Livres
529 289
Membres
549 899

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Krysaline : Liste d'Or

Jusqu'à ce que la mort nous unisse Jusqu'à ce que la mort nous unisse
Karine Giebel   
Fan de l'auteure j'ai voulu lire ce livre qui est différent des autres pour ma part .. Plus en longueur, plus de description mais la fin m'a nouée et j'ai même eu la larme à l'oeil ... Je me suis attachée aux personnages et j'ai du mal à me dire que je les ai maintenant quitté en fermant le livre .... Karine Giebel est une grande auteure vraiment je suis inconditionnelle FAN.

par kaliscrap
De force De force
Karine Giebel   
Karine Giebel, sur le thème de la vengeance : les ingrédients de base étaient déjà là pour faire de ce livre un petit bijou. Et s'il n'atteint pas le niveau du Purgatoire des innocents, c'est un très bon page-turner.

La tension est maintenue tout au long du livre. La force de ce roman réside, comme dans tous les romans de Karine Giebel, dans ses personnages, leur psychologie. Complexes, souvent en demi-teinte, il est difficile de se faire un avis définitif sur eux, et au fil de la lecture, mes sentiments sur leur compte se modifiaient constamment, changeaient de direction comme une girouette dans une tempête.
L'histoire est bien construite et le huit-clos oppressant, même si certains éléments sont éventés assez rapidement. Mais pas l'ensemble, en tout cas pour ma part, et du coup, j'ai trouvé la fin percutante. J'aime quand un élément vient éclairer l'ensemble du récit et lui donne une autre tonalité, ce qui s'est produit avec ce roman.

J'ai dévoré ce livre, et ai beaucoup apprécié ma lecture. Ce n'est pas le plus fort de ses romans, mais reste efficace et prenant.

Merci à Babelio et aux éditions Belfond, j'ai été ravie d'avoir la chance de découvrir le nouveau Karine Giebel, ce qui est toujours un événement en soi.

par Amaranth
Sous Dialyses Sous Dialyses
Charline LAMBERT   
Il ne me sera pas aisé d'en faire une critique car la poésie est un art particulier et tellement personnel qu'il est difficile d'en cerner la quintessence.

Sous-dialyses est le second recueil de poèmes de Charline Lambert après « Chanvre et lierre ». La couverture noire et blanche, un collage de David Delruelle, évoque une personne (féminine) qui flotte bras tendus vers l'arrière comme si quelque chose la retenait ou l'attirait vers le fond. Est-elle « noyée » ou « libérée » ?

Le titre « sous-dialyses » renvoi à un terme médical qui définit le procédé thérapeutique temporaire ou définitif qui permet d'éliminer les toxines et l'eau qui sont contenues en trop grande quantité dans le sang, lorsque les reins ne sont plus en mesure d'assurer leur fonctions de maintien de l'organisme dans un équilibre en eau, sodium, potassium aussi parfait que possible. En bref, un procédé médical qui pallie à l'insuffisance rénale. La dialyse permet de filtrer le sang de ses déchets.

Il me semble que les poèmes nous renvoient donc aux éléments tels que l'air, l'eau. C'est une histoire de « Elle » et « Lui ». Elle est l'air, elle est l'eau qui bouillonne, tourbillonne, qui coule, qui s'écoule lentement ou vivement. Elle est libre de toute entrave, de toutes limites, aérienne. Lui, c'est le désir, celui qui « alourdi » le « Elle », qui délimite des frontières, ce corps qui est « concret ».

C'est donc à mon sens, une histoire de contraintes des corps contre la liberté de l'esprit. Une lutte permanente où l'issue n'est jamais gagnée d'avance. L'eau, l'air, le sang, l'oxygène s'affrontent, s'exposent et explosent pour mieux renaitre après.

Vivre sous dialyses c'est vivre sous assistance, être dépendant.
Elle renvoie donc au fait d'être « prisonnier » d'une dépendance à la fois contraignante, réductive mais libératrice. Réductive et contraignante puisqu'elle « attache » et ramène irrémédiablement au concret, libératrice puisqu'elle permet l'évasion, la « guérison », la régénérescence.

La poésie de Charline Lambert est telle une grande bouffée d'air, tonique, toute en verve, volubile, explosive, en mouvement perpétuel, déferlante et sensuelle parfois même brutale; le style est épuré, dépouillé voire minimaliste. Elle décrit une ouverture à l'autre, au monde. C'est une ode à la renaissance, à la vitalité et à l'infini.

C'est un recueil que je garderai à portée de main, pas loin, sur ma table de chevet afin d'y revenir, souvent, de m'y noyer, m'y purifier et m'y régénérer.

J'espère ne pas avoir trop trahi les intentions de l'auteure avec mes interprétations personnelles qui sont bien sûr très subjectives et tout à fait modestes en matière de poésie.

par Krysaline
La Nuit des temps La Nuit des temps
René Barjavel   
Un livre fantastique ! Dès la première page, on se trouve entraîné dans l'histoire et on s'attache aux personnages. Une magnifique histoire d'amour, mais aussi de découverte et d'exploration. Le récit nous tient en haleine tout du long, et ne nous déçoit pas à la fin. Superbe !
Le Murmure de l'ogre Le Murmure de l'ogre
Valentin Musso   
L'histoire se déroule en 1922, après la première guerre mondial. Là où l'identification de suspect par les empreintes digitales est relativement nouveau et les techniques d'identifications relativement archaïques.

