Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Keikana : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Les Ensorceleuses Les Ensorceleuses
Alice Hoffman   
C'est un livre qui m'a plu, entre superstitions et enquête policière. La personnalité des personnages est riche, et approfondie. L'ensemble est drôle et sombre à la fois, l'écriture agréable.

par Sechat
Dans le livre des rêves Dans le livre des rêves
Mikkel Birkegaard   
Je lis rarement de thrillers mais celui-ci étant sur les livres, la censure et une bibliothèque secrète, je ne pouvais pas passer à côté.

Arthur aurait pu se retrouver dans Les Misérables et il y a quelque chose d’antisocial-antipathique chez Mortimer Welles qui rappelle Sherlock Holmes, ce qui fonctionne assez bien. On suit volontiers ces personnages à travers leur enquête bien que les mauvaises décisions (qu’on voit arriver à un kilomètre) d’Arthur et le fait que Welles comprenne tout toujours très (trop) vite grâce à son sens de la déduction ne laisse pas de place au lecteur dans cette aventure. On se retrouve en spectateur passif sans pouvoir élaborer d’hypothèses, sans pouvoir échafauder de potentielles fins.

Cela aurait pu laisser la place à l’auteur de nous tendre des pièges scénaristiques ou d’instaurer un suspens de fou mais pour autant on n’est pas surpris par les événements, les révélations ne nous font pas tomber de notre chaise. Peut-être que c’est volontaire après tout : l’écriture descriptive de Birkegaard pose une atmosphère particulière et un rythme assez lent. On s’empreigne de l’époque, de la ville, des couleurs et du froid ; du climat de suspicion que provoque un gouvernement censeur.

J’ai aimé ma lecture. Ça m’a plu de ma balader dans le Copenhague du début du 19ème siècle, de revenir auprès d’Arthur lorsque je reprenais ma lecture et de découvrir les mystères qui entourent la bibliothèque. Mais il manque un petit truc ; un peu de peps pour en faire une véritable odyssée ou une touche de poésie pour la rendre plus intrigante.

par Keikana
Alice au royaume de Cœur, Tome 6 Alice au royaume de Cœur, Tome 6
QuinRose    Somei Hoshino   
Le volume qui à la fois le plus plu et le plus déconcerter.
Comment dire, j'ai aimé qu'enfin cela se finalise entre eux, qu'il y ait enfin une relation plus agréable entre eux même si depuis le début on s'en doutait fortement.

Mais, personnellement, la fin, je l'ai trouvée bâcler.
On reste sur notre faim.

par Leska
L'Étrange Réveillon L'Étrange Réveillon
Lionel Richerand    Bertrand Santini   

L’histoire poétique d’Arthur, orphelin, qui décide d’inviter des morts au réveillon de Noël, est racontée avec tendresse et humour par Bertrand Santini.

Allié aux illustrations graphiques et parfois sombres de Lionel Richerand, l’ensemble forme un beau conte de Noël, plein d’amour, d’imagination et de retrouvailles, tout en permettant d’aborder la question de la mort et du souvenir.

Après le succès du Yark, Bertrand Santini nous entraîne une nouvelle fois dans un univers étrange, dans ce conte de Noël moderne et décalé qui rappelle délicieusement les univers de Tim Burton ou Edward Gorey.

par LIBRIO64
La Communauté du Sud, Tome 8 : Pire que la mort La Communauté du Sud, Tome 8 : Pire que la mort
Charlaine Harris   
Toujours pareil, on ne s'en lasse vraiment pas... Au bout du 8ème tome, il y a toujours autant d'action, de retournement de situation,... Et Erik plus attirant que jamais... J'aime, j'aime, j'aime...

par nolie
Alice au royaume de Cœur, Tome 1 Alice au royaume de Cœur, Tome 1
QuinRose    Somei Hoshino   
Curieuse de voir l'adaptation d'un Alice au pays des merveilles j'étaie agréablement surpris par ce scenario complètement différent de l'original gardant seulement les basses des personnages, qui son très attachant.

par Nero
1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre
Haruki Murakami   
Je me suis encore laissée envoûter par ce deuxième tome, dans lequel les liens entre les deux univers de 1984 et 1Q84 se dévoilent peu à peu. Le rythme est lent mais l'intrigue progresse de façon continue et inéluctable, comme les deux protagonistes vers leur destin. Je reconnais qu'il n'est pas toujours facile de suivre un enchainement logique et rationnel à l'histoire, mais cet univers est tellement singulier , poétique , plein de métaphores , que le lecteur s'y trouve happé, captivé par l'histoire de ces personnages hors normes et tellement attachants.
L'homme sans Nez L'homme sans Nez
Ninon Maréchale   
J’étais très curieuse de découvrir ce titre lorsque j’ai lu le résumé sur la page « Partenariat » de Livraddict. Je trouvais le sujet à la fois original et intrigant et je n’ai pas été déçue. Tout comme Melville, je me suis posé plein de questions, j’ai cherché toutes les causes qui auraient pu provoquer cette anosmie. J’ai aimé l’accompagner dans ce cheminement que j’ai trouvé bien mené par l’auteure. Que ce soit l’aspect médical, psychologique ou même les changements de comportement des proches de Melville, tout était crédible et juste. De plus, j’ai trouvé l’écriture de Maréchale très agréable, poétique et recherchée. Il s’en dégage une sensation d’intelligence sans prétention que j’ai beaucoup aimé.

Il n’y a que deux choses qui m’ont dérangé dans ce récit. La première étant, qu’à ma grande surprise, plus les pages se tournaient et moins j’appréciais Melville. Je ne sais pas si c’est une volonté de l’auteure, je ne pense pas. Même s’il est vrai que perdre un de ses sens du jour au lendemain peut être très traumatisant, je n’ai pas aimé certaines de ses actions et peu à peu, je me suis rendue compte que je n’aimais pas cet homme, que je n’avais pas vraiment eu la chance de l’aimer du tout à vrai dire ; anosmie ou pas.

La seconde chose, ou plutôt le deuxième personnage qui m’a dérangé, c’est Carole, la compagne de Melville. Je n’ai pas aimé sa représentation bien trop caricaturale de la working girl coincée en tailleur chic qui veut faire « homme » pour être plus crédible au travail mais qui ne peut cacher son sex appeal tellement elle en dégage. A part ça, elle n’a pas vraiment de personnalité et même si cela pourrait justifier les changements qui s’opèrent dans sa relation avec Melville, je trouve ce personnage limite. De plus, la fin ne serait-elle pas plus forte si Carole était quelqu’un de plus profond, de plus attachant ? Ainsi, elle aurait même pu rendre son compagnon moins désagréable.

Ceci étant dit, cette lecture fut un bon moment. Une belle écriture, de la justesse, des idées originales.

par Keikana
Alice au pays des Merveilles : l'album luxe Alice au pays des Merveilles : l'album luxe
Mark Salisbury   
De très belles photos du film qui nous replongent dans cette atmosphère bien particulière propre aux films de Tim Burton.

par peatchy
Rosalie Blum - L'intégrale Rosalie Blum - L'intégrale
Camille Jourdy   
Je voyais cette BD un peu partout sur les réseaux sociaux et je ne comprenais pas vraiment l’engouement. Pour être franche: je ne suis pas fan du graphisme. Mais, un jour calme où j’étais au poste des retours à la bibliothèque, elle s’est retrouvée entre mes mains et j’ai commencé à la feuilleter, juste pour voir.

Cette BD opère un charme étrange. Je l’ai déjà dit: ce n’est pas grâce aux dessins que je l’ai lu et les personnages non plus n’étaient pas partis pour me plaire. Trop passifs, subissant leur vie ou tyranniques, tout ce que je n’aime pas. C’est, en fait, l’ambiance qui a retenu mon attention: le mystère autours de Rosalie Blum mais aussi autours des motivations de Vincent. L’atmosphère chargée de secrets, traversée de non-dits qui donnent des psychologies subtiles aux personnages et les rendent finalement attachants.

Et j’ai compris que les graphismes participaient à cet effet: ils retranscrivent la vie de tous les jours dans ce qu’elle a de juste et d’imparfait. Ce sont les détails comme le canapé du cousin de Vincent ou la forme des tasses dans lesquelles Rosalie et ses amis boivent du chocolat chaud mais aussi les corps flous, presque déformés qui m’ont interpellé. J’avais déjà vu ces objets et ces personnes dans la vraie vie. Un peu vieillots, pas très beaux, irréguliers, un peu fanés, dépassés mais toujours là et vrais. Ils s’accordent très bien avec les personnages et leur vie, un peu fanée et cassée, comme arrêtés dans le temps, mais très crédibles. J’ai trouvé que c’était finement joué de la part de l’auteure.

Sans en être tombée amoureuse, cette BD est une bonne surprise pour moi, j’ai passé un bon moment avec elle.

par Keikana