Livres
568 489
Membres
623 498

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marie92 2016-12-26T18:09:04+01:00

"One day, I am going to marry you. I'll be generous and let you pick when, even if it's ten years from now. Or twenty. But, one day, you are going to be my wife."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mali2020 2020-08-17T00:10:17+02:00

Partie 1

CHAPITRE 1

Le souffle d'Elide Lochan lui brûlait la gorge à chaque inspiration haletante alors qu'elle boitait la colline escarpée de la forêt.

Sous les feuilles détrempées recouvrant le sol d'Oakwald, des pierres grises lâches rendaient la pente dangereuse, les chênes imposants s'étirant trop haut pour qu'elle puisse saisir les branches si elle tombait. Bravant la chute potentielle en faveur de la vitesse, Elide se précipita sur la lèvre du sommet escarpé, sa jambe tremblant de douleur alors qu'elle s'affaissait à genoux.

Les collines boisées roulaient dans toutes les directions, les arbres comme les barreaux d'une cage sans fin.

Semaines. Cela faisait des semaines que Manon Blackbeak et les Treize l'avaient laissée dans cette forêt, le chef d'escadre lui ordonnant de se diriger vers le nord. Pour retrouver sa reine perdue, devenue adulte et puissante - et aussi pour trouver Celaena Sardothien, quelle qu'elle soit, afin qu'Elide puisse rembourser la dette de vie qu'elle devait à Kaltain Rompier.

Même des semaines plus tard, ses rêves ont été tourmentés par ces derniers moments à Morath: les gardes qui avaient essayé de la traîner pour qu'elle soit implantée avec la progéniture de Valg, le massacre complet du chef d'escadre et le dernier acte de Kaltain Rompier - sculpter l'étrange pierre sombre d'où elle avait été cousue dans son bras et ordonnant à Elide de l'emmener à Celaena Sardothien.

Juste avant que Kaltain ne transforme Morath en une ruine fumante.

Elide posa une main sale et presque tremblante sur la bosse dure nichée dans la poche de poitrine des cuirs volants qu'elle portait encore. Elle aurait pu jurer qu'un léger battement résonna dans sa peau, un contre-battement de son propre cœur qui s'emballait.

Elide frissonna dans la lumière du soleil qui ruisselait à travers la verrière verte. L'été pesait lourdement sur le monde, la chaleur maintenant suffisamment oppressante pour que l'eau soit devenue sa denrée la plus précieuse.

Ça avait été depuis le début - mais maintenant, toute sa journée, sa vie, tournait autour d'elle.

Heureusement, Oakwald regorgeait de ruisseaux après que les dernières neiges fondues des montagnes se soient échappées de leurs sommets. Malheureusement, Elide avait appris à la dure quelle eau boire.

Trois jours, elle était sur le point de mourir de vomissements et de fièvre après avoir avalé cette eau stagnante de l'étang. Trois jours, elle avait tellement tremblé qu'elle pensait que ses os se briseraient. Trois jours, pleurant doucement dans un désespoir pitoyable qu'elle mourrait ici, seule dans cette forêt sans fin, et personne ne le ferait jamais

Et à travers tout cela, cette pierre dans sa poche de poitrine battait et palpitait. Dans ses rêves fiévreux, elle aurait pu jurer qu'il lui avait chuchoté, chanté des berceuses dans des langues qu'elle ne pensait pas que les langues humaines pouvaient prononcer.

Elle ne l'avait pas entendu depuis, mais elle se demandait toujours. Je me demandais si la plupart des humains seraient morts.

Je me demandais si elle portait un cadeau ou une malédiction vers le nord. Et si cette Celaena Sardothien savait quoi en faire.

Dites-lui que vous pouvez ouvrir n'importe quelle porte, si vous avez la clé, avait dit Kaltain. Elide étudiait souvent la pierre noire irisée chaque fois qu'elle s'arrêtait pour une pause nécessaire. Elle ne ressemblait certainement pas à une clé: taillée grossièrement, comme si elle avait été fendue d'un gros morceau de pierre. Peut-être que les paroles de Kaltain étaient une énigme destinée uniquement à son destinataire.

Elide a sorti son sac trop léger de ses épaules et a ouvert le rabat en toile. Elle avait manqué de nourriture il y a une semaine et avait commencé à fouiller les baies. Ils étaient tous étrangers, mais un murmure d'un souvenir de ses années avec sa nourrice, Finnula, l'avait avertie de les frotter d'abord sur son poignet - pour voir s'ils suscitaient une réaction.

La plupart du temps, trop souvent, ils l'ont fait.

Mais de temps en temps, elle tombait sur un buisson affaissé avec les bons, et elle se gavait avant de remplir son sac. En pêchant à l'intérieur de la toile teintée de rose et de bleu, Elide a creusé la dernière poignée, enveloppée dans sa chemise de rechange, le tissu blanc maintenant rouge et violet tacheté.

Une poignée - pour durer jusqu'à ce qu'elle trouve son prochain repas.

La faim la rongeait, mais Elide n'en mangeait que la moitié. Peut-être qu'elle en trouverait plus avant de s'arrêter pour la nuit.

Elle ne savait pas chasser - et l'idée d'attraper un autre être vivant, de lui claquer le cou ou de creuser son crâne avec un rocher ... Elle n'était pas encore si désespérée.

Peut-être que cela ne faisait pas d'elle un Blackbeak après tout, malgré la lignée cachée de sa mère.

Elide lécha ses doigts du jus de baies, de la saleté et de tout, et siffla alors qu'elle se tenait sur des jambes raides et douloureuses. Elle ne durerait pas longtemps sans nourriture mais ne pourrait pas risquer de s'aventurer dans un village avec l'argent que Manon lui avait donné, ou vers l'un des incendies de chasseurs qu'elle avait repéré ces dernières semaines.

Non, elle en avait assez vu la gentillesse et la miséricorde des hommes. Elle n'oublierait jamais comment ces gardes avaient lorgné sur son corps nu, pourquoi son oncle l'avait vendue à Duke Perrington.

Grimaçant, Elide balança son sac sur ses épaules et partit avec précaution le long de la pente de la colline, se frayant un chemin parmi les rochers et les racines.

Peut-être qu'elle avait fait un mauvais virage. Comment pourrait-elle savoir quand elle a traversé la frontière de Terrasen, de toute façon?

Et comment aurait-elle pu retrouver sa reine, sa cour?

Elide repoussa les pensées, restant dans les ombres troubles et évitant les taches de soleil. Cela ne ferait que la rendre plus soif, plus chaude.

Trouvez de l'eau, peut-être plus importante que de trouver des baies, avant que l'obscurité ne s'installe.Elle atteignit le pied de la colline, réprimant un gémissement au labyrinthe de bois et de pierre.

Il semblait qu'elle se tenait maintenant dans un cours d'eau séché qui se faufilait entre les collines. Il s'est courbé brusquement vers l'avant - vers le nord. Un soupir sortit d'elle. Merci Anneith. Au moins, la Dame des choses sages ne l'avait pas encore abandonnée.

Elle suivrait le cours d'eau aussi longtemps que possible, en restant vers le nord, puis ...

Elide ne savait pas exactement quel sens l’avait pris. Pas d'odeur, ni de vue, ni de son, car rien au-delà de la pourriture du terreau et de la lumière du soleil et des pierres et du chuchotement des feuilles au-dessus de la terre n'était hors de l'ordinaire.

Mais là. Comme un fil dans une grande tapisserie s'était accroché, son corps enfermé.

Le bourdonnement et le bruissement de la forêt se sont calmés plus tard.

Elide parcourut les collines, le lit du cours d'eau. Les racines d'un chêne au sommet de la colline la plus proche faisaient saillie du côté herbeux de la pente, fournissant un chaume de bois et de mousse sur le ruisseau mort. Parfait.

Elle boitait pour cela, aboyant la jambe abîmée, des pierres qui claquaient et déchiraient ses chevilles. Elle pouvait presque toucher le bout des racines lorsque le premier boom évidé résonna.

Pas de tonnerre. Non, elle n'oublierait jamais ce son particulier - car cela aussi hantait ses rêves à la fois éveillés et endormis.

Le battement d'ailes puissantes et coriaces. Wyverns.

Et peut-être plus mortel: les sorcières Ironteeth qui les chevauchaient, sentent aussi nettes et affinées que leurs montures ».

Elide se précipita vers le surplomb de racines épaisses à mesure que l'aile battait, la forêt silencieuse comme un cimetière. Des pierres et des bâtons déchirés à ses mains nues, ses genoux cognant sur la terre rocheuse alors qu'elle se pressait contre la colline et scrutait la canopée à travers le treillis de racines.

Un battement, puis un autre pas même un battement de cœur après. Assez synchronisé pour que n'importe qui dans la forêt puisse penser que ce n'était qu'un écho, mais Elide le savait: deux sorcières.

Elle avait ramassé assez de choses à Morath pour savoir que les Ironteeth avaient reçu l'ordre de garder leur nombre caché. Ils volaient en parfaite formation miroir, de sorte que les oreilles qui écoutaient pouvaient ne rapporter qu’une wyverne.

Mais ces deux-là, quels qu'ils soient, étaient bâclés. Ou aussi bâclé qu'une des sorcières immortelles et mortelles pourrait l'être. Des membres du coven de niveau inférieur, peut-être. En mission de reconnaissance.

Ou à la recherche de quelqu'un, chuchota une petite voix pétrifiée dans sa tête.

Elide s'enfonça plus fort dans le sol, les racines s'enfonçant dans son dos alors qu'elle surveillait la canopée.

Et là. Le flou d'une forme massive se déplaçant rapidement glissant juste au-dessus de la canopée, secouant les feuilles. Une aile coriace et membraneuse, dont le bord était incliné dans une serre incurvée et lisse, empaillait le soleil.

Rarement - si rarement - étaient-ils jamais sortis en plein jour. Quoi qu'ils chassent, cela devait être important.

Elide n'a pas osé respirer trop fort jusqu'à ce que ces battements d'ailes se fanent, naviguant plein nord.

Vers le Ferian Gap - où Manon avait mentionné que la seconde moitié de l'hôte était campée.Elide ne bougea que lorsque le bourdonnement et le tremblement de la forêt reprirent. Rester immobile pendant si longtemps avait provoqué des crampes dans ses muscles, et elle grogna en étirant ses jambes, puis ses bras, puis en roulant ses épaules.

Sans fin - ce voyage était sans fin. Elle donnerait n'importe quoi pour un toit sûr au-dessus de sa tête. Et un repas chaud. Peut-être que les chercher, ne serait-ce que pour une nuit, valait le risque.

Se frayant un chemin le long du lit de la rivière à sec, Elide fit deux pas avant que ce sens-qui-n'était-un-sens ne se contracte à nouveau, comme si une main chaude et féminine lui avait agrippé l'épaule pour s'arrêter.

Le bois emmêlé murmura de vie. Mais elle pouvait le sentir - ressentir quelque chose là-bas.

Pas des sorcières, des wyvernes ou des bêtes. Mais quelqu'un - quelqu'un la regardait.

Quelqu'un la suivait.

Elide dégaina nonchalamment le couteau de combat que Manon lui avait donné en quittant cette misérable forêt.

Elle souhaitait que la sorcière lui ait appris à tuer.

Lorcan Salvaterre fuyait ces bêtes maudites depuis deux jours maintenant.

Il ne leur en voulait pas. Les sorcières avaient été énervées quand il s'était glissé dans leur camp forestier au milieu de la nuit, avait abattu trois de leurs sentinelles sans que leurs montures s'en aperçoivent et en avait traîné une quatrième dans les arbres pour être interrogée.

Il lui avait fallu deux heures pour que la sorcière aux Jambes jaunes se brise, cachée si profondément dans la gorge d'une grotte que même ses cris avaient été contenus. Deux heures, puis elle chantait pour lui.

Des armées de sorcières jumelles se tenaient maintenant sur le point de prendre le continent: une à Morath, une à Ferian Gap. Les Jambes jaunes ne savaient rien du pouvoir qu'exerçait Duke Perrington - ne savaient rien de ce que Lorcan chassait: les deux autres Wyrdkeys, les frères et sœurs de celui qu'il portait sur une longue chaîne autour du cou. Trois éclats de pierre fendus d'un Wyrdgate impie, chaque clé capable d'un pouvoir énorme et terrible. Et quand les trois Wyrdkeys étaient unis… ils pouvaient ouvrir cette porte entre les mondes. Détruisez ces mondes ou invoquez leurs armées. Et bien, bien pire.

Lorcan avait accordé à la sorcière le cadeau d'une mort rapide.

Ses sœurs le chassaient depuis.

Accroupi dans un fourré niché dans le flanc d'une pente raide, Lorcan regarda la jeune fille se détendre des racines. Il s'était caché ici en premier, écoutant la clameur de son approche maladroite, et l'avait regardée trébucher et boiter quand elle avait finalement entendu ce qui se dirigeait vers eux.

Elle était délicatement construite, suffisamment petite pour qu'il ait pu penser qu'elle avait à peine dépassé son premier saignement s'il n'y avait pas eu les seins pleins sous ses cuirs moulants.

Ces vêtements avaient immédiatement attiré son intérêt. Les Yellowlegs en portaient des semblables - toutes les sorcières en avaient. Pourtant, cette fille était humaine.

Et lorsqu'elle se tourna dans sa direction, ces yeux sombres parcoururent la forêt avec une évaluation trop vieille, trop pratiquée pour appartenir à un enfant. Au moins dix-huit ans, peut-être plus. Son visage pâle était sale, décharné. Elle était probablement là depuis un certain temps, luttant pour trouver de la nourriture. Et le couteau qu'elle a palpé a tremblé suffisamment pour suggérer qu'elle n'avait probablement aucune idée de quoi en faire.

Lorcan resta cachée, la regardant scruter les collines, le ruisseau, la canopée.

Elle savait qu'il était là-bas, d'une manière ou d'une autre.

Intéressant. Quand il voulait rester caché, peu de gens pouvaient le trouver.

Chaque muscle de son corps était tendu, mais elle termina de scruter le ravin, forçant une douce respiration à travers ses lèvres pincées, et continua. Loin de lui.

Chaque pas boitait; elle se blesserait probablement en s'écrasant à travers les arbres.

La longueur de sa tresse claqua contre sa meute, ses cheveux soyeux sombres comme les siens. Plus sombre. Noir comme une nuit sans étoiles.

Le vent se déplaça, soufflant son parfum vers lui, et Lorcan le respira, permettant à ses sens Fae - les sens qu'il avait hérités de sa piqûre de père - d'évaluer, d'analyser, comme ils l'avaient fait pendant plus de cinq siècles.

Humain. Certainement humain, mais ...

Il connaissait cette odeur.

Au cours des derniers mois, il avait massacré de très nombreuses créatures qui portaient sa puanteur.

Eh bien, n'était-ce pas pratique. Peut-être un cadeau des dieux: quelqu'un utile pour interroger. Mais plus tard - une fois qu'il eut eu l'occasion de l'étudier. Apprenez ses faiblesses.

Lorcan se détendit du fourré, pas même une brindille bruissant à son passage.

La fille possédée par le démon boitait le lit du cours d'eau, ce couteau inutile toujours éteint, sa prise sur sa poignée totalement inefficace. Bien.

Et donc Lorcan a commencé sa chasse.

CHAPITRE 2

Le crépitement de la pluie qui coule à travers les feuilles et les brumes basses de la forêt d'Oakwald a presque noyé le gargouillis du ruisseau gonflé coupant entre les bosses et les creux.

Accroupie à côté du ruisseau, peaux vides oubliées sur la rive moussue, Aelin Ashryver Galathynius tendit une main cicatricielle au-dessus de l'eau tumultueuse et laissa le chant de la tempête matinale la submerger.

Les gémissements de têtes de tonnerre qui se brisaient et la douleur de répondre à la foudre avaient été un battement violent et frénétique depuis l'heure avant l'aube - s'étalant maintenant plus loin, calmant leur fureur, alors qu'Aelin apaisait son propre noyau brûlant de magie.

Elle respirait les brumes froides et la pluie fraîche, les entraînant profondément dans ses poumons. Sa magie s'échappa en réponse, comme si elle bâillait bonjour et se rendormit.

En effet, autour du camp juste à portée de vue, ses compagnons dormaient toujours, protégés de la tempête par un bouclier invisible de fabrication de Rowan, et réchauffés par le froid du nord qui persistait même au plus fort de l'été par une joyeuse flamme rubis qu'elle avait gardée brûlant toute la nuit. C'était la flamme qui avait été la chose difficile à contourner - comment la faire grésiller tout en invoquant le petit cadeau d'eau que sa mère lui avait donné.

Aelin plia ses doigts sur le ruisseau.

De l'autre côté du ruisseau, au sommet d'un rocher moussu niché dans les bras d'un chêne noueux, une paire de minuscules doigts blancs comme des os fléchit et craqua, un miroir de ses propres mouvements.

Aelin a souri et a dit si doucement que c'était à peine audible sur le ruisseau et la pluie: "Si vous avez des pointeurs, mon ami, j'aimerais les entendre."

Les doigts grêles revinrent sur la crête du rocher qui, comme tant d'autres dans ces bois, avait été sculpté de symboles et de verticilles.

Les Little Folk les suivaient depuis qu'ils avaient franchi la frontière pour Terrasen. Escortant, Aedion avait insisté chaque fois qu'ils repéraient de grands yeux sans profondeur clignotant dans un enchevêtrement de ronces ou scrutant un groupe de feuilles au sommet d'un des arbres célèbres d'Oakwald. Ils n'étaient pas venus assez près pour qu'Aelin puisse même les voir

Mais ils avaient laissé de petits cadeaux juste à l'extérieur de la frontière des boucliers nocturnes de Rowan, en quelque sorte déposés sans alerter celui qui était sous surveillance.

Un matin, c'était une couronne de violettes des forêts. Aelin l'avait donnée à Evangeline, qui avait porté la couronne sur sa tête en or rouge jusqu'à ce qu'elle s'effondre. Le lendemain matin, deux couronnes attendaient: une pour Aelin et une plus petite pour la fille marquée. Un autre jour, le Little Folk a laissé une réplique de la forme du faucon de Rowan, fabriquée à partir de plumes de moineau, de glands et de coccinelles cueillies. Son Fae Prince avait souri un peu quand il l'avait trouvé - et l'avait transporté dans sa sacoche depuis.

Aelin elle-même sourit à ce souvenir. Bien que savoir que le Petit Folk suivait chacune de ses étapes, écouter et regarder, avait rendu les choses… difficiles. Pas vraiment de la manière qui importait, mais se glisser dans les arbres avec Rowan était certainement moins romantique sachant qu'ils avaient un public. Surtout chaque fois qu'Aedion et Lysandra en avaient tellement marre de leurs regards silencieux et chauffés que les deux ont inventé des excuses fragiles pour éloigner Aelin et Rowan de la vue et de l'odeur pendant un moment: la dame avait laissé tomber son mouchoir inexistant sur le chemin inexistant loin derrière; ils avaient besoin de plus de bûches pour un feu qui ne nécessitait pas de bois pour brûler.

Et quant à son public actuel…

Aelin plaça ses doigts sur le ruisseau, laissant son cœur devenir aussi immobile qu'une piscine forestière chauffée par le soleil, laissant son esprit se libérer de ses limites normales.

Un ruban d'eau flotta du ruisseau, gris et clair, et elle le passa entre ses doigts écartés comme si elle enfilait un métier à tisser.

Elle inclina son poignet, admirant la façon dont elle pouvait voir sa peau à travers l'eau, la laissant glisser le long de sa main et s'enrouler autour de son poignet. Elle a dit à la fée qui regardait de l'autre côté du rocher: "Pas grand-chose à signaler à vos compagnons, n'est-ce pas?"

Les feuilles détrempées se croquèrent derrière elle, et Aelin savait que ce n'était que parce que Rowan voulait qu'elle entende son approche. "Attention, sinon ils laisseront quelque chose d'humide et de froid dans votre lit la prochaine fois."

Aelin se fit libérer l'eau dans le ruisseau avant de regarder par-dessus une épaule. «Pensez-vous qu'ils acceptent les demandes? Parce que je remettrais mon royaume pour un bain chaud en ce moment. "

Les yeux de Rowan dansèrent alors qu'elle se relevait. Elle abaissa le bouclier qu'elle avait mis autour d'elle pour rester au sec - la vapeur de la flamme invisible se mélangeant avec la brume autour d'eux. Le Prince Fae haussa un sourcil. "Dois-je craindre que tu ne sois si bavarde si tôt le matin?"

Elle roula des yeux et se tourna vers le rocher où la fée avait surveillé ses tentatives de mauvaise qualité pour maîtriser l'eau. Mais il ne restait que des feuilles pluvieuses et de la brume serpentante.

Des mains fortes glissèrent sur sa taille, la tirant dans sa chaleur, tandis que les lèvres de Rowan effleuraient son cou, juste sous son oreille.

Aelin se recula contre lui tandis que sa bouche traversait sa gorge, chauffant une peau glacée. "Bonjour à toi, souffla-t-elle.

Le grognement de Rowan lui fit friser les orteils.

Ils n'avaient pas osé s'arrêter dans une auberge, même après être entrés à Terrasen il y a trois jours, pas alors qu'il y avait encore tant d'yeux ennemis fixés sur les routes et les taudis. Pas quand il y avait encore des files de soldats adarlaniens qui sortaient enfin de son territoire damné par les dieux - grâce aux décrets de Dorian.

Surtout quand ces soldats pourraient très bien marcher ici, pourraient choisir de s'allier avec le monstre accroupi à Morath plutôt qu'avec leur vrai roi.

«Si tu veux tellement prendre un bain,» murmura Rowan contre son cou, «j'ai repéré une piscine à environ un quart de mille en arrière. Vous pourriez le chauffer - pour nous deux. »

Elle passa ses ongles le long de ses mains, ses avant-bras. «Je ferais bouillir tout le poisson et les grenouilles à l'intérieur. Je doute que ce soit très agréable alors. "

"Au moins, nous préparerions le petit-déjeuner."

Elle rit sous son souffle et les canines de Rowan grattèrent l'endroit sensible où son cou rencontrait son épaule. Aelin enfonça ses doigts dans les muscles puissants de ses avant-bras, y savourant la force. «Les seigneurs ne seront pas là avant le coucher du soleil. Nous avons le temps. " Ses mots étaient essoufflés, à peine plus qu'un murmure.

En traversant la frontière, Aedion avait envoyé des messages aux quelques seigneurs en qui il avait confiance, coordonnant la réunion qui devait avoir lieu aujourd'hui - dans cette clairière, qu'Aedion lui-même avait utilisée pour des réunions rebelles secrètes ces longues années.

Ils étaient arrivés tôt pour découvrir le terrain, les pièges et les avantages. Aucune trace d'humain ne s'attardait: Aedion et le Fléau avaient toujours veillé à ce que toutes les preuves soient effacées des yeux hostiles. Son cousin et sa légion légendaire avaient déjà tant fait pour assurer la sécurité de Terrasen au cours de la dernière décennie. Mais ils ne prenaient toujours aucun risque, même avec des seigneurs qui avaient autrefois été les hommes de bannière de son oncle.

"Aussi tentant que cela puisse être", a déclaré Rowan, mordillant son oreille d'une manière qui rendait difficile la réflexion, "je dois être sur mon chemin dans une heure." Pour repérer la terre à venir pour toute menace. Des baisers de plume effleurèrent sa mâchoire, sa joue. «Et ce que j'ai dit tient toujours. Je ne vous prends pas contre un arbre la première fois. "

"Ce ne serait pas contre un arbre, ce serait dans une piscine." Un rire sombre contre sa peau maintenant brûlante. C'était un effort pour ne pas prendre une de ses mains et la guider jusqu'à ses seins, le supplier de toucher, de prendre, de goûter. "Vous savez, je commence à penser que vous êtes un sadique."

"Faites-moi confiance, je ne trouve pas ça facile non plus." Il la tira un peu plus fort contre lui, lui faisant sentir la preuves pousser avec une demande impressionnante contre ses fesses. Elle grogna presque à cela aussi.

Puis Rowan s'éloigna, et elle fronça les sourcils à la perte de sa chaleur, à la perte de ces mains et de ce corps et de cette bouche. Elle se retourna, trouvant ses yeux verts de pin épinglés sur elle, et un frisson étincelait dans son sang plus brillant que n'importe quelle magie.

Mais il a dit: "Pourquoi êtes-vous si cohérent si tôt?"

Elle a sorti sa langue. «J'ai pris la relève d'Aedion, car Lysandra et Fleetfoot ronflaient assez fort pour réveiller les morts.» La bouche de Rowan se contracta, mais Aelin haussa les épaules. "Je ne pouvais pas dormir de toute façon."

Sa mâchoire se serra alors qu'il regardait où l'amulette était cachée sous sa chemise et la veste en cuir sombre au-dessus. "Est-ce que le Wyrdkey vous dérange?"

"Non c'est pas ça." Elle avait commencé à porter l'amulette après qu'Evangeline ait pillé ses sacoches et enfilé le collier. Ils ne l'ont découvert que parce que l'enfant était revenue de se laver avec l'amulette d'Orynth fièrement affichée sur ses vêtements de voyage. Remerciez les dieux qu'ils étaient au fond d'Oakwald à l'époque, mais… Aelin ne prenait aucune autre chance.

D'autant plus que Lorcan croyait toujours qu'il avait la vraie chose.

Ils n'avaient pas entendu parler du guerrier immortel depuis qu'il avait quitté Rifthold, et Aelin se demandait souvent jusqu'où il était allé au sud - s'il s'était encore rendu compte qu'il portait un faux Wyrdkey dans une fausse Amulette d'Orynth. S'il avait découvert où les deux autres avaient été cachés par le roi d'Adarlan et le duc Perrington.

Pas Perrington — Erawan.

Un frisson glissa dans son dos, comme si l'ombre de Morath avait pris forme derrière elle et passait un doigt griffu le long de sa colonne vertébrale.

"C'est juste ... cette réunion", a déclaré Aelin en agitant la main. «Aurions-nous dû le faire à Orynth? Dans les bois comme celui-ci, ça semble tellement… un manteau et un poignard. »

Les yeux de Rowan dérivèrent à nouveau vers l'horizon nord. Au moins une autre semaine se trouvait entre eux et la ville, le cœur autrefois glorieux de son royaume. De ce continent. Et quand ils y arriveraient, ce serait un flux sans fin de conseils et de préparatifs et de décisions que seule elle pourrait prendre. Cette réunion qu'Aedion avait arrangée ne serait que le début.

"Mieux vaut aller dans la ville avec des alliés établis que d'entrer sans savoir ce que vous pourriez trouver", a finalement déclaré Rowan. Il lui fit un sourire ironique et pointa un regard pointé sur Goldryn, enveloppé dans son dos, et les divers couteaux attachés à elle. "Et en plus: je pensais que" cape et poignard "était votre deuxième prénom."

Elle lui offrit en retour un geste vulgaire.

Aedion avait été si prudent avec ses messages lors de la mise en place de la réunion - avait choisi cet endroit loin de toute victime possible ou espionner les yeux. Et même s'il faisait confiance aux seigneurs, qu'il lui avait familiarisés ces dernières semaines, Aedion ne les avait toujours pas informés du nombre de personnes voyageant dans leur groupe - quels étaient leurs talents. Au cas où.

Peu importe qu'Aelin était porteur d'une arme capable d'anéantir toute cette vallée, ainsi que les montagnes grises de Staghorn qui la surveillaient. Et c'était juste sa magie.

Rowan a joué avec une mèche de cheveux - repoussée presque jusqu'à ses seins. "Vous êtes inquiet car Erawan n'a pas encore bougé

Elle a sucé une dent. «Qu'attend-il? Sommes-nous fous d'attendre une invitation à marcher sur lui? Ou est-ce qu'il nous laisse rassembler nos forces, me laissant revenir avec Aedion pour récupérer le Fléau et lever une plus grande armée autour de lui, uniquement pour qu'il puisse savourer notre désespoir absolu lorsque nous échouons? »

Les doigts de Rowan se figèrent dans ses cheveux. "Vous avez entendu le messager d'Aedion. Cette explosion a emporté une bonne partie de Morath. Il se reconstruit peut-être. »

«Personne n'a revendiqué cette explosion comme étant leur fait. Je ne lui fais pas confiance. "

"Tu ne fais confiance à rien."

Elle rencontra ses yeux. "Je compte sur toi."

Rowan passa un doigt le long de sa joue. La pluie redevint lourde, son doux crépitement le seul son à des kilomètres.

Aelin se leva sur ses orteils. Elle sentit les yeux de Rowan sur elle tout le temps, sentit son corps s'immobiliser avec une concentration prédatrice, alors qu'elle embrassait le coin de sa bouche, l'arc de ses lèvres, l'autre coin.

Baisers doux et narquois. Conçu pour voir lequel d'entre eux a cédé le premier.

Rowan l'a fait.

Avec une forte inspiration, il agrippa ses hanches, la tirant contre lui alors qu'il inclinait sa bouche sur la sienne, approfondissant le baiser jusqu'à ce que ses genoux menacent de se déformer. Sa langue effleura la sienne - des coups paresseux et habiles qui lui disaient précisément ce qu'il était capable de faire ailleurs.

Des braises scintillaient dans son sang et la mousse en dessous sifflait alors que la pluie se transformait en vapeur.

Aelin interrompit le baiser, la respiration haletante, satisfaite de voir la propre poitrine de Rowan monter et descendre à un rythme inégal. Si nouveau - cette chose entre eux était encore si nouvelle, si ... crue. Consommation totale. Le désir n'était qu'un début.

Rowan a fait chanter sa magie. Et c'était peut-être le lien carranam entre eux, mais… sa magie voulait danser avec la sienne. Et du gel étincelant dans ses yeux, elle savait que les siens exigeaient la même chose.

Rowan se pencha en avant jusqu'à ce qu'ils froncent les sourcils. "Bientôt", promit-il, la voix rauque et basse. «Allons dans un endroit sûr, quelque part défendable.»

Parce que sa sécurité passerait toujours en premier. Pour lui, la garder protégée, la garder en vie, viendrait toujours en premier. Il l'avait appris à la dure.

Son cœur se tendit et elle recula pour lever une main sur son visage. Rowan a lu la douceur dans ses yeux, son corps et sa propre férocité inhérente s'est glissée dans une douceur que si peu de gens verraient. Sa gorge lui faisait mal avec l'effort de garder les mots dedans.

Elle était amoureuse de lui depuis un moment maintenant. Plus longtemps qu'elle ne voulait l'admettre.

Elle essaya de ne pas y penser, s'il ressentait la même chose. Ces choses - ces souhaits - étaient au bas d'une liste de priorités très, très longue et sanglante.

Alors Aelin embrassa doucement Rowan, ses mains se bloquant à nouveau autour de ses hanches "Fireheart," dit-il sur sa bouche.

«Buzzard», murmura-t-elle sur le sien.

Rowan rit, le grondement résonnant dans sa poitrine.

Depuis le camp, la douce voix d'Evangeline gazouillait sous la pluie: "Est-il temps pour le petit déjeuner?"

Aelin renifla. Effectivement, Fleetfoot et Evangeline poussaient maintenant le pauvre Lysandra, étendu comme un léopard fantôme par le feu immortel. Aedion, de l'autre côté du feu, était immobile comme un rocher. Fleetfoot sauterait probablement sur lui ensuite.

"Cela ne peut pas bien finir", marmonna Rowan.

Evangeline a hurlé, "Fooooood!" Le hurlement de réponse de Fleetfoot a suivi un battement de cœur plus tard.

Puis le grognement de Lysandra a ondulé vers eux, faisant taire la fille et le chien.

Rowan rit de nouveau - et Aelin pensa qu'elle ne pourrait jamais en avoir assez, ce rire. Ce sourire.

"Nous devons préparer le petit déjeuner", a-t-il dit en se tournant vers le camp, "avant qu'Evangeline et Fleetfoot ne saccagent tout le site."

Aelin gloussa mais jeta un coup d'œil par-dessus son épaule vers la forêt s'étendant vers les Staghorns. Vers les seigneurs qui, nous l'espérons, se dirigeaient vers le sud - pour décider comment ils allaient mener la guerre… et reconstruire leur royaume brisé.

Quand elle a regardé en arrière, Rowan était à mi-chemin du camp, les cheveux d'or rouge d'Evangeline clignotant alors qu'elle bondissait à travers les arbres ruisselants, suppliant le prince de porter du pain grillé et des œufs.

Sa famille - et son royaume.

Deux rêves longtemps crus perdus, réalisa-t-elle alors que le vent du nord ébouriffait ses cheveux. Qu'elle ferait n'importe quoi - se ruiner, se vendre - pour protéger.

Aelin était sur le point de se diriger vers le camp pour épargner Evangeline de la cuisine de Rowan quand elle a remarqué l'objet au sommet du rocher à travers le ruisseau.

Elle nettoya le ruisseau d'un seul bond et étudia soigneusement ce que la fée avait laissé.

Façonnée de brindilles, de toiles d'araignées et d'écailles de poisson, la minuscule wyverne était d'une précision troublante, ses ailes déployées larges et sa bouche aux crocs épineux rugissant.

Aelin a quitté la wyverne où elle était, mais ses yeux se sont déplacés vers le sud, vers l'ancien flux d'Oakwald, et Morath se profilant bien au-delà. Pour Erawan renaître, l'attendant avec son hôte de sorcières Ironteeth et fantassins Valg.

Et Aelin Galathynius, reine de Terrasen, savait que le moment viendrait bientôt de prouver à quel point elle allait saigner pour Erilea.

Il était utile, pensa Aedion Ashryver, de voyager avec deux détenteurs de magie doués. Surtout par mauvais temps.

Les pluies ont persisté tout au long de la journée alors qu'ils se préparaient pour la réunion. Rowan avait volé deux fois vers le nord pour suivre la progression des seigneurs, mais il ne les avait pas vus ni parfumés.

Personne n'a bravé les routes Terrasen notoirement boueuses par ce temps. Mais avec Ren Allsbrook en leur compagnie, Aedion ne doutait pas qu'ils resteraient cachés jusqu'au coucher du soleil de toute façon. A moins que le temps ne les ait retardés. Ce qui était une bonne possibilité.

Le tonnerre retentit, si près que les arbres tremblèrent. La foudre a clignoté avec une petite pause pour respirer, taillant les feuilles imbibées d'argent, illuminant le monde si brillamment que ses sens Fae ont été aveuglés. Mais au moins, il était sec. Et chaud.

Ils avaient tellement évité la civilisation qu’Aedion avait à peine vu ou pu suivre combien de manieurs de magie étaient sortis de leur cachette - ou qui appréciait maintenant le retour de leurs cadeaux. Il n'avait vu qu'une fille, âgée de moins de neuf ans, tissant des vrilles d'eau au-dessus de la seule fontaine de son village pour le divertissement et le plaisir d'un groupe d'enfants.

Des adultes cicatrisés et cicatrisés avaient regardé dans l'ombre, mais aucun n'était intervenu pour le meilleur ou pour le pire. Les messagers d'Aedion avaient déjà confirmé que la plupart des gens savaient maintenant que le roi d'Adarlan avait exercé ses pouvoirs obscurs pour réprimer la magie ces dix dernières années. Mais même ainsi, il doutait que ceux qui avaient subi sa perte, puis l'extermination de leur espèce, dévoileraient bientôt leurs pouvoirs confortablement.

Au moins jusqu'à ce que les gens aiment ses compagnons et cette fille sur la place, ont montré au monde qu'il était sûr de le faire. Qu'une fille avec un don d'eau puisse assurer le succès de son village et de ses terres agricoles.

Aedion fronça les sourcils face au ciel qui s'assombrissait, faisant tournoyer paresseusement l'épée d'Orynth entre ses paumes. Avant même que la magie n'ait disparu, il y en avait une sorte redoutée par-dessus toutes les autres, ses porteurs paria au mieux, morts au pire. Les tribunaux de tous les pays les recherchaient comme espions et assassins depuis des siècles. Mais sa cour ...

Un ronronnement ravi et rauque gronda dans leur petit camp, et Aedion reporta son regard sur le sujet de ses pensées. Evangeline était agenouillée sur son tapis de couchage, fredonnant pour elle-même en passant doucement la brosse du cheval dans la fourrure de Lysandra.

Il lui avait fallu des jours pour s'habituer à la forme de léopard fantôme. Des années dans les Staghorns avaient semé en lui la terreur intestinale. Mais il y avait Lysandra, les griffes rétractées, étalées sur son ventre tandis que sa pupille la soignait.

Espion et assassin en effet. Un sourire se dessina sur ses lèvres aux yeux vert pâle aux paupières pleines de plaisir. Ce serait une belle vue pour les seigneurs de voir quand ils sont arrivés.

Le métamorphe avait utilisé ces semaines de voyage pour essayer de nouvelles formes: oiseaux, bêtes, insectes qui avaient tendance à bourdonner à son oreille ou à le mordre. Rarement - si rarement - Lysandra avait pris la forme humaine dans laquelle elle l'avait rencontrée. Étant donné tout ce qui lui avait été fait et tout ce qu'elle avait été forcée de faire dans ce corps humain, Aedion ne lui en voulait pas.

Bien qu'elle devrait bientôt prendre une forme humaine, quand elle a été présentée comme une femme dans la cour d'Aelin. Il se demanda si elle porterait ce visage exquis, ou trouverait une autre peau humaine qui lui conviendrait.