Dès le début, on plonge dans le macabre. Des prostituées et des enfants sont sauvagement assassinés. Les meurtres semblent obéirent à un schéma précis qui fait appel à des symboles et à un calendrier ancien.

Pour le traquer, le commissaire de la brigade mobile, Louis Forestier, fait appel à un vieille ami à lui, Frédéric Berthellon. Celui-ci est un spécialiste des pathologies mentales et va donc faire le portrait psychologique du tueur dit "l'ogre". Il y a également la présence de Raphaël Mathesson, autre ami de Louis, qui est un richissime érudit, aviateur à ses heures perdues et qui va aidé à déchiffrer les codes laissé par le tueur sur ces victimes.

Un thriller passionnant, dans un contexte historique et rétro agréable qui nous plonge à l'époque des fameuses Brigades régionales de police mobile (brigade du Tigre) fondée en 1907 et de la "médecine mental" des années 20.


par Whale
Une relation dangereuse Une relation dangereuse
Douglas Kennedy   
Mon avis est plutôt mitigé sur ce livre. L'intrigue est bonne mais elle est très longue à se mettre en place. L'auteur donne une attention particulière à placer le décor avec minutie. Peut-être un peu trop même. Résultat, il faut attendre le milieu du livre pour être enfin pris dans l'histoire. Néanmoins, une fois cette étape franchie, le suspens nous tient en haleine. On se révolte devant les inepties que raconte Tony au sujet de Sally et on éprouve une haine profonde devant cette injustice. L'auteur rend le personnage principal, Sally, attachant en nous narrant sa grossesse difficile puis sa dépression post-natal et enfin les frasques de son odieux mari. Pour conclure, je pense que c'est un bon livre sans toute fois être un chef d'oeuvre de la littérature. Je vais attendre de lire les autres livres de cet auteur pour me faire une opinion à son sujet.

par lauradu74
Train d'enfer pour Ange rouge Train d'enfer pour Ange rouge
Franck Thilliez   
Ouf !!! qu'elle histoire !!! Ce livre nous tien en haleine du début à la fin. Parfois l'histoire est dure à prendre (à cause de l'horreur). Au final, j'ai très aimé ce livre.

par Bidule2
De fièvre et de sang De fièvre et de sang
Sire Cédric   
Encore un roman de Sire Cédric que j'ai lu avec un grand plaisir !
Je dois dire que les meurtres dans ce roman ont de quoi en dégouté plus d'un ! Mais c'est ça quand on écrit ce genre de romans. Et comme toujours, j'ai adoré !!!
Le personnage de Eva est vraiment très intéressant. J'espère qu'on la verra vite de nouveau dans un de ses prochains romans.
Horreur, folie, action...tout les ingrédients qui réussissent à Sire Cédric !

par Skoldasy
Ne le dis à personne Ne le dis à personne
Harlan Coben   
Il est vraiment très bon... Il fait partis à mon goût des meilleurs d'Harlan Coben !
Un rythme effréné , un suspense parfaitement tenu ... Bref un excellent thriller.
En plus je trouve le scénario assez original, moi qui suis une amatrice de thriller/policier , j'ai souvent une impression de déjà vu , cette fois si pas du tout !
Le film existe , il est aussi bien, même si le livre est plus captivant et troublant.
Enfin, vous l'aurez compris ce livre à tout bon , alors n'hésitez plus !

par Lola-Rose
Pandemia Pandemia
Franck Thilliez   
Hasard de l’actualité, c’est au moment où l’on apprend que la grippe saisonnière a entrainé plus de 18000 décès cette année, que le virus Ebola fait rage en Afrique et que le coronavirus fait des ravages au moyen orient que parait « pandemia », 9ème opus des aventures de Sharko et Hennebelle.

Depuis plusieurs années maintenant, chaque nouveau roman de l’auteur est un évènement attendu par les amateurs du genre.
Et « pandemia » avec ses 644 pages ne déroge pas à la règle.

Dès les premières pages, on est happé par les intrigues. Je dis bien les, deux intrigues se déroulant en parallèle. Si à priori, elles n’ont rien à voir entre elles (personnages, lieux, sujet, totalement différents) un habile jeu de labyrinthe les fera se rejoindre. Malgré tout, il n’y a aucun fouillis, l’auteur maintient un ensemble cohérent tout au long du roman, on passe sans problème d’une enquête à l’autre.
Tout au long du roman, la tension ne cesse de grandir, on est captivé par ces intrigues réalistes, qui pourraient s’inscrire dans notre quotidien. Au fil des pages, on se demande « et si c’était vrai », « et si ce virus existait réellement », à tel point qu’on ne peut plus refermer le livre tellement il est vital d’en connaitre la fin.

Franck Thilliez maitrise parfaitement ses personnages. Personnages auxquels on n’a pu que s’attacher au fil des années. C’est toujours un bonheur de retrouver Franck, Lucie mais aussi leurs jumeaux et leur équipe.

On ressent la tension et l’angoisse au travers de l’écriture fluide, agréable de l’auteur mais on rit aussi et on versera des larmes, je ne dévoilerai pas à quel moment pour vous laisser le suspens.

Un conseil malgré tout, même si ce roman peut se lire indépendamment des précédents, je vous recommande de lire « atomka » et « angor » au préalable.

Mais avec « pandemia » Franck Thilliez ne répand pas uniquement le virus de la grippe, il répand aussi le plaisir de lire d’excellents thrillers.

Un thriller à lire absolument, éviter juste de le lire lors d’une épidémie de grippe ou au milieu d’une réserve ornithologique.

  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode