Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Klaem : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Meilleure des vies La Meilleure des vies
Joanne Kathleen Rowling   
Un petit livre qui peut avoir un grand impact sur votre vie...

Tout d'abord, et pour ne pas perdre les bonnes habitudes, un grand merci aux éditions Grasset pour ce sublime envoi. Etant donné que l'ouvrage est très court (moins de cent pages) et que donc, je ne vais pas trop m'éterniser à son propos afin de ne pas vous en gâcher son contenu si intéressant, inspirant et enrichissant, juste une petite mise en avant de l'objet-livre.

Tout simplement car il le mérite à mille pour cent. Ce livre est petit, compact,-très léger, donc très agréable à tenir en main. De plus, c'est un hard-back et je sais que pour pas mal de lecteurs, ça signifie beaucoup. Sa couverture papier est superbe, très épurée et élégante, et, quand vous l'enlevez, cela vous dévoile un petit livre rouge avec des toques de diplômés américains dessus.

Bref, je pourrais m'extasier pendant des heures sur cet ouvrage qui fait divinement bien dans ma bibliothèque et continuer mon télé-achat, mais voilà, je tenais à souligner la qualité d'édition de cet ouvrage. Bravo, Grasset.

Maintenant, entrons dans le vif du sujet. Késako ? Qu'est-ce que ce livre peut bien nous raconter en une poignée de pages seulement, même pas cent ? Eh bien, toute l'expérience d'une vie, mes amis. Et pas des moindres : celle de notre maman magicienne, notre reine adorée, celle qui a marqué l'enfance et la vie de lecteur de beaucoup, j'ai nommé : J.K. Rowling.

Et une fois de plus, force est de constater que notre autrice bien-aimée sait manier les mots avec une dextérité que personne d'autre ne possède et qui, pour le coup, relèverait presque de la magie. Celle-ci, en tout cas, continue de faire mouche, cette fois dans le cadre d'un discours donné aux diplômés de Harvard de la promo 2008. Soit il y a presque dix ans, et pourtant, je peux vous assurer que les mots prononcés par J.K. ce jour-là ne tomberont pas dans l'oubli, qu'ils garderont éternellement leur valeur et leur force, et je remercie la maison d'édition anglaise Little, Brown and Company, et celle française de Grasset deux ans après, d'avoir eu l'intelligence remarquable de transmettre et de partager ces mots prononcés sur papier, de les graver noir sur blanc.

Même Albus Dumbledore n'aurait pas fait mieux en prononçant ces paroles qui vous forgent un individu et lui permettent d'avancer dans la vie. Qui plus est, de magnifiques illustrations viennent agrémenter la lecture et s'accordent parfaitement avec les propos pleins de bon sens et éclairants comme un phare dans la nuit de J.K.

Un vrai plus à ce livre petit par la taille mais grand par l'effet colossal qu'il produit sur nous, lecteurs, par la leçon de vie foudroyante qu'il nous donne, tel un nouveau jour qui se lève et qui nous éblouit. Je le garderai à tout jamais comme livre de chevet dans lequel me replonger dès que je me sentirai mal dans ma peau ou aurai la sensation de n'être qu'une moins-que-rien. Ce livre est une source de motivation perpétuelle qui en fait un indispensable à mes yeux afin d'aborder convenablement la vie.

Je vais vite conclure, car je ne voudrais pas vous priver de cette opportunité unique de découvrir d'autres pans de la vie de J.K. Rowling, qui, malgré ses malheurs, son désarroi, son sentiment d'abandon et de non-appartenance au monde, s'est rendue compte qu'on peut en survivre, surpasser ce chagrin presque morbide, et que la fidélité, la dignité, le respect et l'intégrité continuent à exister dans un monde malade qui peut sembler être un gouffre sans fin de noirceur.