Plus que cela, il se demandait souvent ce que c'était que de pouvoir changer l'os, la peau et la couleur - bien qu'il ne l'ait pas demandé. Principalement parce que Lysandra n'avait pas été sous forme humaine depuis assez longtemps pour le faire.

Aedion regarda Aelin, assise en face du feu avec Fleetfoot étendu sur ses genoux, jouant avec les longues oreilles du chien - attendant, comme elles étaient toutes. Son cousin, cependant, était en train d'étudier l'ancienne lame - la lame de son père - qu'Aedion faisait tourner et balancer d'une main à l'autre sans ménagement, chaque centimètre de la poignée en métal et du pommeau en os craquelé lui étant aussi familier que son propre visage. La douleur scintilla dans ses yeux, aussi vite que l'éclair au-dessus, puis disparut.

Elle lui avait rendu l'épée à leur départ de Rifthold, choisissant de porter Goldryn à la place. Il avait essayé de la convaincre de garder la lame sacrée de Terrasen, mais elle avait insisté sur le fait qu'il valait mieux entre ses mains, qu'il méritait l'honneur plus que quiconque, y compris elle.

Elle était devenue plus silencieuse plus au nord, ils avaient voyagé. Peut-être que des semaines sur la route l'avaient sapée.

Après ce soir, selon ce que les seigneurs ont rapporté, il essaierait de lui trouver un endroit calme pour se reposer pendant un jour ou deux avant de faire la dernière étape du trek vers Orynth.

Aedion se déroula sur ses pieds, rengainant l'épée à côté du couteau que Rowan lui avait offert, et se dirigea vers elle. La queue plumeuse de Fleetfoot battit en guise de salutation alors qu'il était assis à côté de sa reine.

"Vous pouvez utiliser une coupe de cheveux", a-t-elle déclaré. En effet, ses cheveux avaient poussé plus longtemps que d'habitude. "C'est presque la même longueur que la mienne." Elle fronça les sourcils. «Cela nous donne l’air de l’avoir coordonné.»

Aedion renifla, caressant la tête du chien. "Et si on le faisait?"

Aelin haussa les épaules. "Si vous voulez aussi commencer à porter des tenues assorties, j'y suis."

Il sourit. "Le Bane ne me laisserait jamais le vivre."

Sa légion campait maintenant juste à l'extérieur d'Orynth, où il leur avait ordonné de renforcer les défenses de la ville et d'attendre. Attendez de la tuer et de mourir pour elle.

Et avec l'argent qu'Aelin avait comploté et massacré pour réclamer à son ancien maître ce printemps, ils pourraient s'acheter une armée à suivre derrière le Fléau. Peut-être aussi des mercenaires.

L'étincelle dans les yeux d'Aelin s'éteignit un peu comme si elle aussi considérait tout ce que commandait sa légion. Les risques et les coûts - pas de l'or, mais des vies. Aedion aurait pu jurer le feu de camp également.

Elle avait massacré et combattu et était presque morte encore et encore au cours des dix dernières années. Pourtant, il savait qu'elle rechignerait à envoyer des soldats - à l'envoyer - se battre.

Ce serait, par-dessus tout, son premier test en tant que reine.

Mais avant ça… cette rencontre. "Tu te souviens de tout ce que je t'ai dit à leur sujet?"

Aelin lui lança un regard plat. "Oui, je me souviens de tout, cousin." Elle l'a poussé fort dans les côtes, juste là le tatouage toujours en cours de guérison que Rowan avait encré sur lui il y a trois jours était maintenant couché. Tous leurs noms, entrelacés dans un nœud Terrasen complexe juste à côté de son cœur. Aedion grimaça en tapotant la chair endolorie, et il repoussa sa main en récitant: «Murtaugh était le fils d'un fermier, mais il a épousé la grand-mère de Ren. Bien qu'il ne soit pas né dans la lignée Allsbrook, il commande toujours le siège, malgré son insistance pour que Ren décroche le titre. " Elle regarda vers le ciel. "Darrow est le propriétaire foncier le plus riche après le vôtre, et plus que cela, il domine les quelques seigneurs survivants, principalement pendant ses années à manipuler soigneusement Adarlan pendant l'occupation." Elle lui lança un regard suffisamment vif pour trancher la peau.

Aedion leva les mains. "Pouvez-vous me reprocher de vouloir m'assurer que tout se passe bien?"

Elle haussa les épaules mais ne lui mordit pas la tête.

"Darrow était l'amant de ton oncle", a-t-il ajouté en étirant ses jambes devant lui. "Depuis des décennies. Il ne m'a jamais parlé une seule fois de votre oncle, mais… ils étaient très proches, Aelin. Darrow n'a pas pleuré publiquement Orlon au-delà de ce qui était requis après le décès d'un roi, mais il est devenu un homme différent par la suite. Il est un salaud dur maintenant, mais toujours juste. Une grande partie de ce qu'il a fait provient de son amour indéfectible pour Orlon — et pour Terrasen. Ses propres manœuvres nous ont empêché de devenir complètement affamés et sans ressources. Rappelez-vous cela. " En effet, Darrow avait longtemps chevauché une ligne de démarcation entre servir le roi d'Adarlan et le miner.

"JE. Je sais, »dit-elle fermement. Pousser trop loin - ce ton était probablement son premier et dernier avertissement qu'il commençait à l'énerver. Il avait passé la plupart des kilomètres parcourus ces derniers jours pour lui parler de Ren, Murtaugh et Darrow. Aedion savait qu'elle pourrait probablement maintenant réciter leurs propriétés foncières, les récoltes, le bétail et les biens qu'ils rapportaient, leurs ancêtres et les membres de la famille morts et survivants de la dernière décennie. Mais la poussant à ce sujet une dernière fois, s'assurant qu'elle savait… Il ne pouvait pas fermer les instincts pour s'assurer que tout se passait bien. Pas quand tant était en jeu.

D'où il avait été perché sur une haute branche pour surveiller la forêt, Rowan claqua son bec et claqua sous la pluie, naviguant à travers son bouclier comme s'il se séparait pour lui.

Aedion se redressa, parcourant la forêt, écoutant. Seul le filet de pluie sur les feuilles emplissait ses oreilles. Lysandra s'étira, découvrant ses longues dents comme elle le faisait, ses griffes d'aiguilles glissant librement et brillant dans la lumière du feu.

Jusqu'à ce que Rowan donne le clair - jusqu'à ce que ce soit juste ces seigneurs et personne d'autre - les protocoles de sécurité qu'ils avaient établis tiendraient.

Evangeline, comme ils lui avaient appris, se glissa au feu. Les flammes se sont écartées comme des rideaux tirés pour lui permettre, ainsi qu'à Fleetfoot, de ressentir la peur de l'enfant et de se rapprocher, d'un passage vers un anneau intérieur qui ne la brûlerait pas. Mais ferait fondre les os de leurs ennemis.

Aelin jeta simplement un coup d'œil à Aedion dans un ordre silencieux, et il se dirigea vers le côté ouest du feu, Lysandra prenant une place à la pointe sud. Aelin prit le nord mais regarda vers l'ouest - vers l'endroit où Rowan avait battuun moyen.

Une brise sèche et chaude coulait à travers leur petite bulle, et des étincelles dansaient comme des lucioles aux doigts d'Aelin, sa main suspendue nonchalamment à côté d'elle. L'autre saisit Goldryn, le rubis dans sa poignée brillant comme une braise.

Les feuilles bruissaient et les branches se brisaient, et l'épée d'Orynth brillait d'or et de rouge à la lumière des flammes d'Aelin alors qu'il la dégageait. Il inclina l'ancien poignard que Rowan lui avait offert dans son autre main. Rowan avait enseigné à Aedion - en leur enseignant tous, vraiment - les Anciennes Voies ces semaines-ci. À propos des traditions et des codes longtemps oubliés des Fae, abandonnés pour la plupart même à la cour de Maeve. Mais ils sont nés de nouveau ici et ont été adoptés maintenant, alors qu'ils tombaient dans les rôles et les tâches qu'ils avaient triés et décidés pour eux-mêmes.

Rowan a émergé de la pluie sous sa forme Fae, ses cheveux argentés collés à sa tête, son tatouage sur son visage bronzé. Aucun signe des seigneurs.

Mais Rowan a tenu son couteau de chasse contre la gorge dénudée d'un jeune homme au nez mince et l'a escorté vers le feu - les vêtements trempés, tachés de voyage, de l'étranger portant la crête de Darrow d'un blaireau frappant.

"Un messager", gronda Rowan.

 

 

 

Aelin a décidé tout de suite et là, elle n'a pas particulièrement apprécié les surprises.

Les yeux bleus du messager étaient grands ouverts, mais son visage gluant de pluie et de taches de rousseur était calme. Stable. Tout en prenant Lysandra, ses crocs dorés à la lumière du feu. Alors même que Rowan le poussait en avant, ce couteau cruel pointait toujours sur sa gorge.

Aedion secoua le menton vers Rowan. "Il ne peut pas très bien transmettre le message avec une lame à sa trachée."

Rowan a baissé son arme, mais le Prince Fae n'a pas mis son couteau. N'a pas bougé de plus d'un pied de l'homme.

Aedion a demandé: "Où sont-ils?"

L'homme s'inclina rapidement devant son cousin. «Dans une taverne, à six kilomètres d'ici, général…»

Les mots moururent quand Aelin finit par contourner la courbe du feu. Elle le gardait brûlant, gardait Evangeline et Fleetfoot confortablement installés à l'intérieur. Le messager laissa échapper un petit bruit.

Il savait. Avec la façon dont il continuait à regarder entre elle et Aedion, voyant les mêmes yeux, la même couleur de cheveux… il savait. Et comme si la pensée l'avait frappé, le messager s'inclina.

Aelin regarda la façon dont l'homme baissa les yeux, regarda l'arrière de son cou exposé, sa peau brillant de pluie. Sa magie mijota en réponse. Et cette chose - ce pouvoir hideux suspendu entre ses seins - semblait ouvrir un œil ancien à tout le tumult Le messager se raidit, les yeux écarquillés à l'approche silencieuse de Lysandra, ses moustaches tremblant alors qu'elle reniflait ses vêtements mouillés. Il était assez intelligent pour rester immobile.

"La réunion est-elle annulée?" »Dit Aedion, balayant à nouveau les bois.

L'homme grimaça. "Non, Général - mais ils veulent que vous veniez à la taverne où ils logent. À cause de la pluie."

Aedion roula des yeux. «Va dire à Darrow de traîner sa carcasse ici. L'eau ne le tuera pas. "

"Ce n'est pas Lord Darrow", dit rapidement l'homme. «Avec tout le respect que je vous dois, Lord Murtaugh a ralenti cet été. Lord Ren ne voulait pas de lui dans le noir et la pluie. "

Le vieil homme avait traversé les royaumes comme un démon de l'enfer ce printemps, se souvint Aelin. Peut-être avait-il fait des ravages. Aedion soupira. "Vous savez, nous devons d'abord rechercher la taverne. La réunion aura lieu plus tard qu'ils ne le souhaitent. »

«Bien sûr, général. Ils s’y attendront. " Le messager grinça des dents alors qu'il repéra enfin Evangeline et Fleetfoot dans l'anneau de sécurité de la flamme. Et malgré le prince Fae armé à côté de lui, malgré le léopard fantôme aux griffes dégainées qui le reniflait, la vue du feu d'Aelin fit pâlir son visage. «Mais ils attendent - et Lord Darrow est impatient. Être hors des murs d'Orynth le rend anxieux. Ces derniers nous inquiètent tous de nos jours. »

Aelin renifla doucement. En effet

CHAPITRE 3

Manon Blackbeak se tenait au garde à vous par une extrémité du long pont sombre vers Morath et regardait le clan de sa grand-mère descendre des nuages ​​gris.

Même avec les panaches et les colonnes de fumée des innombrables forges, les volumineuses robes d'obsidienne de la Haute Sorcière du Blackbeak Witch-Clan étaient sans équivoque. Aucun autre habillé comme la matrone. Son clan balayé de la lourde couverture nuageuse, gardant une distance respectueuse de la matrone et du cavalier supplémentaire flanquant son énorme taureau.

Manon, ses treize rangs derrière elle, ne fit aucun mouvement tandis que les wyvernes et leurs cavaliers atterrissaient sur les pierres sombres de la cour de l'autre côté du pont. Loin en contrebas, le ruissellement d'une rivière sale et ruinée rugit, rivalisant avec le grattage des serres sur la pierre et le bruissement des ailes qui se déposent.

Sa grand-mère était venue à Morath.

Ou ce qu'il en restait, quand un tiers n'était plus que des décombres.

Asterin siffla dans un souffle tandis que la grand-mère de Manon descendait d'un mouvement fluide, se renfrognant à la forteresse noire qui se dressait au-dessus de Manon et de ses treize. Duke Perrington attendait déjà dans sa salle du conseil, et Manon ne doutait pas que son animal de compagnie, Lord Vernon, ferait de son mieux pour la saper et la secouer à chaque tour. Si Vernon devait faire un geste pour se débarrasser de Manon, ce serait maintenant - quand sa grand-mère verrait par elle-même ce que Manon avait accompli.

Et a échoué.

Manon gardait le dos droit tandis que sa grand-mère traversait le large pont de pierre, ses pas noyés par la course du fleuve, le battement d'ailes lointaines et ces forges qui travaillaient jour et nuit pour équiper leur armée. Quand elle put voir le blanc dans les yeux de sa grand-mère, Manon s'inclina.

Le craquement des cuirs volants lui apprit que les Treize avaient emboîté le pas.

Lorsque Manon a levé la tête, sa grand-mère était devant elle.

La mort, cruelle et rusée, attendait dans ce regard onyx moucheté d'or.

"Emmenez-moi chez le duc", dit la matrone en guise de salutation.

Manon la sentit se raidir. Pas aux mots, mais au coven de la Haute Sorcière qui suit maintenant sur ses talons

Rare - si rare pour eux de la suivre, de la garder.

Mais c'était une citadelle d'hommes - et de démons. Et ce serait un séjour prolongé, sinon permanent, à en juger par le fait que sa grand-mère avait amené la belle jeune sorcière aux cheveux noirs qui réchauffait actuellement son lit. La matrone serait idiote de ne pas prendre de protection supplémentaire. Même si les Treize avaient toujours suffi. Cela aurait dû suffire.

C'était un effort pour ne pas effleurer ses ongles de fer face à la menace imaginaire.

Manon s'inclina à nouveau et se tourna vers les portes hautes et ouvertes de Morath. Les Treize se séparèrent de Manon et de la matrone en passant, puis fermèrent les rangs comme un voile mortel. Aucune chance - pas quand l'héritier et la matrone étaient concernés.

Les pas de Manon étaient presque silencieux alors qu'elle conduisait sa grand-mère à travers les couloirs sombres, le Treize et le coven de la Matrone se rapprochant. Les serviteurs, par espionnage ou par instinct humain, étaient introuvables.

Le matron a parlé alors qu'ils montaient le premier des nombreux escaliers en colimaçon vers la nouvelle salle du conseil du duc. "Quelque chose à signaler?"

"Non, grand-mère." Manon évita l'envie de jeter un coup d'œil latéral à la sorcière - aux cheveux noirs striés d'argent, aux traits pâles sculptés de haine ancienne, aux dents rouillées exposées en permanence.

Le visage de la Haute Sorcière qui avait marqué Manon’s Second. Qui avait jeté le sorcier mort-né d'Asterin dans le feu, lui refusant le droit de la tenir une fois. Qui l'avait alors battue et brisée, l'a jetée dans la neige pour mourir et a menti à Manon à ce sujet pendant près d'un siècle.

Manon se demandait quelles pensées tourbillonnaient maintenant dans la tête d'Asterin alors qu'elles marchaient. Je me demandais ce qui s'était passé entre les têtes de Sorrel et Vesta, qui avaient trouvé Asterin dans la neige. Elle l'a ensuite guérie.

Et je n'en ai jamais parlé à Manon.

La créature de sa grand-mère - c'est ce qu'était Manon. Cela n'avait jamais semblé être une chose détestable.

"Avez-vous découvert qui a provoqué l'explosion?" Les robes de la matrone tourbillonnaient derrière elle alors qu'elles entraient dans le couloir long et étroit vers la chambre du conseil du duc.

"Non, grand-mère."

Ces yeux noirs mouchetés d'or se tournèrent vers elle. "Comme il est commode, Wing Wing, que vous vous plaigniez des expériences d'élevage du duc - seulement pour que les Yellowlegs soient incinérés quelques jours plus tard."

Bon débarras, dit presque Manon. Malgré les covens perdus dans l'explosion, bon débarras de l'orniérage que la reproduction de ces sorcières Yellowlegs-Valg avait cessé. Mais Manon a senti, plutôt qu’elle n’a vu ou entendu, que l’attention de sa Treize se fixait sur le dos de sa grand-mère.

Et peut-être que quelque chose comme la peur a traversé Manon.

À l'accusation de la matrone - et la ligne que ses treize dessinaient. Avait dessiné depuis quelque temps maintenant.jDéfi. C’est ce que c’était ces derniers mois. Si la Haute Sorcière en avait connaissance, elle attacherait Manon à un poteau et lui fouetterait le dos jusqu'à ce que sa peau soit suspendue en lanières. Elle ferait la montre des Treize, pour prouver leur impuissance à défendre leur héritier, puis leur donnerait le même traitement. Peut-être en leur jetant de l'eau salée quand elle aurait fini. Puis recommencez, jour après jour.

Manon a dit froidement: «J'ai entendu une rumeur selon laquelle c'était l'animal de compagnie du duc, cette femme humaine. Mais comme elle a été incinérée dans l'incendie, personne ne peut le confirmer. Je ne voulais pas perdre votre temps avec des ragots et des théories. "

"Elle était en laisse."

"Il semblerait que son ombre ne l'était pas." Shadowfire - le pouvoir puissant qui aurait fait fondre leurs ennemis en un clin d'œil lorsqu'ils avaient été combinés avec les tours de sorcière doublées de miroirs que les trois matrones avaient construites dans le Ferian Gap. Mais avec Kaltain parti… tout comme la menace de pur anéantissement.

Même si le duc ne souffrirait aucun autre maître maintenant que son roi était mort. Il avait rejeté la revendication du trône du prince héritier.

Sa grand-mère n'a rien dit en continuant.

L'autre pièce du tableau - le prince aux yeux saphir qui avait été une fois sous l'emprise d'un prince Valg lui-même. Maintenant libre. Et alliée à cette jeune reine aux cheveux d'or.

Ils atteignirent les portes de la salle du conseil, et Manon essuya toutes ses pensées de sa tête tandis que les gardes au visage vide leur ouvraient le rocher noir.

Les sens de Manon se sont aiguisés à un calme absolu au moment où elle a posé les yeux sur la table en verre d'ébène et qui s'est levée.

Vernon: grand, dégingandé, toujours souriant, vêtu de vert Terrasen.

Et un homme aux cheveux d'or, la peau pâle comme de l'ivoire.

Aucun signe du duc. L'étranger se tourna vers eux. Même sa grand-mère a fait une pause.

Pas à la beauté de l'homme, pas à la force de son corps sculpté ou des beaux vêtements noirs qu'il portait. Mais à ces yeux d'or. Jumeau à Manon.

Les yeux des rois Valg.

 

 

 

Manon a évalué les sorties, les fenêtres, les armes qu'elle utiliserait quand ils se seraient battus. L'instinct la fit marcher devant sa grand-mère; la formation lui a fait palper deux couteaux avant que l'homme aux yeux d'or puisse cligner des yeux.

Mais l'homme a fixé ces yeux de Valg sur elle. Il a souri.

«Wing Leader». Il regarda sa grand-mère et inclina la tête. "Matrone."La voix était charnelle, charmante et cruelle. Mais le ton, la demande en elle…

Quelque chose dans le sourire narquois de Vernon semblait maintenant trop tendu, sa peau bronzée trop pâle.

«Qui êtes-vous», dit Manon à l'étranger, plus un ordre qu'une question.

L'homme secoua le menton vers les sièges non réclamés de la table. "Tu sais très bien qui je suis, Manon Blackbeak."

Perrington. Dans un autre corps, en quelque sorte. Parce que…

Parce que cette chose surnaturelle et horrible qu'elle avait parfois entrevu en le regardant à travers ses yeux… La voilà, étant donné de la chair.

Le visage serré de la matrone lui a dit qu'elle avait déjà deviné.

"Je me suis fatigué de porter cette viande affaissée", a-t-il dit, se glissant avec grâce féline sur la chaise à côté de Vernon. Une vague de doigts longs et puissants. «Mes ennemis savent qui je suis. Mes alliés pourraient aussi bien l'être. »

Vernon inclina la tête et murmura: «Mon Seigneur Erawan, s'il vous plaît, permettez-moi d'aller chercher les rafraîchissements de la matrone. Son voyage a été long. »

Manon a évalué l'homme grand et rosé. Deux cadeaux qu'il leur avait offerts: le respect de sa grand-mère et la connaissance du vrai nom du duc. Erawan.

Elle se demandait ce que Ghislaine, de garde dans la salle au-delà, savait de lui.

Le roi Valg hocha la tête pour approuver. Le seigneur de Perranth se précipita vers la petite table de buffet contre le mur, attrapant une aiguière tandis que Manon et la matrone se glissaient dans les sièges en face du roi démon.

Respect - quelque chose que Vernon n'avait pas offert une fois sans un sourire moqueur. Mais maintenant…

Peut-être que maintenant que le seigneur de Perranth avait compris quelle sorte de monstre tenait sa laisse, il avait désespérément besoin d'alliés. Je savais, peut-être, que Manon… que Manon aurait bien pu faire partie de cette explosion.

Manon accepta les coupes d'eau en corne sculptée que Vernon leur tendait mais ne buvait pas. Sa grand-mère non plus.

De l'autre côté de la table, Erawan sourit faiblement. Aucune obscurité, aucune corruption ne s'échappait de lui - comme s'il était assez puissant pour le contenir, inaperçu, sauf pour ces yeux. Ses yeux.

Derrière eux, le reste des Treize et le clan de sa grand-mère sont restés dans le couloir, seules leurs secondes ont persisté dans la pièce alors que les portes étaient à nouveau scellées.

Les piéger tous avec le roi Valg.

"Alors," dit Erawan, en les regardant d'une manière qui avait Manon serrant ses lèvres pour ne pas mettre ses dents à nu, "les forces du Ferian Gap sont-elles prêtes?"

Sa grand-mère céda brièvement son menton. «Ils se déplacent au coucher du soleil. Ils seront à Rifthold deux jours après ça. "

Manon n'a pas osé se déplacer sur son siège. "Vous envoyez l'hôte à Rifthold?"

Le roi démon lui lança un regard rétréci. «Je vous envoie à Rifthold, pour reprendre ma ville. Lorsque vous aurez terminé votre tâche, la légion férienne y sera stationnée sous le commandement d'Iskra Yellowlegs. »

À Rifthold. Pour enfin, enfin se battre, pour voir ce que leurs wyvernes pourraient faire au combat - "Soupçonnent-ils l'attaque?"

Un sourire sans vie. «Nos forces se déplaceront trop rapidement pour que la parole les atteigne.» Nul doute que ces informations aient été contenues jusqu'à présent.

Manon tapa du pied sur le sol d'ardoise, déjà impatiente de bouger, de commander aux autres en préparation. "Combien de couloirs Morath dois-je amener vers le nord?"

«Iskra vole avec la seconde moitié de notre légion aérienne. Je pense que seuls quelques clans de Morath seraient nécessaires. » Un défi et un test.

Manon réfléchit. "Je vole avec mon Treize et deux clans d'escorte." Pas besoin pour leurs ennemis de bien compter sur le nombre de covens qui ont volé dans la légion aérienne - ou pour que l'intégralité s'en aille quand elle parierait beaucoup d'argent que même les Treize suffiraient pour piller la capitale.

Erawan a simplement incliné la tête en accord. Sa grand-mère lui a fait un signe de tête à peine perceptible, aussi proche que possible de son approbation.

Mais Manon a demandé: «Et le prince?» Roi. Le roi Dorian.

Sa grand-mère lui a jeté un coup d'œil, mais le démon a dit: «Je veux que tu me l'amènes personnellement. S'il survit à l'attaque. "

Et avec la reine de feu disparue, Dorian Havilliard et sa ville étaient sans défense.

Cela lui importait peu. C'était la guerre.

Combattez cette guerre et rentrez chez vous dans les Déchets à la fin de celle-ci. Même si cet homme, ce roi démon, pourrait très bien revenir sur sa parole.

Elle s'en occuperait plus tard. Mais d'abord… bataille ouverte. Elle pouvait déjà entendre son chant sauvage dans son sang.

Le roi démon et sa grand-mère parlaient à nouveau, et Manon effaça la mélodie des boucliers et des épées étincelantes assez longtemps pour traiter leurs mots.

"Une fois la capitale sécurisée, je veux ces bateaux sur l'Avery."

"Les hommes du Silver Lake sont d'accord?" Sa grand-mère a étudié la carte lestée sur la table en verre par des pierres lisses. Manon a suivi le regard de la Matrone vers le lac Silver, à l'autre bout de l'Avery, et vers sa ville, nichée contre les Crocs Blancs: Anielle.

Perrington — Erawan — haussa les épaules. «Son seigneur n'a pas encore fait allégeance à moi ou au garçon-roi. Je soupçonne que lorsque la nouvelle de la disparition de Rifthold lui parviendra, nous trouverons ses messagers rampant à notre porte. » Un petit sourire. «Leur donjon le long des chutes occidentales du lac porte encore des cicatrices de la dernière fois où mes armées ont marché. J'ai vu les innombrables monuments d'Anielle à cette guerre - son seigneur saura avec quelle facilitépeut à nouveau transformer sa ville en charnier. »

Manon a de nouveau étudié la carte, fermant les questions.

Vieux. Le roi Valg était assez vieux pour la faire se sentir jeune. Pour que sa grand-mère ressemble aussi à un enfant.

Idiot - peut-être que sa grand-mère avait été idiote de les vendre en alliance involontaire avec cette créature. Elle se fit rencontrer le regard d'Erawan. «Avec des bastions à Morath, Rifthold et Anielle, cela ne couvre que la moitié sud d'Adarlan. Qu'en est-il du nord du trou Ferian? Ou au sud d'Adarlan?

«Bellhaven reste sous mon contrôle - ses seigneurs et ses marchands aiment trop leur or. Melisande… »Les yeux dorés du roi démon se fixèrent sur le pays occidental à travers les montagnes. «Eyllwe gît sous elle, Fenharrow dans une pagaille stérile à l'est. Il est dans l'intérêt de Melisande de continuer à allier ses forces aux miennes, surtout lorsque Terrasen n'a pas de cuivre à son nom. " Le regard du roi parcourait le nord. «Aelin Galathynius aura désormais atteint son siège. Et lorsque Rifthold sera partie, elle découvrira également à quel point elle est très seule dans le Nord. L'héritier de Brannon n'a pas d'alliés sur ce continent. Plus maintenant."

Mais Manon a noté la façon dont les yeux du roi démon se sont tournés vers Eyllwe - juste pour un scintillement.

Elle regarda sa grand-mère, silencieuse tout en regardant Manon avec une expression qui promettait la mort si elle poussait trop loin. Mais Manon a dit à Erawan: «Votre capital est le cœur de votre commerce. Si je déchaîne ma légion dessus, vous aurez peu d'alliés humains… »

«La dernière fois que j'ai regardé, Manon Blackbeak, c'était ma légion.»

Manon soutenait le regard brûlant d'Erawan, alors même qu'il la mettait à nu. "Transformez Rifthold en une ruine complète", a-t-elle dit catégoriquement, "et des dirigeants comme le seigneur d'Anielle ou la reine de Mélisande ou les seigneurs de Fenharrow pourraient très bien trouver le risque de se rassembler contre vous. Si vous détruisez votre propre capital, pourquoi devraient-ils croire vos prétentions d'alliance? Envoyez un décret devant nous que le roi, la reine sont des ennemis du continent. Établissez-nous en tant que libérateurs de Rifthold, pas conquérants, et vous ferez réfléchir à deux fois les autres dirigeants avant de vous allier à Terrasen. Je vais piller la ville pour vous assez pour montrer notre puissance, mais empêcher l'hôte Ironteeth de la laisser dans les décombres. »

Ces yeux dorés se plissèrent avec considération.

Elle savait que sa grand-mère était à un mot de plus de gouger ses ongles sur la joue de Manon, mais elle garda ses épaules en arrière. Elle ne se souciait pas de la ville, de ses habitants. Mais cette guerre pourrait en effet se retourner contre eux si l'anéantissement de Rifthold unissait leurs ennemis dispersés. Et retarder encore plus les Blackbeaks de leur retour dans les Déchets.

Les yeux de Vernon se tournèrent pour rencontrer les siens. Peur - et calcul. Il a murmuré à Erawan: «Le chef d'escadre a raison, milord.» Qu'est-ce que Vernon savait qu'elle ne savait pas?

Mais Erawan inclina la tête, ses cheveux dorés glissant sur son front. «C'est pourquoi vous êtes ma chef d'escadre, Manon Blackbeak, et pourquoi Iskra Yellowlegs n'a pas remporté le poste.»

Le dégoût et la fierté lui faisaient la guerre, mais elle hocha la tête Encore une chose. "

Elle est restée immobile, attendant.

Le roi démon se prélassait sur son siège. «Il y a un mur de verre à Rifthold. Impossible de manquer. " Elle le savait - s'était perchée au sommet. «Endommager la ville suffisamment pour instiller la peur, montrer notre pouvoir. Mais ce mur… Abattez-le. »

Elle a seulement dit: "Pourquoi?"

Ces yeux dorés mijotaient comme des charbons ardents. "Parce que détruire un symbole peut briser autant l'esprit des hommes que le sang."

Ce mur de verre - le pouvoir d'Aelin Galathynius. Et merci. Manon maintint ce regard assez longtemps pour hocher la tête. Le roi secoua le menton vers les portes closes en silence.

Manon était sortie de la pièce avant de se retourner vers Vernon. Il ne lui vint à l'esprit que lorsqu'elle était partie depuis longtemps qu'elle aurait dû rester pour protéger la matrone.

CHAPITRE 4

Aedion et Rowan n'ont pas laissé le messager de Darrow aller de l'avant pour avertir les seigneurs de leur arrivée. Si c'était une manœuvre pour les mettre sur un pied d'égalité, malgré tout ce que Murtaugh et Ren avaient fait pour eux ce printemps, alors ils gagneraient l'avantage par tous les moyens.

Aelin supposait qu'elle aurait dû prendre le temps orageux comme un présage. Ou peut-être que l’âge de Murtaugh a fourni une excuse pratique à Darrow pour la tester. Elle se déchaîna à cette pensée.

La taverne a été érigée à un carrefour juste à l'intérieur de l'enchevêtrement d'Oakwald. Avec la pluie et la nuit s'installant, elle était pleine à craquer et ils ont dû payer le double pour stabiliser leurs chevaux. Aelin était presque certain qu'un mot d'elle, un scintillement de ce feu révélateur, aurait effacé non seulement les écuries, mais aussi la taverne elle-même.

Lysandra s'était éloignée d'un demi-kilomètre et quand ils sont arrivés, elle s'est faufilée des buissons et a hoché la tête floue et trempée à Aelin. Tout est clair.

À l'intérieur de l'auberge, il n'y avait pas de chambres à louer, et la salle de bain elle-même était bondée de voyageurs, de chasseurs et de quiconque échappait à l'averse. Certains se sont même assis contre les murs - et Aelin a supposé que c'était ainsi que ses amis et elle pourraient très bien passer leur soirée une fois cette réunion terminée.

Quelques têtes se sont tordues en entrant, mais des capuchons et des capes dégoulinantes ont dissimulé leurs visages et leurs armes, et ces têtes sont rapidement revenues à leurs boissons ou cartes ou chansons ivres.

Lysandra avait finalement retrouvé sa forme humaine - et fidèle à son serment il y a des mois, ses seins autrefois pleins étaient maintenant plus petits. Malgré ce qui les attendait dans la salle à manger privée à l'arrière de l'auberge, Aelin attira l'attention du métamorphe et sourit.

"Meilleur?" murmura-t-elle au-dessus de la tête d'Evangeline tandis que le messager de Darrow, Aedion à ses côtés, se promenait dans la foule.

Le sourire de Lysandra était à moitié sauvage. "Oh, vous n'avez aucune idée."

Derrière eux, Aelin aurait pu jurer que Rowan eut un petit rire.

Le messager et Aedion ont tourné dans un couloir, la lueur des bougies vacillante parmi les gouttes de pluie glissant toujours du rond, un bouclier cicatriciel attaché sur le dos de son cousin. Le Loup du Nord, qui, même si il avait gagné des batailles avec sa vitesse et sa force Fae, avait gagné le respect et la loyauté de sa légion en tant qu'homme - en tant qu'humain. Aelin, toujours sous sa forme fae, se demanda si elle aurait dû se déplacer.

Ren Allsbrook a attendu là-dedans. Ren, un autre ami d'enfance, qu'elle avait presque tué, a essayé de tuer l'hiver dernier et qui ne savait pas qui elle était vraiment. Qui avait séjourné dans son appartement sans se rendre compte qu'il appartenait à sa reine perdue. Et Murtaugh… Elle avait de vagues souvenirs de l'homme, l'impliquant principalement assis à la table de son oncle, lui glissant des tartes aux mûres supplémentaires.

Tout bien qui restait, tout lambeau de sécurité, c'était grâce à Aedion, les bosses et les éraflures entachant son bouclier la preuve absolue de cela, et aux trois hommes qui l'attendaient.

Les épaules d'Aelin commencèrent à se courber vers l'intérieur, mais Aedion et le messager s'arrêtèrent devant une porte en bois, frappant une fois. Fleetfoot frôla son mollet, sa queue remua, et Aelin sourit au chien, qui se secoua de nouveau, jetant des gouttelettes d'eau. Lysandra renifla. Amener un chien mouillé dans une réunion secrète - très reine.

Mais Aelin s'était promis, il y a des mois et des mois, qu'elle ne prétendrait pas être autre chose que ce qu'elle était. Elle avait rampé dans l'obscurité, le sang et le désespoir - elle avait survécu. Et même si Lord Darrow pouvait offrir des hommes et du financement pour une guerre… elle avait aussi les deux. Plus serait mieux, mais… elle n'était pas les mains vides. Elle l'avait fait pour elle-même. Pour tous.

Aelin redressa les épaules tandis qu'Aedion entra dans la pièce, parlant déjà à ceux à l'intérieur: "Tout comme vous les salauds pour nous faire marcher péniblement sous la pluie parce que vous ne voulez pas vous mouiller. Ren, l'air éteint, comme d'habitude. Murtaugh, toujours un plaisir. Darrow, tes cheveux sont aussi mauvais que les miens.

Quelqu'un a dit de l'intérieur d'une voix sèche et froide: «Étant donné le secret avec lequel vous avez organisé cette réunion, on pourrait penser que vous vous faufiliez dans votre propre royaume, Aedion.»

Aelin atteignit la porte entrouverte, se demandant si cela valait la peine d'ouvrir la conversation en disant aux imbéciles à l'intérieur de garder la voix basse, mais ...

Ils étaient. Avec ses oreilles de Fae, elle captait plus de sons que l'humain moyen. Elle devança Lysandra et Evangeline, les laissant entrer derrière elle alors qu'elle s'arrêtait sur le pas de la porte pour inspecter la salle à manger privée.

Une fenêtre, fissurée pour apaiser la chaleur étouffante de l'auberge. Une grande table rectangulaire devant un foyer rugissant, jonchée d'assiettes vides, de miettes et de plateaux de service usés. Deux vieillards étaient assis dessus, l'un avec le messager lui chuchotant quelque chose à l'oreille trop doucement pour qu'elle entende Fae avant de s'incliner devant chacun d'eux et de se voir. Les deux vieillards se redressèrent en regardant au-delà de l'endroit où Aedion se tenait devant la table - pour elle.

Mais Aelin se concentra sur le jeune homme aux cheveux noirs près du foyer, un bras contre le manteau, son visage cicatriciel bronzé relâché.

Elle se souvenait de ces épées jumelles dans son dos. Ces yeux sombres et brûlants. Sa bouche était légèrement sèche au moment où elle remonta sa capuche. Ren Allsbrook a commencé.

Mais les vieillards s'étaient levés. Elle en connaissait un.

Aelin ne savait pas comment elle n'avait pas reconnu Murtaugh ce soir-là, elle était allée à l'entrepôt pour en finir avec tant d'entre eux. Surtout quand il avait été celui qui avait arrêté son massacre.

L'autre vieil homme, cependant… bien que ridé, son visage était fort - dur. Sans amusement ni joie ni chaleur. Un homme avait l'habitude de faire son chemin, d'être obéi sans poser de questions. Son corps était mince et nerveux, mais sa colonne vertébrale était toujours droite. Pas un guerrier de l'épée, mais de l'esprit.

Son grand-oncle, Orlon, avait été les deux. Et gentille - elle n'avait jamais entendu un mot sévère ou furieux d'Orlon. Cet homme, cependant… Aelin soutint le regard aux yeux gris de Darrow, un prédateur reconnaissant le prédateur.

«Lord Darrow», dit-elle en inclinant la tête. Elle ne pouvait pas aider le sourire tordu. "Tu as l'air grillé."

Le visage uni de Darrow resta impassible. Pas impressionné.

Eh bien.

Aelin regarda Darrow, attendant - refusant de briser son regard jusqu'à ce qu'il s'incline.

