Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Kaylanne : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Les Mille et une vies de Billy Milligan Les Mille et une vies de Billy Milligan
Daniel Keyes   
Billy Milligan est un jeune homme aux personnalités multiples, l'histoire de sa vie qui nous est racontée ici est vraie pourtant l'écriture fait réellement penser à la construction d'un roman.
Original grâce à cette façon de raconter, on plonge dans "les" vies de Billy dès les premières pages.

Prison, procès, internement en établissement psychiatrique en milieu ouvert, placé d'office en unité psychiatrique sécurisée, B. Milligan sera passé par tous les stades, et cela à cause de ses personnalités multiples.
C'est une personne attachante et unique, je me suis retrouvé à détester ou au contraire beaucoup aimé certains de ses personnages (Arthur, Ragen entre autres sont stupéfiants).

Nous découvrirons au cours de cette lecture les différents événements que Billy a vécu depuis sont arrestation pour le viol de 3 jeunes femmes mais également son enfance, ses relations amicales ou familiales, tout ce qui a fait la construction de sa personnalité surprenante.

J'ai trouvé que Les milles et une vie de Billy Milligan était une bonne biographie, bien écrite et interessante malgré pas mal de longueurs, surtout dans la deuxième partie du récit, c'est le seul reproche que je peux véritablement faire.
À conseiller à toute personne s'intéressant aux troubles psychiatriques et à la psychologie, mais aussi à ceux qui cherchent simplement une bonne lecture.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/les-mille-et-une-vies-de-billy-milligan.html

par Maks
Des fleurs pour Algernon Des fleurs pour Algernon
Daniel Keyes   
Wahou, voilà le mot qui est sorti une fois que j'ai refermé ce roman.
Voilà que j'adhère de plus en plus à la science fiction et je m'étonne moi-même.
Des fleurs pour Algernon c'est l'histoire invraisemblable de Charlie un simple d'esprit qui a été rejeté par sa famille et qui travaille dans une boulangerie, comme homme de ménage. Un jour on lui propose de faire partie d'une expérience qui le rendra très intelligent. Charlie est quelqu'un de très gentil et au vue de sa capacité très restreinte à comprendre les choses, il ignore ce que les gens pensent réellement de lui. Charlie ne demande qu'une chose : que les gens l'aiment.
Au début du roman sa façon d'écrire est un exactement le reflet de sa personnalité. Il fait beaucoup de fautes d'orthographe et de syntaxe mais il est fier de lui car il a réussi à apprendre à lire et à écrire malgré son peu d'intelligence. On ne peut qu'adorer le personnage, nous ressentons bien vite énormément de compassion à son égard. Au fur et à mesure, l'expérience va réellement faire de lui un génie. Il découvrira les sciences, la musique, de nouvelles langues et surtout, il commencera à comprendre la nature humaine. Et j'avoue avoir eu bien souvent les larmes aux yeux quand il découvrait à quel point les gens se moquaient de lui et de son problème psychologique. Si au début Charlie est un être sans défense et doux, il deviendra très vite arrogant et mesquin, peut-être pour se venger de tout ce qu'on lui a fait endurer alors qu'il était bête.
J'aime beaucoup l'évolution de sa relation avec Alice qui devient davantage qu'une relation prof-élève car une fois qu'il est intelligent, il découvre à quel point il apprécie la jeune femme. Leur relation sera pourtant tortueuse et pleine de larmes et j'aurais voulu la voir finir d'une autre manière, mais cela n'aurait pas été cohérent avec la fin.
Parce que la fin du roman m'a complètement bouleversée. C'est triste et beau, c'est un juste retour aux choses normales, une sorte de correction de la véritable nature du personnage.
J'ai également aimé les flash back du personnage sur son enfance, même si chaque fois ils sont vraiment triste.
En bref ce roman est pour moi un véritable coup de coeur!

par louve
L'Élégance du hérisson L'Élégance du hérisson
Muriel Barbery   
Je l'ai trouvé trèèès long à démarrer, comme certaines personnes l'ont fait remarquer, on a parfois l'impression de ramer entre les moments où il se passe quelque chose. Mais au bout d'un moment, j'ai pris davantage de plaisir à la lecture et je me suis même beaucoup amusée à certains passages (notamment celui où Renée se dit qu'elle aurait pu répondre "Mon chat ne sait pas lire")

