Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de KOUBBI : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Petite Marchande de prose La Petite Marchande de prose
Daniel Pennac   
Je découvre…
Premier livre de Daniel Pennac que je lis. C’est une lecture décoiffante et une réel bonne découverte. J’ai tellement aimé que je me suis plongé dans la saga Malaussène ; cette foi-ci dans l’ordre chronologique. Ce qui m’a fait relire une seconde foi cette aventure échevelée et pleine de suspens, dans la même veine que les précédentes. J’y ai retrouvé tous les ressorts qui m’ont tant plu précédemment. L’auteur joue avec plaisir des mots, de son imagination, de ses personnages et des situations pour nous entraîner dans un monde de paradoxe, de malentendus, de drames et de morts. Ah non ! Ce n’est pas du tout triste, dramatique. Au contraire, sous la plume légère et pétillante de Daniel Pennac, le pire devient hilarant, le grave se pare de tendresse, l’incroyable devient réel. Il y a pourtant de réel sujet de font d’aborder : le trafic d’organes, la propriété intellectuelle et le droit d’auteur.
Quel bonheur également, le melting-pot des personnages. La folle famille Malaussène, Belleville, Julius chien aux épilepsies prophétique, Thérèse et son penchant pour les sciences occultes, Thian le seul capable de faire taire la petite dernière Verdun surnommé « la ders des ders », Clara, Julia, la reine Zabo… Tous ses personnages si haut en couleur sont tout autant fantasque, irréel que terriblement attachant.
Un petit mot de l’histoire. Alors que le fiancé de Clara se fait tuer le jour de son mariage, la reine Zabo, grande prêtresse des éditions du Talion fait endossé à Benjamin Malaussène le costume de JLB un prolifique et invisible auteur de fadaises à succès. Lors de sa présentation au public, Benjamin Malaussène se fait tirer dessus et se retrouve à l’hôpital dans le comas. Et c’est donc en qualité d’éternel bouc-émissaire que Benjamin se retrouve bien malgré lui au cœur de deux intrigues passionnantes et rocambolesques.

[spoiler]Il arrête. Tout soudain. Son cul retrouve le cuir du fauteuil avec une lenteur de soufflet.
- Alors, je vais vous dire une bonne chose, monsieur Malaussène.
Silence. Café. Re-silence. Puis, le plus posément du monde :
- Vous commencez à me faire sérieusement chier.
- (Je vous demande pardon?)
- Vous jetez une ombre d'une telle épaisseur sur nos enquêtes qu'à cause de vos foutues vertus nous perdons un temps phénoménal !
Ça ne rigole plus du tout, derrière le bureau.
- Est-que par hasard vous imaginez que la police nationale est une institution destinée exclusivement à prouver votre innocence une fois par an?[/spoiler]

Je vous laisse découvrir la suite… L’histoire tiens merveilleusement bien la route. Comme toujours le dénouement est surprenant ; je ne suis pas déçu… Et une nouvelle foi, j’ai passé un excellent moment de lecture.

J’en ai déjà l’eau à la bouche ! « Monsieur Malaussène » sera sans aucun doute mon prochain livre de chevet.


par RMarMat
La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'histoire La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'histoire
David Alliot    Philippe Charlier    Olivier Chaumelle    Fréderic Chef    Bruno Fuligni    Bruno Léandri   
Ce livre, annoncé comme peu banal et premier du genre, est un ouvrage réalisé à quatorze mains : douze pour la plume et deux pour l'illustration.
Il s'ouvre, après une petite citation de Sacha Guitry - mais quel recueil n'a pas sa petite citation personnelle du maître ! -, sur une rapide présentation des auteurs.
Ces derniers s'annoncent comme des gens sérieux qui, une fois n'est pas coutume, ont pris parti de rire avec l'Histoire et avec la mort, en déclinant de courtes biographies comme autant de d'anecdotes saugrenues et drôles.
L'idée était tentante tant il est vrai que L'Histoire dissimule souvent la fin sordide, le trépas ridicule afin de conserver pour la postérité le poids politique de son héros disparu.
Mais très vite, la lassitude s'installe.
Le propos se transforme en une énumération fastidieuse et lourde.
De plus le ton, appuyé par un style souvent familier, par des raccourcis parfois trop approximatifs, quelquefois par des jugements de valeur personnels, ne m'a pas laissé une bonne impression.
Les illustrations réussissent à alourdir encore l'ensemble et ne retiennent l'attention qu'avec une caricature particulièrement laide et ratée de l'inégalable Fernand Raynaud.
Au final, la lecture rapide de ce livre, qui semble venir de la toile et s'y prolonger, s'achève sans qu'il n'en reste rien ou pas grand-chose d'autre qu'une impression d'ennui.
Pour l'éclat de rire, c'est raté !
Derrière un petit air prétentieux, l'ouvrage semble avoir été réalisé à la hâte, sans vraiment avoir mobilisé aucun des talents que l'on croit deviner derrière la présentation des auteurs.
La montagne n'aurait-elle pas accouché d'une souris ? ...


par Giles
L'Empire des anges L'Empire des anges
Bernard Werber   
La suite du légendaire "Les Thanatonautes", il y a tout de même un génie indéniable chez Werber, un génie orienté vers l'éducation de ses compères humain, sous le prétexte d'une histoire toujours bien ficelée et passionnante, ses livres sont toujours une mine de de réflexion, observations et leçon de vies, l'Empire des anges en est encore un exemple, du terre à terre au mysticisme le plus poussé, Bernard Werber nous emmène dans ce livre tantôt dans les bas fonds de l'humanité, tantôt au à l'autre bout de l'univers, en passant par le paradis !

par miracl
L'Assassin royal, Tome 12 : L'Homme noir L'Assassin royal, Tome 12 : L'Homme noir
Robin Hobb   
Tout simplement Génial ! Je viens de finir le tome 12, et c'est un régal.
c'est le Fitz qu' on aime voir : combatif, fidèle, torturé par des choix à faire, déterminé et courageux.
Enfin l'action revient à tout vitesse après une certaine langueur dans les tome 10 et 11 ( bon il ne faut pas oublier que normalement dans la version originale, les tomes 10, 11 et 12 n'en forment qu'un seul!) . Le retour du mentor de Fitz est une source de doutes et de peines qui nous font mal au coeur.
Ah! le Fou...

La plume de Hobb est toujours aussi délicate et savante. Quel talent de conteur!

Bref, un moment de bonheur littéraire.



par lutin82
La Horde du Contrevent La Horde du Contrevent
Alain Damasio   
Une belle découverte que ce bijou, j'en suis encore tout retourné.
Malgré une fin (presque) prévisible, l'ensemble est selon moi tout simplement parfait.
On sent l'influence de Perec tout du long, ce qui n'est pas pour me déplaire: l'écriture a du style, et ajoute une dimension littéraire sensationnelle à ce qui aurait été un excellent bouquin sans cela.
Rien que la première page m'a laissé pantois...

Finalement, comment ne pas s'attacher sincèrement à un personnage aussi fin et délicat que Golgoth?

par codis
Jeunesse mélancolique... d'Adolf Hitler Jeunesse mélancolique... d'Adolf Hitler
Michel Folco   
Malgré le sujet, ce livre vaut le coup, un style léger et vif.
Folco s'en sort très bien, c'est la que l'on reconnait un bon auteur.

par Olivier3
L'Assassin royal, Tome 9 : Les Secrets de Castelcerf L'Assassin royal, Tome 9 : Les Secrets de Castelcerf
Robin Hobb   
Dans ce tome, Fitz est en proie aux doutes : dans son rôle de père face à son fils adoptif...adolescent rebelle,.. dans ses relations avec Umbre son mentor qui a changé et qu'il ne comprend plus,.. avec Devoir son prince à qui il a tant à apprendre,.. dans son amitié avec le Fou,.. plus énigmatique que jamais.

Si seulement Oeil-de-nuit était encore à ses côtés pour l'aider à porter ce fardeau.

Bien d'autres interrogations vous attendent dans ce volume charnière où les pièces sont mises en place, afin d'être assemblées dans les prochains épisodes.

Vivement le tome 10 ... Fans et lecteurs, régalez-vous !
http://booknode.com/l_assassin_royal___tome_10,_serments_et_deuils_021439

par Gambit
Grands zhéros de l'histoire de France ils firent parler d'eux, non pour le meilleur mais pour le pire ! Grands zhéros de l'histoire de France ils firent parler d'eux, non pour le meilleur mais pour le pire !
Clémentine Portier-Kaltenbach   
Le livre est bien documenté et ne manque pas d'humour. Il est instructif et découpé en grands thèmes.
J'ai juste eu dû mal à certains moments à ne pas décrocher de la lecture.
Je pense qu'il peut faire une bonne idée de cadeau.

par Caroline
La Trilogie de Bartiméus, Tome 3 : La Porte de Ptolémée La Trilogie de Bartiméus, Tome 3 : La Porte de Ptolémée
Jonathan Stroud   
j'ai adoré le dernier tome mais ..... la fin fut cruelle franchement sa ma brisé le coeur je ne m'attendai pas a cette fin ...nathaniel au début je t'aimais pas mais la je t'ai adorer !!! ce tome je l'ai aimé plus que les deux premier
L'Assassin royal, Tome 10 : Serments et deuils L'Assassin royal, Tome 10 : Serments et deuils
Robin Hobb   
Dixième volume de l'épopée de Fitz.
Fantasy, Espionnage, roman médiéval, le cocktail préparé par Robin Hobb n'en finit pas de nous tenir en haleine.

Tout s'emmêle, se démêle, rebondit.

Enfin la querelle de Fitz avec le fou semble prendre bonne tournure,.. tant de questions à propos de ce dernier.

Toutes les descriptions sont merveilleuses : on s'y croirait !

Quant à l'intrigue,.. les choses avancent !

Vivement le prochain tome, où nous devrions partir vers de lointaines contrées glacées et surprenantes !

Si vous ne connaissez pas encore le cycle de l'Assassin Royal alors vous êtes chanceux, vous allez faire une belle découverte ...


par Gambit