Une fois de plus, J.K. confirme qu'elle a le cœur grand comme ça, accompagné d'un humour qui n'a pas su être entaché des dures épreuves qu'elle a dû traverser, et elle nous prodigue des conseils réconfortants et qui nous poussent à aller de l'avant. Ce discours fait preuve d'une grande humilité, d'une sagesse exemplaire concernant la façon de percevoir autrui et soi-même, et surtout, Joanne a su, je pense et je l'espère grandement, atteindre en plein cœur, toucher, émouvoir ces étudiants de la prestigieuse Harvard qui, elle le rappelle, sont brillants de leur travail acharné et n'auront sans doute aucun mal à trouver une place enviable dans ce bas monde.

Le fait qu'elle leur incombe comme mission d'élever la voix pour ceux qui n'en ont pas, de se servir de ce privilège qu'ils ont entre leurs mains d'être entendus et considérés comme importants pour se placer du côté de l'Humanité au lieu de celui du pouvoir, c'est un exemple qu'on devrait tous prendre comme maxime dans notre vie, qu'elle soit lumineuse de gloire, d'argent, de réussite, de succès, ou qu'on soit plus dans l'ombre. Tant qu'on a l'imagination d'un monde meilleur, une grandeur et une ouverture d'esprit, tout reste possible et réalisable. COUP DE CŒUR ♥

J'ai fait lire cet ouvrage à ma maman, et elle a su être conquise par son message instructif, rayonnant de vérité et de lucidité. Et vous, qu'en sera-t-il pour vous ?
Les Insoumis, Tome 4 : Héritage Les Insoumis, Tome 4 : Héritage
Alexandra Bracken   
J'avais adoré les trois premiers livres et grandement regretté la fin du dernier , que je trouvais bien trop en suspend à mon goût . Je n'imaginais pas que l'auteure avait prévu une suite quelques années après la fin de sa trilogie . J'étais assez dubitativement et triste de voir que l'histoire n'était pas du point de vue de Ruby , personnage complexe que j'appréciais tant , mais je me suis quand même laissé tenté en grande fan que je suis .

L'histoire du point de vue d'une Zu qui a bien grandit et qui semble souffrir du poids du passé , m'a complètement captivée . On découvre que la vision optimiste d'un monde en plein changement ,que nous avait décrit Alexandra Bracken à la fin de sa trilogie , n'a pas exactement évolué comme il était prévu . Les nouveaux personnages , Priyanka et Roman , m'ont captivés et ils étaient décrit d'une telle sorte que je pouvais ressentir une certaine empathie envers eux . Ayant toujours aimé la plume d'Alexandra Bracken , j'ai trouvé l'histoire bien écrite , pleine de suspens , je regrette simplement le fait que l'histoire post trilogie de Ruby , Liam , Chub et Vida ne soit pas autant développé que celle de Zu . On apprend quelques truc mais pas autant que je ne l'aurais voulu .Cependant la fin de ce tome laisse à penser qu'une suite est à venir et j'espère donc que l'histoire de ces quatre personnages qui me tiennent particulièrement à cœur sera plus présente dans un potentiel tome 5 !

par Hazel0510
Passenger, Tome 1 Passenger, Tome 1
Alexandra Bracken   
«In the whole course of history, war had always fallen on the shoulders of the young.»

Je suis tombée amoureuse de Passenger comme je suis tombée pour peu de livres. Tout de suite, sans avoir à fournir le moindre effort et sans que le charme ne se brise à un aucun moment.

Alexandra Bracken a écrit un roman sincèrement fascinant. Sa plume m'a transporté d'époque en époque avec passion. C'est fluide et clair; on sent que l'auteure est à l'aise dans son histoire et ça vaut beaucoup à mes yeux. En plus, il y a ce petit côté poétique par moment qui m'a énormément plu!

L'histoire est superbe. On y découvre Henrietta Spencer aka Etta qui après plusieurs évènements plutôt désastreux se retrouve sur un navire au 18e siècle. Là elle rencontre Nicholas Carter et ensemble ils partiront à travers les siècles en quête d'un objet perdu depuis un petit bout de temps et qu'une famille puissante veut récupérer à des fins peu claires.

