Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
728 220
Membres
1 065 836

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

" "À propos, je m'appelle Dorian, pas "Votre Altesse", poursuivit le prince.

- Très bien.

- Alors dites-le.

- Quoi ?

- Mon nom. Dites : Très bien Dorian. "

Elle leva les yeux au ciel.

"Si tel est le bon plaisir de Votre Magnanime Sainteté, je l'appellerai par Son prénom, dit-elle.

- Votre Magnanime Sainteté ? Ça me plait beaucoup !" "

Afficher en entier

La seconde place est un terme poli pour désigner le premier perdant

Afficher en entier

“Nous portons tous des cicatrices, Dorian. Les miennes sont seulement plus visibles que beaucoup d‘autres.”

Afficher en entier

“— Et vous, quel âge avez-vous ? demanda-t-il.

— Dix huit ans. »

Comme il ne disait rien, elle enchaîna :

« Je sais, c’est impressionnant, tout ce que j’ai pu accomplir à un âge aussi tendre !

— Le crime n’est pas un accomplissement, Sardothien.

— Mais devenir l’assassineuse la plus célèbre au monde, si ! Vous pourriez me demander comment j’y suis parvenue, reprit-elle devant son absence de réaction.

— Parvenue à quoi ? demanda-t-il froidement.

— À acquérir aussi rapidement mes talents et ma renommée.

— Je ne tiens pas à le savoir. »

Ce n’était pas ce qu’elle voulait entendre.

« Vous n’êtes pas très aimable », grommela-t-elle.”

Afficher en entier

“La mains sur le pommeau de son épée, Dorian Havilliard observait l’assassineuse depuis l’autre extrémité du campement. Elle dégageait beaucoup de tristesse assise là, immobile, avec les genoux contre sa poitrine et la lune qui teintait ses cheveux d’argent. Son visage avait perdu l’arrogance et la hardiesse qui n’animaient, et la lumière du château scintillait dans ses yeux.

Il la trouvait splendide, bien qu’étrange et maussade. Il y avait quelque chose dans son regard, un éclat dans ses yeux quand elle admirait un détail du paysage… Quelque chose qui lui échappait.

Elle fixait le palais sans ciller et sa silhouette se dessinait contre la lumière aveuglante qui émanait du bord de l’Avery. Des nuages apparurent dans le ciel et elle leva la tête. À travers une brève percée entre les masses mouvantes, on pouvait voir quelques étoiles. Dorian ne put s’empêcher de penser qu’elles observaient Keleana en retour.”

Afficher en entier

- Vous pourriez être différente, Keleana, déclara calmement Elena. Vous pourriez être héroïque, plus que moi-même ou n'importe qui d'autre. »

Keleana ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit.

Elena fit un pas vers elle.

« Vous pourriez ébranler la voûte du ciel, murmura-t-elle. Vous pourriez accomplir l'impossible, si seulement vous l'osiez. Au fond de vous, vous le savez, et c'est sans doute ce qui vous effraie le plus.

[...]

« Quand vous serez prête, reprit Elena, quand vous entendrez comme moi l'appel de cette foule, vous comprendrez pourquoi je suis venue à vous, pourquoi je suis restée à vos côtés et pourquoi je veillerai toujours sur vous, même si vous me repoussez. »

Afficher en entier

Keleana gardait un vague souvenir des doigts de Nehemia traçant des symboles dans l'air.

« Ce n'étaient dont pas des hallucinations ? Vous aussi, vous avez tout vu ? » demanda-t-elle.

« Non, ce n’étaient pas des hallucinations, répondit la princesse. Et oui, j’ai vu tout ce que vous avez vu. Mes dons me permettent de voir ce qui reste généralement invisible pour autrui. Le poison versé dans votre vin vous a permis d'entrevoir ce qui se dissimule derrière le voile de ce monde. Ce n'était certainement dans l'intention de Katlain, mais ce poison a réagi au contrat de votre sang. La magie appelle la magie. »

Afficher en entier

Le vent ébouriffa quelques mèches de sa tresse, qu'elle coinça derrière ses oreilles. Elle regarda Choal.

« Quoi qu’il arrive, lui dit-elle calmement, je tiens à vous remercier.

- De quoi ? » demanda-t-il, la tête inclinée sur le côté.

Ses yeux la brûlèrent, mais elle le mit sur le compte du vent et refoula ses larmes.

« D'avoir donné un sens à ma liberté. », répondit-elle.

Afficher en entier

« On appelle cette amulette l’œil Elena. Il y a plusieurs siècles qu'elle est perdue. »

Afficher en entier

Elle n'était sans doute pas près d'oublier comment le duc l'avait traitée à Endovier, et Dorian non plus. Lorsqu'il l’imaginait se conduire de nouveau ainsi avec elle, Dorian était saisi par une rage froide.

Sans réfléchir, il se pencha vers elle et l'embrassa sur la joue. Elle se raidit à son contact. Ce baiser fut rapide, mais il eut le temps de sentir l'odeur de sa peau et il ne s'écarta d'elle qu'à contrecœur.

Afficher en entier