J'ai assez apprécié la portée philosophique du livre, même si comme le dit zouck, ça vire parfois légèrement au snobisme. D'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à supporter Paloma, snober les snobs ça reste quand même le comble de la prétention ! Donc je ne pouvais qu'approuver le passage vers la fin où elle reconnait d'être comportée comme une petite fille qui veut faire son intéressante (en plus "je souffrais mais sans douleur", j'ai trouvé ça très pertinent, je crois qu'on ressent souvent ça).

*************************************

En ce qui concerne l'écriture, je ne fais pas du tout confiance à mon jugement, mais j'ai été assez agacée par la manie de l'auteur de terminer les chapitres sur des phrases censées être philosophiques. Attendez j'ouvre des fins de chapitres au hasard :

"La contemplation de l'éternité dans le mouvement de la vie."

"Car l'Art, c'est l'émotion sans le désir."

"L'éternité, cet invisible que nous regardons."

"Parce qu'un camélia peut changer le destin."

C'est peut-être vrai et très intelligent, mais finir ses chapitres sur de telles phrases, je trouve ça résolument snob. :P

************************************

Oh et puis j'en veux TERRIBLEMENT à Muriel Barbery pour cette phrase :

"Mais le gloutof de Manuela est aussi un nectar. Tout ce que l'Alsace comporte de lourd et de desséché se transmute entre ses mains en chef d'œuvre parfumé."

Pardon ? Bon, lourd, je veux bien le lui concéder, mais desséché ??? Blasphème, blasphèèème !!! A supposer que "gloutof" désigne le kouglof, il n'y a rien de moins desséché, c'est même aussi moelleux que la brioche, mais en moins gras ! Cela dit cette réclamation n'engage que moi. ^^
Par contre, Renée fait précéder ladite phrase d'un "Le gloutof est un gâteau alsacien un peu vorace." qui selon moi ne veut pas dire grand-chose. Je n'ai pas souvent croisé de gâteau "vorace". Enfin je dis ça je dis rien... Enfin la même Renée a beau être une farouche défenseuse de la grammaire française, elle n'en emploie pas moins un anglicisme tel que "réaliser" dans le sens de "prendre conscience".

Malgré tout c'était une lecture très agréable, qui incite à réfléchir et donne envie de profiter de la vie en lisant de la littérature.
Alamut Alamut
Vladimir Bartol   
Dans le nord de l'Iranse trouve la forteresse d'Alamut le "nid de l'aigle".
Au 13 ème siècle ,un groupe de fondamentalistes musulmans ,dirigés par un chef charismatique ,Hassan
Ibn al Sabbah,dirigeant la secte des Nizârites (les Assassins ),connu encore sous le surnom du"vieux de le montagne ",prépare des actions violentes afin d'acquérir
des pouvoirs politiques et religieux .
D'obédience ismaelienne ,ces feyadins ,sous l'emprise di haschich ,formaient une armée de commandos suicides ayant pour but de régner sur le Moyen Orient .
Ce livre peut être lu à différents niveaux:comme un conte perse plein d'aventures et d'intrigues ou comme une métaphore sur la folie meurtrière du fascisme et autres régimes totalitaires où, de nos jours ,on trouve des ressemblances avec des actes terroristes accomplis au nom d'un dieu .
Basé sur la légende de cette forteresse,Vladimir Bartol dénonce ces régimes totalitaires, et décrit de manière subtile les processus menant au fanatisme religieux avec
en arrière plan la notion de manipilation de l'opinion publique .
Derrière une fiction ,cet ouvrage nous entraîne dans une anamyse lucide des mécanismes de le dictature et des dangers de l'intégrisme d'aujourd'hui .
Véritable mine d'informations ,ce roman est une lecture passionnante et d'une actualité certaine ,bien que non moralisatrice .