Un plongeon de sa tête était tout ce qu'il offrait.

"Un peu plus bas", ronronna-t-elle.

Le regard d'Aedion se tourna vers elle, plein d'avertissement.

Darrow n'a rien fait de tel.

Ce fut Murtaugh qui s'inclina profondément à la taille et dit: «Majesté. Nous nous excusons d'avoir envoyé le messager vous chercher, mais mon petit-fils s'inquiète pour ma santé. » Une tentative de sourire. "A mon grand regret."

Ren ignora son grand-père et repoussa le manteau, ses pas de démarrage le seul son alors qu'il tournait autour de la table. "Tu savais," souffla-t-il à Aedion.

Lysandra, à bon escient, ferma la porte et invita Evangeline et Fleetfoot à se tenir près de la fenêtre - pour surveiller les yeux. Aedion fit un petit sourire à Ren. "Surprise."

Avant que le jeune seigneur ne puisse répliquer, Rowan s'approcha d'Aelin et retira sa capuche.

Les hommes se raidirent alors que le guerrier Fae se révélait dans sa gloire intacte - une violence vitrée déjà dans ses yeux. Déjà concentré sur Lord Darrow.

«Maintenant, c'est un spectacle que je n'ai pas vu depuis un certain temps», murmura Darrow.

Murtaugh maîtrisa son choc - et peut-être un peu de peur - assez pour tendre la main vers les chaises vides en face d'eux. "Asseyez-vous s'il vous plait. Toutes mes excuses pour le désordre. Nous n'avions pas réalisé que le messager pourrait vous récupérer si rapidement. " Aelin ne fit aucun mouvement pour s'asseoir. Ses compagnons non plus. Murtaugh a ajouté: «Nous pouvons commander des aliments frais si vous le souhaitez. Vous devez être affamé. " Ren a lancé à son grand-père un regard incrédule qui lui a dit tout ce qu'elle avait besoin de savoir sur l'opinion des rebelles à son sujet.

Lord Darrow la regardait à nouveau. Évaluer.

Humilité - gratitude. Elle devrait essayer; elle pourrait essayer, bon sang. Darrow avait sacrifié pour son royaume; il avait des hommes et de l'argent à offrir dans la bataille à venir avec Erawan. Elle avait convoqué cette réunion; elle avait demandé à ces seigneurs de les rencontrer. Qui se souciait si c'était dans un autre endroit? Ils étaient tous là. C'était suffisant.

Aelin se força à marcher vers la table. Pour réclamer la chaise en face de Darrow et Murtaugh.

Ren resta debout, la surveillant avec un feu noir dans les yeux.

Elle a dit doucement à Ren: «Merci - d'avoir aidé le capitaine Westfall ce printemps.»

Un muscle vacilla dans la mâchoire de Ren, mais il dit: «Comment va-t-il? Aedion a mentionné ses blessures dans sa lettre. »

«La dernière fois que j'en ai entendu parler, il était en route vers les guérisseurs d'Antica. À la Torre Cesme. "

"Bien."

Lord Darrow a dit: "Voudriez-vous m'éclairer sur la façon dont vous vous connaissez, ou dois-je deviner?"

Aelin a commencé à compter jusqu'à dix au ton. Mais c'est Aedion qui a dit en réclamant un siège: «Attention, Darrow.»

Darrow entrelaça ses doigts noueux mais manucurés et les posa sur la table. "Ou quoi? Voulez-vous me brûler en cendres, princesse? Faire fondre mes os? "

Lysandra se glissa sur une chaise à côté d'Aedion et lui demanda avec la politesse douce et menaçante qui avait été entraînée en elle: «Y a-t-il de l'eau dans ce pichet? Voyager à travers la tempête était plutôt éprouvant. »

Aelin aurait pu embrasser son amie pour tenter d'atténuer la tension acérée du rasoir.

"Qui, je vous en prie, dites-vous?" Darrow fronça les sourcils devant la beauté exquise, les yeux relevés qui ne fuyaient pas les siens malgré ses mots doux. D'accord, il n'avait pas su qui voyageait avec elle et Aedion. Ou quels cadeaux ils ont portés.

"Lysandra," répondit Aedion, débouclant son bouclier et le posant sur le sol derrière eux avec un gros thunk. "Dame de Caraverre."

"Il n'y a pas de Caraverre", a déclaré Darrow.

Aelin haussa les épaules. "Il y a maintenant." Lysandra avait choisi le nom il y a une semaine, peu importe ce que cela signifiait, se redressant au milieu de la nuit et le criant pratiquement à Aelin une fois qu'elle se serait maîtrisée assez longtemps pour revenir à sa forme humaine. Aelin doutait qu'elle oublierait bientôt l'image d'un léopard fantôme aux yeux écarquillés essayant de parler. Elle sourit un peu à Ren, la regardant toujours comme un faucon. «J'ai pris la liberté d'acheter le terrain cédé par votre famille. On dirait que vous serez voisins. "

"Et quelle lignée", a demandé Darrow, sa bouche se resserrant sur la marque à travers le tatouage de Lysandra, la marque visible quelle que soit la forme qu'elle prenait, "est-ce que Lady Lysandra est originaire?"

"Nous n'avons pas organisé cette réunion pour discuter des lignées et de l'héritage", a répliqué Aelin de façon égale. Elle regarda Rowan, qui fit un signe de tête confirmant que le personnel de l'auberge était loin de la pièce et que personne n'était à portée d'audition.

Son Prince Fae se dirigea vers la table de service contre le mur pour aller chercher l'eau que Lysandra avait demandée. Il le renifla, et elle sut que sa magie le traversa, sondant l'eau pour tout poison ou drogue, alors qu'il flottait quatre verres sur eux sur un vent fantôme.

Les trois seigneurs regardèrent dans un silence aux yeux écarquillés. Rowan s'assit et versa nonchalamment l'eau, puis invoqua une cinquième tasse, la remplit et la fit flotter vers Evangeline. La fille rayonna de magie et recommença à regarder par la fenêtre éclaboussée de pluie. Écouter tout en faisant semblant d'être jolie, inutile et petite, comme Lysandra lui avait appris.

Lord Darrow a dit: «Au moins, votre guerrier fae est bon pour autre chose que la violence brutale.»

"Si cette réunion est interrompue par des forces hostiles", a déclaré Aelin avec douceur, "vous serez heureux pour cette violence brutale, Lord Darrow."

«Et qu'en est-il de vos compétences particulières? Dois-je m'en réjouir aussi? »

Elle se fichait de savoir comment il avait appris. Aelin pencha la tête, choisissant chaque mot, se forçant à y réfléchir pour une fois. "Y a-t-il un ensemble de compétences que vous préféreriez que je possède?"

Darrow sourit. Il n’a pas atteint ses yeux. "Un certain contrôle ferait bien Votre Altesse."

De chaque côté d'elle, Rowan et Aedion étaient tendus comme des cordes d'arc. Mais si elle pouvait garder son sang-froid en laisse, alors ils pourraient ...

Votre Altesse. Pas Majesté.

"Je vais en tenir compte", a-t-elle déclaré avec un petit sourire. «Quant à savoir pourquoi ma cour et moi avons souhaité vous rencontrer aujourd'hui…»

"Tribunal?" Lord Darrow haussa ses sourcils argentés. Puis il passa lentement son regard sur Lysandra, puis Aedion et enfin Rowan. Ren les regardait tous bouche bée, quelque chose comme la nostalgie - et la consternation - sur son visage. "C'est ce que vous considérez comme un tribunal?"

"De toute évidence, le tribunal sera agrandi une fois que nous serons à Orynth ..."

"Et d'ailleurs, je ne vois pas comment il peut même y avoir un tribunal, car vous n'êtes pas encore reine."

Elle gardait son menton haut. "Je ne suis pas sûr d'avoir compris votre sens."

Darrow sirotait son chope de bière. Le plunk qu'il posa résonna dans la pièce. À côté de lui, Murtaugh était toujours mort. «Tout dirigeant de Terrasen doit être approuvé par les familles dirigeantes de chaque territoire.»

De la glace, froide et ancienne, se fendit dans ses veines. Aelin souhaitait pouvoir blâmer la chose suspendue à son cou.

"Êtes-vous en train de me dire," dit-elle trop doucement, le feu vacillant dans ses tripes, en dansant le long de sa langue, "que même si je suis la dernière Galathynius vivante, mon trône ne m'appartient pas encore?"

Elle sentit l'attention de Rowan se fixer sur son visage, mais elle ne détourna pas les yeux de Lord Darrow.

«Je vous dis, princesse, que même si vous êtes peut-être le dernier descendant direct vivant de Brannon, il existe d'autres possibilités, d'autres directions à prendre si vous êtes jugé inapte.»

"Weylan, s'il vous plaît," coupa Murtaugh. "Nous n'avons pas accepté l'offre de nous rencontrer pour cela. C'était pour discuter de la reconstruction pour l'aider et travailler avec elle.

Ils l'ont tous ignoré.

"D'autres possibilités comme vous?" Demanda Aelin à Darrow. De la fumée s'enroula dans sa bouche. Elle l'a avalé, s'étouffant presque dessus.

Darrow n’était pas tellement tressailli. "Vous pouvez difficilement vous attendre à ce que nous permettions à un assassin de dix-neuf ans de défiler dans notre royaume et de commencer à japper des ordres, quelle que soit sa lignée."

Réfléchissez bien, respirez profondément. Hommes, argent, soutien de votre peuple déjà brisé. C’est ce que Darrow offre, ce que vous pouvez gagner, si vous contrôlez simplement votre tempérament d'orniérage.

Elle étouffa le feu dans ses veines en murmures de braises. «Je comprends que mon histoire personnelle pourrait être considérée comme problématique…»

«Je trouve que tout ce qui vous concerne, Princesse, est problématique. Le moins est votre choix parmi les amis et les membres du tribunal. Pouvez-vous m'expliquer pourquoi une pute commune est dans votre entreprise et se fait passer pour une femme? Ou pourquoi l'un des serviteurs de Maeve est maintenant assis à vos côtés? " Il lança un ricanement en direction de Rowan. "Prince Rowan, n'est-ce pas?" Il a dû le reconstituer de ce que le messager lui avait chuchoté à l'oreille en arrivant. "Oh, oui, nous avons entendu parler de vous. Quelle tournure des événements intéressante, que lorsque notre royaume est le plus faible et son héritier si jeune, l'un des guerriers les plus fiables de Maeve parvient à prendre pied, après tant d'années à regarder notre royaume avec tant de désir. Ou peut-être que la meilleure question est de savoir pourquoi servir aux pieds de Maeve alors que vous pourriez régner à côté de la princesse Aelin? "

Il a fallu des efforts considérables pour empêcher ses doigts de se recroqueviller en poings. «Le prince Rowan est mon carranam. Il est hors de tout doute. "

«Carranam. Un terme oublié depuis longtemps. Quelles autres choses Maeve vous a-t-elle enseignées à Doranelle ce printemps? »

Elle retint sa réplique tandis que la main de Rowan effleurait la sienne sous la table - son visage ennuyé, indifférent. Le calme d'une tempête sauvage et gelée. Permission de parler, Majesté?

Elle avait le sentiment que Rowan apprécierait très, beaucoup la tâche de déchiqueter Darrow en petits morceaux. Elle avait également le sentiment qu’elle aimerait vraiment beaucoup le rejoindre.

Aelin hocha légèrement la tête, à court de mots elle-même alors qu'elle luttait pour garder ses flammes à distance.

Honnêtement, elle se sentait un peu mal pour Darrow alors que le prince Fae lui lançait un regard empreint de trois cents ans de violence froide. "Vous m'accusez de prêter serment de sang à ma reine avec déshonneur?"

Rien d'humain, rien de miséricordieux dans ces mots.

À son crédit, Darrow n'a pas reculé. Il leva plutôt les sourcils vers Aedion, puis se tourna et secoua la tête vers Aelin. "Vous avez donné le serment sacré à ce… mâle?"

Ren resta un peu bouche bée en examinant Aedion, cette cicatrice frappant sa peau bronzée. Elle n'avait pas été là pour l'en protéger. Ou pour protéger les sœurs de Ren lorsque leur académie de magie est devenue un abattoir pendant la vie d'Adarlan invasion. Aedion a surpris Ren et a subtilement secoué la tête, comme pour dire, je t'expliquerai plus tard.

Mais Rowan se pencha en arrière sur sa chaise avec un léger sourire - et ce fut une chose horrible et terrible. «J'ai connu de nombreuses princesses avec des royaumes à hériter, Lord Darrow, et je peux vous dire qu'aucune d'entre elles n'a jamais été assez stupide pour permettre à un homme de les manipuler de cette façon, encore moins ma reine. Mais si je devais monter sur un trône, je choisirais un royaume beaucoup plus paisible et prospère. » Il haussa les épaules. "Mais je ne pense pas que mon frère et ma sœur dans cette pièce me permettraient de vivre très longtemps s'ils soupçonnaient que je parlais de leur reine malade - ou de leur royaume."

Aedion hocha la tête d'un air sombre, mais à côté de lui, Lysandra se redressa - pas de colère ou de surprise, mais de fierté. Cela a brisé le cœur d'Aelin autant qu'il l'a allégé.

Aelin sourit lentement à Darrow, les flammes s'inclinant. "Combien de temps vous a-t-il fallu pour dresser une liste de toutes les choses possibles pour m'insulter et m'accuser pendant cette réunion?"

Darrow l'ignora et secoua le menton vers Aedion. "Tu es plutôt calme ce soir."

"Je ne pense pas que tu veuilles particulièrement entendre mes pensées en ce moment, Darrow," répondit Aedion.

"Votre serment de sang est volé par un prince étranger, votre reine est un assassin qui nomme des putains communes pour la servir, et pourtant vous n'avez rien à dire?"

La chaise d'Aedion grogna, et Aelin osa un regard - pour le trouver en agrippant les côtés si fort que ses articulations étaient blanches.

Lysandra, bien que raide, ne donna pas à Darrow le plaisir de rougir de honte.

Et elle avait fini. Des étincelles dansaient au bout de ses doigts sous la table.

Mais Darrow continua avant qu'Aelin ne puisse parler ou incinérer la pièce. «Peut-être, Aedion, si vous espérez toujours obtenir un poste officiel à Terrasen, vous pourriez voir si vos proches à Wendlyn ont reconsidéré la proposition de fiançailles d'il y a tant d'années. Voyez s'ils vous reconnaîtront en tant que famille. Quelle différence cela aurait pu faire si vous et notre bien-aimée Princesse Aelin avaient été fiancés - si Wendlyn n'avait pas rejeté l'offre d'unir formellement nos royaumes, probablement à la demande de Maeve. " Un sourire dans la direction de Rowan.

Son monde s'est un peu incliné. Même Aedion avait pâli. Personne n'avait jamais laissé entendre qu'il y avait eu une tentative officielle de les fiancer. Ou que les Ashryvers avaient vraiment laissé Terrasen à la guerre et à la ruine.

"Que diront les masses adoratrices de leur princesse sauveuse", songea Darrow, posant ses mains à plat sur la table, "quand elles apprendront comment elle a passé son temps pendant qu'elles souffraient?" Une gifle au visage, l'une après l'autre. "Mais", a ajouté Darrow, "vous avez toujours été bon à vous péter, Aedion. Mais je me demande si la princesse Aelin sait quoi ... »

Aelin se précipita.

Pas avec une flamme, mais de l'acier.

Le poignard frissonnant entre les doigts de Darrow vacilla à la lumière du foyer crépitant.Elle grogna dans le visage du vieil homme, Rowan et Aedion à moitié hors de leurs chaises, Ren cherchant une arme, mais ayant l'air malade - malade à la vue du léopard fantôme maintenant assis là où Lysandra avait été il y a un instant.

Murtaugh resta bouche bée devant le métamorphe. Mais Darrow regarda Aelin, son visage blanc de rage.

«Tu veux me lancer des insultes, Darrow, puis vas-y,» siffla Aelin, son nez touchant presque le sien. "Mais tu insultes à nouveau la mienne, et je ne manquerai pas la prochaine fois." Elle tourna les yeux vers le poignard entre les doigts écartés du vieil homme, une largeur de cheveux séparant la lame de sa chair mouchetée.

"Je vois que tu as hérité du tempérament de ton père," ricana Darrow. «Est-ce ainsi que vous prévoyez gouverner? Quand tu n'aimes pas quelqu'un, tu le menaces? " Il glissa sa main de la lame et recula suffisamment pour croiser les bras. "Que penserait Orlon de ce comportement, de cette intimidation?"

"Choisissez judicieusement vos mots, Darrow", avertit Aedion.

Darrow leva les sourcils. «Tout le travail que j'ai accompli, tout ce que j'ai sacrifié ces dix dernières années, a été au nom d'Orlon, pour l'honorer et pour sauver son royaume - mon royaume. Je n'ai pas l'intention de laisser un enfant gâté et arrogant détruire cela avec ses crises de colère. Avez-vous apprécié les richesses de Rifthold ces années-là, princesse? Était-ce très facile de nous oublier dans le Nord lorsque vous achetiez des vêtements et serviez le monstre qui a massacré votre famille et vos amis?

Des hommes, de l'argent et un Terrasen unifié.

«Même votre cousin, malgré sa prostitution, nous a aidés dans le Nord. Et Ren Allsbrook "- une vague de la main en direction de Ren -" pendant que vous viviez dans le luxe, saviez-vous que Ren et son grand-père grattaient tous les cuivres qu'ils pouvaient, le tout pour trouver un moyen de maintenir l'effort rebelle en vie? Qu'ils étaient accroupis dans des baraques et dormaient sous des chevaux? »

"Ça suffit", a déclaré Aedion.

"Laissez-le continuer", a déclaré Aelin, en s'asseyant sur son siège et en croisant les bras.

«Qu'y a-t-il d'autre à dire, princesse? Pensez-vous que les habitants de Terrasen seront heureux d'avoir une reine qui a servi leur ennemi? Qui a partagé un lit avec le fils de leur ennemi? »

Lysandra grogna doucement, secouant les verres.

Darrow était imperturbable. "Et une reine qui partage sans aucun doute un lit avec un prince Fae qui a servi l'autre ennemi dans notre dos - que pensez-vous que notre peuple en fera?"

Elle ne voulait pas savoir comment Darrow avait deviné, ce qu'il avait lu entre eux.

"Qui partage mon lit", a-t-elle dit, "ne vous concerne pas."

«Et c'est pourquoi vous n'êtes pas apte à gouverner. Qui partage le lit de la reine est l'affaire de tous. Voulez-vous mentir à notre peuple au sujet de votre passé, nier que vous avez servi le roi déchu - et aussi servi son fils d'une manière différente?

Sous la table, la main de Rowan jaillit pour saisir la sienne, ses doigts recouverts de glace qui apaisèrent le feu commençant à clignoter sur ses ongles. Pas en avertissement ou en réprimande - juste pour lui dire que lui aussi était aux prises ave effort pour éviter d'utiliser le plateau de nourriture en étain pour écraser le visage de Darrow.

Elle n'a donc pas brisé le regard de Darrow, même si elle a croisé ses doigts avec ceux de Rowan.

«Je vais dire à mon peuple,» dit Aelin doucement mais pas faiblement, «toute la vérité. Je leur montrerai les cicatrices sur mon dos d'Endovier, les cicatrices sur mon corps de mes années en tant que Celaena Sardothien, et je leur dirai que le nouveau roi d'Adarlan n'est pas un monstre. Je leur dirai que nous avons un ennemi: le salaud à Morath. Et Dorian Havilliard est la seule chance de survie et de paix future entre nos deux royaumes. »

«Et s'il ne l'est pas? Allez-vous briser son château de pierre en brisant celui de verre? »

Chaol l'avait mentionné — il y a des mois. Elle aurait dû réfléchir davantage, que les humains ordinaires pourraient exiger des contrôles contre son pouvoir. Contre le pouvoir de la cour se rassemblant autour d'elle. Mais laissez Darrow croire qu’elle a brisé le château de verre; laissez-le croire qu'elle a tué le roi. Mieux que la vérité potentiellement désastreuse.

"Si vous souhaitez toujours faire partie de Terrasen," continua Darrow lorsqu'aucun d'eux ne répondit, "Je suis sûr qu'Aedion peut vous trouver une utilité dans le Fléau. Mais je n'aurai aucune utilité pour toi à Orynth.

Elle leva les sourcils. "Y a-t-il autre chose que tu as à me dire?"

Ses yeux gris sont devenus silex. «Je ne reconnais pas votre droit de gouverner; Je ne vous reconnais pas comme la reine légitime de Terrasen. Pas plus que les Lords Sloane, Ironwood et Gunnar, qui constituent la majorité restante de ce qui était autrefois la cour de votre oncle. Même si la famille Allsbrook est du côté de vous, c'est toujours un vote contre quatre. Le général Ashryver n'a ni terre ni titre ici - et n'a donc rien à dire. Quant à Lady Lysandra, Caraverre n'est pas un territoire reconnu, et nous ne reconnaissons pas non plus sa lignée ou votre achat de ces terres. » Mots formels, pour une déclaration formelle. «Si vous revenez à Orynth et prenez votre trône sans notre invitation, ce sera considéré comme un acte de guerre et de trahison.» Darrow sortit un morceau de papier de sa veste - beaucoup d'écriture de fantaisie et quatre signatures différentes au bas. "A partir de ce moment, jusqu'à ce qu'il en soit décidé autrement, vous resterez une princesse de sang - mais pas une reine

CHAPITRE 5

Aelin regardait et fixait ce morceau de papier, les noms qui avaient été signés bien avant ce soir, les hommes qui avaient décidé contre elle sans la rencontrer, les hommes qui avaient changé son avenir, son royaume, avec juste leurs signatures.

Peut-être aurait-elle dû attendre de convoquer cette réunion jusqu'à ce qu'elle soit à Orynth - jusqu'à ce que son peuple la voie revenir et qu'il aurait été plus difficile de la frapper jusqu'au bord du palais.

Aelin souffla: «Notre destin se rassemble au sud d'Adarlan - et pourtant, c'est sur cela que vous vous concentrez?»

Darrow ricana: «Quand nous aurons besoin de votre… ensemble de compétences, nous vous enverrons un mot.»

Aucun feu ne brûlait en elle, pas même une braise. Comme si Darrow l'avait serré dans son poing, l'étouffa.

"Le Fléau", a déclaré Aedion avec un soupçon de cette insolence légendaire, "ne répondra qu'à Aelin Galathynius."

«Le Fléau,» cracha Darrow, «est maintenant à nous de commander. Dans le cas où il n'y a pas de souverain apte sur le trône, les seigneurs contrôlent les armées de Terrasen. » Il a de nouveau sondé Aelin, comme s'il ressentait le vague plan de retourner publiquement dans sa ville, pour qu'il soit plus difficile pour lui de la repousser, scintillant à mesure qu'il se formait. «Mettez le pied à Orynth, ma fille, et vous paierez.»

"Est-ce une menace?" Aedion grogna, une main se précipitant pour saisir la poignée de l'épée d'Orynth gainée à ses côtés.

«C'est la loi», a simplement dit Darrow. "Une génération de dirigeants de Galathynius a honoré."

Il y avait un tel rugissement dans sa tête, et un tel vide encore dans le monde au-delà.

"Le Valg marche sur nous - un roi Valg marche sur nous", poussa Aedion, le général incarné. "Et votre reine, Darrow, pourrait être la seule personne capable de les tenir à distance."

«La guerre est un jeu de nombres, pas de magie. Tu le sais, Aedion. Tu as combattu à Theralis. La grande plaine avant Orynth, hôte de la bataille finale, vouée à l'échec comme l'empire s'était abattu sur eux. La plupart des forces et des commandants de Terrasen ne s'étaient pas éloignés du bain de sang, si bien que des ruisseaux intenses sont devenus rouges pendant des jours. Si Aedion y avait combattu… Dieux, il devait avoir à peine quatorze ans. Son estomac se retourna. Darrow a conclu: «La magie nous a échoué une fois auparavant. Nous ne lui ferons plus confiance. »

Aedion répliqua: «Nous aurons besoin d'alliés…»

"Il n'y a pas d'alliés", a déclaré Darrow. «À moins que Son Altesse ne décide d'être utile et de nous procurer des hommes et des armes par le mariage» - un coup d'œil aiguisé à Rowan - «nous sommes seuls.»

Aelin a débattu révélant ce qu'elle savait, l'argent qu'elle avait comploté et tué pour atteindre, mais ...

Quelque chose de froid et huileux la traversa. Mariage avec un roi, un prince ou un empereur étranger.

Serait-ce le coût? Pas seulement dans le sang versé, mais dans les rêves cédés? Pour être une princesse éternelle, mais jamais une reine? Se battre non seulement avec la magie, mais avec l'autre pouvoir dans son sang: la royauté.

Elle ne pouvait pas regarder Rowan, ne pouvait pas faire face à ces yeux verts de pin sans être malade.

Elle avait ri une fois à Dorian - ri et grondé pour avoir admis que l'idée de se marier avec quelqu'un d'autre que son âme était répugnante. Elle l'avait réprimandé pour avoir choisi l'amour plutôt que la paix de son royaume.

Peut-être que les dieux la détestaient. C'était peut-être son test. Pour échapper à une forme d'esclavage seulement pour entrer dans une autre. C'était peut-être la punition pour ces années dans les richesses de Rifthold.

Darrow lui fit un petit sourire satisfait. «Trouvez-moi des alliés, Aelin Galathynius, et peut-être examinerons-nous votre rôle dans l'avenir de Terrasen. Pensez-y. Merci de nous avoir demandé de nous rencontrer. »

Silencieusement, Aelin se leva. Les autres aussi. Économisez pour Darrow.

Aelin arracha le morceau de papier qu'il avait signé et examina les mots accablants, les signatures gribouillées. Le feu crépitant était le seul son.

Aelin le fit taire.

Et les bougies. Et le lustre en fer forgé sur la table.

L'obscurité tomba, fendue seulement par deux inhalations aiguës de souffle - Murtaugh et Ren. Le crépitement de la pluie emplit la pièce noire.

Aelin parla dans le noir, vers l'endroit où Darrow était assis. «Je suggère, Lord Darrow, que vous vous habituiez à cela. Car si nous perdons cette guerre, les ténèbres régneront pour toujours. »

Il y eut une égratignure et un sifflement, puis une allumette bafouilla alors qu'elle allumait une bougie sur la table. Le visage ridé et haineux de Darrow vacilla. "Les hommes peuvent faire leur propre lumière, héritier de Brannon."

Aelin regarda la seule flamme que Darrow avait allumée. Le papier dans ses mains se fana en cendres.

Avant qu'elle ne puisse parler, Darrow a déclaré: «C'est notre loi, notre droit. Vous ignorez ce décret, princesse, et vous souillez tout ce que votre famille a défendu et est mort. Les seigneurs de Terrasen ont parlé. »

La main de Rowan était solide contre son bas du dos. Mais Aelin regarda Ren, le visage serré. Et au-dessus du rugissement dans sa tête, elle a dit: «Que vous votiez ou non en ma faveur, il y a une place pour vous dans cette cour. Pour ce que vous avez aidé Aedion et le capitaine à faire. Pour Néhémie. " Néhémie, qui avait travaillé avec Ren, a combattu avec lui. Quelque chose comme de la douleur ondula dans les yeux de Ren, et il ouvrit la bouche pour parler, mais Darrow l'interrompit.

"Quelle perte de vie ce fut", cracha Darrow. «Une princesse dédiée à son peuple, qui a combattu jusqu'à son dernier souffle pour…»

"Un mot de plus," dit doucement Rowan, "et je me fiche du nombre de seigneurs qui vous soutiennent ou de vos lois. Un mot de plus à ce sujet, et je vais vous éviscérer avant que vous puissiez vous lever de cette chaise. Comprendre?"

Pour la première fois, Darrow regarda dans les yeux de Rowan et pâlit à la mort qu'il y trouva en attente. Mais les paroles du seigneur avaient trouvé leur marque, laissant une sorte d'engourdissement frémissant dans leur sillage.

Aedion a arraché la dague d'Aelin de la table. "Nous tiendrons compte de vos réflexions." Il ramassa son bouclier et posa une main sur l'épaule d'Aelin pour la guider hors de la pièce. Ce n'était que la vue de ce bouclier bosselé et cicatriciel, l'ancienne épée suspendue à ses côtés, qui faisait bouger ses pieds, traversant cet engourdissement épais.

Ren bougea pour ouvrir la porte, pénétrant dans le couloir au-delà pour la scanner, donnant à Lysandra une large couchette en passant devant, Evangeline et Fleetfoot sur sa queue moelleuse, le secret soit damné.

Aelin rencontra les yeux du jeune seigneur et inspira pour dire quelque chose, lorsque Lysandra grogna dans le couloir.

Un poignard était instantanément dans la main d'Aelin, incliné et prêt.

Mais c'était le messager de Darrow, se précipitant pour eux.

«Rifthold», haleta-t-il en s'arrêtant, jetant de la pluie sur eux. «L'un des éclaireurs du Ferian Gap vient de courir. L'hôte Ironteeth vole pour Rifthold. Ils veulent piller la ville. »

 

 

 

Aelin se tenait dans une clairière juste après l'éclat de l'auberge, la pluie froide plâtrant ses cheveux et soulevant des bosses sur sa peau. Les tremper tous, parce que Rowan bouclait maintenant les lames supplémentaires qu'elle lui tendait, conservant chaque goutte de sa magie pour ce qu'il était sur le point de faire.

Ils laisseraient le messager répandre les informations qu'il avait reçues - pas grand-chose du tout.

L'hôte Ironteeth qui s'attardait dans le Ferian Gap volait maintenant pour Rifthold. Dorian Havilliard serait leur cible. Mort ou vif.

Ils seraient sur la ville demain soir, et une fois Rifthold pris ... Le filet d'Erawan au milieu du continent serait complet. Aucune force de Melisande, Fenharrow ou Eyllwe ne pouvait les atteindre - et aucune des forces de Terrasen ne pouvait les atteindre non plus. Non sans perdre des mois à parcourir les montagnes.

"Il n'y a rien à faire pour la ville", a déclaré Aedion, sa voix coupant à travers la pluie. Tous les trois s'attardèrent sous le couvert d'un grand chêne, gardant tous un œil sur Ren et Murtaugh, qui parlaient avec Evangeline et Lysandra, maintenant de retour sous sa forme humaine. Son cousin a continué, la pluie cinglant contre le bouclier dans son dos, "Si les sorcières volent sur Rifthold, alors Rifthold est déjà parti."

Aelin se demandait si Manon Blackbeak serait à la tête de l'attaque - si c'était une bénédiction. Le chef d'escadre les avait sauvés une fois auparavant, mais uniquement en paiement d'une dette à vie. Elle doutait que la sorcière se sente obligée de jeter leur un os de sitôt.

Aedion rencontra le regard de Rowan. «Dorian doit être sauvé à tout prix. Je connais le style de Perrington - Erawan -. Ne croyez pas aux promesses qu'ils font et ne laissez pas Dorian être repris. " Aedion passa une main dans ses cheveux imbibés de pluie et ajouta, "Ou toi-même, Rowan."

C'étaient les mots les plus hideux qu'elle n'ait jamais entendus. La confirmation de la tête de Rowan lui fit tordre les genoux. Elle essaya de ne pas penser aux deux flacons en verre qu'Aedion avait remis au prince quelques instants auparavant. Ce qu'ils contenaient. Elle ne savait même pas quand ni où il les avait acquis.

Tout sauf ça. Tout sauf ...

La main de Rowan effleura la sienne. «Je vais le sauver», murmura-t-il.

«Je ne te demanderais pas ça à moins que ce ne soit… Dorian est vital. Le perdre, et nous perdons tout soutien à Adarlan. » Et l'un des rares manieurs de magie qui pouvaient résister à Morath.

Le hochement de tête de Rowan était sombre. «Je te sers, Aelin. Ne vous excusez pas de m'avoir mis à contribution. »

Parce que seul Rowan, chevauchant les vents avec sa magie, pouvait atteindre Rifthold à temps. Même maintenant, il pourrait être trop tard. Aelin déglutit difficilement, luttant contre le sentiment que le monde était arraché sous ses pieds.

Une lueur de mouvement près de la ligne des arbres attira son attention, et Aelin fit de son visage la neutralité en étudiant ce qui lui restait de petites mains grêles à la base d'un chêne noueux. Aucun des autres ne cligna des yeux dans sa direction.

Rowan termina avec ses armes, jetant un œil entre elle et Aedion avec la franchise d'un guerrier. "Où dois-je vous rencontrer une fois que j'ai sécurisé le prince?"

Aedion a dit: «Courez vers le nord. Restez à l'écart du Ferian Gap ... »

Darrow est apparu à l'autre bout de la clairière, aboyant un ordre pour que Murtaugh vienne à lui.

"Non", a déclaré Aelin. Les deux guerriers se retournèrent.

Elle regarda vers le nord dans la pluie battante et la foudre.

Elle ne mettrait pas les pieds à Orynth; elle ne verrait pas sa maison.

Trouvez-moi des alliés, avait ricané Darrow.

Elle n'osait pas jeter un coup d'œil à ce que le Little Folk avait laissé à l'ombre de cet arbre arrosé de pluie à quelques mètres de là.

Aelin a dit à Aedion: «Si on veut faire confiance à Ren, vous lui dites de se rendre au Fléau et d'être prêt à marcher et à presser du nord. Si nous ne devons pas les diriger, ils devront contourner les commandes de Darrow du mieux qu'ils peuvent. »

Les sourcils d'Aedion se levèrent. "À quoi penses-tu?"

Aelin secoua le menton vers Rowan. «Obtenez un bateau et voyagez vers le sud avec Dorian. La terre est trop risquée, mais vos vents sur les mers peuvent vous y conduire en quelques jours. À Skull’s Bay. "

"Merde," souffla Aedion

Mais Aelin a pointé un pouce sur une épaule vers Ren et Murtaugh en disant à son cousin: «Vous m'avez dit qu'ils étaient en communication avec le capitaine Rolfe. Demandez à l'un d'eux de nous écrire une lettre de recommandation. Maintenant."

"Je pensais que tu connaissais Rolfe", a déclaré Aedion.

Aelin lui fit un sourire sinistre. «Lui et moi nous sommes séparés en… mauvais termes, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais si Rolfe peut se tourner de notre côté… »

Aedion a terminé pour elle: "Alors nous aurions une petite flotte qui pourrait unir le Nord et le Sud - braver les blocus."

Et c'était une bonne chose qu'elle ait pris tout cet or à Arobynn pour le payer. «Skull’s Bay pourrait être le seul endroit sûr où nous cacher - pour contacter les autres royaumes.» Elle n'osait pas leur dire que Rolfe pourrait avoir bien plus qu'une flotte de coureurs de blocus à leur offrir, si elle jouait bien. Elle a dit à Rowan: «Attends-nous là-bas. Nous allons attaquer la côte ce soir et naviguer vers les îles mortes. Nous aurons deux semaines de retard sur vous. "

Aedion serra Rowan sur l'épaule en guise d'adieu et se dirigea vers Ren et Murtaugh. Un battement de cœur plus tard, le vieil homme clopinait dans l'auberge, Darrow sur ses talons, exigeant des réponses.

Tant que Murtaugh a écrit cette lettre à Rolfe, elle s'en fichait.

Seul avec Rowan, Aelin a déclaré: «Darrow s'attend à ce que je prenne cet ordre couché. Mais si nous pouvons rallier un hôte dans le Sud, nous pouvons pousser Erawan directement sur les pales du Fléau. »

«Cela pourrait ne pas convaincre Darrow et les autres…»

"Je m'en occuperai plus tard", a-t-elle dit, en aspergeant d'eau en secouant la tête. "Pour l'instant, je n'ai pas l'intention de perdre cette guerre parce qu'un vieux salaud a appris qu'il aime jouer au roi."

Le sourire de Rowan était féroce, méchant. Il se pencha, frottant sa bouche contre la sienne. "Je n'ai pas non plus l'intention de le laisser garder ce trône, Aelin."

Elle a seulement respiré, "Reviens à moi." La pensée de ce qui l'attendait à Rifthold la frappa de nouveau. Dieux - oh, dieux. Si quelque chose lui arrivait…

Il passa une jointure sur sa joue mouillée, traçant sa bouche avec son pouce. Elle posa une main sur sa poitrine musclée, juste là où ces deux flacons de poison étaient maintenant cachés. Pour un battement de cœur, elle a débattu de la transformation du liquide mortel à l'intérieur en vapeur.

Mais si Rowan était attrapé, si Dorian était attrapé… "Je ne peux pas - je ne peux pas te laisser partir ..."

"Vous pouvez," dit-il avec peu de place pour l'argumentation. La voix de son prince-commandant. "Et tu vas." Rowan a de nouveau tracé sa bouche. «Quand tu me retrouveras, nous aurons cette nuit-là. Je me fiche de savoir où ou qui est autour. " Il déposa un baiser sur son cou et dit sur sa peau lisse comme la pluie: «Tu es mon cœur de feu.»

Elle attrapa son visage dans ses deux mains, l'attirant vers le bas pour l'embrasser.

Rowan enroula ses bras autour d'elle, l'écrasant contre lui, ses mains errant comme s'il marquait le sentir d'elle dans ses paumes. Son baiser était sauvage - de la glace et du feu entrelacés. Même la pluie semblait s'arrêter alors qu'ils s'éloignaient enfin, haletants.

