Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ktyice : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les Innocents Les Innocents
Robert Pobi   
Addictif dès les premiers chapitres, j'ai terminé ce roman très rapidement tant je voulais connaître le dénouement final. Je ne connaissais pas l'auteur, mais je pense lire d'autres de ses romans.

La lecture est rapide, le style simple permet de saisir l'action et je trouve que l'enquête est racontée avec assez de subtilité pour qu'on ne comprenne pas qui est le meurtrier jusqu'au derniers instants. J'ai néanmoins compris la clé de l'intrigue environ 100 pages avant la fin, ce qui ne m'a pas gâchée l'histoire, j'ai même trouvé ça plutôt audacieux et bien trouvé, et m'a permis de terminer ma lecture en appréciant plus fortement la manière qu'a l'auteur de nous présenter des situations où nous ne croyons percevoir les choses d'une certaine manière sans envisager des possibilités plus étonnantes. J'apprécie les passages où le point de vue se fait à travers les yeux du meurtrier ou de sa victime, tout est dit de manière très subtile ...

Un thriller haletant que je recommande donc !
Conséquences Conséquences
Darren Williams   
Angel Rock petite ville tranquille de l'Australie profonde à la limite du bush est ébranlée par la disparition de deux enfants qui avait été déposé par un bûcheron à un embranchement conduisant à la ville mais ils s'étaient égarés. Les recherches menées par le policier de la ville n'avait rien donné. Une semaine plus tard l’aîné des deux frères réapparaît mais il ne sait plus exactement ce qui s'est passé. Peu de temps après Gibson un enquêteur venu de Sydney enquête sur le suicide d'une jeune fille d'Angel Rock, bien que le suicide soit évident il désire découvrir ce qui a amené la jeune fille à ce geste.

On peut regretter que les enquêtes menées d'une part par l'inspecteur et les enfants, en l’occurrence par Tom l’aîné de deux frères et Grace la fille du policier local, se développe très lentement et qu'elle soit reléguée au second plan ce qui nuit au suspense. Mais l'auteur se consacre plus particulièrement à l’ambiance de cette petite ville de province où tout le monde se connaît depuis plusieurs générations mais où plane le silence et la rancune tenace. Une atmosphère lourde en opposition avec la tranquillité apparente et où plane un certain malaise du aux histoires de chacun qu'elle soient d'actualité ou du passé.On est loin du thriller trépident et même du polar accrocheur, on est plus prés du roman noir ou encore de société.

Les habitants de la petite ville que l'on croise sont intéressants à suivre car chacun à sa façon il nous transmettent beaucoup d'émotions et donnent de la profondeur au récit. On regrettera que l'inspecteur venue de la grande ville soit torturé une fois de plus par son passé mais ce côté sombre et complexe ne prend toutefois pas trop de place par rapport au récit et s’intègre assez bien à l 'atmosphère pesante qui règne tout au long du livre. L'auteur alterne les points de vue entre des policiers, les deux enfants ce qui permet au lecteur de suivre l'histoire à travers différentes opinions.

La plume de l'auteur est profonde, souvent émouvante ce qui rend le récit à la fois vivant et à la fois dur. Certes il y a de nombreuse longueurs, des moments où il ne se passe quasiment rien mais ces défauts cadrent avec l'ambiance et ajoute un côté encore plus oppressant.

Même si le récit n'est pas déplaisant à suivre, bien écrit, l'intrigue policière occupe trop peu de place et le final trop vite expédié.

par Goupilpm
Au creux de ma main... Tu n'es plus rien Au creux de ma main... Tu n'es plus rien
Oxanna Hope   
Après avoir lu l'apôtre de l'ombre du même auteur, je dois dire que ce second livre est encore meilleur. On est en plein dans une enquête qui flirte avec le surnaturel sans qu'il y en ai trop. Un livre qui fait penser à l'univers de sire cédric aussi, ce qui est un bon point de plus à rajouter au livre. Le titre et la couverture sont aussi des points qui m'ont attirés. Je ne regrette pas du tout cette livre... sauf que ça a été trop court !

par stenol
Que le diable soit avec nous Que le diable soit avec nous
Ania Ahlborn   
Un conte horrifique où la violence et la folie affleurent à chaque page...

Deer Valley, Oregon. Le jeune Jude Brighton a disparu depuis trois jours. Les autorités commencent à perdre espoir, et la thèse d’une fugue laisse progressivement la place à des hypothèses plus inquiétantes. Malgré son jeune âge, Steve Clark, le meilleur ami de Jude, est bien conscient de cela. Grand fan de séries policières, il sait que chaque minute qui passe est capitale. D’autant plus que ce drame n’est pas le premier à frapper Deer Valley. Un jeune garçon a été retrouvé mort dix ans plus tôt, son corps atrocement mutilé. Sans oublier tous ces animaux domestiques disparus sans laisser de trace…
Lorsque Jude réapparaît de façon tout à fait inattendue, tous pensent que la vie va reprendre son cours. Mais Steve se rend vite compte que quelque chose ne va pas. Et si le garçon qui était mystérieusement ressorti des bois n’était pas vraiment Jude?

(Source : Denoël)

par x-Key
La maison des guidés, tome 1 : Dans l'œil du cyclone La maison des guidés, tome 1 : Dans l'œil du cyclone
Arielle Sautet   
Lorsque "La maison des guidés" a fait son apparition sur les réseaux, il a suscité beaucoup d'intérêt. Et le mien par la même occasion.
À commencer par sa couverture que je trouve vraiment belle. Elle donne le ton dès le départ. Ensuite on à le résumé, fort intriguant, il nous plonge dans l'univers sans trop nous en dire et ça c'est agréable.
Pour ne rien vous cacher, j'ai eu un peu de mal à démarrer ma lecture. Je me suis vite perdue et il a fallu que je m'accroche. En effet au début on fait la connaissance de chaque personnage, étant donné qu'ils sont dix, ça fait beaucoup. J'ai donc commencé à les confondre et j'ai du mal à m'y retrouvé. Mais bon après tout c'est un passage obligé si on veut aborder correctement l'histoire. Et puis au final sans même m'en rendre compte ça m'est tombé dessus : je suis devenue accro.
Vous savez c'est arrivé tous seul j'y suis totalement pour rien moi, c'est comme ça, c'est le genre de livre où on se dit qu'on va le commencer juste pour voir ce que cela donne car il est déjà tard et que demain on travaille, puis d'un coup on lève le nez, on se rend compte que l'on a plus beaucoup de temps pour dormir et qu'on a avaler la moitié du livre voir plus. Et là j'ai maudit Arielle Sautet. Mais bon ça c'est une autre histoire.
Revenons à nos moutons. On se retrouve donc dans le monde de la télé-réalité, on ne peux pas dire que je sois une grande fan de ce genre d'émission mais bon cela m'arrive d'en regarder certaines et de bien rigoler. Arielle place le lecteur dans la position de spectateur, j'ai pour ma part trouvé que cela aller même plus loin, car j'ai plutôt eu l'impression d'être à la place du cameraman. On voit tout, on entend tout, pas de filtres, pas de "biiiiiip" comme à la télé quand c'est inapproprié. Non non, rien de tous ça et c'est juste génial.
On plonge tête première dans ce show, on a la tête en vrac. On joue les voyeurs et c'est sans aucune honte que j'avoue avoir adoré ça. Et comme dans ce genre de show au fur et à mesure que l'on en apprend sur les protagonistes, il y a ceux à qui on s'attache, ceux qui nous énerve, ceux sinon veut secoué, bref ils finissent par prendre une grande place dans notre tête. On se prend au jeu à 100% nous aussi on veut comprendre, on veut savoir.
Et bien sûr tout ceci ne serait rien sans lot lot d'émotions, un bon gros mélange qui fonctionne bien. Un thriller mélangé à de la comédie.
La plume d'Arielle est vraiment belle et agréable. Elle nous surprend, nous fait rire, nous fait peur et nous mets des questions plein la tête. J'ai fait défilé les pages une à une s'en même m'en rendre compte. En deux jours il était finit. Enfin fini, parlons-en de la fin, on aborde le sujet qui fâche ? Bon j'ai vu pire, mais je ne m'attendais pas à ce revirement, mais j'aurais dû car il faut être honnête, Arielle a su s'insinuer dans nos esprits pour nous retourner le cerveau, alors il était normal qu'elle nous fasse une fin digne de ce nom.
En bref je dirais que ce livre vous happeras totalement, offrant son lot de suspens, une très belle découverte. Je vous le conseil fortement.
Je remercie Florence des Éditions Mots en Flots pour ce service presse.
Retour à la poussière Retour à la poussière
Matt Goldman   
A priori, personne n’en voulait à Maggie Somerville. Un train de vie agréable, des rapports de voisinages très cordiaux, c’était une femme plutôt discrète et sans histoires. Qui l’a négociée et pourquoi, questions classiques, mais qui a bien pu élaborer une telle mise en scène ? Il faut avoir l’esprit sacrément tordu pour ensevelir la victime et tout ce qui l’entoure sous des kilos de poussière.

Démunie, la police fait appel à Nils « Shap » Shapiro, privé de son état, dont la carrière de flic a été tuée dans l’œuf. Le personnage est excellent et porte l’intrigue à lui tout seul. C’est bien là le problème : on suit tellement sa vie amoureuse et ses déboires qu’on n’en oublie parfois pourquoi on est là. Entre l’ex qu’il refuse d’oublier et ses multiples rencontres (sous son cynisme affirmé, monsieur est un bon vivant), l’enquête passe au second plan. La fin à la Scoubidou (j’ai des références) m’a laissée perplexe. Vous savez, ce dénouement granguignolesque où Fred démasque littéralement le coupable grâce aux savantes théories de Vera-la-geek. Je force le trait, mais la chute m’a donné l’impression d’être un choix par dépit.

Retour à la poussière reste agréable à lire, surtout pour son héros. Son effronterie face au FBI qui marche sur ses plates-bandes est jubilatoire, et le contraste avec le très effacé Ellegaard, qui voudrait faire le job proprement, fait souvent sourire. Maintenant que les présentations sont faites, j’espère retrouver Shapiro dans une nouvelle enquête, plus consistante et sans trop de digressions.

par Root
La vallée des ombres La vallée des ombres
Xavier-Marie Bonnot   
♫ Dans la vallée, oh oh, enclavée, lalilala, dans la vallée, ho ho, des rancoeurs de pierre près des tombeaux ♪

(Pardon de vous avoir remis cette chanson dans la tête).

Dans la vallée (non, on ne chante plus), des usines qui ne tournent plus à plein régime…

Dans la vallée, le chômage qui, comme la petite bête, monte, monte, monte.

De la vallée, les jeunes s'en sont exilés afin de trouver du travail… Là où leurs ancêtres (♫) bossaient comme des forçats, ceux qui ont encore un job voient leurs avantages se réduire comme peau de chagrin.

Ces avantages sociaux que les anciens avaient acquis au prix de grandes grèves, de sueur, de sang et de larmes. À cette grande époque ou le mot « syndicat » voulait encore dire quelque chose.

Et puis, comme dans tous les villages (ou les petites villes) où tout le monde se connait, on nage dans les secrets lourds et ténébreux. Tout le monde sait tout, mais tout le monde se tait, sauf que les rancoeurs ou les haines sont comme des braises sous la cendre, une légère brise et le feu repart de plus belle, encore plus destructeur.

♫ Comme ces jours de peine où l'homme se traîne à la limite du règne du mal et de la haine ♪

René Vasseur a quitté la vallée (de Dana, lalilala) enclavée, laissant le village de Pierrefeu dans son dos, mais aussi son père, son meilleur ami Brahim, sa copine Samia, son frère Rémy, mort durant une grève et sa mère, qui était morte après.

Au départ, on ne saura pas pourquoi René est parti en coup de vent, mais ce jeune homme un peu frêle et toujours en butte aux coups et aux railleries des autres s'est engagé dans la Légion. Des combats, il en a fait, des batailles dégueu, il en a vu.

Là, notre homme revient au bled, il a 40 ans et à la Légion, à cet âge là, tu es pensionné. Et quand tu reviens au bled après 20 ans de silence, on ne peut pas dire qu'on va sortir les cotillons et les flonflons pour ta pomme ! Que du contraire, on te regarde comme un étranger.

La force de ce roman est dans son écriture, dans ses personnages tourmentés, forts, ni tout blancs, ni tout noirs, dans René, homme taciturne qui se souvient de son enfance, du poids de l'Histoire avec un grand-père paternel qui avait pris le maquis et qui est mort d'une balle dans la nuque, dénoncé par des gens du village, sans aucun doute.

Le père de René est aussi un homme fort, il était syndicaliste et il en a mené, des grèves, ce communiste pur et dur. Pourtant, il y a de la fragilité dans cet homme qui a perdu son père alors qu'il n'était qu'un petit garçon et qui a senti peser sur ses épaules le poids de la Légion d'honneur de son père, reçue à titre posthume.

Et puis, il y a des flics ripoux, des salauds qui ne sont forts que planqué derrière leur uniforme ou derrière les autres, parce que une fois seul, ils se chient dessus.

Sans oublier les vieilles rancoeurs qu'on a laissé couver, telle des braises sous la cendre, et des vengeances que l'on voudrait accomplir envers ceux qui ont tabassé votre frère, le laissant mort sur le béton.

Un roman rural noir, mais pas trop rural, un roman rempli de flash-back, une histoire qui ne se dévoile que petit à petit, des souvenirs trop grands pour être gardés en soi, une histoire d'amitié, de haine, de vengeance que l'on voudrait accomplir mais dont on sait qu'elle nous laissera des séquelles.

Ça se lit tout seul, ça se dévore, ça se déguste comme un mojito bien frais sur une terrasse (ou du petit-lait pour ceux qui n'aiment pas boire), et ça donne des frissons durant la lecture car certains rebondissements sont des véritables chocs.

Une fois de plus, je viens de sonder l'âme noire des Hommes et croyez-moi, c'était pas beau à voir, mais tellement beau à lire.
Tu n'auras pas peur Tu n'auras pas peur
Michel Moatti   
Ce thriller met en scène deux journalistes présentés comme certes à la recherche permanente du scoop, mais qui se veulent avant tout informatifs et non à la recherche du sujet scabreux ou scandaleux.

D’un côté, Lynn, une jeune femme dynamique mais désabusée et même parfois mélancolique. Puis de l’autre, Trévor, un homme d’une soixantaine d’années, plus habitué au format papier qu’aux dernières technologies qu’offre le Net.

Ils se connaissent depuis plusieurs années, se font relativement confiance et s’apprécient. Rien d’étonnant donc à ce qu’ils se retrouvent ensemble sur les lieux d’un meurtre particulièrement remarquable de par sa conception ingénieuse et originale.

La manière dont est traitée le sujet est originale et plutôt réussie, mais l’auteur se perd trop souvent des dans des digressions et l’écriture de chapitres inutiles. Inévitablement cela impacte le rythme qui se révèle donc inégal, sauf lors des dernières dizaines de pages où le dénouement proche accélère l'action et nous pousse à connaître le fin mot de l’histoire.

Certes l’écrivain brosse deux profils travaillés, cependant à la lecture de ce roman peut-être ces personnages prennent-ils trop d’importance et estompent-ils l’intérêt de l’intrigue elle-même.

par Gryfondor
Quelques minutes après minuit Quelques minutes après minuit
Patrick Ness    Jim Kay   
Un livre bouleversant...
et plein d’humanité...
Une maman gravement malade...
Un jeune garçon perdu...
Un monstre...
Le tout réunie dans un livre magnifique...
Quelques dessins ...
J'ai vraiment aimé ce livre .
Gros coup de cœur 2012
À lire...
L'enfant perdu L'enfant perdu
John Hart   
Un livre qui fait face au racisme, l’amitié, les relations avec ceux « qui restent » lorsque quelqu’un disparaît, l’amour maternel défaillant, la violence familiale, la culpabilité, le remord ….
On à ici un thriller plein de rebondissement, de suspense et d'horreur avec une fin des plus surprenante.

par Whale