Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de kekeli : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Histoire des Etrusques Histoire des Etrusques
Jean-Marc Irollo   
Apparues au VIIIe siècle avant Jésus-Christ, les étrusques dominent presque toute l'Italie avant de se fondre dans le moule imposé par Rome. Lorsque, à la Renaissance, on découvre leurs tombes en Toscane, ces demeures funéraires parfaitement conservées offrent le spectacle d'une vie raffinée. Scènes de banquets, parties de chasse ou de pêche, danses, jeux ornent les murs à fresques et racontent un peuple jusqu'alors ignoré. Les Etrusques n'ont pas fini d'intriguer. Qui sont-ils ? D'ou viennent-ils ? Les hypothèses les plus variées courent sur leur origine mystérieuse. Leurs écrits ont disparu. On ne sait d'eux que ce que les Grecs ou les Romains nous en disent. Ce peuple singulier fut pourtant, à son apogée, puissant et craint par ses voisins. Jean-Marc Irollo ressuscite cette civilisation en lui redonnant sa juste place dans la formation de notre culture occidentale et dans les arts.
Le bacille Le bacille
Arnould Galopin   
Martial Procas est un scientifique reconnu, spécialiste des microbes pathogènes. De plus il est beau et le tout-Paris, en particulier féminin, accourt à ses conférences universitaires. Un jour, une belle Américaine attire son regard et il tombe éperdument amoureux de cette femme qui se révèle une aventurière et le quitte quelques semaines à peine après leur mariage. Quand il s'en rend compte, Procas est victime d'une crise très grave, un cas de cyanose dû à un rétrécissement de l'artère pulmonaire. Procas prend une teinte bleue qui ne le quittera plus. Dès lors, victime de la haine de ses semblables, il doit fuir car «rien n'était impressionnant comme cette face qui semblait celle d'un cadavre en décomposition et qui était cependant éclairée par deux yeux jeunes où se lisaient la douleur de vivre encore et l'exaspération de ne plus compter parmi les vivants...». Notre héros vit un calvaire, ne trouve de paix nulle part. Le jour où un ignoble boucher tue le chien de Martial, son seul réconfort, il décide de se venger...

par Didie6
Docteur Oméga Docteur Oméga
Arnould Galopin   
J'ai trouvé le style d'écriture de ce livre très lourd. L'auteur abuse des points de suspension comme ce n'est pas permis. L'univers n'est pas crédible (ou, plutôt, ne l'est plus suffisamment aujourd'hui avec nos connaissances de Mars). Je ne l'ai même pas fini.
Magic Cottage Magic Cottage
James Herbert   
Une très, très bonne intrigue, un histoire qui tient en haleine jusqu'à la fin, avec du bizarre, du glauque, de l'effrayant, de l'impatience et...
... et voilà, il manque quelque chose.
Il manque ce petit truc qui, malgré les bons dialogues et la fluidité du récit, aurait donné plus de... Grandeur? Profondeur? Je l'ignore, mais il manquait quelque chose et ça m'a laissé sur ma faim...

par Lusylila
Reliques de la nuit Reliques de la nuit
James P. Blaylock   
La Californie... Hollywood, Sunset Boulevard... Oui, bien sûr. Mais la Californie, ce sont aussi des canyons désolés, balayés par le vent, où la nature est encore intacte. Un pays sauvage, convoité par les promoteurs. C'est là que Peter Travers a acheté une cabane. Une cabane que l'on dit hantée. Pourquoi s'est-il installé là ? Pour oublier, sans doute. Oublier sa femme, Amanda, qu'il aime encore. Et leur fils David. Bien sûr maintenant il a Beth. Elle est jeune et jolie, avec elle il pourrait refaire sa vie.

Mais toujours, la nuit, vient le hanter cette voix plaintive. Puis ce n'est plus seulement une voix qui le poursuit, mais une vision. Celle d'une femme et d'un enfant qui errent dans le canyon. Fruit de son imagination ? Fantômes surgis du passé ? Prémonition ? Ou bien Peter est-il en train de perdre la raison ?

par Aude
Darcy Gentleman, Tome 1 : Une telle assemblée Darcy Gentleman, Tome 1 : Une telle assemblée
Pamela Aidan   
Une bonne surprise que ce premier tome ! Bon au début j'avoue avoir eu un peu de mal à me faire à l'idée que c'était une "ré-écriture" de Pride & Prejudice mais une fois passé l'inévitable moment du " mais c'est pas dans le livre ça !" et le concept digéré, j'ai beaucoup apprécié ma lecture ! Je trouve ce Darcy bien caractérisé et fidèle au personnage de Jane Austen. Il ne verse pas dans la sensiblerie et le gnangnan au contraire de la version d'Amanda Grange ( ou d'autres auteurs trop longs à énumérer ici) mais reste fidèle à lui-même : un peu hautain (tout de même, il n'est pas toujours très charitable pour ses contemporains), des mécanismes de défense bien ancrés ( quand il ne sait pas comment réagir, il est pédant), affectueux envers sa sœur sans en faire des tonnes au sujet de l'incident Ramsgate, un peu parano aussi... Et surtout on le voit vraiment "lutter en vain" contre l'attirance qu'il éprouve pour Elizabeth. Caroline Bingley est elle aussi parfaite, dans le genre pot de colle pas sincère c'est réussi ! Les ajouts de scène faits par l'auteure sont judicieux et correspondent bien à l'ambiance et aux convenances de l'époque ( petit bémol tout de même pour la scène de sortie de l'église avec Fletcher et Annie qui m'a paru exagérée et la fin avec le "roque" un peu exagéré voire superflu, hormis pour décrire la société de l'époque )
La relation entre Bingley et Jane est également bien traitée, on voir Bingley tomber amoureux et l'attitude de Darcy et des autres face à cette relation naissante... J'aime le fait qu'on rappelle que "Jane sourit trop" ! Et on comprend mieux les réserves de Darcy face à leur relation ( et la transposition qu'il fait avec sa relation avec Lizzy ) Bref, un excellent premier tome !