J'ai adoré voyager d'un siècle à un autre. Si je devais avoir un super pouvoir, je voudrais être capable de voyager dans le temps, sans hésiter. (J'ai d'ailleurs beaucoup aimé toutes les règles autour du voyage dans le temps. C'est très encadré, les voyageurs doivent respecter certains points importants tels que le fait de ne pas pouvoir aller deux fois au même endroit/même époque pour éviter de se retrouver face à eux-même, etc. Mais surtout, j'aime énormément l'idée que l'histoire ait été changée et que la réalité dans laquelle nous vivons n'est pas la version d'origine.)

Alors oui, je voudrais avoir la faculté de voyager dans le temps, moi aussi. En espérant croiser un Nicholas Carter. Parce que sérieusement, ce gars c'est l'homme de mes rêves. Enfin, de mes rêves depuis que j'ai lu Passenger. Il m'a conquise dès le début. Le coup de foudre, ça existe vraiment!

Je voudrais aussi être une version de Etta. Parce que je l'ai adoré. Elle est attachante et ce n'est pas le genre d'héroïne qui prend des décisions stupides et vous donne envie de l'encastrer dans un mur. Non, c'est une héroïne géniale avec du courage, de la force et par-dessus tout de la détermination. Etta est une héroïne portée par l'amour qu'elle porte à sa famille et ce n'est pas un point qui l'a rendu faible ou quoi-que-ce-soit dans le genre. Au contraire, c'est de là qu'elle puise toute sa force. Et j'ai trouvé ça vraiment plaisant.

Les personnages secondaires sont tous intéressants à leur manière. Et même étant secondaires, parfois n'ayant que quelques scènes dans tout le livre, ils sont assez complets et certains se sont même révélés plus attachants que je m'y attendais au départ. Tel que Alice.

Côté romance, j'ai adoré la dynamique entre Nicholas et Etta. Alexandra Bracken a réussi à établir une véritable connexion entre les deux et leurs sentiments seraient presque palpables!
Et bien que la romance soit présente, elle n'empiète pas sur le reste de l'histoire et sur la quête des personnages, ce que j'ai bien apprécié. Ça fait du bien de lire une romance qui évolue à son rythme et qui le fait si bien que ça ne sonne pas faux ou sortie de nulle part ou encore "comme par hasard".

Et puis, il faut que je parle de l'objet-livre en lui-même. La couverture est très belle - elle représente plutôt bien l'histoire- et j'aime bien aussi les débuts de chapitre - tout en simplicité mais tout-de-même très jolis.
Mais ce que j'aime par-dessus tout, pour les éditions hardcover, c'est l'arbre sur le devant. Ça peut paraître totalement idiot mais AH! j'en suis absolument totalement irrévocablement amoureusement folle.

Quant à la fin, difficile pour mon cœur de la supporter. Je suis bien heureuse d'avoir mis tant de temps avant de réellement m'intéresser à ce livre parce qu'au moins je n'aurais pas longtemps à attendre pour me procurer le second (et dernier) tome.
Il y a tellement de choses que je veux savoir qu'en faire une liste serait interminable!

Passenger est donc un roman qui vaut la peine d'être lu. Sans aucun doute. Et un vrai coup de cœur pour moi.
Si vous voulez voyager et visiter d'autres époques, si vous voulez connaître l'amour sous toutes ses formes et tout ce qu'on serait prêt à faire pour lui, ce livre est fait pour vous!
Oh et puis vous savez quoi? Même si vous ne cherchez pas à littéralement quitter votre train train quotidien et que vous vous fichez totalement des sentiments brûlants qui peuvent envahir votre corps, VOUS DEVEZ LIRE PASSENGER.
Parce que ce livre est complet, clair, fascinant, addictif, palpitant et j'en passe...

