Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de koala12 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Krewe of Hunters, Tome 7 : Mystère en eaux profondes Krewe of Hunters, Tome 7 : Mystère en eaux profondes
Heather Graham   
Un thriller sympa mais sans plus.

En lisant le synopsis, je m'attendais à un polar incroyable, qui me tiendrait en haleine jusqu'à la dernière ligne mais malheureusement, je me suis plus ennuyée qu'autre chose.
Pas assez de fantastique et de mystique. Et le côté Egyptien n'est pas assez mis en avant. Bref, cela est décevant.
Dotant plus que l'enquête en elle-même, manque cruellement d'action, ce qui rend la lecture assez répétitive.
Quant à la romance, elle est plutôt agréable mais pas assez exploitée.

En bref, il m'a manqué au cours de cette lecture, une étincelle pour que ce roman se démarque des autres thrillers.

par Avalon
La Fille de Cléopâtre La Fille de Cléopâtre
Vicky Alvear Shecter   
On connait tous Cléopâtre et trois évènements qui sont liés à sa vie et qui se sont transformés en mythe : son nez, sa ruse avec les tapis pour rencontrer César et sa mort tragique avec Marc-Antoine. Que s’est-il passé ensuite ? Les gens ont du mal à y répondre parce que sa figure, à l’instar de son caractère, était tellement forte qu’elle en a effacé même effacé ses descendants. Qui imagine Cléopâtre mère ? Pas moi en tout cas. Alvear Shecter, a pris le contre-pied de la plupart des écrivains historiques et bien qu’elle ait parlé d’une Cléopâtre, elle a donné la parole à la fille de LA Cléopâtre. Oui, on parle de bien de Cléopâtre VIII Séléné et j’en remercie l’auteure. Cléopâtre VII il y a des livres dessus. Sur sa fille moins. Et pourtant elle mérite d’être célèbre. Un véritable petit trésor que ce livre ! Son parfait mélange d’histoire et de romance donne l’impression de lire une biographie. Mais attention, pas une biographie chiante, bien au contraire, à travers Séléné on découvre un univers antique (d’abord celui d’Alexandrie puis celui de Rome), la guerre mais aussi des préoccupations typiques d’un livre destiné à des lecteurs de livres jeunesse.


Je récapitule pour ceux qui ne connaissent pas bien cette partie de l’Histoire : César est mort en -44 et il n’y a pas d’héritiers. Octave est désigné comme l’héritier légitime testamentaire de César mais le peuple romain, peuple guerrier par essence, l’entend d’une autre façon : il préfère le grand général Marc-Antoine qui n’a jamais perdu une seule bataille (d’ailleurs, la seule qu’il perdra sera sa dernière) à ce jeune petit-neveu qui sort de nulle part. Pourtant, si Octave n’est pas un grand soldat, il est intelligent et a compris qu’il n’aurait le pouvoir qu’une fois que Marc-Antoine serait mort et enterré. Il va donc précipiter sa mort… Marc, de son côté, n’est pas en reste et provoque Octave pour affirmer son autorité. Mais le problème est qu’il a réussit à divorcer de son épouse romaine, Octavia (la sœur d’Octave) pour épouser la reine d’Egypte. Cette province, du fait de la grandeur de son héritage et du faste de ses dirigeants (les Ptolémées sont des descendants du frère d’Alexandre Le Grand) et de sa richesse, est détestée mais aussi crainte par les romains. Aussi, il n’est pas difficile à Octave de convaincre le peuple de Rome de la nécessité d’attaquer l’Egypte, province que Marc gouverne avec l’aide de sa nouvelle femme, la célébrissime Cléopâtre. En – 31, lors de la bataille à Axium, Cléopâtre et Marc-Antoine sont défaits. Et c’est là que le mythe se crée : Marc se suicide, tout comme Cléopâtre quelques jours plus tard, ne supportant plus l’absence de son mari. La plupart des gens, moi compris, arrêtent l’’histoire ici et je remercie ce livre de m’avoir fait connaitre la fin de l’histoire (je ne le dirai jamais assez mais Séléné mérite d’être connue. Au moins autant que sa mère !)


OK, elle meurt mais le monde ne s’arrête pas de tourner pour autant. Ses enfants, sont envoyés à Rome en tant que prisonniers de guerre dans la maison d’Octavia (oui, l’ironie du sort est parfois cruelle). Quand je dis prisonniers, il ne faut pas imaginer les cachots et les autres clichés. C’étaient les rois d’Egypte, et on ne traite pas ainsi une lignée royale. Les jumeaux Alexandre Helios et Cléopâtre Séléné ainsi que leur cadet Ptolémée XVI Philadelphe sont envoyés à Rome et doivent se conduire en citoyens romains. Et si les garçons se plient aux règles du jeu, ce n’est pas le cas de Séléné. En effet, celle-ci est le sosie de sa mère : elle est têtue et ne veut pas renoncer à son peuple, ni à sa couronne. S’ensuit alors une lutte entre Octave et elle.





Je me doute que cela ne doit pas vous paraître très appétissant mais je peux vous assurer qu’il s’agit bien d’un roman jeunesse. Un merveilleux roman jeunesse, cela dit. Pourquoi je suis autant admirative ? Tout simplement parce que je sais le travail de documentation énorme qu’a fait Vicky Alvear Shecter : tout est exact et tellement naturel ! Si bien écrit que j’aurais pu jurer me trouver dans les rues de Rome ou chez Octave. Mais quand une écriture réussit à créer un monde et à nous y faire entrer, sachez que c’est un travail énorme. Rien que la documentation a du lui demander des années de recherche sans compter qu’elle a inventé une intrigue amoureuse qui n’est pas avérée historiquement mais tellement bien intégrée dans le cadre de l’œuvre qu’elle semblait naturelle. Et c’est là que je dis « chapeau bas » car le transport du lecteur vers le monde créé est tel que je ne remettais pas en question une seule seconde cette histoire d’amour. Et c’est là qu’on voit le travail du vrai auteur historique : son intrigue est insérée dans l’Histoire. Je sais que ça parait bête comme ça mais si vous lisez un Milady historique, l’Histoire n’est qu’un moyen pour l’auteur de mettre en scène le puissant guerrier écossais qui prend sauvagement la douce et frêle irlandaise. L’Histoire ? On s’en fout comme de l’an 40, ce n’est qu’un décor. Ici, c’est vraiment le contraire : la lutte pour le pouvoir prédomine dans l’œuvre. Je vous l’ai dit, j’ai l’impression de connaitre Octave maintenant (ce qui va m’aider pour mon contrôle de latin ^^).


De plus, les personnages secondaires sont tous aussi bien travaillés les uns que les autres et on s’identifie immédiatement à l’héroïne. Sans compter que dès les premières pages du roman on est accro : les pages se tournent, les chapitres défilent et le livre se finit bien trop vite. Je vous l’ai déjà dit : Séléné est un personnage complexe et réellement travaillé qui acquiert une véritable consistance. Ce n’est qu’une enfant lors de son exil mais on la voit grandir dans tous les sens du terme sous nos yeux : le livre nous la présente de 9 à 16 ans et elle grandi donc physiquement mais aussi émotionnellement. Elle veut son trône d’Egypte et elle veut être comme sa mère : une grande dirigeante. Mais là où repose la force de Séléné c’est qu’elle n’accepte pas son destin et qu’elle se débat pour réaliser son rêve qui prendrait des allures de caprice puérile chez n’importe quel autre personnage mais celui-ci est si bien réalisé qu’on lui donne une psychologie lui conférant ainsi une consistance. Elle se bat donc contre son destin tout au long du livre et ne se lamente jamais : les romains la méprisent, tant mieux le sentiment est réciproque ! C’est elle qui s’occupe de tous les personnages, elle ne reçoit que peu d’aide mais elle assume son choix : l’Empereur Octave fait peur et est cruel donc l’aide est limité mais qu’importe, elle tentera le tout pour le tout !

http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/10/la-fille-de-cleopatre.html
L'âme du chasseur L'âme du chasseur
Deon Meyer   
Sans hésitation un coup de cœur pour moi. Ce second livre, que je lis, est différent du précédent – ce qui me convient très bien – notamment au niveau de l’intrigue. Ici, elle est vraiment très classique, sans surprise dès que l’on a lu un ou deux livres policier – même peut-être moins. Est-ce que la qualité en pâti ? Pas pour moi mais je pense que cela ne sera pas le cas pour tout le monde. Si comme moi, vous n’êtes pas des fans des « chasses à l’homme » cela risque d’être délicat. L’auteur n’est pas ennuyeux, cela donne une lenteur au récit qui peut déplaire. Encore une fois, l’intrigue n’est qu’un moyen, pour l’auteur d’explorer autre chose, à travers ses personnages.

Cette fois nous attaquons de front le passé historique de l’Afrique du Sud au travers de l’histoire personnelle de Mpayipheli qui nous ouvre la porte de l’Histoire avec un grand H. Plus précisément celle de l’apartheid et de l’ANC dans une certaine mesure. Concernant le présent, nous découvrons les méandres de la politique en Afrique du Sud notamment à travers les services d’espionnages après les attentats du 11 Septembre. A ce niveau-là, l’auteur emploie intelligemment ces personnages secondaires tout en nous tenant en haleine sur leur allégeance réelle.

Je pense, sincèrement, que la force de l’auteur réside dans sa capacité à écrire des personnages humains, complexes et fascinants avec une vrai psychologie qui les rendent si humain. Cette fois aussi c’est une réussite avec notamment la chef d’équipe et son directeur mais mon préféré c’est Mpayipheli. Je l’ai préféré à Zet qui, par moment, se laissait aller un peu trop à l’auto-flagellation pour moi. Il est à la fois touchant, angoissant et il marche constamment sur les bords d’un précipices prêt à plonger au moindre souffle de vent. Je n’ai donc pas été déçu par ce personnage complexe dans sa « simplicité ». Il a une volonté qui impression et qui lui permet de lutter contre sa violence intérieur afin d’atteindre la paix à laquelle il aspire – sans vraiment trop savoir ce qu’elle est – mais c’est aussi terrifiant d’imaginer ce qu’il pourrait faire s’il basculait ou au nom de ce qu’il pense être juste.

par Ethel54
Mémoires d'une pirate Mémoires d'une pirate
Celia Rees   
Alors là... j'ai adoré ce livre. En même temps, j'adore les histoires de pirates et la dernière en date que j'ai lu, c'est Assassin's Creed Black Flag. On peut dire que je suis dans l'univers de la piraterie jusqu'au cou en ce moment. Il y a beaucoup de descriptions dans ce livre mais ce n'est pas lourd du tout, au contraire, on est plus vite immergé dans l'histoire, dans l'ambiance. Comme toujours, j'adore les références à Barbe Noire, Mary Read, Anne Bonny qui sont disséminées dans le récit, on retrouve beaucoup de lieux connus comme la célèbre Nassau. Lecture agréable, fluide. On se rend compte que l'esclavage est très présent. Histoire d'amour qui survivra à tout, de tolérance, d'aventure à souhait au grès du vent et des mers et plus que tout, une quête de liberté, de découverte de soi.

par MaMt
Génération K, tome 1 Génération K, tome 1
Marine Carteron   
Un très bon livre dans lequel on retrouve la plume d'une excellente auteur. Pour avoir plus qu'adoré "Les Autodafeurs", j'appréhendais un peu cette lecture en me demandant si elle allait réussir à s'éloigner suffisamment de son précédent univers. Je dois dire que mes craintes étaient infondées pour mon plus grand plaisir. Je l'ai dévoré en une après-midi et j'ai beaucoup apprécié les personnages et les bases de cette nouvelle histoire. On a qu'une envie, pouvoir lire la suite. Mon unique regret, c'est qu'il est un peu court et qu'on aimerait bien avoir quelques pages de plus.
Avis complet : http://fantasticaddict.canalblog.com/archives/2017/01/16/34813615.html
Marjane, Tome 2 : Le serment Marjane, Tome 2 : Le serment
Marie Pavlenko   
Le second tome de Marjane faisait partit des sorties que j'attendais avec une certaine impatience. Je remercie donc les éditions PKJ pour cet réception !

L'univers de Marjane m'avait conquise lors que premier tome, je me suis donc lancée avec plaisir dans Le serment afin de découvrir la suite des aventures de Marjane, Mats, Jack et cie.

Si j'avais globalement l'histoire en tête, je l'avoue, j'ai mis un certain temps à me plonger à nouveau dans l'histoire qui pourtant est toujours aussi prenante. Je pense que c'est surtout lié à ma dernière lecture et aussi à la multitude de personnages. Les changements de points de vue m'ont assez déroutée.

Passé la moitié du roman, j'étais pleinement dedans, si je puis dire et je peux vous dire que notre Marjane ne va pas être à l’abri de tout repos. Ce second tome se révèle assez différent du premier, où l'on découvrait vraiment l'univers et la situation. Ici, Marjane fait de nombreuses découvertes et les retournements de situations sont nombreux.

Ce que je retiendrais le plus de ce second tome ? Les cent dernières pages. Un véritable mélange de rebondissements, de découvertes et de tous nos personnages n'en sortiront pas indemne. J'ai terminé ma lecture totalement choquée par les évènements en me disant que l'attente pour le troisième tome serait encore plus dure que pour celui-ci. Décidément, Marie Pavlenko aime jouer avec nous et nous laisse dans un flou et un suspense total !

En conclusion, je dirais que je suis toujours aussi fan de l'univers qu'à crée Marie Pavlenko, bien que ce second tome soit un tout petit peu en-dessous du premier !

par Carole94P
Une enquête de Mary Lester, tome 2 : Les diamants de l'archiduc Une enquête de Mary Lester, tome 2 : Les diamants de l'archiduc
Jean Failler   
Agréable lecture mais qui manque parfois un peu de profondeur. On reste un peu sur sa faim

par YomYom
Krewe of Hunters, Tome 8 : Les Démons du passé Krewe of Hunters, Tome 8 : Les Démons du passé
Heather Graham   
Excellent.

Je retrouve tout ce que j'aime chez Heather Graham, dans ce roman.
Il y a du suspense, de la romance, du mystère, des frissons, une ambiance inquiétante et romantique, de l'histoire et biensûr des fantômes.

Gros coup de coeur pour ce 8ème volet des chasseurs de fantômes. J'ai adoré l'enquête concernant la mort de Julian mais c'est surtout l'aspect historique qui m'a passionné. L'auteure nous apprend une quantité de chose sur le conflit entre les colons américains et l'empire britannique, mais aussi sur les Pères Fondateurs. Et l'enquête sur la mort mystérieuse de Lucy Tarleton m'a tenu en haleine jusqu'à la fin.
J'adore, j'adore, j'adore.

C'est définitivement, un roman que j'approuve et recommande !

par Avalon
Bleu Passion Bleu Passion
Victoria Strauss   
Histoire touchante d'une fille (Guilia) essayant de lutter contre son destin: devenir peintre au couvent de Santa Marta. J'ai beaucoup aimé : les personnages sont attachants pour la plupart, l'intrigue est prenante et on apprend beaucoup de choses sur la façon de travailler dans les ateliers de peinture de la Renaissance.

par MaryF
Reflex Reflex
Maud Mayeras   
Qui est le monstre?
C'est avec cette question qu'on ressort de ce livre, parce-que c'est jusqu'à la dernière page que Maud Mayeras nous fait douter, nous trimballe dans l'histoire, et nous prouve a quel point on peut être naïf...
On suit donc deux histoires, une dans le présent où une mère, notre personnage principal, va se faire enlever son enfant presque sous ses yeux; et une autre dans le passé où l'on suit le parcours torturé d'une famille accumulant les traumatismes. Cette partie dans le passé donne un aspect assez mystique à l'histoire par son coté triste et exagéré : entre l'orphelinat et les suicides, l'accumulation paraît un peu surréaliste mais quoi de mieux pour faire naître un esprit torturé digne d'un bon thriller.
Ainsi, les deux histoires sans liens apparent au début se succèdent assez régulièrement dans le roman pour finir par se mêler complètement : cet agencement est vraiment bien pensé et dynamise le tout.
En fait, ça faisait un moment que je n'avais pas lu un thriller avec autant de suspense, aussi prenant que celui-là sans qu'il y ait vraiment d'effusion de sang...
Du coup, il faut que je lise ses autres livres !

par sylvain
  • aller en page :
  • 1
  • 2