Ce que j'aime : Darcy tout en finesse sans verser dans le sentimentalisme, la manière dont les relations entre les différents personnages est abordée, mention spéciale pour Caroline Bingley !

Ce que j'aime moins : une ou deux scènes too much notamment avec son domestique, Fletcher qui donnent l'impression de meubler. On ne sait rien des pensées ou du ressenti d'Elizabeth sur les nouvelles scènes. Parfois un chouïa trop de lyrisme....

En bref : Une belle réécriture ! Un premier tome soigné et de qualité qui rend hommage à Mr Darcy et donne envie de lire la suite !

Ma note
8,5/10

par JessSwann
Nécroscope, Tome 1 : Nécroscope Nécroscope, Tome 1 : Nécroscope
Brian Lumley   
Années 70', une guerre froide qui s'éternise. Une cellule des services secrets britanniques, dont les membres se distinguent tous par ceci : ils disposent d'un pouvoir psychique quelconque.
Celui d'Harry Keogh ? Il peut entendre les morts, et ces derniers aiment lui parler.
Mais les britanniques ne sont pas seuls à s'intéresser aux pouvoirs paranormaux, et derrière leurs adversaires humains se profilent des ennemis beaucoup plus inquiétants...

L'écriture est dépouillée, presque un peu trop simple mais efficace avec comme un goût de script de film. Les vampires de Lumley sont d'une certaine originalité (relative, ils doivent sans doute quelque chose à "Alien") tout en parvenant à intégrer avec une cohérence assez remarquable une bonne partie du "folklore" vampirique habituel.

A déconseiller sans doute aux lecteurs les plus jeunes ou les plus sensibles par contre.

par Aude
Les Chefs du Clan Murray, Tome 1 : Le destin des Highlands Les Chefs du Clan Murray, Tome 1 : Le destin des Highlands
Hannah Howell   
Bof : Balfour Murray, chef de clan, mène une attaque pour sauver son demi-frère, kidnappé par son ennemi Beaton mais vaincu il doit se retirer. Son frère Nigel est grièvement blessé et sur le chemin, il rencontre Maldie, une guérisseuse, qui les suit pour s’occuper de Nigel. Maldie n’était pas là par hasard puisqu’elle aussi veut supprimer Beaton mais ne dit rien. Même si Balfour tombe sur le charme de Maldie, il sent qu’elle cache un secret et est obligé de s’en méfier pour protéger son clan… Un 1er tome qui se lit mais rien de transcendant : une romance rapide et une histoire lente et assez molle.

par Folize
La Grande Explosion La Grande Explosion
Eric Frank Russell   
Un petit roman de SF sans prétention, mais qui se lit facilement et avec un plaisir certain. Je l'ai lu à un moment où j'avais besoin de me changer les idées d'un quotidien difficile et je n'ai pas regretté que ce soit ce livre-là qui ait atterri entre mes mains : quand je l'ai achevé, ce fut avec le sourire aux lèvres. :-)

Le ton reste léger et le récit ne se prend pas trop au sérieux. J'ai notamment beaucoup aimé le prologue qui annonce de suite la couleur ! ^^
J'aurais apprécié une fin un peu plus développée, mais cela m'est tout personnel (et puis, à l'époque où il a été écrit, ça ne se faisait pas autant que maintenant) !

Bref, si ce livre avait été un film, j'aurais dit "très bon divertissement". Je le recommande à qui veut passer un agréable moment sans prise de tête dans un univers de SF ! ;-)

par Robotophe
Les Sanctuaires du mal Les Sanctuaires du mal
Terry Goodkind   
Je ressors plutôt perplexe de la lecture de ce thriller. En fait, il y a plusieurs points qui m’ont empêché d’apprécier cette lecture. Je ne connaissais pas du tout cet auteur, je ne savais donc pas vraiment à quoi m’attendre et je ne sais pas non plus si il procède de même dans ses autres romans. Ici je reproche les longueurs plombantes dues à des monologues didactiques, professorales même, qui en plus ne sont parfois pas du tout en adéquation avec l’urgence de l’action en cours. Tout du long l’auteur ne cesse d’insister sur le fait que cette société (en tout cas celle du roman qui semble nous être contemporaine) est décadente, il apparaît clairement une dichotomie bien/mal sans aucune nuances. Finalement les personnages m’ont paru plutôt ternes, tout du moins un peu caricaturaux. J’ai eu le sentiment que la protagoniste et moi-même en tant que lectrice étions les élèves de l’auteur à travers plusieurs de ses personnages qui nous faisaient la leçon et qu’au final la narration du roman n’était là que pour lui permettre d’exposer ses théories sans s’encombrer de trop. Si le but était de laisser une trace marquante, c’est par contre plutôt réussie, mais je n’ai pas adhéré au style et je suis plutôt déçue de ne pas avoir pu profiter pleinement de ce bon scénario.

par bagheera
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4