Et à travers la pluie et le feu et la glace, à travers l'obscurité et la foudre et le tonnerre, un mot a clignoté dans sa tête, une réponse et un défi et une vérité qu'elle a immédiatement nié, ignorés. Pas pour elle, mais pour lui - pour lui -

Rowan bougea dans un flash plus brillant que la foudre.

Quand elle eut fini de cligner des yeux, un gros faucon battait à travers les arbres et dans la nuit pluvieuse. Rowan lâcha un cri tandis qu'il s'inclinait à droite - vers la côte - le son d'un adieu et d'une promesse et d'un cri de guerre.

Aelin ravala la sensation de serrement dans sa gorge tandis qu'Aedion s'approchait et agrippait son épaule. «Lysandra veut que Murtaugh prenne Evangeline. Pour «formation de dame». La jeune fille refuse de partir. Vous devrez peut-être… aider. »

La jeune fille était en effet accrochée à sa maîtresse, les épaules tremblantes sous la force de ses pleurs. Murtaugh regarda impuissant, maintenant de retour de l'auberge.

Aelin marchait à travers la boue, le sol pataugeait. À quelle distance, depuis combien de temps, leur joyeuse matinée semblait maintenant.

Elle a touché les cheveux mouillés d’Evangeline et la fille s’est retirée suffisamment longtemps pour qu’Aelin lui dise: «Vous êtes membre de ma cour. Et en tant que tel, vous me répondez. Vous êtes sage, courageux et une joie, mais nous nous dirigeons vers des endroits sombres et horribles où même j'ai peur de marcher. »

La lèvre d'Evangeline vacilla. Quelque chose dans la poitrine d'Aelin était tendu, mais elle laissa échapper un sifflement bas, et Fleetfoot, qui s'était recroquevillé sous la pluie sous leurs chevaux, se glissa.

"J'ai besoin que vous preniez soin de Fleetfoot", a déclaré Aelin, caressant la tête humide du chien, ses longues oreilles. «Parce que dans ces endroits sombres et horribles, un chien serait en danger. Tu es la seule à qui je fais confiance pour sa sécurité. Pouvez-vous prendre soin d'elle pour moi? Elle aurait dû les chérir davantage - ces moments heureux, calmes et ennuyeux sur la route. Auraient dû savourer chaque seconde, ils étaient tous ensemble, tous en sécurité.

Au-dessus de la fille, le visage de Lysandra était serré - ses yeux brillaient plus que la pluie. Mais la dame a hoché la tête en direction d'Aelin, alors même qu'elle interrogeait à nouveau Murtaugh avec la concentration d'un prédateur.

"Restez avec Lord Murtaugh, apprenez-en plus sur ce tribunal et son fonctionnement, et protégez mon ami", a déclaré Aelin à Evangeline, accroupie pour embrasser la tête détrempée de Fleetfoot. Une fois que. Deux fois. Le chien lécha distraitement la pluie de son visage. "Peux-tu faire ça?" Répéta Aelin.

Evangeline regarda le chien, sa maîtresse. Et acquiesça.

Aelin a embrassé la joue de la jeune fille et lui a chuchoté à l'oreille: "Faites travailler votre magie sur ces misérables vieillards pendant que vous y êtes." Elle se recula pour lui faire un clin d'œil. "Rends-moi mon royaume, Evangeline."

Mais la fille était au-delà des sourires, et acquiesça de nouveau.

Aelin embrassa Fleetfoot une dernière fois et se tourna vers son cousin en attente alors que Lysandra s'agenouilla dans la boue avant lefille, repoussant ses cheveux mouillés et parlant trop bas pour que ses oreilles Fae puissent le détecter.

La bouche d'Aedion était une ligne dure alors qu'il éloignait ses yeux de Lysandra et de la fille et inclina la tête vers Ren et Murtaugh. Aelin tomba à ses côtés, s'arrêtant à quelques mètres des seigneurs Allsbrook.

"Votre lettre, Majesté," dit Murtaugh, en étendant un tube scellé à la cire.

Aelin la prit, baissant la tête pour remercier.

Aedion a dit à Ren: "À moins que vous ne vouliez échanger un tyran contre un autre, je vous suggère de préparer le Fléau et tous les autres à repousser du Nord."

Murtaugh répondit pour son petit-fils: «Darrow veut bien…»

"Darrow", interrompit Aedion, "est maintenant un homme de jours limités."

Ils l'ont tous regardé. Mais Aelin regarda l'auberge vaciller à travers les arbres - et le vieil homme se précipita à nouveau pour eux, une force de la nature à part entière. Elle a dit: "Nous ne touchons pas à Darrow."

"Quoi?" Cassa Aedion.

Aelin a déclaré: «Je parierais tout mon argent qu'il a déjà pris les mesures nécessaires pour que s'il rencontre une mort prématurée, nous ne remettions plus jamais les pieds à Orynth.» Murtaugh lui fit un sourire sinistre, confirmant un signe de tête. Aelin haussa les épaules. "Donc on ne le touche pas. Nous jouons son jeu - nous respectons les règles, les lois et les serments. »

À quelques mètres de là, Lysandra et Evangeline parlaient toujours doucement, la fille pleurait maintenant dans les bras de sa maîtresse, Fleetfoot caressant anxieusement sa hanche.

Aelin rencontra le regard de Murtaugh. «Je ne te connais pas, Seigneur, mais tu as été fidèle à mon oncle - à ma famille pendant ces longues années.» Elle glissa un poignard sans gaine cachée le long de sa cuisse. Ils tressaillirent alors qu'elle tranchait dans sa paume. Même Aedion a commencé. Aelin serra sa paume ensanglantée dans un poing, la tenant en l'air entre eux. "En raison de cette loyauté, vous comprendrez ce que les promesses de sang signifient pour moi quand je dis que si cette fille vient à subir un préjudice, physique ou autre, je me fiche des lois qui existent, des règles que je vais enfreindre." Lysandra s'était maintenant tournée vers eux, ses sens de changement détectant le sang. «Si Evangeline est blessée, vous brûlerez. Vous tous."

"Menacer votre loyal tribunal?" ricana une voix froide alors que Darrow s'arrêta à quelques mètres. Aelin l'a ignoré. Murtaugh avait les yeux écarquillés, tout comme Ren.

Son sang s'est infiltré dans la terre sacrée. "Que ce soit votre test."

Jura Aedion. Il a compris. Si les seigneurs de Terrasen ne pouvaient pas garder un enfant en sécurité dans leur royaume, ne pouvaient pas trouver en eux-mêmes pour sauver Evangeline, pour s'occuper de quelqu'un qui ne pouvait leur faire aucun bien, ne leur gagner aucune richesse ou rang ... ils mériteraient de périr.

Murtaugh s'inclina à nouveau. "Votre volonté est à moi, Majesté." Il a ajouté doucement: «J'ai perdu mes petites-filles. Je n'en perdrai pas un autre. » Sur ce, le vieil homme se dirigea vers l'endroit où Darrow attendait, écartant le seigneur.

Son cœur se tendit, mais Aelin dit à Ren, cette cicatrice cachée par les ombres de son capuchon trempé par la pluie, «J'aimerais que nous ayons le temps de parler. Il est temps pour moi de vous expliquer. "

"Vous êtes bon à vous éloigner de ce royaume. Je ne vois pas pourquoi maintenant ce serait différent. "

Aedion laissa échapper un grognement, mais Aelin le coupa. «Jugez-moi tout ce que vous voulez, Ren Allsbrook. Mais ne manque pas à ce royaume. »

Elle vit la réplique non dite dans les yeux de Ren. Comme tu l'as fait pendant dix ans.

Le coup frappa doucement et profondément, mais elle se détourna. Ce faisant, elle remarqua comment les yeux de Ren tombaient sur la petite fille - sur les cicatrices brutales sur le visage d'Evangeline. Des jumeaux proches de ceux seuls. Quelque chose dans son regard s'adoucit, juste un peu.

Mais Darrow tonnait maintenant vers Aelin, repoussant Murtaugh, le visage blanc de colère. «Tu…» commença-t-il.

Aelin leva une main, la flamme bondissant au bout de ses doigts, la pluie se transformant en vapeur au-dessus d'elle. Du sang coulait le long de son poignet de la coupe profonde, frère et sœur à l'autre sur sa main droite, brillant comme le rubis de Goldryn, jetant un coup d'œil par-dessus son épaule. "Je vais faire une promesse de plus", a-t-elle dit, en pliant sa main ensanglantée en un poing alors qu'elle la baissait devant eux. Darrow se tendit.

Son sang coula sur le sol sacré de Terrasen et son sourire devint mortel. Même Aedion retenait son souffle à côté d'elle.

Aelin a dit: «Je vous promets que peu importe jusqu'où je vais, peu importe le coût, quand vous demanderez mon aide, je viendrai. Je vous promets sur mon sang, sur le nom de ma famille, que je ne tournerai pas le dos à Terrasen comme vous m'avez tourné le dos. Je te promets, Darrow, que le jour venu et que tu rampes à mon secours, je mettrai mon royaume avant mon orgueil et ne te tuerai pas pour cela. Je pense que la vraie punition sera de me voir sur le trône pour le reste de ta misérable vie. »

Son visage était passé du blanc au violet.

Elle s'est simplement détournée.

"Où pensez-vous que vous allez?" Demanda Darrow. Murtaugh ne l'avait donc pas informé de son projet d'aller aux îles Morte. Intéressant.

Elle regarda par-dessus son épaule. «Pour faire appel à de vieilles dettes et promesses. Pour lever une armée d'assassins et de voleurs et d'exilés et de roturiers. Pour terminer ce qui a commencé il y a très longtemps. "

Le silence était sa réponse.

Alors Aelin et Aedion se dirigèrent vers l'endroit où Lysandra les surveillait maintenant, le visage solennel sous la pluie, Evangeline se serrant dans ses bras tandis que Fleetfoot s'appuyait contre la fille qui pleurait silencieusement.

Aelin dit au métamorphe et au général, bloquant la douleur de son cœur, bloquant la douleur et l'inquiétude de son esprit, "Nous voyageons maintenant."

Et quand ils se dispersèrent pour rassembler les chevaux, Aedion déposa un baiser sur la tête trempée d'Evangeline avant que Murtaugh et Ren la ramènent à l'auberge avec une douceur considérable, Darrow s'avançant sans adieu que ce soit, quand Aelin était seule, elle s'approcha enfin de cet arbre noueux et noueux.

Le Little Folk était au courant de l'attaque des wyvernes ce matin.

Elle avait donc supposé que cette petite effigie, déjà en train de s'effondrer sous le torrent de pluie, était un autre message en quelque sorte. Un juste pour elle.

Le temple de Brannon sur la côte avait été rendu avec soin - un petit engin intelligent de brindilles et de rochers pour former les piliers et l'autel ... Et sur le rocher sacré en son centre, ils avaient créé un cerf blanc à partir de laine de mouton brute, ses puissants bois non plus que friser les épines.

Une commande - où aller, ce dont elle avait besoin pour obtenir. Elle voulait écouter, jouer. Même si cela signifiait ne dire aux autres que la moitié de la vérité.

Aelin a éclaté la reconstruction du temple mais a laissé le cerf dans sa paume, la laine se dégonflant sous la pluie.

Les chevaux le surnommèrent tandis qu'Aedion et Lysandra les rapprochaient, mais Aelin le sentit battre le cœur avant d'émerger entre les lointains arbres voilés la nuit. Trop loin dans le bois pour être tout sauf un fantôme, un fruit du rêve d'un ancien dieu.

Respirant à peine, elle le regarda aussi longtemps qu'elle l'osait, et quand Aelin monta sur son cheval, elle se demanda si ses compagnons pouvaient dire qu'il ne faisait pas pleuvoir brillant sur son visage en tirant sur sa capuche noire.

Je me demandais si eux aussi avaient espionné le Seigneur du Nord en train de regarder au plus profond de la forêt, la lueur immortelle du cerf blanc assourdie par la pluie, venait dire au revoir à Aelin Galathynius

CHAPITRE 6

Dorian Havilliard, roi d'Adarlan, détestait le silence.

Il était devenu son compagnon, marchant à côté de lui dans les couloirs presque vides de son château de pierre, accroupi dans le coin de sa tour encombrée la nuit, assis de l'autre côté de la table à chaque repas.

Il avait toujours su qu'il serait un jour roi.

Il ne s'était pas attendu à hériter d'un trône brisé et d'une place forte vacante.

Sa mère et son frère cadet étaient toujours installés dans leur résidence de montagne à Ararat. Il ne les avait pas envoyés. Il avait donné l'ordre de rester, en fait.

Ne serait-ce que parce que cela signifierait le retour de la cour de lissage de sa mère, et il serait ravi de prendre le silence sur leurs titrages. Ne serait-ce que parce que cela signifierait regarder le visage de sa mère, le visage de son frère et mentir sur qui a détruit le château de verre, qui a tué la plupart de leurs courtisans et qui a mis fin à son père. Mentir sur ce qu'était son père - le démon qui avait habité en lui.

Un démon qui s'était reproduit avec sa mère - pas une fois, mais deux fois.

Debout sur le petit balcon en pierre au sommet de sa tour privée, Dorian regarda l'étalement étincelant de Rifthold sous le soleil couchant, le ruban étincelant de l'Avery alors qu'il se dirigeait vers l'intérieur des terres depuis la mer, courbant autour de la ville comme les enroulements d'un serpent, puis coulant directement à travers le cœur du continent.

Il leva les mains avant la vue, ses paumes calleuses des exercices et du jeu d'épée qu'il s'était fait recommencer à apprendre. Ses gardes préférés - les hommes de Chaol - étaient tous morts.

Torturé et tué.

Ses souvenirs de son temps sous le collier Wyrdstone étaient sombres et flous. Mais dans ses cauchemars, il se tenait parfois dans un cachot loin sous ce château, du sang qui n'était pas le sien enrobait ses mains, des cris qui n'étaient pas les siens sonnaient à ses oreilles, le suppliant de miséricorde.

Pas lui, se dit-il. Le prince Valg l'avait fait. Son père l'avait fait.

Il avait encore du mal à rencontrer le regard du nouveau capitaine de la garde, un ami de Nesryn Faliq, car il avait demandé à l'homme de lui montrer comment se battre, de l'aider à devenir plus fort, plus vite.

Plus jamais. Jamais plus il ne serait faible, inutile et effrayé.

Dorian jeta son regard vers le sud, comme s'il pouvait voir jusqu'à Antica. Il se demanda si Chaol et Nesryn étaient arrivés là-bas - se demanda si son ami était déjà à la Torre Cesme, ayant son corps brisé guéri par ses maîtres doués.

Le démon à l'intérieur de son père l'avait fait aussi - cassé la colonne vertébrale de Chaol.

L'homme qui se battait à l'intérieur de son père avait gardé le coup fatal.

Dorian n'avait eu aucun contrôle, aucune force, quand il regardait le démon utiliser son propre corps - quand le démon avait torturé et tué et pris ce qu'il voulait. Peut-être que son père avait été l'homme le plus fort à la fin. Le meilleur homme.

Non pas qu'il ait jamais eu la chance de le connaître en tant qu'homme. En tant qu'humain.

Dorian plia les doigts, du givre étincelant dans sa paume. Magie brute - mais il n'y avait personne ici pour lui enseigner. Personne à qui il a osé demander.

Il s'appuya contre le mur de pierre à côté de la porte du balcon.

Il leva sa main vers la bande pâle marquant sa gorge. Même avec les heures passées à s’entraîner à l’extérieur, la peau où le collier avait jadis posé n’avait pas pris une teinte dorée. Peut-être que cela resterait toujours pâle.

Peut-être que ses rêves seraient toujours hantés par la voix sifflante de ce prince démon. Peut-être qu'il se réveillerait toujours avec sa sueur comme le sang de Sorscha sur lui, comme le sang d'Aelin quand il la poignardait.

Aelin. Pas un mot d'elle, ni de quiconque concernant le retour de la reine dans son royaume. Il essaya de ne pas s'inquiéter, de se demander pourquoi il y avait un tel silence.

Un tel silence, quand les éclaireurs de Nesryn et Chaol lui ont maintenant apporté des nouvelles que Morath était en train de remuer.

Dorian jeta un coup d'œil à l'intérieur, vers la pile de papiers sur son bureau encombré, et grimaça. Il avait encore une quantité dégoûtante de paperasse à faire avant de dormir: lettres à signer, plans à lire ...

Le tonnerre murmura à travers la ville.

Peut-être un signe qu'il devrait se mettre au travail, à moins qu'il ne veuille encore se lever jusqu'aux heures noires du matin. Dorian se retourna à l'intérieur, soupirant fortement par le nez, et le tonnerre retentit de nouveau.

Trop tôt et le son est de courte durée.

Dorian parcourut l'horizon. Pas de nuages, rien que le ciel rouge et rose et or.

Mais la ville qui se prélassait au pied de la colline du château semblait faire une pause. Même le boueux Avery semblait arrêter son glissement tandis que le boom retentissait.

Il avait déjà entendu ce son auparavant.

Sa magie grouillait dans ses veines, et il se demanda ce que cela ressentait alors que de la glace recouvrait son balcon contre sa volonté, si vite et si froid que les pierres gémissaient.

Il essaya de l'enrouler à nouveau - comme si c'était une pelote de laine qui était tombée de ses mains - mais il l'ignora étalage plus épais, plus rapide sur les pierres. Le long de l'arc de la porte derrière lui, en bas de la face incurvée de la tour -

Un klaxon retentit à l'ouest. Une note haute et bêlante.

Il a été coupé avant la fin.

Avec l'angle du balcon, il ne pouvait pas voir sa source. Il se précipita dans sa chambre, laissant sa magie aux pierres, et fonça vers la fenêtre ouest ouverte. Il était à mi-chemin entre les piliers des livres et des papiers quand il aperçut l'horizon. Quand sa ville a commencé à crier.

S'étendant au loin, effaçant le coucher du soleil comme une tempête de chauves-souris, a volé une légion de wyvernes.

Chacun portait des sorcières armées, rugissant leurs cris de bataille vers le ciel taché de couleurs.

 

 

 

Manon et ses Treize avaient volé sans arrêt, sans sommeil. Hier, ils avaient laissé derrière eux les deux couloirs d'escorte, leurs wyvernes trop épuisés pour suivre. Surtout quand les Treize avaient fait toutes ces courses et patrouilles supplémentaires pendant des mois - et avaient tranquillement et solidement renforcé leur endurance.

Ils ont volé haut pour rester cachés, et à travers les lacunes dans les nuages, le continent avait éclaté en dessous dans différentes nuances de vert d'été et de jaune beurre et de saphir étincelant. La journée avait été suffisamment claire pour qu'aucun nuage ne les cache alors qu'ils fonçaient vers Rifthold, le soleil entamant sa descente finale vers l'ouest.

Vers sa patrie perdue.

Avec la hauteur et la distance, Manon a pleinement vu le carnage alors que l'horizon révélait enfin l'étalement de la capitale.

L'attaque avait commencé sans elle. La légion d'Iskra était toujours en train de tomber dessus, toujours à la pointe du palais et du mur de verre qui surplombait la ville à sa limite orientale.

Elle donna un coup de coude à Abraxos avec ses genoux, une commande silencieuse pour aller plus vite.

Il l'a fait, mais à peine. Il était épuisé. Ils l'étaient tous.

Iskra voulait la victoire pour elle-même. Manon ne doutait pas que l'héritier des Jambes jaunes avait reçu l'ordre de céder… mais seulement une fois que Manon était arrivée. Chienne. Salope de venir ici en premier, de ne pas attendre ...

De plus en plus, ils ont balayé la ville.

Les cris les atteignirent assez tôt. Sa cape rouge est devenue une meule.

Manon dirigea Abraxos vers le château de pierre au sommet de la colline, jetant à peine un coup d'œil au-dessus de ce mur de verre brillant - le mur qu'on lui avait ordonné de faire tomber - et espéra qu'elle n'était pas arrivée trop tard sur un point.

Et qu'elle savait ce qu'elle faisait.

CHAPITRE 7

Dorian avait sonné l'alarme, mais les gardes le savaient déjà. Et quand il est allé se précipiter dans les escaliers de la tour, ils ont bloqué son chemin, lui disant de rester dans sa tour. Il a essayé d'y retourner pour l'aider, mais ils l'ont supplié de rester. Le supplia de ne pas le perdre.

C'était le désespoir, la jeunesse de leurs voix, qui le maintenait dans la tour. Mais pas inutile.

Dorian se tenait au sommet de son balcon, une main levée devant lui.

De loin, il ne pouvait rien faire alors que les wyvernes déchaînaient l'enfer au-delà de la paroi de verre. Ils ont déchiqueté les bâtiments, déchiré les toits avec leurs serres, arraché des gens - les siens - de la rue.

Ils ont couvert le ciel comme une couverture de crocs et de griffes, et bien que les flèches des gardes de la ville aient sonné vrai, les wyvernes ne se sont pas arrêtées.

Dorian rallia sa magie, voulant qu'elle obéisse, invoquant de la glace et du vent dans sa paume, la laissant se construire.

Il aurait dû s'entraîner, aurait dû demander à Aelin de lui apprendre quelque chose quand elle était ici.

Les wyvernes ont navigué plus près du château et du mur de verre toujours autour, comme s'ils voulaient lui montrer précisément à quel point il était impuissant avant de venir le chercher.

Laissez-les venir. Laissez-les s'approcher suffisamment pour sa magie.

Il pourrait ne pas avoir la longue portée d'Aelin, pourrait ne pas être en mesure d'encercler la ville avec son pouvoir, mais s'ils étaient assez proches…

Il ne serait plus ni faible ni recroquevillé.

La première des wyvernes a huppé le mur de verre. Énorme - tellement plus grosse que la sorcière aux cheveux blancs et sa monture cicatricielle. Six d'entre eux battirent pour son château, pour sa tour. Pour son roi.

Il leur donnerait un roi.

Il les laissa se rapprocher, serrant ses doigts dans un poing, s'enfouissant de bas en bas dans sa magie. De nombreuses sorcières s'attardaient sur le mur de verre, y claquant la queue de leur wyverne, fissurant petit à petit ce verre opaque. Comme les six qui ont navigué vers le château étaient tout ce qu'il fallait pour le mettre à sac.

Il pouvait voir leurs silhouettes maintenant - voir leur cuir clouté de fer, le soleil couchant brillant sur le massif des cuirasses des wyvernes alors qu'ils couraient sur les terres du château encore en guérison.

Et quand Dorian put voir leurs dents de fer en lui souriant, quand les cris des gardes tirant si vaillamment des flèches depuis les portes et les fenêtres du château devinrent un vacarme dans ses oreilles, il tendit la main vers les sorcières.

La glace et le vent les déchiraient, déchiquetant la bête et le cavalier.

Les gardes ont crié, alarmés, puis sont tombés dans un silence stupéfait.

Dorian haleta, haleta pour se souvenir de son nom et de ce qu'il était alors que la magie s'échappait de lui. Il avait tué en étant asservi, mais jamais de son plein gré.

Et tandis que la viande morte pleuvait, battant sur le terrain du château, que leur sang brumait l'air… Plus, sa magie gémissait, montait et descendait en même temps, le traînant à nouveau dans ses tourbillons glacés.

Au-delà du mur de verre craquelé, sa ville saignait. Hurlant de terreur.

Quatre autres wyvernes ont traversé le mur de verre qui s'effrite maintenant, se précipitant alors que les cavalières voyaient leurs sœurs déchiquetées. Des cris éclatèrent de leurs gorges immortelles, les vrilles des bandes jaunes sur leurs sourcils claquant au vent. Ils ont tiré leurs wyvernes dans le ciel, comme s’ils s’élévaient de haut en bas puis plongeaient directement sur lui.

Un sourire dansa sur les lèvres de Dorian alors qu'il déchaînait à nouveau sa magie, un fouet à deux dents claquant pour les wyvernes ascendantes.

Plus de sang et de morceaux de wyverne et de sorcière tombèrent au sol, tous recouverts de glace si épaisse qu'ils se brisèrent sur les dalles de la cour.

Dorian creusa un tunnel plus profondément. Peut-être que s'il pouvait entrer dans la ville, il pourrait jeter un filet plus large ...

C'est alors que l'autre attaque a frappé. Pas en avant, ni en haut, ni en bas.

Mais par derrière.

Sa tour bascula sur le côté, et Dorian fut projeté en avant, claquant contre le balcon de pierre, évitant de justesse de basculer sur le bord.

La pierre s'est fissurée et le bois a éclaté, et il n'a été épargné par un morceau de pierre écrasant que par la magie qu'il avait projetée autour de lui en se couvrant la tête.

Il se tourna vers l'intérieur de sa chambre. Un trou géant et béant avait été déchiré sur le côté et le toit. Et perchée sur la pierre cassée, une sorcière solidement construite lui sourit maintenant avec des dents de fer déchiqueteuses, une bande de cuir jaune délavée autour de son front.

Il rallia sa magie, mais elle scintilla en un scintillement.

Trop tôt, trop vite, réalisa-t-il. Trop incontrôlé. Pas assez de temps pour puiser dans les profondeurs de son pouvoir. La tête de la wyverne s'enfonça dans la tour.

Derrière lui, six autres wyvernes ont encerclé le mur, planant pour son dos exposé. Et le mur lui-même ... Le mur d'Aelin ... Sous ces griffes et ces queues frénétiques et furieuses ... il s'est complètement effondré

Dorian regarda la porte de l'escalier de la tour, où les gardes auraient déjà dû passer. Seul le silence attendait.

Si près, mais pour y arriver, il faudrait passer devant la gueule de la wyverne. Exactement pourquoi la sorcière souriait.

Une chance - il aurait une chance de le faire.

Dorian serra les doigts, n'accordant pas à la sorcière le temps de l'étudier davantage.

Il lança une main, de la glace se brisant de sa paume et dans les yeux de la wyverne. Il rugit, se reculant et il courut.

Quelque chose de tranchant lui piqua l'oreille et s'enfonça dans le mur devant lui. Un poignard.

Il a continué à sprinter vers la porte ...

La queue fouetta sa vision d'un battement de cœur avant de lui cogner contre le côté.

Sa magie était un film autour de lui, protégeant ses os, son crâne, alors qu'il était projeté contre le mur de pierre. Assez dur pour que les pierres se fissurent. Assez dur pour que la plupart des humains soient morts.

Les étoiles et l'obscurité dansaient dans sa vision. La porte était si proche.

Dorian a essayé de se lever, mais ses membres n’obéiraient pas.

Étourdi; abasourdi par—

Une chaleur humide s'échappa juste en dessous de ses côtes. Du sang. Pas une coupe profonde, mais assez pour faire mal, gracieuseté de l'une des épines de cette queue. Épines recouvertes d'un éclat verdâtre.

Venin. Une sorte de venin qui s'est affaibli et paralysé avant de tuer ...

Il ne serait pas repris, pas à Morath, pas au duc et à ses cols ...

Sa magie se heurta au baiser paralysant et mortel du venin. Guérison magique. Mais lent, affaibli par ses dépenses imprudentes quelques instants auparavant.

Dorian essaya de ramper vers la porte, haletant entre ses dents serrées.

La sorcière aboya un ordre à sa wyverne, et Dorian se rallia suffisamment pour lever la tête. La voir tirer ses épées et commencer à descendre.

Non non Non-

La sorcière n'est pas arrivée au sol.

Un battement de cœur, elle était perchée sur sa selle, balançant une jambe.

Le lendemain, sa tête avait disparu, son sang pulvérisant sa wyverne alors qu'elle rugissait et se retournait -

Et a été projeté hors de la tour par une autre wyverne plus petite. Marquée et vicieuse, aux ailes scintillantes.

Dorian n'a pas attendu pour voir ce qui s'est passé, ne s'est pas demandé.

Il rampa vers la porte, sa magie dévorant le venin qui aurait dû le tuer, un torrent de lumière déchaîné luttant avec toute sa force considérable contre cette obscurité verdâtre

La peau, les muscles et les os fendus démangeaient alors qu'ils se liaient lentement - et cette étincelle vacillait et gouttait dans ses veines.

Dorian tendait la main vers la poignée de la porte lorsque la petite wyverne a atterri dans le trou en ruine de sa tour, ses énormes crocs ruisselant de sang sur les papiers épars qu'il avait épinglés il y a quelques minutes à peine. Son cavalier blindé et souple sauta agilement, les flèches du carquois sur son dos claquant contre la poignée de la puissante épée maintenant attachée à ses côtés.

Elle éloigna le casque couronné de fines lames lancelic.

Il connaissait son visage avant de se souvenir de son nom.

Connaissait les cheveux blancs, comme le clair de lune sur l'eau, qui débordaient sur son armure sombre et scalaire; connaissait les yeux d'or brûlé.

Connaissait ce visage incroyablement beau, plein de soif de sang froid et de ruse méchante.

«Lève-toi», gronda Manon Blackbeak.

 

 

 

Merde.

Le mot était un chant constant dans la tête de Manon alors qu'elle traversait les ruines de la tour du roi, une armure tonnant contre les pierres tombées, du papier flottant et des livres épars.

Merde, merde, merde.

Iskra était introuvable, pas près du château, du moins. Mais son clan l'était.

Et quand Manon avait espionné que la sentinelle de Yellowlegs était perchée à l'intérieur de la tour, se préparant à réclamer ce meurtre pour elle-même… un siècle d'entraînement et d'instinct s'était précipité sur Manon.

Tout ce qu’il avait fallu, c’était un coup de couperet à vent alors qu’Abraxos passait, et la sentinelle d’Iskra était morte.

Merde, merde, merde.

Ensuite, Abraxos a attaqué la monture restante, un taureau aux yeux ternes qui n'avait même pas eu la chance de rugir avant que les dents d'Abraxos ne soient serrées autour de sa large gorge et que le sang et la chair ne volaient alors qu'ils tombaient dans l'air.

Elle n'avait pas de battement de cœur à épargner pour s'émerveiller qu'Abraxos n'ait pas reculé devant le combat, qu'il n'ait pas cédé. Sa wyverne au cœur de guerrier. Elle lui donnerait une ration supplémentaire de viande.

La veste sombre et sanglante du jeune roi était recouverte de poussière et de saleté. Mais ses yeux saphir étaient clairs, sinon larges, alors qu'elle grognait à nouveau sur la ville hurlante, «Lève-toi».

Il tendit une main vers la poignée de porte en fer. Ne pas appeler à l'aide ni fuir, réalisa-t-elle, maintenant à un pied de lui mais pour se relever.

Manon a étudié ses longues jambes, plus musclées que la dernière fois qu'elle l'avait vu. Puis elle a remarqué la blessure furtivement à travers le côté de sa veste déchirée. Pas profond ni jaillissant, mais ...

Merde, merde, merde.

Le venin de la queue de la wyverne était mortel au pire, paralysant au mieux. Paralysant avec juste une égratignure. Il devrait être mort. Ou mourir.

"Qu'est-ce que tu veux?" »grinça-t-il, les yeux dardant entre elle et Abraxos, qui était occupé à surveiller le ciel à la recherche d'autres attaquants, ses ailes bruissant d'impatience.

Le roi gagnait du temps, tandis que sa blessure guérissait.

La magie. Seule la magie la plus puissante aurait pu l'empêcher de mourir. Manon répliqua, «Silence», et le hissa sur ses pieds.

Il ne tressaillit pas à son contact, ni aux clous de fer qui s'accrochaient et déchiraient sa veste. Il était plus lourd qu’elle ne l’avait estimé - comme s’il avait aussi mis plus de muscle sous ces vêtements. Mais avec sa force immortelle, le soulever en position debout exigeait peu d'énergie.

Elle avait oublié combien il était plus grand. Face à face, Dorian haleta alors qu'il la regardait et respirait, "Bonjour, sorcière."

Une partie ancienne et prédatrice d'elle se réveilla au demi-sourire. Il se redressa, penchant ses oreilles vers lui. Pas une bouffée de peur. Intéressant.

Manon ronronna en retour: «Bonjour, prince.»

Abraxos lança un avertissement et Manon fouetta la tête pour découvrir une autre wyverne naviguant dur et vite pour eux.

"Allez-y", dit-elle, le laissant se soutenir alors qu'elle ouvrait la porte de la tour. Les cris des niveaux masculins ci-dessous ont augmenté pour les rencontrer. Dorian s'affaissa contre le mur, comme s'il focalisait toute son attention sur le fait de rester debout. «Y a-t-il une autre sortie? Une autre sortie?"

Le roi l'a évaluée avec une franchise qui l'a grondée.

Derrière eux, comme si la Mère avait tendu la main, un vent puissant secoua la wyverne et le cavalier de la tour, les faisant dégringoler dans la ville. Même Abraxos rugit, s'accrochant aux pierres de la tour si fort que la roche craqua sous ses griffes.

"Il y a des passages", a déclaré le roi. "Mais toi-"

«Alors trouve-les. Sortez."

Il ne bougeait pas de sa place contre le mur. "Pourquoi."

La ligne pâle tranchait toujours sur sa gorge, si dure contre le bronzage doré de sa peau. Mais elle n'a pas répondu aux questions des mortels. Pas même des rois. Plus maintenant Elle a donc ignoré sa question et a déclaré: «Perrington n'est pas comme il semble. Il est un démon dans un corps mortel et a perdu son ancienne peau pour en revêtir une nouvelle. Un homme aux cheveux d'or. Il engendre le mal à Morath qu'il prévoit de déchaîner un jour maintenant. C'est un avant-goût. " Elle secoua une main à bout de fer pour voir la destruction autour d'eux. «Un moyen de vous briser le moral et de gagner la faveur des autres royaumes en vous faisant passer pour l'ennemi. Rassemblez vos forces avant de lui donner une chance d'augmenter ses effectifs à une taille invincible. Il veut prendre non seulement ce continent, mais tout Erilea. »

"Pourquoi son coureur couronné me le dirait-il?"

«Mes raisons ne vous concernent pas. Fuir." Encore une fois, ce vent puissant a soufflé le château, repoussant toutes les forces approchant, faisant gémir les pierres. Un vent qui sentait le pin et la neige - une odeur familière et étrange. Ancien et intelligent et cruel.

"Vous avez tué cette sorcière." En effet, le sang de la sentinelle a fait des taches de rousseur sur les pierres. Il enduisait Wind-Cleaver et son casque défaussé. Tueur de sorcières.

Manon repoussa cette pensée, ainsi que sa question implicite. «Vous me devez une dette à vie, roi d'Adarlan. Préparez-vous pour le jour où je viendrai le réclamer. »

Sa bouche sensuelle se serra. «Combattez avec nous. Maintenant, combattez avec nous maintenant contre lui.

À travers la porte, des cris et des cris de bataille déchirent l'air. Les sorcières avaient réussi à atterrir quelque part - avaient infiltré le château. Ce ne serait qu'une question de temps avant qu'ils ne soient trouvés. Et si le roi n'était pas parti… Elle le tira du mur et le poussa dans la cage d'escalier.

Ses jambes se déformèrent et il posa une main bronzée contre le vieux mur de pierre en lui lançant un regard noir sur une large épaule. Un éclat.

"Tu ne connais pas la mort quand tu la vois?" siffla-t-elle, basse et vicieuse.

"J'ai vu la mort, et pire", a-t-il dit, ces yeux saphir gelés alors qu'il la surveillait de la tête à la pointe de la botte blindée et vice-versa. "La mort que vous proposez est gentille par rapport à cela."

Cela frappa quelque chose en elle, mais le roi boitait déjà les escaliers, une main posée sur le mur. Se déplaçant si lentement pendant que ce poison sortait de lui, sa magie luttant sûrement avec tout ce qu'il avait pour le garder de ce côté de la vie.

La porte au pied de la tour s'est brisée.

Dorian s'arrêta devant les quatre sentinelles de Yellowlegs qui se précipitèrent, grondant le centre creux de la tour. Les sorcières s'arrêtèrent, clignant des yeux vers leur chef d'escadre.

Wind-Cleaver tressaillit dans sa main. Tuez-le - tuez-le maintenant, avant qu'ils ne puissent faire passer le mot qu'elle a été repérée avec lui ... Merde, merde, merde.

Manon n'avait pas à décider. Dans un tourbillon d'acier, les Yellowlegs sont morts avant de pouvoir se tourner vers le guerrier qui a explosé par la porteCheveux argentés, visage et cou tatoués et oreilles légèrement pointues. La source de ce vent.

Jura Dorian, titubant d'un pas, mais les yeux du guerrier Fae étaient sur elle. Seule une rage meurtrière vacillait là-bas.

L’air dans la gorge de Manon s’étouffa en rien.

Un son étranglé est sorti d'elle, et elle a trébuché en arrière, griffant sa gorge comme si elle pouvait se tailler une voie aérienne. Mais la magie du mâle a tenu bon.

Il la tuerait pour ce qu'elle a essayé de faire à sa reine. Pour la flèche qu'Asterin avait tirée, ce qui voulait frapper le cœur de la reine. Une flèche devant laquelle il avait sauté.

Manon est tombée à genoux. Le roi fut instantanément à ses côtés, l'étudiant pour un battement de cœur avant de rugir dans les escaliers, "NON!"

C'était tout ce qu'il fallait. L'air inonda sa bouche, ses poumons et Manon haleta, le dos se cambrant en la buvant.

Son espèce n'avait pas de boucliers magiques contre de telles attaques. Ce n'est que lorsque les plus désespérés, les plus enragés, qu'une sorcière pouvait invoquer le cœur de la magie en elle - avec des conséquences dévastatrices. Même les plus assoiffés de sang et sans âme d'entre eux ont seulement chuchoté de cet acte: le Céder.

Le visage de Dorian nageait dans sa vision aqueuse. Manon haletait toujours pour cet air frais et salvateur en disant: «Trouve-moi quand tu changeras d'avis, Blackbeak.»

Puis le roi était parti

CHAPITRE 8

Rowan Whitethorn avait volé sans nourriture ni eau ni repos pendant deux jours.

Il était encore arrivé à Rifthold trop tard.

La capitale était dans le chaos sous les griffes des sorcières et de leurs wyvernes. Il avait vu assez de villes tomber au cours des siècles pour savoir que celle-ci était faite.

Même si le peuple se ralliait, ce ne serait que pour faire face à sa mort la première. Les sorcières avaient déjà fait tomber le mur de verre d'Aelin. Un autre coup calculé par Erawan.

Cela avait été un effort de laisser les innocents se battre seuls, de courir fort et vite pour le château de pierre et la tour du roi. Il avait un ordre, donné par sa reine.

Il viendrait encore trop tard, mais pas sans une lueur d’espoir.

Dorian Havilliard trébucha en se précipitant dans le couloir du château, les oreilles aiguisées de Rowan et son odorat les éloignant des zones où les combats faisaient rage. Si les tunnels secrets étaient surveillés, s'ils ne pouvaient pas atteindre les égouts… Rowan calculait plan après plan. Aucun ne s'est bien terminé.

"Par ici", haleta le roi. C'était la première chose que Dorian avait dite depuis qu'il s'était précipité dans les escaliers. Ils étaient dans une partie résidentielle du palais que Rowan n'avait vu que de son propre repérage à l'extérieur - sous forme de faucon. Les quartiers de la reine. "Il y a une sortie secrète de la chambre de ma mère."

Les portes blanches pâles de la suite de la reine étaient verrouillées.

Rowan les parcourut avec une demi-pensée, le bois se brisant et empalant les somptueux meubles, l'art sur les murs. Les babioles et les objets de valeur ont volé en éclats. "Désolé," dit Rowan au roi - ne ressemblant pas du tout à cela.

Sa magie vacilla, un flottement lointain pour lui faire savoir qu'elle était épuisante. Deux jours de chevauchée au vent à une vitesse vertigineuse, puis de lutte contre ces wyvernes à l'extérieur, avaient fait des ravages.

Dorian a examiné les dommages occasionnels. "Quelqu'un l'aurait fait de toute façon." Aucun sentiment, aucune douleur derrière cela. Il se précipita à travers la pièce, boitant un peu. Si le roi avait possédé une fraction de magie en moins, il aurait peut-être succombé à la queue venimeuse de la wyverne.

Dorian a atteint un grand portrait doré d'une belle jeune femme aux cheveux auburn avec un bébé aux yeux saphir dans Ses bras.

Le roi le regarda pendant un battement de cœur plus long que nécessaire, assez pour tout dire à Rowan. Mais Dorian a transporté le tableau vers lui. Il s'éloigna pour révéler une petite trappe.

Rowan veilla à ce que le roi rentre d'abord, bougie à la main, avant d'utiliser sa magie pour faire flotter le tableau dans son lieu de repos, puis fermer la porte derrière eux.

La salle était à l'étroit, les pierres poussiéreuses. Mais le vent en avant chuchotait des espaces ouverts, de l'humidité et de la moisissure. Rowan a envoyé une vrille de magie pour sonder les escaliers qu'ils descendaient maintenant et les nombreux couloirs devant eux. Aucun signe d'effondrement depuis qu'ils avaient détruit la tour de l'horloge. Aucun signe d'ennemi à l'affût, ni l'odeur corrompue du Valg et de ses bêtes. Une petite pitié.

Ses oreilles faes captèrent les cris et les cris étouffés des mourants au-dessus d'eux.

"Je devrais rester," dit doucement Dorian.

Un cadeau de la magie du roi, alors - l'audition améliorée. Magie brute qui pourrait lui accorder des cadeaux: glace, flamme, guérison, sens et force accrus. Peut-être changer de forme, s'il essayait.

"Vous êtes plus utile à votre peuple vivant", a déclaré Rowan, la voix rauque contre les pierres. L'épuisement le harcelait, mais il le repoussa. Il se reposerait quand ils seraient en sécurité.

Le roi n'a pas répondu.

Rowan a déclaré: «J'ai vu de nombreuses villes tomber. J'ai vu des royaumes entiers tomber. Et la destruction que j'ai vue pendant que je volais était suffisamment complète pour que même avec vos dons considérables, vous ne pouviez rien faire. » Il n'était pas tout à fait sûr de ce qu'ils feraient si cette destruction était portée à la porte d'Orynth. Ou pourquoi Erawan attendait de le faire. Il y penserait plus tard.

"Je devrais mourir avec eux", fut la réponse du roi.

Ils atteignirent le bas des escaliers, le passage s'élargissant maintenant en chambres respirantes. Rowan serpenta à nouveau sa magie à travers les nombreux tunnels et escaliers. Celui de droite suggérait une entrée d'égout au fond. Bien.

«J'ai été envoyé ici pour vous empêcher de faire exactement cela», a finalement déclaré Rowan.

Le roi lui jeta un coup d'œil par-dessus son épaule, grimaçant un peu alors que le mouvement étirait sa peau encore en guérison. Là où Rowan soupçonnait qu'une blessure béante avait eu lieu quelques minutes auparavant, maintenant seule une cicatrice rouge en colère jetait un coup d'œil à travers le côté de sa veste déchirée. Dorian a dit: "Tu allais la tuer."

Il savait qui voulait dire le roi. "Pourquoi m'as-tu dit de ne pas le faire?"

Alors le roi lui a parlé de la rencontre alors qu'ils descendaient plus profondément dans les entrailles du château. "Je ne lui ferais pas confiance", a déclaré Rowan après la fin de Dorian, "mais peut-être que les dieux nous jetteront un os. Peut-être que l'héritier Blackbeak rejoindra notre cause. »

Si ses crimes n'étaient pas découverts en premier. Mais même s'ils n'avaient que treize sorcières et leurs wyvernes, si c’était le coven le plus habile de tous les Ironteeth… cela pouvait faire la différence entre Orynth tomber ou se tenir contre Erawan.

Ils atteignirent les égouts du château. Même les rats fuyaient par la petite entrée du ruisseau, comme si le mugissement des wyvernes était un coup de grâce.

Ils ont dépassé une arche fermée par des pierres effondrées - sans doute de l'éruption des flammes infernales cet été.

Le passage d'Aelin, Rowan le réalisa avec un remorqueur au fond de sa poitrine. Et quelques pas plus loin, une vieille mare de sang séché a taché les pierres au bord de l'eau. Une odeur humaine s'attardait autour d'elle, souillée et fétide.

"Elle a vidé Archer Finn juste là", a déclaré Dorian, après son regard.

Rowan ne s'y est pas laissé penser, ou que ces imbéciles avaient involontairement donné à un assassin une chambre qui était reliée à la chambre de leur reine.

Il y avait un bateau amarré à un poteau de pierre, sa coque presque pourrie, mais assez solide. Et la grille de la petite rivière serpentant devant le château restait ouverte.

Rowan a de nouveau lancé sa magie dans le monde, goûtant l'air au-delà des égouts. Aucune aile ne le fendait, aucun sang ne parfumait son chemin. Une partie calme et orientale du château. Si les sorcières avaient été intelligentes, elles auraient des sentinelles surveillant chaque centimètre.

Mais à cause des hurlements et des supplications qui se déroulaient ci-dessus, Rowan savait que les sorcières étaient trop perdues dans leur soif de sang pour penser correctement. Au moins pendant quelques minutes.

Rowan secoua le menton vers le bateau. "Entrer."

Dorian fronça les sourcils face à la moisissure et à la pourriture. "Nous aurons de la chance s'il ne s'effondre pas autour de nous."

"Vous", corrigea Rowan. "Autour de vous. Pas moi. Entrer."

Dorian entendit son ton et entra sagement. "Qu'est-ce que tu ..."

Rowan arracha sa cape et la jeta sur le roi. "Couche-toi et mets ça sur toi."

Visage un peu pâle, Dorian obéit. Rowan a cassé les cordes avec un flash de ses couteaux.

Il bougea, les ailes battant assez fort pour informer Dorian de ce qui s'était passé. La magie de Rowan grogna et se tendit alors qu'elle poussait ce qui ressemblait à un récipient vide et sinueux hors des égouts, comme si quelqu'un l'avait accidentellement desserré.

Volant par la bouche d'égout, il a protégé le bateau avec un mur d'air dur - contenant l'odeur du roi et empêchant les flèches perdues de le percer.

Rowan ne regarda en arrière qu'une seule fois alors qu'il descendait la petite rivière, au-dessus du bateau.

Une seule fois, dans la ville qui avait forgé, brisé et abrité sa reine.

Son mur de verre n'était plus que des morceaux et des éclats qui brillaient dans les rues et l'herbe.

Ces dernières semaines de voyage avaient été une torture - la nécessité de la réclamer, de la goûter, de le chasser de ses esprits. Et vu ce que Darrow avait dit… peut-être, malgré sa promesse quand il était parti, ça avait été une bonne chose qu'ils n’aient pas franchi cette dernière étape.

C'était dans son esprit bien avant Darrow et ses décrets de merde: c'était une princesse, mais de nom seulement.

Il n'avait ni armée, ni argent. Les fonds substantiels qu'il possédait étaient à Doranelle - et Maeve ne lui permettrait jamais de les réclamer. Ils avaient probablement déjà été distribués à ses cousins ​​importuns, ainsi qu'à ses terres et à ses résidences. Peu importe que certains d'entre eux - les cousins ​​avec lesquels il avait été élevé - refusent d'accepter la loyauté et l'entêtement typiques de Whitethorn. Tout ce que Rowan avait à offrir à sa reine, c'était la force de son épée, la profondeur de sa magie et la loyauté de son cœur.

De telles choses n'ont pas gagné de guerres.

Il avait senti le désespoir sur elle, même si son visage l'avait caché, quand Darrow avait parlé. Et il connaissait son âme ardente: elle le ferait. Considérez le mariage avec un prince ou un seigneur étranger. Même si cette chose entre eux… même s'il savait que ce n'était pas de la simple luxure, ou même juste de l'amour.

Cette chose entre eux, sa force, pourrait dévorer le monde.

Et s'ils le choisissaient, les choisissaient, cela pourrait très bien en provoquer la fin.

C'était pourquoi il n'avait pas prononcé les mots qu'il avait l'intention de lui dire depuis un certain temps, même quand chaque instinct rugissait pour qu'il le fasse pendant qu'ils se séparaient. Et peut-être qu'Aelin n'avait fait que la perdre était sa punition pour avoir laissé son compagnon mourir; sa punition pour avoir finalement abandonné ce chagrin et cette répugnance.

Le gouffre des vagues était à peine audible au-dessus du rugissement des wyvernes et des innocents criant à l'aide qui ne viendrait jamais. Il refoula la douleur dans sa poitrine, l'envie de se retourner.

C'était la guerre. Ces terres subiraient bien pire dans les jours et les mois à venir. Sa reine, peu importe comment il essayait de la protéger, subirait bien pire.

Au moment où le bateau a dérivé le long de la petite rivière serpentant vers le delta d'Avery, un faucon à queue blanche planant au-dessus, les murs du château de pierre étaient baignés de sang

CHAPITRE 9

Elide Lochan savait qu'elle était chassée.

Depuis trois jours maintenant, elle avait essayé de perdre tout ce qui l'avait traquée à travers l'étalement sans fin d'Oakwald. Et dans le processus, elle-même s'était perdue.

Trois jours à peine dormant, s'arrêtant à peine assez longtemps pour chercher de la nourriture et de l'eau.

Elle avait tourné une fois vers le sud - pour revenir en arrière et se débarrasser de sa trace. Elle avait fini par se diriger un jour dans cette direction. Puis vers l'ouest, vers les montagnes. Puis au sud, peut-être à l'est; elle ne pouvait pas le dire. Elle courait alors, Oakwald si dense qu’elle pouvait à peine suivre le soleil. Et sans une vision claire des étoiles, sans oser s'arrêter et trouver un arbre facile à grimper, elle ne pouvait pas trouver le Seigneur du Nord - sa maison phare.

À midi le troisième jour, elle était sur le point de pleurer. De l'épuisement, de la rage, de la peur profonde. Tout ce qui prenait son temps à la chasser prendrait sûrement son temps à la tuer.

Son couteau tremblait dans sa main alors qu'elle s'arrêtait dans une clairière, un courant rapide et agile dansant à travers elle. Sa jambe lui faisait mal, sa jambe ruinée et inutile. Elle offrirait au dieu noir son âme pour quelques heures de paix et de sécurité.

Elide laissa tomber le couteau dans l'herbe à côté d'elle, tombant à genoux devant le ruisseau et buvant rapidement et profondément. L'eau remplissait les lacunes de son ventre laissées par les baies et les racines. Elle remplit sa cantine, les mains tremblantes de façon incontrôlable.

Secouant si fort, elle laissa tomber le capuchon métallique dans le ruisseau.

Elle jura, plongeant dans l'eau froide jusqu'aux coudes alors qu'elle cherchait la casquette, tapotant les rochers et les vrilles lisses de la rivière, mendiant pour une pause solitaire ...

Ses doigts se refermèrent sur la casquette lorsque le premier hurlement retentit à travers la forêt.

Elide et la forêt se sont arrêtés.

Elle avait entendu des chiens aboyer, avait écouté les choeurs surnaturels des loups lorsqu'elle avait été transportée de Perranth à Morath.

Ce n'était ni l'un ni l'autre. C'était…

Il y avait eu des nuits à Morath où elle avait été tirée du sommeil à cause de hurlements comme ça. Hurle-t-elle crus ont été imaginés quand ils ne sonnaient plus. Personne ne les a jamais mentionnés.

Mais il y avait le son. Ce son.

Nous créerons des merveilles qui feront trembler le monde.

Oh, dieux. Elide a vissé aveuglément le bouchon sur la cantine. Quoi qu'il en soit, il se rapprochait rapidement. Peut-être qu'un arbre - en haut d'un arbre - pourrait la sauver. Cache-la. Peut être.

Elide se tourna pour mettre sa cantine dans son sac.

Mais un guerrier était accroupi à travers le ruisseau, un long couteau méchant en équilibre sur son genou.

Ses yeux noirs la dévoraient, son visage dur sous des cheveux aussi foncés et mi-longs alors qu'il disait d'une voix comme du granit: «À moins que tu veuilles déjeuner, ma fille, je te suggère de venir avec moi.»

Une petite voix ancienne lui murmura à l'oreille qu'elle avait enfin trouvé son chasseur implacable.

Et ils deviendraient tous les deux la proie de quelqu'un d'autre.

 

 

 

Lorcan Salvaterre a écouté les grondements montants dans le bois ancien et savait qu'ils étaient sur le point de mourir.

Eh bien, la fille était sur le point de mourir. Soit aux griffes de ceux qui les poursuivaient, soit au bout de la lame de Lorcan. Il n'avait pas encore décidé.

Humaine - son odeur de cannelle et de sureau était tout à fait humaine - et pourtant cette autre odeur restait, cette teinte d'obscurité flottant autour d'elle comme les ailes d'un colibri.

Il aurait pu soupçonner qu'elle aurait convoqué les bêtes sans la saveur de la peur qui tachait l'air. Et pour le fait qu'il la suivait depuis trois jours maintenant, la laissant se perdre dans le labyrinthe emmêlé d'Oakwald, et n'avait pas trouvé grand-chose pour indiquer qu'elle était sous l'emprise de Valg.

Lorcan se leva et ses yeux sombres s'écarquillèrent en voyant sa hauteur imposante. Elle est restée à genoux près du ruisseau, une main sale atteignant le poignard qu'elle avait bêtement jeté dans l'herbe. Elle n'était pas assez stupide ou désespérée pour le soulever contre lui. "Qui êtes vous?"

Sa voix rauque était basse - pas la douce et haute chose qu'il attendait de son corps délicat et entièrement courbé. Faible et froid et stable.

"Si vous voulez mourir", a déclaré Lorcan, "alors allez-y: continuez à poser des questions." Il se détourna - vers le nord.

Et c'est là que la deuxième série de grondements a commencé. De l'autre côté.

Deux paquets, se refermant. L'herbe et le tissu bruissaient, et quand il regarda, la jeune fille était debout, la dague inclinée, le visage maladivement pâle lorsqu'elle réalisa ce qui se passait: ils étaient rassemblés.

"Est ou ouest", a déclaré Lorcan. Au cours des cinq siècles, il avait massacré son chemin à travers le monde, il n'avait jamais entendu des grognements comme ça de toute sorte de bête. Il dégagea sa hachette de l'endroit où elle était attachée à ses côtés.

«Est», souffla la jeune fille, les yeux dardant dans les deux sens. «Je… on m'a dit de rester en dehors des montagnes. Les wyvernes - de grosses bêtes ailées - les patrouillent. »

«Je sais ce qu'est une wyverne», a-t-il déclaré.

Un peu d'humeur se brisa dans ses yeux sombres à son ton, mais la peur l'emporta. Elle a commencé à reculer dans la direction qu'elle avait choisie. L'une des créatures a lancé un cri perçant. Pas un son canin. Non, c'était aigu, hurlant - comme une chauve-souris. Mais plus profondément. Hungrier. "Courez", dit-il.

Elle l'a fait.

Lorcan devait rendre hommage à la jeune fille: malgré la jambe encore blessée, malgré l'épuisement qui l'avait rendue bâclée ces derniers jours, elle s'est enfuie comme une biche à travers les arbres, sa terreur dissipant probablement toute douleur. Lorcan sauta le large ruisseau dans un mouvement facile, réduisant la distance entre eux en de simples battements de cœur. Lent; ces humains étaient sacrément lents. Sa respiration était déjà irrégulière alors qu'elle se hissait sur une colline, faisant suffisamment de bruit pour alerter leurs pisteurs.

Se briser à cause de la brosse derrière eux - du sud. Deux ou trois au son. Gros, des branches qui claquent et des bruits de pas.

La fille a frappé le sommet de la colline, trébuchant. Elle est restée debout et Lorcan a de nouveau regardé la jambe.

Il ne servait à rien de la retrouver si longtemps si elle mourait maintenant. Pour un battement de cœur, il contempla le poids de sa veste - le Wyrdkey niché. Sa magie était forte, la plus forte de tous les hommes demi-fae dans n'importe quel royaume, n'importe quel royaume. Mais s'il a utilisé la clé ...

S'il a utilisé la clé, alors il mériterait la damnation que cela lui ferait.

Lorcan lança donc un filet de son pouvoir derrière eux, une barrière invisible flottant des vrilles noires de vent. La fille se raidit, lui fouettant la tête tandis que le pouvoir se dissipait en une vague. Sa peau blanchit davantage, mais elle continua, à moitié tombant, à moitié descendant la colline.

L'impact de quatre corps massifs contre sa magie a frappé un instant plus tard.

La saveur de son sang alors qu'elle s'ouvrait sur le roc et la racine se poussa dans son nez. Elle était loin d'être assez rapide.

Lorcan ouvrit la bouche pour lui ordonner de se dépêcher lorsque le mur invisible se brisa.

Pas cassé, mais craqué, comme si ces bêtes l'avaient fendu.

Impossible. Personne ne pouvait passer à travers ces boucliers. Pas même Rowan-rutting-Whitethorn.

Mais bien sûr, la magie avait été brisée.

La fille a frappé le ravin au bas de la colline, sanglotant presque à l'étendue plate de forêt qui s'étend devant. Elle sprinta, une tresse sombre battant, un paquet rebondissant contre son dos mince. Lorcan se dirigea vers elle, regardant les arbres de chaque côté alors que le grondement et le bruissement recommençaient.

Ils étaient rassemblés, mais vers quoi? Et si ces choses avaient déchiré sa magie…

Cela faisait très longtemps qu'il n'avait pas eu un nouvel ennemi à étudier, à briser.

"Continue," grogna-t-il, et la jeune fille ne regarda même pas par-dessus son épaule alors que Lorcan s'arrêta entre deux chênes imposants. Il avait plongé dans sa magie pendant des jours, comptant l'utiliser sur la fille humaine mais pas quand il s'ennuyait de la traquer. Maintenant, son corps était en proie à cela, le pouvoir lui faisait mal de sortir.

Lorcan retourna sa hache dans sa main - une fois, deux fois, le métal chantant à travers la forêt dense. Un vent froid bordé de brume noire dansait entre les doigts de son autre main.

Pas de vent comme celui de Whitethorn, ni de lumière et de flamme comme la chienne-reine de Whitethorn. Pas même de la magie brute comme le nouveau roi d'Adarlan.

Non, la magie de Lorcan était celle de la volonté - de la mort, de la pensée et de la destruction. Il n'y avait pas de nom pour cela.

Même sa reine n'avait pas su de quoi il s'agissait, d'où cela venait. Un cadeau du dieu noir, de Hellas, avait pensé Maeve - un cadeau noir, pour son sombre guerrier. Et en restons là.

Un sourire sauvage dansa sur les lèvres de Lorcan alors qu'il laissait sa magie remonter à la surface, que son rugissement noir remplissait ses veines.

Il avait détruit les villes avec ce pouvoir.

Il ne pensait pas que ces bêtes, même si elles tombaient, s'en tireraient beaucoup mieux.

Ils ralentirent en se rapprochant, sentant qu'un prédateur attendait - le dimensionnant.

Pour la première fois depuis très longtemps, Lorcan n'avait pas de mots pour ce qu'il avait vu.

Peut-être qu'il aurait dû tuer la fille. La mort à sa main serait une miséricorde par rapport à ce qui grondait devant lui, accroupi sur des griffes massives et déchiqueteuses. Pas un Wyrdhound. Non, ces choses étaient bien pires.

Leur peau était d'un bleu marbré, si sombre qu'elle était presque noire. Chaque membre long et légèrement musclé avait été impitoyablement façonné et affiné. Car les longues griffes au bout de leurs mains - des mains à cinq doigts - se recroquevillaient comme en prévision d'une grève.

Mais ce ne sont pas leurs corps qui l'ont stupéfait.

C'était la façon dont les créatures s'arrêtaient, souriant sous leur nez écrasé en forme de chauve-souris pour révéler deux rangées de dents semblables à des aiguilles, puis se tenaient sur leurs pattes arrière.

Se tenait à leur pleine hauteur, comme un homme rampant pourrait se lever. Ils l'ont éclipsé d'un pied au moins.

Et les attributs physiques qui semblaient étrangement familiers ont été confirmés lorsque celui le plus proche de lui a ouvert sa bouche hideuse et a dit: "Nous n'avons pas encore goûté la chair de votre espèce."

La hache de Lorcan se contracta. "Je ne peux pas non plus dire que j'ai eu le plaisir."

Il y avait très, très peu de bêtes qui pouvaient parler dans les langues des mortels et des faes. La plupart l'avaient développé par magie, mal acquis ou béni.

Mais là, fendus de plaisir en prévision de la violence, brillaient des yeux humains sombres Whitethorn avait prévenu de ce qui se passait à Morath - avait mentionné que les Wyrdhounds pourraient être la première de nombreuses choses horribles à se déchaîner. Lorcan ne s'était pas rendu compte que ces choses feraient près de huit pieds de haut et seraient en partie humaines, en partie quoi qu'Erawan ait fait pour en faire cela.

Le plus proche a osé faire un pas mais a sifflé - a sifflé à la ligne invisible qu'il avait tracée. Le pouvoir de Lorcan vacillait et palpitait aux pointes de griffes empoisonnées de la créature alors qu'elle poussait le bouclier.

Quatre contre un. Cotes généralement faciles pour lui.

Habituellement.

Mais il portait le Wyrdkey qu'ils cherchaient, et cet anneau d'or qu'il avait volé à Maeve, puis donné et volé à Aelin Galathynius. L'anneau d'Athril. Et s'ils apportaient l'un ou l'autre à leur maître…

Erawan posséderait alors les trois Wyrdkeys. Et serait en mesure d'ouvrir une porte entre les mondes pour libérer ses hordes de Valg en attente sur eux tous. Et quant à l'anneau d'or d'Athril ... Lorcan ne doutait pas qu'Erawan détruirait l'anneau forgé par Mala elle-même - le seul objet à Erilea qui accordait l'immunité à son porteur contre Wyrdstone ... et le Valg.

Alors Lorcan a bougé. Plus vite qu'ils ne pouvaient le détecter, il lança sa hache à la créature la plus éloignée de lui, son attention focalisée sur son compagnon alors qu'il poussait son bouclier.

Ils se tournèrent tous vers leur compagnon tandis que la hache claquait dans son cou, profonde et permanente. Tous se sont détournés pour le voir tomber. Mortel par nature, mais sans formation.

L'attention des bêtes se détourna pendant un battement de cœur, les deux prochains couteaux de Lorcan volèrent.

Les deux lames enfoncées dans la poignée de leurs fronts striés, leurs têtes se retournant alors que les coups les envoyaient cliqueter à genoux.

Celui du centre, celui qui avait parlé, lâcha un cri primaire qui fit sonner les oreilles de Lorcan. Il se précipita vers le bouclier.

Il rebondit, la magie se densifiant cette fois. Lorcan sortit son épée longue et un couteau.

Et ne pouvait que regarder alors que la chose rugissait sur le bouclier et claquait contre lui avec ses deux mains ruinées et griffues… et sa magie, son bouclier, fondit sous son toucher.

Il traversa son bouclier comme s'il s'agissait d'une porte. "Maintenant, nous allons jouer."

Lorcan s'accroupit dans une position défensive, se demandant jusqu'où la fille était arrivée, si elle s'était même tournée pour voir ce qui les poursuivait. Les bruits de son vol avaient disparu.

Derrière la créature, ses compagnons tremblaient.

Non - revivre.

Ils portèrent chacun une main forte et griffue aux poignards à travers leurs crânes - et les tirèrent d'un coup sec. Métal râpé sur os.

Seul celui dont la tête est maintenant attachée par quelques tendons est resté baissé. Décapitation, alors

Même si cela signifiait se rapprocher suffisamment pour le faire.

La créature devant lui sourit avec une joie sauvage.

"Qu'es-tu?" Lorcan gronde.

Les deux autres étaient maintenant debout, les blessures à la tête déjà guéries, hérissées de menace.

"Nous sommes des chasseurs de Sa Majesté des Ténèbres", a déclaré le chef avec un faux arc. «Nous sommes l'ilken. Et nous avons été envoyés pour récupérer notre carrière. »

Ces sorcières lui avaient envoyé ces bêtes? Les lâches, de ne pas faire leur propre chasse.

L'ilken continua, s'avançant vers lui sur des jambes qui se penchaient en arrière. "Nous allions vous laisser mourir rapidement - un cadeau." Ses larges narines s'évasaient, flairant la forêt silencieuse. "Mais comme vous vous êtes tenu entre nous et nos proies ... nous savourerons votre fin longue."

Pas lui. Il n'était pas ce que les wyvernes traquaient ces jours-ci, ce que ces créatures étaient venus réclamer. Ils n'avaient aucune idée de ce qu'il portait - qui il était.

"Que veux-tu d'elle?" demanda-t-il, surveillant l'approche rampante des trois.

"Cela ne vous concerne pas", a déclaré le leader.

"S'il y a une récompense, je vous aiderai."

Des yeux sombres et sans âme se tournèrent vers lui. "Vous ne protégez pas la fille?"

Lorcan haussa les épaules, priant qu'ils ne pouvaient pas sentir son bluff alors qu'il lui donnait plus de temps, se donnait du temps pour résoudre le puzzle de leur pouvoir. "Je ne connais même pas son nom."

Les trois ilken se regardèrent, un regard de question et de décision. Leur chef a déclaré: «Elle est importante pour notre roi. Récupérez-la et il vous remplira d'un pouvoir bien supérieur aux faibles boucliers. »

Était-ce le prix pour les humains qu'ils étaient autrefois - une magie qui était en quelque sorte à l'abri de ce qui coulait naturellement dans ce monde? Ou leur avait-on fait le choix, aussi sûrement que leur âme avait été volée aussi?

"Pourquoi est-elle importante?"

Ils étaient maintenant à portée de crachat. Il se demanda combien de temps cela prendrait pour reconstituer l'approvisionnement de tout pouvoir qui leur permettait de fendre par magie. Peut-être qu'ils gagnaient aussi du temps.

Ilken a déclaré: «Elle est une voleuse et une meurtrière. Elle doit être amenée devant notre roi pour obtenir justice. »

Lorcan aurait pu jurer qu'une main invisible avait touché son épaule.

Il connaissait ce contact - lui avait fait confiance toute sa vie. Cela l'avait gardé en vie aussi longtemps.

Une touche sur le dos pour avancer, combattre et tuer et respirer la mort. Une touche sur son épaule pour plutôt courir. Savoir que seul le destin attendait et que la vie était derrière.

L'ilken sourit de nouveau, ses dents brillantes dans l'obscurité du bois.

Comme pour répondre, un cri a éclaté de la forêt derrière lui.CHAPITRE 10

Elide Lochan se tenait devant une créature née des cauchemars d'un dieu noir.

De l'autre côté de la clairière, il la dominait, ses serres s'enfonçant dans le terreau du sol forestier. "Voilà," siffla-t-il entre ses dents plus nettes que celles d'un poisson. "Viens avec moi, ma fille, et je t'accorderai une fin rapide."

Ment. Elle vit à quel point cela la mesurait, ses griffes se courbant comme si elle pouvait déjà les sentir se déchirer dans son ventre mou. La chose était apparue sur son chemin comme si un nuage de nuit l'avait déposée là, et avait ri quand elle avait crié. Son couteau trembla en la soulevant.

Il ressemblait à un homme - parlait comme tel. Et ses yeux… Complètement sans âme, mais leur forme… Ils étaient aussi humains. Monstrueux - quel esprit terrible avait imaginé une telle chose?

Elle connaissait la réponse.

Aidez-moi. Elle avait besoin d'aide. Mais cet homme du ruisseau était probablement mort aux griffes des autres bêtes. Elle se demanda combien de temps avait duré sa magie.

La créature s'avança vers elle, ses jambes musclées fermant la distance trop rapidement. Elle recula vers les arbres, la direction d'où elle venait.

"Est-ce que ton sang est aussi doux que ton visage, fille?" Sa langue grisâtre goûtait l'air entre eux.

Pensez, pensez, pensez.

Que ferait Manon devant une telle créature?

Manon, se souvenait-elle, était équipée de ses propres griffes et crocs.

Mais une petite voix lui chuchota à l'oreille, toi aussi. Utilisez ce que vous avez.

Il y avait d'autres armes que celles en fer et en acier.

Bien que ses genoux tremblaient, Elide leva le menton et rencontra les yeux noirs et humains de la créature.

"Attention," dit-elle, laissant tomber sa voix dans le ronronnement que Manon avait si souvent utilisé pour effrayer les esprits de tout le monde. Elide fouilla dans la poche de son manteau, tirant le fragment de pierre et le serrant dans son poing, voulant que cette présence surnaturelle remplisse la clairière, le monde. Elle a prié que la créature ne regarde pas son poing, ne demande pas ce qu'il y avait dedans alors qu'elle traînait, "Penses-tu que le Roi des Ténèbres sera content si tu me fais du mal?" Elle baissa les yeux sur son nez. Ou du mieux qu'elle pouvait en se tenant plusieurs pieds plus court. «On m'a envoyé chercher la fille. Ne pas interférer."

La créature semblait alors reconnaître les cuirs de combat.

Semblait flairer cette étrange odeur qui entoure le rocher.

Et il a hésité.

Elide gardait son visage un masque de mécontentement froid. "Hors de ma vue."

Elle vomit presque alors qu'elle commençait à s'y diriger, vers la mort certaine. Mais elle marchait du pied, rôdant comme Manon l'avait si souvent fait. Elide se tourna vers le visage hideux et chauve-souris en passant. "Dites à vos frères que si vous interférez à nouveau, je superviserai personnellement ce que vous ressentez sur les tables de Morath."

Le doute dansait toujours dans ses yeux - avec la vraie peur. Une chance, ces mots et ces phrases, basés sur ce qu’elle avait entendu. Elle ne se laissa pas réfléchir à ce qui avait été fait pour faire trembler une telle créature à la mention.

Elide était à cinq pas de la créature, profondément consciente que sa colonne vertébrale était maintenant vulnérable à ces griffes et dents déchiquetées, lorsqu'elle a demandé: «Pourquoi avez-vous fui à notre approche?»

Elle a dit sans se retourner, de cette voix froide et vicieuse de Manon Blackbeak: «Je ne tolère pas les questions des subalternes. Vous avez déjà perturbé ma chasse et blessé ma cheville avec votre attaque inutile. Priez pour que je ne me souvienne pas de votre visage quand je reviendrai au Donjon. »

Elle connaissait son erreur au moment où elle prenait une respiration sifflante.

Pourtant, elle gardait ses jambes en mouvement, le dos droit.

"Quelle coïncidence", songea-t-il, "que nos proies soient pareillement nommées."

Anneith la sauve. Peut-être n'avait-il pas remarqué la boiterie jusque-là. Imbécile. Imbécile.

Courir ne lui ferait aucun bien - courir proclamerait que la créature avait gagné, que c'était juste. Elle s'arrêta, comme si son humeur avait tiré sur sa laisse, et tourna son visage vers la créature. "Qu'est-ce que tu siffles?"

Condamnation totale, rage totale.

Encore une fois, la créature fit une pause. Une chance, une seule chance. Il apprendrait assez tôt qu'il avait été dupé.

Elide soutint son regard. C'était comme regarder un serpent mort dans les yeux.

Elle a dit avec ce calme mortel que les sorcières aimaient utiliser, "Ne me faites pas révéler ce que Sa Sombre Majesté a mis en moi sur cette table."

Comme si en réponse, la pierre dans sa main palpitait, et elle aurait pu jurer que l'obscurité vacillait.

La créature frissonna, reculant d'un pas.

Elide n'a pas tenu compte de ce qu'elle tenait alors qu'elle ricana une dernière fois et s'éloigna.

Elle a fait peut-être un demi-mile avant que la forêt ne soit à nouveau pleine de vie tremblante.

Elle est tombée à genoux et a vomi

Rien que de la bile et de l'eau sont sortis. Elle était tellement occupée à se précipiter les tripes avec une peur et un soulagement stupides qu'elle n'a remarqué l'approche de personne avant qu'il ne soit trop tard.

Une large main serra son épaule, la faisant tournoyer.

Elle tira son poignard, mais trop lentement. La même main la relâcha pour frapper la lame contre l'herbe.

Elide se retrouva à regarder le visage éclaboussé de saleté de l'homme du ruisseau. Non, pas de saleté. Du sang qui puait - du sang noir.

"Comment?" dit-elle en trébuchant d'un pas.

«Vous d'abord», grogna-t-il, mais tourna la tête vers la forêt derrière eux. Elle suivit son regard. Je n'ai rien vu.

Quand elle regarda son visage dur, une épée gisait contre sa gorge.

Elle essaya de se replier, mais il agrippa son bras, la tenant comme un morceau d'acier dans sa peau. «Pourquoi sentez-vous l'un d'eux? Pourquoi vous poursuivent-ils? "

Elle avait empoché la pierre, sinon elle aurait pu lui montrer. Mais le mouvement pourrait le faire frapper - et cette petite voix chuchota pour garder la pierre cachée.

Elle a offert une autre vérité. «Parce que j'ai passé les derniers mois à Morath, vivant parmi ce parfum. Ils me cherchent parce que j'ai réussi à me libérer. Je fuis vers le nord, en lieu sûr. »

Plus vite qu'elle ne pouvait le voir, il baissa sa lame - seulement pour la trancher sur son bras. Une égratignure, à peine plus qu'un murmure de douleur.

Ils ont tous les deux regardé son sang rouge couler et couler.

Cela semblait assez répondre pour lui.

"Vous pouvez m'appeler Lorcan", a-t-il dit, même si elle ne l'avait pas demandé. Et avec ça, il la hissa sur sa large épaule comme un sac de pommes de terre et courut.

Elide savait deux choses en quelques secondes:

Que les créatures restantes - aussi nombreuses soient-elles - devaient être sur leur piste et se rapprocher rapidement. Je devais avoir réalisé qu'elle avait bluffé son chemin gratuitement.

Et que l'homme, se déplaçant rapidement comme un vent entre les chênes, était demi-Fae.

 

 

 

Lorcan a couru et a couru, ses poumons avalant de grandes gorgées d'air étouffant de la forêt. Suspendue par-dessus son épaule, la fille ne gémit même pas au fil des kilomètres. Il avait transporté des sacs plus lourds qu'elle sur des chaînes de montagnes entières.

Lorcan a ralenti quand sa force a enfin commencé à fléchir, passé plus vite grâce à la magie qu'il avait utilisée pour les obtenir trois bêtes dans un étau, battant leur immunité naturelle, puis en tuent deux pendant qu'il épinglait l'autre assez longtemps pour sprinter pour la fille.

Il avait eu de la chance.

La fille, semblait-il, avait été intelligente.

Il s'arrêta en courant, la plaquant suffisamment fort pour qu'elle grimaça - grimaça et sauta un peu sur cette cheville blessée. Son sang avait coulé rouge au lieu du noir puant qui impliquait la possession de Valg, mais cela n'expliquait toujours pas comment elle avait pu intimider cet acabit en le soumettant.

"Où allons-nous?" dit-elle en balançant son sac pour sortir sa cantine. Il attendit les larmes, les prières et la mendicité. Elle a juste dévissé le bouchon du récipient recouvert de cuir et a avalé profondément. Puis, à sa grande surprise, lui en a offert.