par 21la
Siddharta Siddharta
Hermann Hesse   
Un roman initiatique intéressant même s'il ne s'agit aucunement de la vie du bouddha Gautama Siddharta mais plutôt d'un personnage intemporel et anonyme, un jeune homme épris d'indépendance et de liberté intérieure qui pourrait ressembler à un adolescent des pays occidentaux et qui veut avant tout être lui-même en se libérant des carcans sociaux et idéologiques et en faisant sa propre expérience de l'existence sous tous ses aspects : amour, sexe, spiritualité, matérialité...

par isa
Les identités meurtrières Les identités meurtrières
Amin Maalouf   
Amin Maalouf nous donne dans ce livre matière à réfléchir...
Tout d'abord, il nous offre son point de vue, qui me semble tellement correcte, et tellement logique, que je me suis demandée pourquoi tant de personnes ne parvenaient pas à le partager?
Je pourrais discourir longtemps sur les fondements de ce livre, mais je ne souhaite pas entrer dans un discours politique.
Je m'en tiendrai donc au coté "superficiel" du livre.
J'ai été littéralement subjuguée par l’habilité d'Amin Maalouf à manier les mots comme il le fait.
J'en suis encore toute émoustillée...
Comment parvient-il, alors que ce n'est pas sa langue maternelle, à écrire de manière, si je puis dire, si poétique?
Je l'admire beaucoup pour ça...
Et pour bien d'autre chose!

Bref, si vous vous intéressez sur la notion d'identité, sur ce qui fait que nous sommes nous, sur la tolérance,... Lisez ce livre!

par any1992
La Vague La Vague
Todd Strasser   
Comment aboutissent les effets néfastes d'un groupe d'individus lorsque sa cohésion est fondée sur des principes purement autoritaires.

Loin d'être un chef d'œuvre, le roman (n'ayant aucun intérêt purement littéraire) est écrit simplement et son sujet n'est pas approfondi. Mais, je pense qu'il a été écrit afin de permettre à un grand nombre de le lire. Et cela, c'est important ! Car le roman nous laisse à notre propre réflexion. Il en découle que la bête qui sommeille en nous peut se réveiller à tout moment. C'est une prise de conscience « post-lecture » révélant notre faiblesse, notre imperfection humaine et notre petitesse latente. Peut-on se permettre de juger les pages de l'histoire lorsque l'on s'aperçoit que la masse peut être sujette à l'endoctrinement irraisonné ? Je ne crois pas. L'homme préfère se voiler la face sur les actes d'horreur répréhensibles. L'homme est sujet à la dérive, au fanatisme, aux caresses de grandeur, au pouvoir du contrôle des esprits faibles.

Sommes-nous certains de ne pas mépriser nos propres convictions, malgré la peur ou la souffrance ?

Comment briser cette spirale infernale, dans laquelle nul n'aurait jamais cru pouvoir un jour tomber ?

La Vague est un roman qui dérange et génère de nombreux questionnements. Et pour reprendre les mots de l'auteur, c'est surtout un livre "très utile".

Le faire ou mourir Le faire ou mourir
Claire-Lise Marguier   
Je suis tombée par hasard sur ce livre et le résumé m'a tout de suite attirée. Bien que je ne sois pas particulièrement adepte des histoires de gothique ou de scarification ce lire à su me captiver par sa profondeur et l'émotion qu'il dégage.

Très court, il se lit vite et très bien. Pour son premier livre, l'auteur à fait très fort. L'histoire est racontée par Dam, un adolescent de seize ans, mal dans sa peau, d'où le style d'écriture très particulier. En effet, le texte est "raconté" par le narrateur. On à l'impression que Dam parle à quelqu'un, qu'il lui raconte l'histoire, d'où l'absence de ponctuation et de la typographie qui indique un dialogue, car il n'y en a pas à proprement parlé.
Si c'est déstabilistant au départ, on finit par s'y habituer et cela ne dérange aucunement dans la lecture.

Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est la manière dont Dam décrit ses sentiments et ce qu'il ressent. Ignoré et incomprit par sa famille, il nous fait par de sa sollitude, de son mal-être et de sa souffrance d'une façon incroyable. De part la justesse et la simplicité de ses mots, il nous fait ressentir ses émotions comme si nous étions à sa place.
C'est poignant et parfois douloureux. Dam ne retient pas ses mots et son langue parfois cru ne fait qu'accentuer son désir de prouver qu'il existe et qu'il vaut autant que les autres.
On arrive à s'imaginer à sa place lorsqu'il doit supporter les remarques de son père, un être haïssable, bourré de préjugés, intolérent et étroit d'esprit. Sans parler de sa peste de soeur et de sa mère absente et effacée.

Cependant, je dois avouer que j'ai été très déconcertée par la fin du livre. En effet, l'auteur semble nous laisser le choix entre deux fins alternatives. Mais en réalité, il est difficile de savoir quels étaient ses desseins et s'il s'agit réellement d'une fin alternative ou d'une "projection" de ce qu'aurait pu être l'avenir de Dam. Il n'y a rien dans le texte qui nous laisse à penser à l'une ou l'autre des possibilités.
Du coup, pour ma part, je le vois plutôt comme la second solution et d'un point de vue personnel, j'aurai d'ailleurs plutôt tendance à choisir la seconde !

Ce livre est vraiment une très belle découverte et un coup de coeur, un des meilleurs livres que j'ai lu depuis longtemps !

par Fantasyae
Je t'ai rêvé Je t'ai rêvé
Francesca Zappia   
Je viens de finir ce livre et wow...Je ne m'en remet pas, il est sublime !
Ce livre est un véritable coup de coeur pour moi, je n'arrive pas à décrire tout ce que j'ai ressentis durant cette lecture. Je suis passée du rire, à l'inquiétude, à la peine, la tristesse, au bonheur, aux larmes. Et c'était tout simplement magnifique.
J'ai dévoré ce livre en deux jours et je suis tombée amoureuse des personnages (enfin surtout de Miles). Ils sont tous très attachants et la relation entre Miles et Alex est une des plus belles histoires d'amour que j'ai lue.
C'est vrai que je m'attendais plus à un livre uniquement sur la schizophrénie d'Alex mais non finalement il décris plus la relation d'Alex et Miles, c'est avant tout une romance, et j'ai adoré.
J'ai eu beaucoup de peine pour ce que vivais Alex des fois, j'ai même versé quelques larmes.
A force de douter de ce que Alex voyait réellement ou pas, je me suis mise à douter moi même de ma propre vie ( j'étais littéralement dans le personnage d'Alex à fond ). Je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer à plusieurs moments, que ce soit d'émotions ou de tristesse. Le personnage de Miles est réellement génial ! Je l'ai adoré, et j'ai adoré son caractère de garçon très intelligent qui fait peur aux autres avec un caractère mystérieux et bizarre mais qui est tout de même sensible.
[spoiler]Et la révélation sur la petite Charlie, je m'y attendais car à part Alex personne de la mentionnait. [/spoiler]
Mais ce livre est magnifique au possible, il est sublime, renversant et c'est pour moi une révélation.
Ce livre est un véritable coup de cœur, je suis encore renversée de cette lecture merveilleuse.
A comme Aujourd'hui A comme Aujourd'hui
David Levithan   
J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire et à vraiment m'attacher aux héros. Je sentais qu'il y avait énormément de possibilités et de chemins vers lesquels David Levithan pourrait se diriger, et j'avais un peu peur qu'il oublie certains thèmes pour s'arrêter sur d'autres choses moins importantes. Mais non. Il est parvenu à me couper le souffle. EVERY DAY est une magnifique d'amour qui m'a anéanti.

Jusqu'à la fin, je me suis demandé comment le roman se terminerait. Puis PAF, la conclusion nous explose à la figure. Je pleurais tellement que les lignes en devenaient floues. Cette fin. Cette fin ♥ Je suis déchiré, ébloui et brisé.
C'est brillant.

Je ne sais pas encore si la suite est nécessaire ou pas, mais j'ai terriblement envie de découvrir ce qui attend A et Rhiannon.

J'avais oublié à quel point pleurer en refermant un roman était magnifique.
Ce livre m'a permis de m'en souvenir.

par Jordan