s’accorde à merveille, tout coule de source et c’est plutôt agréable à lire. C’est très paradoxal, car on a la sensation de relire quelque chose de connu, mais en même temps, de le redécouvrir totalement.

Par contre, j’aurais aimé que le méchant soit vraiment méchant. Sans trop en dire pour ne pas spoiler, dès le début, on comprend rapidement que ce personnage sera le méchant. Pourtant, j’ai trouvé son exploitation plutôt maigre par rapport aux autres nouveaux personnages comme Rosalind, la mère de Belle. C’est dommage, car la raison de sa folie est plutôt intéressante et j’aurais vraiment aimé qu’il soit beaucoup plus exploité en profondeur. Les horreurs qu’il commet sur ses sujets sont plutôt bien détaillés, on a ce côté effrayant bien présent, mais j’aurais préféré que ce soit encore plus accentué pour trouver cette dualité entre Belle, la gentillesse incarnée et ce méchant, tout le contraire.

Mais cela n’a pas entaché ma lecture, bien au contraire.

J’ai hâte de lire les autres réécritures de conte que cet auteur propose.

https://romyread.wordpress.com/2019/10/18/histoire-eternelle/

par Romane134
Cendres Cendres
Marine KELADA   
"Cendres" de l'auteure française Marine Kelada, a été pour moi une lecture riche en émotions !

De par le côté fantastique et l'âge de l'héroïne, l'histoire m'a fait un peu penser à la saga "Les étoiles de Noss Head", à la différence que les Métamorphes présents dans ce récit sont des dragons (et non des loups) et que l'intrigue se déroule au Pays de Galles et non en Écosse...


L'auteure Marine Kelada a eu entièrement raison de faire tenir son histoire en un seul et unique tome, ainsi, il n'y a aucun temps morts, pas de dramas, de "je t'aime moi non plus", de quiproquo à rallonge (bref tous les schémas redondants de ce genre de histoires young adult...).


Dans "Cendres", nous suivons la vie et les pensées de Faith, notre héroïne, qui n'a jamais connu ses parents et a passé son enfance ballottée entre les familles d'accueil et l'orphelinat...


Âgée maintenant de 18 ans, elle a acquis son indépendance en logeant dans un petit studio et en partageant sa vie solitaire et simple entre ses études et les petits boulots.


Son seul rayon de soleil dans sa vie c'est Ivy, sa seule et unique amie qui est presque comme une sœur de cœur pour elle.

Au lycée, Faith subit le harcèlement d'un petit groupe de garçons et de filles qu'elle a surnommés "Les hyènes" et dont seul Jared, un jeune homme taiseux et un peu mystérieux, semble la considérait avec égard mais ne s'implique jamais pour vraiment la secourir...


Un soir il va tout de même venir frapper à sa porte et l'avertir qu'elle court un terrible danger. le synopsis parle d'une légende concernant un dragon rouge et un dragon blanc....Faith va se retrouver tiraillée entre les deux....

J'ai été soufflée - oui soufflée - par l'imagination fertile et ininterrompue de l'auteure qui nous dévoile son récit à coup de petit flash-backs savamment utilisés qui nous permettent de comprendre au fur à mesure ce qui lie notre héroïne et les deux dragons...

Amour interdit, aventure, tristesse, regrets et trahisons : Tous ces éléments sont présents dans "Cendres" et m'ont laissée sur le cul plus d'une fois !

La part fantastique avec les sorciers, les dragons mêlés intrasèquement à l’histoire de l’Angleterre et du Pays de Galles, sous couvert de légendes était vraiment passionnante !!!

J'ai dévoré ce livre en quelques heures tellement j'ai été happée dans l'ambiance fantastique mais aussi "historique romantique et dramatique" du récit ! (oui il y a beaucoup de mots en "ique"....)

"Cendres" et un réel coup de cœur pour moi et son atmosphère "young adult " est ouvert à un très large public. C'était parfait !!! Bravo à l'auteure !!!

Ma note : 18,5/20

https://lespassionsdeviedefun.blogspot.com/2020/01/cendres-chronique-express.html

par viedefun