Lorcan ne l'a pas pris. Elle a simplement bu à nouveau.

"Nous allons à la lisière de la forêt - vers la rivière Acanthus."

"Où - où sommes-nous?" L'hésitation en disait assez: elle avait calculé le risque de révéler à quel point elle était vulnérable à cette question… et avait décidé qu'elle était trop désespérée pour la réponse.

"Quel est votre nom?"

"Marion." Elle soutenait son regard avec une sorte d'acier indéfectible qui lui faisait pencher la tête.

Une réponse pour une réponse. Il a dit: «Nous sommes au milieu d'Adarlan. Vous étiez à environ une journée de marche de la rivière Avery. "

Marion cligna des yeux. Il se demanda si elle savait même cela - ou si elle avait réfléchi à la façon dont elle traverserait le puissant plan d'eau qui avait fait des navires des capitaines des hommes et des femmes les plus chevronnés.

Elle a dit: "Sommes-nous en train de courir, ou puis-je m'asseoir un instant?"

Il écouta les bruits de la forêt pour tout signe de danger, puis secoua le menton.

Marion soupira en s'asseyant sur la mousse et les racines. Elle l'a interrogé. «Je pensais que tous les Fae étaient morts. Même le demi-Fae. »

«Je viens de Wendlyn. Et vous, dit-il, les sourcils légèrement haussés, vous êtes de Morath. »

"Pas de. Échapper à. "

"Pourquoi - et comment."

Ses yeux plissés lui en disaient assez: elle savait qu'il ne la croyait toujours pas, pas entièrement, du sang rouge ou non. Pourtant, elle n'a pas répondu, se penchant plutôt sur ses jambes pour délacer une botte. Ses doigts tremblaient un peu, mais elle passa les lacets, arrachant la botte, enlevant la chaussette et enroulant la jambe de son pantalon en cuir pour révéler ...

Merde. Il avait vu beaucoup de cadavres en ruines de son temps, s'était beaucoup ruiné, mais ils étaient rarement laissés sans traitement. La jambe de Marion était un désordre de tissu cicatriciel et d’os tordus. Et juste au-dessus de sa cheville difforme, il y avait des plaies encore en train de cicatriser, là où les chaînes avaient sans aucun doute été Elle a dit doucement: «Les alliés de Morath sont généralement entiers. Leur magie noire pourrait sûrement guérir un infirme - et ils n'en auraient sûrement pas besoin. »

C’est pourquoi elle s’était si bien débrouillée. Elle avait eu des années pour le maîtriser, depuis la coloration du tissu cicatriciel.

Marion baissa la jambe de son pantalon mais laissa son pied nu, le massant. Elle siffla entre ses dents.

Il s'assit sur une bûche tombée à quelques mètres de là, enlevant son propre sac pour le traverser. "Dites-moi ce que vous savez de Morath", dit-il, et lui jeta une boîte de baume directement de Doranelle.

La fille le regarda, ces yeux perçants rassemblant ce qu'il était, d'où il venait et ce que cette boîte contenait probablement. Quand elle les porta à son visage, elle acquiesça silencieusement en accord avec son offre: soulagement de la douleur des réponses. Elle dévissa le couvercle et il remarqua la façon dont sa bouche se sépara alors qu'elle respirait les herbes piquantes.

La douleur et le plaisir dansaient sur son visage alors qu'elle commençait à frotter le baume sur ses vieilles blessures.

Et pendant qu'elle travaillait, elle a parlé.

Marion lui parla de l'hôte Ironteeth, du chef d'escadre et des treize, des armées campées autour du donjon de la montagne, des endroits où seuls des hurlements résonnaient, des innombrables forges et forgerons. Elle a décrit sa propre évasion: sans prévenir, elle ne savait pas comment, le château avait explosé. Elle avait vu cela comme une chance, se déguisant dans une tenue de sorcière, attrapant un de leurs sacs et courant. Dans le chaos, personne ne l'avait chassée.

«Je cours depuis des semaines», a-t-elle déclaré. "Apparemment, j'ai à peine couvert la moitié de la distance."

"Jusqu'où?"

Marion regarda vers le nord. "Terrasen."

Lorcan étouffa un grognement. "Vous ne manquez pas grand-chose."

"Vous en avez des nouvelles?" Une alarme emplit ces yeux.

"Non", dit-il en haussant les épaules. Elle a fini de se frotter le pied et la cheville. "Qu'est-ce qu'il y a à Terrasen? Ta famille?" Il n'avait pas demandé pourquoi elle avait été amenée à Morath. Il n'aimait pas particulièrement entendre sa triste histoire. Tout le monde en avait un, avait-il trouvé.

Le visage de la jeune fille se serra. «Je dois une dette à un ami, quelqu'un qui m'a aidé à sortir de Morath. Elle m'a demandé de trouver quelqu'un nommé Celaena Sardothien. C'est donc ma première tâche: apprendre qui elle est, où elle est. Terrasen semble être un meilleur point de départ qu'Adarlan. »

Pas de ruse, pas de murmure que cette rencontre n'est rien d'autre que du hasard.

"Et puis," continua la jeune fille, l'éclat dans ses yeux augmentant, "J'ai besoin de trouver Aelin Galathynius, la Reine de Terrasen."

C'était un effort pour ne pas aller chercher son épée. "Pourquoi?"

Marion lui jeta un coup d'œil, comme si elle avait en quelque sorte oublié qu'il était là. "J'ai entendu une rumeur selon laquelle lever une armée pour arrêter celle de Morath. J'ai l'intention d'offrir mes services. »

"Pourquoi?" dit-il encore. Mis à part les esprits qui l'avaient gardée hors des griffes de l'ilken, il ne voyait aucune autre raison pour que la garce-reine ait besoin de la fille.

La bouche pleine de Marion se serra. «Parce que je viens de Terrasen et que je croyais ma reine morte. Et maintenant, elle est vivante et se bat, donc je vais me battre avec elle. Pour qu'aucune autre fille ne soit emmenée de chez elle et amenée à Morath et oubliée. »

Lorcan a débattu en lui disant ce qu'il savait: que ses deux quêtes étaient une seule et même chose. Mais cela allait lui poser des questions, et il n'était pas d'humeur ...

«Pourquoi voulez-vous aller à Morath? Tout le monde en fuit. »

«J'ai été envoyée par ma maîtresse pour arrêter la menace qu'elle représente.»

"Vous êtes un homme — un homme." Pas une insulte, mais Lorcan la regarda de toute façon.

"J'ai mes compétences, tout comme vous avez les vôtres."

Ses yeux se posèrent sur ses mains, maintenant en croûte de sang noir séché. Il se demanda, cependant, si elle imaginait la magie qui y avait éclaté.

Il attendit que Marion en redemande, mais elle enfila sa chaussette, puis sa botte, et la laca. "Nous ne devrions pas nous reposer longtemps." En effet.

Elle se redressa, grimaçant un peu, mais fronça les sourcils vers sa jambe. Lorcan a pris cela comme une réponse suffisante concernant l'efficacité du baume. Elle se pencha pour récupérer l'étain, son sombre rideau de cheveux balayant son visage. À un moment donné, il s'était libéré de sa tresse.

Elle se leva et lui jeta l'étain. Il l'a attrapé dans une main. "Une fois que nous atteignons l'Acanthe, quoi alors?"

Il empocha l'étain dans sa cape. «Il existe d'innombrables caravanes de marchands et carnavals saisonniers qui errent dans les plaines - j'en ai croisé beaucoup en descendant ici. Certains pourraient même essayer de traverser la rivière. Nous allons entrer avec l'un d'eux. Cache-toi. Une fois que nous aurons traversé et erré assez loin dans les prairies, vous en prendrez un vers le nord; Je vais me diriger vers le sud. "

Ses yeux se plissèrent légèrement. Mais Marion a dit: "Pourquoi voyager avec moi?"

"Il y a plus de détails concernant l'intérieur de Morath que je veux de vous. Je te garderai du danger et tu me les fourniras. »

Le soleil a commencé sa descente finale, baignant les bois d'or. Marion fronça légèrement les sourcils. «Tu le jures? Que tu me protégeras?

"Je ne t'ai pas abandonné aujourd'hui, n'est-ce pas?"

Elle le regarda avec une clarté et une franchise qui le fit s'arrêter. "Jure le."

Il roula des yeux. "Je promets." La fille n'avait aucune idée que pendant les cinq derniers siècles, les promesses étaient la seule monnaie dans laquelle il a vraiment échangé. "Je ne vous abandonnerai pas."

Elle hocha la tête, apparemment satisfaite de cela. "Alors je vais vous dire ce que je sais."

Il partit vers l'est, passant son sac par-dessus son épaule.

Mais Marion a dit: «Ils nous chasseront à chaque passage, à la recherche de wagons. S'ils pouvaient me trouver ici, ils me trouveraient sur n'importe quelle route principale. "

Et le trouver aussi, si les sorcières étaient toujours à la recherche de son sang.

Lorcan a dit: "Et vous avez une idée à ce sujet?"

Un léger sourire dansait autour de sa bouche de bouton de rose, malgré les horreurs auxquelles ils s'étaient échappés, sa misère dans les bois. "Je pourrais."

Afficher en entier
Extrait ajouté par pauline-3 2017-05-08T09:40:23+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler) Lâchant un sanglot qui ébranla le monde, le Prince Rowan Whitethorn, roi consort de la reine de Terrassen, commença la chasse pour retrouver sa femme.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie92 2016-12-26T18:17:02+01:00

"A gold coin says he misses" Fenrys rasped.

"Save your breath for healing" Aelin snapped.

"Make it two," Aedion said behind him. "I say he hits."

"You can all go to hell," Aelin snarled. But then added, "Make it five. Ten says he downs it with the first shot."

"Deal," Fenrys groaned, his voice thick with pain.

Rowan gritted his teeth. "Remind me why I bother with any of you."

Afficher en entier

She was not a rebel princess, shattering enemy castles and killing things. She was a force of nature. She was a calamity and a commander of immortal warriors of legend.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mali2020 2020-08-17T18:24:17+02:00

Partie 7

CHAPITRE 37

La reine d'Aedion était sur le récif, Rowan à côté d'elle, son père et Fenrys les flanquant. Rolfe et la plupart de ses hommes étaient arrivés de l'autre côté de l'étroite bouche de la baie - au sommet du récif.

Et à travers le canal entre eux…

Un navire de guerre.

Un dragon de mer.

Et trois wyvernes marines.

Wyverns de mer adultes. Les deux premiers… ils n'étaient pas adultes.

"Oh, merde," commença la sentinelle à côté d'Aedion sur la tour de guet. "Oh merde. Oh merde. Oh merde."

Les wyvernes des mers qui, selon Rolfe, iraient au bout du monde pour massacrer quiconque a tué leur progéniture. Seul le fait d'être au cœur du continent pourrait vous sauver, mais même alors, les voies navigables ne seraient jamais sûres.

Et Lysandra venait d'en tuer deux.

Il semblait qu'ils n'étaient pas venus seuls. Et sous les applaudissements des soldats Valg sur ce navire de guerre restant… ça avait été un piège. La progéniture avait été l'appât.

Ils n'avaient été que légèrement plus gros que Lysandra. Les adultes - les taureaux - étaient trois fois sa taille.

Plus longtemps que le navire de guerre qui s'y trouve actuellement, des archers tirent sur les hommes qui tentent de nager à terre dans le canal qui est devenu un piège mortel pour le dragon vert de la mer.

Le dragon de mer vert qui se tenait maintenant entre les trois créatures monstrueuses et sa reine, échoué sur ces rochers avec même pas une braise de magie dans ses veines. Sa reine, hurlant encore et encore à Lysandra pour nager, bouger, courir.

Mais Aedion avait vu Lysandra affronter les deux enfants.

À la seconde, elle était en retard. Et il l'avait vue changer de forme si souvent ces derniers mois pour savoir qu'elle ne pouvait pas bouger assez vite maintenant, peut-être n'avait-elle pas assez de force pour le faire du tout.

Elle était bloquée sous sa forme, aussi sûrement que ses compagnons étaient coincés sur le récif. Et si Lysandra essayait même grimper sur le rivage… Il savait que les taureaux l'atteindraient avant qu'elle ne puisse autant tirer son corps hors des bas-fonds.

Plus vite et plus vite, ces trois taureaux se sont rapprochés. Lysandra est restée à l'embouchure de la baie.

Tenir la ligne.

Le cœur d'Aedion s'est arrêté.

"Elle est morte", siffla l'une des sentinelles. «Oh, dieux, elle est morte…»

"Ferme ta bouche en rut", grogna Aedion, scrutant la baie, se glissant dans cet endroit froid et calculateur qui lui permit de prendre des décisions au combat, de peser les coûts et les risques.

Dorian, cependant, a eu l'idée avant lui.

De l'autre côté de la baie, la main levée et vacillant comme une étoile, Dorian fit signe à Lysandra encore et encore avec son pouvoir. Venez à moi, venez à moi, venez à moi, le roi semblait l'appeler.

Les trois taureaux ont coulé sous les vagues.

Lysandra se retourna, plongeant -

Mais pas vers Dorian.

Aelin a cessé de crier. Et la magie de Dorian s'est éteinte.

Aedion ne pouvait que regarder l'ombre du métamorphe monter vers les trois taureaux, les rencontrant de front.

Les trois wyvernes se sont étendues, alors la gorge énorme d'Aedion s'est asséchée.

Et pour la première fois, il détestait son cousin.

Il détestait Aelin d'avoir demandé cela à Lysandra, à la fois pour les défendre et pour s'assurer que les Mycéniens se battent pour Terrasen. Détestait les gens qui avaient laissé de telles cicatrices sur le levier de vitesses que Lysandra était si disposée à jeter sa vie. Détesté… se détestait d'être coincé dans cette tour inutile, avec une machine de guerre capable de tirer un coup à la fois.

Lysandra visa la wyverne au milieu, et quand seulement cent mètres les séparèrent, elle vira à gauche.

Ils ont rompu la formation, l'un plongeant bas, l'un restant à la surface et l'autre retombant. Ils allaient la garder en troupeau. Emmenez-la à un endroit où ils l'entoureraient sous tous les angles, puis déchirez-la en lambeaux. Ce serait désordonné et vicieux.

Mais Lysandra a traversé le canal. À tête-

Dirigé à droite pour le dernier navire de guerre restant.

Des flèches pleuvaient sur elle.

Le sang a fleuri alors que certains ont trouvé leur marque à travers ses écailles de jade.

Elle a continué à nager, son sang envoyant le taureau le plus proche d'elle, celui près de la surface, dans une frénésie, se poussant plus vite pour l'attraper, la mordre ...

Lysandra s'approcha du navire, prenant flèche après flèche, et sauta hors de l'eauElle a percuté des soldats et du bois et le mât, roulant, se tordant et se cognant, les mâts jumeaux claquant sous sa queue.

Elle frappa de l'autre côté, se jetant dans l'eau, du sang rouge brillant partout -

Juste au moment où la wyverne sur son cul sautait sur le navire dans un arc puissant qui a coupé le souffle d'Aedion. Mais avec les moignons dentelés des mâts qui s'avancent comme des lances…

Le taureau a atterri sur eux avec un craquement qu'Aedion a entendu à travers la baie.

Il se retourna, mais… c'était du bois qui lui traversait maintenant le dos.

Et sous son poids énorme… le navire a commencé à craquer et à couler.

Lysandra ne perdit pas de temps pour s'éclaircir, et Aedion put à peine reprendre son souffle alors qu'elle traversait à nouveau la baie, les deux taureaux se fermant si horriblement que leurs réveils fusionnèrent.

Une colombe, les profondeurs l'avalant de vue. Mais la seconde, toujours sur sa queue…

Lysandra a mené celui-là directement dans la portée de Dorian.

Elle s'approcha le plus près possible du rivage et de la tour imminente, amenant le deuxième taureau avec elle. Le roi tendit ses deux mains.

Le taureau fit rage dans le passé - pour s'arrêter alors que la glace traversait l'eau. De la glace solide, comme il n'y en avait jamais eu ici.

Les sentinelles à côté d'Aedion se turent. Le taureau rugit, essayant de se libérer - mais la glace du roi s'épaissit, emprisonnant la wyverne dans son étreinte gelée. Lorsque la bête cessa de bouger, le givre comme des écailles le couvrit du museau à la queue.

Dorian lâcha un cri de bataille.

Et Aedion devait admettre que le roi n'était pas si inutile après tout, car la catapulte derrière Dorian s'est libérée, et un rocher de la taille d'un wagon s'est jeté dans la baie.

Au sommet de la wyverne gelée.

Le rock a rencontré de la glace et de la chair. Et la wyverne s'est brisée en mille morceaux.

Rolfe et certains de ses hommes applaudissaient - les gens acclamaient des quais de la ville.

Mais il restait un taureau dans le port. Et Lysandra était ...

Elle n'avait aucune idée de l'endroit où se trouvait le taureau.

Le long corps vert battait dans l'eau, plongeant sous les vagues, presque frénétique.

Aedion scruta la baie, tournant comme il le faisait sur la chaise du mitrailleur, cherchant la moindre trace de cette ombre sombre colossale ...

"TA GAUCHE!" Gavriel rugit à travers la baie, la magie amplifiant sans doute sa voix.

Lysandra se tordit - et le taureau était là, accélérant hors des profondeurs, comme s'il était un requin embusqué.

Lysandra se jeta en mouvement. Un champ de débris flottants gisait autour d'elle, les navires qui coulaient de leur ennemi comme des îles de la mort, et il y avait la chaîne… Si elle pouvait peut-être monter dessus et grimper haut… Non, elleétait trop lourd, trop lent.

Elle passa de nouveau devant la tour de Dorian, mais le taureau ne s'approcherait pas. Il savait que le malheur l'attendait là-bas. Il resta juste hors de portée, jouant avec elle alors qu'elle se remettait dans le champ de débris entre les navires ennemis. Vers le large.

Aelin et les autres regardaient impuissants depuis l'affleurement du récif tandis que les deux monstres passaient, le taureau envoyant des morceaux de coques et de mâts cassés dans les airs - visant le levier de vitesses.

L'un a frappé Lysandra sur le côté et elle est descendue.

Aedion jaillit de son siège, un rugissement sur ses lèvres. Mais elle était là, le sang coulant d'elle alors qu'elle nageait et nageait, alors qu'elle menait ce taureau au cœur des débris, puis avait coupé - brusquement. Le taureau a suivi à travers le sang opacifiant l'eau, explosant à travers les débris qu'elle a habilement esquivé.

Elle l'avait mis dans une frénésie de sang.

Et Lysandra, maudite soit-elle, l'a conduit aux restes des navires ennemis, où les soldats de Valg essayaient de se sauver. Le taureau a explosé à travers le soldat et le bois comme s'il s'agissait de voiles de gossamer.

Sautant à travers l'eau, s'enroulant autour des débris et des coraux et des corps, la lumière du soleil scintillant sur les écailles vertes et le sang rubis, Lysandra a conduit le taureau dans une danse de la mort.

Chaque mouvement ralentissait alors que plus de son sang s'échappait dans l'eau.

Et puis elle a changé de cap. En route pour la baie. À la chaîne.

Et coupez vers le nord - vers lui.

Aedion a examiné le verrou massif devant lui.

Trois cents mètres d'eau libre la séparaient de la portée de sa flèche.

"NAGEZ", rugit Aedion, même si elle ne pouvait pas entendre. "NAGEZ, LYSANDRA!"

Le silence est tombé sur toute la baie de Skull alors que ce dragon de mer de jade a nagé pour sa vie.

Le taureau gagna sur elle, plongeant vers le bas.

Lysandra passa sous les maillons de la chaîne, et l'ombre du taureau se répandit sous elle.

Si petit. Elle était si petite par rapport à lui - une bouchée suffisait.

Aedion se referma violemment sur la chaise du tireur, saisissant les leviers et faisant pivoter la machine pendant qu'elle nageait et nageait pour lui.

Un tir. C'était tout ce qu'il avait. Un coup maudit.

Lysandra se précipita en avant et Aedion savait qu'elle était au courant de la mort qui se profilait. Elle savait qu'elle poussait le cœur de ce dragon de mer à s'arrêter presque. Savait que le taureau avait atteint le fond et se lançait maintenant, haut, haut vers son ventre vulnérable.

Encore quelques mètres, seulement quelques battements de cœur de plus.

La sueur glissa sur le front d'Aedion, son cœur battant si violemment qu'il ne pouvait entendre que son tonnerre. Il déplaça légèrement la lance, ajustant son objectif.

Le taureau se déchaîna de la gueule profonde et ouverte, prêt à la déchirer en deux d'un coup.

Lysandra est passée à portée et a sauté - a jailli de l'eau, de toutes les écailles et du sang étincelants. Le taureau sursauta avec elle, de l'eau coulant de ses mâchoires ouvertes alors qu'elles s'arquaient.

Aedion a tiré, claquant ses paumes dans le levier.

Le long corps de Lysandra s'arqua de ces mâchoires tandis que le taureau sortait de l'eau, découvrant sa gorge blanche -

Alors que la lance massive d'Aedion la traversait.

Du sang jaillit des mâchoires ouvertes, et les yeux de la créature s'écarquillèrent en se reculant.

Lysandra a claqué dans l'eau, envoyant un panache si haut qu'il a bloqué la vue des deux alors qu'ils s'écrasaient dans la mer.

Quand il s'est calmé, il n'y avait que leur ombre - et un réservoir croissant de sang noir.

"Vous ... vous ...", balbutia la sentinelle.

"En charger un autre", ordonna-t-il, se levant de son siège pour scanner l'eau bouillonnante.

Où était-elle, où était-elle ...

Aelin était perché sur les épaules de Rowan, scrutant la baie.

Et puis une tête verte tirée de l'eau, du sang noir arrosant comme de la brindille alors qu'elle projetait la tête coupée du taureau à travers les vagues.

Des applaudissements - des applaudissements débordants et sauvages - explosèrent de tous les coins de la baie.

Mais Aedion était déjà debout et courait, sautant à moitié dans les escaliers qui le mèneraient vers la plage pour laquelle Lysandra nageait maintenant, son propre sang remplaçant l'ichor noir qui tachait l'eau.

Si lent, chacun de ses mouvements était si douloureusement lent. Il la perdit de vue en descendant sous la limite des arbres, sa poitrine se soulevant.

Des racines et des pierres lui ont été arrachées, mais ses pieds rapides de Fae ont survolé le terreau jusqu'à ce qu'il se transforme en sable, jusqu'à ce que la lumière traverse les arbres et qu'elle soit là, étendue sur la plage, saignant partout.

Au-delà d'eux, dans la baie, Ship-Breaker est tombé bas, et la flotte de Rolfe est partie à la recherche des soldats survivants - et a sauvé l'un des leurs encore là-bas.

Il remarqua vaguement Aelin et les autres plongeant dans la mer, nageant dur pour la terre.

Aedion tomba à genoux, grimaçant alors que du sable lui tombait dessus. Sa tête écaillée était presque aussi grande que lui, mais ses yeux… ces yeux verts, de la même couleur que ses écailles…

Plein de douleur. Et l'épuisement.

Il leva une main vers elle, mais elle montra ses dents - un grognement bas glissant hors d'elle.

Il leva les mains en reculant.

Ce n'était pas la femme qui le regardait, mais la bête qu'elle était devenue. Comme si elle s'était donnée si pleinement à ses instincts, que c'était la seule façon de survivre.

Il y avait des entailles et des tranches partout. Tout ruisselant de sang, trempant le sable blanc.

Rowan et Aelin - l'un d'eux pourrait aider. S'ils pouvaient invoquer n'importe quel pouvoir après ce que la reine avait fait. Lysandra ferma les yeux, sa respiration superficielle.

"Ouvre tes yeux damnés," gronda Aedion.

Elle grogna en arrière mais ouvrit un œil.

«Vous êtes arrivé jusqu'ici. Ne meurs pas sur la plage en rut. "

L'œil se rétrécit - avec un soupçon d'humeur féminine. Il devait récupérer la femme. Laissez-la prendre le contrôle. Ou bien la bête ne les autoriserait jamais assez près pour aider.

"Vous pouvez me remercier quand votre cul désolé est guéri."

Encore une fois, cet œil le regarda avec méfiance, son tempérament vacillant. Mais un animal est resté.

Aedion, d'une voix traînante, alors même que son soulagement commençait à émietter son masque de calme arrogant, "Les sentinelles inutiles de la tour de guet sont maintenant à moitié amoureuses de vous", mentit-il. "L'un a dit qu'il voulait vous épouser."

Un grognement bas. Il céda un pied mais garda un contact visuel avec elle en souriant. «Mais tu sais ce que je leur ai dit? J'ai dit qu'ils n'avaient aucune chance en enfer. " Aedion baissa la voix, la tenant d'un regard épuisé et douloureux. "Parce que je vais t'épouser", lui promit-il. "Un jour. Je vais t'épouser. Je serai généreux et je vous laisse choisir quand, même si c'est dans dix ans. Ou vingt. Mais un jour, tu vas être ma femme. »

Ces yeux se plissèrent - dans ce qu'il ne pouvait appeler que l'indignation et l'exaspération des femmes.

Il haussa les épaules. "La princesse Lysandra Ashryver sonne bien, n'est-ce pas?"

Et puis le dragon souffla. Avec amusement. Épuisement, mais… amusement.

Elle ouvrit les mâchoires, comme si elle essayait de parler, mais réalisa qu'elle ne pouvait pas dans ce corps. Du sang coulait à travers ses énormes dents et elle frissonna de douleur.

Le pinceau a cassé et s'est écrasé, et il y avait Aelin et Rowan, et son père et Fenrys. Tous trempés, couverts de sable et gris comme la mort.

Sa reine tituba vers Lysandra avec un sanglot, se jetant sur le sable avant qu'Aedion puisse aboyer un avertissement.

Mais Lysandra ne fit que grimacer quand la reine lui imposa la main, répétant: "Je suis tellement désolée, je suis tellement désolée."

Fenrys et Gavriel, qui avait peut-être sauvé sa vie avec ce cri amplifié sur l'emplacement du taureau, s'attardèrent près de la limite des arbres alors que Rowan s'approchait, examinant les blessures.

Fenrys a repéré le regard d'Aedion, repéré la colère d'avertissement sur son visage si l'un d'eux s'approchait du levier de vitesses, et dit: «C'était un sacré coup, boyo.» Son père acquiesça en silence.

Aedion les ignora tous les deux. Quel que soit le puits de magie que son cousin et Rowan avaient épuisé, il se remplissait déjàLes blessures du levier de vitesses se refermèrent une à une. Lentement - douloureusement lentement, mais ... le saignement s'est arrêté.

"Elle a perdu beaucoup de sang", a observé Rowan à aucun d'entre eux en particulier. "Trop."

"Je n'ai jamais rien vu de tel dans ma vie", murmura Fenrys. Aucun d'eux n'en avait.

Aelin tremblait, une main sur son amie - le visage si blanc et dessiné que les mots durs qu'il lui avait réservés étaient inutiles. Sa reine connaissait le prix. Il lui avait fallu si longtemps pour faire confiance à l'un d'eux pour faire quoi que ce soit. Si Aedion la rugissait maintenant, même s'il aspirait toujours à… Aelin pourrait ne plus jamais déléguer. Parce que si Lysandra n’avait pas été dans l’eau quand les choses avaient mal tourné, tant pis…

"Qu'est-il arrivé?" souffla-t-il, attirant l'attention d'Aelin. "Qu'est-ce qui s'est passé là-bas?"

"J'ai perdu le contrôle", a déclaré Aelin d'une voix rauque. Comme si elle ne pouvait pas s'en empêcher, sa main dériva vers sa poitrine. Où, à travers le blanc de sa chemise, il pouvait distinguer l'amulette d'Orynth.

Il le savait alors. Savait précisément ce que portait Aelin. Ce qui aurait accroché l'intérêt de Rolfe sur sa carte - assez similaire à l'essence de Valg pour le faire courir.

Elle savait pourquoi cela avait été si important, si vital, elle risquait tout pour l'obtenir auprès d'Arobynn Hamel. Savait qu'elle avait utilisé un Wyrdkey aujourd'hui, et cela les avait presque tous tués ...

Il tremblait maintenant, cette rage prenant le dessus. Mais Rowan lui grogna, bas et vicieux, "Gardez-le pour plus tard." Parce que Fenrys et Gavriel s'étaient tendus - regardant.

Aedion lui grogna immédiatement. Rowan lui lança un regard froid et régulier qui dit que s'il commençait à faire allusion à ce que leur reine portait, il lui arracherait la langue. Au sens propre.

Aedion repoussa la colère. "Nous ne pouvons pas la porter, et elle est trop faible pour bouger."

"Ensuite, nous attendons ici jusqu'à ce qu'elle puisse", a déclaré Aelin. Mais ses yeux dérivèrent vers la baie, où Rolfe était maintenant aidée sur ces navires de sauvetage. Et à la ville au-delà, toujours en liesse.

Une victoire, mais presque une défaite. Les restes des Mycéniens, sauvés par l'un de leurs dragons de mer perdus depuis longtemps. Aelin et Lysandra avaient tissé d'anciennes prophéties en faits tangibles.

"Je vais rester", a déclaré Aedion. "Vous traitez avec Rolfe."

Son père a offert de derrière lui: "Je peux obtenir des fournitures de la tour de guet."

"Très bien," dit-il.

Aelin grogna, se levant, mais le fixa avant de prendre la main tendue de Rowan. Elle a dit doucement: "Je suis désolée."

Aedion savait qu'elle le pensait. Il n'a pas pris la peine de répondre.

Lysandra grogna, les réverbérations parcourant ses genoux et directement dans son intestin, et Aedion se retourna vers le levier de vitesses.

Aelin est parti sans plus d'adieu Le Lion s'attarda dans la brosse, restant hors de vue et de son pendant que le Loup regardait le dragon encore étendu sur la plage.

Pendant des heures, le loup est resté là. Tandis que la marée sortante dégageait le port de sang. Alors que les navires du Seigneur des pirates ont envoyé tous les corps ennemis restants dans le bleu écrasant. Tandis que la jeune reine revenait en ville au cœur de la baie pour gérer les retombées.

Une fois que le soleil avait commencé à se coucher, le dragon remua et lentement, sa forme scintillait et rétrécissait, les écailles étaient lissées dans la peau, un museau fondait en un visage humain impeccable et des membres trapus s'allongeaient en jambes dorées. Le sable a croûté son corps nu et elle a essayé et n'a pas réussi à se lever. Le loup bougea alors, enroulant sa cape autour d'elle et la balayant dans ses bras.

Le levier de vitesses ne s'y est pas opposé et ses yeux se sont à nouveau fermés au moment où le Loup a commencé à marcher sur la plage jusqu'aux arbres, la tête appuyée contre sa poitrine.

Le Lion resta hors de vue et retint l'offre d'aide. Tenu dans les mots qu'il avait besoin de dire au Loup, qui avait abattu une wyverne des mers avec une flèche. Vingt-quatre ans et déjà un mythe chuchoté sur les feux de camp.

Les événements d’aujourd’hui seraient sans aucun doute racontés autour d’incendies sur des terres que même le Lion n’avait pas parcourues au cours de tous ses siècles.

Le Lion regarda le loup disparaître dans les arbres, se dirigeant vers la ville au bout de la route sablonneuse, le levier inconscient dans ses bras.

Et le Lion se demanda si lui-même serait jamais mentionné dans ces histoires chuchotées - si son fils permettrait au monde de savoir qui l'avait engendré. Ou même des soins

CHAPITRE 38

La rencontre avec Rolfe une fois le port à nouveau sûr a été rapide. Franc.

Et Aelin savait que si elle ne sortait pas de cette ville pendant une heure ou deux, elle pourrait très bien exploser à nouveau.

Chaque clé a une serrure, avait dit Deanna, un petit rappel de l'ordre de Brannon. En utilisant sa voix. Et lui avait donné ce titre… ce titre qui avait frappé une corde d'horreur et de compréhension en elle, si profondément qu'elle était encore en train de comprendre ce que cela signifiait. La reine qui a été promise.

Aelin a pris d'assaut une broche de plage de l'autre côté de l'île, ayant couru ici, ayant besoin de faire rugir son sang, en ayant besoin pour faire taire les pensées dans sa tête. Derrière elle, les pas de Rowan étaient silencieux comme la mort.

Seuls deux d'entre eux avaient participé à cette rencontre avec Rolfe. Ensanglanté, trempé, le Seigneur des pirates les avait rencontrés dans la pièce principale de son auberge, le nom de celui-ci maintenant un rappel permanent du navire qu'elle avait fait naufrage. Il a demandé: "Qu'est-ce qui s'est passé?"

Et elle avait été si fatiguée, tellement énervée et pleine de dégoût et de désespoir, qu'il avait été presque impossible de rassembler la fanfaronnade. "Quand vous êtes béni par Mala, vous constatez que parfois votre contrôle peut glisser."

"Caleçon? Je ne sais pas de quoi vous, les imbéciles, parliez là-bas, mais d'où je me tenais, on aurait dit que vous aviez perdu la tête et que vous alliez tirer sur ma ville. "

Rowan, appuyé contre le bord d'une table voisine, a expliqué: «La magie est une chose vivante. Lorsque vous êtes profondément enfoncé, vous souvenir de vous-même, de votre objectif, est un effort. Que ma reine l'ait fait avant qu'il ne soit trop tard est un exploit en soi. »

Rolfe n'était pas impressionné. "Il me semble que tu étais une petite fille jouant avec un pouvoir trop grand pour que tu puisses le gérer, et seul ton prince sautant sur ton chemin t'a décidé à ne pas massacrer mes innocents."

Aelin ferma les yeux pour un battement de cœur, l'image de Rowan bondissant devant ce poing de feu de lune clignotant devant elle. Quand elle ouvrit les yeux, elle laissa la certitude crépitante s'estomper en quelque chose de figé et dur. "Elle me semble", a-t-elle dit, "que le seigneur pirate de Skull’s Bay et héritier mycénien perdu depuis longtemps vient de s'allier avec une jeune reine si puissante qu'elle peut décimer les villes si elle le souhaite. Il me semble que tu t'es fait toi-même intouchable avec cette alliance, et tout imbécile qui cherche à vous nuire, à vous usurper, devra me faire face. Je vous suggère donc de récupérer ce que vous pouvez de votre précieux vaisseau, de pleurer la douzaine d'hommes que je prends l'entière responsabilité de perdre et dont je compenserai les familles en conséquence, et de fermer votre bouche en rut.

Elle se tourna vers la porte, l'épuisement et la rage mordillant ses os.

Rolfe lui a dit dans le dos: "Voulez-vous savoir quel a été le coût de cette carte?"

Elle s'arrêta, Rowan les regardant, le visage illisible.

Elle sourit par-dessus son épaule. "Votre âme?"

Rolfe laissa échapper un rire rauque. «Oui, en quelque sorte. Quand j'avais seize ans, j'étais à peine plus qu'un esclave sur l'un de ces navires purulents, mon héritage mycénien juste un aller simple pour un passage à tabac. » Il posa une main tatouée sur le lettrage du batteur. «Chaque pièce que j'ai gagnée est revenue ici - à ma mère et à ma sœur. Et un jour, le navire sur lequel j'étais était pris dans une tempête. Le capitaine était un bâtard hautain, a refusé de trouver un port sûr, et le navire a été détruit. La plupart de l'équipage s'est noyé. J'ai dérivé pendant une journée, je me suis échoué sur une île au bord de l'archipel et je me suis réveillé pour trouver un homme qui me regardait. J'ai demandé si j'étais mort, et il a ri et m'a demandé ce que je voulais pour moi. J'étais tellement délirée que je lui ai dit que je voulais être capitaine - je voulais être le pirate Lord of Skull’s Bay et faire les imbéciles arrogants comme le capitaine qui avait tué mes amis s'incliner devant moi. Je pensais rêver quand il a expliqué que s'il m'accordait les compétences pour le faire, il y aurait un prix. Ce que j'appréciais le plus au monde, il l'aurait fait. J'ai dit que je le paierais, quoi que ce soit. Je n'avais aucun bien, aucune richesse, aucun peuple de toute façon. Quelques cuivres ne seraient rien. Il sourit avant de disparaître dans la brume marine. Je me suis réveillé avec l'encre sur mes mains. "

Aelin attendit.

Rolfe haussa les épaules. «Je suis revenu ici, trouvant des navires amis en utilisant la carte que l'étranger avait encrée là-bas. Un cadeau d'un dieu - du moins c'est ce que je pensais. Mais ce n'est que lorsque j'ai vu les draps noirs sur les fenêtres de mon chalet que j'ai commencé à m'inquiéter. Et ce n'est que lorsque j'ai appris que ma mère et ma sœur avaient utilisé leur peu d'argent pour louer un skiff pour aller me chercher - et que le skiff était revenu au port mais elles ne l'avaient pas fait - que j'ai réalisé le prix que j'avais remis plus de. C’est ce que la mer prétendait. Ce qu'il a réclamé. Et cela m'a rendu assez sans âme que je me suis délié sur cette ville, cet archipel. » Les yeux verts de Rolfe étaient aussi impitoyables que le Dieu de la mer qui l'avait doué et damné. «C'était le prix de mon pouvoir. Quelle sera la tienne, Aelin Galathynius?

Elle ne lui a pas répondu avant de sortir. Bien que la voix de Deanna ait résonné dans son esprit.

La reine qui a été promise.

