Livres
436 536
Membres
362 035

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Knysna



Description ajoutée par annick69 2017-07-05T12:20:27+02:00

Résumé

Connaissez-vous cette impression du noeud coulant ?

Celle où vous êtes tellement près du cercle de corde devant vous que vous ne le voyez plus.

Ce moment où vous regardez au travers et sentez que si vous approchez plus, à peine plus....

Peut-être même l'avez-vous déjà autour du cou ?

Michael Stark et Hilton HdB sont liés par un pacte d’amitié.

Quand un drame survient qui remet tout en question.

Comment comprendre ce qui s'est passé ?

Comment protéger l’autre de sa propre incapacité à accepter ?

La relation complexe entre Hilton et Knysna viendra rapidement troubler la recherche d’une réponse, ramenant de vieux démons et mettant en péril un équilibre difficilement construit.

Afficher en entier

Classement en biblio - 11 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par GabrielleViszs 2016-12-09T23:02:04+01:00

Il se retrouva seul dans la chambre. Devant lui était posé un livre noir, sans titre. En le regardant de plus près, il vit que la tranche avait été passée au feutre indélébile noir, tout comme le titre sur la couverture. Geo Stone était tout ce que l’on pouvait encore y lire. Mick l’ouvrit à la première page et lut, avec un frisson lui parcourant l’échine... Les larmes inondèrent de nouveau son visage. Des pages étaient marquées. Il prit le courage de s’y aventurer.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Poljack 2018-08-23T10:15:44+02:00
Or

Mon avis :

Avant même de prendre connaissance du résumé de ce roman, le titre m’avait interpellé. J’imagine que tous ceux qui s’intéressent au foot l’ont reconnu… moi, il m’a fallu le rentrer dans un moteur de recherche pour apprendre qu’il s’agit du nom d’une ville d’Afrique du Sud, tristement célèbre pour avoir été le théâtre de la grève des joueurs de l’équipe de France, lors de la coupe du monde 2010… Ça me fait mal de le reconnaître, mais je suis complètement inculte en ce qui concerne le ballon rond. Non, ce n’est pas vrai, ça ne me fait pas mal, je n’en ai tout simplement rien à cirer !

De toute façon, ça n’a aucune importance, ce livre ne parle ni de sport d’équipe ni d’Afrique. C’est un personnage féminin qui porte ce prénom aussi improbable que… eh bien, que celui de l’auteur, en fait ! (Oui, je l’ai aussi entré dans un moteur de recherche, et à part à l’auteur elle-même, il ne mène nulle part.)

Knysna, donc, est une jeune femme qui vit une relation… eh bien, oui : improbable, avec Hilton qui lui, vit une colocation toute aussi… je ne vous le fais pas dire, avec son ami Mickael. Jusqu’au jour où un drame fait voler en éclat le fragile édifice bâti de silences et de promesses qui maintenait ces trois-là sur la même orbite.

Le drame en question arrive très vite, après seulement quelques pages, contrairement au personnage qui donne le titre au roman, qui apparaît assez tardivement, et seulement deux fois, de façon très furtive. C’est pourtant l’un des éléments essentiels de ce triangle en perdition dont le sommet est Hilton.

Bizarrement, j’ai vraiment aimé ce roman, alors que je trouve ce loser de « fils de bonne famille » (Hilton de Beauschene) insupportable. Dans la vraie vie, je lui aurais botté le cul ou je l’aurais fui, mais dans cette fiction, le récit prime finalement sur le personnage, grâce à une écriture élégante, en noir et rouge, avec à la fois quelque chose d’écorché vif et de délicat, comme des éclats de porcelaine…

Çà et là, quelques maladresses m’ont légèrement agacé, comme quand Hilton propose de retourner devant l’hôtel (où a eu lieu la fusillade) dit qu’il va « appeler les flics pour qu’ils viennent te récupérer… » On peut imaginer que la fusillade n’est pas passée inaperçue et que la moitié de la police de la ville est déjà sur place. Ou comme quand il récupère son revolver et qu’il y enclenche un chargeur… ce qui l’apanage des pistolets, pas des revolvers qui ont un barillet qu’on rempli généralement balle par balle.

Mais je chipote ! Si sept ou huit syntagmes m’ont effectivement écorché la rétine, j’ai été séduit par le style d’Odehia Nadaco, dont les phrases courtes et percutantes jonglent habilement entre action, psychologie et émotion, et surfent sur une vague des plus noires sans jamais sombrer dans le mélo.

L’histoire se déroule sur un rythme soutenu, et garde un bon suspense jusqu’au final, ce qui rend cette lecture très agréable. J’y mettrais un bémol, cependant : Knysna (le personnage) ne se révélera pas au lecteur, ou si peu ! Son aura de mystère fait partie de l’histoire, mais une fois la dernière page refermée, j’ai un léger sentiment de frustration et l’impression que Hilton, en plus d’être un loser de première, est un insupportable égocentrique que tire toute la lumière à lui.

Mais j’ai annoncé la couleur dès le début : j’aime le livre, pas ce personnage. D’ailleurs, le deuxième homme de ce trio (Mickael), s’il n’a pas les défauts de son colocataire, est un peu trop effacé pour qu’on s’y attache vraiment.

Reste la femme, celle que porte le nom du roman… Mais n’est-ce pas justement parce qu’elle reste mystérieuse qu’on en tombe amoureux ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DamienGruson 2017-10-02T14:40:27+02:00
Diamant

Il y a des livres que vous achetez pour des raisons évidentes : parce que vous aimez l’auteur, parce que la couverture vous plaît, parce que vous en avez entendu du bien, parce que le prix est abordable, parce que le sujet vous intéresse… Et puis, il y a les livres que vous achetez sur des critères plus subjectifs voire même par hasard.

Concernant Knysna, c’est exactement ce qui s’est passé : j’étais en train de remplir mon panier Amazon et Knysna était proposé en suggestion. Un clic et hop dans la besace !

Il est resté longtemps dans ma pile à lire (bah oui, nous sommes tous otages des recommandations des groupes de lecture ou des amis bienveillants, qui veulent ruiner notre compte bancaire). Puis peu à peu, il est remonté vers le haut de la pile.

J’ai d’abord fait connaissance avec son auteur sur les réseaux sociaux, notamment au travers de ses interventions dans des groupes que nous avions en commun, puis enfin, parce que je suis allé lui parler directement en message privé.

Et comme je suis du genre à croire dur comme fer que le hasard n’existe pas, il me fallait lire ce livre !

En résumé, j’ai rencontré Odehia et j’ai lu Knysna !

Que raconte ce livre ?

C’est l’histoire de deux amis de longue date qui n’ont pas grand-chose en commun, voire même que tout oppose et qui sont pourtant unis par un pacte d’amitié.

Hilton, le mec pété de tunes, issue d’une famille qui a pignon sur rue, qui aurait tout pour être heureux, mais qui préfère ne pas en profiter (ou alors, peut-être qu’on ne lui en laisse pas vraiment l’occasion). On le sent même lutter pour ne pas entrer dans le cadre familial.

Michael, le mec à la vie ordinaire, vendeur de puces électronique, un mariage parti à la dérive, une garde partagée pour l’amour de sa vie, « Nat » âgée de 5 ans.

Et enfin Knysna, la petite amie enivrante et volage d’Hilton, qui va peser dans ce livre, plus par son absence mystérieuse que sa présence indispensable.

Odehia nous l’écrit au fil des pages : Michael et Hilton n’ont rien en commun et pourtant, le premier a sorti le second d’un mauvais pas. Maintenant, c’est au tour de ce dernier de lui rendre la pareille, dans des circonstances que personne n’aimerait avoir à connaître.

Hilton, attablé tranquillement dans un bar, le nez dans son portable, est rejoint par Michael et Nat. Tous trois s’apprêtent à partager un agréable moment. Nat adore Hil, Hil adore Nat. Michael se rend au comptoir pour commander des boissons. Un temps qui restera en suspens avant LE drame (que je vous laisse découvrir sous la plume d’Odehia… une description de la scène juste, des mots simples pour une issue fatale).

Un passage qui vous envoie un coup de poing dans l’estomac, qui vous file les larmes aux yeux, qui vous fait dire, que plus rien ne sera jamais comme avant.

Une fois le drame passé, nous n’avons envie que d’une seule chose : nous joindre à Michael et Hilton pour tirer toute cette affaire au clair.

Hilton fait fonctionner son réseau pour enquêter en parallèle sur le drame, et la réapparition supposée de Knysna, « l’insaisissable ». Michael s’y essaie également avec plus ou moins de succès.

Est-ce que les recherches vont aboutir ? Je vous laisse le découvrir… et accompagner les personnages dans ce roman noir, car il s’agit bien ici d’un roman noir :

Knysna n’est pas une romance ni un récit érotique, ça, c’est clair (même si nous avons droit à une scène fugace, et bien en place dans laquelle nous n’avons aucune difficulté à nous imaginer à la place des protagonistes).

J’ai trouvé que le rythme était un peu retombé après la scène du drame, mais au fur et à mesure que les chapitres avancent, on comprend comment l’auteur a placé les curseurs pour rendre son récit addictif.

Odehia ne s’attache pas aux longues descriptions des lieux, des personnages… non, son truc, c’est de faire d’un drame, une histoire noire et poignante. Le genre d’histoires qu’on aime tous lire, car c’est bourré de situations difficiles, tristes, extrêmes, parfois glauques, des moments sombres qui touchent à des personnages auxquels nous finissons vraiment par nous attacher (à des degrés différents pour chacun). Le genre de lecture qui dérange, mais que l’on ne peut pas s’empêcher de continuer.

Nous avons droit à plusieurs composantes : le drame dans ce bar, la mystérieuse Knysna, le sombre Hilton, le rôle de sa richissime famille, la vie de Michael… de quoi nourrir les neurones du lecteur et l’envie d’accompagner une « pseudo » enquête policière en toile de fond.

La fin du livre est noire… sombre… très sombre… Personnellement, je ne l’avais pas vue venir et, comme pour la scène du bar, un nouveau coup de poing dans l’estomac, qui fait grossir cette boule dans la gorge et poindre les larmes au coin des yeux.

L’écriture est maîtrisée, tout comme le style, le côté sombre et complexe des personnages, traités avec justesse. Les quelques passages plus « lents » accentuent à merveille la noirceur du roman et de son contenu. La lecture est parfois douloureuse voire même violente, mais c’est nécessaire pour servir un texte de qualité.

Merci Odehia ! Merci beaucoup ! C’est ton premier livre et il est vraiment TRÈS réussi. On sent que tu avais besoin de dire des choses, besoin que « ça sorte ».

Ayant déjà obtenu une réponse à la question : « quand est-ce que tu sors ton second livre ? », je m’abstiendrai de la poser à nouveau, et je me contenterai d’attendre sagement, tout en continuant à te côtoyer, toi Odehia, auprès de qui j’ai beaucoup à apprendre.

Pour les fans du genre « roman noir », ce roman est à lire de toute urgence.

Pour celles et ceux qui voudraient se laisser tenter, foncez ! Je vous attends pour en parler.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2017-09-24T11:57:52+02:00
Diamant

Un thriller… pour certains, un témoignage pour ceux qui se reconnaitront dans ce récit. Un cri, à la vie qui s'échappe, une perte d'identité, un mal que personne d'autre ne peut porter. Je me suis profondément engloutie dans ce récit. Je ne peux en parler sans avoir un nœud au creux de l’estomac quand d'autres peuvent l'avoir autour du cou, glissant, sournois. Il y a l'histoire racontée avec des personnages torturés, une intrigue à laquelle on ne peut croire. Et il y a "L'Histoire", celle que l'on ressent et c'est celle-ci qui m'a fait descendre très très loin, cette histoire que l'on croit enfouie. Une addiction, quelle qu'elle soit, n'est jamais anodine, il y a toujours, derrière, quelque chose à combler, qui nous échappe, qui nous perd… Une reconnaissance à "être", j'existe mais pour qui? Ce quelque chose, au fond de nous, qui fait douter, qui fait qu'un jour, tellement perdu, on va essayer de fuir par n'importe quels moyens. Ce petit quelque chose qui va tout faire basculer, tout remettre en question, cet équilibre déjà si fragile qui se casse. Voilà je ne raconterais pas le roman en lui-même, à chacun de le découvrir. Il ne m'aura fallu que deux jours pour ce roman que je n'ai pu lâcher, j'ai laissé de côté ma vie en cours, et ces jours ont été intenses. Un roman criant de vérité pour une auteure exceptionnelle qui nous donne ici son âme et se libère. Merci Odehia et que la vie soit belle…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Vincent-14 2017-08-04T08:37:32+02:00
Or

J'ai adoré ce roman, on rentre tout de suite dans l'histoire. L'auteur a une maîtrise parfaite de la psychologie de ses personnages, la tension monte crescendo. Le style est fluide, de belles images et expressions agrémentent joliment le texte.

On s'attache à Hilton, pourtant si détestable en apparence. L'auteur sait manier habilement les sentiments de ses protagonistes, mais surtout des lecteurs. Du sourire, au grincement de dents en passant par la tristesse ou la colère, on ne sort pas indemne.

Je recommande fortement cet ouvrage, la fin est inattendu et bouleversante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SerialBookineuse 2017-02-15T19:08:12+01:00
Argent

https://serialbookineuse.wordpress.com/2017/02/15/knysna-odehia-nadaco/

Connaissant mon pendant pour le thriller et le roman noir, on m’a invité à découvrir une auteur indépendante dont le premier roman auto-édité semblait convenir à mes goûts. Je remercie d’ailleurs Odehia Nadaco pour avoir bien voulu m’envoyer son livre en service presse. J’ai mis pas mal de temps avant de me lancer dans sa lecture mais finalement j’ai décidé de le lire la semaine passée et j’avoue que j’ai été plutôt agréablement surprise.

On rentre dès les premières pages et sans préambule dans le vif du sujet avec un drame qui touchera aussi bien Michael et Hilton, deux amis et colocataires. Ainsi, à la mort de Nat, la petite fille de Michael, leur équilibre au quotidien menace de s’écrouler. De cette tragédie découlera plusieurs intrigues et autant de questionnements dont certains semblent intimement liés à Knysna, la petite amie d’Hilton. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas trop en dévoiler surtout que les réponses sont distillées au compte-goutte. Le suspense est au rendez-vous et les pistes à suivre nombreuses mais j’ai eu parfois l’impression de perdre un peu le fil de l’histoire et de m’éloigner de l’intrigue principale tant il y a de ramifications. Le récit reste mine de rien bien construit et j’ai suivi avec intérêt le cheminement d’idées.

L’auteure semble d’ailleurs avoir prêter une attention toute particulière au développement de ses personnages et de leur psyché. J’ai particulièrement apprécié Hilton, un homme qui sort de l’ordinaire, aussi bien physiquement qu’au niveau de sa personnalité. Bien qu’il soit issu d’une riche famille ayant fait fortune dans les affaires, Hilton a tendance à fuir cet univers et n’entretient que peu de contact avec son entourage familial et en particulier avec sa mère, une femme froide et carriériste. Hilton est assez secret et complexe et on a du mal à le cerner et à comprendre ses réactions surtout lorsque celles-ci sont mues par un penchant autodestructeur. Michael fait, quant à lui, plus office de spectateur selon moi. Certes, il est présent mais ne s’implique pas assez. On compatis tout de même à son désespoir face à la perte de sa petite fille et on ne peut qu’admirer le soutien indéfectible qu’il apporte à son meilleur ami. J’ai bien aimé la force des rapports qui les unissent ainsi que leur amitié à toute épreuve.

Qu’en est-il de Knysna?…Un personnage fantôme si je puis dire. Elle est telle une ombre qui plane au dessus des autres personnages sans jamais se montrer…ou presque. A la fois mystérieuse et intrigante par son absence que l’on se demande sans arrêt quelle est sa véritable implication dans les événements qui surviennent tout au long de la lecture. Ce personnage fait d’autant plus parler de lui que l’on guette avec impatience le moment où il va apparaître. Toutefois, j’avait tellement d’attente vis à vis de Knysna que la réalité des choses m’est apparue trop banale au final.

Le style de l’auteure est simple et direct. Elle n’encombre pas le texte avec des fioritures ni de longues descriptions. C’est percutant et sombre même si quelques longueurs viennent parfois ralentir le rythme. Sa plume est agréable, fluide et maîtrisée. J’ai tout de même noté un point qui a attiré mon attention, à savoir l’absence de chapitres. Je ne sais pas si c’est voulu dans le format numérique que j’ai eu ou si la version papier propose une numérotation pour les chapitres mais ça n’a pas été gênant outre mesure.

En bref, Knysna est un roman que j’ai pris plaisir à lire malgré quelques éléments qui auraient mérité plus de profondeur et d’autres quelques éclaircissements. Odehia Nadaco nous offre avec ce roman une intrigue bien menée, des personnages intéressants et un final inattendu. Je vous invite d’ailleurs à le découvrir si ce n’est déjà fait !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par manue14 2016-12-13T18:15:56+01:00
Argent

J’ai bien apprécié le roman.

Les idées sont intéressantes et les personnages attachants.

Personnellement certains m’ont bien plu. L’auteure leur donne des rôles de « supers héros » ou de justiciers mais elle leur garde tout de même une partie plus humaine et sensible, ce que j’ai aimé.

Ce qui m’a gênée c’est le fait que toute l’histoire soit écrite sur le même ton… J’aurais voulu ressentir les émotions des protagonistes et cela n’a pas été le cas. Je pense qu’il n’y a pas assez de différence entre les passages légers de la vie quotidienne et ceux plus durs comme la quête de vengeance. Je pense que c’est surtout dans le choix des mots mais surtout dans les descriptions des sentiments. En effet Odehia Nadaco les évoque mais malheureusement ne les détaille pas assez selon moi.

L’auteure évoque dans ce roman des sujets importants et forts. Je trouve que c’est une bonne idée mais malheureusement je ne suis pas arrivée à m’imaginer ces passages. Je pense qu’il aurait fallu les approfondir davantage et nous montrer un peu plus le côté sombre des protagonistes dans ces moments-là.

J’ai été un petit peu frustrée de ne pas avoir d’enquête de police, même si on comprend que l’auteure veut mettre en avant cette quête de vengeance je pense que cela aurait été un plus d’ajouter des passages concernant l’enquête officielle. J’aurais apprécié par exemple, retrouver des interrogatoires de suspects, des relevés d’indices sur les scènes de crimes ainsi que les recherches menées par la police… Or tout ceci est absent du roman.

La fin m’a beaucoup plu ! Je ne m’attendais pas à ce genre d’épilogue et j’ai été vraiment surprise. C’est vraiment une fin comme je les aime même si finalement j’aurais préféré qu’un autre personnage soit à cette place… (je ne vous en dirai pas plus pour ne pas spoiler !)

En résumé, un roman intéressant mais auquel il manque certaines choses pour que le livre soit vraiment très bon ! En tout cas j’ai vraiment envie de découvrir d’autres romans de l’auteure pour peut-être suivre d’autres aventures avec les mêmes personnages… En tout cas, je pense que la plume de l’auteure va évoluer et que ses prochains romans n’en seront que meilleurs !

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2016/12/affaire-n262-knysna-de-odehia-nadaco.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2016-12-09T22:51:51+01:00
Or

Je tiens à remercier l'auteur, O. Nadaco, pour la lecture de son livre dans le cadre d'un service presse. Ce n'est pas la couverture qui m'a plu, mais le résumé qui est alléchant et intrigant.

Revenons à l'histoire de Knysna. Heureusement que je ne dois pas le prononcer, mais l'un des personnages lui le fait souvent. Il s'agit de Hilton, un homme tourmenté par un passé dont nous n'avons pas tous les détails du départ. Entre lui et son meilleur ami Michael, un pacte de sang les lie, bien plus fortement que n'importe quel lien de sang. Leur relation semble les stabiliser mutuellement et lorsque la fille de Michael perd la vie, c'est tout un monde qui s'effondre. Une double, voire triple enquête se profile. Sur le meurtre de la petite Nat, sur les diverses absences de Knysna, sur un autre point également. Alors justement Knysna, la jeune femme qui est la petite amie de Hilton, surnommé Hil la plupart du temps, que vient-elle faire dans toute cette histoire ?

Du départ l'histoire est dédoublée, même si par moment je me suis demandée si tout n'était pas lié à une seule et même personne. Ce qui est le cas d'une certaine manière, sauf que je ne m'attendais pas du tout à cela. En fait, plus j'avançais dans l'histoire et plus je visualisais le film qui allait peut-être se dérouler. J'ai été très surprise de la fin qui m'a fait dire qu'un des personnages a finalement gagné sa bataille. Les événements s'enchaînent et nous cherchons le ou les points communs. Des absences injustifiées et très longues, des liste de noms, d'hôtel, des chiffres qui défilent, des soirées qui donnent des envies de meurtres, une famille tellement aimante que tous les membres se battent pour ne pas assister au gala... L'auteur garde une énorme part de mystère et de noirceur autant sur le récit que sur les personnages.

Le drame est tenace, la douleur ne s'arrête jamais. Lorsque nous découvrons en même temps que Hil qui est derrière tout cela il ne peut pas y avoir de paix. Le dégout, l'envie de cracher à la figure de ce visage. Sachant les moyens énormes qui ont été mis en oeuvre juste pour un point de détail... C'est affolant de voir jusqu'où certaines personnes sont capables d'aller pour résoudre ce qui leur semble être un problème.

En parlant des personnages, j'ai beaucoup apprécié Hil et Michael, mais aussi Nat qui vit à travers eux. tout comme sa mère, ou même celle de Hilton. Cette dernière est à double facette, montrant que rien ne peut l'atteindre, appliquant la mode du "moi-je" afin de ne pas oublier son nombril, écrasant les autres du mieux qu'elle peut en lançant de gentils petits mots venimeux. De l'autre elle est calculatrice, acariâtre, une véritable peste... En fait elle n'a qu'un côté et n'hésite pas à ce servir de son pouvoir pour faire place nette dans sa propre famille.

Les relations autour de Hilton sont importantes pour comprendre ses faits et gestes. Cet homme a souffert et souffre toujours. Nous apercevons ce passé sulfureux empli de bagarres qui la maintenu et le maintien en vie. Michael est son point d'ancrage. Knysna est celle qu'il aime et n'arrive pas à s'en défaire malgré tout ce qu'il croit. Quant à sa mère, comme dit le dicton : on choisit ses amis pas sa famille...

Avec NAt, c'est une douceur, une tendresse entre eux qui est ressenti tout au long du récit. Avec sa soeur Stacy, un fil ténu entre les deux semble se resserrer pour mieux se casser. Elle aurait peut-être pu l'aider, mais comment faire si la personne en face ne nous parle pas ? Les relations forgent un homme, ou une femme. C'est grâce aux autres que nous évoluons, que nous apprenons. Faire des erreurs, continuer d'avancer et se casser les dents.

Les émotions sont importantes, les sentiments également. L'auteur arrive à ne pas nous faire pleurer, à ne pas tomber dans le désespoir le plus profond malgré tout. Je ne peux évoquer certains points car il faut lire pour pouvoir comprendre que l'auteur arrive à nous manipuler pour nous amener là où il le désire.

Certains passages sont plus complexes à comprendre, comme si nous n'avions pas tous les éléments, ce qui est le cas, car nous n'avons les informations qu'au compte-goutte et parfois en non-dits. Quelques répétitions sans gravité car j'ai plus l'impression que c'est pour appuyer là où il faut.

En conclusion, Knysna est un personnage qui n'est pas réellement présent physiquement tout au long du livre, mais qui a une énorme importance pour les autres. C'est par elle qu'arrive bon nombre de décisions, de choix, d'illusions ou de déceptions. Un bon polar qui vaut le coup qu'on s'y attarde !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/knysna-o-nadaco-a127744808

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliesuitsonfil 2016-07-17T14:39:28+02:00
Bronze

Un premier roman qui n'a rien à envier aux grands noms du polar!

L'auteur nous plonge directement dans son récit, sans fioriture ni langue de bois, l'horreur dès le départ et je me suis dis ok ! ça démarre fort et je n'ai pas été déçue.

Deux histoires s'entrecroisent. Celle de cet évènement majeur qui sera le fil conducteur tout au long de son roman et la relation de Hil avec Knysna...

Je me suis beaucoup plus attachée à la première, même si par moment l'auteur laisse entrevoir une relation entre les deux, ce n'est qu'à la toute fin que l'on comprend la relation.... ou non relation...

"comme si le ciel pleurait les larmes que personne ne versait"

Des moments très forts, une descente aux enfers d'un des personnages et le rôle plus observateur de son ami, même si celui-ci tente à plusieurs reprises de prendre une place plus importante. Sa place d'ami en retrait, mais observateur, qui sait se manifester au bon moment, car le seul qui en fin de compte aime ce personnage torturé et tente de le ramener vers la lumière, vers la vie...

La douleur liée au drame est vraiment palpable et devient de plus lourde et on sent que le final sera à la hauteur. Je me suis perdue dans plusieurs suppositions, preuve que l'auteur sait amener son sujet et le manie avec art.

Les relations que le personnage principal entretien avec sa famille est jouissif d'horreur et cette famille riche dominée par une mère hautaine et haïssable ne peut que devenir antipathique et nous rendre sympathique cet être meurtri par l'absence d'amour et d'attention...

"Les larmes montaient aux yeux de l’embourgeoisée. Difficile de se faire rejeter dans un moment où tout son être est à vif. Et il ne connaissait que trop bien ce sentiment : elle avait toujours très bien su le lui faire ressentir. L’espace d’un instant, il faillit se sentir minable de lui faire ça. Pourquoi reproduire le mal quand on sait ce qu’est la douleur ? Mais pour elle… Il fallait couper court à cette conversation au plus vite, et pour toujours. Il allait lui en donner pour son déplacement."

Knysna, qui donne son prénom à ce roman est mystérieuse et se laisse désirer au point de la haïr par moment, pour enfin devenir sympathique lorsque l'on comprend la manipulation dont elle a fait l'objet....

De très bons points positifs, malgré quelques répétitions et un titre que je n'ai pas trouvé approprié, j'aurais plus pensé à "une lente descente aux enfers..." ce roman n'a rien à envier aux bons polars qui jalonnent les rayons.

Une dégustation pour une première et une plume qui ne pourra que s'améliorer et nous pondre de bons futurs polars.

Afficher en entier

Date de sortie

Knysna

  • France : 2016-09-20 (Français)

Activité récente

Poljack l'ajoute dans sa biblio or
2018-08-23T10:14:24+02:00
Odehia l'ajoute dans sa biblio or
2016-07-06T20:04:27+02:00

Les chiffres

Lecteurs 11
Commentaires 8
Extraits 4
Evaluations 4
Note globale 8.75 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode