Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Kevin_20 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Gatsby le magnifique Gatsby le magnifique
Francis Scott Fitzgerald   
Ce livre révèle le talent de l'auteur, je suis tombé sous le charme de de cette écriture fantastique. C'est une pure merveille, qui nous montre la vie des aristocrate du début du siècle dernier, et la décadence d'un personnage extraordinaire.

par myosotis
Je veux vivre Je veux vivre
Jenny Downham   
Dire que ce livre ne m'a pas ému serait mentir, il est juste exceptionnel ! J'ai véritablement eut du mal à le terminer vu que ma lecture était ponctuée de sanglots. Je me suis vraiment remise en question après avoir lu ce livre, qui m'a énormément aidé à faire le deuil d'une personne proche. J'ai encore des frissons rien que d'y repenser. En tout cas, je ne dis pas ça souvent, mais Merci Jenny Downham, merci de m'avoir aidée à franchir un cap que je pensais insurmontable.

par vagabonde
Seul le silence Seul le silence
R. J. Ellory   
Coup de coeur.

Seul le Silence n'est pas un roman policier comme les autres. Et c'est ça qui fait tout son charme. Lorsque j'ai commencé le livre, je m'attendais à un thriller haletant, à une histoire palpitante, à ressentir de l'appréhension alors que la fin serait proche ; je m'attendais au déroulement classique de tout bon policier : une enquête, un enquêteur, des indices qui s'accumulent et qui n'ont au premier abord pas grand chose à voir les uns avec les autres, un suspect, un nouvel élément qui aurait changé tout ce que l'enquêteur pensait être acquis, et enfin la naissance de la vérité. Mais ce roman de R. J. Ellory défie ces codes et change de perspective.
C'est quelque peu déroutant au début car on se demande quand l'enquête va enfin commencer avant de se rendre compte que, bien qu'il y ait une investigation en cours de route, le lecteur ne la suivra pas. On ne découvrira pas de nouveaux indices, ni ne recherchera impatiemment le coupable. Au lieu de ce schéma classique, l'auteur préfère nous plonger dans la vie de son protagoniste, Joseph Vaughan.

Joseph eut une vie bien compliquée, très riche en événements et en émotion, remplie de cauchemars et d'horreur, entrecoupée d'instants de bonheur qui ne durent jamais suffisamment longtemps pour être pleinement appréciés par celui qui les expérimente. On suit le parcours d'un enfant qui grandit dans la peur et l'incertitude, qui tente de vivre bien qu'il soit hanté par les meurtres perpétrés dans la ville où il a toujours vécu. Il ne comprend pas ce qu'il passe, ces morts le suivent comme son ombre et viennent lui rendre visite chaque fois qu'il semble les oublier. Alors qu'il regarde en arrière et nous raconte son enfance, son adolescence et sa vie en tant qu'adulte, il nous fait part de ses faiblesses et des choses qu'il aurait aimé faire autrement, de ses regrets mais aussi de ce qu'il n'avait pas anticipé. On s'attache à ce gamin devenu un homme, on comprend ses sentiments, on est content de son succès, on s'ouvre au monde grâce aux personnes qu'il rencontre, on partage sa vie avec lui. La frustration nous envahit quand plus rien ne va, quand Joseph lui-même perd espoir et égare son âme dans une pièce sans fenêtre. C'est un personnage principal on ne peut plus humain, son esprit n'est pas d'acier, les événements de l'existence l'atteignent, le touchent et l'affectent mais comme il est fort et déterminé, le temps guérit ses blessures et il se relève chaque fois qu'il est à terre. Il ne prend pas forcément les bonnes décisions, il ne fait probablement pas les meilleurs choix qui pourrait lui faciliter la vie. La nature ne lui fait pas de cadeau, une grande partie de sa vie est faite d'épreuves éprouvantes mais il s'accroche. Il est entouré de personnes qui tiennent à lui et l'aideront à s'en sortir. Joseph Vaughan a un côté fragile et humain qui en font un personnage extrêmement plaisant à suivre au fil des ans et des différents « stades » de son existence.

L'histoire en elle-même ne repose donc pas sur l'enquête policière. Cette dernière est reléguée au second voire troisième plan. L'auteur ne la mentionne pas vraiment. On sait qu'il y en a une car tout meurtre impose une enquête, de plus la situation est beaucoup trop grave pour ne pas créer la panique auprès de la population, mais l'enquête n'est pas au centre du roman.
J'ai plutôt eu l'impression que les meurtres étaient perpétrés avec l'intention de perturber et interrompre la vie paisible de Vaughan, comme si lorsqu'il semble enfin heureux et qu'il a trouvé un peu de tranquillité et de paix émotionnelle, un meurtre le ramenait brutalement sur terre et lui rappelait que la réalité était tout autre. Pour lui remémorer les erreurs et échecs de son passé. Les morts viennent s'accrocher à sa vie comme à un aimant et il doit les traîner partout avec lui. Comme un poids sur sa conscience.

Un autre élément qui m'a beaucoup plu, c'est le contexte historique au début de l'histoire. On a un petit aperçu du point de vue des Américains sur la seconde guerre mondiale, sur Hitler et ses actions, sur ce qu'il s'est passé en Europe. Cela ne fut mentionné que durant les premiers chapitres et n'a servi que de comparaison aux événements qui marquèrent la tranquille ville d'Augusta Falls mais j'ai beaucoup aimé cette vision de l'Histoire. On y ressent également l'aversion encore profonde des gens pour les noirs tout en s'apercevant que les mentalités commencent à changer.

En conclusion, Seul le Silence est un excellent roman policier qui prend par surprise au premier abord car on ne suit pas une enquête policière traditionnelle. On se plonge dans la vie mouvementée et tragique de Joseph Vaughan, enfant désireux d'aider et de protéger, adolescent hanté par sa culpabilité, adulte brisé, on découvre chaque nouvel moment de sa vie avec une certaine fébrilité, nous doutant que le pire reste à venir, que la fatalité finit toujours par le rattraper.
L'histoire m'a obsédée. Je tournais les pages avec impatience, emportée par ce que je lisais. L'écriture de Ellory est très agréable à lire, ça coule comme de l'eau de source et on se laisse porter par le courant. Le style n'est peut-être pas haletant mais cela ne m'a pas empêché de frissonner d'horreur et d'épouvante plusieurs fois au cours de ma lecture.

par Aunbrey
De force De force
Karine Giebel   
Karine Giebel, sur le thème de la vengeance : les ingrédients de base étaient déjà là pour faire de ce livre un petit bijou. Et s'il n'atteint pas le niveau du Purgatoire des innocents, c'est un très bon page-turner.

La tension est maintenue tout au long du livre. La force de ce roman réside, comme dans tous les romans de Karine Giebel, dans ses personnages, leur psychologie. Complexes, souvent en demi-teinte, il est difficile de se faire un avis définitif sur eux, et au fil de la lecture, mes sentiments sur leur compte se modifiaient constamment, changeaient de direction comme une girouette dans une tempête.
L'histoire est bien construite et le huit-clos oppressant, même si certains éléments sont éventés assez rapidement. Mais pas l'ensemble, en tout cas pour ma part, et du coup, j'ai trouvé la fin percutante. J'aime quand un élément vient éclairer l'ensemble du récit et lui donne une autre tonalité, ce qui s'est produit avec ce roman.

J'ai dévoré ce livre, et ai beaucoup apprécié ma lecture. Ce n'est pas le plus fort de ses romans, mais reste efficace et prenant.

Merci à Babelio et aux éditions Belfond, j'ai été ravie d'avoir la chance de découvrir le nouveau Karine Giebel, ce qui est toujours un événement en soi.

par Amaranth
Comme une tombe Comme une tombe
Peter James   
Le début de ce roman est vraiment haletant, on a l'impression d'être aux côtés de Michael Harrison! Par la suite, l'intrigue traîne un peu en longueur (un format plus court aurait peut-être été plus judicieux pour ce type d'histoire) et le dénouement est finalement plus classique.

par tolomas
Emory Emory
Christelle Verhoest   
Déjà, je souhaite vivement remercier Christelle Verhoest pour ce Service Press et pour sa confiance.

Alors qu’Emory est envoyé dans un centre de thérapie par ses parents, sont petit ami Heath décide de le sortir de là. Il a fait des recherches sur ce centre, et refuse que son copain subisse les horreurs qui se passent là-bas. Alors il va demander de l’aide à Kyle Emerson, un ancien du FBI qui a l’habitude des missions d’infiltrations. Seulement… Les gens peuvent-ils vraiment sortir intact de ce genre de centre ?...

Dès le premier chapitre, on comprend que ce livre va parler de la lute contre une homophobie extrême. Je n’ai aucune idée si les centres qui sont décrits dans cette histoire sont réels, ou pas, mais au fond je n’en serais pas vraiment étonné. Et c’est horrible de ce dire ça !

Nous allons donc suivre à tour de rôle, Kyle qui va devoir s’infiltrer dans ce centre pour sauver Emory. Heath, qui va tout faire pour aider Kyle et pour être prêt à retrouver son homme. Emory, qui vit un cauchemar éveillé là-bas. Mais aussi Devin, un autre garçon gay qui est dans ce centre et qui est devenu un ami d’Emory.

Ce qui est intéressant (dans une certaine mesure) c’est que nous apprenons vraiment ce que vivent les gens comme Emory et Devin dans le centre. C’est horrible, révoltant et odieux, mais au moins le lecteur peut mieux se mettre à leur place. Par contre… J’ai trouvé que certain point été trop vite oublié ou effacé. Principalement quand il est question des séquelles qu’ont Devin et Emory. Certes c’est abordé, mais… une fois ou deux ? Et ensuite ? Un cauchemar, quelques mots doux, et les cauchemars prennent fin ? J’ai du mal à le croire… Pour Emory, encore, il n’y est pas resté longtemps, et ce qu’il a vécu est moindre par rapport à ce qu’à vécu Devin (bien que dur quand même). Mais même pour ce dernier, ce n’est pas vraiment abordé… J’ai trouvé ça dommage.

Au final, c’est une lecture assez facile à lire, mais un peu trop accès sur la romance à mon goût. Dans les autres tomes, avec Len, Jody, Ash, Milo, Tristan, Camden et Shay, le fait que la romance prime sur le reste ne m’avait pas dérangé. Mais là, c’est différent. J’aurais aimé que l’aspect psychologique soit plus abordé…
Lui Lui
P.K. Summerboy   
De grands adolescents , la violence des sentiments, la violence de l'opprobre et des codes de normalité font de ce livre , un remake de Roméo et Juliette......une histoire d'amour entre deux personnes qui ne le devraient pas. Alors......on frémit , on vibre avec Brian et SummerBoy........La fraîcheur des dialogues et du style, j'ai même appris un mot,la profondeur des sentiments m'ont fait adorer ce roman. A mettre entre toutes les mains ...averties.....car il y a tout de même quelques scènes un peu chaudes......mais indispensables!
Summer angels Summer angels
Aurélie Chateaux-Martin   
Pour commencer, je dois dire que contrairement aux autres romances M/M de l'auteure, j'ai rencontré quelques difficultés à entamer ma lecture. En effet, même si j'ai beaucoup apprécié commencer l'histoire par la rencontre des deux protagonistes lors de leur enfance, j'ai trouvé que l'auteure, durant un certain laps de temps, a quelque peu traîné en longueur dans ses explications, rendant ce début légèrement longuet. Mais heureusement, cela n'a pas duré. En bref, nous débutons notre lecture facilement mais lentement.

Les personnages principaux, Gabriel et Eli m'ont vraiment touchée par leur fragilité mélangée à leur courage. Ce sont deux hommes complices, reliés par le destin qui souffrent de leur éloignement forcé. Je me suis tout de suite attachée à eux et ce fut un pur plaisir de les voir évoluer au fil des pages. Néanmoins, j'ai trouvé qu'il y avait un petit défaut : j'ai eu l'impression, bizarrement, de retrouver les pensées et états d'âmes des autres personnages des romances M/M de l'auteure. Je ne saurais dire pourquoi, mais même si je les ai véritablement adoré, j'ai vraiment eu cette impression de déjà vu.

L'originalité de cette romance M/M par rapport aux autres de l'auteure est que nous suivons les personnages principaux de leur plus jeune enfance jusqu'à l'âge adulte. Il n'y a pas de flashback ou de prologue qui nous montrent seulement certains passages bien précis de leur jeunesse. Nous vivons carrément leur enfance, l’évolution de leurs mentalités, etc. Même si j'ai vraiment apprécié ce côté de l'histoire, j'avoue que le début était un peu long. J'ai eu cette impression que l'histoire n'avançait pas pendant plusieurs dizaines pages.

Ce que j'ai vraiment apprécié dans cette romance M/M, c'est l'importance de la religion et des croyances de chacun en ce qui concerne l'homosexualité. Nous remarquons à travers l'histoire que les différentes religions affirment l'ignominie de l'homosexualité. Pourtant, il ne s'agit ni d'un pêcher, ni d'une tare, ni d'une maladie. C'est simplement une orientation sexuelle qui n'a rien à voir avec la religion. Malgré ce que beaucoup affirment, elle n'est pas interdite par la religion. Ceux qui l'affirment ne font que déformer les paroles religieuses à leur convenance.

L'action est assez peu présente dans ce livre mais cela ne dérange pas puisqu'il se passe tellement de choses entre les différents personnages que nous ne nous ennuyions jamais. Au contraire, nous sommes tenus en haleine du début à la fin grâce aux rebondissements, surprises et retournements de situation qui nous rendent véritablement accro à l'histoire.

La fin m'a beaucoup touchée et émue. Même si je me doutais que cela allait se passer ainsi, j'en suis heureuse. Une famille soudée ne peut se détruire ainsi. Ce n'est pas possible. Tout le monde mérite le bonheur, quelle que soit son orientation sexuelle, ses choix et goûts, etc ; l'auteure nous le montre remarquablement, ce que j'ai grandement apprécié.

La plume de l’auteure est toujours aussi belle, fluide et entraînante avec une alternance entre trash et douceur qui nous permet d'apprécier davantage notre lecture. Les descriptions sont également excellentes et nous n’avons aucun mal à nous imaginer les scènes. De plus, malgré le grand nombre de pages, le livre se lit extrêmement rapidement tellement il est captivant.

Pour conclure, même si j'ai totalement adoré cette lecture qui un réel coup de cœur, je dois avouer que je l'ai moins appréciée que les autres romances M/M de l'auteure. En effet, par moment j'ai ressenti comme une impression de déjà vu. Dommage. Hormis cela, j'ai passé un excellent moment aux côtés des personnages qui ont su me faire passer par tout un tas d'émotions et m'ont vraiment chamboulée. J'ai d'autant plus apprécié ce livre qu'il montre que l'homosexualité n'est pas un pêché, quelle que soit la religion. Ceux qui l'affirment n'ont fait que déformer les paroles religieuses en fonction de leur propre croyance. Il ne faut donc pas renier ce que l'on est, qui l'on est, mais s'assumer pleinement pour atteindre le bonheur.

Pour plus de chroniques :
http://mapassionlivresque.e-monsite.com/
Vous n'aurez pas ma haine Vous n'aurez pas ma haine
Antoine Leiris   
Un livre qui ne se note pas, il n'y a pas de critique à émettre, c'est juste de la douleur pure et des mots pour le dire.

par Elyn
Les ronds dans l'eau Les ronds dans l'eau
Hervé Commère   
Je suis très déçue de ce livre. Le résumé n'était pas très aguicheur, et j'avoue que je me suis lancée dans cette histoire complètement à l'aveugle.
Pour moi, tout va beaucoup trop vite dans ce livre. Le scénario en général est beaucoup trop simple, trop facile à deviner. Je ne me suis pas plus prêtée que cela au jeu. J'ai l'impression que l'auteur ne maîtrise rien de son sujet, et nous colle une histoire invraisemblable entre les mains. Ça manque cruellement d'actions, de suspens. On a des scènes qui ne sont là que pour faire croire au lecteur qu'il va se passer quelque chose à cet instant. Les personnages sont assez creux, pas de réelle construction. Ils sont trop banals, trop bancals. Pourtant, ça partait dans une bonne construction avec cette double-narration. Pourtant, l'auteur a quand même su me captiver dès les premières pages, mais cette sensation a vite disparu au fur-et à mesure et j'ai même finis par trouver ma lecture longue et ennuyeuse. L'auteur fait trop traîner son histoire, et l'a fait évoluer dans le mauvais sens. Et j'ai même été surprise que Jacques n'est que quelques chapitres dans le livres qui ne révèlent rien du tout ! Pourtant, ça aurait pu être un personnage très intéressant !
Les années où Yvan finit en prison passent à toute allure, bizarrement rien ne se passe, rien n'est raconté au lecteur. On croirait presque qu'Yvan passe du bon temps en prison avec son voisin de lit un peu fou. On a pas l'impression que le personnage s'ennuie, ou déprime.
Pareil pour tout ce qui se passe avant que le personnage n'aille au trou. Son amitié avec l'avocat, bah ça c'est vu à des milliers de kilomètres.
Et puis cette fin... Mon Dieu, si j'avais su, je ne me serais jamais lancée dans ce roman. C'est d'un ridicule et d'une telle facilité. On boucle le roman pour le boucler et tant pis pour la signification réelle. D'ailleurs, c'est moi ou c'est flou cette histoire des ronds dans l'eau ? Encore une preuve que ce roman manque d'originalité et de créativité. Trop de facilités à travers les pages.

Bon, c'est quand même un livre qui a au moins l'avantage de se lire vite et sans problème, et où on ne se casse pas la tête pour comprendre. Mais c'est dommage, l'histoire aurait pu tourner autrement si l'auteur y aurait mis plus piment.

par Fanfan54