«What good is honour when greed eats away at its foundations?»

par Sheo
Passenger, Tome 2 : Les Voyageurs du temps Passenger, Tome 2 : Les Voyageurs du temps
Alexandra Bracken   
Pour Wayfarer, je n’ai que des bons commentaires sur le livre. Je trouve que c’est une très très bonne suite à Passenger. J’ai aimé avoir les points de vue d’Etta et de Nicholas, bien que j’ai plus apprécié celui d’Etta. J’ai vraiment aimé apprendre les autres personnages secondaires comme Sophia, Julian et bien d’autres que je ne peux pas nommés de peur de vous vendre des punchs. L’action n’a jamais arrêté. Elle commence du début à la fin et elle est remplie de plot twist que je n’ai pas vu venir. La seule chose que j’aurais changée c’est que j’aurais mis plus de moments où Etta et Nicholas sont seuls ensemble. Ces passages sont trop peu nombreux, à mon gout à moi. C’était rendu que j’étais désespérée pour les voir enfin réunis. Bref, je n’ai que des bons commentaires sur le deuxième tome de la série. Je n’ai aucunement été déçue!

par Jo1o
Le Chant du cœur Le Chant du cœur
Amy Harmon   
Je me suis sentie obligée de relire "La loi du coeur" avant de lire ce tome, afin de me remettre dans l'univers d'Amy Harmon et dans l'histoire de Moïse, Tag et Georgie. Je me suis alors rappelée pourquoi j'aime tant l'écriture et les personnages de cette auteure. C'est une histoire d'amour, d'amitié, et plus largement c'est une histoire de vie. On vibre au rythme du récit de l'histoire de Tag, d'Henry et de Millie dans ce tome. Les personnages sont attachants, l'histoire nous tient en haleine et on ne peut plus lâcher ce livre. C'est un magnifique roman qui m'a totalement embarquée, je le recommande sans hésitation.
Leah à contretemps Leah à contretemps
Becky Albertalli   
«"How did you get so cynical?"
"I can't help it. I'm a slytherin."»

Prêts pour une déclaration d'amour à Leah on the Offbeat ? Prêts à lire une review dégoulinante de smiley avec des yeux en forme de cœurs ? Vous voyez mon cœur qui bat si fort pour ce que livre qu'il en sort de ma poitrine à chaque battement, comme dans les cartoons ? Prêts ou pas prêts, j'arrive ! (Okay, on peut oublier la dernière horrible phrase d'une gamine de six ans qui joue à cache-cache que je viens de sortir et que je n'effacerais même pas en prétendant que ça n'est jamais arrivé ?)

Si vous avez aimé Simon vs. the Homo Sapiens Agenda, et même The Upside of Unrequited, vous aimerez sans aucun doute Leah on the Offbeat. Et si vous n'avez toujours pas lu les deux bouquins que je viens juste d'énoncer, vous avez grand intérêt à vous jeter dessus ET ensuite à lire Leah on the Offbeat. Parce que les personnages que vous y trouverez sont humains, parfaitement imparfaits, et si réels que vous pourrez presque les toucher. Soyons clairs, le jour où Simon Spier et toute sa clique accompagnés de Molly et co font un saut dans le monde réel, je leur fais un gros câlin et je les supplie de m'emmener avec eux dans leur réalité fictive. CLAIR ET NET.

Tu veux lire la suite de ma review ? Direction le blog, bébé alien qui mange des pères noël (et je ne sais pas du tout d'où ça sort) → theblacksunshineblog.wordpress.com/2018/04/25/leah-on-the-offbeat-becki-albertalli/

par Sheo
Nés à minuit, Tome 6 : Frissons Nés à minuit, Tome 6 : Frissons
C.C. Hunter   
J'ai adoré ce dernier tome. Franchement cette série de livres est ma préférée de loin. J'ai lu le tome de Miranda en anglais et c'était TROP COURT !!! La fin est juste magnifique. J'ai adoré voir les personnages "murir" à travers ces livres. Juste un conseil, prenez votre temps pour lire ce dernier tome, pas comme moi qui l'a dévoré en une seule journée. C'est très dur de faire cela mais il faut en profiter. Mais l'histoire de ce tome-ci se passe juste après celle du deuxième tome de Nés à minuit Renaissance. Donc l'idéal ça aurait été mieux de lire celui-ci juste avant d'attaquer le troisième tome... Mais ce n'est pas très possible car le dernier tome de la trilogie de Della est déjà sorti, alors que celui-ci pas encore. JE SUIS TROP TRISTE D'AVOIR DEJA TOUT LU !!!!
Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série
Becky Albertalli   
«'I've had crushes on twenty-six people, twenty-five of whom are not Lin-Manuel Miranda»

«I'm on the toilet at the 9:30 Club and I'm wondering how mermaids pee.» Oui, moi aussi. Enfin, moi aussi je me demande comment les sirènes pissent. Sérieux. COMMENT?!