Maintenant, debout sur cette plage vide et surveillant l'étendue scintillante de la mer alors que le dernier soleil disparaissait, Rowan a dit à côté d'elle: "Avez-vous volontairement utilisé la clé?"

Aucune trace de jugement, de condamnation. Juste de la curiosité et de l'inquiétude.

Aelin grinça: «Non. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Une minute, c'était nous… puis elle est venue. » Elle se frotta la poitrine, évitant le contact de la chaîne dorée contre elle. Sa gorge se serra alors qu'elle profitait de cet endroit par lui-même poitrine, juste entre ses pectoraux. Où son poing avait été visé.

"Comment peux-tu?" souffla-t-elle, un tremblement la traversant. "Comment as-tu pu te mettre devant moi comme ça?"

Rowan fit un pas de plus mais pas plus loin. Le fracas des vagues et les cris des goélands rentrant chez eux pour la nuit remplissaient l'espace entre eux. "Si vous aviez détruit cette ville, cela vous aurait détruit, ainsi que toute sorte d'espoir dans une alliance."

Des tremblements ont commencé dans ses mains, s'étendant à ses bras, sa poitrine, ses genoux. La flamme et la cendre s'enroulaient sur sa langue. «Si je t'avais tué», siffla-t-elle, mais étouffée par les mots, incapable de terminer la pensée, l'idée de celle-ci. Sa gorge lui brûlait et elle ferma les yeux, des flammes chaudes ondulant autour d'elle. «Je pensais avoir trouvé le fond de mon pouvoir», a-t-elle admis, la magie débordant déjà, si tôt, trop tôt après qu'elle se soit vidée. «Je pensais que ce que j'avais trouvé à Wendlyn était le fond. Je ne savais pas que tout cela n'était qu'une… antichambre. »

Aelin leva les mains, ouvrant les yeux pour trouver ses doigts couronnés de flammes. Les ténèbres se sont répandues dans le monde. À travers le voile d'or, de bleu et de rouge, elle regarda son prince. Elle a soulevé ses mains brûlantes impuissantes entre eux. «Elle m'a volé - elle m'a pris. Et je pouvais la sentir - sentir sa conscience. C'était comme si elle était une araignée, attendant dans une toile pendant des décennies, sachant que je serais un jour assez fort et stupide pour utiliser ma magie et la clé ensemble. J'aurais aussi bien pu sonner la cloche du dîner. Son feu brûlait plus chaud, plus lumineux, et elle le laissa monter, monter et scintiller.

Un sourire ironique et amer. "Il semble qu'elle veuille que nous fassions de la recherche de ce verrou une priorité, si vous aviez reçu le message deux fois."

En effet. "N'est-ce pas suffisant de lutter contre Erawan et Maeve, pour faire les enchères de Brannon et Elena? Maintenant, je dois aussi affronter les dieux qui respirent dans mon cou? »

"C'était peut-être un avertissement - peut-être que Deanna voulait vous montrer comment un dieu pas si amical pourrait vous utiliser si vous ne faites pas attention."

«Elle a apprécié chaque seconde de rut. Elle voulait voir ce que mon pouvoir pourrait faire, ce qu'elle pourrait faire avec mon corps, avec la clé. » Ses flammes brûlaient encore plus, déchiquetant ses vêtements jusqu'à ce qu'ils soient en cendres, jusqu'à ce qu'elle soit nue et vêtue uniquement de son propre feu. «Et ce qu'elle m'a appelé - la reine qui a été promise. Promis quand? À qui? Pour faire quoi? Je n'ai jamais entendu cette phrase de ma vie, pas même avant la chute de Terrasen. "

"Nous allons le découvrir." Et c'était tout.

"Comment pouvez-vous être si… d'accord avec ça?" Des braises pulvérisées d'elle comme un essaim de lucioles.

La bouche de Rowan se serra. «Crois-moi, Aelin, je suis tout sauf d'accord avec l'idée que tu es un jeu équitable avec ces salauds immortels. Je suis tout sauf d'accord avec l'idée que l'on pourrait me prendre comme ça. Si je le pouvais, je pourrais traquer Deanna et la rembourser. »

"Elle est la déesse de la chasse. Vous pourriez être désavantagé. » Ses flammes se sont un peu apaisées. Un demi-sourire. «C'est une immortelle hautaine. Elle est obligée de glisser. Et en plus… »Un haussement d'épaules. "J'ai sa sœur à mes côtés." Il inclina la tête, étudiant son feu, son visage. "C'est peut-être pourquoi Mala m'est apparue ce matin-là, pourquoi elle m'a donné sa bénédiction."

"Parce que tu es la seule arrogante et assez folle pour chasser une déesse?"

Rowan enleva ses bottes et les jeta sur le sable sec derrière lui. "Parce que je suis la seule arrogante et assez folle à demander à Mala Fire-Bringer de me laisser rester avec la femme que j'aime."

Ses flammes se sont transformées en or pur à ces mots - à ce mot. Mais elle a dit: "Peut-être que tu es juste la seule arrogante et assez folle pour m'aimer."

Ce masque illisible s'est fissuré. «Cette nouvelle profondeur à votre pouvoir, Aelin, ne change rien. Ce que Deanna a fait ne change rien. Tu es encore jeune; votre pouvoir continue de croître. Et si ce nouveau puits de puissance nous donne même le moindre avantage contre Erawan, alors merci pour l'obscurité en rut. Mais vous et moi apprendrons à gérer votre pouvoir ensemble. Vous n'êtes pas confronté à cela seul; vous ne décidez pas que vous n'êtes pas aimable parce que vous avez des pouvoirs qui peuvent sauver et détruire. Si vous commencez à ressentir ce pouvoir… »Il secoua la tête. «Je ne pense pas que nous gagnerons cette guerre si vous commencez dans cette voie.»

Aelin entra dans les vagues qui claquaient et tomba à genoux dans les vagues, la vapeur s'élevant autour d'elle en grands panaches. «Parfois,» admit-elle au-dessus de l'eau sifflante, «j'aimerais que quelqu'un d'autre puisse mener cette guerre.»

Rowan entra dans le surf bouillonnant, sa magie protégeant contre sa chaleur. "Ah," dit-il en s'agenouillant à côté d'elle alors qu'elle regardait toujours la mer sombre, "mais qui d'autre pourrait se mettre sous la peau d'Erawan? Ne sous-estimez jamais la puissance de cette insupportable fanfaronnade. »

Elle gloussa, commençant à sentir le baiser frais de l'eau sur son corps nu. "Pour autant que ma mémoire soit bonne, Prince, c'est cet insupportable fanfaron qui a gagné votre cœur grincheux et immortel."

Rowan se pencha dans le mince voile de flamme qui fondait maintenant dans l'air doux de la nuit et mordilla sa lèvre inférieure. Une morsure forte et méchante. "Voici mon Fireheart."

Aelin le laissa la faire pivoter dans les vagues et le sable pour lui faire face complètement, le laissa glisser sa bouche le long de sa mâchoire, la courbe de sa pommette, la pointe de son oreille Fae. me tentent depuis des mois. " Sa langue traça la pointe délicate et son dos se cambra. Les mains fortes de ses hanches se resserrèrent. «Parfois, tu dormais à côté de moi à Mistward, et il me fallait toute ma concentration pour ne pas me pencher et les mordre. Vous mordre partout. "

"Hmmm," dit-elle, inclinant la tête en arrière pour lui permettre d'accéder à son cou.

Rowan a obligé sa demande silencieuse, pressant des baisers et des mors doux et grognants contre sa gorge. "Je n'ai jamais emmené une femme sur une plage", ronronna-t-il contre sa peau, suçant doucement l'espace entre son cou et son épaule. "Et regardez ça - nous sommes loin de toute sorte de ... garantie." Une main a dérivé de sa hanche pour caresser les cicatrices sur son dos, l'autre glissant pour prendre son derrière, l'attirant complètement contre lui Aelin étendit ses mains sur sa poitrine, tirant sa chemise blanche sur sa tête. Des vagues chaudes se sont écrasées contre eux, mais Rowan l'a maintenue fermement - inamovible, inébranlable.

Aelin se souvenait suffisamment d'elle pour dire: «Quelqu'un pourrait venir nous chercher.»

Rowan souffla un rire contre son cou. "Quelque chose me dit", dit-il, son souffle passant le long de sa peau, "cela ne vous dérangerait pas si nous étions découverts. Si quelqu'un voyait à quel point je compte vous adorer. "

Elle sentit les mots qui pendaient là, elle se sentit pendante là, au bord de la falaise. Elle déglutit. Mais Rowan l'avait rattrapée à chaque fois qu'elle était tombée - d'abord, lorsqu'elle avait plongé dans cet abîme de désespoir et de chagrin; deuxièmement, quand ce château s'était brisé et qu'elle avait plongé sur terre. Et maintenant cette fois, cette troisième fois… Elle n'avait pas peur.

Aelin rencontra le regard de Rowan et dit clairement et sans ambages et sans aucun doute: «Je t'aime. Je suis amoureux de toi, Rowan. Je suis depuis un moment. Et je sais qu'il y a des limites à ce que vous pouvez me donner, et je sais que vous pourriez avoir besoin de temps ... »

Ses lèvres se sont écrasées dans les siennes et il a dit sur sa bouche, laissant tomber des mots plus précieux que des rubis, des émeraudes et des saphirs dans son cœur, son âme: «Je t'aime. Il n'y a pas de limite à ce que je peux vous donner, pas le temps dont j'ai besoin. Même lorsque ce monde est un murmure oublié de poussière entre les étoiles, je t'aimerai. »

Aelin ne savait pas quand elle a commencé à pleurer, quand son corps a commencé à trembler sous sa force. Elle n'avait jamais dit de tels mots - à personne. Ne jamais se laisser vulnérable, je n'ai jamais ressenti cette chose brûlante et sans fin, si dévorante qu'elle pourrait en mourir par la force.

Rowan recula, essuyant ses larmes avec ses pouces, l'une après l'autre. Il a dit doucement, à peine audible au-dessus des vagues déferlantes autour d'eux, "Coeur de feu."

Elle renifla ses larmes. "Buse."

Il éclata de rire et elle le laissa la coucher sur le sable avec une douceur proche de la révérence. Sa poitrine sculptée se souleva légèrement alors qu'il passait un œil sur son corps nu. "Vous ... êtes si belle."

Elle savait qu'il ne parlait pas seulement de la peau, des courbes et des os.

Mais Aelin souriait toujours, fredonnant. "Je sais," dit-elle, levant les bras au-dessus de sa tête, plaçant l'amulette d'Orynth sur une partie haute et sûre de la plage. Ses doigts s'enfoncèrent dans le sable doux alors qu'elle arquait son dos dans un étirement lent.

Rowan a suivi chaque mouvement, chaque scintillement musculaire et cutané. Lorsque son regard s'attarda sur ses seins, luisant d'eau de mer, son expression devint vorace.

Puis son regard glissa plus bas. Inférieur. Et quand il s'attarda sur le sommet de ses cuisses et ses yeux vitreux, Aelin lui dit: «Vas-tu rester là, bouche bée toute la nuit?»

La bouche de Rowan se sépara légèrement, sa respiration superficielle, son corps lui montrant déjà précisément où cela allait se terminer

Un vent fantôme siffla à travers les paumes, chuchota sur le sable. Sa magie picotait lorsqu'elle sentit, plus qu'elle ne vit, le bouclier de Rowan se mettre en place autour d'eux. Elle a envoyé son propre pouvoir traçant dessus, frappant et tapant sur le bouclier dans des étincelles de flamme.

Les canines de Rowan brillaient. «Rien ne dépasse ce bouclier. Et rien ne me fera de mal non plus. »

Quelque chose de serré dans sa poitrine se détendit. «Est-ce si différent? Avec quelqu'un comme moi. "

"Je ne sais pas", a admis Rowan. Encore une fois, ses yeux glissèrent le long de son corps, comme s'il pouvait voir à travers la peau de son cœur brûlant en dessous. "Je n'ai jamais été avec ... un égal. Je ne me suis jamais permis d'être aussi déchaîné. "

Pour chaque peu de pouvoir qu'elle lui lançait, il la rejetterait. Elle se cala sur ses coudes, levant la bouche vers la nouvelle cicatrice sur son épaule, la blessure petite et dentelée - aussi large qu'une pointe de flèche. Elle l'a embrassé une fois, deux fois.

Le corps de Rowan était si tendu au-dessus du sien qu'elle pensait que ses muscles se briseraient. Mais ses mains étaient douces alors qu'elles dérivaient vers son dos, caressant ses cicatrices et les tatouages ​​qu'il avait encrés dessus.

Les vagues la chatouillaient et la caressaient, et il se mit à s'installer sur elle, mais elle porta une main à sa poitrine - l'arrêtant mort. Elle sourit contre sa bouche. "Si nous sommes égaux, alors je ne comprends pas pourquoi tu es encore à moitié vêtue."

Elle ne lui a pas donné la chance de s'expliquer alors qu'elle traçait sa langue sur la couture de ses lèvres, alors que ses doigts déverrouillaient la boucle de sa ceinture d'épée usée. Elle n'était pas sûre qu'il respirait.

Et juste pour voir ce qu'il allait faire, elle le serra dans son pantalon.

Rowan aboya une malédiction.

Elle rit doucement, embrassa à nouveau sa nouvelle cicatrice et fit glisser un doigt paresseusement, indolemment, tenant son regard pour chaque pouce qu'elle touchait.

Et quand Aelin a posé sa paume à plat sur lui, elle a dit: "Tu es à moi."

La respiration de Rowan recommença, irrégulière et sauvage alors que les vagues se brisaient autour d'eux. Elle ouvrit le bouton supérieur de son pantalon. "Je suis à toi", at-il lancé.

Un autre bouton est apparu gratuitement. "Et tu m'aimes," dit-elle. Pas une question.

«Quelle que soit la fin,» souffla-t-il.

Elle ouvrit le troisième et dernier bouton, et il la lâcha pour jeter son pantalon dans le sable à proximité, emportant son short avec eux. Sa bouche s'assécha alors qu'elle le regardait.

Rowan avait été élevé et affiné pour la bataille, et chaque centimètre de lui était un guerrier de sang pur.

Il était la plus belle chose qu'elle n'ait jamais vue. Le sien - il était à elle, et -

"Tu es à moi," souffla Rowan, et elle sentit la revendication dans ses os, son âme.

«Je suis à toi», répondit-elle.

"Et tu m'aimes." Une telle espérance et une joie tranquille dans ses yeux, sous toute cette férocité.

"À n'importe quelle fin." Pendant trop longtemps - depuis trop longtemps, il avait été seul et errant. Plus maintenant Rowan l'embrassa à nouveau. Lent. Doux. Une main glissa le long de son torse tandis qu'il se baissait sur elle, ses hanches se blottissant contre les siennes. Elle haleta un peu au toucher, haleta un peu plus alors que sa jointure effleura le dessous lourd et douloureux de sa poitrine. Alors qu'il se penchait pour embrasser l'autre.

Ses dents effleurèrent son mamelon et ses yeux se fermèrent, un gémissement glissant hors d'elle.

Oh, dieux. Oh, dieux brûlants et en rut. Rowan savait ce qu'il faisait; il l'a vraiment fait.

Sa langue effleura son mamelon, et sa tête bascula en arrière, ses doigts s'enfonçant dans ses épaules, le poussant à en prendre plus, à prendre plus fort.

Rowan grogna son approbation, son sein toujours dans sa bouche, sur sa langue, sa main faisant des coups paresseux de ses côtes le long de sa taille, le long de ses cuisses, puis remonta. Elle se cambra dans une demande silencieuse

Une touche fantôme, comme la forme donnée par le vent du nord, effleura sa poitrine nue.

Aelin a pris feu.

Rowan rit sombrement des rouges et des or et des bleus qui éclatèrent autour d'eux, illuminant les paumes qui surplombaient le bord de la plage, les vagues se brisant derrière lui. Elle aurait peut-être paniqué, aurait pu être mortifiée, s'il n'avait pas levé la bouche vers la sienne, si ces mains fantômes du vent embrassé de glace n'avaient pas continué à travailler ses seins, si sa propre main n'avait pas continué à caresser, de plus en plus près de l'endroit où elle avait besoin de lui . "Tu es magnifique," murmura-t-il sur ses lèvres, sa langue glissant dans sa bouche.

La dureté de lui le poussa contre elle, et elle attacha ses hanches, ayant besoin de se broyer contre lui, de faire quoi que ce soit pour soulager le mal de construction entre ses jambes. Rowan grogna, et elle se demanda s'il y avait un autre homme au monde qui serait si nu et enclin à une femme en feu, qui ne regarderait pas ces flammes avec une once de peur.

Elle glissa sa main entre eux, et quand elle referma ses doigts autour de lui, s'émerveillant de l'acier enveloppé de velours, Rowan grogna de nouveau, poussant dans sa main. Elle tira sa bouche de la sienne, fixant ces yeux verts de pin en glissant sa main le long de lui. Il baissa la tête - non pas pour l'embrasser, mais pour regarder où elle le caressait.

Un vent rugissant plein de glace et de neige soufflait autour d'eux. Et ce fut son tour de souffler un rire. Mais Rowan agrippa son poignet, éloignant sa main. Elle ouvrit la bouche en signe de protestation, voulant toucher plus, goûter plus. "Laisse-moi," grogna Rowan sur la peau glissante entre ses seins. "Laisse-moi te toucher." Sa voix tremblait suffisamment pour qu'Aelin leva son menton avec son pouce et son index.

Un scintillement de peur et de soulagement brillait sous la convoitise vitrée. Comme si le faire, la toucher, était autant pour lui rappeler qu'elle l'avait fait aujourd'hui, qu'elle était en sécurité, que pour lui faire plaisir. Elle se pencha, frottant sa bouche contre la sienne. "Faites de votre pire, Prince."

Le sourire de Rowan n'était rien de moins que méchant alors qu'il s'éloignait pour passer une large main de sa gorge jusqu'à la jonction de ses cuisses. Elle frissonna à la simple possession au toucher, son souffle venant dans un pantalon serré alors qu'il agrippait l'une des cuisses et écarta les jambes, la mettant à nu pour lui Rowan l'embrassa à nouveau. Lent. Doux. Une main glissa le long de son torse tandis qu'il se baissait sur elle Une autre vague s'écrasa, se séparant autour d'eux, l'eau fraîche comme mille baisers le long de sa peau. Rowan embrassa son nombril, puis sa hanche.

Aelin ne pouvait pas détacher ses yeux de ses cheveux argentés brillants d'eau salée et de clair de lune, des mains la tenant large pour lui alors que sa tête plongeait entre ses jambes.

Et tandis que Rowan la goûtait sur cette plage, alors qu'il riait contre sa peau lisse tandis que ses cris rauques de son nom se brisaient à travers les palmiers et le sable et l'eau, Aelin a abandonné toute prétention à la raison.

Elle bougeait, les hanches ondulantes, le suppliant d'aller, aller, aller. Alors Rowan l'a fait, glissant un doigt en elle alors que sa langue effleurait cet endroit, et oh, dieux, elle allait exploser en feu stellaire -

«Aelin», grogna-t-il, son nom un plaidoyer.

"S'il te plait," gémit-elle. "S'il vous plaît."

Le mot était sa perte. Rowan se leva à nouveau sur elle, et elle laissa échapper un son qui aurait pu être un gémissement, qui aurait pu être son nom.

Puis Rowan avait une main posée dans le sable à côté de sa tête, ses doigts s'enroulant dans ses cheveux, tandis que l'autre se guidait en elle. Au premier coup de coude, elle oublia son propre nom. Et alors qu'il se glissait avec des poussées douces et roulantes, la remplissant pouce par pouce, elle oublia qu'elle était reine et qu'elle avait un corps séparé et un royaume et un monde à entretenir.

Lorsque Rowan était assise au fond d'elle, tremblant de retenue alors qu'il la laissait s'ajuster, elle leva ses mains brûlantes vers son visage, le vent et la glace tombant et rugissant autour d'eux, dansant sur les vagues avec des rubans de flammes. Il n'y avait aucun mot dans ses yeux; aucun dans le sien non plus.

Les mots ne lui rendaient pas justice. Pas dans aucune langue, dans aucun monde.

Il se pencha, réclamant sa bouche alors qu'il commençait à bouger, et ils lâchèrent complètement.

Elle avait peut-être pleuré, ou ce pouvait être ses larmes sur son visage, se transformant en vapeur au milieu de ses flammes.

Elle traîna ses mains le long de son dos puissant et musclé, sur les cicatrices des batailles et des terreurs depuis longtemps passées. Et tandis que ses poussées devenaient plus profondes, elle creusa dans ses doigts, traînant ses ongles sur son dos, le réclamant, le marquant. Ses hanches claquèrent à la maison à cause du sang qu'elle avait prélevé, et elle se cambra, lui ouvrant la gorge. Pour lui - seulement lui.

La magie de Rowan s'est déchaînée, même si sa bouche sur son cou était si prudente, même si ses canines traînaient le long de sa peau. Et au contact de ces dents mortelles contre elle, la mort qui planait à proximité et les mains qui seraient toujours douces avec elle, l'aimeraient toujours ...

La libération la traversa comme une traînée de poudre. Et même si elle ne pouvait pas se souvenir de son nom, elle se souvenait de celle de Rowan pendant qu'elle pleurait pendant qu'il continuait à bouger, lui tordant chaque dernière once de plaisir, le feu brûlant le sable autour d'eux en verre.

La propre libération de Rowan le traversa à la vue de celui-ci, et il grogna son nom pour qu'elle s'en souvienne enfin, la foudre rejoignant le vent et la glace sur l'eau. Aelin le tint à travers, envoyant l'opale de feu de sa magie à ficeler avec son pouvoir. Encore et encore, alors qu'il se déversait en elle, la foudre et la flamme dansaient sur la mer.

La foudre a continué à frapper, silencieuse et charmante, même après qu'il se soit calmé. Les bruits du monde revinrent, sa respiration aussi irrégulière que le sifflement des vagues déferlantes tandis qu'il brossait des baisers paresseux sur sa tempe, son nez, sa bouche. Aelin détourna les yeux de la beauté de leur magie, de leur beauté, et trouva son visage le plus beau de tous.

Elle tremblait, tout comme Rowan alors qu'il restait en elle. Il enfouit son visage dans le creux de son cou et de son épaule, son haleine inégale réchauffant sa peau. «Je n'ai jamais…», essaya-t-il d'une voix rauque. "Je ne savais pas que ça pouvait être ..."

Elle passa ses doigts sur son dos marqué, encore et encore. "Je sais," souffla-t-elle. "Je connais."

Déjà, elle en voulait plus, elle calculait déjà combien de temps elle devrait attendre. "Vous m'avez dit une fois que vous ne mordez pas les femelles des autres mâles." Rowan se raidit un peu. Mais elle continua timidement, "Est-ce que ça veut dire ... tu mordras ta propre femme, alors?"

La compréhension a brillé dans ces yeux verts alors qu'il levait la tête de son cou pour étudier l'endroit où ces canines avaient percé sa peau. «C'était la première fois que je perdais vraiment le contrôle de toi, tu sais. Je voulais te jeter d'une falaise, mais je t'ai mordu avant de savoir ce que je faisais. Je pense que mon corps savait, ma magie savait. Et tu as goûté… »Rowan perdit son souffle. "Tellement bon. Je te détestais pour ça. Je ne pouvais pas arrêter d'y penser. Je me réveillais la nuit avec ce goût sur ma langue — je me réveillais en pensant à ta fausse et belle bouche. " Il a tracé son pouce sur ses lèvres. "Vous ne voulez pas savoir les choses dépravées auxquelles j'ai pensé cette bouche."

"Hmmm, de même, mais vous n'avez pas répondu à ma question", a déclaré Aelin, alors même que ses orteils se recroquevillaient dans le sable humide et l'eau chaude.

"Oui," dit Rowan d'un ton épais. «Certains hommes aiment le faire. Pour marquer le territoire, pour le plaisir… »

"Les femelles mordent les mâles?"

Il recommença à se durcir en elle tandis que la question persistait. Oh, dieux, les amoureux des faes. Tout le monde devrait être sacrément chanceux d'en avoir un. Rowan grinça: «Tu veux me mordre?»

Aelin regarda sa gorge, son corps glorieux et le visage qu'elle avait autrefois si farouchement détesté. Et elle se demandait s'il était possible d'aimer suffisamment quelqu'un pour en mourir. S'il était possible d'aimer suffisamment quelqu'un, le temps, la distance et la mort ne seraient pas une préoccupation. "Suis-je limité à ton cou?"

Les yeux de Rowan s'illuminèrent, et son élan de réponse fut une réponse suffisante.

Ils se déplaçaient ensemble, ondulant comme la mer devant eux, et quand Rowan rugit à nouveau son nom dans le noir moucheté d'étoiles, Aelin espéra que les dieux eux-mêmes l'avaient entendu et savaient que leurs jours étaient désormais comptés.

CHAPITRE 39

Rowan ne savait pas s'il devait être amusé, ravi ou légèrement terrifié d'avoir été béni avec une reine et un amant qui avaient si peu de souci pour la décence publique. Il l'avait emmenée trois fois sur cette plage - deux fois dans le sable, puis une troisième dans les eaux chaudes. Et pourtant, son sang même était encore électrifié. Et pourtant, il en voulait encore plus.

Ils avaient nagé dans les bas-fonds pour laver le sable en croûte sur eux, mais Aelin avait enroulé ses jambes autour de sa taille, lui avait embrassé le cou, puis s'était léché l'oreille comme il avait grignoté la sienne, et il était à nouveau enterré en elle. Elle savait pourquoi il avait besoin du contact, pourquoi il avait besoin de la goûter sur sa langue, puis avec le reste de son corps. Elle avait besoin de la même chose.

Il en avait toujours besoin. Quand ils avaient fini après cette première fois, il avait été laissé sous le choc, pour reprendre sa raison après la jonction qui l'avait… déchaîné. Le briser et le refaire. Sa magie avait été une chanson, et elle avait été…

Il n'avait jamais rien eu comme elle. Tout ce qu'il lui avait donné, elle lui avait été rendue. Et quand elle l'avait mordu lors de ce deuxième accouplement dans le sable ... Sa magie avait laissé six palmiers à proximité en éclats alors qu'il avait atteint son paroxysme suffisamment fort pour qu'il pensait que son corps allait se briser.

Mais une fois qu'ils ont fini, quand elle avait en fait fait pour retourner à Skull’s Bay avec rien d'autre que ses flammes, il lui avait donné sa chemise et sa ceinture. Ce qui n'a pas fait grand-chose pour la couvrir, surtout ces belles jambes, mais au moins, il était moins probable qu'elle déclenche une émeute.

À peine, cependant. Et il serait évident de savoir ce qu’ils ont fait sur cette plage au moment où ils se sont approchés de ceux qui ont un odorat surnaturel.

Il l'avait marquée - plus riche que l'odeur qui s'était accrochée à elle auparavant. La marqua profondément et fidèlement, et il n'y avait rien à défaire, pas à laver. Elle l'avait revendiqué, et il l'avait revendiquée, et il savait qu'elle était bien consciente de ce que cela voulait dire - tout comme il le savait ... Il savait que cela avait été un choix de sa part. Une décision finale concernant la question de savoir qui serait dans son lit royal.

Il essaierait d'être à la hauteur de cet honneur - essayer de trouver un moyen de prouver qu'il le méritait. Qu'elle n'avait pas parié sur le mauvais cheval. En quelque sorte. Il le mériterait. Même avec si peu à offrir au-delà de sa propre magie et Mais il connaissait aussi sa reine. Et savait que malgré l'énormité de ce qu'ils avaient fait, Aelin l'avait également gardé sur cette plage pour éviter les autres. Évitez de répondre à leurs questions et demandes. Mais il est arrivé à un pied à l'intérieur de l'Ocean Rose, a vu la lumière dans la chambre d'Aedion et savait que leurs amis ne seraient pas si facilement dissuadés.

En effet, Aelin se renfrogna à la lumière - bien que l'inquiétude la remplaça rapidement en se rappelant le levier de vitesses qui avait été complètement inconscient. Ses pieds nus étaient silencieux dans les escaliers et le couloir alors qu'elle se précipitait vers la pièce, ne prenant pas la peine de frapper avant d'ouvrir la porte.

Rowan relâcha une profonde inspiration, essayant de puiser sa magie pour refroidir le feu toujours dans son sang. Pour calmer les instincts rugissant et faisant rage contre lui. Pas pour la prendre, mais pour éliminer toute autre menace.

Un moment dangereux, pour tout homme Fae, quand ils ont d'abord pris un amant. Pire, quand cela signifiait quelque chose de plus.

Dorian et Aedion étaient assis dans les deux fauteuils devant la cheminée sombre, les bras croisés.

Et le visage de son cousin pâlit avec ce qui aurait pu être de la terreur alors qu'il parfumait Aelin - les marques à la fois visibles et invisibles sur eux.

Lysandra était assise dans son lit, le visage tiré mais les yeux plissés vers la reine. Ce fut le shifter qui ronronna, "Profitez de votre balade?"

Aedion n'a pas osé bouger et a lancé un avertissement à Dorian pour faire de même. Rowan mordit contre la rage à la vue d'autres hommes près de sa reine, se rappelant qu'ils étaient ses amis, mais ...

Cette rage primitive a trébuché quand il a senti le soulagement frémissant d'Aelin en trouvant le levier de vitesses principalement guéri et lucide. Mais sa reine haussa les épaules. "N'est-ce pas que tous ces mâles Fae sont bons?"

Rowan haussa les sourcils, gloussant pendant qu'il débattait en lui rappelant comment elle l'avait supplié tout au long, comment elle avait dit des mots comme s'il vous plaît, et oh, dieux, puis quelques plaisirs supplémentaires jetés pour faire bonne mesure. Il aimerait lui arracher ces manières rarement vues.

Aelin lui lança un regard noir, l'osant le dire. Et malgré le fait de l'avoir, malgré le fait qu'il puisse encore la goûter, Rowan savait que chaque fois qu'ils retrouveraient leur lit, elle n'obtiendrait pas le repos qu'elle voulait. La couleur tachait les joues d'Aelin, comme si elle voyait ses plans se dérouler, mais elle souleva l'amulette autour de son cou, la laissa tomber sur la table basse entre Aedion et Dorian, et dit: «J'ai appris que c'était le troisième Wyrdkey quand je était toujours à Wendlyn.

Silence.

Puis, comme si elle n'avait pas brisé le sentiment de sécurité qu'ils possédaient encore, Aelin a retiré l'œil d'Elena mutilé de sa meute, l'a jeté une fois en l'air et a secoué le menton du roi d'Adarlan. "Je pense qu'il est temps que vous rencontriez votre ancêtre."

Dorian a écouté l’histoire d’Aelin.

À propos du Wyrdkey qu'elle avait secrètement transporté, de ce qui s'était passé aujourd'hui dans la baie, de la façon dont elle avait trompé Lorcan et comment cela finirait par ramener le guerrier vers eux - avec les deux autres clés dans ses mains, espérons-le. Et, s'ils avaient eu de la chance, ils auraient déjà trouvé cette écluse qu'on lui avait ordonné de récupérer deux fois dans les marais de pierre, la seule chose capable de lier les Wyrdkeys à la porte d'où ils avaient été taillés et de mettre fin à la menace. d'Erawan pour toujours.

Aucun nombre d'alliés ne ferait de différence s'ils ne pouvaient pas empêcher Erawan d'utiliser ces clés pour libérer les hordes Valg de son propre royaume sur Erilea. Sa possession de deux clés avait déjà conduit à une telle obscurité. S'il gagnait le troisième, gagnait la maîtrise du Wyrdgate et pouvait l'ouvrir à n'importe quel monde à volonté, l'utiliser pour invoquer n'importe quelle armée conquérante… Ils devaient trouver ce verrou pour annuler ces clés.

Quand la reine eut fini, Aedion fumait silencieusement, Lysandra fronçait les sourcils et Aelin éteignait maintenant les bougies dans la pièce avec à peine un signe de la main. Deux tomes anciens, retirés des sacoches pleines d'Aedion, étaient ouverts sur la table. Il connaissait ces livres — il n'avait aucune idée qu'elle les avait pris à Rifthold. Le métal déformé de l'amulette Eye of Elena était assis au sommet de l'un d'eux tandis qu'Aelin revérifiait les marquages ​​sur une page tachée par l'âge.

L'obscurité est tombée alors qu'elle a utilisé son propre sang pour graver ces marques sur le plancher en bois.

"On dirait que notre note de dommages-intérêts pour cette ville va augmenter", marmonna Lysandra.

Aelin renifla. "Nous allons simplement déplacer le tapis pour le couvrir." Elle termina de faire une marque - un Wyrdmark, réalisa Dorian avec un frisson, et recula, pliant l'œil dans son poing.

"Maintenant quoi?" Dit Aedion.

"Maintenant, nous gardons la bouche fermée", a déclaré Aelin doucement.

Le clair de lune se répandit sur le sol, dévoré par les lignes sombres qu'elle avait gravées. Aelin dériva vers l'endroit où Rowan était assis sur le bord du lit, toujours torse nu grâce à la reine portant actuellement sa chemise, et prit place à côté de lui, une main sur son genou.

Lysandra a été la première à le remarquer.

Elle s'assit dans le lit, les yeux verts brillants d'éclat animal tandis que le clair de lune sur les traces de sang semblait scintiller. Aelin et Rowan sursautèrent. Dorian a juste regardé les marques, le clair de lune, le faisceau qui brillait à travers les portes ouvertes du balcon.

Comme si la lumière elle-même était une porte, le puits de clair de lune s'est transformé en une figure humanoïde.

Il vacilla, sa forme à peine là. Comme un fruit d'un rêve.

Les cheveux sur les bras de Dorian se levèrent. Et il eut le bon sens de glisser hors de sa chaise et sur un genou en baissant la tête.

Il était le seul à l'avoir fait. Le seul, réalisa-t-il, qui avait parlé à la compagne d'Elena, Gavin. Il y a longtemps —Il y a une autre vie. Il a essayé de ne pas considérer ce que cela signifiait qu'il portait maintenant l'épée de Gavin, Damaris. Aelin ne l'avait pas demandé en retour - ne semblait pas enclin à le faire.

Une voix féminine étouffée, comme si elle appelait de loin, vacillait dans et hors de l'image. «Trop… loin», dit une voix légère et jeune.

Aelin s'avança et ferma ces anciens grimoires avant de les empiler avec un bruit sourd. "Eh bien, Rifthold n'est pas exactement disponible, et votre tombe est saccagée, alors bonne chance."

La tête de Dorian se leva alors qu'il regardait entre la silhouette vacillante du clair de lune et la jeune reine de chair et de sang.

Le corps grossièrement formé d'Elena disparut, puis réapparut, comme si le vent lui-même la dérangeait. "Je ne peux pas - tenir -"

"Alors je vais faire vite." La voix d'Aelin était aiguë comme une lame. «Plus de jeux. Plus de demi-vérités. Pourquoi Deanna est-elle arrivée aujourd'hui? Je comprends: trouver le verrou est important. Mais qu'est-ce que c'est? Et dites-moi ce qu'elle voulait dire en m'appelant la Reine promise. »

Comme si les mots secouaient la reine morte comme un éclair, son ancêtre apparut, pleinement corporel.

Elle était exquise: son visage jeune et grave, ses cheveux longs et blanc argenté - comme ceux de Manon - et ses yeux ... Bleu étonnant et éblouissant. Ils se fixaient maintenant sur lui, la robe pâle qu'elle portait flottant sur une brise fantôme. "Lève-toi, jeune roi."

Aelin renifla. "Ne pouvons-nous pas jouer au jeu de l'esprit plus saint que toi-même?"

Mais Elena a interrogé Rowan, Aedion. Son cou mince et blond s'agitait.

Et Aelin, dieux au-dessus, claqua des doigts sur la reine - une fois, deux fois - attirant son attention sur elle. «Bonjour, Elena,» dit-elle d'une voix traînante, «si ravie de te voir. Cela fait longtemps. Voulez-vous répondre à certaines questions?

L'irritation vacillait dans les yeux de la reine morte. Mais le menton d'Elena est resté haut, ses épaules fines en arrière. "Je n'ai pas beaucoup de temps. La connexion est trop difficile à maintenir si loin de Rifthold. »

"Quelle surprise."

Les deux reines se regardèrent.

Elena, Wyrd diable, s'est cassée en premier. «Deanna est un dieu. Elle n'a pas de règles, de morale et de codes comme nous. Le temps n'existe pas pour elle comme pour nous. Vous avez laissé votre magie toucher la clé, la clé a ouvert une porte, et Deanna était en train de regarder à ce moment précis. Qu'elle vous ait parlé du tout est un cadeau. Que vous avez réussi à la repousser avant qu'elle ne soit prête… Elle n'oubliera pas de sitôt cette insulte, Majesté. »

"Elle peut faire la queue", a déclaré Aelin.

Elena secoua la tête. "Il y a ... il y a tellement de choses que je n'ai pas pu vous dire."

«Comme le fait que toi et Gavin n'avez jamais tué Erawan, que vous ayez menti à tout le monde, et que vous l'avez ensuite laissé pour nous?»

Dorian risqua un regard sur Aedion, mais son visage était dur, calculateur, toujours le général - fixé sur les morts la reine se tenant maintenant dans cette pièce avec eux. Lysandra - Lysandra était partie.

Non, sous forme de léopard fantôme, glissant à travers les ombres. La main de Rowan reposait nonchalamment sur son épée, bien que la propre magie de Dorian ait balayé la pièce et se soit rendu compte que l'arme devait être la distraction physique du coup magique qu'il porterait à Elena si elle avait l'air drôle à Aelin. En effet, un bouclier d'air dur se trouvait maintenant entre les deux reines - et scellait également cette pièce.

Elena secoua la tête, ses cheveux argentés flottant. "Vous étiez censé récupérer les Wyrdkeys avant qu'Erawan ne puisse aller aussi loin."

"Eh bien, je ne l'ai pas fait," claqua Aelin. "Pardonnez-moi si vous n'étiez pas tout à fait clair sur vos instructions."

Elena a déclaré: «Je n'ai pas le temps d'expliquer, mais je sais que c'était le seul choix. Pour nous sauver, pour sauver Erilea, c'était le seul choix que je pouvais faire. » Et malgré tous leurs claquements, la reine exposa ses paumes à Aelin. «Deanna et mon père ont dit vrai. Je pensais… je pensais qu'il était cassé, mais s'ils te disaient de trouver la serrure… »Elle se mordit la lèvre.

Aelin a dit: «Brannon a dit d'aller aux marais de pierre d'Eyllwe pour trouver l'écluse. Où, précisément, dans les marais? »

«Il y avait une fois une grande ville au cœur des marais», souffla Elena. «Il est maintenant à moitié noyé dans la plaine. Dans un temple en son centre, nous avons déposé les restes de l'écluse. Je ne l'ai pas fait… Mon père a atteint la serrure à un coût terrible. Le coût… du corps de ma mère, sa vie mortelle. Une serrure pour les Wyrdkeys - pour fermer hermétiquement la porte et lier les clés à l'intérieur pour toujours. Je ne comprenais pas à quoi il était destiné; mon père ne m'en a jamais parlé avant qu'il ne soit trop tard. Tout ce que je savais, c'était que la serrure ne pouvait être utilisée qu'une seule fois - sa puissance capable de sceller tout ce que nous voulions. Alors je l'ai volé. Je l'ai utilisé pour moi, pour mon peuple. Je paie pour ce crime depuis. »

"Vous l'avez utilisé pour sceller Erawan dans sa tombe", a déclaré Aelin doucement.

La supplication disparut du visage d'Elena. «Mes amis sont morts dans la vallée des Montagnes noires ce jour-là, donc je pourrais avoir la chance de l'arrêter. J'ai entendu leurs cris, même au cœur du camp d'Erawan. Je ne m'excuserai pas d'avoir tenté de mettre fin au massacre afin que les survivants puissent avoir un avenir. Vous pourriez donc avoir un avenir. »

«Alors tu as utilisé la serrure, puis tu l'as jetée en ruine?»

«Nous l'avons placé à l'intérieur de la ville sainte dans la plaine - pour commémorer les vies perdues. Mais un grand cataclysme a secoué la terre des décennies plus tard… et la ville a coulé, l'eau des marais a coulé, et l'écluse a été oubliée. Personne ne l'a jamais récupéré. Son pouvoir avait déjà été utilisé. C'était juste un peu de métal et de verre. »

"Et maintenant ce n'est pas le cas?"

"Si mon père et Deanna l'ont mentionné, cela doit être vital pour arrêter Erawan."

"Pardonnez-moi si je ne fais pas confiance à la parole d'une déesse qui a essayé de m'utiliser comme une marionnette pour faire exploser cette ville en miettes."

«Ses méthodes sont détournées, mais elle ne vous a probablement pas fait de mal…»

Connerie."

Elena vacilla à nouveau. «Allez dans les marais de pierre. Trouvez la serrure. "

"J'ai dit à Brannon, et je vais vous dire: nous avons des questions plus urgentes à portée de main ..."

"Ma mère est morte pour forger cette écluse", claqua Elena, les yeux brillants. «Elle a lâché son corps mortel pour pouvoir forger la serrure de mon père. C'est moi qui ai rompu la promesse de son utilisation. »

Aelin cligna des yeux, et Dorian se demanda s'il devait en effet être inquiet quand même elle était sans voix. Mais Aelin chuchota seulement: "Qui était ta mère?"

Dorian a saccagé sa mémoire, toutes ses leçons d'histoire sur sa maison royale, mais ne s'en souvenait pas.

Elena a fait un son qui aurait pu être un sanglot, son image s'estompant dans les toiles d'araignées et le clair de lune. «Elle qui a le plus aimé mon père. Elle qui l'a béni avec de tels dons puissants, puis s'est liée dans un corps mortel et lui a offert le don de son cœur. »

Les bras d'Aelin se détendirent à ses côtés.

Lâcha Aedion, "Merde".

Elena a ri sans humour en disant à Aelin: «Pourquoi pensez-vous que vous brûlez si fort? Ce n'est pas seulement le sang de Brannon qui est dans vos veines. Mais Mala. "

Aelin souffla, "Mala Fire-Bringer était ta mère."

Elena était déjà partie.

Aedion a dit: "Honnêtement, c'est un miracle que vous ne vous soyez pas tués."

Dorian n'a pas pris la peine de lui corriger que c'était techniquement impossible, étant donné que l'un d'eux était déjà mort. Au contraire, il a pesé tout ce que la reine avait dit et demandé. Rowan, restant silencieux, semblait faire de même. Lysandra renifla autour des marques de sang, comme si elle cherchait les restes de l'ancienne reine.

Aelin regarda par les portes ouvertes du balcon, les yeux cagoulés et la bouche serrée. Elle déplia son poing et examina l'Œil d'Elena, toujours tenu dans sa paume.

L'horloge a sonné une heure du matin. Lentement, Aelin se tourna vers eux. À lui.

"Le sang de Mala coule dans nos veines", dit-elle d'une voix rauque, les doigts se refermant autour de l'œil avant de le glisser dans la poche de la chemise.

Il cligna des yeux, réalisant que c'était effectivement le cas. Que peut-être les deux avaient été si considérablement doués à cause de cela. Dorian a dit à Rowan, ne serait-ce que parce qu'il aurait pu entendre ou être témoin de quelque chose dans tous ses voyages, "Est-il vraiment possible - pour un dieu de devenir mortel comme ça?"

Rowan, qui avait observé Aelin un peu avec méfiance, se tourna vers lui. "Je n'ai jamais entendu parler d'une telle chose. Mais… Fae a renoncé à son immortalité pour lier sa vie à celle de ses compagnons mortels. » Dorian avait le sentiment distinct qu'Aelin examinait délibérément une tache sur sa chemise. "Il est certainement possible que Mala ait trouvé un moyen de le faire."

«Ce n'est pas seulement possible», murmura Aelin. "Elle l'a fait. Ce… gouffre de pouvoir que j'ai découvert aujourd'hui… Cela venait de Mala elle-même. Elena pourrait être beaucoup de choses, mais elle ne mentait pas à ce sujet. "

Lysandra reprit sa forme humaine, se balançant suffisamment pour se poser sur le lit avant qu'Aedion puisse bouger pour la stabiliser. "Donc que faisons-nous maintenant?" demanda-t-elle, sa voix rocailleuse. «La flotte d’Erawan s’accroupit dans le golfe d’Oro; Maeve navigue pour Eyllwe. Mais nous ne savons pas non plus que nous possédons ce Wyrdkey - ou que ce verrou existe… et se situe directement entre leurs forces. »

Pour un battement de cœur, Dorian se sentait comme un idiot inutile alors qu'ils regardaient tous, y compris lui, Aelin. Il était le roi d'Adarlan, se rappela-t-il. Égal à elle. Même si ses terres et son peuple avaient été volés, sa capitale s'était emparée.

Mais Aelin se frotta les yeux avec son pouce et son index, perdant un long souffle. "Je déteste vraiment, vraiment ce vieux sac à vent." Elle leva la tête, les examinant tous, et dit simplement: «Nous naviguons vers les marais de pierre le matin pour traquer cette écluse.»

"Rolfe et les Mycéniens?" Demanda Aedion.

«Il prend la moitié de sa flotte pour trouver le reste des Mycéniens, où qu'ils se cachent. Puis ils ont tous navigué vers le nord jusqu'à Terrasen. »

"Rifthold se situe entre ici et là, avec des wyvernes qui le patrouillent", répliqua Aedion. "Et ce plan dépend si nous pouvons faire confiance à Rolfe pour concrétiser sa promesse."

"Rolfe sait comment rester hors de portée", a déclaré Rowan. «Nous n'avons d'autre choix que de lui faire confiance. Et il a honoré la promesse qu'il avait faite à Aelin concernant les esclaves il y a deux ans et demi. » Sans doute pourquoi Aelin lui avait fait le confirmer si minutieusement.

"Et l'autre moitié de la flotte de Rolfe?" Aedion poussa.

"Certains restent pour détenir l'archipel", a expliqué Aelin. "Et certains viennent avec nous à Eyllwe."

"Vous ne pouvez pas combattre l'armada de Maeve avec une fraction de la flotte de Rolfe", a déclaré Aedion en croisant les bras. Dorian repoussa son propre accord, laissant le général à lui. "Sans parler des forces de Morath."

"Je ne vais pas là-bas pour choisir un combat", a déclaré Aelin. Et c'était tout.

Ils se dispersèrent alors, Aelin et Rowan se glissant dans leur propre chambre.

Dorian était éveillé, même lorsque la respiration de ses compagnons devenait profonde et lente. Il réfléchit à chaque mot qu'Elena avait prononcé, réfléchit à cette apparence lointaine de Gavin, qui l'avait réveillé pour empêcher Aelin d'ouvrir ce portail. Peut-être que Gavin l'avait fait non pas pour épargner Aelin de la damnation, mais pour empêcher ces dieux aux yeux froids de l'attraper comme Deanna l'avait fait aujourd'hui.

Il a caché la spéculation pour considérer quand il était moins enclin à sauter aux conclusions. Mais les fils se posaient en un treillis dans son esprit, dans des teintes de rouge et vert et d'or et de bleu, scintillantes et battantes, chuchotant leurs secrets dans des langues non parlées dans ce monde.

Une heure après l’aube, ils ont quitté Skull’s Bay sur le navire le plus rapide que Rolfe pouvait épargner. Rolfe n'a pas pris la peine de dire au revoir, déjà préoccupé par la préparation de sa flotte, avant de quitter le port scintillant et de pénétrer dans l'archipel luxuriant au-delà. Il accorda à Aelin un cadeau de départ: de vagues coordonnées pour l'écluse. Sa carte l'avait trouvé - ou plutôt, l'emplacement général. Une sorte de protection doit être placée autour d'elle, le capitaine les a avertis, si son tatouage ne pouvait pas localiser son lieu de repos. Mais c'était mieux que rien, supposait Dorian. Aelin avait grommelé autant.

Rowan a tourné au-dessus en forme de faucon, repérant derrière et devant. Fenrys et Gavriel étaient aux avirons, aidant à les ramer hors du port - Aedion le faisant également, à une distance confortable de son père. en lui parlant, roi ou non. Lysandra a nagé dans les vagues ci-dessous sous une forme ou une autre, les protégeant de toute menace sous la surface.

Mais Aelin se tenait seule sur la proue, ses cheveux dorés dénoués et coulant derrière elle, si immobile qu'elle aurait pu être la jumelle de la figure de proue à quelques pieds en dessous. Le soleil levant la jetait dans de l'or scintillant, aucune trace du feu de lune qui avait menacé de les détruire tous.

Mais alors même que la reine restait immobile devant les ombres du monde… un coup de froid a tracé les contours du cœur de Dorian.

Et il se demanda si Aelin regardait d'une manière ou d'une autre l'archipel, les mers et le ciel, comme si elle ne les reverrait jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par pauline-3 2017-05-08T09:37:22+02:00

Le corps d'Aelin lui faisait mal.

Tout lui faisait mal. Son sang, sa respiration, ses os.

Il ne restait aucune magie dans son cops. Il ne restait rien pour la sauver.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lupaalba 2016-12-20T15:07:47+01:00

Mais Rowan l'avait attrapée chaque fois qu'elle était tombée, d'abord quand elle avait plongé dans cet abîme de désespoir et de chagrin; Deuxièmement, quand ce château avait brisé et qu'elle avait plongé sur la terre. Et maintenant cette fois, cette troisième fois ... Elle n'avait pas peur. Aelin rencontra le regard de Rowan et lui dit clairement et chauve, et sans une mouche de doute: «Je t'aime, je suis amoureuse de toi, Rowan, je le sait depuis un certain temps, et je sais qu'il y a des limites à ce que tu peux me donner, Je sais que vous aurez peut-être besoin de temps ... Ses lèvres s'écrasèrent sur les siennes, et il dit sur ma bouche, jetant des mots plus précieux que des rubis, des émeraudes et des saphirs dans son cœur, son âme: «Je t'aime. Je peut vous donner,je n'ai besoin pas de temps . Même quand ce monde est un murmure oublié de poussière entre les étoiles, je vous aimerai.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie92 2016-12-26T17:20:51+01:00

"Would I have loved her if I had known from the start what she is?" He shook his head. "If I had met her now ... my first instinct would be to protect Dorian from her.

Celeana was a fraction of Aelin - both good and bad. But Aelin ... she is Celeana, and she is queen, and she is the Fire-Bringer. I fell in love with a facet, and I panicked when I realised it was a fraction of the whole - when I saw that power, that heritage, and ... it was not part of my plans.

Rowan Whitehorn saw everything. From the moment he met her, he saw all of Aelin. And he was not afraid. I don't blame either of them for falling in love. I don't blame her ... I was what Celeana needed after Endovier. But Rowan is who Aelin needs - forever."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mali2020 2020-08-17T15:57:44+02:00

Partie2

CHAPITRE 12

Sans Evangeline les ralentir, Aelin, Aedion et Lysandra ont voyagé avec peu de repos alors qu'ils transportaient le cul pour la côte.

Aelin est restée dans sa forme Fae pour suivre Aedion, qu'elle a admis à contrecœur, était de loin le meilleur cavalier, tandis que Lysandra se déplaçait dans et hors de diverses formes d'oiseaux pour repérer la terre devant pour tout danger. Rowan lui avait expliqué comment le faire, quelles choses noter et quoi éviter ou regarder de plus près, alors qu'ils étaient sur la route ces semaines-ci. Mais Lysandra a trouvé peu de choses à rapporter du ciel, et Aelin et Aedion ont rencontré peu de dangers sur le terrain en traversant les vallées et les plaines des basses terres de Terrasen.

Il restait si peu du territoire autrefois riche.

Aelin essaya de ne pas trop s'y attarder - sur les propriétés délabrées, les fermes abandonnées, les gens au visage maigre quand ils s'aventuraient en ville, masqués et déguisés, pour des fournitures désespérément nécessaires. Même si elle avait fait face à l'obscurité et émergé pleine de lumière, une voix lui chuchota dans la tête: Tu as fait ceci, tu as fait ceci, tu as fait ceci.

Cette voix ressemblait souvent aux tons glacés de Weylan Darrow.

Aelin a laissé des pièces d'or dans son sillage - caché sous une tasse de thé aqueux offert à elle et Aedion un matin orageux; déposé dans la boîte à pain d'un fermier qui leur avait donné des tranches et un peu de viande pour Lysandra sous forme de faucon; se glissa dans le tiroir à monnaie d'un aubergiste qui leur avait offert un bol de ragoût supplémentaire gratuit en voyant avec quelle rapidité ils dévoraient leurs déjeuners.

Mais cet or n'a pas apaisé le craquement de son cœur - cette voix hideuse qui hantait ses pensées éveillées et rêveuses.

Au moment où ils ont atteint l'ancienne ville portuaire d'Ilium une semaine plus tard, elle avait cessé de laisser de l'or derrière.

Ça avait commencé à ressembler plus à un pot-de-vin. Pas à son peuple, qui n'avait aucune idée qu'elle était parmi eux, mais à sa propre conscience.

Les plaines vertes ont finalement cédé à des kilomètres de côtes rocheuses et arides avant que la ville aux murs blancs ne se lève entre la mer turquoise et la large embouchure de la rivière Florine qui serpente à l'intérieur des terres, jusqu'à Orynth. La ville d'Ilium était aussi ancienne que Terrasen elle-même et aurait probablement déjà été oubliée par les commerçants et l'histoire n'étaient pas pour le temple en ruine au bord nord-est de la ville, attirant suffisamment de pèlerins pour qu'il continue de prospérer.

Le Temple de la Pierre, disait-on, avait été construit autour du rocher même où Brannon avait d'abord posé son pied sur le continent avant de remonter la Florine jusqu'à sa source au pied des Staghorns. Comment le petit peuple avait su lui rendre le temple, elle n'en avait aucune idée.

Le gros temple tentaculaire d'Ilium avait été érigé sur une falaise pâle avec une vue imprenable sur la jolie ville usée par la tempête derrière elle et l'océan sans fin au-delà - si bleu qu'il rappelait à Aelin les eaux tranquilles du Sud.

Des eaux où Rowan et Dorian devraient maintenant se diriger, s'ils avaient de la chance. Aelin a essayé de ne pas s'attarder là-dessus non plus. Sans le Prince Fae à ses côtés, il y eut un silence horrible et sans fin.

Presque aussi silencieux que les murs blancs de la ville - et les gens à l'intérieur. Cagoulés et armés jusqu'aux dents sous leurs lourdes capes, Aelin et Aedion franchirent les portes ouvertes, pas plus de deux pèlerins prudents en route vers le temple. Déguisé pour le secret - et pour le petit fait qu'Ilium était maintenant sous occupation adarlanienne.

Lysandra avait rapporté la nouvelle le matin même après avoir pris l'avion, s'attardant sous une forme humaine juste assez longtemps pour les informer.

"Nous aurions dû aller vers le nord jusqu'à Eldrys", murmura Aedion en passant devant un groupe de sentinelles au visage dur en armure adarlanienne. Aucun ne marquait le bouclier caché parmi les sacoches d'Aedion, soigneusement voilé par les plis de sa cape. Ou les épées qu'ils avaient également cachées. Damaris est restée où elle l'avait entreposée ces semaines-ci sur la route: attachée sous les lourds sacs contenant les anciens grimoires qu'elle avait empruntés à la bibliothèque royale de Dorian à Rifthold. "Nous pouvons encore faire demi-tour."

Aelin lui lança un regard noir sous l'ombre de sa capuche. "Si vous pensez un instant que je quitte cette ville entre les mains d'Adarlan, vous pouvez aller en enfer." Lysandra a cliqué sur son bec en accord.

Le Little Folk n'avait pas eu tort d'envoyer le message pour venir ici, leur rendu du temple presque parfait. Quelle que soit la magie qu'ils possédaient, ils avaient prévu la nouvelle bien avant qu'elle n'atteigne Aelin sur la route: Rifthold était en effet tombé, son roi avait disparu et la ville pillée par des sorcières. Enhardi par cela et par la rumeur selon laquelle elle ne reprendrait pas son trône mais courrait aussi, le seigneur de Meah, le père de Roland Havilliard et l'un des seigneurs les plus puissants d'Adarlan, avait fait marcher sa garnison de troupes juste de l'autre côté de la frontière. dans Terrasen. Et a revendiqué ce port pour lui-même.

"Cinquante soldats sont campés ici", l'avertit Aedion et Lysandra.

Le levier de vitesses ne fit que gonfler ses plumes comme pour dire: Alors?

Sa mâchoire se serra. «Croyez-moi, j'en veux aussi un morceau. Mais-"

"Je ne me cache pas dans mon propre royaume", a coupé Aelin. "Et je ne vais pas partir sans envoyer de rappel à qui appartient cette terre.

Aedion resta silencieux alors qu'ils tournaient un coin, visant la petite auberge en bord de mer que Lysandra avait également repérée ce matin-là. De l'autre côté de la ville depuis le temple.

Le temple que les soldats ont eu le culot d'utiliser comme caserne.

"S'agit-il d'envoyer un message à Adarlan ou à Darrow?" Demanda enfin Aedion.

"Il s'agit de libérer mon peuple, qui a trop longtemps manipulé ces morceaux de merde adarlanienne", claqua Aelin, arrêtant sa jument devant la cour de l'auberge. Les serres de Lysandra s'enfoncèrent dans son épaule en accord silencieux. À peine pieds au-delà du mur de cour usé par les intempéries, la mer brillait d'un saphir brillant. "Nous nous déplaçons à la tombée de la nuit."

Aedion resta silencieux, son visage partiellement caché lorsque le propriétaire de l'auberge se précipita et ils obtinrent une chambre pour la nuit. Aelin laissa son cousin couver un peu, luttant sa magie sous contrôle. Elle n'en avait rien libéré ce matin, voulant que ce soit à pleine puissance pour ce qu'ils devaient faire ce soir, mais la tension la tiraillait maintenant sur elle, une démangeaison sans soulagement, un bord qu'elle ne pouvait pas émousser.

Ce n'est que lorsqu'ils ont été installés dans leur minuscule chambre à deux lits, Lysandra perchée sur le rebord de la fenêtre, qu'Aedion a dit: «Aelin, tu sais que je vais t'aider - tu sais que je veux que ces salauds sortent d'ici. Mais les habitants d'Ilium vivent ici depuis des siècles, conscients qu'en temps de guerre, ils sont les premiers à être attaqués. »

Et ces soldats pouvaient facilement rentrer dès leur départ, il n'avait pas besoin d'ajouter.

Lysandra picora la fenêtre - une demande silencieuse. Aelin s'avança à grands pas, ouvrit la fenêtre pour laisser entrer la brise marine. "Les symboles ont du pouvoir, Aedion", dit-elle, en regardant le levier de vitesses déployer ses ailes mouchetées. Elle avait lu des livres et des livres là-dessus pendant cette compétition ridicule à Rifthold.

Il renifla. "Je connais. Croyez-moi, je les ai utilisés à mon avantage aussi souvent que possible. " Il tapota le pommeau en os de l'épée d'Orynth pour mettre l'accent. "À bien y penser, j'ai dit la même chose une fois à Dorian et Chaol." Il secoua la tête au souvenir.

Aelin vient de s'appuyer contre le rebord de la fenêtre. «Ilium était le bastion des Mycéniens.»

«Les Mycéniens ne sont rien d'autre qu'un mythe - ils ont été bannis il y a trois cents ans. Si vous cherchez un symbole, il est assez obsolète et source de division. "

Elle le savait. Les Mycéniens avaient autrefois gouverné Ilium non pas comme une noblesse, mais comme des seigneurs du crime. Et pendant une guerre il y a longtemps, leur flotte meurtrière avait été si cruciale pour gagner qu'ils avaient été rendus légitimes par le roi qui régnait à l'époque. Jusqu'à ce qu'ils soient exilés des siècles plus tard pour leur refus de venir en aide à Terrasen dans une autre guerre.

Elle rencontra le regard aux yeux verts de Lysandra tandis que le levier abaissait ses ailes, suffisamment refroidi. Elle avait été distante sur la route cette semaine, préférant les plumes ou la fourrure à la peau. Peut-être parce qu'un morceau de son cœur roulait maintenant pour Orynth avec Ren et Murtaugh. Aelin caressa la tête soyeuse de son amie. «Les Mycéniens ont abandonné Terrasen pour ne pas mourir dans une guerre à laquelle ils ne croyaient pas.» "Et ils se sont dissous et ont disparu peu de temps après, pour ne plus jamais être revus", a répliqué Aedion. "À quoi veux-tu en venir? Vous pensez que libérer Ilium les invoquera à nouveau? Ils sont partis depuis longtemps, Aelin, leurs dragons de mer avec eux. "

En effet, il n'y avait aucun signe nulle part dans cette ville de la flotte et des guerriers légendaires qui avaient navigué vers des guerres à travers des mers lointaines et violentes, qui avaient défendu ces frontières avec leur propre sang versé sur les vagues au-delà des fenêtres. Et le sang de leurs dragons de mer, alliés et armes. Ce n'est que lorsque le dernier des dragons est mort, le cœur brisé d'être banni des eaux de Terrasen, que les Mycéniens ont vraiment été perdus. Et ce n'est que lorsque les dragons de mer reviendront que les Mycéniens rentreront eux aussi. C'est du moins ce que prétendaient leurs anciennes prophéties.

Aedion a commencé à retirer les lames supplémentaires cachées dans leurs sacoches, à l'exception de Damaris, et les a attachées, une par une. Il a revérifié que le couteau de Rowan était bien attaché à ses côtés avant de dire à Aelin et Lysandra, toujours près de la fenêtre: «Je sais que vous êtes tous les deux d'avis que nous, les hommes, sommes là pour vous offrir une jolie vue et des repas, mais je suis un général de Terrasen. Nous devons trouver une véritable armée - ne pas passer notre temps à chasser les fantômes. Si nous n'obtenons pas d'hôte dans le Nord à la mi-automne, les tempêtes hivernales l'éloigneront par terre et par mer. »

"Si vous êtes si versé dans les symboles détenant un tel pouvoir, Aedion", a-t-elle dit, "alors vous savez pourquoi Ilium est vital. Nous ne pouvons pas permettre à Adarlan de le retenir. Pour une douzaine de raisons. " Elle était certaine que son cousin les avait déjà tous calculés.

«Alors, reprenez la ville», a lancé Aedion. "Mais nous devons naviguer à l'aube." Les yeux de son cousin se plissèrent. "Le temple. C'est aussi qu'ils ont pris le temple, n'est-ce pas? "

"Ce temple est mon droit d'aînesse", a déclaré Aelin. "Je ne peux pas laisser cette insulte passer sans contrôle." Elle a roulé ses épaules. Révéler ses plans, s'expliquer… Il faudrait un certain temps pour s'y habituer. Mais elle avait promis d'essayer d'être plus… ouverte sur son complot. Et d'ailleurs, elle pourrait l'être. «Tant pour Adarlan que pour Darrow. Pas si je dois un jour reprendre mon trône. »

Aedion réfléchit. Puis il renifla, un soupçon de sourire sur son visage. "Une reine incontestée non seulement du sang, mais aussi des légendes." Son visage restait contemplatif. "Vous seriez la reine incontestée si vous faisiez de nouveau fleurir la flamme royale."

"Dommage que Lysandra ne puisse que se déplacer et pas changer les choses", marmonna Aelin. Lysandra claqua son bec en accord, gonflant ses plumes.

"Ils disent que la flamme royale a fleuri une fois pendant le règne d'Orlon", songea Aedion. "Une seule fleur, trouvée à Oakwald."

"Je sais," dit doucement Aelin. "Il l'a gardé pressé dans du verre sur son bureau." Elle se souvenait encore de cette petite fleur rouge et orange, si simple dans sa fabrication, mais si vibrante qu'elle lui avait toujours coupé le souffle. Il avait fleuri dans les champs et à travers les montagnes du royaume le jour où Brannon avait posé le pied sur ce continent. Et pendant des siècles après, si jamais une fleur solitaire était trouvée, le souverain actuel était réputé béni, le royaume vraiment en paix.

Avant que la fleur ne soit trouvée dans la deuxième décennie de royauté d'Orlon, la dernière avait été repérée quatre-vingt-quinze ans plus tôt. Aelin déglutit difficilement. "Est-ce qu'Adarlan—"

"Darrow l'a," a dit Aedion. "C'était la seule chose d'Orlon qu'il a réussi à saisir avant que les soldats ne prennent le palais."

Aelin hocha la tête, sa magie vacillant en réponse. Même l'Épée d'Orynth était tombée entre les mains d'Adarlan - jusqu'à ce qu'Aedion la récupère. Oui, son cousin comprenait peut-être plus que quiconque le pouvoir qu'un seul symbole pouvait exercer. Comment la perte ou la récupération d'une personne pourrait briser ou rallier une armée, un peuple.

Assez - c'était assez de destruction et de douleur infligée à son royaume.

"Allez," dit-elle à Lysandra et Aedion, se dirigeant vers la porte. "Nous ferions mieux de manger avant de lever l'enfer.

CHAPITRE 13

Cela faisait longtemps que Dorian n'avait pas vu tant d'étoiles.

Loin derrière eux, de la fumée tachait toujours le ciel, les panaches illuminés par le croissant de lune au-dessus. Au moins, les cris avaient disparu depuis des kilomètres. Avec le bruit des ailes puissantes.

Assis derrière lui dans l'esquif à un seul mât, le prince Rowan Whitethorn contemplait l'étendue calme et noire de la mer. Ils navigueraient vers le sud, poussés par la propre magie du prince, jusqu'aux îles mortes. Le guerrier Fae les avait rapidement amenés sur la côte, où il n’avait aucun scrupule à voler ce bateau pendant que son propriétaire était concentré sur la ville paniquée à l’ouest. Et pendant tout ce temps, Dorian était resté silencieux, inutile. Comme il l'avait été pendant la destruction de sa ville, son peuple a été assassiné.

"Tu devrais manger," dit Rowan de l'autre côté du petit bateau.

Dorian jeta un coup d'œil vers le sac de fournitures que Rowan avait également volé. Pain, fromage, pommes, poisson séché… L'estomac de Dorian se retourna.

"Vous avez été empalé par un barbillon empoisonné", a déclaré Rowan, sa voix pas plus forte que les vagues clapotant contre leur bateau alors que le vent rapide les poussait par derrière. «Votre magie a été épuisée pour vous garder en vie et marcher. Vous devez manger, sinon il ne se reconstituera pas. " Une pause. "Aelin ne vous en a-t-il pas averti?"

Dorian déglutit. "Non. Elle n'avait pas vraiment le temps de m'enseigner la magie. " Il regarda vers l'arrière du bateau, où Rowan était assis avec une main posée sur le gouvernail. La vue de ces oreilles pointues était toujours un choc, même des mois après avoir rencontré le mâle. Et ces cheveux argentés ...

Pas comme les cheveux de Manon, qui étaient le blanc pur du clair de lune sur la neige.

Il se demanda ce qu'il était advenu du chef d'escadre - qui avait tué pour lui, l'avait épargné.

Pas lui épargné. L'a sauvé.

Il n'était pas idiot. Il savait qu'elle l'avait fait pour toutes les raisons qui lui étaient utiles. Elle lui était aussi étrangère que le guerrier assis à l'autre bout du bateau - plus encore.

Et pourtant, cette obscurité, cette violence et cette façon sincère et honnête de regarder le monde… Il n'y aurait pas de secret avec elle. Pas de mensonges.

Vous devez manger pour garder vos forces », a poursuivi Rowan. «Votre magie se nourrit de votre énergie - se nourrit de vous. Plus vous êtes reposé, plus la force est grande. Plus important, plus le contrôle est grand. Votre pouvoir fait à la fois partie de vous et de sa propre entité. S'il est laissé à lui-même, il vous consommera, vous maniera comme un outil. » Un éclair de dents tandis que Rowan souriait. "Une certaine personne que nous connaissons aime siphonner son pouvoir, l'utiliser sur des choses frivoles pour garder son bord terne." Dorian pouvait sentir le regard de Rowan le fixer comme un coup physique. "Le choix vous appartient de savoir combien vous l'autorisez dans votre vie, comment l'utiliser - mais allez plus longtemps sans le maîtriser, Majesté, et cela vous détruira."

Un frisson parcourut la colonne vertébrale de Dorian.

Et c'était peut-être l'océan ouvert, ou les étoiles sans fin au-dessus d'eux, mais Dorian a dit: «Ce n'était pas suffisant. Ce jour-là… ce jour-là, Sorscha est morte, ce n'était pas suffisant pour la sauver. » Il étendit ses mains sur ses genoux. "Il veut seulement détruire."

Le silence tomba, assez longtemps pour que Dorian se demande si Rowan s'était endormi. Il n'avait pas osé demander quand le prince lui-même avait dormi pour la dernière fois; il avait certainement assez mangé pour un homme affamé.

Anaconda

"Je n'étais pas là non plus pour sauver ma compagne lorsqu'elle a été assassinée", a enfin déclaré Rowan.

Dorian se redressa. Aelin lui avait raconté beaucoup d'histoire du prince, mais pas ça. Il supposait que ce n'était pas son secret, sa douleur à partager. "Je suis désolé", a déclaré Dorian.

Sa magie avait ressenti le lien entre Aelin et Rowan - le lien qui était plus profond que le sang, que leur magie, et il avait supposé que c'était juste qu'ils étaient amis, et ne l'avait annoncé à personne. Mais si Rowan avait déjà une compagne et l'avait perdue…

Rowan a dit: «Tu vas détester le monde, Dorian. Tu vas te détester. Vous détesterez votre magie et vous détesterez tout moment de paix ou de bonheur. Mais j'avais le luxe d'un royaume en paix et personne ne dépendait de moi. Vous ne faites pas."

Rowan a déplacé le gouvernail, ajustant leur route plus loin vers la mer alors que le littoral s'avançait à leur rencontre, un mur montant de falaises abruptes. Il savait qu'ils voyageaient rapidement, mais ils devaient être presque à mi-chemin de la frontière sud - et voyager beaucoup plus vite qu'il ne l'avait imaginé sous le couvert de l'obscurité.

Dorian a enfin dit: «Je suis le souverain d'un royaume brisé. Mon peuple ne sait pas qui les gouverne. Et maintenant que je m'enfuis… »Il secoua la tête, l'épuisement rongeant ses os. «Ai-je cédé mon royaume à Erawan? Qu'est-ce que je fais même d'ici? "

Le craquement du navire et la ruée vers l’eau étaient les seuls sons. «Votre peuple aura maintenant appris que vous n'étiez pas parmi les morts. C'est à vous de leur dire comment l'interpréter - s'ils veulent vous voir comme les abandonnant, ou s'ils doivent vous voir comme un homme qui part chercher de l'aide - pour les sauver. Vous devez le préciser. "

"En allant aux îles mortes."

Un signe de tête. «Sans surprise, Aelin a une histoire chargée avec le Seigneur des pirates. Non. Il est dans votre intérêt de le faire vous voir comme un allié avantageux. Aedion m'a dit que les îles mortes étaient autrefois envahies par le général Narrok et plusieurs des forces d'Erawan. Rolfe et sa flotte se sont enfuis - et bien que Rolfe soit à nouveau maître de Skull’s Bay, cette honte pourrait être votre chemin avec lui. Convainquez-le que vous n'êtes pas le fils de votre père et que vous accorderez à Rolfe et à ses pirates des privilèges. "

"Vous voulez dire les transformer en corsaires."

«Vous avez de l'or, nous avons de l'or. Si la promesse d’argent de Rolfe et de liberté pour piller les navires d’Erawan nous assurera une armada dans le Sud, nous serions idiots d’y échapper. »

Dorian réfléchit aux paroles du prince. "Je n'ai jamais rencontré de pirate."

"Vous avez rencontré Aelin alors qu'elle faisait toujours semblant d'être Celaena", a déclaré Rowan sèchement. "Je peux vous promettre que Rolfe ne sera pas bien pire."

"Ce n'est pas rassurant."

Un rire étouffé. Le silence redevint entre eux. Enfin, Rowan a dit: "Je suis désolé - pour Sorscha."

Dorian haussa les épaules et se détestait pour ce geste, comme si cela diminuait ce que Sorscha voulait dire, à quel point elle avait été courageuse - à quel point spéciale. "Vous savez," dit-il, "parfois je souhaite que Chaol soit là - pour m'aider. Et puis parfois je suis content qu'il ne le soit pas, donc il ne serait plus en danger. Je suis content qu'il soit à Antica avec Nesryn. " Il étudia le prince, les lignes mortelles de son corps, l'immobilité prédatrice avec laquelle il était assis, alors même qu'il conduisait leur bateau. «Pourriez-vous… pourriez-vous m'enseigner la magie? Pas tout, je veux dire, mais… ce que vous pouvez, quand nous le pouvons. »

Rowan réfléchit un instant, puis dit: «J'ai connu de nombreux rois dans ma vie, Dorian Havilliard. Et c'était vraiment un homme rare qui demandait de l'aide quand il en avait besoin, qui mettait de côté la fierté. »

Dorian était presque certain que sa fierté avait été déchiquetée sous les griffes du prince Valg.

"Je vais vous apprendre autant que possible avant notre arrivée à Skull’s Bay", a déclaré Rowan. "Nous pourrions trouver là-bas quelqu'un qui s'est échappé des bouchers - quelqu'un pour vous instruire plus que moi."

"Vous avez enseigné Aelin."

Encore une fois, silence. Ensuite, «Aelin est mon cœur. Je lui ai appris ce que je savais, et cela a fonctionné parce que nos magies se comprenaient profondément, tout comme nos âmes. Tu es different. Votre magie est quelque chose que j'ai rarement rencontré. Vous avez besoin de quelqu'un qui le saisit, ou du moins comment vous y former. Mais je peux vous apprendre à contrôler; Je peux vous apprendre à descendre en votre pouvoir et à prendre soin de vous. »

Dorian hocha la tête pour remercier. "La première fois que vous avez rencontré Aelin, saviez-vous que ...?"

Un reniflement. "Non. Dieux, non. Nous voulions nous tuer. » L'amusement vacilla. «Elle était… dans un endroit très sombre. Nous l'étions tous les deux. Mais nous nous en sommes sortis. J'ai trouvé un moyen — ensemble. ”

Pour un battement de cœur, Dorian ne pouvait que regarder. Comme s'il lisait son esprit, Rowan a dit: «Tu trouveras aussi ton chemin, Dorian. Vous trouverez votre chemin. "

Il n'avait pas les bons mots pour exprimer ce qui était dans son cœur, alors il soupira face au ciel étoilé sans fin. "À Skull’s Bay, alors."

Le sourire de Rowan était une tache de blanc dans l'obscurité. "À Skull’s Bay."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode