Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de KlaNoe : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Les Dames de Saint-Petersbourg Les Dames de Saint-Petersbourg
Nina Berberova   
Fuyant Saint-Pétersbourg, Barbara Ivanovna et sa fille Marguerite arrivent, dans un village, chez le docteur Byrdine où elles retrouvent un peu de la quiétude perdue. Mais la mort soudaine de la mère plonge ce petit monde dans la difficulté. Il faut enterrer Barbara Ivanovna au plus vite, dans le jardin de la pension, en attendant des temps meilleurs. Dix ans plus tard, Marguerite revient dans ce village pour y recueillir les restes de sa mère...

Ce récit, à la fois tendre et cruel, est publié en même temps que Zoïa Andréevna. Ecrits en 1927, ce sont, dans l’œuvre narrative de Nina Berberova, les seuls à mettre en scène les futurs émigrés au moment où, en Russie, ils fuient la révolution.

par didie9
Où il n'est pas question d'amour Où il n'est pas question d'amour
Nina Berberova   
Aux " Chroniques de Billancourt " faisaient suite, dans les manuscrits de Nina Berberova, ces nouvelles dont l'action se situe à un moment où la dépression ébranle une fois encore le petit monde de l'exil qui avait commencé à s'organiser autour des usines Renault.
On y retrouve la vivacité du regard, la perfection du trait, l'art de la narration qui ont si souvent conduit les critiques du monde entier à comparer Nina Berberova à Tchekhov ou à Tourgueniev. On notera que si les " Chroniques de Billancourt " précédaient les " petits " romans (telle " L'Accompagnatrice "), les récits que voici en sont contemporains. C'est dire que la maîtrise de l'écrivain a déjà atteint son plus haut niveau. Comme pour les " Chroniques de Billancourt ", cette édition est la première jamais réalisée, les récits n'ayant paru - en russe - que dans des publications périodiques au moment où ils étaient écrits.
Un ouvrage important donc dans l'édition de l'œuvre complète de Nina Berberova, en cours de réalisation depuis 1985.

par saltanis
Récits de l'exil Récits de l'exil
Nina Berberova   
Qu'elle mette en scène (De cape et de larmes) le destin tragique de deux sœurs dont l'une voit son homme envoyé au goulag et l'autre part s'installer à Paris avec son père, qu'elle évoque (Le Roseau révolté) le destin de deux amants séparés par la guerre ou qu'elle raconte (Le Mal noir) l'exil vers Les Etats-Unis d'un Russe émigré dont la compagne est morte pendant un bombardement en France, Nina Berberova n'a de cesse qu'elle ne rende dans ses plus subtiles variations la détresse profonde de ces immigrés de la première génération, dépouillés de leur langue, de leurs affections, de leur territoire.

par Rivenn
Récits de l'exil, tome 1 Récits de l'exil, tome 1
Nina Berberova   
L'Accompagnatrice, Roquenval, Le Laquais et la Putain, Astachev à Paris, La Résurrection de Mozart. Dans l’ordre chronologique d’écriture, les “petits romans” de l’exil.
Zoïa Andréevna Zoïa Andréevna
Nina Berberova   

Fuyant les bolcheviks, le jeune Zoïa se réfugie dans une pension dont l'expulse la méfiance de la petite communauté qui l'habite.
Les Erythréens Les Erythréens
Léonard Vincent   
Un livre bouleversant sur le drame poignant et trop méconnu des réfugiés érythréens fuyant, au péril de leur vie, la pire dictature d'Afrique. C'est une contrée qui borde la mer Rouge. Au nord le Soudan, au sud l'Ethiopie. A première vue, le bout du monde parfait. Mais Issaias Afeworki règne sur ce pays, l'Erythrée, depuis vingt ans. Après avoir conduit la guerre d'indépendance, l'homme s'est mué en dictateur alcoolique et paranoïaque. Il dirige son Etat comme une caserne. Chaque parcelle est verrouillée, la police est omniprésente, les prisons sont pleines. Tous cherchent à s'enfuir. Grâce aux trafiquants et quelques centaines de dollars économisés au fil du temps, certains y parviennent. Pour la première fois, dans ce récit d'une grande justesse, les Erythréens ont la parole. Ils lèvent le voile sur un peuple pris en otage. En attendant le jour de la délivrance.

par Biquet
Astachev à Paris Astachev à Paris
Nina Berberova   
Nous sommes tous mortels.
Un jour, Elle viendra... et tout sera fini... Qu'adviendra-t-il alors de nos proches ? Notre devoir n'est-il pas de les garantir contre le besoin ? Ainsi parle Astachev à ses clients. Un discours froid, impitoyable. Quand il évoque l'instant suprême, les uns, effrayés, l'éconduisent, d'autres songent au Jugement dernier, certains signent le contrat-décès... Mais lui Astachev, qui est-il ? Envoyé de l'au-delà, mettant en scène le cinquième acte, le rideau, le final ? Simple citoyen, contribuable, consommateur, allant dans la chaleur, sous la pluie, de porte en porte, telle une ombre discrète, pressée de conclure ? Ou fossoyeur sans scrupules...
Peut-être tout simplement un lâche, comme en témoigne son aventure avec Genia, une petite caissière de cinéma qu'il pousse à la dernière extrémité...

par saltanis
Alexandre Blok et son temps Alexandre Blok et son temps
Nina Berberova   
Alexandre Blok, avant de mourir en 1921, avait formé le projet de quitter l'URSS. Un an plus tard, Nina Berberova partait pour l'Ouest. La coincidence est révélatrice. Ce livre qu'elle écrivit en France, en français, et qui date de 1947, ne fut pas seulement pour Nina Berberova une manière de rendre hommage, par la biographie du poète et le commentaire de son oeuvre, à l'écrivain qui, après Pouchkine, l'avait le plus influencée. C'était aussi une occasion pour elle d'évoquer le trouble, les illusions et le désarroi des intellectuels dans un temps marqué par l'équinoxe révolutionnaire. Et de laisser entendre ainsi à quelle sorte de sensibilité l'émigration se rattachait. C'est pourquoi, au-delà de sa qualité monographique, Alexandre Blok et son temps prend place à côté de C'est moi qui souligne, de l'Histoire de la baronne Boudberg et de l'Affaire Kravtchenko.

par c3lined
À la mémoire de Schliemann À la mémoire de Schliemann
Nina Berberova   
Un petit roman très étrange et frustrant (le personnage principal lui-même est frustré, d'ailleurs) et qui m'a fait me demander quelles règles absurdes j'acceptais moi-même sans me poser la moindre question. En très peu de pages, l'auteur m'a intriguée et déstabilisée, et je ne sais toujours pas quoi en penser.

par pheallys
La Ligne verte La Ligne verte
Stephen King   
Livre qui ne ressemble pas du tout aux autres livres de S. King mais très bien contre la peine de mort. Histoire étrange, dure parfois, injuste, tendre et belle. Limite fantastique parfois. j'ai beaucoup aimé !
bonne adaptation cinématographique.

par Lilou