J'avais besoin de deux choses:

1. une romance que j'aimerai d'amour. ✓

2. un bouquin qui m'aiderait à me remettre du dernier épisode de la saison 4 de The 100. ✓

The Upside of Unrequited m'a donné tout ce dont j'avais besoin, et même plus. Alors je vous présente officiellement mon nouveau crush.

Si vous êtes déjà tombé pour Simon et Blue, vous tomberez sûrement aussi pour Molly et Reid. Très sûrement. Parce que Becky Albertalli sait comment vous faire tomber qu'importe qui vous êtes; que vous soyez gay ou hétéro (ou autre), que vous soyez maigre ou gros (ou entre les deux), que vous soyez blanc ou noir (ou métisse), que vous soyez discret ou bruyant... qu'importe, Becky Albertalli nous rappelle que ça ne fait pas la moindre différence, on aime tous de la même manière; avec des cœurs dans les yeux, la gorge nouée, et des papillons dans l'estomac. #beyourself

OK, tout ça pour dire que j'adooooooooooooooooore Becky et ses romans. #inlove #depuisquandjutilisedeshashtags

DONC. The Upside of Unrequited suit Molly Peskin-Suso (la cousine de Abby Suso que vous connaissez peut-être via Simon vs. the Homo Sapiens Agenda) qui a connu vingt-six crushes mais n'a jamais eu de petit-ami. C'est clair, Molly est incollable quand il s'agit de craquer sur un mec (dans son cas) et de décider qu'il est préférable de le garder pour soi. Mais alors, qu'en était-il d'avoir un copain? Molly meurt d'envie de connaître ça. Sa sœur jumelle Cassie connaît ça, son amie Olivia connaît ça, sa cousine Abby connaît ça... bref, Molly est la seule à ne pas connaître ça. Jusqu'à Will. (Oups, je voulais dire) Reid.

◊ Bon, ça ne vous surprendra peut-être pas mais j'ai adoré les personnages. Ils sont attachants et réalistes, et drôles, et tout ce que vous voulez dans la mesure où c'est gentil. ^^ Et il n'est pas difficile de se retrouver à travers un personnage, quel qu'il soit.

Molly est une adolescente avec des rondeurs. Ce qui ne l'empêche pas d'être jolie et de se sentir bien (la plupart du temps) dans sa peau. C'est une personne très anxieuse, au point d'avoir un traitement (#sœursdemedocs), ce qui ne l'empêche pas d'être drôle et irrémédiablement attachante. Molly a un cœur en or et une âme d'artiste et je l'ai adoré. C'est une de ces personnes simples, qui n'usent pas des artifices et qui n'en sont que plus belles, vous voyez? (le retour du "vous voyez?")

Reid (de la Terre du Milieu). omg. Vous me croyez si je vous dis que je suis tombée amoureuse de Reid dès sa première apparition et que par-la-suite je ne vivais plus que pour une scène avec lui? Eh bien, croyez-le ou non mais c'est vrai. Reid n'est pas un golden boy, et vous avez plus de chances de le croiser dans une cuisine que dans une salle de sport. ENFIN! C'est si rare les gars (dans les romans) qui sont beaux sans ressembler à des mecs tout droit sortis de photoshop. #reidestparfait #reiddelaterredumilieu #fautquejarrêteavecleshashtags

◊ La romance entre Molly et Reid est super mignonne! Et elle leur correspond vraiment. (uh. Quel argument.) J'aime comment les choses se déroulent entre eux, comment leur relation évolue et tout ça. (aka je ne sais pas vraiment quoi dire mais je vous donne l'impression que je sais, coup classique) J'aime leur complicité et il ne m'a pas fallu longtemps pour les ajouter à la liste de tous mes ships (je tiens vraiment une liste).

◊ Becky Albertalli a une plume que j'aime beaucoup. Non seulement parce qu'elle est fluide et claire mais en plus parce que cette auteure ne se contente pas seulement de raconter une histoire. Elle n'entre pas dans les clichés habituels, elle n'a pas peur de nous faire rencontrer des personnages réalistes et par-dessous tout elle y met du cœur.
Becky Albertalli me fait ressentir de ces trucs! Sincèrement, c'est assez rare que j'ai envie de pleurer quand un personnage a envie de pleurer, que j'ai envie de lever les yeux en même temps qu'un personnage, que je ris avec un personnage, etc. Et j'ai adoré l'effet que ça a fait à mon estomac. J'ai l'impression que ça fait bien trop longtemps que ça ne m'étais pas arrivée.

◊ Becky Albertalli est de ces auteurs qui soutiennent la communauté LGBT+ et qui le font à la perfection. Je soutiens la communauté LGBT+ et j'appartiens à la communauté LGBT+ alors quand Becky Albertalli écrit une histoire sur une fille dont la jumelle est lesbienne dont la petite amie est désignée comme pansexuelle (personne qui peut ressentir de l'attirance sexuelle/émotionnelle/blablabla pour une autre personne quelle que soit son sexe et son genre -femme/homme/sans genre/trans/autre-) et qui a deux mères, je suis conquise. Je peux clairement mourir en paix.

◊ Oh et, il y a Simon dans The Upside of Unrequited. OK, une scène et demi. Mais quand-même!

◊ Pourquoi pas 10/10? Je suis une rabat-joie. Et J'AIME être une rabat-joie. Mais ce n'est pas parce que je suis une rabat-joie que je n'ai pas donné 10/10 à The Upside of Unrequited même si ce livre est (presque) parfait. Il y a deux raisons à cela:

1. j'ai eu du mal à me lancer dans cette lecture. Avant que je me lance véritablement dans cette lecture, j'avais déjà essayé de lire ce roman. OK, j'ai lu vingt pages et je me suis arrêtée. Mais j'avais tellement peur que The Upside of Unrequited ne soit pas à la hauteur de mes attentes, qu'il ne soit pas à la hauteur de Simon vs. the Homo Sapiens Agenda que les vingts premières pages m'ont été gâchées et je ressens le besoin de prendre ça en compte. (Je suis une rabat-joie, souvenez-vous.)

2. ce livre a une note de 9/10. Ça signifie que si un jour je décide de le relire, il y a de grandes chances pour que je lui donne finalement le 10/10 qu'il mérite amplement.

◊ En conclusion, j'ai adoré ma lecture de The Upside of Unrequited qui est donc un coup de cœur et j'ai hâte de lire le prochain roman de Becky Albertalli. Tout simplement parce que j'adore son travail. The Upside of Unrequited est un roman qui ne manque pas de moments touchants, drôles, et j'en passe. C'est une lecture addictive et réaliste. C'était génial.

PS: Vous voulez savoir pourquoi il m'a fallu autant de temps (trois heures) pour écrire cette review? Non? Tant pis, je vous le dis quand-même. Entre deux paragraphes, je regardais des vidéos de Bellarke (Bellamy/Clarke - The 100) parce que je ne me remettrai jamais du final de la saison 4 et que la saison 5 me semble bien trop loin. Voilà, vous connaissez à présent ma faiblesse. #fangirl #bellarke #ineedseasonfivenow

«I don’t entirely understand how anyone gets a boyfriend. Or a girlfriend. It just seems like the most impossible odds. You have to have a crush on the exact right person at the exact right moment. And they have to like you back. A perfect alignment of feelings and circumstances. It’s almost unfathomable that it happens as often as it does.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/26/the-upside-of-unrequited-becky-albertalli/

par Sheo
L'insaisissable logique de ma vie L'insaisissable logique de ma vie
Benjamin Alire Sáenz   
«we are what we remember.»

Comment ne pas aimer un roman écrit par le grand auteur de Aristotle And Dante Discover The Secrets Of The Universe? Comment ne pas aimer The Inexplicable Logic Of My Life? (Comment ne pas aimer les mots d'un auteur dont les romans ont toujours de longs titres?)
absolument. pas. possible.

ATTENTION, Benjamin Alire Sáenz a écrit un nouveau chef-d'oeuvre!
Alors certes, aucun roman ne sera jamais à la hauteur d'Aristotle And Dante Discover The Secrets Of The Universe à mes yeux mais The Inexplicable Logic Of My Life reste tout-de-même une merveilleuse lecture qui n'est pas passée loin d'être un coup de cœur.

The Inexplicable Logic Of My Llife était l'une de mes plus grandes attentes de 2017 et sérieusement, je n'ai pas été déçue!
J'ai dévorée ce roman.

On retrouve la plume de Benjamin Alire Sáenz; une plume simple qui rend cette simplicité magnifique et addictive. Une plume qui nous raconte une histoire qui aurait très bien pu être la nôtre avec toujours un brin de poésie.

Parce que c'est quelque chose que j'aime chez cet auteur: sa réalité (ainsi que la façon qu'il a d’assembler les mots). Que ça soit pour Ari et Dante ou pour Salvie, Sam, et Fito, Benjamin Alire Sáenz n'oublie jamais de nous rappeler via ses mots que ça aurait pu être notre vie ou celle de notre voisin. Il me rappelle à chaque fois que même quand nos vies sont différentes les unes des autres, elles ne le sont jamais complètement. (Un truc dans le genre.)

J'aime les mots de cet auteur autant que j'aime les vies qu'il raconte. Pas qu'elles soient parfaites ou quoi que ce soit dans le genre. Absolument pas. Mais parce qu'elles sont justement réalistes avec leurs hauts et leurs bas. Et oui, j'aime ça!
La vie de Salvador m'a touchée et elle m'a plu.

J'aime les personnages. ♥♥♥ Parce qu'ils sont humains et parce que j'aime penser que quelque part dans le monde, sous un autre nom et sous une autre apparence, il y a un Salvador, il y a un Vicente, il y a un Fito... Parce que comme je l'ai dit plus haut, Benjamin Alire Sáenz nous raconte des vérités, des vies qui pourraient appartenir à n'importe lequel d'entre nous. Et je ne sais pas, la façon dont il le fait ne manque jamais de me toucher en plein cœur.

Je me suis attachée à Salvie, à Sam, à Fito, à Mima, à Vicente (le père de Salvador) et en fait, à tous les personnages de ce livre. Je les ai adoré.

J'ai adoré l'amitié entre Sam et Salvador, entre Salvie et Fito, etc. J'ai adoré la relation entre Salvie et son père. D'ailleurs, je crois bien que ça a été ma partie préférée de ce roman. Je ne sais pas comment l'expliquer mais on sent vraiment l'amour d'un père et d'un fils, le lien qu'il y a entre eux via les moments qu'ils partagent dans TILOML. Comme s'il existait un endroit dans l'univers connu d'eux seuls. Vous voyez?

Enfin, c'est peut-être très bête dit comme ça mais j'ai adoré chaque pacerelle de ce roman. Et je le recommande, c'est tout. The Inexplicable Logic Of My Life vaut la peine d'être lu. Parce qu'en plus d'être une belle histoire, Benjamin Alire Sáenz n'oublie pas de nous rappeler certaines choses à propos de la vie, de l'amour, de la personne que la vie nous aide à forger et j'en passe.

Je n'ai rien de plus à dire sur ce roman. Mais sachez qu'il a gagné une place dans mon cœur. Et qu'il m'a clairement donné envie d'aller retrouver (une fois de plus) Ari et Dante. (Oui, j'en reviens toujours à Ari et Dante. J'ai d'ailleurs beaucoup pensé à eux durant ma lecture. Et un jour, sans aucun doute, je retrouverai à nouveau Salvie à son tour.)

À présent, je sais que Benjamin Alire Sáenz n'a pas juste eu un ÉNORME coup de chance d'avoir écrit l'histoire d'Ari et de Dante et que cette dernière ait eu un tel succès. À présent, je sais que cet auteur est juste bourré de talent pour toucher un lecteur en plein cœur et de nous rappeler que ses personnages sont peut-être fictifs mais qu'ils n'en sont pas moins humains et que quelque part quelqu'un est comme eux.

«Maybe I'd always had the wrong idea as to who I really was.»

par Sheo
In Real Life, Tome 1 : Déconnexion In Real Life, Tome 1 : Déconnexion
Maiwenn Alix   
In real life a de suite attiré mon attention avec une couverture aussi belle qu’intriguante. On ne le répétera pas assez, les couvertures jouent un rôle majeur dans la vie d'un livre. J'ai donc de suite voulu en savoir plus en découvrant le résumé. Et autant vous dire qu'il n'a fait que confirmé mon envie de lire ce premier tome d'In real life.

De quoi ça parle ? Dans un monde ultra connecté, chaque individu peut vivre des rêves éveillés, entendre les penser des autres et faire tout un tas de choses virtuellement. Nous suivons Lani, à la veille d'un grand changement dans sa vie. Elle va enfin savoir ce à quoi elle va être affecté tout au long de sa vie lors de la répartition. Elle fonde de nombreux espoirs quant à la possibilité de rejoindre les créateurs de rêves. Pourtant, lors de cette fameuse journée, rien ne va se dérouler comme prévu. A commencer par... son enlèvement et sa Déconnexion du système.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, je me suis retrouvée immergé dans un univers à la fois simple et complexe. Nombreux sont les éléments faisant penser aux romans bien connus de dystopie, pourtant, l'auteure, Maiwenn Alix, arrive à nous proposé quelque chose de nouveau et assez original en approfondissent pleinement son histoire et son univers. Si le début peut paraître similaire à d'autres, je vous assez qu'après, tout est différent.

J'ai pris plaisir à découvrir cet univers dans lequel bien des choses ne se passent pas en vrai mais grâce à la connexion. Les conversations, l'apprentissage, les rencontres. Ce système a pour but de faire régner la paix et l'harmonie pourtant on sent bien que celui-ci impose des limites et cache quelque chose. La jeune v est persuadée du bien fondé par le système, mais comme toutes les dystopies, elle va vite se rendre compte que derrière l'illusion du parfait se cache de nombreuses entraves. L'univers de l'auteure est captivant et vraiment bien construit. Rien n'est laissé au hasard et une fois pleinement dans l'histoire, il est dur de décrocher.

Parlons maintenant personnages. Lani est une héroine attachante, courageuse et vraiment réfléchie. Bien sur, elle croit au Système, ses valeurs et ce qu'elle a toujours connu. Néanmoins, elle fait preuve de curiosité et ne reste pas fermée à ce qu'elle voit ou découvre. Tom, son meilleur ami, lui aussi embarqué dans cette aventure est assez intéressant à suivre, bien qu'au second plan. J'ai eu peur pendant un moment d'un éventuel triangle amoureux - vous connaissez ma haine pour ce schéma récurrent - mais heureusement non. Enfin, je dois dire que nombreux des déconnectés sont intéressants et notamment l'un d'entre eux (dont je tairais le nom pour garder du suspense).

J'ai trouvé que l'auteure, Maiwenn Alix, arrivait à jongler avec équilibre entre bouleversements, action et amour. Car oui, In real life contient également sa petite romance. Elle est un peu rapide, quoique certaines choses peuvent s'expliquer par ce que vit notre héroïne, mais reste mignonne et rafraîchissante.

La fin quant à elle remplit son job. Elle donne envie d'en savoir plus et nous laisse dans l'attente de quelque chose d'encore plus grand. J'ai hâte de poursuivre l'histoire de Lani et attendrait la suite de pieds fermes.

http://www.my-bo0ks.com/2018/08/in-real-life-tome-1-deconnexion-maiwenn-alix.html

par Carole94P